Un important complément fort révélateur


Bonjour

En complément à mon précédent courriel sur l'examen par Hydro-Québec de la diminution des frais exigés pour le droit de retrait (voir ce reportage de TVA et cette version plus longue de JE), je viens de traduire la transcription (fournie ci-après) de la vidéo suivante – To Utility Company : http://youtu.be/UPLSwAm9DkQ réalisée par Jerry Day – qui offre un éclairage fort révélateur, en des termes cinglants, sur l'arnaque des frais réclamés pour bénéficier du droit de ne pas se faire détruire la santé par les émetteurs à micro-ondes des compteurs de première et de nouvelle génération.

Jean Hudon
http://www.cqlpe.ca/

PS Si vous voulez regarder une autre vidéo fort révélatrice produite par M. Day, voir sa célèbre vidéo : Smart Meters : http://youtu.be/8JNFr_j6kdI vue par près de 2 millions de personnes.

* * *

UN MESSAGE AUX COMPAGNIES D’ÉLECTRICITÉ


Ce message s’adresse à ceux qui formulent les politiques pour les compagnies d'électricité.

Certains d'entre vous semblent ne pas être au courant de l'erreur et de la violation que constitue l'installation de compteurs numériques sur une propriété privée.

Certains d'entre vous savent très bien de quel tort et de quelles violations il s’agit, et vous sacrifiez délibérément votre crédibilité, votre intégrité et votre carrière afin de promouvoir les compteurs numériques, pour des raisons qui vous appartiennent.

Que vous admettiez ou non les problèmes liés aux compteurs numériques, certaines questions clés devront trouver réponse.

Par exemple, comment les compagnies d'électricité et les organismes de réglementation des services publics en sont-ils venus à concevoir la notion voulant que lorsqu’un dispositif de surveillance émettant des radiations est illégalement installé sur la maison de quelqu'un, sans son consentement éclairé, le propriétaire peut se voir facturer des frais pour sa suppression ?

C'est de l'arrogance pure, aveugle et insultante.

La surveillance électronique est un crime en vertu de la loi fédérale américaine, Titre 18, Chapitre 1:19, Section 25:10 – Mise sur écoute.

[NOTE : Au Canada, selon ce qui est expliqué ICI, il faut l'autorisation d'un juge pour faire de la surveillance électronique : « La Cour suprême du Canada a statué que la surveillance électronique constitue une perquisition du point de vue de l’article 8 de la Charte, et ses décisions à cet égard ont eu un effet considérable sur les dispositions du Code criminel relatives à ce genre de techniques. Comme la surveillance électronique constitue une intrusion plus importante dans la vie privée que les mandats de perquisition ordinaires, la loi prévoit des mesures de protection supplémentaires sur le plan de la procédure. »]

L’irradiation de la propriété privée, dont on sait et dont on a démontré qu’elle cause le cancer, des lésions neurologiques et des dommages au système immunitaire, est un crime en vertu de la loi américaine, Titre 18, Partie 1, Chapitre 7, Section 1:13 – Agression.

[NOTE: En vertu du Code criminel canadien : « 245. Quiconque administre ou fait administrer à une personne, ou fait en sorte qu’une personne prenne, un poison ou une autre substance destructive ou délétère, est coupable d’un acte criminel et passible : a) d’un emprisonnement maximal de quatorze ans, s’il a l’intention, par là, de mettre la vie de cette personne en danger ou de lui causer des lésions corporelles; b) d’un emprisonnement maximal de deux ans, s’il a l’intention, par là, d’affliger ou de tourmenter cette personne. S.R., ch. C-34, art. 229. » Les micro-ondes des compteurs constituent à n'en pas douter un poison électromagnétique potentiellement cancérogène et donc mortel.]

Les personnes qui sont complices de ces crimes peuvent être tenues responsables par des poursuites pénales et civiles.

