SECTION SPÉCIALE À L'INTENTION DES GENS DE VILLERAY

Note: Le texte d’information suivant offre un complément d’informations à l’annonce (voir ICI) que nous avons fait paraître dans le numéro du 20 décembre du journal Progrès Villeray, tiré à plus de 33,000 exemplaires.


DITES NON AUX COMPTEURS 'INTELLIGENTS' D'HYDRO-QUÉBEC



Saviez-vous qu’Hydro-Québec tente de remplacer tous les compteurs de votre arrondissement par ses nouveaux compteurs 'intelligents' qui augmenteront exponentiellement la pollution électromagnétique que vous subissez déjà (antennes de cellulaires, Wifi des voisins, téléphones sans fil, etc). Chacun de ces compteurs est équipé d'un puissant émetteur de radiofréquences (micro-ondes) émettant dans la même bande (910 MHz) que les cellulaires, dont l'Organisation mondiale de la santé a récemment reconnu le potentiel cancérogène.

Saviez-vous que des tests effectués il y a quelques semaines dans Villeray par un expert indépendant ont démontré qu'Hydro-Québec ne dit pas toute la vérité en affirmant que ces compteurs n'envoient que 6 rapports par jour sur votre consommation d'électricité. En effet, pour maintenir l'intégrité fonctionnelle du réseau maillé les reliant tous, ces compteurs communiquent ensemble 24 heures sur 24, entre 1440 et 2880 fois par jour. De plus, la puissance des radiations dépasse largement les normes recommandées par l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, lesquelles sont 10,000 fois plus strictes que les normes laxistes du gouvernement canadien qui ne tiennent pas compte des nombreux effets non-thermiques, néfastes pour la santé, des micro-ondes – migraines, acouphènes, nausées, étourdissements, palpitations cardiaques, insomnie, anxiété, nervosité, problèmes cutanés, etc.

Hydro-Québec clame que ses compteurs respectent les normes canadiennes. Toutefois, saviez-vous que ces normes (Code de sécurité 6) sont désuètes et inadéquates pour protéger la santé humaine  ? L'industrie du cellulaire, qui génère d'importantes retombées fiscales pour le gouvernement canadien, fait tout en son pouvoir pour empêcher une révision de ces normes. Entre-temps, toute la population de Villeray – où se déroule ce projet pilote d’Hydro-Québec – sert de cobaye et des dizaines de milliers de personnes risquent de devenir électrosensibles (une allergie aux ondes qui peut rendre la vie impossible dans un environnement urbain électropollué).

Saviez-vous que vous avez le droit de choisir de ne PAS être exposé dans votre demeure à l'intense pollution électromagnétique générée par ces nouveaux compteurs ? Si votre compteur n'a pas encore été remplacé, ne donnez pas la permission qu'il le soit, ce qui vous sera d'autant plus facile si l'employé doit entrer dans votre demeure pour le changer. Hydro-Québec a de la difficulté à installer partout ses nouveaux compteurs parce que beaucoup d'abonnés ne les laissent pas faire. Si suffisamment d'abonnés refusent ces compteurs électropollutants, Hydro devra reculer et respecter le libre-choix de ses clients. Pour prendre une décision éclairée, informez-vous en visitant www.villerayrefuse.wordpress.com et www.cqlpe.ca où vous trouverez de nombreuses actions que vous pouvez poser et toute l’information nécessaire pour bien comprendre la gravité du problème.

Votre santé et celle de vos enfants en dépend...





Informations complémentaires

VILLERAY REFUSE LES COMPTEURS 'INTELLIGENTS' D'HYDRO-QUÉBEC
(Blogue créé par une résidente de Villeray)

La résistance des citoyens a eu raison du projet pilote dans Villeray

À LIRE ! Cette excellente lettre de Marie-Michelle Poisson qui explique les raisons pour lesquelles elle a créé son blogue ci-dessus. Très éloquent et très persuasif. Il faut être de marbre pour ne pas être touché par la sincérité de ses inquiétudes et par sa détermination exemplaire.

