UNE MENACE SÉRIEUSE PÈSE SUR LA SANTÉ DES ÉLÈVES AU QUÉBEC


Depuis quelques temps, on installe le WiFi dans les écoles du Québec, ainsi que des tableaux blanc interactifs avec connexion sans fil à Internet. Il y a un engouement évident pour ces nouvelles technologies qui s'explique par les nombreuses possibilités qu'elles offrent d'enrichir l'enseignement qu'on y donne. Tout cela est fort bien – en apparence ! Toutefois, la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique (CQLPE) déplore vivement que les autorités responsables de l'adoption de ces choix technologiques aient négligé de tenir compte des nombreuses conséquences pour la santé des enfants de l'augmentation vertigineuse des niveaux d'électrosmog (pollution électromagnétique nuisible à la santé) que l'installation de puissants émetteurs WiFi de force industrielle entraîne dans les établissements d'enseignements du Québec. De très nombreux signaux d'alarme indiquent déjà, partout où ces émetteurs sont déployés, que plusieurs enfants subissent de graves symptômes les jours de semaine lorsqu'ils y sont exposés, des symptômes que seuls de trop rares médecins sont capables de relier à la présence du WiFi tant cette problématique de sensibilité électromagnétique est encore méconnue au Québec. L'information réunie ci-dessous vise à corriger cette lacune. Veuillez vous donner la peine d'examiner les faits et de tirer vos propres conclusions. Il ne faut pas jouer à l'autruche avec cela, car il s'agit d'un problème réel qui pourrait avoir de graves conséquences à long terme.

La santé présente et future de nos enfants en dépend.

Si vous décidez d'agir après avoir pris connaissance de ce qui suit, plusieurs possibilités s'offrent à vous. Vous pouvez soit nous contacter à info@cqlpe.ca pour nous offrir votre aide, si vous êtes prêt-e à jouer un rôle actif sur le plan provincial dans ce domaine ou de toute autre manière. Nous n'avons encore personne ni aucun comité qui soit spécifiquement en charge de ce dossier. Vous pouvez aussi prendre l'initiative de contacter et d'informer les autres parents envoyant leurs enfants à la même école que le ou les vôtres, afin de décider ensemble des actions que vous allez entreprendre pour amener les autorités scolaires à éliminer les émetteurs WiFi et à faire installer plutôt des prises filaires dans les salles de classe pour accéder à Internet - une méthode qui donne un accès beaucoup plus rapide et qui est absolument sans danger. Vous pouvez imprimer le feuillet d'information disponible ICI après y avoir ajouté vos coordonnées, pour ensuite le photocopier et le faire parvenir aux autres parents.

Bonne lecture!

* * * * * * *


La technologie sans fil est déconseillée (5 octobre 2012)
http://fr.canoe.ca/techno/materiel/mobiles/archives/2012/10/20121005-165635.html
(...) Les effets néfastes pour la santé provenant des champs radiofréquences tels que les difficultés d'apprentissage, l'altération des réponses immunitaires et les maux de tête, existent et sont bien documentés dans la littérature scientifique.CLIP

Découvrez la menace du WiFi dans les écoles
http://www.cqlpe.ca/WifiEcoles.htm

Le Wi-Fi dans les écoles est une aberration (Reportage télévisé ontarien avec sous-titres français) À VOIR!
http://www.youtube.com/watch?v=MtrRx-V6Fdk
Une enquête sans concessions de Global News Canada et l'émission "16:9 - The Bigger Picture" sur la controverse des nuisances sanitaires du Wi-Fi dans les écoles au Canada et en Europe.Les règlementations actuelles sont une aberration. Les industriels et les gouvernement qui continuent à se référer à des normes obsolètes en dépit du poids des preuves en sens contraire font une analyse sélective et restrictive des études scientifiques disponibles. Ils trompent le public, et les enfants en particulier."Puisque le gouvernement ne contrôle pas le Wi-Fi, les parents vont devoir le faire eux-mêmes."