Par conséquent, en ce qui concerne l’idée saugrenue de facturer des frais pour le droit de retrait, il est absurde d'envisager que la victime soit tenue de payer des frais au criminel pour échapper à la faute, au préjudice et à la perte résultant de cette activité criminelle.

Des allégations d'extorsion ont été faites à maintes reprises contre les compagnies d'électricité, et aucun réfutation crédible n’a été offerte en retour.

La boussole morale et juridique a été complètement éjectée de son pivot ici.

Si une compagnie d'électricité n'a pas le consentement des propriétaires et des occupants pour l'installation de dispositifs de surveillance illégaux émettant de dangereuses radiations, elle ne peut prétendre être en droit de réclamer des frais d’enlèvement et de remplacement.

Il s'agit là d'une réalité juridique élémentaire.

Et l'électricité sale dans la maison n'est pas réduite lorsque les émetteurs sont enlevés.

L'alimentation à découpage engendre une pollution de rayonnements électromagnétiques, qu’il y ait ou non une transmission intentionnelle de radiations ou de données.

Contrairement à la propagande des compagnies d'électricité, les servitudes de propriété ne comprennent pas le consentement pour l'installation et l'exploitation d’un compteur numérique, et ce, pour plusieurs raisons.

Il n'y a généralement aucune divulgation adéquate des caractéristiques et des fonctions du compteur.

Un consentement éclairé n’a nullement accordé par les propriétaires et les occupants.

Et les installations sont en violation de la loi, et ne peuvent donc être imposées en vertu d’un contrat de servitude, qu'il soit écrit, verbal ou implicite.

La dissimulation et la tromperie perpétrées par les compagnies d'électricité et les organismes de réglementation en matière de comptage et de surveillance numériques sont la preuve manifeste que les acteurs de l'industrie n'agissent pas dans l'intérêt des utilisateurs finaux des compteurs.

Si l'équipement et les systèmes n'étaient pas dangereux et répugnants, les compagnies d’électricité n'aurait aucune difficulté à divulguer les faits réels et à obtenir le consentement éclairé de leurs clients pour les installations.

Les installateurs, qui devraient être plus avisés, pénètrent furtivement sur les propriétés, effectuent les installations à toute vitesse, et remplacent même les compteurs sous une pleine charge, ce qui, comme vous devez le savoir, a causé plus d'un millier d'incendies de maisons, uniquement en Californie.

Certains fabricants de compteurs ont même enlevé de leur site Web les spécifications techniques des compteurs afin de s'assurer que les propriétaires ne puissent être pleinement informés.

Avec autant de fraudes, de tromperie et de malice préméditées, il est étonnant que quiconque puisse envisager de faire payer les coûts de remédiation aux innocentes victimes de cet incroyable fiasco.

Le programme des compteurs intelligents est une horrible erreur.

Les compteurs numériques constituent des violations peu importe où et quand ils sont installés.

Vous ne pouvez pas installer une alimentation à découpage à la tête du réseau de câblage de la maison de quelqu'un sans gaspiller de l'électricité, irradier les occupants, engendrer des conséquences négatives pour la santé, et endommager l'équipement et les appareils électroniques, et un avertissement à cet égard peut être trouvé dans tous les manuels d'ingénierie électrique.

Les concepteurs des compteurs numériques résidentiels ont dû se faire dire de simplement ignorer leur éducation, et de concevoir des appareils qu'ils savent être dangereux et défectueux.

C'est un méfait délibéré et intentionnel.

Ceux qui ont provoqué ce problème doivent non seulement payer pour la réparation, mais ils doivent aussi être punis pour empêcher de telles choses de se répéter.

Et nous savons que les parties obligées ne comprennent pas les propriétaires de maison, qui veulent seulement protéger la santé, la sécurité et les droits de leur famille.

Nous savons que treize pour cent de la population est électromagnétiquement sensible à des degrés divers.

