Bulletin #6: L'intérêt pour notre lutte progresse de manière exponentielle



Le 27 janvier 2012

Bonjour à tous et à toutes

Il y a eu tellement de nouveaux développements en à peine 4 jours que je me vois obligé de vous envoyer déjà un autre bulletin - de plus de 70 pages!

D'abord un RAPPEL important de Linda MacCulloch (lmacculloch@globetrotter.net): « SVP poster au plus tard vendredi le 28 janvier 2012 les copies papiers de la pétition que vous auriez placées dans divers endroits. Il faut les avoir en main avant la manif afin que j'apporte le tout à Québec le 5 février 2012. Voici l'adresse:

CQLPE
300, rue de l'Église
CP 1028
St-Narcisse, QC
G0X 2Y0

Mon numéro de téléphone si nécessaire: 418-328-3029. »

Puis...

À Montréal sur le blogue de Villeray Refuse, Marie-Michelle recommande d'imprimer (de photocopier et de diffuser) ce tract et cette affiche pour faire la publicité de la manif du 5 février à Montréal et pour faire connaître nos 3 principales revendications - pour des explications complémentaires voir http://www.cqlpe.ca/Annexe.htm

Ce qui suit vient aussi d'être ajouté en page d'accueil du http://www.cqlpe.ca

NOTE : Si vous habitez Villeray, Boucherville ou la MRC de Memphrémagog
et subissez déjà les conséquences de la pollution électromagnétique
engendrée par un compteur 'intelligent' d'Hydro-Québec,
vous pouvez utiliser cette lettre-type pour demander à Hydro-Québec
de le remplacer par un compteur n'émettant aucune électropollution.

Pensez aussi à utiliser notre...

Trousse pour solliciter l'appui de votre conseil municipal

Ensuite...

Sondage sur le tweet de Radio-Canada aujourd'hui

Questionnaire: Craignez-vous les rayonnements électromagnétiques des nouveaux compteurs d'Hydro-Québec?
http://endirect.radio-canada.ca/Event/Lactualite_en_continu_-_26_janvier_2012?Page=0

Oui (47%)

Non (49%)

Je ne sais pas (5%)

(à 4 am le 27 janvier)

Bon c'était les choses les plus urgentes.

La conférence s'est très bien déroulée mercredi à Montréal (60 personnes et 4 grands médias y étaient - voir couverture médiatique ci-après) et a été fort appréciée.

Il y en a 2 autres à venir avant la manif du dimanche 5 février - détails en haut de http://www.cqlpe.ca - soit à Québec le 1er février et à Victoriaville le 2 - détails au http://www.cqlpe.ca/Conferences.htm

Jean Hudon
Secrétaire et facilitateur de la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique
http://www.cqlpe.ca

Ce bulletin d'information est archivé au http://www.cqlpe.ca/Bulletins/Numero6.htm

SVP aidez-nous en faisant circuler ce bulletin à tous vos contacts ou en leur recommandant d'en prendre connaissance au lien ci-dessus.

IMPORTANT: SVP aidez-nous à financer nos activités en déposant quelques dollars dans notre boîte de dons. Nous sommes sérieusement en besoin de votre aide en ce moment...

Vous pouvez aussi consulter sur notre site les 1er, 2e, 3e, 4e et 5e numéros de notre bulletin.

Si vous recevez une copie de ce bulletin, et aimeriez vous y abonner, il suffit d'envoyer un courriel à info@cqlpe.ca en inscrivant «Abonnez-moi au bulletin de la Coalition» comme sujet de votre courriel. Si vous ne désirez plus y être abonné-e, il suffit de le demander à la même adresse de courriel.

À noter aussi : Notre pétition compte maintenant plus de 7440 signatures en ligne. Aidez-nous à atteindre le total de 10,000 signatures avant le 2 février en faisant suivre le paragraphe suivant à tous vos contacts !

Affirmez votre liberté de choix et votre dignité humaine! Dites NON aux compteurs électropolluants d'Hydro-Québec ! Signez la pétition de la CQLPE réclamant un moratoire sur le projet d'Hydro-Québec d'irradier les Québécois-es avec des micro-ondes cancérogènes et électroallergènes. Vous trouverez le lien vers notre pétition sur le site de l'Assemblée nationale du Québec et plusieurs autres actions à poser en visitant le www.cqlpe.ca



TABLE DES MATIÈRES

1. Couverture médiatique la plus récente
2. Infos utiles à savoir
3. Commentaires et témoignages reçus
4. Nombreux commentaires à l’émission de Jean-Luc Mongrain
5. Compteurs intelligents : les contestataires se mobilisent
6. Compteurs intelligents - Hydro-Québec se fait rassurante
7. Compteurs intelligents: un moratoire s'impose
8. Compteurs intelligents : y'a-t-il un péril en la demeure?
9. Des compteurs dommageables pour la santé à Magog
10. Électrosmog et la santé des Canadiens
11. Qui a peur des compteurs intelligents ?
12. Réplique d'André Fauteux à Qui a peur des compteurs intelligents?
13. Commentaire reçu le 24 janvier
14. Rapport du Département de la santé en Californie sur les "smart meters" et "opting out" au Vermont
15. The problems with Smart Grids
16. An excellent summary of smart meter problems
17. Public health official report on smart meters
18. Résumé en anglais des derniers développements
19. Infos diverses




Couverture médiatique la plus récente...

Nouveaux compteurs d'électricité : l'opposition citoyenne s'organise (26 janvier 2012)
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2012/01/26/001-compteurs-seance-citoyens.shtml

Les compteurs «intelligents» continuent de faire des vagues (26 janvier 2012)
http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/sante/201201/26/01-4489489-les-compteurs-intelligents-continuent-de-faire-des-vagues.php

Group calls for moratorium on 'dangerous' smart meters (25 janvier 2012)
http://montreal.ctv.ca/servlet/an/local/CTVNews/20120125/mtl_hydro_120125/20120125/?hub=MontrealHome

Champs électromagnétiques: sources de maladies? Jean-Yves Dionne - pharmacien (25 jan 2012)
http://www.jydionne.com/champs-electromagnetiques-sources-de-maladies/

Nouveaux compteurs d'Hydro-Québec, des citoyens montent au front, craignant pour leur santé
Excellente entrevue de Kathya Heppell par Martin Pelletier à CKOI le 25 janvier 2012 - Durée : 10:13
http://www.ckoi.com/estrie/em/midi-actualite-544.html

Californie - Santa Cruz dit non aux compteurs intelligents (26 janvier 2012) POINT TOURNANT!
http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/341089/californie-santa-cruz-dit-non-aux-compteurs-intelligents
Un rapport de santé publique conclut à un risque significatif pour la santé -- Le comté de Santa Cruz, en Californie, a décrété mardi un moratoire sur l'implantation de compteurs «intelligents» sur la foi d'un rapport des autorités médicales régionales qui voient dans «l'exposition involontaire» aux radiofréquences un risque significatif pour la santé publique. CLIP - Voir la nouvelle originale anglaise ICI mais surtout consulter Santa Cruz Leads the Fight in California, Once Again où l'on peut lire:

"The Santa Cruz County Public Health Department here has just issued a landmark report critical of the heedless roll-out of wireless utility meters, [PDF], stating: “Evidence is accumulating on the results of exposure to RF at non-thermal levels including increased permeability of the blood-brain barrier in the head (Eberhardt, 2008), harmful effects on sperm, double strand breaks in DNA which could lead to cancer genesis (Phillips, 2011), stress gene activation indicating an exposure to a toxin (Blank, 2011), and alterations in brain glucose metabolism (Volkow, 2011). There are no current, relevant public safety standards for pulsed RF… …. Governmental agencies for protecting public health and safety should be much more vigilant towards involuntary environmental exposures because governmental agencies are the only defense against such involuntary exposure.” It was the persistent input from people in Santa Cruz affiliated with SSM! that helped to educate the health department about the serious health consequences of pulsed RF from smart meters. This is the first such declarative document on the possible health effects of RF from smart meters from any such government agency."

Compteurs Intelligents: Hydro-Québec nous ment et nous manipule
http://www.youtube.com/watch?v=c5K4i5ViDjs
À noter que la CQLPE n'a pas la même position que celle défendue par François Therrien dans ce reportage. Il mentionne brièvement à la fin que la population pourrait bien s'accommoder de seulement 6 émissions de micro-ondes par jour. Certaines personnes électrosensibles ne peuvent toutefois tolérer ce nombre d'émissions. De plus, à moins de disposer d'un appareil de mesure, il sera impossible de vérifier si l'émetteur du compteur ne fonctionne pas plus souvent. Le recours à la méthode filaire pour transmettre les données, ou bien conserver les compteurs électromécaniques actuels sont pour l'instant les 2 seules alternatives acceptables du point de vue des citoyens impliqués dans la CQLPE.

Sutton: le mouvement d’opposition aux compteurs intelligents grandit (23 janvier 2012)
http://cowansville.enregion.ca/index.asp?s=detail_actualite&ID=9294
Les compteurs intelligents d’Hydro-Québec, qui font l’objet d’un projet pilote à Potton, continuent de soulever la controverse. «Les citoyens doivent se mobiliser dès maintenant afin de contrer cette initiative, une réelle menace pour la santé de bien des gens», résume François Drouin, porte-parole de la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique (CQLPE). Ce père de famille de North Hatley se dit interpellé de près par le dossier, qui fait de plus en plus les manchettes à travers le Québec. Deux autres projets pilotes sont en cours, soit à Boucherville et le quartier montréalais de Villeray. M. Drouin se dit d’ailleurs ravi de constater l’intérêt grandissant du public. Une quarantaine de personnes ont assisté à sa conférence du 18 janvier dernier, à Sutton. «Par le biais de notre site Web et de Facebook, entre autres, les gens n’hésitent pas à nous poser des questions et à fournir diverses informations. Tant que la Régie de l’énergie du Québec n’aura pas donné son accord, rien n’est encore joué», souligne-t-il. François Drouin rappelle que de nombreuses personnes, qui affirment être atteints d’«électrosensibilité» élevée, s’inquiètent des effets des radiofréquences émises par les nouveaux dispositifs d’Hydro-Québec. La société d’État compte installer 3,8 millions de compteurs intelligents d’ici 2017. «En Californie, il est possible de refuser de tels compteurs, mais il faut alors payer des frais supplémentaires. Aux Pays-Bas, on est davantage en avance dans le dossier car les citoyens peuvent, sur une base volontaire et sans pénalité, conserver les compteurs mécaniques. Pourquoi ne pas faire la même chose ici ?», se questionne-t-il. M. Drouin fait valoir que selon plusieurs études réalisées par des chercheurs et intervenants compétents, l’exposition à des émetteurs de radiofréquences – notamment Internet sans fil - peut affecter entre autres le système immunitaire, le cœur et l’audition. «C’est encore tabou de parler de ce sujet, car l’électrosensibilité n’est pas encore reconnue comme une maladie au Québec. Mais il n’y a pas si longtemps, les gens qui dénonçaient les dangers du tabac passaient pour des fous», rappelle-t-il. Les spectateurs présents à la conférence ont, dans l’ensemble, manifesté leur accord face aux actions du CQLPE, qui planifie des manifestations le 5 février, à 13h, à Québec, Montréal et Sherbrooke. «Il faut que les médias parlent encore plus de ce sujet, car de plus en plus de gens réagissent mal à cette présence plus grande des ondes magnétiques. Notre lutte doit devenir un enjeu majeur et incontournable», a lancé un d’entre eux.

Non aux compteurs communicants (20 janvier 2012)
http://agora.qc.ca/Dossiers/Compteur_communicant
Dans l'état actuel des choses, en janvier 2012, nous nous opposons énergiquement au déploiement d'un réseau de compteurs d'électricité ''intelligents'' au Québec. Ce refus ne prendra toutefois tout son sens que lorsque nous aurons évoqué la complexité de la situation qui est à l'origine du fait qu'aujourd'hui tant de pays, une trentaine au moins, et tant de compagnies d'électricité, se précipitent vers cette innovation.
(...) Les compteurs d'électricité et dans leur sillage les compteurs d'eau et les compteurs de gaz font partie des nouveaux usages. À la fin de 2011, le nombre de nouveaux compteurs d’électricité installés dans le monde s'élevait à 100 millions, on prévoit qu'il sera de 370 millions en 2015, de 900 millions en 2020; l'Europe et l'Amérique du Nord ouvrent la marche mais l'Asie et l'Amérique latine les suivent de près. C'est sans doute la raison pour laquelle la compagnie Toshiba a récemment déboursé 2,3 milliards de dollars pour acquérir le fournisseur probable d'Hydro Québec, la compagnie suisse Landis+Gyr, l'un des principaux producteurs de compteurs, après Itron et Ge, deux compagnies américaines. Ces compagnies et quelques autres se sont regroupées en un organisme de bienfaisance appelé « Smart Meters Manufacturers Association of America »(SMMAA). Cet organisme a pour mission de donner la réplique aux organismes d'opposition, telle la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique (CQLPE), que des citoyens libres improvisent ici et là pour éviter d'être les cobayes d'une nouvelle expérience que l'humanité fait sur elle-même. CLIP

Lettres - Les compteurs et Santé Canada (23 janvier 2012 )
http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/340982/lettres-les-compteurs-et-sante-canada
Santé Canada a conclu que l'exposition à l'énergie radio-fréquence des compteurs intelligents ne pose pas de risque pour la santé publique. (tiré de leur site Internet) L'organisme mentionne aussi que les limites indiquées dans les lignes directrices de Santé Canada concernant les routeurs sans fil sont bien inférieures au seuil susceptible d'entraîner des effets indésirables pour la santé et s'appuient sur l'examen continu de milliers d'études scientifiques publiées sur les effets de l'énergie radio-fréquence. Comment se fait-il alors qu'une partie de la population, dont moi, homme de 32 ans en pleine santé physique et psychologique, soit importunée par les technologies sans fil? S'il n'y a aucun risque pour la santé, comment se fait-il que je doive écourter ou même éviter des séjours dans des endroits inondés d'ondes (les cafés, les bibliothèques...)? Comment se fait-il que lorsqu'un routeur est débranché, mes pulsations cardiaques reviennent normales, les muscles de mon crâne se détendent, ma nervosité se dissipe?Pourquoi Santé Canada refuse-t-elle de considérer que si une partie de la population sent déjà des inconforts, c'est qu'il y a quelque chose qui cloche et que le principe de précaution est à appliquer? Au profit de quoi veut-on m'imposer des troubles de santé permanents? [...]Je crie haut et fort mon droit à ma pleine santé! Je refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec et toute autre forme d'imposition de technologies à ondes!