Conférences à venir

Affiche pour l'assemblée publique d'information sur les compteurs intelligents dans Villeray le 18 janvier

Tract d'information à imprimer, photocopier et diffuser pour publiciser nos événements à venir
(Il faut d'abord le sauvegarder sur votre ordinateur, et ensuite l'ouvrir et l'imprimer)

Compte rendu de la rencontre des citoyens de Villeray avec M. Georges Abiad

Liste d'actions à poser pour affirmer votre liberté de choix

Sites et ressources francophones pour en savoir plus

Sans oublier bien sûr de prendre connaissance de ce qui se trouve en page d'accueil de ce site



« Je pense que vous pouvez, à titre de client d'Hydro-Québec signifier votre refus au même titre qu'un propriétaire. Il en coûte environ 10$ pour acheminer un avis de non consentement par courrier recommandé. C'est ce que j'ai fait pour les trois logements de mon triplex et Hydro a accepté de sursoir à l'installation des compteurs jusqu'à ce que la Régie rende sa décision. Cependant, comme il arrive que plusieurs compteurs soient regroupés, et qu'il ne servirait à rien de refuser si votre voisin de duplex ne le fait pas, je vous conseille de demander à votre propriétaire de faire la démarche pour les deux logements à la fois ou encore de faire la démarche conjointement avec votre voisin de duplex. »

- Marie-Michelle Poisson -- Tiré de notre page Facebook


Deux articles pour prendre toute la mesure de la menace que font peser sur nos têtes ces compteurs électropolluants, ajoutés à toutes les autres sources de pollution électromagnétique existantes en milieu urbain...

Victimes du brouillard électromagnétique (14 décembre 2011)
http://www.sudouest.fr/2011/12/14/victimes-du-brouillard-elec-tromagnetique-580091-2733.php
Cernées par les champs électromagnétiques, les personnes se disant « électrosensibles » vivent un enfer. Contre-enquête sur un phénomène sanitaire en extension.

Leucémie et champs magnétiques: « Il faut protéger les enfants » – Dr Claude Tremblay
http://www.21esiecle.qc.ca/files/Dr%20Claude%20Tremblay.pdf
Un article très révélateur sur l'incompétence des responsables de la santé publique au Québec qui, malgré des preuves accablantes de la nocivité des champs magnétiques causant la leucémie chez nos enfants et de la dépression, des avortements spontanés, des maladies neurodégénératives (Alzheimer, Lou Gherig, etc.) et des cancers du cerveau et du sein chez les adultes, refusent d'agir dans le but, inavouable, de protéger de puissants intérêts économiques. La même attitude irresponsable risque fort de prévaloir de leur part en ce qui concerne les effets sur la santé publique des micro-ondes pulsées émises par les compteurs ‘intelligents’ d’Hydro-Québec.




Tiré de
http://www.leprogresvilleray.com/Actualites/Vos-nouvelles/2012-01-06/article-2856436/Compteurs-intelligents-%3A-mobilisation-citoyenne-dans-Villeray/1

Compteurs intelligents : mobilisation citoyenne dans Villeray

Anne-Laure Favereaux - 6 Janvier 2012

Projet-pilote d’Hydro-Québec

Depuis le mois de septembre, Hydro-Québec procède à l’installation de 20 000 compteurs nouvelle générations dans Villeray. Certains citoyens s’alarment des radiofréquences qu’ils émettent.

«On est soumis à une expérience menée à l’aveuglette», s’indigne la résidente Marie-Michelle Poisson, à l’origine du blogue Villeray Refuse. Comme plusieurs autres citoyens, elle s’inquiète de l’impact sur la santé de ces compteurs intelligents.

Hydro-Québec les compare à l’utilisation de bornes wi-fi ou de cellulaires et affirme que les relevés de données se font six fois par jour.

Or, selon le technicien en hygiène électromagnétique Stéphane Bélainsky «l’ensemble des compteurs pulse des émissions de champs électriques haute fréquence (…) entre 240 fois et 480 fois plus souvent que mentionné dans l’affirmation d’Hydro-Québec».