Nous savons que même lorsque les occupants ne sentent pas les symptômes de l'exposition, ils souffrent souvent de maladies et de troubles graves et importants en bout de ligne.

Nous savons que les données enregistrées par les compteurs seront piratées et utilisées à mauvais escient.

Les procès vont vous tomber dessus comme des sauterelles, et c’est déjà commencé*.

L’irradiation et de la surveillance de la propriété privée n’ont aucune place dans une société libre, et ne peuvent pas survivre aux recours juridiques qui vont de tout évidence se matérialiser.

Ce programme irresponsable et mal conçue doit être immédiatement stoppé.


* Voir Lawsuit Against Meter Sickness - Are You In? : http://youtu.be/1Vln-uuu_aI

* * *

(Version originale anglaise de la transcription de cette vidéo)

A MESSAGE TO UTILITY COMPANIES


This is a message for those who make policy for power companies.

Some of you seem to be unaware of the error and violation of installing digital meters on private property.

Some of you know full well the harm and violations, and you are deliberately sacrificing your own credibility, integrity and future careers in order to promote the digital meters, for reasons of your own.

Whether you admit the problems with digital metering or not, some key questions will have to be answered.

For instance, how did power companies and utility regulators come to the notion that when a radiation-emitting surveillance device is unlawfully installed on someone's home without their knowledge and consent, the homeowner may be charged a fee for its removal?

This is pure, blind and insulting arrogance.

Electronic surveillance is a crime under federal Title eighteen chapter one nineteen, section twenty five, ten: Wiretapping.

Radiation of private property, which is known and proven to cause cancer, neurological injury and immune system damage, is a crime under United States, Title eighteen, part one, chapter seven, section one thirteen, Assault.

Persons who are complicit in these crimes can be held to account through both criminal and civil actions.

So with regard to the preposterous concept of opt out fees, it is absurd to contemplate a fee to be paid to the criminal by the victim in order to escape the harm and damage and loss of the criminal activity.

Allegations of extortion have been made against power companies many times, and no credible rebuttals have been offered back.

The legal and moral compass has spun completely off its pins here.

If a power company has no consent from the property owners and occupants for installation of unsafe and unlawful radiation-emitting surveillance devices, it has no claim for costs of removal and replacement.

This is law 101.

And dirty electricity in the home is not reduced when the transmitters are removed.

The switching mode power supply causes electromagnetic radiation pollution, regardless of any intentionally transmitted radiation or data.

Contrary to power companies propaganda, property easements do not comprise consent for digital meter installation and operation, for several reasons.

There is generally no proper disclosure of the features and functions of the meter.

There is no informed consent granted by the property owners and occupants.

And the installations are violations of law, and therefore cannot be enforced by any easement contract, whether written, verbal or implied.

The secrecy and deception perpetrated by power companies and regulators in the digital metering and surveillance is clear evidence that utility industry stakeholders are not acting in the interest of the end-users of the meters.

If the equipment and systems were not dangerous and repugnant, the utility companies would have no trouble with disclosure and with gaining informed consent for the installations.

Installers, who should know better, are sneaking onto properties, rushing installations, and even swapping the meters under full load, which as you must know has caused more than a thousand house fires in California alone.

Some meter manufacturers have even removed meter specifications from their web sites to assure that homeowners cannot be fully informed.

With so much premeditated fraud, deceit and malice, it is astonishing that anyone would consider passing the cost of remedy to the innocent victims of this ill-conceived fiasco.

The smart meter program is a horrible mistake.

Digital meters are violations wherever and whenever they are installed.

You cannot put a switching mode power supply at the head-end of a wiring grid of someone's home without wasting electricity, radiating the occupants, creating negative consequences to health, and damaging electronic equipment and appliances, and warning of that is in every textbook on electrical engineering.

The designers of digital household meters had to have been told to simply ignore their education, and design devices they know to be harmful and defective.

