Le 16 mars 2015



Envoi spécial : Dans le débat entourant la nocivité des champs électromagnétiques, l'objectivité scientifique en prend pour son rhume


Bonjour

Ce qui suit en intéressera sans doute plus d'un. Dimanche le 15 mars j'ai répondu au courriel suivant... puis d'autres réactions ont suivi. Bonne découverte – et implication si le coeur vous en dit...

Jean Hudon
CQLPE.CA

Cet envoi spécial est archivé à http://www.cqlpe.ca/Bulletins/ObjectiviteEnPanne.htm

Si vous recevez une copie de ceci, et aimeriez vous abonner au bulletin de la CQLPE, il suffit d'envoyer un courriel à info@cqlpe.ca en inscrivant 'Abonnez-moi au bulletin' comme sujet de votre courriel. Si vous ne désirez plus y être abonné-e, il suffit de le demander à la même adresse de courriel.

* * *

Date: 15 Mar 2015
To: Richard Legault
Cc: Nellie Létourneau
Subject: Re: l’émission les Années lumière de ce dimanche

Bonjour M. Legault

Vous avez écrit:

Bonjour à tous,

Je suis estomaqué suite à l’entrevue de M. Gauthier de l’INRSPQ (celui qui a été interviewé à MATV) à l’émission les Années lumière de ce dimanche vers 13h 30. Ce gamin responsable de la revue de littérature sur les RF vient de rassurer tous les auditeurs en disant qu’il n’y a aucun problème avec les ondes électromagnétiques… Il décrit même la Loi adopté récemment en France de pas nécessaire et mentionne même que le principe de précaution n’est pas pertinent dans ce cas.

Je vous suggère d’aller sur le site de RC, à l’onglet de l’émission, d’écouter ses commentaires et de réagir.

Moi, J’ai téléphoné 2 fois pour émettre ma déception pour une émission dite scientifique et pour réfuter ses arguments et surtout leur demander d’inviter quelqu’un de plus crédible pour parler des ondes électromagnétiques et de leurs effets sur la santé. J’ai suggéré Paul Héroux de l'Université Mc Gill qui pourrait être invité dans une prochaine émission.

Je suggère que chacun fasse la démarche d’écouter cette entrevue et réagisse sur leur répondeur téléphonique 514 597-6166 ou leur no sans frais. 1-800-752-9050. Ou écrivez au réalisateur.

SVP, faire suivre aux Groupes refuse et à d’autres personnes intéressées. On ne peut pas laisser passer ça. Ça dépasse l’entendement !

Au revoir

Richard Legault, M. Urb.
Consultant en communication et gestion environnementale

«Rien n'est plus puissant qu'une idée dont le temps est venu».

- Victor Hugo.

http://ici.radio-canada.ca/emissions/les_annees_lumiere/2014-2015/

Science et technologie

Le courrier des Années lumière : Les ondes électromagnétiques

Tous les appareils électriques et électroniques courants, y compris les compteurs d'Hydro Québec, émettent-ils des ondes électromagnétiques nocives pour la santé? La réponse de Mathieu Gauthier de l'Institut national de la santé publique du Québec.


et bonjour aussi à Mme Létourneau qui m'a écrit séparément...

« As-tu écouté Les années lumières avec le vendu Mathieu Gauthier de l'Institut national de la santé publique du Québec? Le genre de type insipide que j’exècre.. Un beau discours rationnel inconséquent et vide. »

J'ai moi aussi écouté les propos de ce négationniste....

(que l'on peut ré-entendre à http://bit.ly/1xpVXeN et il faut y cliquer 7 fois sur la flèche rouge à la droite pour arriver au segment s'intitulant «Le courrier des Années lumière : Les effets des ondes électromagnétiques» d'une durée de 7 min 35 sec)

.... un de plus! – imbu de ses certitudes... un digne émule de Michel Plante et de Patrice Lavoie d'Hydro-Québec où l'on doit A-D-O-R-E-R ses propos... et c'est à se demander si le rapport qu'il va publier dans quelques mois n'est pas en fait une commande d'Hydro-Québec pour tenter une fois de plus de «noyer le poisson» et de faire taire la résistance...

Quand j'ai entendu la question d'une auditrice de cette émission à laquelle ils allaient répondre, je n'ai pu m'empêcher de penser "Here we go again" - et je n'ai donc été nullement surpris qu'on donne à ce Mathieu Gauthier une tribune pour répandre son fiel désinformateur, puisque l'animateur de cette émission (dont j'aime habituellement le contenu) fait partie depuis longtemps d'un groupuscule de journalistes qui s'acharnent à prêcher l'Évangile de l'innocuité absolue des champs électromagnétiques et à profiter sans la moindre gêne de leur position pour gaver les gens de leurs "vérités". De fait, l'émission Les années lumière, en ce qui concerne le traitement de ce sujet du moins, devrait plutôt être renommée Les années de la grande noirceur.

Heureusement, ce qu'ils ne réalisent peut-être pas, c'est qu'en dépit du pouvoir de rayonnement médiatique dont ils disposent, de plus en plus de gens prennent conscience que ce avec quoi on ne cesse de leur rebattre les oreilles n'est qu'un tissu de mensonges, de demi-vérités et de désinformation.

Le vent a commencé à tourner et ce vent va bientôt se transformer en une tempête tranquille - et alors les marchands de mensonges vont regretter d'avoir tant tardé à reconnaître leur erreur.

Ceci dit, il faut se rappeler de ce qu'Arthur Schopenhauer a énoncé avec tant de justesse : « Toute vérité franchit trois étapes. D'abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence. »

Il ne faut donc pas se laisser décourager par le refus d'une certaine intelligentsia prétendument scientifique de reconnaître l'influence des puissants intérêts financiers qui polluent et influencent la recherche scientifique afin de faire dire à la science tout le contraire de la réalité. La même chose s'observe dans le dossier des OGMs, du déni du réchauffement climatique anthropocentrique, de l'énergie nucléaire et de tant d'autres domaines où l'appât du gain rend aveugle et prend le dessus sur toute autre considération.

Je me joins donc à vous M. Legault pour encourager les responsables de groupes Refuse et autres individus actifs dans ce dossier (quelques centaines en copie invisible) à contacter l'électrosceptique Yanick Villedieu (https://twitter.com/yanickvilledieu) via l'onglet Écrivez-nous à http://ici.radio-canada.ca/emissions/les_annees_lumiere/2014-2015/ pour l'encourager gentiment à enlever un instant ses oeillières et au moins admettre qu'il y a un débat scientifique intense et sérieux entourant cette question en invitant à son micro Paul Héroux (s'il veut se jeter dans cette fosse aux lions) ou Dominique Belpomme (alias «docteur machin» ou «docteur truc» dixit Francine Plourde) afin de présenter l'autre côté de la médaille – et avec sensiblement les mêmes questions de Francine Plourde proposées à Mathieu Gauthier. On ne risque rien de le demander même s'il faut s'attendre à une fin de non recevoir. Au moins s'il y a de fortes réactions, ils vont peut-être commencer à réaliser à quel point ils vont à contre-courant de la conscience sociale grandissante de l'extrême nocivité d'une exposition chronique à cette invisible mais bien réelle pollution électromagnétique.

Ceci dit le rapport que ce Mathieu Gauthier va publier dans les prochains mois va certainement être repris ad nauseum par Radio-Canada et La presse et nous devrions déjà lancer une contre-attaque préventive (par des lettres d'opinion dans les journaux notamment) pour tuer dans l'oeuf cette nouvelle tentative de «rassurer» la population au sujet des compteurs 'intelligents'.

À bon entendeur, salut!