Georges Abiad, chargé du projet chez Hydro-Québec se défend : «La somme de toutes les secondes par jour donnent moins de cinq secondes par jour. En parallèle, le système fait de la synchronisation de façon intermittente, à chaque fois ce sont des millièmes de secondes. Dans le pire des cas, en situation de déploiement lorsque la communication est la plus fréquente, on se situe entre 20 000 et 50 000 fois inférieur aux mesures de Santé Canada. Sur la base d’une heure, on se situe entre 0.5 et 2 secondes. S’il y avait un doute qu’il y ait un risque pour la santé on n’irait pas de l’avant.»

Ce dernier s’appuie sur l’avis de Santé Canada, diffusé le 16 décembre dernier, selon lequel «l’exposition aux compteurs intelligents ne pose pas de risque pour la santé publique.»

Des compteurs dans les chambres à coucher?

Selon le communiqué de Santé Canada «l’énergie provenant des compteurs est habituellement transmise à une distance beaucoup plus grande [que les téléphones cellulaires] du corps humain.»

Pourtant, Mme Poisson s’inquiète de l’installation des compteurs dans les chambres à coucher ou chez les personnes porteuses de stimulateurs cardiaques. «On installe des compteurs de manière aléatoire dans les foyers. Villeray a été choisi car 70% des compteurs sont installés dans les maisons. Un wi-fi ou un téléphone on peut l’éteindre, pas le compteur.»

L’expert M. Bélainsky rappelle que la diffusion de radiofréquences peut provoquer des problèmes de sommeil et de concentration, des maux de têtes, ou encore des étourdissements. Si M. Abiad ne peut préciser où seront situés les compteurs chez les citoyens, il précise que la distance requise est de trois pieds.

Quand aux collecteurs, qui émettent le plus de radiofréquences, ils seront situés dans l’ancien hôpital chinois, « loin des maisons sur les hauteurs», sur les tours d’hydro Québec ainsi que dans des espaces commerciaux.
Installation forcée ?

Contre le projet, Mme Poisson a envoyé une lettre de non-consentement à Hydro-Québec. Tous les citoyens ne le font pas. «Certaines personnes ont l’impression que les techniciens sont arrivés de façon cavalière chez elles. Les locataires ne sont pas toujours informés», dénonce la citoyenne.

Pour M. Abiad, l’entreprise est dans son droit. «C’est la propriété et la responsabilité d’Hydro-Québec de récolter les données. On sait que toute l’industrie s’en va par là et on doit être au diapason de l’industrie», conclut-il.
 
Le dossier est actuellement dans les mains de la Régie de l’énergie. Elle rendra sa décision en mars.

Des compteurs qui suppriment des emplois

Avec l'arrivée de ces compteurs intelligents, les techniciens d'Hydro-Québec n'auront plus à se déplacer pour effectuer les relevés de compteurs. Conséquence : ce sont 726 emplois qui seront abolis d'ici 2018. Hydro- Québec prévoit transformer 270 postes en emplois temporaires.
 
Une séance d’information publique sera présentée au Centre Lajeunesse, le 18 janvier à 19h. Plus d’information sur www.villerayrefuse.wordpress.com




Tiré de : http://lejournaldemontreal.canoe.ca/journaldemontreal/actualites/regional/archives/2011/12/20111224-081240.html

COMPTEURS «INTELLIGENTS» Des compteurs rejetés

HÉLOÏSE ARCHAMBAULT -- 24/12/2011

L'opposition contre les compteurs «intelligents» se confirme, alors que des abonnés refusent de faire partie du projet-pilote d'Hydro-Québec.

Plusieurs compteurs de nouvelle génération ont été installés dans le quartier Villeray, cette semaine. Inquiète des risques sur la santé, Marie-Michelle Poisson refuse qu’Hydro-Québec lui en installe un.

«Je veux d'abord être rassurée. Présentement, je ne le suis pas du tout», affirme Marie-Michelle Poisson, résidante du quartier Villeray.

Le 17 novembre dernier, cette abonnée a reçu une lettre d'Hydro-Québec qui l'informait que son compteur mécanique serait bientôt remplacé. Sa résidence a été choisie pour le projet-pilote sur les compteurs «intelligents», qui veut tester la technologie de lecture à distance dans trois régions du Québec.