This is deliberate and intentional wrongdoing.

Those who caused this problem must not only pay for the remedy, they must be penalized to prevent such things in the future.

And we know that the obligated parties do not include any homeowner, who only wishes to protect his or her family's health, safety and rights.

We know that thirteen percent of the population is electromagnetically sensitive in varying degrees.

We know that even when occupants don't feel symptoms from the exposures, they will often suffer serious and major illnesses and injuries down the line.

We know the recorded data from the meters will be hacked, and misused.

The lawsuits will come at you like locusts, and that has already started.

Radiation and surveillance of private property have no place whatsoever in a free society, and cannot survive legal challenges that will obviously materialize.

This reckless and ill-conceived program must be stopped now.





NOTE : L’ajout suivant a été fait quelques heures plus tard

Bonjour Jocelyne et Andréa

Juste pour dire que je soutiens entièrement tes propos (ci-après) Jocelyne pour ce qui est d'exiger l'abolition des frais, et l'argumentaire de M. Day dont j'ai traduit la vidéo hier démontrait amplement combien cette exigence de payer pour ne pas se faire trucider à petit feu et épier en permanence est légalement inacceptable et immorale. C'est effectivement cette abolition des frais qui va nous aider à faire «capoter ce projet d'implantation», comme tu le dis si bien, en faisant passer le pourcentage incroyablement erroné et trompeur de l'article de TVA (1% de 800,000 c'est 8000, alors 2500 sur 8000 – 8000 divisé par 2500 – c'est 0,3125 % et personnellement j'incluerai les 1700 avis de non-consentement – un total certainement sous évalué – pour avoir une idée plus juste, donc 8000 divisé par 4200 ça nous donne un peu plus de 1/2 pourcent de refus) BIEN AU-DESSUS du mensonger 0,003 % indiqué dans leur article -- il y en a qui ne savent vraiment pas calculer à TVA!...

De plus, avec le déploiement qui va se faire dans les secteurs où les compteurs se trouvent surtout à l'intérieur des maisons, ils vont certainement frapper un gros os (et à nous ne faire en sorte que les gens des secteurs concernés soit alertés à temps à cet égard afin qu'ils n'ouvrent pas leur porte aux installateurs comme les 6500 clients de Villeray l'ont fait lors du projet pilote - ce à quoi cette annonce que j'avais payée dans le Journal Progrès Villeray avait certainement contribué et voir La résistance des citoyens a eu raison du projet pilote dans Villeray pour en savoir plus) et alors le pourcentage de compteurs impossibles à remplacer va exploser – comme au BC où plus de 80,000 compteurs n'ont pu être installés par BC Hydro.

Mais je crois qu'il est futile d'espérer que Thierry le « Grand méchant loup » va de lui-même éliminer les frais parce que Martine, le « Petit chaperon rouge » le lui a gentiment demandé. C'est sur toute la classe politique que nos pressions doivent s'exercer, à commencer par le PQ bien sûr, pour qu'une loi soit adoptée à l'Assemblée nationale, comme dans l'État du Vermont où les députés ont adopté une telle loi - voir le libellé de leur loi ICI qui pourrait être copié et présenté par Amir Khadir... Et il faut pour notre part s'inspirer de la campagne réussie des opposants du Vermont - voir au http://wakeupoptout.org/ - pour y arriver ici.

Cependant, ne perdez pas votre temps à tenter de réveiller les irréductibles ignares de la CAQ. Voici leur position officielle telle qu'exprimée il y a 3 jours en réponse à une demande de M. Robert Mathieu qui m'a fait suivre leur réponse...

Le mercredi 6 novembre 2013 11h16, "Gervais, Maxime" (mgervais@assnat.qc.ca) a écrit :

Monsieur Robert Mathieu,

Au nom de Monsieur François Legault, député de L’Assomption et chef du deuxième groupe d’opposition, nous accusons réception de vos commentaires au sujet de l’installation des compteurs intelligents par Hydro-Québec.