Jean Hudon
Co-fondateur et webmestre
Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique
http://www.cqlpe.ca
Membre du comité organisateur de la campagne Je garde mon compteur !
http://www.jegardemoncompteur.com


Puis, joignant le geste à la parole, je leur ai écrit ce qui suit:

Bonjour M. Villedieu

Avec tout le respect que je vous dois – car j'admire depuis longtemps le travail de vulgarisation scientifique que vous faites et notamment votre appui soutenu à l'origine authropocentrique du réchauffement climatique – je voudrais vous exprimer mon désarroi face aux propos extrêmement partiels et dissimulateurs de Mathieu Gauthier de l'Institut national de la santé publique aujourd'hui à votre émission. Je sais pour vous avoir entendu maintes fois soutenir de tels points de vue que vous êtes sans doute parfaitement à l'aise avec les affirmations lénifiantes qu'il a faites. Je ne m'attends donc pas à ce que rien de ce que je puisse dire ne change un iota à votre opinion... oui une opinion, car si vous voulez bien durant quelques minutes (heures!) accorder votre attention aux études scientifiques accessibles via le http://bit.ly/1dQH4bl et considérer les témoignages (anecdotiques il va s'en dire mais ne représentant qu'un mince échantillonnage des effets subis) disponibles au http://bit.ly/19oQFuS je crois que vous devrez bien admettre en toute objectivité que le débat scientifique entourant la prétendue innocuité des champs électromagnétiques et des micro-ondes pulsées (du cellulaire et des compteurs 'intelligents' notamment) est loin d'être clos.

En fait, à mon humble avis, si l'on cesse d'exclure sous toutes sortes de prétextes fallacieux et de motifs tendancieux les milliers d'études démontrant les nombreux effets nuisibles pour la santé des effets non-thermiques (dits «biologiques») des radiofréquences pulsées, force est alors d'admettre que le poids de la preuve scientifique démontre désormais que l'on ne peut plus prétendre à la légère comme le faisait M. Gauthier qu'il n'y a aucune raison sérieuse de s'en inquiéter. C'est pour moi carrément de la malhonnêteté intellectuelle et c'est à l'image des scientifiques mercenaires qui acceptent de sacrifier leur intégrité morale sur l'autel du veau d'or... des scientifiques grassement payés par l'industrie des télécommunications pour réaliser des études bidons conçues à la base pour ne rien démontrer de nocif – une pratique couramment utilisée par les industriels qui ont trop à perdre si l'extrême nocivité de leur produit était reconnue. Bien sûr, la vaste majorité des scientifiques sont intègres et certains qui, comme vous, estimaient être du bon côté du débat scientifique en soutenant l'innocuité des champs électromagnétiques, même sous une exposition chronique et de plus en plus intense, en viennent eux aussi à reconnaître leur erreur face aux nouvelles données qui ne cessent de s'accumuler pour étayer l'argumentaire de ceux qui ont réalisé l'ampleur sans précédent du risque que notre aveuglement collectif nous fait courir à cet égard. À titre d'exemple, je vous recommande de consulter "Tumor promotion by exposure to radiofrequency electromagnetic fields below exposure limits for humans" et de lire l'article qui vulgarise ce qui précède RF Cancer Promotion: Animal Study Makes Waves au http://bit.ly/1EhGzUr

Vous y constaterez que le Dr. Alexander Lerchl, un allemand réputé pour avoir défendu ardemment durant des décennies la thèse de l'innocuité des champs électromagnétiques, vient de changer complètement de camp avec les résultats de cette étude révisée par des pairs qu'il vient de réaliser avec 9 collègues et qui vient d'être publiée le 6 mars dernier.

Voici les principales conclusions de cette étude :

Highlights

• Tumor-promoting effects of RF-EMF exposed mice have been reported in 2010.
• We have replicated the study with higher numbers of mice per group.
• We could fully confirm the previous results, thus the effects are reproducible.
• Apparently, no clear dose-response relationship is evident.
• We hypothesize that metabolic changes are responsible for the effects observed.

Abstract

The vast majority of in vitro and in vivo studies did not find cancerogenic effects of exposure to electromagnetic fields (RF-EMF), i.e. emitted by mobile phones and base stations. Previously published results from a pilot study with carcinogen-treated mice, however, suggested tumor-promoting effects of RF-EMF (Tillmann et al., 2010). We have performed a replication study using higher numbers of animals per group and including two additional exposure levels (0 (sham), 0.04, 0.4 and 2 W/kg SAR). We could confirm and extend the originally reported findings. Numbers of tumors of the lungs and livers in exposed animals were significantly higher than in sham-exposed controls. In addition, lymphomas were also found to be significantly elevated by exposure. A clear dose-response effect is absent. We hypothesize that these tumor-promoting effects may be caused by metabolic changes due to exposure. Since many of the tumor-promoting effects in our study were seen at low to moderate exposure levels (0.04 and 0.4 W/kg SAR), thus well below exposure limits for the users of mobile phones, further studies are warranted to investigate the underlying mechanisms. Our findings may help to understand the repeatedly reported increased incidences of brain tumors in heavy users of mobile phones.

– Tiré de http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0006291X15003988

Je ne voudrais pas prendre davantage de votre temps, mais je vous exhorte de surmonter la tentation bien naturelle de se cantonner à ce qui est connu et rassurant. La science a toujours progressé à force de se remettre en question et de pousser plus loin ses investigations – je ne vous apprends rien là-dessus. Hélas, trop souvent de nos jours, en raison de l'influence pernicieuse d'études truquées et en apparence légitimes qui polluent la science et diluent le poids des preuves accumulées en faveur d'hypothèses remettant en question notre vision des choses et nos façons de faire, et ne nous le cachons pas, en raison aussi de l'influence corruptrice de puissants lobbies financiers auprès de certains de nos politiciens élus, la vérité scientifique subit l'ombrage des pseudos vérités auxquelles nous avons été habitués et encouragés à croire.

Plutôt que de perpétuer un obscurantisme et un déni qui n'ont plus leur place à la lumière des données scientifiques de sources indépendantes de toute influence corruptrice, au lieu de perpétuer le mythe dangereux de l'innocuité des champs électromagnétiques et des radiofréquences pulsées, j'ose croire qu'une émission portant le nom d'années lumière est prête à offrir AUSSI une tribune à ceux qui peuvent présenter l'autre côté de la médaille dans ce débat. Je vous recommande donc bien humblement de contacter le physicien Paul Héroux qui donnait justement la réplique récemment aux propos trompeurs de M. Gauthier lors d'une entrevue que vous pouvez écouter au http://bit.ly/1A1OG63 et de l'inviter à votre émission pour lui donner, sans question piège ni apriori ou innuendo, la possibilité de transmettre ce qu'il sait à vos auditeurs.

Cordialement

Jean Hudon
Co-fondateur et webmestre
Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique
http://www.cqlpe.ca

Jacques Audet leur a aussi écrit ce qui suit:

« Il est inacceptable d'entendre des propos semblables sur les ondes d'une radio d'État. Il n'y a pas plus aveugle que quelqu'un qui ne veut pas voir ou qui est payé pour le faire... Qui est ce monsieur pour ridiculiser le gouvernement français ? Il y a plein d'études qui démontrent la nocivité des CEM à bien des niveaux. Il fait une revue de littérature biaisée. J'aimerais bien le confronter avec des chercheurs ce fumiste M. Gauthier. M. Paul Héroux de McGill n'en ferait qu'une bouchée. C'est bien beau de vouloir rassurer la population mais cela ne les protège pas du tout. Votre émission vient de prendre du plomb dans l'aile si vous voulez mon avis. Vous-même comme diffuseur d'information scientifique vous avez de ce fait perdu beaucoup de crédibilité. Si vous souhaitez rassurer la population dites-leur la vérité. Après, on se demande pourquoi tout ce cynisme à l'endroit des politiciens et des institutions. On a vraiment l'impression que vous prenez les gens pour des imbéciles.

C'est un commentaire un peu dur mais qui appelle uniquement à une introspection chez vous dans le choix de vos invités. Il n'était pas le seul aujourd'hui à avoir manqué de respect envers la communauté scientifique en premier et à tout l'auditoire !»

Et nous avons tous deux reçu la même réponse...