WiFi et autres micro-ondes, un danger potentiel pour la santé
http://maisonsaine.ca/wifi-et-autres-micro-ondes-un-danger-potentiel-pour-la-sante

'PORTABLES, WI-FI - Au pays des électrosensibles' - ARTICLE CHOC À LIRE!
http://www.robindestoits.org/PORTABLES-WI-FI-Au-Pays-des-Electrosensibles-la-UNE-du-Monde-2-du-02-05-2008_a307.html
'Les révoltés des ondes' - En Suède, ils sont reconnus comme électrosensibles : Sylvia, Lars, Per ou Eva sont malades et se protègent. La cause des démangeaisons, des migraines ou des vertiges dont ils souffrent ? Eux accusent les ondes électromagnétiques, les scientifiques sont divisés. C'est le côté obscur des nouvelles technologies. Rencontres.

Dossier : les dangers potentiels du Wi-fi
http://www.danger-sante.org/category/dangers-du-wifi/
Les dangers potentiels de l’utilisation d’un réseau wifi, réseau sans fil très utilisé de nos jours pour se connecter à Internet chez soi, au bureau ou dans les lieux publics. Les effets des ondes wi-fi, les risques du wifi, les conséquences sur la santé.

Le WiFi en question (8 février 2010)
http://priartem.fr/Le-WiFi-en-question.html
Comme les précédentes applications de téléphonie mobile, le WiFi s’est développé sans la moindre étude d’impact sanitaire préalable. Il s’est imposé à nous, y compris contre notre gré, puisque tant nos « box » ou modems que la plupart de nos ordinateurs portables sont équipés d’un WiFi activé qu’il n’est pas toujours simple de désactiver. Les problèmes liés à la diffusion massive de cette technologie, apparus, dans un premier temps, dans les lieux de travail, se manifestent de plus en plus dans les immeubles collectifs où les rayonnements ne s’arrêtent bien évidemment pas à la limite de chaque appartement. Même s’il s’agit d’un choix individuel, la question va devoir être posée collectivement, sinon des témoignages comme ceux de Marion vont se multiplier.

Références Web utiles
http://www.cqlpe.ca/RessourcesFr.htm

Un syndicat d'enseignants contre le wi-fi dans les écoles (13 février 2012)
http://www.radio-canada.ca/regions/Ontario/2012/02/13/010-wifi-ecoles-enseignants.shtml
Le syndicat de l'Ontario English Catholic Teacher's Association (OECTA) demande à la province de mettre un frein à l'installation de bornes sans fil dans les quelque 1400 écoles catholiques. Les enseignants souhaitent plutôt que les ordinateurs des salles de classe soient câblés. Le syndicat, qui représente 45 000 enseignants, base sa position sur une recherche de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). L'an dernier, l'OMS a diffusé une mise en garde au sujet du possible effet néfaste des technologies sans fil, qu'il s'agisse de téléphones cellulaires ou du web, particulièrement chez les enfants. De son côté, Santé Canada recommande aux parents de limiter l'utilisation de téléphones cellulaires chez les enfants, ajoutant toutefois que selon des observations scientifiques, une faible exposition au wi-fi n'est pas dangereuse. L'OECTA affirme que le manque de recherches à ce sujet fait en sorte qu'il est préférable d'éviter tout risque potentiel. Si plusieurs écoles privées au pays et un conseil public de Colombie-Britannique ont banni les bornes sans fil, de nombreuses écoles continuent de les utiliser.

Voir aussi ce site anglais créé par et pour des enfants...