La Coalition Avenir Québec, bien que sensible aux inquiétudes de la population à l’égard des impacts possibles sur la santé publique, se prononce en faveur de l’installation des compteurs intelligents par Hydro-Québec, tel qu’autorisé par la Régie de l’Énergie en octobre 2012.

En accord avec l’étude menée conjointement par l’organisme de protection des consommateurs Protégez-vous ainsi que par l’école Polytechnique de Montréal, publiée le 27 novembre 2012, la Coalition Avenir Québec estime que les inquiétudes concernant la santé publique ne sont pas fondées. Selon ces études, les intensités mesurées de rayonnement électromagnétique radiofréquence se situent bien en deçà des normes canadiennes, normes qui demeurent fort comparables aux normes internationales les plus sévères en la matière. Pour ces raisons, la Coalition Avenir Québec approuve la modernisation du parc de compteurs d’Hydro-Québec.

Les citoyens n’étant pas convaincus par ces études ont tout à fait le droit de refuser l’installation des compteurs nouvelle génération. La Régie de l’Énergie a en effet prévu un droit de retrait pour les citoyens.

Pour ceux qui veulent se prévaloir de cette disposition, vous avez 30 jours pour agir suivant la réception de l’avis d’installation par Hydro-Québec. Après ce délai écoulé, vous pourrez toujours communiquer votre refus, mais les frais seront plus élevés. Le courrier recommandé est fortement suggéré afin de signifier à Hydro-Québec votre droit de retrait.


Nous vous prions d’agréer, Monsieur Mathieu, nos salutations distinguées.


Maxime Gervais | Attaché politique de François Legault

---

Quand même incroyable non que ces idiots (excusez-la mais ça me semble vraiment justifié dans ce cas) se fient à l'étude bidon de la brigade électro-urbaine composée d'étudiants du professeur Gervais à la solde du richissime négationiste Lorne Trottier publiée dans le Protégez-vous (voir Bulletin #19 : Le bal de la désinformation est reparti de plus belle et évidemment voir Compteurs intelligents : des experts dénoncent la « désinformation flagrante ») pour affirmer tout de go que « les inquiétudes concernant la santé publique ne sont pas fondées. » Moi à leur place, et avec des prises de positions aussi stupides, je m'inquiéterais davantage de la disparition prochaine de ce parti de dinosaures.

Et enfin, effectivement comme Louise le soulignait ci-dessous, c'est grâce à la mobilisation ultra-rapide des opposants (voir Compteurs 'intelligents' : la ministre Martine Ouellet fait face à de nombreux citoyens inquiets) que nous avons réussi à faire en sorte que cet urgent dossier remonte sur le dessus de la pile de dossiers dont la valeureuse et inépuisable Martine Ouellet doit s'occuper. Nous lui souhaitons d'ailleurs toute l'énergie renouvelable dont elle a besoin pour réussir à se faire entendre par l'intraitable dépositaire des visions politiques (inspirées du capitalisme sauvage qui gangrène le monde) des Libéraux toujours à la tête d'Hydro-Québec, M. Thierry Vandal, qui avec son contrat, lui donnant droit à salaire annuel de plus d'un demi-million de dollars, se pense sans doute intouchable et à l'abri des conséquences de ses décisions décidément peu respecteuses de la santé et des droits humains de ses clients – dans le dossier des compteurs émetteurs de micro-ondes en tout cas...

Jean Hudon
http://www.cqlpe.ca

PS Je te remercie Jocelyne de m'avoir envoyé les procès-verbaux (avec les résolutions allant dans notre sens) de BoisBriand et de Longueuil. Je les ai montées sur une seule page (voir pièces attachement) et viens de les archiver à http://www.cqlpe.ca/Trousse.htm

---

CE COMMENTAIRE ÉTAIT EN RÉPONSE À...