De : dominique.lapointe@radio-canada.ca De la part de LES_ANNEES_LUMIERE LES_ANNEES_LUMIERE
Envoyé : 16 mars 2015
Objet : Re: Zone radio | Les années lumière | l’entrevue de ce jour avec M. Gauthier de l’INRSPQ
 
Bonjour
 
Une revue de littérature scientifique sert précisément à regrouper le plus grand nombre de travaux crédibles sur une question et à en dégager les tendances fortes, ceci précisément pour tenter de vérifier l'importance relative des hypothèses, même les moins vraisemblables. Ni vous, ni nous n'avons la compétence et les ressources pour effectuer une revue de littérature sérieuse sur une telle question et nous croyons que le travail de l'INSPQ reste impartial et d'une qualité certaine, utile pour notre auditoire.
 
Cordialement,

M Dominique Lapointe
Réalisateur, Les Années lumière
Radio-Canada
www.radio-canada.ca/lumiere

Ce sur quoi M. André Fauteux leur a envoyé le commentaire suivant:

From: André Fauteux (andre@maisonsaine.ca)
Date: 16 Mars 2015
Subject: Compteurs intelligents (Année lumière)
To: Yannick Villedieu (yanick.villedieu@radio-canada.ca), dominique.lapointe@radio-canada.ca

Bonjour,

J’écris sur la question des champs électromagnétiques depuis 25 ans en tant que journaliste.
(M. Villedieu, nous nous sommes croisés en 1988 dans le cadre d’un événement sur le sida alors que j’étais reporter stagiaire à The Gazette.)

Par souci d’équité et de respect pour votre auditoire et la recherche indépendante, je vous recommande fortement d’interviewer le physicien Paul Héroux, directeur de la médecine du travail à McGill. Son équipe a découvert comment de très faibles expositions chroniques à des champs magnétiques domestiques (60 Hz) nourrissent le cancer en créant des restrictions métaboliques. Sa recherche se poursuit sur les hautes fréquences qui donnent le même résultat et est même reproductible, selon une étude sur des animaux publiée la semaine dernière.

La revue de la littérature faite par M. Gauthier n’a rien à voir avec les compteurs intelligents dont le type et le nombre d’émissions se distinguent de celles des téléphones cellulaires et dont les effets sanitaires ont jusqu’ici fait l’objet d’une seule étude médicale. Pour présenter l’autre côté de la médaille, vous pourriez aussi inviter votre collègue Michel Rochon qui selon moi est le journaliste qui connaît le mieux le dossier des CEM au Québec.

L’INSPQ est loin d’être impartial dans ce dossier : l’ancien directeur du comité provincial sur la santé environnementale, le Dr Claude Tremblay, m’a déjà confirmé que les rapports de l’INSPQ sont édités par le personnel politique avant d’être publiés. Nos gouvernements minimisent les risques des radiofréquences car les enjeux financiers sont énormes : l’industrie des télécoms et de l’électricité leur rapportent des milliards de dollars de revenus annuels (taxes, loyers pour pour l’érection d'antennes sur les toitures d’hôpitaux, etc.). De plus, nos élus ont choisi d’installer le Wi-Fi dans toutes les écoles malgré les mises en garde répétées faites par des sommités en matière de santé publique, dont le Dr Anthony B Miller ancien responsable de l’épidémiologie à l’Institut national du cancer.

Pour mieux comprendre les demi-vérités et mensonges que nous servent les autorités de santé publique, je vous invite à lire cet article de 2005. Il révèle que l’OMS avait invité le Dr Michel Plante d’Hydro-Québec pour collaborer à la rédaction et la révision de son avis sur les CEM, ce qui vous en conviendrez est plutôt inhabituel et n’a rien à voir avec la rigueur scientifique :
http://microwavenews.com/news-center/who-and-electric-utilities-partnership-emfs

Salutations distinguées

André Fauteux, éditeur
Magazine La Maison du 21e siècle

Tél./Téléc. : 450 228-1555
info@maisonsaine.ca
https://maisonsaine.ca
www.facebook.com/maisonsaine

Note de Jean: Via la page Facebook de la Maison saine ci-dessus, on trouve les éléments complémentaires suivants:

Research Article: The Influence of Electromagnetic Radiation Generated by a Mobile Phone on the Skeletal System of Rats
http://www.hindawi.com/journals/bmri/2015/896019/
Mon résumé : Les micro-ondes des téléphones cellulaires ont affaibli la structure osseuse (en raison notamment d'une importante perte de calcium) de 10 rats exposés durant 28 jours à 16 périodes (chaque 24 heures) de 15 secondes d'émissions provenant d'un seul téléphone Nokia 5110 placé sous leur cage, alors qu'un groupe témoin de 10 autres rats nourris de la même manière et placés dans des conditions identiques à l'autre groupe, sauf pour l'exposition aux micro-ondes du téléphone Nokia, servait de référence pour comparer les résultats obtenus. À noter que les chercheurs se refusent à tirer des conclusions définitives sur la base de cette seule recherche – ce qui est la procédure scientifique correcte car elle doit d'abord être répliquée par d'autres chercheurs, et de préférence avec davantage de rats, avant qu'une certitude puisse être établie.

Mon commentaire : Néanmoins, comme des milliards de personnes sont exposées chaque jour à des doses de radiations électromagnétiques considérablement plus élevées que celles auxquelles ces rats ont été exposés, les données fournies par cette étude et par des milliers d'autres études révélant divers autres effets biologiques affectant plus ou moins sérieusement de nombreuses fonctions métaboliques du corps humain, il y a LONGTEMPS à mon humble avis que le principe de précaution aurait dû s'appliquer avec toute la rigueur possible. Bon, mais voilà... les souffrances quasi invisibles des personnes électrosensibles et la mortalité croissante (tumeurs cérébrales difficilement traitables entre autres) ne font malheureusement pas encore le poids comparativement aux avantages perçus des technologies sans fil, aux dizaines de milliards de dollars de profits qu'elles génèrent annuellement et surtout à l'apathie des pouvoirs publics, souvent corrompus, qui ne perçoivent encore aucunement l'urgence de s'occuper de cette crise larvée.

Voici quelques extraits pertinents de la description de cet article scientifique (passez à l'item suivant si vous n'avez pas la patience de lire ça)...

A substantial part of the human population is exposed to electromagnetic fields generated by mobile phones. In December 2011, the number of mobile network registered users globally amounted to 5.981 billion. On a global scale, this corresponds to a saturation equivalent to 86.7 phones per 100 residents. Despite the common exposure of the human population to the influence of electromagnetic fields generated by mobile phones and base transceiver stations, there is little documented research devoted to the influence of the field on mammals, including humans. Mobile phones emit electromagnetic radiation within the microwave frequency range (900–2450 MHz), which may pose a danger to human health due to causing thermal as well as nonthermal effects, such as genotoxicity, carcinogenicity, and sleep disorders.

(...) Until now, there has been no systematic research as to the influence of mobile network generated electromagnetic fields on the skeletal system of mammals. The aim of the research carried out in this paper was to assess the influence of the electromagnetic fields generated by Nokia 5110 (frequency of 900 MHz) mobile phone on rat skeletal system. To achieve this aim, it was necessary to determine the effects of the aforementioned field on the bone micrometric parameters, mechanical properties, and mineral content, including calcium and phosphorus. The research also attempted to determine the influence of the field on the processes of bone remodelling by measuring the markers of bone turnover (osteogenesis and bone resorption) as well as calcium and phosphorus concentration in the serum.

(...) Comparing the content of mineral substances in the rats from the control group with the rats exposed to the electromagnetic field generated by a mobile phone, it was possible to state that the influence of such electromagnetic field leads to a statistically significant decrease of calcium content and minor decrease in the mass of mineral substances in L4 vertebra.

(...) The results obtained in this research have shown that the ratio of calcium to phosphorus in the mass of mineral substances was 2.15 in the rats from the control group, which indicated that the main mineral substance in these bones of the rats from the control group was hydroxyapatite, in which the calcium to phosphorus ratio is exactly 2.15. In rats exposed to the electromagnetic field generated by mobile phone (Nokia 5110, 900 MHz), a decrease in this ratio (Ca/P) was observed in the bone studied. It dropped to 1.85 in tibia and 1.98 in L4 vertebra. This data may suggest that lowering the calcium content in bones is due to its escape into blood or a remodelling of the hydroxyapatite structure under the influence of the electromagnetic field. The latter of the aforementioned hypotheses is supported by the lack of the influence of the electromagnetic field generated by a mobile phone on the concentration of total calcium and total phosphorus in blood serum, which was established in this study.