Why Is WiFi bad for children?
http://www.radiationeducation.com/Why_Is_WiFi_Bad.html

Résumé de l'article suivant : Ontario teachers urge WiFi blackout at schools, fearing cancer risk (Last updated Septembre 06, 2012)
Après avoir étudié à fond la question durant un an, un syndicat de professeurs en Ontario a réclamé l'hiver dernier que le gouvernement cesse d'installer de puissants émetteurs Wifi de force industrielle dans les écoles. De nombreux parents sont alarmés par le fait que depuis que tous les enfants sont constamment exposés à leur école aux ondes du Wifi, plusieurs d'entre eux ont rapidement développé une foule de symptômes typiquement associés avec l'électrosensibilité dont des mots de têtes tenaces, de fréquents saignements de nez et même des palpitations cardiaques. De plus leur niveau d'attention Malgré les assurances de Santé Canada que les niveaux d'intensité auxquels les élèves sont exposés ne présentent aucun danger, cette même agence gouvernementale a pourtant recommandé, suite à un rapport du Centre international de Recherche sur le Cancer, une agence de l'Organisation mondiale pour la santé, indiquant un risque accru de cancer pour les utilisateurs de cellulaires, que les Canadiens, et particulièrement les enfants, s'efforcent de diminuer au minimum le temps passé à utiliser un téléphone cellulaire, d'envoyer plutôt des messages textes et d'utiliser un appareil mains libres. Les ondes émises par le WiFi s'apparentent à celles du cellulaire et la même recommandation de prudence devrait s'appliquer.

Devrait-on interdire le wifi dans les écoles? (21 juin 2011)
http://www.infobourg.com/2011/06/21/devrait-on-interdire-le-wifi-dans-les-ecoles/
Dans un rapport publié en juin 2011, la Commission de l’environnement du Conseil de l’Europe préconise l’interdiction de système de technologie sans fil dans les établissements scolaires, pour limiter ces possibles effets nocifs sur la santé des jeunes. La technologie sans fil est répandue dans le monde entier. Au même moment où les réseaux sans fil ne cessent de se multiplier – et ils continueront avec les progrès de la technologie –, on commence à se préoccuper sur leurs effets sur la santé. Ce sujet fait l’objet de recherches et suscite de nombreux débats publics. Dans le rapport Le danger potentiel des champs électromagnétiques et leur effet sur l’environnement, les experts s’interrogent sur les effets nocifs que pourraient engendrer l’exposition des jeunes aux champs électromagnétiques, générés par l’utilisation des appareils technologiques, en particulier le wifi, alors qu’ils passent toute la journée en classe. En attendant que la science détermine les risques de l’exposition au wifi avec suffisamment de certitude, la Commission de l’environnement prône la prévention. Elle recommande d’interdire l’exposition aux ondes des téléphones portables et autres technologies tel le wifi dans les salles de classe, car les jeunes seraient plus sujets aux risques pour le cerveau. Et de réglementer de façon stricte l’usage des portables autres appareils émettant des micro-ondes. La commission rappelle qu’attendre « des preuves cliniques et scientifiques avant de prendre des mesures contre des risques identifiés peut entraîner des coûts importants pour l’économie et la santé, comme cela a été le cas avec l’amiante, l’essence au plomb et le tabac. » Elle suggère de mener des campagnes de sensibilisation et d’information destinées aux enseignants, élèves et parents, sur les risques possibles à long terme des ondes émises par l’utilisation du wifi et autres appareils, sur notre environnement et sur la santé humaine. Finalement, elle encourage la recherche sur de nouveaux types d’antennes, basés sur d’autres technologies.




Quelques extraits tirés de http://www.safeschool.ca/The_Swiss_Model.html

A Tale of Two Countries - Wired vs. Wireless Internet in Schools

Switzerland gives free Fiber Optics to Schools - La Suisse donne gratuitement la fibre optique aux écoles

(...) For example, the Swiss limits for exposure to microwave radiation—the radiation emitted by WLAN—are much more protective than those in Canada. While Health Canada allows the general population to be exposed to a power density of 1000 microW/cm2 (intensity of the radiation), in Switzerland the guideline is 10 microW/cm2 (or 1% of Canada’s exposure limit).

(...) Par exemple, les limites d'exposition suisses au rayonnement des micro-ondes – la radiation émise par le WLAN (Réseau sans fil) sont beaucoup plus protectrices que celles du Canada. Bien que Santé Canada permetle que la population générale soit exposée à une densité de puissance de 1000 microW/cm2 (intensité du rayonnement), en Suisse, la reommandation est de 10 microW/cm2 (ou 1% de la limite d'exposition du Canada).