Hydro défend ses compteurs (1/23/12) IMPORTANT COMMENTAIRE À LIRE CI-DESSOUS
http://tvanouvelles.ca/video/recherche/compteurs/hydro-defend-ses-compteurs-explications/1410169306001
Note de Jean: Tel que mentionné à la fin du reportage, Hydro-Québec n'a finalement déployé que 20,000 compteurs sur les 27,000 prévus dans la phase du projet pilote, et c'est sans doute en raison de la résistance grandissante des clients qu'elle a dû interrompre leur déploiement. Selon ses porte-paroles, obtenir en février l'approbation par la Régie de l'énergie du déploiement de 3,8 millions de compteurs partout au Québec ne serait qu'une simple formalité - ce qui en dit long sur le peu de pouvoir de la Régie face au géant hydro-québécois. Autres faits importants que Marie-Michelle Poisson de Villeray Refuse m'a demandé de signaler : Selon les propos de M. George Abiad enregistrés lors de sa rencontre du 13 janvier avec des citoyens de Villeray (compte-rendu sommaire ICI), il aurait déclaré que sur les 20,000 compteurs qui devaient être déployés dans Villeray, seulement 12,000 étaient alors déployés, tandis que les 2000 à déployer dans la MRC de Memphrémagog et les 5000 à déployer dans Boucherville avaient effectivement pu y être déployés. Une semaine plus tard, Hydro-Québec annonçait en avoir déployé 20,000 en tout au lieu des 27,000 prévus dans ces 3 secteurs et vouloir cesser d'en installer.

Il faut savoir aussi que dans Villeray, 89% des compteurs se trouvent à l'intérieur des maisons (dont 70% sont dans la cuisine!!), et que si les clients, désormais alertés face aux risques qu'ils représentent, refusent d'ouvrir la porte de leur maison aux employés chargés de remplacer les anciens compteurs par les nouveaux, il n'y a pas grand chose qu'Hydro puisse faire. Ce recul stratégique d'Hydro face à ses plans initiaux dans le but évident de ne pas provoquer davantage la colère des citoyens avant d'avoir reçu l'autorisation de la Régie démontre bien la victoire que les opposants ont remportée en obligeant Hydro à mettre fin prématurément au déploiement du projet pilote. Imaginez un instant l'opposition à laquelle Hydro devra faire face si elle s'obstine à vouloir imposer sa quincaillerie électropolluante à l'ensemble des Québécois-es. La mobilisation populaire et la conscientisation des gens n'iront qu'en augmentant d'ici le printemps. Les gens chez qui le compteur à roulette n'a pas encore été remplacé, prendre les moyens nécessaires, comme en Californie et ailleurs, pour rendre la chose presqu'impossible.

Quant aux clients excédés par les problèmes de santé subis à cause des micro-ondes des compteurs numériques Itron (déployés depuis prés de 10 ans et causant déjà de nombreux problème) et des noiveaux compteurs 'intelligents' Landis-Gyr, plusieurs vont commencer, comme ce fut le cas en Californie, à engager des électriciens pour les faire remplacer par des compteurs électromécaniques (en vente sur Internet pour $50 plus les frais de livraison) et à aller reporter les compteurs rejetés à Hydro... ou bien ils les recouvriront d'une simple feuille de papier d'aluminium afin de se protéger (voir vidéos ci-dessous), rendant ainsi le système inopérant, ce qui finira par obliger Hydro-Québec, comme en Californie, à accorder le droit de retrait (opting out) du projet à toute personne le demandant – ce qui serait certes un pas dans la bonne direction, mais ce qui ne suffirait AUCUNEMENT à satisfaire les opposants (en Californie aussi cette proposition a été rejeté par les opposants à cause des coûts dissuasifs imposés - voir Illegal & Fatally Flawed: Proposed Opt-Out Should be Trashed), surtout dans les zones urbaines densément peuplées et pour les locataires d'appartements situés à proximité immédiate des dizaines de compteurs d'un édifice à logements, car la présence de tous les autres compteurs à micro-ondes du voisinage pulsant des milliers de fois par jour ne diminuera en rien leur exposition involontaire à cette intense et continuelle pollution électromagnétique.

Two 'smart' meters on Monterey Blvd (San Francisco CA)
Ce sont des Landis+Gyr identiques à ceux qu'Hydro déploie ici au Québec
http://www.youtube.com/watch?v=KjvXJyicHkI
Just walking around I had no trouble finding 'super' transmitting 'smart' meters in my immediate neighborhood within a half hour getting my new meter (the other at 462 Flood Ave). This meter is too sensitive to register the full peak of the emissions. (I am getting an attenuator.) Listen to the chirp to hear the pulsed emissions. These two meters (PG&E, Silver Springs OWS-NIC514) were emitting pretty much non-stop. Many scientists do not find the FCC exposure limits anywhere near sufficiently protective. This device is installed in one's home, after all, not just a 30-minute exposure in an occupational situation. It is beholden to those who mandate installment in every home in CA to prove the safety of such an exposure, not wait till hundreds of thousands are sickened. Then there are the frequency spikes on household electrical wiring. And fires. And malfunctioning switching-mode power supply. And the inflated bills. And lack of encryption. Visit www.stopsmartmeters.org for info and links.

Foiling a "smart" meter on the street, San Francisco CA
http://www.youtube.com/watch?v=CL2JQ0FbgvU
Voir à la fin, un papier d'aluminium suffit à bloquer le pire - sauf que cela reflète les radiations à l'intérieur de la résidence. Voir en 2e partie au http://www.youtube.com/watch?v=xJzBeUeXb0Q un simple grillage (screen) en aluminium pour fenêtres donne de meilleurs résultats. La personne qui nous a recommandé les 2 vidéos ci-dessus a écrit: « Imaginez que 50 000 clients décident d'isoler leur compteurs en même temps..... ça peut toucher 250 000 abonnés ( les données sont transférées d'un compteur à l'autre jusqu'à la tour maitresse ) ! Une maille très vulnérable dans leur système.... porte ouverte pour les malfaisants du web et une portes ouvertes au terrorisme virtuel.... Je la trouve pas drôle ! 1 milliard à la poubelle :-( je crois que la régie se doit d'analyser cette facette de leur super compteurs .... »

Compteurs intelligents: rien à craindre, assure Hydro-Québec http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/sante/201201/24/01-4488760-compteurs-intelligents-rien-a-craindre-assure-hydro-quebec.php

Compteurs «intelligents»: des ondes émises 1500 fois par jour (19 janvier 2012) http://www.cyberpresse.ca/environnement/201201/19/01-4487315-compteurs-intelligents-des-ondes-emises-1500-fois-par-jour.php

Compteurs intelligents d'Hydro-Québec: aucun risque pour la santé (23 janvier 2012) Richard Leonelli, Michel Côté et Normand Mousseau - Les auteurs sont professeurs titulaires au département de physique de l'Université de Montréal http://www.cyberpresse.ca/debats/opinions/201201/23/01-4488597-compteurs-intelligents-dhydro-quebec-aucun-risque-pour-la-sante.php
Le pire article de tous par des 'spécialistes' de la désinformation. Il n'a eu aucun écho ailleurs car de toute évidence les gens comprennent bien que ce genre de point de vue reposant sur des préjugés négatifs manifestes et non supportés par aucune donnée scientifique probante n'est rien de plus que l'opinion personnelle de ces 3 profs de physique.

ETUDE : Des régions cruciales du cerveau liées à l’étude, la mémoire, Alzheimer, sont impactées par les micro-ondes (26-01-12) http://www.teslabel.be/dect-wifi/237-etude-des-regions-cruciales-du-cerveau-liees-a-letude-la-memoire-alzheimer-sont-impactees-par-les-micro-ondes-
Une étude scientifique grecque menée par Adamantia Fragopoulou et Lukas Margaritis a démontré des changements importants de protéines dans le cerveau d'animaux après exposition de l'organisme entier à des CEM micro-ondes, semblables au type de rayonnement micro-onde émis par des téléphones portables (GSM), des téléphones domestiques sans fil (DECT), du WiFi et d'autres transmissions informatiques sans fil.
(...) "Notre étude est importante parce qu'elle montre pour la première fois des changements de protéines du cerveau de souris après l'exposition à des CEM et en particulier de régions très cruciales comme l'hippocampe, le cervelet et le lobe frontal, tous impliqués dans l'étude, la mémoire et d'autres fonctions compliquées du cerveau chez les mammifères. Nous avons démontré que 143 protéines sont modifiées après le rayonnement électromagnétique, y compris des protéines qui ont été corrélées jusqu'ici avec l'Alzheimer, le glioblastome, le stress et le métabolisme. En perspective, on prévoit que cette étude puisse éclairer la compréhension de tels effets de santé comme des maux de tête, des vertiges, des troubles du sommeil, des troubles de la mémoire, des tumeurs cérébrales, tous liés, à la fonction des protéines cérébrales modifiées." CLIP




Infos utiles à savoir...

Voici deux façons d'expliquer pourquoi certains tests effectués sur des personnes électrosensibles, afin de déterminer scientifiquement l'existence d'un lien entre les symptômes dont elles souffrent et les micro-ondes auxquelles elles sont exposés, se sont avérés non conclusifs...

"Whether you are able to detect something and whether it affects you are two different issues. You are unable to detect how much UV radiationyou are exposed to but it doesn't determine whether or not you get asunburn. Indeed, UV and sunburns are a good analogy for microwave radiation and biological effects. Some people are more sensitive to UV radiation than others and the response of reaction is delayed and not instantaneous and it is imperceptible to anyone. All you know is that you are in the sun or not but you don't know the level of UV radiation. Those studies are flawed in that they treated all people the same and assumed that reactions were instantaneous and they are NOT in most people. Often there is a delay in response to exposure. Some people develop a headache immediately, others take a few minutes and some don't get a headache at all. Also, the symptoms (headache or something else) will last for different periods of time after exposure is stopped. People are not light switches that can be turned on and off. The studies imply wrongly that if you can't sense it, it can't hurt you. You can't taste arsenic, lead, DDT, asbestos but all of these are toxic. When you take a pill it may have side-effects that you can't sense before you take it. The flaw in perception studies is the assumption that you need to perceive something to be affected by it."

- Magda Havas (mhavas@trentu.ca) - 7 octobre 2010


"Most studies do not allow an adequate "washout" period from travelling or other RF exposure to being tested. Most ES people take at least 24 hours and some doctors recommend at least 48 hours of EMF/RFR quiet before any testing begins in a very low EMF environment to recover before testing - otherwise they are already pre-sensitised and the tests do not work. "

- Alasdair Philips (alasdair@powerwatch.org.uk) - Powerwatch.org.uk


Les stimulateurs cardiaques peuvent être affectés par ces brillants compteurs. Il y a une distance minimale de 6 pouces à respecter comme on l'explique dans...

Dumb Meters
http://emfsafetynetwork.org/?page_id=872
(...) Vulnerable groups include people with EMF sensitivities, medical implants, compromised immune systems, children, pregnant women, seniors and the environment! If you have a pacemaker PG&E is now warning you to adhere to the SIX INCH RULE-for your safety stay 6 inches away from a Smart Meter.

Voir aussi la vidéo...

Medical Implants and Wireless Hazards
http://emfsafetynetwork.org/?p=4560
Widespread wireless installations including Smart Meters are creating safety risks for 20-25 million people, who have medical implants such as pacemakers, infusion pumps, metal rods and hearing aids. In some cases these interference risks are life threatening. Dr. Gary Olhoeft, professor of Geophysics in Colorado, has a medical implant, a deep brain stimulator for Parkinson’s disease. Olhoeft shares his research and knowledge about wireless interference with implants.

---

Modèle de lettre à envoyer à la Régie de l'énergie (secretariat@regie-energie.qc.ca) pour leur demander de refuser d'accorder tout approbation au Projet de relève à distance (avec des compteurs 'intelligents') d'Hydro-Québec...

Madame, Monsieur,

Dans le cadre de l'étude du Projet de relève à distance d'Hydro-Québec visant à déployer des compteurs de nouvelle génération partout au Québec, je vous demande de leur refuser votre autorisation. Les coûts engendrés sont démesurés par rapport aux avantages obtenus. Pire encore, les impacts sur la santé ne sont pas assez connus et je suis très préoccupé-e pour ma famille. Les expériences vécues en Californie ne font rien pour me rassurer à cet égard. En outre, l'Organisation mondiale de la santé a fait une mise en garde en 2011 sur les effets possiblement cancérogènes des champs électromagnétiques. Nous en sommes bombardés chaque jour davantage et il m'apparaît dangereux d'en ajouter.

Je compte refuser l'installation d'un tel compteur sur/dans ma demeure, si l'autorisation devait être donnée malgré les multiples incohérences dans ce dossier.

Je suivrai de près l'évolution des choses.

Très sincèrement,

(Signature)

Autre modèle de lettre ICI

Si vous habitez un secteur (Villeray, Boucherville ou la MRC de Memphrémagog) faisant partie du projet pilote et subissez donc déjà les conséquences de la pollution électromagnétique engendrée par ces compteurs, nous fournissons désormais une lettre-type contenant de nombreux arguments dont vous pouvez vous inspirer pour préparer une requête écrite afin de demander à Hydro-Québec de remplacer le compteur 'intelligent' que l'on a posé chez vous par un compteur n'émettant aucune électropollution. Vous pouvez la télécharger (format Word) au http://www.cqlpe.ca/doc/DemandeRetrait.doc




Commentaires et témoignages reçus...

« Juste un petit mot pour vous sensibiliser à ce qui pourrait devenir la cause d'une épidémie d'électrosensibilité, la pollution électromagnétique, laquelle me rend la vie difficile. Étant touché directement, je m'intéresse de très près à toutes les sources qui s'y rapporte. La source première semble être ces nouveaux compteurs d'Hydro-Québec lesquels émettent en permanence de nocives micro-ondes pulsées connues depuis longtemps des experts à travers le monde. Je demeure en région forestière, laquelle n'est pas visée par le plan initial de remplacement par ces nouveaux compteurs dit intelligents. Je viens d'obtenir une lettre d'Hydro-Québec indiquant qu'il n'y a pas de ces nouveaux compteurs dans mon environnenement, alors qu'en réalité il y a plusieurs de ces nouveaux compteurs dans mon voisinage depuis plus de 4 ans et j'ai fait personnellement des relevés d'émissions auprès d'un de ces compteurs lequel démontrait une activité à toutes les 3 secondes. Je suis au centre même d'expérimentations qu'Hydro-Québec comme un rat de laboratoire sans en avoir été avisé, et ce, depuis plusieurs années, et je suis aux prises avec de sérieux problèmes de santé EHS Électro Hypersensible depuis plus d'un an maintenant : acouphène, fatigue chronique, pression intracraniène et j'en passe. Des gens du voisinage ont aussi remarqué l'apparition de problèmes de santé dans leur famille depuis l'utilisation de ces nouveaux compteurs. C'est pourquoi je vous demande de prendre quelques minutes de votre précieux temps et de consulter le site http://www.cqlpe.ca/ Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique et de faire connaître à vos membres et à la population en général ce site qui rassemble une information à jour pertinente sur les dangers potentiels émanant de l'implantation de ces nouvelles technologies à micro-ondes pulsée, les compteurs 'inteligents' d'Hydro-Québec. »

- Extrait d'un courriel envoyé le 24 janvier au responsable de l'organisme L’A-DROIT par une personne qui préfère conserver l'anonymat.