(...) Detailed analysis of the mechanisms of the influence of the electromagnetic field generated by a mobile phone on the processes of osteogenesis and bone resorption requires further in-depth study. In spite of the growing prevalence of mobile phones in human environment, there is still little research regarding the influence of the electromagnetic fields generated by a mobile phone on the skeletal system of mammals.

The sparse evidence available seems to be indicating the negative biological effects of the influence of electromagnetic fields on living organisms (genotoxicity, carcinogenicity, thermal effects, and CNS function disorders). Research in this area is fragmentary and requires elaboration.

The results of this study do not confirm the negative influence of the electromagnetic field generated by Nokia 5110 (900 MHz) on the skeletal system (on the mechanical properties and bone turnover processes) of mammals.

5. Conclusion

The electromagnetic field generated by Nokia 5110 (900 MHz) mobile phone does not have a direct impact on the macrometric parameters of bones; however, it alters the processes of bone mineralization and the intensity of bone turnover processes (osteogenesis and bone resorption) and thus influences the mechanical strength of bones.

---

How Smartphones Hurt Sleep
http://www.theatlantic.com/health/archive/2015/02/how-smartphones-are-ruining-our-sleep/385792/
Blue light makes the brain think it's time to wake up, just as you're getting ready for bed.
(...) Smartphones do seem to be having an impact on how well we snooze, and this effect seems to be especially severe among young people. A 2012 Time/Qualcomm poll conducted with 4,700 respondents in seven countries, including the U.S., found that younger people were more likely to say that they don't "sleep as well because I am connected to technology all the time". This might be because young people are likelier to keep their phones within reach when they are trying to sleep. Smartphones and tablets disrupt sleep, in part, because they emit what's known as "blue" light. This light is picked up by special cells behind our eyeballs, and it communicates to the brain that it's morning. (Red light, meanwhile, signals that it's time to go to sleep). All of this blue light suppresses melatonin, a hormone that helps with sleep timing and circadian rhythms. At night, our melatonin levels are supposed to rise in anticipation of sleep. CLIP

---

Dr Erica Mallery-Blythe: British Society of Ecological Medicine
https://vimeo.com/100623585
Diagnosis and Management of Electromagnetic Hypersensitivity (EHS): Rapid Overview for a mixed audience. Conférence d'une urgentologue britannique sur le diagnostic de l'électrohypersensibilité (36 minutes). COMMENT: "This is a fantastic lecture; very informative and well researched."

---

Wi-FI / Bluetooth / DECT : pourquoi c'est dangereux ? – Désactiver le Wi-fi et informer vos voisins par une affichette
http://bit.ly/1O12vuZ
Le Wi-fi, le DECT et le Bluetooth sont dangereux pour la santé de votre bébé, de votre enfant, de vous-même et de votre entourage, à commencer par vos voisins. La puissance nominale (W/kg) de ces technologies n'est pas en cause mais l'effet cumul du signal, qui est un processus d'information et non un apport d'énergie. Cela déclenche une cascade d'évènements biochimiques, dus à la nature même du signal, qui est est un envoi / réception de données numérisées sur une porteuse micro-ondes (~1900Mhz / ~2400Mhz / ~5 400 Mhz). En somme, être exposé à de faibles valeurs 24h/24h est pire que d'être exposé ponctuellement à de fortes valeurs. C'est l'effet cumulatif, décrit par les Dr Sadickova, Zaret, Lai et Carino depuis 1973 , qui démontre que, contrairement aux effets thermiques qui disparaissent quand disparaît la cause, les perturbations dues aux effets athermiques, quand elles dépassent la capacité d’'auto-réparation, demeurent même en absence de cause en raison de la dégradation organique et de ses conséquences. Et ce, même à de très faibles valeurs. CLIP

---

L’activation constante du Wi-Fi : une fonction oubliée mais nocive de votre ordinateur
https://maisonsaine.ca/sante-et-securite/electrosmog/l-activation-du-wi-fi-fonction-oubliee-nuisible-de-votre-ordinateur.html
Se connecter à Internet sans fil par le biais du Wi-Fi est quelque chose de tellement répandu qu’on en oublie ce que cela veut dire. Selon l’Association médicale autrichienne, le niveau d’exposition aux micro-ondes, à deux pieds d’un modem, d’un routeur Wi-Fi ou d’une simple tablette électronique grimpe jusqu’à 50 000 microwatts par mètre carré (µW/m2). C’est 500 fois plus que la valeur limite d’exposition recommandée par le Conseil de l’Europe (100 µW/m2).
(...) Quand je pense qu’on expose les enfants dans nos écoles aux émissions de la technologie Wi-Fi, plusieurs heures par jour toute la semaine ! Dans un nombre croissant de pays, comme l’Angleterre, la France et l’Allemagne, il est recommandé de privilégier les connexions filaires et de limiter l’usage du Wi-Fi dans les écoles. En France, le Wi-Fi vient même d’être interdit dans les garderies et autres endroits où l’on retrouve des enfants de moins de deux ans.Routeur Wi-Fi : vaut mieux préférer les connexions câblées le plus souvent possible.En tout cas, si vous voulez réduire au minimum votre exposition aux micro-ondes, n’oubliez pas, en plus bien sûr de vous convertir à l’Internet filaire et de limiter votre usage du téléphone portable (notamment en débranchant le téléphone sans fil la nuit), de désactiver la fonction Wi-Fi de votre ordinateur.

COMMENTAIRE à cet article: « Cet article soulève bien sûr un point important – désactiver le WiFi de son ordinateur – mais il en oublie un autre tout aussi essentiel : désactiver l’émetteur WiFi de son routeur si on en a un – ce qui est nécessaire si l’on a plus d’un ordinateur à brancher sur Internet chez soi et si l’on a un modem n’offrant qu’une seule prise de branchement ce qui est généralement le cas. Habituellement il faut téléphoner au service à la clientèle de son fournisseur d’accès Internet et leur demander de le faire à distance. Si vous êtes propriétaire de votre routeur – et en ce cas la marque D-Link est recommandée puisque leur émetteur Wifi est parmi les moins puissants (pour les rares fois où vous aurez absolument besoin d’utiliser la fonction WiFi plutôt qu’un branchement filaire) – il faut habituellement passer par le site Internet du fabricant pour, encore là, le désactiver à distance. Si vous avez un D-Link le lien pour ce faire est http://192.168.0.1/ »

---

Site du prof Paul Héroux
http://www.invitroplus.mcgill.ca/
Il donne un cours sur les effets des champs électromagnétiques aux étudiants en médecine à l'université McGill – voir ses notes de cours disponibles en PDF sur les effets de l'électromagnétisme et sur les principes de toxicologie et aussi la liste de toutes les études qu'il a publiées ou bien auxquelles il a participé.

---

Radiation Risk: Are Some Cellphones More Dangerous Than Others?
http://www.livescience.com/14755-radiation-risk-cellphones-dangerous.html
(...) There is accumulating evidence that cellphones that operate on GSM networks emit significantly more radiation than do cellphones operating on CDMA networks. This is not apparent when you look at a phone's specs, Moskowitz said, because phone companies are required to list only the "specific absorption rate" (SAR) — the measure of the rate at which energy from a radio frequency electromagnetic field is absorbed by the body — of a phone at its maximum radiation output. "The SAR can be misleading as it measures the maximum radiation a cellphone emits and does not reflect the average amount of radiation it emits," Moskowitz told Life's Little Mysteries.

Several recent studies have shown that CDMA phones normally emit a small fraction of their maximum radiation output, while GSM phones emit, on average, half the maximum, he explained. This comes down to the different radio frequency (RF) bands that the two networks operate on, and the different methods by which the two networks carry phone transmissions.

"When a GSM phone transmits, it immediately goes to the peak power, and then the power control circuitry ratchets down the power to an acceptable level," explained Mark McNeeley, an electrical engineer at Exponent Engineering and Scientific Consulting services and co-author of a recent study comparing GSM and CDMA networks. "CDMA networks share the same frequency among many different phone calls, so all phones transmit at the lowest possible power level necessary to maintain the fidelity of the call." It's like people talking quietly at a party, he said.