(...) In North America the WiFi base station (and cordless phone base station) transmitters constantly pulse a microwave beacon signal, 10 times per second using 2.4 or 5.8 GHz frequencies. This rapid pulsed frequency is much more biologically harmful to the human body than continuous waves such as used in microwave ovens. To date there have been no long-term, low-levels studies of 2.4 GHz radiation except on rats. In laboratory studies, rats exposed for long periods to low-level 2.4 GHz microwave radiation had an impaired immune system and developed more cancers than sham-exposed rats (Chou et al. 1992). Is this what will happen to students in the classroom exposed for long periods (6 hours daily) to low-levels of microwave radiation? The answer is we don’t know for certain. Do we want to take that chance?

(...) En Amérique du Nord les émetteurs WiFi (et la base du téléphone sans fil) émettent constamment un signal pulsé de micro-ondes, 10 fois par seconde en utilisant les fréquences 2,4 ou 5,8 GHz. Cette fréquence pulsée rapide est beaucoup plus nocive biologiquement pour le corps humain que des ondes continues telles que celles utilisées dans les fours à micro-ondes. À ce jour, il n'y a pas eu d'études de longue durée et à de faibles niveaux de rayonnement 2,4 GHz, sauf sur des rats. Dans les études en laboratoire, les rats exposés pendant de longues périodes à un faible niveau de rayonnement de micro-ondes de 2,4 GHz ont montré une déficience du système immunitaire et développé plus de cancers que les rats du groupe témoin non-exposé (Chou et al., 1992). Est-ce ce qui va arriver aux étudiants dans les salles de classe exposés pendant de longues périodes (6 heures par jour) à de bas niveaux de rayonnement de micro-ondes ? La réponse est que nous ne le savons pas avec certitude. Voulons-nous prendre ce risque?

(...) According to the Swiss government, 5% of the Swiss population is extremely sensitive to wireless technology, and that number is growing exponentially with the addition of new wireless products. In Canada, with approximately 5.2 millions students in elementary and secondary schools as many as 260,000 students (5%) across Canada may be adversely affected by this radiation—without even knowing it. Do we want to gamble with the health of so many students?

(...) Selon le gouvernement suisse, 5% de la population suisse est extrêmement sensible à la technologie sans fil, et ce nombre croît de façon exponentielle avec l'ajout de nouveaux produits sans fil. Au Canada, avec approximativement 5,2 millions d'étudiants dans les écoles primaires et secondaires, ce sont plus de 260 000 étudiants (5%) de partout au Canada qui peuvent être affectés par ce rayonnement, sans même le savoir. Voulons-nous jouer avec la santé d'autant d'élèves ?

(...) While setting guidelines for radio frequency radiation is a federal issue, it does not exempt provincial, municipal, and regional health authorities from protecting the people under their jurisdiction. Nor does it exempt schools from protecting their staff and students. We look to Health Canada for guidance but we need to question the guidelines when the evidence so strongly indicates this form of radiation is harmful. In the long-term, the health cost of WiFi may far outweigh its convenience. We often state that the life of a child is priceless and that our health is priceless. Let’s act as though we genuinely believe this to be true.

(...) Bien que l'établissement des directives pour le rayonnement de radiofréquences soit de compétence fédérale, cela ne dispense pas les autorités sanitaires provinciales, municipales et régionales de protéger les personnes relevant de leur juridiction. Pas plus que cela n'exempte les écoles de protéger leur personnel et leurs élèves. Nous nous en remettons à Santé Canada pour fournir des lignes directrices en cette matière, mais nous devons remettre en question ces lignes directrices lorsque les données indiquent si clairement que cette forme de rayonnement est nocive. À long terme, les coûts de santé liés au WiFi l'emportent de loin sur les avantages qu'il procure. il nous arrive souvent dire que la vie d'un enfant n'a pas de prix et que notre santé n'a pas de prix. Agissons comme si nous croyions vraiment que cela soit vrai.