« Mon nom est Valérie Roberge. J'habite dans le quartier Villeray. Je n'avais pas l'information concernant les nouveaux compteurs, aussi, je ne me suis pas opposée à leur installation. Mais, depuis que Hydro a installé le compteur, j'ai des problèmes de santé. Je cherche un moyen soit de porter plainte ou de forcer Hydro à remettre l'ancien. J'espère que vos actions auront des impacts et que vous pourrez m'aider à retrouver ma qualité de vie. Je n'ai jamais souffert dans ma vie de maux de tête. Je suis une personne qui ne connaît pas ce que c'est avoir mal à la tête. Mais depuis l'installation, je sens comme une pression, et il devient parfois difficile de me concentrer. Mais, le pire ce sont mes problèmes de peau. Ma peau, (mon visage et tout mon corps) subit des éruptions cutanées, ma peau est sèche, irritée, et peu importe les crèmes et soins que je fais rien ne semble procurer ne serait-ce qu'une amélioration. Et cela coïncide exactement avec l'installation du nouveaux compteur. Mes deux chats vomissent aussi plus souvent. Et, mon sommeil est aussi dérangé. Je voudrais trouver une solution... avoir su... je me serais vivement opposée. J'ai toujours été une personne "sensible" au champ électromagnétique. J'entends les ondes voyager, je ne peux pas porter de montre car dès qu'elle touche ma peau, elle s'arrête. C'est d'ailleurs pour ces raisons, que je n'ai pas de wi-fi chez moi ni de cellulaire. J'aimerais beaucoup qu'Hydro vienne corriger son erreur et enlever ce compteur qui me rend carrément malade. Bravo et merci pour l'action que vous prenez. Si vous avez besoin d'un témoignage plus complet n'hésitez pas. Si vous avez une solution ou un endroit où je pourrais soit formuler une plainte ou encore faire une demande pour revenir à l'ancien compteur, ce serait très apprécié. »

- Valérie Roberge


"I am a 49-year-old woman and I have never before experienced any of these problems in either this home, or any other home that I have lived in, prior to the smart meter installation. I came home one day after work, and they had just finished installing my smart meter. I did not think anything of it. I had received a notice a few weeks prior, indicating that a smart meter was going to be installed. That same evening I awoke between 2:00 and 3:00 in the morning, with ringing in my ears, dizziness, tingling at the upper part of my head that turned into a headache and then nausea. There was also a horrible feeling of uneasiness that I had never experienced before and that prevents me from going back to sleep at night — every night. One of my dogs awoke at the same time, wandering the hallways whining and crying. This dog refuses to sleep inside at night now, as the pulsed radiation also makes him sick. This dog had slept at the foot of my bed since the day I brought him home until the night the smart meter was installed. I have numerous friends and family who will testify to this, if called to do so. The same scenario occurs whenever I sleep in my home, a home that I worked six or seven days a week for most of my life to be able to afford, and now you, the utility company, is FORCING PULSED RADIATION where I live and sleep, which if you do your homework and read the numerous articles that have been published by scientists who were not paid off by a utility company, you will see that radiation causes cancer and I will not stand for a cancer causing device to be attached to my home. I was gone for two weeks on two occasions over the summer, and I sleep fine whenever I am away from my home."

- Extrait de Smart Meter Nightmare #3: East County Woman and Pet Sick, Begging for Help - Lire aussi Des compteurs mortels pour les animaux domestiques




Nombreux commentaires à l’émission de Jean-Luc Mongrain

Parmi les très nombreux commentaires ICI suite à l'excellente émission de 90 minutes de Jean-Luc Mongrain du 25 janvier sur les compteurs, malheureusement non disponible en archive vidéo...

(À noter que le Dr Dominique Belpomme de France y a participé, de même que Mme Kathya Heppell, une de nos membres (CQLPE), M. George Abiad d'Hydro-Québec, M. Stéphane Bélainsky (http://em3e.com/) expert consultant, et M. Jean-François Blain, analyste dans le secteur de l'énergie et intervenant pour l'Union des consommateurs devant la Régie de l'énergie.)

Michel Lefebvre dit :
25 janvier 2012 à 18:54

Afin de réduire les risques sur la santé, Hydro-Québec envisage de procéder à la relève des compteurs principalement la nuit alors que la population est plus sensible aux effets délétères des radiations électromagnétiques.

Des études documentées démontrent une augmentation des risques sur le cancer, des dérèglements des glandes endocrines, de déformation de naissance, de stérilité, d’arythmie cardiaque, de troubles de l’apprentissage et de troubles de l’attention. Les enfants et les personnes âgées sont les plus susceptibles de connaître des problèmes de santé en relation aux radiations émises par les ondes électromagnétiques; puisqu’ils pénètrent dans les tissus corporels jusqu’à une profondeur de 3 cm. De plus, les ondes ont un effet pervers puisque parfaitement compatibles avec les minéraux contenus dans les os.

Les enfants sont les plus vulnérables puisque les radiations peuvent atteindre les organes vitaux ainsi que les os les plus fins, les mêmes ondes peuvent atteindre aussi le système nerveux et le cerveau.

Les personnes qui possèdent des implants chirurgicaux ou des prothèses métalliques tels que stimulateur cardiaque, plombages au mercure auront des risques élevés d’expositions pouvant affecter leurs tissus conjonctifs. À court et moyen terme, elles entraîneront ainsi des douleurs chroniques et d’autres pathologies.
La Régie de l’énergie a le mandat non seulement de s’assurer de la conciliation entre les intérêts publics, la protection des consommateurs et un traitement équitable du transporteur d’électricité et des distributeurs, mais également de porter une attention particulière aux conditions de service du transporteur et du distributeur d’électricité.

Il est donc du ressort de la Régie de l’énergie du Québec de veiller à ce que les conditions de service du distributeur d’électricité, que représente Hydro-Québec, se fassent non seulement en fonction d’impératifs de gains d’efficience, mais également en s’assurant que les nouvelles technologies soient parfaitement neutres quant aux impacts sur la santé de sa clientèle.

Il est également du ressort de la Régie de l’énergie du Québec de veiller à ce que le distributeur d’électricité ait fait la démonstration qu’aucune autre solution de remplacement, et sans effet sur la santé, n’ait été écartée au profit d’un fournisseur de technologie qu’il aurait voulu privilégié. Il est ici question de la transparence dans la conduite de ce projet.

Il est aussi du ressort de la Régie de l’énergie du Québec de veiller à ce que l’implantation d’autres fonctionnalités via les nouveaux compteurs, ce que les compteurs intelligents rendent parfaitement possible et qui est également l’un des objectifs du projet dans la requête déposée par Hydro-Québec, soit parfaitement encadré afin de préserver la vie privé et la liberté de sa clientèle, en lien avec la Charte canadienne et des droits de sécurité et de liberté.

Caroline dit :
25 janvier 2012 à 19:53

Compteurs Intelligents: Les micro-ondes traversent les murs c’est pour cela que vous êtes en mesure de faire des appels de votre maison. Mais voulez-vous un compteur qui émet au minimum 1500 fois par jour pour le reste de vos jours? Vous n’êtes pas soudés à votre cell ou four micro-ondes en marche 24h sur 24. Le compteur se retrouve sur votre propriété. Donc plus vous êtes proche du compteur plus il est dangereux. La plupart des gens ont le compteur sur le mur extérieur d’une chambre donc oui certaines personnes, plusieurs, vont dormir la tête ou les pieds presque sur le compteur et beaucoup d’enfants. Les gens ne vivent pas dans des manoirs. Pas grand place pour se tenir loin dans un bungalow. Et si vous n’avez pas un revêtement en brique ou en pierre les micro-ondes des compteurs de vos voisins pénètres chez vous à moindre intensité ou si vous êtes le condo malchanceux qui à tous les compteurs du bâtiment sur votre mur à votre niveau et bien vous êtes collé sur 3, 5, 10, 15 compteurs à 1500-3000 pulsations par jour ça c’est presque du meurtre-suicide?…

Hydro pousse sur l’idée que certaines personnes sont folles. Le fait est que même si vous ne croyez pas les gens qui sont électrosensibles vous devez penser au cancer. Vous doublez vos chance d’avoir un cancer du cerveau avec 20 minutes par jour de téléphone cellulaire et chez les enfants les micro-ondes augmente leurs chances d’un cancer du cerveau ou leucémie de 4 à 5 fois. Ça c’est un fait vérifiable. Faut pas être de mauvaise foi! Les micro-ondes de la bande de fréquences utilisée par ces compteurs intelligents sont classés comme potentiellement cancérogènes niveau 2. Ça aussi c’est un fait.

Tout le monde sait que tout le monde un jour va avoir ou a déjà eu le cancer. Si on vous découvre une leucémie ou sur votre enfant, un cancer du sein, cancer de n’importe quoi vous n’aurez PAS la possibilité de faire changer votre compteur. ET LA PIRE INSULTE EST que les donnés de consommation peuvent être transmises par les fils du Bell ou par fibre optique chez Videotron… Donc pour les gens qui pensent que les employés veulent seulement sauver leurs emplois vous vous trompez. Ils savent que la lecture peut être faite sans dépenser dans des compteurs en passant par les lignes déjà en place, donc sans eux. Eux aussi ils ne veulent pas crever du cancer. 2 milliards de gens de moins de 20 ans ont des téléphones cellulaires. En Israël d’après les dentistes et médecins 1 personne sur 5 de moins de 20 ans à un cancer de la bouche ou de la machoire ou du cerveau. Combien de jeunes ont un cellulaires donc?

Voulez-vous ajouter des micro-ondes ambiants dans notre environnement quand les normes de Santé Canada sont les PIRES au monde avec les USA? Ça aussi c’est un fait VÉRIFIABLE. Facile de dire non mais pas facile de tout faire enlever si on a fait une catastrophe. Cherchez rapport Bioinitiative sur le net. On a décortiqué 2000 études pour vous.

Chantal B. dit :
25 janvier 2012 à 22:08

Chez moi, je n’ai pas aucune technologie sans fil parce que je suis électrosensible et je sais ce que c’est que de souffrir de cet handicap.

Les compteurs intelligents et les CENTRON de ITRON émettent des ondes nocives à notre santé avec des antennes-émetteurs de radiofréquences, souvent plus d’une fois aux 60 secondes et ceci 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Ce sera une agression constante à notre corps.

Présentement en Californie, suite à l’installation de ce compteurs de lecture à distance sans fil, des gens tombent malades, des abeilles abandonnent leur ruche, des végétaux meurent. Des milliers de citoyens ressentent des effets handicapants comme des maux de tête, des étourdissements, des problèmes cutanés, de l’insomnie et une multitude d’autres problèmes qui diminuent grandement leur qualité de vie.

La technologie du sans fil crée une pollution d’ondes nocives partout. Elle est présente dans l’air que nous respirons. Elle est insidieuse, invisible, insonore, inodore, incolore, impalpable… mais elle existe vraiment et elle traverse les murs et pénètre dans la peau. C’est comme une lente et progressive cuisson électrisante du corps humain ainsi qu’une surtension de l’influx nerveux. Les symptômes et douleurs en présence de ces ondes nocives sont difficile à décrire par des mots tellement la souffrance est parfois à la limite du supportable. C’est comme un sentiment d’agression à mon corps en entier et d’être en train de me faire brûlée, électrocutée, survoltée et irradiée par cette pollution d’ondes nocives.

Je suis vraiment très inquiète pour ma santé et votre santé si ce projet de compteurs de lecture à distance se poursuit. Ce sera un grave problème sanitaire. Cette insouciance d’Hydro-Québec face à la santé de ses clients peut avoir de sérieuses conséquences et ils seront imputables de la santé de ces gens qui deviendront malades.

Si ce projet se poursuit, ce sera très difficile pour nous tous de vivre au Québec. Sans compter ceux qui ne savent même pas la source réelle de leurs malaises et qui se rendre chez leur médecin ou à l’hôpital sans obtenir un apaisement de leurs souffrances et la cause réelle. Il devient de plus en plus difficile pour la médecine de pouvoir effectuer un diagnostic médical précis alors que nous baignons de plus en plus dans les champs électromagnétiques. La population déjà sensibles aux technologies sans fil sont actuellement vulnérables et peuvent tomber gravement malades et devoir déménager ailleurs. Il y a aussi les personnes âgées, les malades, les femmes enceintes, les enfants et les fœtus peuvent en outre être très vulnérables.

J’ai signée la pétition d’une demande d’un moratoire et je vais participer à la manifestation dimanche le 5 février de 13 h à 14 h à Sherbrooke dans ma région. En même temps il y en aura une à Québec et à Montréal. Pour plus d’information, voir le site de la Coalition québécoise de lutte contre l’électromagnétisme. Faites quelques choses.




Tiré de http://argent.canoe.ca/lca/affaires/quebec/archives/2012/01/compteurs-intelligents-les-contestataires-mobilisent.html

Compteurs intelligents : les contestataires se mobilisent

25 janvier 2012

Agence QMI  

De nombreux organismes et individus soulèvent de sérieux doutes sur les bénéfices du projet et son impact sur la santé.

Héloïse Archambault

À l'aube des audiences de la Régie de l'énergie sur l'implantation des nouveaux compteurs d'Hydro-Québec, de nombreux organismes et individus soulèvent de sérieux doutes sur les bénéfices du projet et son impact sur la santé.

«On a toutes sortes de questions, et les réponses ne sont pas adéquates jusqu'ici, souligne le président de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique, André Bélisle. Il faut réfléchir sur ce qu'on va faire avant.»

Les audiences de la Régie sur le projet de compteurs nouvelle génération se tiendront au cours des prochaines semaines. Elles se pencheront sur le projet d'Hydro d'implanter 3,8 millions de compteurs «intelligents» partout au Québec, d'ici 2017.

Vraiment rentables?

Au cours des derniers mois, 12 organismes ont déposé des mémoires sur le projet. Parmi les principales interrogations, le gain financier est remis en doute.

«Le projet (...) consiste donc en un pari à refuser, car les risques sont très importants par rapport aux gains escomptés», conclut le Regroupement national des conseils régionaux de l'environnement, dans son mémoire déposé à la Régie de l'énergie. Selon l'Union des municipalités du Québec (UMQ), les retombées économiques pourraient varier entre -234 millions et 88 millions.

«L'UMQ demeure préoccupée face à une telle fourchette qui présente un risque appréciable de scénarios négatifs», peut-on lire dans son mémoire.

De son côté, Hydro estime que le projet permettra d'économiser 300 M$.

Inquiétudes sur la santé

En parallèle, une douzaine de citoyens ont aussi déposé une lettre à la Régie. La plupart d'entre eux se disent inquiets des impacts des compteurs sur leur santé.

Résidante de Sutton, Kathya Heppell craint les nouveaux compteurs «comme la peste».