The radiation spikes at the beginning of GSM phone calls means that they emit, overall, up to 28 times more radiation than CDMA phones, according to a study co-authored by McNeeley and published last year in the Journal of Exposure Science and Environmental Epidemiology.

There are exceptions. If you have a CDMA phone in a rural area and the nearest CDMA cellphone tower is far away, then you have to broadcast at a radiation level that is equal to or greater than GSM to reach the tower, McNeeley said. If there is a GSM tower much nearer to you, you might be better off going with a GSM network, he said; but in most parts of the country, where both CDMA and GSM towers are ubiquitous, CDMA phones will emit less radiation than GSM phones.

(...) However, according to other scientists, there is some evidence that the potentially hazardous aspect of cellphone radiation may be the way in which transmissions are modulated — the way individual pulses of radiation are constructed out of a range of frequencies. The modulation pattern is different for CDMA and GSM phones, and some scientists think GSM pulse modulations may have adverse biological effects.

(...) According to Moskowitz, the study found that GSM phones contain radiation at a frequency of 8 hertz, or 8 cycles per second, which "is in the range of 'possibly carcinogenic' because our cells have processes on that frequency level, with which the phone radiation may be interfering," he said.

(...) At this point, all cellphone users should be cautious. "My first recommendation is to keep a safe distance from your phone. Text instead of calling. Use the speakerphone. Use a headset," Moskowitz said. Radiation levels fall off rapidly with distance — so rapidly that you can decrease your brain's exposure to a negligible level simply by keeping your phone antenna just a few inches away. Moskowitz also thinks people should avoid keeping their cellphones on in their pockets. "There's accumulating evidence of a risk to sperm and male fertility," Moskowitz said. "People are forgetting where they're keeping their cellphones all day long." CLIP

Paul Héroux a écrit le 12 mars 2015 : « André, j'apprends que Telus et Bell vont abandonner le protocole CDMA pour aller vers le GSM. Donc, on aura les signaux les plus délétères, sans aucun choix. »

---

BioInitiative 2012 - Why We Care? The stakes are very high. http://www.bioinitiative.org/participants/why-we-care/
(...) The largest single source of community-wide, pervasive RFR yet rolled out is the ‘smart meter’ infrastructure. This program places a wireless device (like a mini-mobile phone base station) on the wall, replacing the electromechanical (spinning dial) meter. They are to be installed on every home and classroom (every building with an electric meter). Utilities from California to Maine have installed tens of millions already, despite health concerns of experts and enormous public resistance. The wireless meters produce spikes of pulsed radiofrequency radiation 24/7, and in typical operation, will saturates living space at levels that can be much higher than already reported to cause bioeffects and adverse health effects (utilities can only say they are compliant with outdated federal safety standards, which may or may not always be true – see http://sagereports.com/smart-meter-rf). These meters, depending on where they are placed relative to occupied space in the home or classroom, can produce RFR exposure levels similar to that within the first 100 feet to 600 feet of a mobile phone base station (cell tower).

The cumulative RFR burden within any community is largely unknown. Both involuntary sources (like cell towers, smart meters and second-hand radiation from the use of wireless devices by others) plus voluntary exposures from ones’ personal use of cell and cordless phones, wireless routers, electronic baby surveillance monitors, wireless security systems, wireless hearing aids, and wireless medical devices like implanted insulin pumps all add up. No one is tallying up the combined exposure levels. Billions of new RFR transmitters from the smart meter rollout alone will raise the baseline RFR levels, and will significantly add to the existing RFR background.

Sometimes, science does not keep pace with new environmental exposures that are by-products of useful things we want to buy and use in society. So, the deployment runs ahead of knowledge of health risks. It is an old story. This is the case for EMF and RFR, and this Report underscores the critical need to face difficult questions, make mid-course corrections, and try to repair the damage already done in this generation, and to think about protecting future generations.

---

ICEMS MISSION STATEMENT
http://www.icems.eu/

The International Commission for Electromagnetic Safety (ICEMS) is a non-profit organization that promotes research to protect public health from electromagnetic fields and develops the scientific basis and strategies for assessment, prevention, management and communication of risk, based on the precautionary principle

The Precautionary Principle

The Precautionary Principle states, when there are indications of possible adverse effects, though they remain uncertain, the risks from doing nothing may be far greater than the risks of taking action to control these exposures. The Precautionary Principle shifts the burden of proof from those suspecting a risk to those who discount it.

Our Resolutions

The Venice Resolution, initiated June 6, 2008, follows the Benevento Resolution, first issued September 19, 2006. These Resolutions are signed by scientists, engineers and medical doctors who have been doing EMF research and working internationally on electromagnetic fields health and safety. The combination of their training, experience and the many contributions they have made in conducting and publishing, represents hundreds of years of expertise and places them at the forefront of knowledge about EMF.  These resolutions and information on how those interested in signing the Venice Resolution could apply to do so, may be reviewed by going to RESOLUTION section.

Other Resolutions

We have created a historical record of the international scientific resolutions on electromagnetic fields, dating from 1998 when the Vienna Resolution called for application of the precautionary principle. ' TARGET='top'> go to the OTHER RESOLUTIONS page. CLIP

---

RÉSUMÉ – Position des autorités de santé publique sur la gestion des champs magnétiques émis par les lignes électriques --- NOTE DE JEAN: CE QUI POURRAIT ÊTRE APPELÉ LA POLITIQUE DE L'AUTRUCHE!! ET LEURS CONCLUSIONS ABERRANTES QUI FONT FI DU PRINCIPE DE PRÉCAUTION ONT CERTAINEMENT ÉTÉ DICTÉES PAR DU PERSONNEL POLITIQUE COMME LE SIGNALE PLUS HAUT ANDRÉ FAUTEUX AFIN DE NE PAS NUIRE À LA RENTABILITÉ D'HYDRO-QUÉBEC - CAR LE GOUVERNEMENT NE PEUT PAS SE PASSER DES MILLIARDS VERSÉS CHAQUE ANNÉE AU TRÉSOR PUBLIQUE PAR HYDRO-QUÉBEC DONT LES LIGNES À HAUTE TENSION PROVOQUENT LA LEUCÉMIE ET TUENT DES ENFANTS CHAQUE ANNÉE DEPUIS DES DÉCENNIES... LES RAPPORTS BIDON DE CET INSTITUT NE VALENT RIEN À MES YEUX CAR ILS SONT SOUS LE CONTRÔLE DU GOUVERNEMENT QUI EST EN TOTAL CONFLIT D'INTÉRÊTS... (désolé de ce coup de gueule en majuscules, mais ce que je viens de lire ci-après ne peut mériter autre chose...)
http://www.inspq.qc.ca/position-des-autorites-de-sante-publique-sur-la-gestion-des-champs-magnetiques

Mathieu Gauthier, en collaboration avec Denis Gauvin, Direction de la santé environnementale et de la toxicologie

Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS) a récemment publié un rapport présentant la position des autorités de santé publique sur la gestion des champs magnétiques émis par les lignes électriques (MSSS, 2014). Un comité scientifique, composé de représentants du MSSS, de directions régionales de santé publique (DSP) et de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), avait été mandaté en juin 2011 par la Table de coordination nationale de santé publique (TCNSP) pour rédiger cette position. Celle-ci comporte des recommandations devant notamment servir à harmoniser les évaluations d’impacts des DSP en lien avec des projets d’installation de lignes électriques.