«Ce qui m'inquiète le plus, ce sont les risques sur la santé, explique-t-elle. Plus je fais des recherches, et plus je me pose des questions. Il n'y a rien de rassurant.»

Impacts sur la santé?

Les opposants aux compteurs de nouvelle génération prétendent entre autres que la transmission des données par des ondes peut avoir un impact sur la santé des individus, au même titre que les ondes de téléphonie cellulaire.

«Il y a huit compteurs autour de ma maison, raconte Mme Poisson. Ça commence à faire beaucoup d'ondes.»
En Californie, aux États-Unis, la grogne des abonnés contre les compteurs intelligents a récemment forcé la compagnie d'électricité PG&E à accepter que ceux-ci puissent conserver leur compteur mécanique.
De son côté, Hydro-Québec assure que les nouveaux compteurs «ne présentent aucun risque» et sont conformes aux normes de Santé Canada et d'Industrie Canada.

La Régie de l'énergie tranchera

Déjà, une dizaine d'abonnés ont refusé de faire partie du projet-pilote. Pour le moment, la société d'État accepte leur refus jusqu'à ce que la Régie de l'énergie tranche le débat. Des audiences publiques seront tenues à ce sujet, au cours des prochains mois.

Selon Mme Poisson, davantage d'abonnés refuseraient le compteur s'ils étaient mieux renseignés. «Les gens ne s'opposent pas encore parce qu'ils ne sont pas au courant de ce qui se passe, croit-elle. Hydro-Québec ne nous a même pas informés sur le but du projet.»

Cette dernière a d'ailleurs commencé à distribuer des tracts dans son quartier. «L'opposition ne fait que commencer, je sais que je ne suis pas la seule à me poser des questions, croit Mme Poisson. J'espère qu'il y aura un effet boule de neige.»

PROJET-PILOTE SUR LES COMPTEURS INTELLIGENTS

TROIS SECTEURS VISÉS
- Villeray (Montréal)
- Boucherville
- MRC de Memphrémagog

DÉPLOIEMENT
19 000 des 25 000 compteurs ont été installés, jusqu'ici. Le projet-pilote se déroule, de juin 2011 à mai 2012. Au total, Hydro-Québec prévoit installer 3,7 millions de compteurs «intelligents» partout dans la province, d'ici 2017.

TECHNOLOGIE
Les nouveaux compteurs sont des appareils électroniques capables d'enregistrer et de transmettre à distance les données de consommation.

OPPOSITION
Une pétition déposée à l'Assemblée nationale demandant un moratoire sur l'installation des compteurs intelligents a, jusqu'ici, récolté près de 3850 signatures.

Croyez-vous que les craintes au sujet des nouveaux compteurs sont fondées?

« J’étais pas au courant au sujet des compteurs mais là je le suis, pense que moi aussi quand ça sera rendu chez nous bien j’en voudrai pas. Il fonctionne très très bien mon compteur mécanique. »

- Richard - 24 décembre 2011


« Il y a effectivement tout lieu de s'inquiéter des micro-ondes émises par ces compteurs électropolluants - ce sont exactement les mêmes ondes que celles du cellulaire. Hydro-Québec prétend que l'émetteur de ces compteurs ne transmet un rapport de consommation électrique que 6 fois par jour. Ce qu'Hydro omet de mentionner c'est que pour que son système de « réseau maillé » puisse demeurer fonctionnel, les compteurs doivent continuellement communiquer ensemble pour conserver leurs horloges internes synchronisées et pour d'autres raisons techniques. Des relevés effectués dans Villeray par un expert engagé par l'AQLPA - et dont le rapport a été déposé devant la Régie de l'énergie - démontrent que chaque compteur émet près de 3000 fois par jour. Multipliez cela par le nombre de compteurs dans un secteur densément peuplé comme Villeray et vous comprendrez l'intensité des radiations auxquelles chacun sera exposé 24 heures sur 24. L'organisation mondiale de la santé a récemment reconnu que ces ondes sont possiblement cancérogènes.