«S'il fallait qu'il y en ait partout, ça me tuerait», jure-t-elle.

La femme, qui se dit électrosensible aux ondes émises par la technologie sans fil, a dû quitter Montréal en 2009, après 35 ans.

«Je n'avais plus le choix, ma santé était en péril. J'avais des palpitations, des maux de tête et un trouble nerveux. Depuis que je suis ici, je n'ai plus de problème.»

De son côté, Hydro-Québec assure que les nouveaux compteurs ne représentent aucun risque pour la santé. Ce qui ne rassure pas Kathya Heppell.

«Hydro veut juste faire de l'argent, dit-elle. Mon seul espoir, c'est la mobilisation citoyenne.»

Une pétition déposée à l'Assemblée nationale demandant un moratoire sur l'installation des compteurs a récolté près de 7000 signatures.

* * *

Extraits de documents déposés à la régie

«Le déploiement de cette nouvelle technologie doit être favorisé le plus tôt possible, mais pas à n'importe quel prix pour la clientèle.»

- Union des municipalités du Québec

«Je suis intimement convaincue que nous pourrions être devant un réel problème (...) si les compteurs sont implantés aussi massivement en zone urbaine sans réelle étude d'impact sur la santé.»

- Marie-Michelle Poisson, citoyenne




Tiré de http://www.ledevoir.com/societe/sante/340945/compteurs-intelligents-hydro-quebec-se-fait-rassurante

Compteurs intelligents - Hydro-Québec se fait rassurante

Amélie Daoust-Boisvert - 24 janvier 2012

La première phase d’implantation des compteurs intelligents d’Hydro-Québec, annoncée en mai dernier par Isabelle Courville, est maintenant terminée. Le déploiement sur l’ensemble du Québec s’amorcera après les consultations publiques, cet hiver, devant la Régie de l’Énergie.

Le déploiement des compteurs intelligents dans le cadre du projet-pilote dans Villeray, Memphrémagog et Boucherville est terminé. Tout en annonçant qu'elle passait maintenant à l'étape suivante, Hydro-Québec a tenté de calmer les inquiétudes de la population.

«Je suis consciente que ça suscite des questions sur les émissions de radiofréquence», a concédé la présidente d'Hydro-Québec Distribution, Isabelle Courville, en conférence de presse hier. «Je tiens à rassurer tous nos clients: ces radiofréquences sont cent mille fois inférieures aux normes de Santé Canada», a-t-elle ajouté.

En 2012, 400 000 compteurs supplémentaires doivent être installés. Quelques dizaines de clients, sur les 20 000 personnes testant les compteurs installés dans trois régions, se sont montrés préoccupés. Onze ont finalement refusé de laisser la société d'État les installer. Un souhait qu'Hydro respecte... pour l'instant. Se verront-ils obligés d'obtempérer dans un proche avenir? «Il ne s'en fabrique plus, des compteurs d'ancienne génération», répond George Abiad, chargé du projet à Hydro-Québec. De plus, «une réflexion est en marche», dit-il simplement à propos de la manière dont seront gérés ces refus.

Lors d'une séance d'information technique précédant la conférence de presse, les experts d'Hydro-Québec ont souligné aux journalistes que les compteurs émettent, en moyenne, moins qu'un four à micro-ondes, un cellulaire ou une connexion wi-fi. En plus de transmettre les données six fois par jour, ils se connectent au réseau environ une fois par minute. Pendant ces quelque 1500 connexions de 0,06 seconde par jour, la force de l'onde atteint toutefois environ cinq fois celle d'un micro-ondes, le tout pendant un total de 90 secondes par jour. Cela est toujours nettement en deçà de la norme de Santé Canada, mais c'est au moins 10 à 100 fois plus puissant qu'un cellulaire, pendant un très bref instant.

Études à long terme

Aucune étude à long terme n'a cerné les effets de fréquences provenant de compteurs électriques, dit Michel Plante, responsable de la santé du public à la Direction de la santé et de la sécurité d'Hydro-Québec. Il renvoie la population aux études épidémiologiques menées auprès des utilisateurs de cellulaires. Elles n'ont toujours pas déterminé avec certitude si ces derniers pourraient, par exemple, augmenter les risques de certains cancers, dit-il, et «que ça ne semble pas le cas».

La semaine dernière, plusieurs groupes environnementaux et sociaux ont demandé à Québec de stopper le projet tant qu'il ne sera pas démontré que les compteurs émettent six fois par jour seulement. Une technologie plus sécuritaire pour la santé et moins invasive pour la vie privée aurait pu être retenue, soulignent ces groupes, dont fait partie l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique. La Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique fait également circuler une pétition.

Hydro-Québec défendra son projet lors de consultations publiques devant la Régie de l'Énergie cet hiver, après quoi la phase de déploiement sur l'ensemble du Québec s'amorcera.

***

Des radiofréquences hautement variables

Force de diverses sources d'émissions de radiofréquences selon Hydro-Québec, en microwatt par mètre carré

Norme de Santé Canada
6 000 000 (ou 6 watts par mètre carré)

Four micro-ondes
10 200

À 1 mètre d'un cellulaire en marche
500 à 5000

À 7 à 8 mètres d'un routeur wi-fi
1000

Niveau ambiant, maison unifamiliale
130

À un mètre d'un nouveau compteur
Moyenne: 50

Au moment de l'émission de 0,06 seconde
50 000

Note de Jean: J'ai laissé le commentaire suivant sur le site du Devoir pour l'article ci-dessus :

Pourquoi Hydro-Québec s'entête-elle à nier l'évidence?

Amusons-nous à faire quelques calculs bien simples. Si l'on divise 6,000,000 (la Norme de Santé Canada) par 50 000 (intensité des micro-ondes émises une fraction de seconde jusqu'à plusieurs fois par minute - en Californie cela varie entre 10,000 fois par jour, ou 7 fois par minute, et 190,000 fois par jour, ou 132 fois par minute, dans le contexte d'un système déployé dans un quartier résidentiel à faible densité où les compteurs doivent souvent se relayer les données de l'un à l'autre jusqu'à un routeur ou un collecteur local, ce qui explique le nombre de fois plus élevé par minute qu'ils fonctionnent - et ce type de situation se reproduira forcément ici aussi dans certains quartiers de banlieue une fois tout le système déployé) cela donne 120 fois sous la norme extrêmement élevée du Code 6 et non 100,000 fois sous la norme comme le prétend Hydro-Québec sur la base d'un calcul de l'intensité moyenne des pics répartie sur 24 heures (toutes les compagnies d'électricité utilisent le même stratagème pour essayer de leurrer les gens dans un sentiment de fausse sécurité) – ce qui est terriblement trompeur et irrationel comme affirmation. Donc si l'on accepte la prétention faite ci-dessus (par Hydro-Québec ne l'oublions pas!) que le niveau ambiant dans une maison unifamiliale équivaud à 130 microwatts par mètre carré, et que vous y ajoutez des pics d'énergie de 50,000 microwatts/M2 jusqu'à 2800 fois par jour (données mesurées par Stéphane Bélainsky), à l'année longue, imaginez l'effet allergène que cela peut déclencher sur les personnes prédisposées à devenir électrosensibles - sans parler des effets horriblement douloureux sur celles qui le sont déjà. Chaque pic d'intensité a l'effet d'une brusque décharge électromagnétique sur l'organisme qui finit par réagir contre ces agressions continuelles par la litanie de symptômes que l'on connaît. Ça prend pas un cours classique pour comprendre qu'il existe un risque réel et indiscutable.

De: Josh (josh@thebigpitcher.org)

- We measured a smart meter bank of 20 meters to be emitting radiation tested at 189,000 uw/m2, from 1 to 5 feet away.

- BC Hydro says the meters will transmit at up to 23,000 uw/m2 (not sure what Quebec Hydro's "official" numbers are)

- The International Building Biology Guidelines have 1,000 uw/m2 as the threshold for "extreme concern"

- Areas such as Salzburg, Austria who recognize the harmful effects of EMR, have a safe limit of 1 to 10 uw/m2

- People with electrohypersensitivity often exhibit symptoms with anything over 10 uw/m2

- Health Canada's (or most governments) safety limits are irrelevant, as they are purposefully biased and based on thermal heating/cooking effects (60's science). The root of the government-research corruption link can be seen clearly in this interview: http://commonground.ca/iss/201/cg201_carlo.shtml

*Note: 10,000 uw/m2 = 1 uw/cm2

For more on this area of focus, see:

How the actual smart meter radiation compares to safety standards: Measured smart meter radiation vs international RF safety standards [pdf]

More than 100 scientific studies summarized: Published research summary - RF power density effects [pdf]

Josh - le réalisateur de Stop Smart Meters Trailer for Independent Film nous a écrit:

An update on our film, Stop Smart Meters: The Film... We sincerely need and have asked the universe to provide a title funder for the tune of $5000 CAD. This is what we need to complete the project. Earlier this week, we sat down with the former Premier of BC, who like many others are realizing that now is the time to stand up. We want to get this message out to the masses... a message applicable to people of all regions which "connects the dots" - not just on the smart meter issue, but rising from there. If you feel inspired to help, please contact me through josh@thebigpitcher.org or go at http://www.indiegogo.com/smartmeterfilm or http://smartmeterfilm.com/

---

Lettre envoyée à divers médias par José Levesque en réaction aux propos tenus lors d'un point de presse diffusé le 23 janvier en après-midi sur RDI par Mme Isabelle Courville, Présidente d'Hydro-Québec Distribution. - dont il est question dans l'article ci-dessus...

Mme Courville a simplement menti lors de la conférence de presse sur la mise en place des compteurs 'intelligents' ce 23 janvier 2012 à 15h00 .

Mme Courville prétend que tous les citoyens contactés par le service à la clientèle d’Hydro-Québec ont accepté le nouveau compteur intelligent, alors que dans les faits, plusieurs citoyens ont refusé qu’Hydro installe leurs compteurs 'intelligents' et certains ont même commencé à former des comités de citoyens. Les autres clients dans Villeray, à Bouchervielle et dans la MRC de Memphrémagog n'ont guère eu le choix car des techniciens sont carrément venus les installer sans jamais demander le consentement des clients ni se préoccuper de la controverse qui fait rage à leur sujet - tous les détails à CQLPE.CA. Je fais partie de ceux qui sont sensibles aux radio-fréquences et risque de devenir sérieusement handicapé physiquement et mentalement, voire même de mourir à petit feu s’ils installent un tel réseau sans fil chez moi et dans toute la province, ce qui ne me laissera plus un seul endroit où me réfugier. Et croyez-moi bien, je ne suis pas le seul électrosensible pour qui les micro-ondes représentent une souffrance insupportable et une atteinte intolérable à ma liberté de choisir à quoi je m'expose.

Si cela peut aider à mieux faire comprendre la réalité de ma condition d'électrosensible, je suis même prêt à servir de sujet dans une étude qui serait publique et menée de manière respectueuse pour ma santé. C’est bien simple, après quelques minutes à proximité d’un émetteur WIFI, par exemple, je commence à avoir de l’inflammation au niveau de la tête. J’ai des douleurs dans les oreilles dont le conduit se referme lentement dans les heures qui suivent. Après une heure, toutes mes fonctions vitales commencent à se dérégler, mes oreilles sifflent très fort (acouphènes) et cela est suivi de saignements de nez et de l’éclatement des vaisseaux sanguins dans les yeux. Je n’ai plus de force et me traîne pour arriver à me déplacer. La suite, je ne l’ai pas essayée car je crains que cela ne devienne irréversible. Chaque fois que je brave un émetteur de micro-ondes en m'en approchant trop, cela me prend des jours pour guérir.

Hydro-Québec connaît bien cette situation qui me concerne et qui concerne plus d’un client. Le refus de Mme Courville de reconnaître les graves réserves que des centaines de Québécois-es souffrant déjà d'électrosensibilité ont à l'égard de ces compteurs très électropolluants me désole profondément. Je me serais attendu à un peu plus d'intégrité de sa part. Si elle cherche à cacher ou à nier l'opposition grandissante que leur projet suscite, imaginez tout ce qu'elle refuse de nous révéler sur ces compteurs qui n'étaient censés n'émettre que 6 fois par jour selon les déclarations insistantes et répétées faites par Hydro-Québec depuis le début, alors qu'ils ont été obligés d'admettre ces derniers jours qu'ils émettent au minimum 1500 fois par jour après que des mesures faites par un expert ont démontré l'écart considérable entre les faits (jusqu'à plus de 3000 fois par jours dans certains cas) et les déclarations mensongères dont ils nous abreuvent.

Merci de continuer à révéler les fourberies d'Hydro-Québec et de nous aider dans notre démarche citoyenne pour empêcher qu'un tel réseau de compteurs électropolluants nous soit imposé.

José Levesque
(levesque.jos@videotron.ca)




Tiré de http://www.cyberpresse.ca/debats/opinions/201201/24/01-4488933-compteurs-intelligents-un-moratoire-simpose.php

Compteurs intelligents: un moratoire s'impose

24 janvier 2012

Dans le dossier des compteurs intelligents, Hydro-Québec ment à la population, selon Michel Lefebvre. ARCHIVES, LA PRESSE

Michel Lefebvre -- L'auteur est un enseignant de Montréal.

Dans le dossier des compteurs intelligents, Hydro-Québec ment à la population puisque l'Organisation mondiale de la santé a émis des recommandations quant aux normes actuelles des radiofréquences qui devraient être révisées.

Des scientifiques du Centre internationale de recherche sur le cancer ont présenté un mémoire recommandant le principe de précaution puisque des statistiques alarmantes démontrent l'augmentation des cas de cancer en lien avec les radiofréquences.

Le déploiement des compteurs intelligents ajoutera des ondes électromagnétiques dans notre environnement déjà surchargé avec les antennes, les relais pour les téléphones cellulaires, les réseaux sans fil, les téléphones sans-fil, les micro-ondes...

Pour la cueillette de l'information, Hydro-Québec installera plus de 100 antennes relais sur le territoire de l'île de Montréal seulement. Les nouveaux compteurs ont une durée de vie de 15 ans seulement et coûteront plus de 1 milliard, alors que les compteurs mécaniques fonctionnent encore. À qui va-t-on refiler la facture, je vous le demande?

À l'aide de ses compteurs, Hydro-Québec s'introduira chez vous afin de connaître votre consommation durant la journée et aux heures de pointe. Elle pourra a priori ajuster ses tarifs de façon ponctuelle. Déjà, des résidants ont constaté que leur facture avait grimpé substantiellement. Hydro-Québec engrangera des revenus supplémentaires pour financer cette opération.

Dans une optique de développement durable, il existe d'autres alternatives plus écologiques de recueillir l'information, soit par ligne téléphonique, internet, fibre optique. À Montréal, des spécialistes en rayonnements électromagnétiques ont constaté à l'aide d'un appareil de mesure placé juste à côté des «compteurs intelligents» que le nombre de pulsations (fréquences électromagnétiques) émises dans une journée dépassait de beaucoup le seuil minimal qu'Hydro-Québec nous répète dans les médias.