Les auteurs du rapport ont résumé les principaux résultats des études portant sur les impacts potentiels des champs magnétiques d’extrêmement basses fréquences (CMEBF; 50 à 60 Hz) sur la santé humaine, en mettant l’accent sur le risque de leucémie chez l’enfant. Les normes et les lignes directrices qui font consensus auprès de la communauté scientifique ont été présentées, de même que les niveaux d’exposition aux CMEBF pour la population générale. Enfin, le comité rapporte les différentes approches de gestion de l’exposition aux CMEBF utilisées au Québec, au Canada, en France, de même que celles recommandées par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Les méta-analyses, effectuées sur la base des récentes études épidémiologiques disponibles, montrent la possibilité d’un risque accru de leucémie chez l’enfant à la suite de l’exposition aux CMEBF. De plus, la méta-analyse réalisée par le comité, qui inclut certaines études publiées récemment, arrive à un constat similaire; les sujets exposés ( ou 0,3 T) par rapport au groupe de référence (0,1 T) présentent une mesure d’association synthèse de 1,65 avec un intervalle de confiance à 95 % de 1,27 à 2,14. Bien que l’association observée ne soit probablement pas simplement attribuable au hasard, le comité ne peut exclure l’hypothèse que celle-ci soit due à une combinaison de biais présents dans les études épidémiologiques (erreurs dans l’évaluation de l’exposition, biais lors de la sélection des témoins, des cas et autres facteurs confondants pouvant être en lien avec la maladie, mais non pris en considération lors des analyses). Le comité a également constaté l’absence d’un mécanisme d’action plausible et de preuves en provenance d‘études expérimentales, malgré les nombreuses études cellulaires et animales publiées à ce jour. Dans l’ensemble, le comité est d’avis que les preuves d’une association entre l’exposition aux champs magnétiques de 50 à 60 Hz et la leucémie chez l’enfant sont faibles et non convaincantes, rejoignant la position de l’OMS (2007).

Ainsi, le Comité scientifique sur les champs électromagnétiques précise que l’évaluation de l’ensemble des éléments de preuve ne permet pas de conclure qu’il y a présence d’effets néfastes sur la santé à la suite d’une exposition aux CMEBF pour les niveaux d’intensité habituellement présents dans l’environnement. Par conséquent, le comité considère qu’il n’y a pas de fondement scientifique qui soutient l’adoption d’une limite d’exposition aux CMEBF qui serait inférieure à celle des normes ou des lignes directrices établies. Le comité ne propose donc pas de limite d’exposition aux CMEBF, ni de distance minimale à maintenir avec les lignes à haute tension (LHT). Cette position rejoint notamment celles de l’OMS, de Santé Canada et de l’INSPQ qui sont résumées dans le rapport.

Le comité scientifique propose quatre recommandations s’adressant aux autorités de santé publique et aux promoteurs d’installations électriques. Ces recommandations portent sur :

• la vigilance scientifique;
• la communication du risque à la population;
• l’évaluation des impacts entraînés par des projets de lignes électriques;
• la communication et la consultation du public par les promoteurs de tels projets.

Les recommandations du Comité scientifique et son rapport ont été adoptés à l’unanimité par la TCNSP le 16 octobre 2014.

À NOTER : Ce même Mathieu Gauthier est à préparer un nouveau rapport, sur les compteurs 'intelligents' cette fois, et tout porte à croire qu'il sera tout aussi inqualifiablement bidon que ce qui précède. Et de toute façon les recommandations passe-partout et complaisantes qu'il présentera ne seront pas plus appliquées que les 4 voeux pieux ci-dessus que notre dictature gouvernmentale et Hydro-Québec, à l'abri jusqu'ici de toute forme d'imputabilité, s'empresseront de tabletter.

---

WHO and Electric Utilities: A Partnership on EMFs (October 1, 2005)
http://microwavenews.com/news-center/who-and-electric-utilities-partnership-emfs
Petit rappel pour ceux qui sont endormis par les avis rassurants de l'OMS et Santé Canada sur la soi-disant sécurité des ondes. Le programme de l'OMS sur les champs électromagnétiques étaient dirigé par des consultants de l'industrie électrique, Mike Repacholi (un ex de Santé Canada) et Leeka Kheifets (ex employée de l'Electric Power Research Institute).

As members of the WHO Task Group make their way to Geneva for next week’s meeting to complete its Environmental Health Criteria (EHC) document on power-frequency EMFs, new information has emerged showing that the electric utility industry has played a major role at every stage of developing the review document. Microwave News has learned that Mike Repacholi, the head of the WHO EMF project, recruited utility representatives to help write the original draft of the document and later asked them to review the completed draft. Then, as we reported last week, Repacholi invited eight utility representatives to attend next week’s task group meeting —the only observers who were invited (see our September 22 post). The task group and the industry observers will assemble at a WHO conference room in Geneva on Monday, October 3 to recommend exposure limits. Documents show that Leeka Kheifets played a central role in drafting the EHC document. Kheifets has had a long relationship with EPRI, the research arm of the electric utility industry. She worked for EPRI before becoming Repacholi’s assistant in Geneva.

(...) Repacholi sent a draft of the EHC out for review in early July. Among those asked for comments were:

• William Bailey, Exponent Inc., U.S.
• Federation of Electric Power Companies of Japan (FEPC)
• Kent Jaffa, Pacificorp, U.S.
Michel Plante, Hydro-Quebec, Canada
• Utility Health Sciences Group (USHG), U.S.

To be sure, a number of independent researchers were also participated, but it is highly unusual, if not unprecedented, for a WHO health document to be reviewed by so many with such strong ties to the affected industry.

Not surprisingly, most of the industry comments seek to downplay potential health risks.

Here for example is an excerpt from those filed by Plante on the epidemiology chapter:

“The whole section on cancer seems more like a desperate attempt to maintain some positive statistical association from epidemiological studies alive than a factual and honest presentation of arguments both, for and against, carcinogenicity.”

Plante, who will sit in on the weeklong deliberations at Repacholi’s invitation, has been assigned to the epidemiology working group, where he will no doubt continue to maintain that the link between EMFs and childhood leukemia is inconsequential.

Plante has played a villainous role in the EMF controversy. A decade ago, he was involved in stopping work on an epidemiological study on possible EMF cancer risks to electric utility workers. The Canadian-French study was the first —and the last— to investigate whether exposure to high-frequency transients could lead the cancer. The multi-million dollar study, published in the November 1, 1994 issue of the American Journal of Epidemiology was considered, at the time, a landmark event. The research team led by Ben Armstrong and Gilles Thériault of McGill University found strong cancer risks as well as dose-response. Members of the EMF community were excited by the results and looked forward to follow-up efforts. But, Plante worked with others at Hydro-Quebec to shut down the McGill project by forcing Thériault to return the data he and the others had painstakingly collected (see MWN, N/D94). Thériault was never allowed near it again.

(...) Thanks to Repacholi, the electric utility industry has been and continues to be a full partner in the writing of the EMF document —a document which will be the WHO’s official position on EMFs for years to come. The most disconcerting part of all is that no one at the WHO thinks he is doing anything wrong. 

---

Returning Unwanted Equipment… (December 8, 2011) VOILÀ CE QUE DES MILLIERS DE QUÉBÉCOIS DEVRAIENT FAIRE MASSIVEMENT LE MÊME JOUR* AVEC LES COMPTEURS ÉLECTROPOLLUANTS QU'ON LEUR A IMPOSÉS.
http://stopsmartmeters.org/2011/12/08/the-great-smart-meter-return/
En décembre 2011, des Californiens malades à cause de leur compteur intelligent ont retourné ces appareils à la compagnie. Écoutez leurs témoignages éloquents sur les symptômes qu'ils ont subis. Parmi les 35 commentaires : on September 15, 2014 Janet Curtis says: "My neighbors home caught fire at the meter site and blew up. She and her two pets died - in Reno Nevada. Almost two months later and that meter has gone missing! Everyone in the neighborhood has been having problems in their home with new appliances, like my new refrigerator. Living in fear and oh yes my bill for a single person in home is higher than ever and higher than full family households." Au sujet de ce qui se passe en Californie, voir aussi Structure Report: Smart meter conflict of interest and cover up

* CETTE DATE POURRAIT ÊTRE LE 28 MARS...

Debout contre Hydro-Québec - le 28 mars à 13:00 au Siège Social Hydro Québec - 75 René Lévesque, Montréal
https://www.facebook.com/events/838457149560017/
Une marche symbolique s'en suivra. Nous irons à la Régie de l'Énergie à 15 minutes et ensuite devant les bureaux du Parti libéral du Québec, si cela reste unanime. Plus de 750 personnes veulent se réunir jusqu'à maintenant! NOUS NE SOMMES PAS DUPES!