Kids feeling better without Wi-Fi (March 6, 2011) Les enfants se sentent mieux sans le WiFi
http://www.safeschool.ca/My_Kids_Sick_at_School.html
I recently removed my children from Terry Fox Elementary School due to my children complaining about feeling sick and having headaches. I would love everyone to know that my children are feeling fantastic now. It completely surprised me how much better they actually are. My son was using an inhaler for his asthma every day. He would miss between 35 and 40 days of school for the last three years due to vomiting and diarrhea. The doctors and I believed he had a food allergy and I had the task of writing everything down that he ate when he was ill. Nothing seemed to be consistent to his problem. Since he left school in the middle of November 2010, he has not used his inhaler even once. I now don't believe he has a mysterious food allergy and he has not had any vomiting or diarrhea since leaving school. Wi-Fi has been affecting my son for the last three years and I feel sick that I didn't know, and was not consulted that Terry Fox was a pilot project for Wi-Fi and I have been subjecting my children to something I completely believe is harmful to them. I am happy to report my daughter's days are not filled with headaches and nausea too.

J'ai récemment enlevé mes enfants de l'école primaire Terry-Fox parce qu'ils se plaignaient de nausées et de maux de tête. J'aimerais que chacun sache que mes enfants se sentent incroyablemeng mieux maintenant. J'ai été totalement surprise de voir à quel point ils vont mieux. Mon fils utilisait tous les jours un inhalateur pour son asthme. Il a manqué entre 35 et 40 jours d'école chaque année au cours des trois dernières années parce qu'il vomissait et avait de la diarrhée. Les médecins et moi pensions qu'il avait une allergie alimentaire et j'ai eu la tâche de noter tout ce qu'il mangeait quand il était malade. Rien ne semblait être expliquer son problème. Depuis qu'il a quitté l'école à la mi-novembre 2010, il n'a même pas utilisé son inhalateur une seule fois. Je ne crois plus maintenant qu'il avait une mystérieuse allergie alimentaire et il n'a plus vomi ni eu de la diarrhée depuis qu'il a quitté l'école. Le WiFi a affecté mon fils durant les trois dernières années et ça me bouleverse de penser que je ne le savais pas, et que je n'ai pas été consultée que l'école Terry Fox était un projet pilote pour le WiFi et j'ai soumis mes enfants à une chose dont je suis maintenant persuadée quelle est néfaste pour eux. Il me fait plaisir de rapporter que les journées de ma fille ne sont plus remplies de maux de tête et de nausées aussi.

Limit your cellphone time (that goes for kids, too): Health Canada (Oct. 04 2011)
http://www.theglobeandmail.com/life/health-and-fitness/limit-your-cellphone-time-that-goes-for-kids-too-health-canada/article555835/
Santé Canada rappelle aux Canadiens qu'ils peuvent prendre des mesures pour limiter la longueur du temps qu'ils consacrent à utiliser leurs téléphones cellulaires. Le département encourage également les parents à faire en sorte que leurs enfants de moins de 18 ans réduisent leur utilisation du cellulaire. Le nouveau document de Santé Canada sur les téléphones cellulaires est une réponse à un rapport de l'Organisation mondiale de la Santé plus tôt cette année qui indiquait que l'utilisation du cellulaire pourrait être liée à des taux plus élevés de cancer. Santé Canada affirme que les éléments de preuve à ce jour sont minces et que davantage de recherche est requise. Mais en attendant, il est suggéré aux utilisateurs de téléphones cellulaires de prendre des mesures pour réduire leur exposition à l'énergie de radiofréquence, le type de rayonnement émis par les téléphones cellulaires. On recommande aussi de substituer les messages texte aux appels de téléphone cellulaire ou d'utiliser des appareils mains libres. VOIR Santé Canada offre des conseils pratiques sur l'utilisation sécuritaire du cellulaire

Cellphones affect brain activity: study (Feb. 23 2011)
http://www.theglobeandmail.com/life/life-video/cellphones-affect-brain-activity-study/article607476/
New research show that cellphones alter brain activity, increasing glucose metabolism.