Près de 70% des compteurs sont situés à l'intérieur des foyers et il faut savoir que même si les compteurs sont placés à l'extérieur, les ondes traversent les murs de brique (téléphonie cellulaire). Notre société d'État manque de transparence et d'éthique en entreprenant un projet controversé sans avoir été capable de rassurer les gens. Je défie un dirigeant d'Hydro-Québec de s'installer à côté d'un «compteur intelligent» pendant 24 heures sans par la suite connaître des malaises, déjà recensés par des études scientifiques: maux de tête, migraine, étourdissements, fatigue chronique, insomnie, douleurs articulaires, etc.

Considérant qu'Hydro Ontario, Hydro BC et la Californie utilisent déjà ce genre d'appareil qui connaît actuellement des ratées, il serait «plus intelligent» d'évaluer cette problématique. Les enjeux sont grands, financièrement et pour la sécurité et la santé publique.

Déjà, des «compteurs intelligents» installés dans d'autres province canadienne ont pris feu et des citoyens se sont plaints des augmentations abusives.

Hydro-Québec enfreint la Charte des droits et libertés, dans la mesure où un client ne se sent pas en sécurité et qu'un tel système peut entraîner des effets secondaires chez les personnes susceptibles de présenter une sensibilité électromagnétique, les enfants en bas âge et les personnes âgées, qui sont plus à risque.

Pour cette raison, un moratoire devrait être imposé à Hydro-Québec par la Régie de l'énergie. En citoyen responsable, notre société d'État a le devoir de présenter une transparence totale dans ce dossier, ce qui n'est pas le cas avec sa campagne de désinformation.

---

Dernier droit avant la triple manifestation organisée par la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique (23/01/12) par GaïaPresse
http://www.mediaterre.org/canada-quebec/actu,20120123192535.html
Texte intégral avec liens de l'introduction de notre 5e bulletin




Tiré de http://www.lanouvelle.net/Societe/Technologies/2012-01-24/article-2872951/Compteurs-intelligents-%3A-y%26rsquo%3Ba-t-il-un-peril-en-la-demeure%3F/1

Compteurs intelligents : y'a-t-il un péril en la demeure?

Hélène Ruel - 24 Janvier 2012

Ces compteurs intelligents qu'Hydro-Québec a commencé à expérimenter dans trois quartiers au Québec suscitent de la grogne et de l'inquiétude chez des citoyens, tant et tant qu'une Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique (CQLPE) vient de se former réclamant un moratoire du gouvernement du Québec.

Coordonnateur des actions de cette Coalition, François Drouin sera à Victoriaville, à la Place communautaire Rita-St-Pierre le jeudi 2 février, à 19 heures, pour parler de ces nouveaux compteurs sans fil qu'Hydro-Québec voudrait déployer partout au Québec au cours des prochaines
années.

Résidant à North Hatley, travaillant en histoire, ce père de famille de 30 ans a entrepris une tournée de plusieurs petites et grandes villes du Québec pour informer et sensibiliser les citoyens.
Sept mille personnes ont déjà signé la pétition en ligne (que l'on peut retracer au www.cqlpe.ca) et trois manifestations simultanées se préparent pour le dimanche 5 février devant l'Assemblée nationale à Québec, devant le siège social d'Hydro-Québec à Montréal et devant le bureau du premier ministre Jean Charest à Sherbrooke.

Ces jours-ci, dit M. Drouin, en entretien au téléphone, les médias mettent beaucoup le focus sur les risques liés à la santé par les ondes émises par ces compteurs sans fil.

«Hydro-Québec vient d'admettre que les compteurs émettent des ondes radio jusqu'à 1 500 fois par jour! Quand, au début, on nous parlait de six fois par jour, était-ce une omission, un mensonge, une demi-vérité? Toujours est-il que cela n'a rien de rassurant», soutient M. Drouin.

Par mesure de précaution et parce qu'on ne mesure pas encore tous les risques reliés à cette technologie, la Coalition réclame du gouvernement du Québec qu'il impose un moratoire.

«On n'est pas contre les nouvelles technologies. Mais, il y a déjà, beaucoup d'ondes radio dans nos environnements. Même les fournisseurs de cellulaires nous servent des mises en garde dans leurs livrets, nous invitant à tenir le téléphone à quelques pouces de notre oreille. Les compagnies d'assurances n'assurent pas les risques du sans-fil, voulant se soustraire à l'avance d'éventuelles poursuites. On peut, chez soi, intelligemment, décider d'utiliser ou non tel ou tel appareil. Avec ses compteurs intelligents, Hydro-Québec veut nous imposer une technologie qui n'est pas sans risques. Elle pourrait utiliser d'autres moyens de transmission, par fibre optique ou par câble pour ses compteurs.»

Et c'est ce qu'il appelle un «défaut de démocratie» qui indigne François Drouin. «On ne peut même pas comparer les compteurs intelligents avec une ligne de pylônes hydro-électriques ou avec le syndrome du pas dans ma cour. À la limite, si l'on ne veut pas de pylônes dans son voisinage, on peut déménager. Mais là, c'est dans nos maisons qu'Hydro-Québec veut entrer avec ses compteurs à radiofréquences, elle qui, comme société d'État, a une plus grande responsabilité à notre égard. On ne peut pas, comme en Californie, se désabonner de notre fournisseur; Hydro-Québec est en situation de monopole.»

Il ajoute que, lorsque dans sa propre maison, on n'a plus la liberté de choisir, il y a, c'est le cas de le dire, «péril en la demeure». «Cela pourrait même être notre slogan», observe-t-il.

Lors de sa conférence, il abordera plusieurs aspects de ce dossier dont il dit qu'il est «multi facettes». «Chacun peut trouver une raison de s'élever contre ces compteurs.» Il traitera de la façon dont fonctionnent ces appareils sans fil, quels sont les problèmes pouvant s'y rattacher. Il parlera aussi de l'électrohypersensibilité, un mal que seule la Suède reconnaît médicalement, mais qui afflige aussi des gens d'ici.

Ce dossier devrait intéresser ces personnes de même que toutes celles qui, de droite, de gauche, militantes ou non, veulent pouvoir dire «non» à ce qui entre chez elles, conclut François Drouin.

---

Voir aussi...


Compteurs nouvelle génération - Un vent d'inquiétude souffle sur le Québec (24 janvier 2012)
http://www.cyberpresse.ca/le-quotidien/toit-et-moi/201201/24/01-4488821-un-vent-dinquietude-souffle-sur-le-quebec.php
(Saguenay) L'installation de 3,8 millions de compteurs intelligents prévue par Hydro-Québec n'a pas fini de faire jaser et de soulever les questionnements. Qu'en est-il de cette technologie de relevé à distance? Aura-t-elle des répercussions sur notre santé? Tant de questions et tout autant de réponses qui circulent dans les médias et ailleurs. La vérité, c'est qu'on ne connaît toujours pas les répercussions exactes qu'auront ces nouveaux compteurs, que l'on prévoit installer à l'extérieur de tous les logements du Québec sans même obtenir le consentement des résidents. Certains individus ont déjà signalé avoir des problèmes de santé depuis l'installation de leur nouveau compteur. Les symptômes : maux de tête, vertiges, insomnie, cauchemars, etc. C'est ce que l'on appelle l'hypersensibilité électromagnétique ou électrosensibilité. Le hic, c'est que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme toujours que ce trouble pourrait être d'origine psychosomatique. Plusieurs scientifiques et associations tentent toutefois de prouver le contraire et réclament à l'OMS une reconnaissance officielle de la sensibilité chimique multiple et de l'hypersensibilité électromagnétique.
(...) Demande de moratoire - Plusieurs regroupements et individus qui s'inquiètent de l'installation de compteurs intelligents au Québec sont loin de renoncer à la cause qu'ils portent et demandent un moratoire sur la question. Une pétition a d'ailleurs été déposée sur le site de l'Assemblée nationale, le 3 novembre dernier, par le Dr Amir Khadir, médecin et député de Québec Solidaire. Chaque jour, voire même chaque heure, le nombre de signataires croît. Au moment d'écrire ces lignes, ce sont un total de 5588 personnes qui ont signé la pétition. La date limite pour le faire est le 2 février 2012 via le https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-2209/index.html CLIP

La Régie de l'énergie devra trancher - Opposition à l'installation des compteurs intelligents (24 Janvier 2012)
http://www.journalacces.ca/Actualité/2012-01-24/article-2873182/La-Regie-de-lenergie-devra-trancher/1
Le mercredi 18 janvier dernier, des militants de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) ont signifié, dans le quartier Villeray à Montréal, leur opposition au projet d'Hydro-Québec d'installer de nouveaux compteurs dits «intelligents». Actuellement, trois projets-pilote sont en cours à Villeray, à Boucherville sur la Rive-sud et au lac Memphrémagog en Estrie. Ces projets-pilote ont été préalablement acceptés par la Régie de l'énergie, qui aura le dernier mot dans le projet final d'implanter à l'ensemble du Québec ces compteurs intelligents. Le coût total est estimé à un milliard de dollars. La bataille se jouera donc à la Régie de l'énergie. Pour l'AQLPA, l'attaque passera par la réfutation d'un des arguments d'Hydro Québec, comme le précise Dominique Neuman, procureur de l'organisation: «Hydro Québec a annoncé initialement que ses compteurs […] n'émettent des radiofréquences que six fois par jour ce qui ne correspond pas aux observations qui ont été faites sur le terrain.» En effet, Stéphane Bélainsky, expert mandaté par l'AQLPA, a observé que des compteurs ont émis entre 1 440 et 2 880 fois par jour. Des choix judicieux? L'AQLPA dénonce les normes actuelles fixées par Santé Canada, qu'elle juge bien trop permissives: «Les compteurs semblent actuellement légaux puisqu'ils sont conformes au Code de sécurité 6», explique M. Neuman. En revanche, ce dernier soutient que la régie peut suspendre le dossier, même si les compteurs sont légaux, car «elle doit prendre en considération l'ensemble des préoccupations économiques, sociales et environnementales». Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) est également opposé au projet d'Hydro Québec. Le syndicat affirme qu'il «est inacceptable pour une société d'État de dépenser inutilement un milliard de dollars dans un projet à la rentabilité douteuse qui fera perdre au Québec 1 000 emplois de qualité et qui engendrera un gaspillage d'équipement encore en état de marche». Affaire à suivre donc.




Tiré de http://www.lerefletdulac.com/Opinion/Tribune%20libre/2012-01-24/article-2872669/Des-compteurs-dommageables-pour-la-sante-a-Magog/1

Des compteurs dommageables pour la santé à Magog

24 Janvier 2012

Mon but n'est pas de faire peur aux gens, mais d'éviter que d'autres personnes deviennent malades ou que ceux qui sont déjà malades ne le deviennent plus. (Pas de compteurs intelligents à Magog, 19 janvier 2012).

Sans oublier les gens qui savent déjà qu'ils sont électrosensibles (personnes sensibles aux différentes technologies sans fil/Wi-Fi de hautes fréquences qui émettent des micro-ondes nocifs : cellulaire, ordinateur sans fil, téléphone sans fil, antenne-relais, compteur de lecture à distance, etc.) dont leur santé est déjà très précaire et que tous les compteurs de lecture à distance les rendront possiblement gravement malades et incapable de demeurer dans leur habitation. Il y a aussi les personnes âgées, les malades, les enfants et les fœtus qui peuvent en outre être très vulnérables.

Lorsque nous parlons de compteurs électropolluants, ceci inclut tous les compteurs de lecture à distance émettant des micro-ondes nocives de radiofréquences. Il y en a différents modèles dont les compteurs intelligents /smart meters qui font partie du projet pilote d'Hydro-Québec, qui a débuté dans le quartier Villeray, à Boucherville et dans la MRC de Memphrémagog (Bolton-Est, Potton et Eastman).

Il y a aussi les compteurs CENTRON de ITRON TYPE C1SR et possiblement les TYPE C1S qui émettent des micro-ondes nocives de radiofréquences. Il y en a présentement sur le territoire de Magog et ailleurs au Québec depuis quelques années.

J'ai récemment vérifié les compteurs de la rue Langlois, à Magog, avec un ami suite à une demande de la Coalition de la lutte contre la pollution électromagnétique. Nous avons vérifié plusieurs compteurs de cette rue. Ce fut pour nous une très grande surprise de voir que ces compteurs émettaient des micro-ondes nocives et en plus d'observer que celles-ci étaient aux 10 secondes environ. Ceci est une agression constante pour le corps humain en entier et principalement le système nerveux.

Il y a de grandes possibilités que la Municipalité ne soit pas du tout au courant que ce type de compteur sont des émetteurs de radiofréquences nocives à la santé des gens En tant qu'électrosensible, mon expérience lors de cette vérification, qui n'a duré qu'environ une vingtaine de minutes, fut très difficile pour moi-même et pour la personne qui m'a accompagnée, qui a vécu lui aussi des douleurs et des symptômes.

Plusieurs douleurs ont persisté pendant plusieurs jours: des points au niveau du cœur, une compression très forte de ma cage thoracique qui m'empêchait de respirer, des nausées, mes organes internes sont devenus tendus et douloureux, des bourdonnements très fort dans les oreilles qui voyageaient d'une oreille à l'autre, de la difficulté à marcher, des tremblements des mains et des jambes, une grande difficulté à m'exprimer clairement et une irritabilité extrême qui m'a amenée à faire une crise de larmes.

Je connais des gens de cette rue qui sont devenus malades et d'autres que leur état de santé se sont aggravés depuis que leurs compteurs à aiguilles et roulette ont été changés pour des compteurs CENTRON de ITRON de TYPE C1S et C1SR.

Nous demandons à Hydro-Québec un moratoire immédiat à l'installation de tout compteur émetteur de radiofréquences en raison des risques sérieux qu'ils représentent pour la santé humaine, ainsi qu'une vaste enquête.

PS. Une manifestation à ce sujet a lieu à Sherbrooke, de 13 h à 14 h, le dimanche 5 février, devant le bureau de comté de Jean Charest au Centre des Congrès (2665 rue King Ouest).

Chantal Blais

Une résidente de Magog électrosensible




Tiré de http://www.journalacces.ca/Actualite/2011-11-22/article-2812275/Electrosmog-et-la-sante-des-Canadiens/1

Électrosmog et la santé des Canadiens

Thomas GALLENNE - 22 Novembre 2011

L'exposition à des champs électromagnétiques de radiofréquences (CEMRF) qu'émettent les postes de base (antennes relais) et les appareils de communication sans fil, peut-elle représenter un risque pour la santé?

Le 14 novembre dernier, les organismes Sauvons nos enfants des micro-ondes (SEMO), l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) et Option consommateurs (Oc) ont exigé du gouvernement canadien qu'il donne suite aux recommandations du Rapport du Comité permanent de la santé concernant l'impact des CEMRF sur les humains. Ils ont rappelé que la ministre de la Santé, Leona Aglukkaq, n'avait pas donné suite au dépôt du rapport - lequel a eu lieu en décembre 2010. Elle avait 90 jours pour y répondre.