Hydro-Québec : 80% des profits réalisés grâce aux Québécois (15 mars 2015) http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/2015/03/20150315-182529.html
Depuis la chute des prix sur les marchés d'exportation en 2009, Hydro-Québec a réalisé la très grande majorité de ses profits grâce aux Québécois, révèle notre Bureau d'enquête. La société d'État réalise une bonne partie de ses ventes vers l'exportation à partir de la centrale de Beauharnois.Au début des années 2000, Hydro réalisait entre 30 et 60% de ses profits avec les ventes à l'exportation. Par contre, les choses ont bien changé depuis. Au cours des six dernières années, 80% des profits ont plutôt été réalisés avec la clientèle québécoise. «Dans le fond, Hydro-Québec réalise une marge bénéficiaire qui ferait pâlir d'envie plusieurs distributeurs d'énergie en Amérique du Nord. Cela devient un substitut à l'impôt et à la fiscalité. Les profits d'Hydro-Québec, c'est une grosse taxe indirecte», s'insurge Marc-Olivier Moisan-Plante, analyste de l'Union des consommateurs. Le président sortant d'Hydro-Québec, Thiery Vandal, expliquait que les marchés hors-Québec ont continué de procurer une très bonne rentabilité. Les marges bénéficiaires hors-Québec sont quatre fois plus importantes pour chaque kWh qu'avec l'électricité patrimoniale. Sur les 17 milliards de profits, c'est 13,5 milliards de profits qui ont été réalisés avec ses clients résidentiels, commerciaux et industriels au Québec.

---

WHO admits that Cell Phones cause Cancer (February 3, 2015)
https://youtu.be/AXIyQTS4UZA
After years of denial from the cell phone companies and related scientists, linking mobile phones to cancer, the WHO has announced that it has now classified cellphones as a possible carcinogen, similar to lead, DDT and vehicle exhaust. Scientist warn users that these cancers, like the rare brain tumour Glioma take decades to develop, hence action has to be taken now to reduce exposure to cell phone radiation. They advice the use of a headset or the speaker when making calls, and mobiles should always be held away from the body. ABC News: Classement 2B (peut-être cancérogène) des radiofréquences en 2011: l'OMS recommandait déjà l'importance de prendre des mesures pour réduire l'exposition. Voir la cicatrice énorme de M. Marks qui a développé une tumeur du même côté de la tête où il a tenu son cellulaire pendant 25 ans.

---

RF Cancer Promotion: Animal Study Makes Waves - Germany’s Alex Lerchl Does a U-Turn
http://www.microwavenews.com/news-center/rf-animal-cancer-promotion
Confirmation que les faibles doses de radiofréquences des appareils sans fil font pousser les tumeurs (l'auteur était jusqu'ici un sceptique que l'on disait à la solde de l'industrie). (...) We asked Paul Héroux, who designed the EMF meter for the French-Canadian study, about the Lerchl paper. “There are some obvious parallels between the new German study and what we showed 20 years ago,” he told us. “Both show exposure to pulsed electromagnetic energy, both show EMFs to be a cancer promoter and both show a link to lung cancer.”

* * *

M. Luc Forbeaux de Stoneham Refuse a pour sa part réagi comme suit à l'émission Années lumière:

« Au-delà de l'indignation que peut susciter de tels commentaires, je vois dans cette situation une sorte de panique de la part des autorités à essayer d'enrayer coûte que coûte la propagation de la controverse.  L'INSPQ se permet de proclamer des résultats d'une analyse encore inachevée qui devrait paraître dans quelques mois...?? Aller donc demander à l'OMS ou bien à l'Institut Pasteur ou encore à n'importe quelle institution scientifique reconnue par ses pairs de valider, de reconnaître et enfin d'appuyer une étude encore inachevée! C'est n'importe quoi! On dirait que l'on nous fait un copier-coller de la Société Royale du Canada version Québec. La précipitation de l'INSPQ est à mon avis un "marqueur" remarquable de la psychose dans laquelle certains lobbies semblent glisser. »

* * *

Note de Jean : En complément à ce qui précède, voici l'excellente lettre de Mme Poisson à ce sujet. À noter aussi que la réalisatrice des Années lumière n'a plus répondu à nos courriels suite à cet envoi spécial qu'elle a aussi reçu. De : Marie-Michelle Poisson
Envoyé : 16 mars 2015
À : yanick.villedieu@radio-canada.ca
Cc : dominique.lapointe@radio-canada.ca
Objet : réaction à Le courrier des Années lumière : Les ondes électromagnétiques

Bonjour M. Villedieu,

Je suis de plus en plus déçue du traitement de l'information en ce qui concerne le dossier général des effets des ondes électromagnétiques sur la santé et l'environnement et plus particulièrement des effets des puissantes ondes pulsées émises par les compteurs "intelligents" d'Hydro-Québec.

Il est évident que HQ a adopté une stratége de communication publique bien connue qui porte le nom de "product defense strategy" ou stratégie de défense de produit.

On peut lire à ce sujet plusieurs livres parus récemment qui dénoncent ce phénomène. Notamment "Doubt is their product, how Industry's Assault on science threatens your Health" de l’épidémiologiste américain Daniel Michaels phD - http://defendingscience.org/writing-and-speeches/doubt-their-product - et "La fabrique du mensonge" du journaliste d’enquête Stéphane Foucart. Ces ouvrages décrivent, chapitre par chapitre, les éléments clés de cette stratégie qui a été d'abord mise au point pour défendre les intérêts de l'industrie du tabac malgré les évidences scientifiques de la nocivité de ce produit.

Deux documentaires récents ont choisi comme trame de leur démonstration la dénonciation de la stratégie de défense de produit telle qu’exposée par D. Michaels dans «Doubt is their product», "Gazland 2" et "Ondes, science et manigances".

En tant qu'épidémiologiste, David Michaels déplore la mise à contribution de plus en plus systématique d'agences de santé publique ayant été investies d'un rôle éminemment politique au cours des 20 dernières années au point de perdre quasiment toute indépendance scientifique.

Cette stratégie a été appliquée au Québec dans les dossiers de l'amiante, du gaz de shiste et par Hydro-Québec pour la défense des compteurs dits "intelligents". Cette stratégie est largement mise en oeuvre actuellement par les lobbies des technologies sans fil malgré les nombreuses alarmes sanitaires quant aux effets nocifs de l'exposition prolongée aux ondes électromagnétiques.

Le financement de la recherche dans les universités est une composante importante de cette stratégie. L'exemple le plus flagrant de la mise en oeuvre de ce plan stratégique étant la volonté de TransCanada de financer une chaire de recherche à l'institut Ismer (lire cet article) Il en va de même dans le cas d'Hydro-Québec qui finance abondamment la recherche universitaire et dont des représentants siègent d'office dans les conseils d'administration d'institutions d'enseignement de prestige.

Il faut surtout s'inquiéter de l'incurie des médias qui font souvent écho à ces stratégies de défense de produit sans jamais soulever un seul doute critique. Pour illustrer ce phénomène il faut se rappeler le cas lamentable de la diffusion massive et enthousiaste de l'étude bidon de Thomas Gervais et de la "Brigade électro-urbaine" qui a su berner toute la classe journalistique et qui deviendra bientôt un cas d'école édifiant pour tous les étudiants en journalisme! Cette soit-disant "brigade" était constituée de bacheliers de l'école polytechnique dont aucun n'avait encore complété de diplôme supérieur et était entièrement financée par une fondation nébuleuse, la fondation familiale Lorne Trottier, dont un des principaux collaborateurs n'est nul autre que le Dr Michel Plante, lui-même à l'emploi de HQ ainsi que de plusieurs fournisseurs de téléphonie cellulaires. Ce même Dr Plante qui est à la solde de l'industrie du sans fil et de HQ a entretenu des liens étroits avec la Direction de la santé publique au cours des 15 dernières années comme l'atteste son curriculum vitae déposé aux audiences de la Régie de l'énergie dans le dossier des compteurs "intelligents".