Tiré de http://www.dangersemo.com/ancien/traduction%20lettre%20magda%20havas.pdf

(Version révisée et améliorée)

Docteur Magda Havas, B.sc., Ph.D.
Étude environnemental, Université Trent, Peterborough, ON, Canada

10 novembre 2008

L’étoile Filante
5619, ch de la côte-Saint-Antoine,
Montréal, Québec
H4A 1R5

À l'attention des Parents, de la Commission scolaire, de la direction, du Conseil d'établissement.

Objet : L'installation du système WiFi à l'école Étoile Filante.

On m'a demandé d'écrire une courte lettre concernant les inquiétudes pour la santé en ce qui a trait à l'installation d'un système WiFi dans une école primaire de Montréal.

On va vous dire du côté du gouvernement fédéral (Santé Canada et Industrie Canada), de même que des fournisseurs de la technologie WiFi, à quel point le WiFi est bien, et à quel point cette technologie est sécuritaire et que l'exposition aux radiofréquences est en-deçà des normes fédérales canadienne.

Cette information est périmée et incorrecte et des publications scientifiques de plus en plus nombreuses rapportent des problèmes de santé et des effets biologiques néfastes en-deçà des normes de ce Code de sécurité 6 (voir www.bioinitiative.org) et des organisations scientifiques et médicales de plus en plus nombreuses demandent que des normes plus strictes soient appliquées.

Pour cette raison, il est irresponsable d'introduire le WiFi avec ses radiations de micro-ondes à l'intérieur de l'école, environnement scolaire où de jeunes enfants passent tous les jours l'essentiel de leur temps.

1. NORMES : Les normes pour les radiations des micro-ondes (ce qui est utilisé pour le WiFi) nous rangent au cinquième rang dans l'ordre de grandeur des pays à travers le monde.

Les normes les plus basses sont à Salzburg en Autriche et maintenant au Liechtenstein. Les normes pour ces pays sont 0.1 microwatt/cm2. En Suisse les normes sont de 1 microwatt/cm2 et au Canada c'est 1000 microwatts/cm2!

Pourquoi au Canada avons-nous des normes si élevées comparativement aux autres pays ? Les normes canadiennes sont basées sur une exposition à la chaleur pendant une durée de 6 minutes. On prétend que si les radiations ne font pas chauffer vos tissus, c'est « sécuritaire ». Ce n'est pas exact. Des effets sont documentés à des niveaux bien en-deçà de ceux qui sont assez forts pour chauffer les tissus du corps. Voir le document : Analysis of Health and Environmental Effects of Proposed San Francisco Earthlink Wi-Fi Network (2007) au http://www.powerwatch.org.uk/pdfs/20061232_havas.pdf. Ces effets biologiques incluent une augmentation de la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique, du flux de calcium, une hausse du taux de cancer, la rupture de l'ADN, une augmentation du nombre de protéines de stress, ainsi que des dommages neurologiques. L'exposition à cette énergie est associée à l'altération des globules blancs des enfants d'âge scolaire, à de la leucémie infantile, à des dommages de la fonction motrice, et à des problèmes de temps de réactions, de mémoire, de maux de tête, d'étourdissement, de fatigue, de faiblesse et d'insomnie.

2. L'ÉLECTROHYPERSENSIBILITÉ : De plus en plus de personnes sont affectées par les fréquences électromagnétiques. Cette maladie s'appelle électrohypersensibilité (EHS) et est reconnue comme un problème de santé en Suède. L'Organisation mondiale de la santé définit le EHS comme étant:

Des problèmes de santé lors de l'utilisation ou à proximité d'appareils dégageant des champs électriques, magnétiques ou électromagnétiques. L'EHS est réel et peut être un problème affaiblissant les personnes affectées alors que les niveaux de fréquences électromagnétiques dans leur voisinage ne sont pas plus élevés que ceux rencontrés dans des environnements normaux. Leur exposition est donc généralement largement au-dessous des standards internationaux.