De plus, dans le cadre de consultations publiques sur le projet de règlement de la Ville de Montréal visant à mieux encadrer l'installation d'antennes sur son territoire, ces mêmes organismes - appuyés par la Commission scolaire de Montréal (CSDM) - ont demandé l'application du Principe de précaution tant que l'incertitude demeure sur les risques à la santé causés par les CEMRF.

«Mesures» ou «Principe» de précaution?

Au Canada, c'est le Code de sécurité 6 qui détermine les critères d'exposition aux CEMRF. Or, ce dernier ne tient pas compte des effets de cette exposition à long terme sur le corps humain, ce que déplore François Therrien du SEMO, Ce dernier demande à Santé Canada d'appliquer le Principe de précaution.

L'absence de certitude scientifique sur un éventuel lien de causalité entre l'exposition et des effets sur la santé, doit-elle nous empêcher de prendre des mesures pour protéger la population?

«Si ce principe a cours en Europe, il est loin d'être enchâssé dans nos constitutions nord- américaines, souligne André Fauteux, éditeur de la revue La Maison du 21e siècle. C'est la prépondérance de la preuve - ou de la règle du 50+1 - en droit civil, qui doit être démontrée. Par exemple, si la majorité des experts parle d'une menace sérieuse à la santé, les organismes de santé publique réviseront leur position.» Cependant, on assiste de plus en plus à une sensibilisation sur les questions sanitaires. «Ça prend la pression des citoyens pour que les politiciens, le gouvernement bougent», croit-il.

Rappelons qu'en mai dernier, le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) qui fait partie de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), indiquait que l'usage des téléphones cellulaires devait être considéré comme "peut-être cancérogène pour l'homme".

Depuis sa dernière mise à jour (octobre 2011), le site internet de Santé Canada suggère des «mesures» d'atténuations des effets des CEMRF pour les usagers de téléphones sans fil.

Qui contrôle la santé des Canadiens?

Nous avons demandé à Santé Canada quelle était la distance minimale préconisée entre un poste de base et les plus proches habitations, sachant que cette question fait l'objet de nombreuses craintes dans les études scientifiques les plus récentes - certaines études préconisant des distances supérieures à 300 mètres. La réponse du ministère a été pour le moins surprenante. «Santé Canada n'est pas responsable pour les limites de distances des antennes relais cellulaires dans les zones résidentielles, a répondu Olivia Caron, agente à la division des communications réglementaires et des relations avec les médias de Santé Canada, suite à notre demande. Je vous suggère de contacter le ministère de l'Industrie.» La santé des Canadiens serait-elle gérée selon les intérêts d'Industrie Canada?

En 2008, la journaliste du Toronto Star, Linda Diebel, révélait que de hauts fonctionnaires du gouvernement canadien, ainsi que des représentants de Santé Canada et Industrie Canada siégeaient sur le comité santé de l'Association canadienne des télécommunications sans fil (ACTS/CWTA), très puissant groupe de pression. Selon elle, de tels liens soulevaient la question à savoir qui influence Ottawa au sujet de la sécurité reliée à l'usage des téléphones cellulaires, et comment.

En 2011, plus de 25 millions de Canadiens sont abonnés à un réseau sans-fil. L'ACTS estime la contribution de son industrie à l'économie canadienne, à 41 milliards de dollars et quelque 261 000 emplois.




Tiré de http://blogues.cyberpresse.ca/sciences/2012/01/24/qui-a-peur-des-compteurs-intelligents%C2%A0/

Qui a peur des compteurs intelligents ?

Jean-François Cliche - Mardi 24 janvier 2012 - Commentaires (34)

Faut-il vraiment avoir peur des «compteurs intelligents» qu'Hydro-Québec veut installer partout et qui «feront rapport» à la société d'État de votre consommation d'électricité ? Comme le rapportaient plusieurs médias la semaine dernière, l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) croit que oui, les ondes radio émises par les compteurs sont légitimement inquiétantes ; le communiqué de la semaine dernière est ici, et des activités de protestation sont prévues dans les semaines qui viennent. Mais il y a des éléments douteux, dans toute cette histoire, qui me chicotent pas mal…

D'abord, s'il est juste de dire que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC… Sous-parenthèse : z'auraient pas pu s'arranger pour avoir un autre acronyme ?) a classé les radiofréquences parmi les causes possibles du cancer, par opposition à «cause avérée», l'histoire complète est que cette décision a été prise dans la foulée de l'étude Interphone, la plus vaste jusqu'à présent, qui n'avait somme toute pas trouvé grand-chose : seul les 10 % d'utilisateurs les plus intensifs de téléphones cellulaires montraient une incidence accrue de cancer du cerveau, les autres semblant plutôt courir un risque moindre - sans doute à cause d'un biais de participation.

Mais il y a pire. Quand le communiqué dit que «les normes canadiennes sont actuellement 6000 fois plus tolérantes que la recommandation (du Conseil de l'Europe)», Santé Canada a l'air d'être un scandaleux nid de négligence. Mais quand on sait que le Conseil de l'Europe (CdE) n'est pas le Parlement européen, mais bien une instance qui, en principe du moins, s'occupe de droits de l'homme et de démocratie, il y a vraiment lieu de se demander pour quelle raison on peut bien choisir d'accorder plus de crédibilité aux politiciens du CdE qu'aux experts de Santé Canada. J'ai beau retourner la question dans tous les sens, j'ai besoin d'aide ici…

Enfin, le communiqué fait référence à une «expertise indépendante» effectuée par le propriétaire d'une entreprise spécialisée dans l'«hygiène électromagnétique», qui a mesuré l'intensité des radiofréquences émises à 1 mètre par sept de ces nouveaux compteurs d'Hydro. En elle-même, l'idée est excellente : la société d'État dit que ses compteurs émettent à une puissance totale de 0,4 milliwatt (environ 500 fois moins qu'un cellulaire, insistent les porte-parole d'HQ), mais on n'est certainement pas obligé de la croire sur parole. Or cette étude - disponible ici - tend plutôt à confirmer les dires d'Hydro-Québec : sur les 7 compteurs examinés, 6 émettent en moyenne entre 16 et 52 microwatts par mètre carré (µW/m2) à une distance de 1 mètre, ce qui est tout à fait cohérent avec un puissance totale de 0,4 milliwatt (ou 400 µW) puisque, divisé par l'aire d'une sphère de 1 m de rayon, 400 µW / 4*1m2 = 32 µW/m2 environ.
Dans le cas du septième appareil, un problème est manifestement survenu, soit dans les mesures, soit dans le compteur lui-même, car il émettait à une densité de puissance moyenne de 2400 µW/m2, ce qui est 75 fois plus fort que les autres.

Toutes ces moyennes impliquent évidemment qu'il y a eu des creux et des pics d'émission, et ces maximas sont montés jusqu'à 49 800 µW/m2 dans le cas de l'appareil «problématique». Mais de l'aveu même de l'expertise citée par l'AQLPA, même cette pointe pourtant très atypique ne représente que 0,83 % des normes canadiennes - et encore, ces normes sont prévues pour une exposition de 6 minutes alors que ce pic n'a duré que 0,06 seconde. Encore ici, pour voir un problème là-dedans, il faut choisir d'accorder plus de crédibilité à des politiciens européens qui n'y connaissent rien plutôt qu'à Santé Canada.

Bref, me semble que l'AQLPA a déjà mieux sélectionné ses combats. D'autant plus que si l'on croit vraiment que les ondes radio sont une pollution dangereuse pour la santé humaine, pourquoi diable se battrait-on contre de si petites sources au lieu d'en cibler de plus grandes, comme les réseaux sans-fil, les routeurs Wi-Fi, etc. ?




Réplique d'André Fauteux (info@21esiecle.qc.ca), éditeur du magazine La maison du 21e siècle, à l'article « Qui a peur des compteurs intelligents ? »

Bonjour Jean-François,

J'apprécie la logique et la rigueur de votre argumentaire, mais la réalité est un peu plus compliquée. 
Je vous souligne humblement que j'écris régulièrement sur les champs électromagnétiques depuis 1990. 

Il est vrai aussi qu'en général, les antennes FM, les cellulaires, le Wi-Fi et autres appareils sans fil exposent les gens à des niveaux beaucoup plus élevés de micro-ondes qu'un compteur intelligent. Sauf que de certains compteurs émettent plus de d'autres et, dans les maisons, appartements et condos où on n'utilise pas d'appareils sans fil et qui sont loin des antennes, la synergie de plusieurs compteurs environnants peut devenir la principale source de hautes fréquences.

Aussi, comme je l'écrivais dans le texte sur l'AQLPA (disponible ICI) : « Si on tient compte de l’exposition totale du corps, de la proximité du ou des compteurs et de la durée de l’exposition, la dose sera 2 à 160 fois plus élevée qu’avec un cellulaire, selon Daniel Hirsch, expert en politique nucléaire à l’Université de la Californie.

Qu'Hydro-Québec ait menti en prétendant faussement que ses compteurs n'émettent que six fois par jour n'a rien de rassurant.

Depuis une décennie, de plus en plus de gens se plaignent de symptômes d'intolérance aux champs électromagnétiques (SICEM), dont Gro Harlem Brundtland elle-même. L'oncologue parisien Dominique Belpomme qui travaillent avec le prix Nobel Luc Montagnier publiera bientôt des articles sur le diagnostic et le traitement de ces électrohypersensibles. 

Comme Michel Rochon l'a expliqué à l'émission Découverte de SRC il y a quelques années, tout a débuté en Scandinavie où en l'an 2000 plus de 50 % de la population utilisait déjà un cellulaire quotidiennement. Il est vrai que 95 % des gens ne sentent pas immédiatement les effets des CEM, mais cela ne veut pas dire qu'ils ne sont pas affectés.

Cette question est importante au Québec, où l'on observe les niveaux d'exposition parmi les plus élevés au monde ainsi que les niveaux d'incidence de cancers liés aux CEM le plus élevés au pays. Détails dans ce dossier.

Le problème avec le Code de Sécurité 6 de Santé Canada, c'est que ses limites sont jusqu'à 1 000 fois trop élevées car elles ne tiennent compte que des effets thermiques à court terme et non des effets chroniques qu'éprouvent les électrohypersensibles, disent des experts indépendants comme le Dr David Carpenter, co-auteur du rapport BioInitiative et le médecin qui a alerté le monde sur les dangers des BPC dans les poissons. 

Le Code de Sécurité 6 est basé sur les recommandations de l'OMS élaborées en consultation avec l'industrie, dont le Dr Michel Plante d'Hydro-Québec, tel que l'a révélé Microwave News en 2005. Il avait été invité par Micheal Repacholi, directeur du Projet CEM de l'OMS pendant dix ans et lui-même un consultant auprès de l'industrie, rapportait Microwave News en novembre 2006 : Repacholi has misrepresented the group's conclusions, according to Chris Portier, who chaired the expert panel. "The paraphrasing sometimes has gone a bit far and may be misleading," Portier told Microwave News. Portier is the associate director for risk assessment at the National Institute of Environmental Health Sciences (NIEHS). 

Ce n'est pas seulement la dose reçue, la durée de l'exposition et la sensibilité des individus qui comptent. La nuit, l'exposition aux champs magnétiques stoppe la production de la mélatonine, hormone du sommeil et puissante hormone anticancer. De plus, de très brèves mais très nombreuses expositions à des hautes fréquences ont été liées à des risques très élevés de cancer chez des travailleurs d'Hydro-Québec (étude de McGill : http://aje.oxfordjournals.org/content/140/9/805.abstract) et des enseignants californiens (détails dans mon article : http://21esiecle.qc.ca/électricité-sale-risque-élevé-de-cancers').

Le Conseil d'Europe, qui conseille les ministres des Affaires étrangères des pays membres, a été conseillé par des experts indépendants et s'est prononcé en faveur de l'application du principe de précaution en matière d'électrosmog tout comme l'Agence européenne de l'environnement (AEE) car malgré l'incertitude scientifique persistante, le dossier des CEM ressemble de plus en plus à ceux de l'amiante, du tabagisme, des pesticides et des métaux lourds, selon l'AEE.

Bref, les gens qui optent pour la prudence se voient brimés dans leurs droits fondamentaux quand on leur impose de l'électrosmog. 

Pour plus de détails : www.21esiecle.qc.ca/electrosmog

Bien à vous,

André Fauteux, éditeur
Magazine La Maison du 21e siècle
Tél./Téléc. : 450 228-1555
info@21esiecle.qc.ca
www.21esiecle.qc.ca

Lecture complémentaire recommandée :

Electromagnetic hypersensitivity: Fact or fiction?
http://www.avaate.org/IMG/pdf/Genius_Lipp_2011.pdf

Pollution électromagnétique : une norme d’exposition jugée mille fois trop élevée (Hiver 2008)
http://www.21esiecle.qc.ca/files/bioinitiative_af.pdf
L’Agence européenne de l’Environnement craint une autre crise sanitaire




Commentaire reçu le 24 Janvier de (clochette175@yahoo.ca)

Bonjour

Je vous félicite pour le travail que vous faites. J’aimerais ajouter deux points à l’argumentation.

1. Hydro se déresponsabilise face aux dangers des effets négatifs en s’appuyant sur les normes de Santé Canada et en essayant de faire porter le fardeau de la preuve au public.

Ce n’est pas au public de prouver la nocivité du produit mais plutôt à Hydro Québec et à Santé Canada d’avoir des preuves solides que c’est sans danger mais aucune étude scientifique reconnue ne peux valider leur affirmation. Donc Santé Canada qui autorise certain niveau de fréquences comme étant sans danger, ne peut déclarer « sans danger» quelque chose qui n’a pas encore été testé.

Voici un extrait de la lettre d’opposition que j’ai écrit à la Régie de l’énergie:

« Pour qu’une étude soit considérée scientifique et valide:

Un groupe de personnes intègres, indépendants et ayant fait la preuve de ne pas être en situation de conflit d’intérêt doit diriger cette recherche. Le produit doit être testé de manière scientifique avec équipe de médecins et professionnels sur deux groupes différents dont un serait exposé aux radios fréquences des compteurs intelligents et l’autre groupe non exposé et ce , sur une période raisonnable d’au moins 10 ans en reproduisant exactement les mêmes conditions* qu’on devrait les subir si le projet se concrétisait et ce, sur une population avertie des risques potentiels et, consentante à risquer leur santé pour l’expérience . Les données doivent être compilées et analysée pour ensuite en publier les résultats pour en informer le public.

2. Conflit d’intérêts entre le gouvernement et La Régie de l’énergie qui autorise, et Hydro-Québec qui défend ses intérêts financiers et non les intérêts ni la santé du public.

Voila, peut-être pourriez-vous aussi ajouter à votre liste d'actions à poser: écrire à Santé Canada et exiger des explications pour savoir d'où viennent les normes que le ministère considère "acceptables"? De quelles études sagit-il? Quels experts auraient conseillé le ministère? Où sont les preuves qui supportent leur normes?