Votre journaliste a bien fait son travail et a posé de bonnes questions au représentant de l'Inspq ( par ailleurs manifestement bien "briefé" par le service des relations publiques engagé par le gouvernement...) Mais le problème c'est que le grand public, tout comme dans le dossier des changements climatiques, est de moins en moins dupe de ce genre de discours négationniste et se trouve bien mal servi lorsque tout le temps de parole est accordé à ceux dont le mandat est de perpétuer le doute alors que les connaissances existent et sont reconnues par la communauté des scientifiques intègres et indépendants. Il aurait donc fallu, pour que l'information soit complète et juste, que des scientifiques qui connaissent bien le dossier et qui ne servent aucun intérêt politique et/ou économique aient eu au moins autant de temps d'antenne que votre invité.

J'ai bien peur que si vous ne vous éveillez pas assez vite à cette nouvelle réalité de la "stratégie de défense de produit" et à l'instrumentalisation des médias scientifiques afin de véhiculer le discours promu par l'industrie, votre émission perdra bientôt toute crédibilité aux yeux d'une opinion publique déjà bien au fait de ces stratégies de relations publiques immondes qui pervertissent déjà la science et les institutions censées la représenter et la défendre.

Salutations,

Marie-Michelle Poisson
professeure de philosophie
Collège Ahuntsic
514 271-6908

Note de Jean : Ne manquez pas d'explorer les liens proposés ci-dessus – comme celui-ci...

La fabrique du mensonge. Comment les industriels manipulent la science et nous mettent en danger

Les industriels manipulent la science pour organiser notre ignorance des effets nuisibles de leurs produits. Tel est la thèse, magistralement démontrée, de ce livre. L'auteur entre peut-être un peu trop dans le détail pour exposer les malversations de l'industrie du tabac, déjà largement analysées et connues. Mais ce n'est qu'un exemple parmi d'autres : de l'amiante au gaz de schiste, des pesticides aux perturbateurs endocriniens, sans oublier le climato-scepticisme, notre confrère du journal Le Monde décrypte avec précision la construction intellectuelle du doute et de l'occultation du savoir qu'organisent les multinationales. On ressort proprement sidéré d'un ouvrage où il est clairement démontré que des grandes entreprises, épaulées par certains scientifiques et même par des instituts publics, sont prêtes à tout pour sauvegarder leurs profits, y compris à jouer avec la santé des gens et, au-delà, avec la survie de l'espèce humaine. La menace écologique ne doit pas être la seule à nous inquiéter : nous avons peut-être atteint le point où l'alliance entre la science, la technique et l'économie de marché, loin de nous apporter de nouveaux bénéfices, nous met désormais en danger. Ce n'est pas un livre coup de gueule, il n'y a pas de théorie du complot. Juste une démonstration sobre, informée, soigneuse et implacable.

La fabrique du mensonge. Comment les industriels manipulent la science et nous mettent en danger, par Stéphane Foucart

Et concernant la fameuse Brigade électro-urbaine, voir aussi...

Bulletin #19 : Le bal de la désinformation est reparti de plus belle

De plus, Mme Janie Vachon a aussi envoyé le commentaire suivant:

« Je suis très déçue que votre émission n'ait fait référence qu'à un seul côté de la médaille alors que de nombreux scientifiques dénoncent les méfaits de ces ondes. La science et la vraie information, ça devrait être de regarder toutes les opinions et les hypothèses et de ne rien omettre parce que nous on est convaincu du contraire. Comment peut-il y avoir une preuve irréfutable de l'innocuité des ondes s'il y a de plus en plus de scientifiques prêt à prouver le contraire? J'espère que vous ferez une nouvelle émission avec le québécois Paul Héroux. Merci. »

* * *

Dans un autre ordre d'idée, mais c'est complémentaire, voici la lettre de réponse qu'envoient maintenant les députés néo-démocrates de qui l'appui est sollicité pour le projet de loi C-648...

Madame, Monsieur,

Je vous remercie d'avoir pris le temps de m'écrire au sujet du projet de loi C-648, Loi visant la prévention des risques potentiels pour la santé liés au rayonnement électromagnétique de radiofréquences. Ce projet de loi prévoit que les appareils qui émettent des ondes radioélectriques devront porter des étiquettes de mise en garde relativement à l'exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquences; feraient notamment partie de ces appareils, les téléphones cellulaires, les téléphones sans fil et les moniteurs de surveillance pour bébé.

Il est manifestement nécessaire que des recherches objectives soient menées sur les effets nocifs potentiels des champs électromagnétiques de radiofréquences; s'il existe une possibilité que la santé des Canadiens soit menacée, nous devons en être informés pour pouvoir les protéger. Et s'il n'existe aucun danger, les Canadiens doivent être rassurés. Les néo-démocrates appuient la recherche proactive afin de résoudre rapidement toutes questions relatives aux effets des radiofréquences sur la santé.

Les lignes directrices sur l'exposition humaine aux champs électromagnétiques de radiofréquences sont prévues au Code de sécurité 6 de Santé Canada. Le Code établit une limite d'exposition du grand public que doit respecter l'industrie. Les néo-démocrates ont maintes fois demandé l'examen de la réglementation afin de vérifier qu'elle protège la santé et la sécurité des Canadiens, et a appuyé la recommandation de mener d'autres recherches et d'autres consultations publiques, formulée en 2014 par la Société royale du Canada à la suite de son examen du Code de sécurité 6.

Le Comité permanent de la santé de la Chambre des communes entreprendra une étude du Code de sécurité 6, le 24 mars 2015. Nous avons recommandé que le Comité entende les témoignages de spécialistes, y compris d'éminents universitaires ainsi que l'organisme Citizens for Safe Technology. Vous pouvez suivre les travaux du Comité sur le site du Parlement du Canada, où seront publiés les procès verbaux et les témoignages :

http://www.parl.gc.ca/CommitteeBusiness/CommitteeHome.aspx?Cmte=HESA&Mode=1&Parl=41&Ses=2&Language=F

Je vous remercie encore de m'avoir écrit. N'hésitez pas à communiquer de nouveau avec moi pour me faire part de votre opinion sur ce sujet, ou sur toute autre question.

Sincères salutations.


Note de Jean: Voici en partie ma réponse à l'attaché politique qui a eu l'amabilité de me faire parvenir cette lettre:

J'ai hâte de voir de quoi le Comité permanent de la santé de la Chambre des communes va accoucher cette fois. J'espère que ce sera d'un éléphant!

Mais je n'attends strictement rien de bien de Santé Canada tant que les CONservateurs seront au pouvoir. Ils vont attendre après les élections pour émettre leur avis final sur la révision du Code 6 (pour ne pas nuire aux chances de réélection de Harper et de sa clique) et alors, à moins qu'ils ne se fassent solidement botter le derrière par un prochain gouvernement moins vendu à l'industrie des télécommunications, on aura droit au même déni de la réalité par Santé Canada au service du fric.

En passant, si je me fie à la tiédeur de votre lettre «Il est manifestement nécessaire que des recherches objectives soient menées sur les effets nocifs potentiels des champs électromagnétiques de radiofréquences» (plus de 5000 études démontrent déjà noir sur blanc que C'EST nocif et seule la myopie délibérée de Santé Canada leur permet de les ignorer - et JAMAIS Santé canada ne va financer la moindre étude sur quoi que ce soit - faute de budget - et anyway cette agence bidon se fie aveuglément aux avis des pollueurs en tous domaines...) on a peine à imaginer que le salut va venir du NPD pour les centaines de milliers de Canadiens victimes de la pollution électromagnétique.

Je sais que vous devez être prudents devant le scepticisme médiatique ambiant entourant cette question et que demander davantage de consultations publiques peut sembler approprié, mais on dirait que vous ne saisissez pas encore très bien l'urgence d'agir et préférez reporter à plus tard l'action (par exemple un appui clair et explicite à ce projet de loi dans cette lettre aurait été la moindre des choses...) en réclamant encore et toujours d'autres études – sans réaliser qu'aucune des études démontrant des effets nocifs n'est jugée recevable par Santé Canada et le panel d'experts en déni de la réalité que la Société royalement biaisée du Canada a réuni à partir de la liste de gens pro-industrie fournie par Santé Canada...