Santé Canada reconnaît dans son Code de sécurité 6 que certaines personnes puissent être plus sensibles à cette forme d'énergie, mais ils doivent tout de même reviser leurs normes.

Les symptômes d'EHS incluent de l'insomnie, de la fatigue, des douleurs, des nausées, des problèmes cutanés, des problèmes avec les yeux ou les oreilles, des acouphènes, des vertiges, etc. On estime que 3 % de la population est sévèrement affectée et qu'un autre 35 % a des symptômes modérés. L'exposition prolongée peut probablement augmenter cette sensibilité et pour cette raison il est impératif que l'exposition des enfants aux radiations de micro-ondes (WiFi et téléphones cellulaires) soit minimisée autant que possible.

3. SENSIBILITÉ DES ENFANTS : Les enfants sont plus sensibles aux contaminants environnementaux incluant les radiations aux micro-ondes. Le rapport Stewart (2000) recommande que les enfants n'utilisent pas les téléphones cellulaires sauf en cas d'urgence. Le cellulaire expose la tête aux radiations des micro-ondes. Un ordinateur sans fil (WiFi) expose le haut du corps et si vous avez l'ordinateur sur vos cuisses, les organes reproducteurs sont également exposés. Cette situation n'est certainement pas souhaitable, particulièrement pour de jeunes enfants et des adolescents. Pour cette raison, nous décourageons l'utilisation de la technologie sans fil par les enfants, spécialement à l'école primaire. Cela ne veut pas dire que les étudiants ne peuvent pas aller sur Internet ; cela veut simplement dire que l'accès à Internet doit être par câble plutôt que par les ondes (sans fil WiFi).

4. SUPPRESSION DE WiFi : La plupart des gens ne veulent pas vivre près d'une antenne de téléphonie cellulaire ou d'une antenne WiFi pour des raisons de santé. Pourtant quand le WiFi (routeur sans fil) est utilisé à l'intérieur de bâtiments, c'est comme avoir une antenne à l'intérieur du bâtiment plutôt qu'à l'extérieur et c'est potentiellement bien pire, puisque l'individu est plus près de la source d'émission.

Des bibliothèques en France ont fait enlever le WiFi à cause d'inquiétudes de la communauté scientifique et à la demande des employées et des gens fréquentant ces bibliothèques. La commission scolaire de Vancouver a adopté une résolution en janvier 2005 interdisant la construction d'antennes de cellulaire à moins de 300 mètres d'une école.

Palm Beach en Floride, Los Angeles et la Nouvelle-Zélande ont tous interdit les antennes de cellulaire près des écoles pour des motifs de sécurité. La décision de ne pas placer des antennes de cellulaire près des écoles est basée sur la probabilité que les enfants soient plus sensibles à cette forme de radiation. Il est évident que si nous ne voulons pas d'antennes près des écoles, nous ne voulons pas d'antennes dans l'école.

5. RECOMMANDATIONS : Des recommandations pour limiter l'usage du cellulaire ont été publiées par différentes organisations et pays incluant le Royaume-Uni (2000) , l'Allemagne (2007), la France, la Russie, l'Inde, la Belgique (2008) de même que le Toronto Board of Health (juillet 2008) et le Pittsburgh Cancer Institute (juillet 2008). Alors que ces recommandations sont liées à l'usage du téléphone cellulaire, elles s'appliquent aussi à l'exposition aux ondes du WiFi puisque les deux génèrent des radiations de type micro-onde. Les ordinateurs avec WiFi exposent même une plus grande partie du corps à cette radiation que ne le font les téléphones cellulaires.

6. PRINCIPE DE PRÉCAUTION : Même ceux qui n'acceptent pas que les effets nuisibles dus à l'exposition aux micro-ondes démontrée par la science devraient reconnaître la nécessité d'être prudent avec la santé des enfants. Pour cela, nous avons le principe de précaution qui se définit comme suit :

Dans le but de protéger l'environnement, le principe de précaution devrait être largement appliqué par les États suivant leur capacité. Où il y a des menaces de dommages sérieux ou irréversibles, l'absence d'une certitude scientifique absolue ne devrait pas être utilisée comme motif pour reporter des mesures économiques dans le but de prévenir la dégradation de l'environnement. Dans ce cas, « États » fait référence à la commission scolaire et à ceux qui prennent une décision au sujet de la santé des enfants.