J'ai assemblé une documentation considérable pour bien faire comprendre à quel point il est irresponsable et dangereux d'exposer toute la population à de telles radiations. Hydro-Québec se défend en affirmant que l'intensité des ondes émises ne dépasse par la norme du Code de sécurité 6 établie par Santé Canada - ce qui reste à démontrer dans les cas où des dizaines de compteurs sont regroupés sur un même mur (d'un immeuble à appartements) derrière lequel peut se trouver une chambre d'enfant ou une personne âgée à la santé fragile. Mais il faut surtout savoir que cette norme désuète, dont la dernière révision remonte à 1994, ne tient compte que des effets thermiques et non des effets biologiques, et que sa mise à jour à la lumière des données scientifiques récentes devrait être effectuée dès que possible - ce que le lobby de la téléphonie cellulaire a réussi jusqu'ici à empêcher grâce aux fonds illimités dont il dispose. C'est jouer à la roulette russe avec la santé des gens que de les exposer ainsi. Combien de milliers de nouveaux cas de personnes devenues électrosensibles faudra-t-il pour que les autorités cessent de jouer à l'autruche avec ce grave problème de santé publique ? Les gens qui souffrent du syndrome d'intolérance aux ondes électromagnétiques voient leur vie devenir un véritable enfer et se heurtent à l'incompréhension des personnes encore non affectées. De nombreux témoignages existent pour illustrer les souffrances que ces personnes subissent. Visitez le http://www.cqlpe.ca pour bien vous informez et voir comment vous pouvez exprimer votre opposition à cet envahissement sauvage et anti-démocratique de votre milieu de vie par les micro-ondes de ces compteurs. Il est possible et tout à fait légitime de refuser que les employés d'Hydro entrent dans votre demeure pour installer ces compteurs électropollueurs. Il est possible et réaliste de croire que, comme en Californie, la résistance populaire aura le dernier mot.

Les Québécois savent se tenir debout et faire respecter leurs droits une fois qu'ils sont bien informés et mobilisés – pensez à la victoire contre le projet du Suroît, ou au moratoire virtuel contre l'exploitation du gaz de schiste.

Même s'il s'agit d'un combat de David contre Goliath, et que la majorité des gens ne sont pas encore suffisamment informés pour bien saisir la portée de la menace que représente une exposition continuelle à la pollution électromagnétique croissante de l'environnement urbain moderne – une pollution que le déploiement de 1,7 millions de compteurs électropolluants dans la région de Montréal en 2012 ne ferait qu'exacerber – je suis confiant qu'à force de persévérance et de persuasion le gros bon sens finira par prévaloir et que les mesures nécessaires seront prises pour protéger l'ensemble de la population contre ces risques croissants, et surtout pour améliorer la qualité de vie des personnes électrosensibles en leur offrant comme en Suède des moyens de se protéger, dont notamment en préservant des zones refuges exemptes de toute radiation excessive. Mais la première chose à faire est de réussir à stopper le déploiement sauvage, sans la moindre consultation publique ni la moindre étude d'impacts sur la santé de la population, de ces compteurs de malheur afin d'éviter la pire invasion électromagnétique ayant jamais menacé la santé et la sécurité de la population québécoise.

Jean Hudon
L'Anse Saint-Jean
Co-fondateur de la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique
www.cqlpe.ca

Affirmez votre liberté de choix et votre dignité humaine! Dites NON aux compteurs électropolluants d'Hydro-Québec ! Signez la pétition de la CQLPE réclamant un moratoire sur le projet d'Hydro-Québec d'irradier les Québécois-es avec des micro-ondes cancérogènes et électroallergènes. Vous trouverez le lien vers notre pétition sur le site de l'Assemblée nationale du Québec et plusieurs autres actions à poser en visitant le www.cqlpe.ca

---

Commentaire mis en ligne par Marie-Michelle Poisson le 29 décembre 2011 en réaction à l’article Compteurs intelligents - Hydro fonce malgré les questions en suspens de Louis-Gilles Francoeur du journal Le Devoir.

Villeray.. autres cas problématiques observés...