Merci de bien vouloir partager ces arguments avec tous ceux que ca intéresse.




Rapport du Département de la santé en Californie sur les "smart meters" et "opting out" au Vermont

From: http://montreal.ctv.ca/servlet/an/local/CTVNews/20120123/mtl_meters_120123/20120123/?hub=MontrealHome

Second comments posted in response to Smart meters are safe: Hydro-Quebec

CALIFORNIA HEALTH DEPARTMENT SMART METER HEALTH REPORT JANUARY 2012

1. Smart Meters emit radiation almost continuously, day and night, seven days a week.
2. Family safety is uncertain with a smart meter attached to a home.
3. It is impossible to know how close a consumer is to their RF Radiation limit, making safety an uncertainty with installation of a mandatory Smart Meter.
4. Smart Meters can exceed the whole body radiation exposure of cell phones by 60-150 times.
5. Radiation exposure from Smart Meters at non-thermal levels shows accumulating evidence of human cell damage, DNA chain breaks, breaches in the blood-brain barrier, sperm damage, toxin exposure, cancer, miscarriage, birth defects, semen degradation, autoimmune diseases, etc.
6. Electromagnetic hypersensitivity (EHS) is a real and sometimes debilitating neurological problem for the affected persons (Mild et al., 2004).
7. FCC guidelines do not protect the public and cannot be used for any claims of Smart Meter safety.
8. Smart Meters exceed the RF Microwave Radiation standards of many other countries by 12 to 60 million times.
9. SUMMARY: Given the evidence of existing and potential harm from Smart Meters, governmental agencies for protecting public health and safety should be much more vigilant towards Smart Meter electromagnetic radiation exposures because governmental agencies are the only defense against such involuntary exposure.

---

It is clear Hydro Quebec are not looking beyond their noses! If they used the Internet to research about the health problems, safety issues, accuracy issues and privacy concerns, they would find thousands of DOCUMENTED cases in each and every area where "smart meters" have been installed. House fires, people sickened after the the installation of a smart meter and a high degree of inaccuracy (up to seven times the true reading and of course always to the benefit of the utility). The only thing "green" about these new meters is the cash going straight into the coffers of Hydro Quebec. Will we see a reduction in our rates? Dream on! Hydro Quebec needs the money to pay those extravagant bonuses to their top executives! There is another very important issue to consider. If Hydro Quebec is able to turn off the power to a customer through the use of wireless, what stops a criminal, blackmailer and/or a hacker from doing the same?

AU VERMONT ILS ONT L'OPTING OUT!

Wake Up Opt Out Vermont launches media campaign (Jan. 25, 2012)
http://vtdigger.org/2012/01/25/wake-up-opt-out-vermont-launches-media-campaign/
Rutland, VT – The Wake Up Opt Out Campaign launched new radio and online ads today to help foster continued conversation about the potential dangers and liabilities of smart meter installation in Southern Vermont. “We are hopeful the media will give Vermonters the full picture of smart meters before CVPS tries to install them at their homes. They need to know these meters impact our privacy, finances and health.” Said Martine McGrail, a campaign organizer and supporter. “These meters are a violation of our privacy, our security, and our rights,” said Rick Dahm, a concerned Vermonter and campaign volunteer. “Vermont citizens deserve to know about the liabilities of these new meters.” This winter Central Vermont Public Service (CVPS) plans to install smart meters in homes, businesses, and public buildings throughout all of Rutland and Bennington counties beginning in February. A smart meter is a new style of wireless electricity meter connected to a house or business. These meters track usage at a far more granular level than previous generations of meters. The fact that data will be transferred to CVPS wirelessly creates a host of privacy and radiation-based health concerns. “CVPS made very little information about the dangers and drawbacks of smart meters available to their customers.” Jesse Mayhew, the campaign’s manager said. “We believe it is our civic duty to get this information out so Vermonters can decide for themselves if they want to opt-out.” Wake Up Opt Out radio and online ads describe the risks smart meters pose to Vermonter’s privacy, financial security, and health. The ads drive Vermonters online to download a fact sheet about the new meters. They also encourage Vermonters to immediately opt-out to ensure they avoid the impacts from the new meters. Mayhew continued, “Our main objective is to get the word out that Vermonters have the ability to opt out of smart meter installation.  People concerned about their privacy, rates, and health can immediately opt-out by calling CVPS at 800-649-2877.”




From: http://www.energybulletin.net/stories/2011-03-23/problems-smart-grids

The problems with Smart Grids

by B. Blake Levitt and Chellis Glendinning

How is it that so many intelligent, inside-the-beltway environmentalists are buying into an eco-health-safety-finance debacle with the potential to increase energy consumption, endanger the environment, harm public health, diminish privacy, make the national utility grid more insecure, cause job losses, and make energy markets more speculative?

Answer: by not doing their homework.

Welcome to the Smart Grid -- a government-funded money machine capable of intruding into every aspect of our lives. Smart Grid technologies -- initially funded to the tune of $3.4 billion through the American Recovery and Reinvestment Act of 2009 and slated to cost $11 billion through 2011 -- are enough to make even die-hard liberals demand a claw back of misspent tax dollars.

On the surface, Smart Grids sound ‘green’ -- with promises of saving energy, creating new power-line corridors run on wind and solar, way-stations to power-up electric vehicles, energy-efficient upgrades to an aging power infrastructure, and real-time customer knowledge of electricity use.

And there’s the enticing communications factor: a nationwide high-speed broadband information technology barreling down high-tension electric corridors called Broadband-Over-Power-Lines (BPL). What could be more perfect for communicating facts about the planet, funding enviro-candidates, pushing legislation, and organizing Earth Days?

But few who actually study how these new systems function want anything to do with them. Other than those who stand to make enormous profits and the physicists or engineers who dream up such stuff, Smart Grids are giving knowledgeable people the willies.

What Is a Smart Grid?

These days the word “smart” is attached to anything even marginally digital -- and indeed it’s an effective marketing tool because who wants anything dumb?

But is the Smart Grid really smart?

The problem: smart metering will turn every single appliance into the equivalent of a transmitting cell phone, and this at a time when public concern about the safety of exposure to the radiofrequency radiation (RF) of wireless technologies is on the rise. Heads up: that’s every dishwasher, microwave oven, stove, washing machine, clothes dryer, air conditioner, furnace, refrigerator, freezer, coffee maker, TV, computer, printer, and fax machine.

The average U.S. home has over 15 such appliances, each of which would be equipped with a transmitting antenna. While older models can be retrofitted, General Electric (GE) and other appliance manufacturers are already putting transmitters into their latest designs, and the U.S. Department of Energy (DOE) is already giving out tax credits.

Meanwhile, people who don’t want to use such appliances won't be able to deactivate the wireless component without disabling it and voiding warranties. Citing “electricity theft,” it could also be illegal to do so.

Yet, not one safety concern regarding the cumulative effects of 24/7 exposure to RF radiation seems to have occurred to the backers of Smart Grids. And this is despite the fact that all appliances will transmit wireless data with peak power bursts far above current safety standards - at frequencies between 917 MHz and 3.65 GHz in the ultra-high frequency/microwave ranges of the electromagnetic spectrum, several times a minute.

And that’s just the indoor part. All transmitters inside your home or office will communicate with a Smart Meter attached to the outside of each building. * [See note at bottom of text] That meter, in turn, will transmit at an even higher frequency to a central hub installed in local neighborhoods. In what are called “mesh networks,” signals can also be bounced from house-meter to house-meter before reaching the final hub. So exposures will not just be from your own meter, but accumulating from possibly 100-to-500 of your neighbors’ as well.

That’s a hefty barrage of radiation.

Some gas, water, and electric utilities are now using such smart networks, each with its own metering system and separate exposures -- creating a multi-frequency wall of radiation that, in the history of living creatures, is unheard of.

In addition, the meters and the antennas will act as transceivers, allowing both you via mobile phone or computer -- and take note: your utility company -- to remotely control your appliances. According to Jenny Anderson and Julie Creswell writing in the New York Times, one such system in the Midwest already allows the utility to cycle furnaces and air conditioners on and off every 15 minutes, with the stated purpose to reduce peak-loads on electric grids.

On closer scrutiny, Smart Grids look like another Build-It-Now-Deal-With-The-Consequences-Later fiasco. At a time when health concerns about the safety of cell phones, antennas, and Wi-Fi hotspots are mounting around the globe, Smart Grids will require literally billions of new transmitters, each pumping “electrosmog” into the environment -- for which there will be no mitigation, no conscientious objection, and no escape.

We Already Know a Lot about RF and the Environment

Living creatures are fantastically sensitive to low-level, non-ionizing radiation that includes everything from visible light to the earth’s natural electromagnetic fields.

Birds, butterflies, fish, marine mammals, bees, and other insects are particularly sensitive to the earth’s natural electromagnetic background, using it to guide their migrations, sense of direction, circadian rhythms, food-finding, and reproductive activities. Soil bacteria are also tuned to the natural currents of the planet.

But human-made radiation creates different exposures -- with unusual signaling characteristics like digital pulsing, phased array and saw-tooth waveforms, and at much higher power intensities than anything found in nature. RF is actually a form of energetic air pollution -- and if air were legally considered “habitat” like water and land, RF might be regulated differently.

Studies show that myriad wildlife abandons terrain when cell towers are installed. Cows have increased cancers, lower milk production, agitation [see Electromagnetic Fields], immune system disorders, more mastitis, miscarriages, and birth defects in offspring near cell towers. Birds with nests near antennas display lower reproductive rates, and chicks are born with birth defects. In simulations of whole colony collapse disorder, bees have disappeared entirely when transmitting cell phones were placed next to their hives. It is thought that RF interferes with their navigational abilities by coupling with a natural magnetic material called magnetite in bee abdomens.

Meanwhile, hundreds of studies done with laboratory animals found numerous cancers, immune disorders, and increased mortality from chronic, low-level exposures. This body of work should make us ponder the accuracy of the data -- and humaneness -- when biologists attach RF transmitters to elk, marine mammals, big cats, and other species to study them.

Trees also endure die-back near towers. Whole forests near broadcast antennas in Europe have suffered. Military-weapons designers have long used treetops with high moisture content as waveguides for missiles.

Some of this work goes back six decades in bioelectromagnetics and biophysics journals -- and is available for any curious environmentalist to see.

… and We Know about RF and Humans

Research on RF and human health dates to the 1940s when World War II’s radar revealed infertility and cataracts in military personnel.

David O. Carpenter, MD, MPH, is the director of the Institute for Health and the Environment at the State University of New York at Albany, School of Public Health. Along with EMF/RF consultant Cindy Sage in California, he co-edited the 2007 BioInitiative Report, which calls for significantly more stringent RF exposure standards than now exist.

Environmentalists may know Dr. Carpenter, who blew the whistle on PCB contamination in farm-raised salmon. He is also an expert on the biological effects of electromagnetic fields. To him, the decade-long, 13-country World Health Organization’s 2010 Interphone Study confirms what previous reports and many experts have been saying all along: RF exposures at current levels are already unsafe.

According to Interphone, talking on a cell phone for 1,640 hours over a 10-year period -- the equivalent of 30 minutes a day -- increases an adult’s risk of malignant glioma brain cancer by 40%.

“While this [Interphone] study is not perfect,” Dr. Carpenter said, “it should serve as a warning to governments that the deployment of new wireless technologies may bring risks to the public that are widespread, involuntary, and increase long-term health care costs.”

His assessment ipso facto includes Smart Grids.

Over 70 studies have found effects at frequencies with very low-power intensity, many with implications for human health. Fifteen studies report effects among people living 50-to-1500 feet from a cell tower -- including cancers, immune system effects, fertility problems, heart arrhythmias, miscarriages, sleeplessness, dizziness, concentration difficulties, memory loss, headaches, skin rashes, lowered libido, fatigue, and malaise.

And many of these symptoms mirror what some people are reporting within days of Smart Meters installed at their homes.

In addition, several studies report increases in the permeability of the blood-brain barrier, which protects brain tissue from bacteria, viruses, and toxins. One study found increases in stress markers in human saliva near cell towers. Also reported are calcium ion changes in cells -- with implications for the ability to metabolize. Other studies link exposures to Alzheimer’s, Lou Gehrig Disease, and Parkinson’s.

In fact, every system of the body appears to be sensitive to low-level electromagnetic fields -- and why not? Living cells are electromagnetic systems.

Research by Magda Havas, Ph.D., of Trent University in Canada, and U.S. epidemiologist Samuel Milham, M.D., links something called “dirty electricity” with diabetes, malignant melanoma, and cancers of the breast, thyroid, uterus and lung. Dirty electricity is an industry term that describes a multi-frequency exposure when higher frequencies like RF couple with the lower frequencies running along power lines. BPL (Broadband-Over-Power-Lines) is 100% dirty electricity -- that’s how it functions -- and people barraged by it can now measure RF radiation emanating from their light sockets.

Of special concern are people with implanted medical devices like deep-brain stimulators for Parkinson’s, some pacemakers, insulin pumps, and in-home hospital equipment. The radiofrequency interference (RFI) inherent to Smart Grids can cause such equipment to go haywire, or even to stop. And RFI from ambient exposures has caused wheelchairs to go off peers or into traffic; automatic ignition switches in cars refuse to start until cars are towed to RF-free blocks; and surgical beds have jumped during operations.

RFI is also suspected in sudden acceleration of automobiles.

Low I.Q. for Smart Grids and Government

Think of the static on your radio. Now imagine Smart Grid’s multiple frequencies overlapping with animate objects … like your brain. The UHF used in Smart Grids couples best with brain tissue.

Several federal agencies actually do have a stake in RF safety, but the Federal Communications Commission’s (FCC) standards are the only ones in effect in the U.S. A major problem is that the FCC regulates only short-term, acute, high-intensity, thermal effects in humans, while no criteria exist to protect wildlife.

And there’s more. FCC standards only regulate for whole-body exposure, not for specific organs -- like brain tissue which absorbs energy differently. Plus, FCC allowances are averaged over 30 minutes. With Smart Grids such time-averaging makes the peak pulses that blast for a fraction of a second when first activated vanish on paper.

These are holes through which the Queen Mary could sail.

According to Richard Tell, an electrical engineer formerly with the U.S. Environmental Protection Agency (EPA) -- in a 2008 report on Smart Grids for Hydro One Networks, Inc./Toronto -- antennas on appliances may transmit at a density of .18watts, each at ballpark 4.5 seconds per hour. But external meters on houses transmit at around 1 watt at less than 2 minutes per hour.

Such figures may sound low -- until the use of many appliances at the same time and exposures from the neighbors’ meters is lumped in. Nowhere in utility estimates are such peak pulses factored -- which, Tell has said, can be 20 times higher or more.

Still, he notes, the radiation from Smart Meters is 15,000 times lower than what FCC standards allow.