Les deux plus importants environnements dans la vie d'un enfant sont la maison (spécialement la chambre à coucher) et l'école. Pour cette raison, il est impératif que ces environnements demeurent aussi sécuritaires que possible.

Si nous commettons une erreur, il vaut mieux la commettre du côté de l’excès de prudence.

Respectueusement,

Docteur Magda Havas,
Professeur associé
Université Trent
10 Novembre 2008




Tiré de http://carolhughes.npd.ca/post/les-avertissements-de-sante-canada-sur-les-cellulaires-doivent-etre-clairs-et-diffuses-largement

Les avertissements de Santé Canada sur les cellulaires doivent être clairs et diffusés largement

Par Carol Hughes, députée du NPD en Ontario -- 2011-10-14

À l’été 2010, j’ai parlé d’un groupe de parents de Collingwood qui tentait de faire sortir la technologie Wi-Fi de l’école de leurs enfants. J’ai entendu leur histoire lors d’une audience d’un comité parlementaire auquel je siégeais, qui étudiait les émissions de micro-ondes par les dispositifs sans fil, comme les cellulaires et les modems.

Le comité a entendu des témoignages et des avertissements contradictoires de la part de scientifiques, de groupes et de particuliers. Certains disaient que le code canadien qui réglemente le seuil tolérable d’émissions par un dispositif n’était pas assez sévère. Les représentants de Santé Canada n’étaient pas du même avis.
De l’eau a coulé sous les ponts depuis. D’ailleurs, l’Organisation mondiale de la santé a reclassé les émissions de micro-ondes provenant de dispositifs sans fil au niveau 2b parmi les cancérogènes possibles pour l’homme. Les preuves qui lient ces émissions au cancer sont donc suffisantes pour qu’un avertissement soit lancé. De son côté, Santé Canada affirme maintenant qu’il faut limiter le temps que passe un enfant au cellulaire.

Est-ce que ceci signifie que les adultes doivent aussi? C'est maintenant évident que la technologie Wi-Fi, les moniteurs de bébé, les téléphones sans fil et les cellulaires représentent suffisamment de risques pour les enfants pour qu’on en limite l’utilisation à la maison. On peut tout simplement éteindre le réseau Wi-Fi quand il ne sert pas ou passer à un système câblé, en vente dans tous les magasins d’électronique. On peut mettre le cellulaire en « mode avion » si l’enfant dort à proximité de son cellulaire. Ce mode élimine les émissions sans pour autant limiter les applications et la fonction de réveille-matin.

Le Canada fait piètre figure dans ce domaine et a du rattrapage à faire par rapport aux pays européens, surtout en ce qui concerne les avertissements. Selon le Conseil de l’Europe, qui conseille le Parlement de l’Union européenne, toutes les écoles devraient opter pour des connexions Internet câblées et délaisser la technologie Wi-Fi. Ici, au Canada, il y a eu quelques progrès dans le dossier. Par exemple, le conseil scolaire de Saanich, sur l’île de Vancouver, a officiellement interdit la technologie Wi?Fi dans toutes les écoles primaires en avril dernier. En décembre, une école privée de Collingwood a remplacé son réseau Wi-Fi par un réseau câblé, imitée par une école de Peterborough, en octobre.

Pour certains, la question demeure épineuse. Ces dispositifs sont pratiques et très représentatifs de notre époque. Toutefois, la prudence doit l’emporter sur l’aspect pratique, surtout quand il est question de la santé des enfants. L’avertissement de Santé Canada n’a peut-être pas été entendu par suffisamment de gens et devrait être diffusé à plus grande échelle. Il faut que la population soit consciente des risques et sache qu’il y a des moyens plus sûrs de profiter des dispositifs sans fil.

Retour à la page d’accueil de ce site