Bonjour Andréa,

Je suis d'accord avec Louise : il ne faut pas accepter une réduction des frais mais exiger l'abolition des frais, et rien de moins.

Il faudra surveiller ce que T. Vandal va présenter à la Régie de l'énergie. Et j'espère que ce processus ne nécessitera pas d'attendre encore des mois avant que des changements soient apportés.

C'est l'abolition des frais qui nous aidera à faire capoter ce projet d'implantation. Avec la gratuité, le nombre de 2500 refus évoqués hier dans le reportage pourrait augmenter de façon exponentielle et ainsi créer tellement de trous dans le réseau que cela mettra le projet d'Hydro largement en péril.

L'objectif, faire passer le fameux 0,003 % indiqué dans l'article d'hier à un taux de refus largement supérieur pour faire dérailler ce projet économiquement.


Jocelyne




Date: Sat, 9 Nov 2013
Subject: J.E. : Reportage complet!
From: villedelongueuilrefuse@gmail.com
CC: refusonscompteurs@gmail.com

Bon samedi matin à tous!

Reportage plus complet/détaillé à J.E. :
http://tva.canoe.ca/emissions/je/reportages/201656.html


Voici un message envoyé par Louise :

Merci pour le lien Andréa...

Cela est un peu encourageant... Mais à mon avis, on ne devrait pas payer de frais du tout !!!

Je suis contente de voir que le fait d'être aller voir la ministre nous a sûrement aidé!! Au moins on se sent que l'on ne fait pas cela pour rien....

On continue notre combat....


Louise



Réponse : Je suis d'accord avec toi Louise! Mais, ce matin, je voudrais surtout NOUS FÉLICITER TOUS, CITOYENS ENGAGÉS DE TOUTES LES VILLES, POUR CE NOUS AVONS ACCOMPLI ENSEMBLE GRÂCE À NOTRE PRÉSENCE et AUX DIVERS TÉMOIGNAGES que nous avons livrés ce samedi matin du 5 octobre dernier, à la Maison du citoyen, devant la ministre Martine Ouellet.

UN SINCÈRE REMERCIEMENT À TOUS CEUX ET CELLES QUI SE SONT DÉPLACÉS ET QUI ONT TENU À ÊTRE PRÉSENTS. Un immense merci également à tous ceux qui ont pris le temps d'écrire à nos élus!!!

ENCORE BRAVO À TOUS!!!

Andréa





EN RÉACTION À MES COMMENTAIRES PLUS HAUT, JOCELYNE A RÉPONDU...

Jean,

Effectivement, je ne pense pas que la gratuité va venir de T. Vandal. Il a fait mention d'une diminution des frais, (ou plutôt des pénalités)... alors que Martine Ouellet a parlé de gratuité.

La pression devra être mise et remise sur les élus, accroître le nombre des villes qui appuient la motion d'A. Khadir, et augmenter le nombre des demandes de moratoire.

Mais cela me semble n'être qu'une étape pour amoindrir les dommages collatéraux.

Ceux qui sont purs et durs, comme moi, ne veulent absolument rien savoir de cette implantation. Pas de réseau maillé, pas de compteurs émettant moins de RF, pas de compteurs activables/désactivables à distance, rien de tout cela.

Le progrès n'est pas toujours le progrès...

Je souhaite avoir un Québec "intelligent", qu'il ait l'intelligence de ne pas irradier les citoyens contre leur gré. Il y a déjà suffisamment d'endroits où on n'a pas le choix de se faire irradier.

J'attends le politicien qui va arriver avec un projet intelligent, basé sur la conscience morale, pas sur le CASH. Je suppose que je rêve...

En attendant, on n'avait pas assez de se débattre comme un diable dans l'eau bénite pour dénoncer ce projet malsain, en plus il va falloir se battre contre un maire (Denis Coderre) qui veut mettre du WiFi partout.

Jocelyne