Comme les nouveaux compteurs se retrouvent de manière aléatoire dans divers endroits imprévus nous retrouvons un compteur émetteur de RF dans une cuisine exigüe à proximité de la table à manger familiale ( les RF sont multipliées par la réflexion sur les surfaces métalliques des électroménagers...), un compteurs émetteur de RF dans une chambre à coucher d'une personne âgée dotée d'un "pacemaker" ( les RF peuvent interférer avec certains appareils médicaux), des compteurs groupés dans un local commercial abritant une garderie et donc à proximité de jeunes enfants, d'autres compteurs groupés cette fois à l'extérieur mais sur un mur jouxtant l'espace de jeu des enfants, etc.etc. La plupart des gens connaissent les risques associés à l'exposition au RF et choisissent de faire usage modéré ou ne ne pas utiliser des technologies qui les exposent aux RF, ils choisissent parfois de recourir aux technologies câblées et décident, lorsqu'ils sont bien avertis des risques, d'en interdire l'usage aux enfants et d'éloigner ceux-ci le plus possible des émetteurs de RF. Rien de tout cela n'est possible avec les nouveaux compteurs qui se retrouvent sans préavis dans nos habitats quotidiens; d'abord personne n'est averti dûment des dangers potentiels au moment de l'installation et puis personne ne peut en moduler l'usage selon les risques qu'il est prêt à assumer pour lui-même et ses proches. Voilà toute la différence entre ces nouveaux compteurs et les autres technologies émettrices de RF.

Nous sommes soumis à une implantation massive et aléatoire dont personne ne connaît encore les impacts réels sur la santé des populations. Au nom de quoi devrions-nous tous accepter d'être les cobayes d'une telle expérience menée à l'aveuglette?




Tiré de : http://www.oag-bvg.gc.ca/internet/Francais/pet_253_f_31629.html

(...)

LACUNES DU CODE DE SÉCURITÉ 6 DE SANTÉ CANADA

En 1999, un groupe d’experts de la Société royale du Canada (10) s’est réuni pour examiner les risques possibles des rayonnements RF de dispositifs sans fil sur la santé. Voici ce dont fait état le rapport du groupe: Des preuves scientifiques de plus en plus nombreuses indiquent que des champs RF d’intensité bien inférieure au seuil de mesure de la chaleur peuvent produire des effets sur les cellules et les tissus. Ces effets biologiques comprennent des altérations touchant l’activité de l’enzyme ornithine décarboxylase (ODC), associée au développement du cancer; la régulation du calcium et la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique. Certains de ces effets biologiques produits par des niveaux d’exposition non thermique aux RF pourraient éventuellement être associés à des effets négatifs sur la santé. Les lignes directrices canadiennes applicables aux fréquences des téléphones DECT (2,4 et 5,8 GHz) [et cellulaires] établissent un seuil de 1000 microW/cm2 (11). En Russie, le seuil est de 10 microW/cm2 pour la même gamme de fréquences, et à Salzbourg (Autriche), il est de 0,1 microW/cm2 (12). Les dispositions du Code de sécurité 6 du Canada se fondent sur les effets thermiques, tandis que les autres lignes directrices s’appuient sur les effets biologiques. Santé Canada est d’avis qu’il n’est pas nécessaire de resserrer les dispositions en place car, si ce type de rayonnement ne réchauffe pas les tissus, il est sans effet et les lignes directrices en vigueur assurent la protection du public contre les effets thermiques. Des preuves scientifiques indiquent le contraire (2,12), ce que d’autres gouvernements ont reconnu (3,4,5), et les effets ont été récemment documentés dans le rapport Bioinitiative, qui réclame des directives fondées sur les effets biologiques dans le cas des rayonnements micro-ondes (13). Le public canadien doit être protégé contre les rayonnements micro-ondes, et cette responsabilité incombe à Santé Canada. Dans le cas présent, il semble que Santé Canada ne s’acquitte pas de cette responsabilité et tarde à informer Industrie Canada des risques que peuvent présenter les rayonnements micro-ondes. La situation doit être corrigée. Il ne faudrait en aucun cas ignorer ces premiers indices de risques pour la santé. Santé Canada devrait à tout le moins invoquer le principe de précaution si les preuves scientifiques lui semblent non concluantes. CLIP


Retour à la page d’accueil de ce site