Too, the industry claims that meters transmit every four hours -- but engineers like Stephen Scott of EMF Services/California measure spikes every few seconds, especially from banks of meters attached to housing and office complexes, while others have measured firing between 9-and-15 times a minute.

Utilities don’t release numbers for peak pulses, but one estimate by Southern California Edison -- since voided for P.R. reasons -- puts peak pulses at 229,000 microwatts per square centimeter at eight inches from the transmitter. That means if you sleep next to a wall with a smart appliance on the other side, strong UHF signals could be spiking several times a minute all night long -- right into your brain.

Compare that to cell phones that emit approximately 250-to-300 microwatts per square centimeter when placed directly against the head.

Vampires and Cyber Attackers Make the Honor Roll

For decades, knowledgeable environmentalists have advised people with remote-control appliances to unplug them because of “vampire” energy. Plugged-in remotes are never completely “OFF”; otherwise they wouldn’t be able to receive the signal to turn back “ON.”

So what will happen to our aggregate energy use when all appliances become smart vampires? No proponents thought to ask that question.

Though supposedly “secure,” Smart Grids can be penetrated by both wired and wireless networks. In August of 2009, hackers robbed 179,000 Toronto Hydro customers’ names, addresses, and billing information from their e-billing accounts. Security consultant Mike Davis of IOActive, Inc/Seattle has shown how easy it is to install computer worms that can take over the whole grid, and such worms can be programmed to alter billing information, gather information on electricity use for sale to third parties, or shut down hundreds of thousands of households.

Ross Anderson and Shailendra Fuloria at Cambridge University’s Computer Laboratory note that hostile government agencies or terrorist organizations could bring whole countries to their knees by interrupting electrical generation. More so than traditional grids, they stress that Smart Grids create a new strategic vulnerability as the cyber equivalent of a nuclear attack. Smart Grids are also easy to sabotage with simple jamming devices.

And if the problems aren’t human-created, nature could step in. The sun’s normal 11-year sunspot cycle -- ramping up right now, promising to pump sporadic blasts of electromagnetic energy toward earth -- could wreak chaos upon Smart Grids.

Dumb: Privacy Gone, Liability Shifted, Billing Errors Galore

Privacy is an issue as well. When the utility company records home energy use in real time -- with data held at a central hub, potentially accessible from a hacker’s laptop –- the knowledge that you are not home becomes available.

Plus, do you really want the utilities remotely controlling your appliances?

And what about liability? Although grid engineers claim the systems are encrypted, encryption often fails. Imagine the utility -- or even a passing cell-phone user -- inadvertently turning on your oven when you’re on vacation. Or shutting off the furnace on a subzero night. For insurance purposes, who is liable? What about civil rights violations? Or the legal ramifications of a utility partnering with the police?

In the purest sense, Smart Grids offer new opportunities for electronic trespass.

Then there are the billing errors. Some customers in California have seen their bills triple -- from $200/month to $600 -- when Smart Meters were installed. After a class action suit was filed against Pacific Gas & Electric (PG&E), that utility admitted that 23,000 of their Smart Meters “might” be defective, though they denied they were responsible for the billing errors.

Dumb is as Dumb Does

Smart systems can wreak havoc with electronics too. People are complaining of ceiling fans turning on in the middle of the night, speeds spontaneously changing, paddles reversing direction, and circuit boards burning up. A few meters have exploded. Others have fried electronics. Fires have started. In New Zealand firefighters report 422 fires in 2010 involved with Smart Meters.

Oddly, given such dire safety issues, neither U.S. utilities nor their experts seem capable of answering simple questions. At a public forum in Sebastopol in 2010, PG&E pulled its speakers when they didn’t get the format they wanted -- all questions in writing and in advance. Then, at a subsequent gathering, PG&E sent two experts -- Michael Herz and Leeka Kheifets -- neither of whom knew how often meters send or repeat RF signals, called the “duty cycle.” The two could not answer what the exposure would be for an apartment complex with banks of multiple meters, nor answer technical questions about peak-signal strength. And they didn't know the make or model of the meters so that people in the audience could look up the information.

One Sebastopol activist, Sandi Maurer, said in frustration: “How can we trust a company to deploy such a massive RF installation on every home, if they can’t even answer basic safety questions?”

But not all utilities are rushing forward. In 2010 Dominion Virginia Power delayed a $600-million program because Virginia’s State Corporation Commission questioned its economic wisdom, noting that the savings to ratepayers would be less than the rate increases needed to pay for the build-out. Hydro One/Canada came to the same conclusion in 2007, and last year lawmakers in the Netherlands struck down a bill that would have made Smart Meters mandatory. The U.K. is reconsidering a smart metering system as well, and in 2009 the European Parliament ordered member states to study the economic feasibility of Smart Grids.

Electricity = Big Bucks

All the while private, largely unregulated hedge funds have been entering energy markets, betting on the potential financial bonanza. It’s the big players who stand to profit, of course -- with your tax dollars going to the likes of GE, IBM, Siemens, Intel, Texas Instruments, AT&T, Verizon, Motorola, and other behemoths.

GE is the largest manufacturer of Smart Meters in the world. It has signed contracts with CenterPoint Energy and Grid Net to deploy WiMax-enabled radios for use in Smart Meters. WiMax is the fourth generation network that was earmarked by the FCC and the Obama administration to bring wireless Internet to rural areas -- so clearly the technologies are moveable pieces, depending on who owns the chessboard.

But it’s the taxpayer-customer who gets the double whammy: underwriting the infrastructure via tax dollars; enduring rate hikes and medical bills -- and then there’s the burden of having to buy new appliances.

Plus, for citizens, real-time metering reveals when you wake up, go to work, make dinner, do the laundry, use the computer, go on vacation. While proponents see real-time knowledge in the hands of consumers as a form of empowerment, they ignore the gorilla-in-the-room: tiered pricing. Today, many utilities set flat, state-regulated rates for kilowatt hours, but tiered pricing will change that.

Critics say that tiered pricing penalizes the elderly, self-employed, unemployed, homemakers, and those with small children -- all of whom use more energy during the day. But a darker possibility exists: a utility could create special billing tiers just for you. In other words, if you work the evening shift and cook dinner at midnight, your rate could be highest when everyone else’s is lowest.

Then there’s mandatory shut-offs for people who don’t pay their utility bills -- after which the unfortunate customer will have to buy a prepaid wireless-enacted electric meter like a prepaid phone card. Fantasy? Such a system was enacted in South Africa in the 1990s.

Inside-the-Beltway Enviros

Before the Obama administration even took office, their pre-transition coordinator for climate and energy policy, Carol Browner, met with IBM CEO Sam Palmisano.

Browner was the director of the U.S. Environmental Protection Agency (EPA) under Clinton and is now Obama’s coordinator for climate and energy policy, while IBM has worked with the Information Technology and Innovation Foundation think-tank in DC to develop three focus areas: increased broadband access, digitized medical records, and Smart Grids.

According to The Wall Street Journal, Palmisano told Browner that a $10 billion investment was needed to jumpstart Smart Grids. Palmisano also claimed that Smart Grids would create 239,000 new jobs -- with half of those resulting from start-up businesses. But his promise was not computed against the jobs lost, such as hundreds of thousands of unemployed meter readers. Nor did he consider the fact that new information technologies are typically seen as a way to consolidate through fewer employees.

Other former Clinton Administration officials on board for Smart Grids include Al Gore -- because of supposed lower carbon emissions -- and Reed Hundt, chairman of the FCC in the 1990s when that agency championed massive auctions of the public airwaves for cell-phone technology.

Hundt went on to become co-founder of Frontline Wireless and Sigma Networks. Sitting on several corporate communications company boards, including Intel and China Telecom, he is also co-chairman of the Coalition for the Green Bank, a capital-raising nonprofit that is lobbying Congress for more Smart Grid money -- through environment committees in Congress.

The Food and Drug Administration and FCC have a stake in Smart Grids, as do the EPA and U.S. Fish and Wildlife Service (FWS). But neither EPA nor FWS has the funding or manpower to address the RF effects of Smart Grids or consider the effects of a new infusion of radiation into the environment.

U.S. Secretary of the Interior Ken Salazar has oversight over FWS. Salazar was a U.S. Senator (D-CO, 2005-to-2009) before he left to join Obama. He was also Colorado’s Attorney General from 1999 to 2005 and gets low grades from environmentalists as one of a handful of Democrats to vote against setting limits on offshore drilling and global warming.

And he is no stranger to RF politics. A go-around on RF’s health and environmental effects raged from 2000 to 2006 in Colorado. At issue was a high-definition TV tower to be erected on Lookout Mountain near Denver, overlooking a community already burdened by one of the country’s largest antenna farms. After rancorous public hearings, the county board voted against the new tower. But Salazar attached a midnight rider to another bill right before Christmas recess pre-empting local decision makers.

Steven Chu is Obama’s Secretary of Energy -- the agency from which Smart Grids originate.

He is former director of the DOE’s Lawrence Livermore National Laboratory and professor of Physics and Molecular Cell Biology at the University of California. He has also held positions at Stanford University and AT&T Bell Laboratories -- all of which develop/deploy RF technologies. He is now Obama’s Secretary of Energy, and in 2009 Chu issued a statement telling the states to take the federal stimulus money and not stand in the way of Smart Grids.

But perhaps the biggest lack of intelligence lies in the energy and environment committees of the U.S. House of Representatives and Senate. Smart Grid legislation first passed in 2007 as part of the Energy Independence and Security Act under the Bush administration. Additional legislation was contained in the American Clean Energy and Security Act of 2009 at the House Committee on Energy & Environment, formerly chaired by Henry Waxman (D-CA). A companion bill was in the Senate., while in 2010 twelve bills were considered, some of which were revived in 2011. Everyone, including the Committee of Environment and Public Works -- formerly chaired by Barbara Boxer (D-CA) with a grid-related subcommittee chaired by Bernard Sanders (I-VT) -– has had a hand in Smart Grids.

Now some Republicans, especially Tea Party activists who view Smart Grids as massive big government intrusion, may be fighting Smart Grid proposals -– a situation that is creating an odd alliance between the extreme right and left-leaning activists who find themselves on the same side.

Smart Grids -- Boondoggle or Economic Stimulus?

2010’s federal appropriations for Smart Grids was $11 billion. But some financial analysts say it will take over $900 billion over the next two decades to upgrade high-tension lines, meters, central control facilities, and substations. In addition, they say to truly digitize and digitalize grids, it will cost hundreds of billions more, into 2030, because every utility’s computer network will need to be upgraded, new renewable-energy sources will be needed to plug into new access points, and recharging stations and power lines will need to be built. Proponents brag that the construction will be a bonanza.

But Smart Grids may be little more than a Trojan Horse donned in a “green” hat. After all the government mandates and stimulus money for Smart Grids, a veritable gold rush ensued -- with utility companies, hedge funds, meter vendors, patent owners, and colossi like Google and Verizon vying for taxpayer bucks.

In fact, few jobs were created.

Ironically, environmentalists are also pushing for Smart Grids without studying the environmental/health impacts or even calculating if such systems will save energy. Plus, provisions in the stimulus package exempt Smart Grids from National Environmental Policy Act review and allow federal preemption for siting new high-tension corridors through environmentally sensitive areas.

But the biggest enviro-irony is that most Smart Meter models don’t “run backwards”; if you install solar panels or other renewable-energy sources and want to sell energy back to the grid, without very expensive additional equipment the new metering makes that impossible.

People Are Getting Smart

Connecticut Light and Power is currently petitioning the Department of Public Utility Control to allow Smart Meters to be placed on 1.2 million homes, over the objections of the state’s Attorney General George Jepsen. A pilot program of 10,000 such meters found no energy savings in 2009, he said, but would cost ratepayers $500 million.

Maine has begun a statewide Smart Grid project -- over citizen opposition. Smart Grids already exist in parts of Virginia, Florida, Texas, New Mexico, and the Midwest, while PG&E in California has installed several million meters on homes and businesses; 73% of buildings in Alameda County already have them. As of June 1, 2010, the California Public Utilities Commission reports 2,000 health-related and 1,500 non-health-related complaints. The PG&E executive in charge of the Smart Meter program, William Devereaux, was discovered infiltrating activist groups opposed to Smart Grids. He was fired, and the utility admitted to monitoring online groups to track their strategies.

California customers continue to sign petitions, organize calling campaigns, form neighborhood groups, hold forums, throw protests, get arrested for blocking utility trucks from neighborhoods, petition legislators, sue the state, and threaten to go off the grid. Many communities have called for ‘opt-out’ campaigns, insisting that PG&E allow old meters to remain or be wired to phone lines thereby avoiding the RF component. Over 30 communities, including several large counties have now passed either resolutions or actual ordinances banning Smart Meters and the number grows daily.

In 2010 Assemblyman Jared Huffman (D-San Rafael) requested that the California Council on Science and Technology (CCST) evaluate health effects. CCST issued a report in January, 2011, giving an “all-clear” that ignited more citizen anger. Experts who had been asked to contribute to the report later said that the report’s conclusions were not supported by the evidence presented and that their input was ignored. Marin County Supervisor Charles McGlashan has called for state hearings -- with his county board declaring that the state should shut down all Smart Meters until billing, health, and safety issues are resolved. It was recently discovered that Smart Meters aren’t even Underwriters Laboratory (UL) certified -- something required under most state codes.

High I.Q.’s in Europe

In 2007, Germany's Environment Ministry issued a warning to German citizens to avoid wireless technology when possible and return to cabled means of communication. The French national library banned Wi-Fi in libraries when librarians became ill. And the European Environmental Agency called for action to reduce public exposure to radiation from mobile phones, Wi-Fi, Wi-Max, and other antennas.

In 2008 the European Parliament proposed publicly displayed maps of RF-contaminated areas so people could avoid them, while the U.K.’s Association of Teachers and Lecturers came out against Wi-Fi in classrooms.

Sweden has declared some beaches and public buildings RF-free areas where cell phones and wireless computers cannot be used so that people with electromagnetic hypersensitivity -- a form of environmental allergy that Sweden classifies as a functional disability -- can take a breather from contamination.

Individuals have also rallied. Spanish activists hold an annual International Day Against Electromagnetic Pollution. British and Irish citizens have taken to civil disobedience, bulldozing down cell towers. And Israelis have torn down cell towers with their bare hands and chased landlords who lease rooftops to tower companies through the streets.

All the while, a truly intelligent way to help an aging infrastructure does exist. Using closed cables, fiber optic boasts no environmental RF exposures, no dirty electricity, is resistant to sabotage and weather disruptions, and provides TV and high-speed Internet. For $11 billion, the U.S. could bring fiber optic to every home just as Japan has done.

And some towns aren’t waiting. Chattanooga, Tennessee already has a municipally owned fiber optic network. The community of Dunnellon, Florida is proposing a fiber-optic system for every home and business -- without increasing taxes. Meanwhile, Google is seeking prototype communities for a fiber-optic system that could possibly be licensed for utility metering. Unfortunately, Google has also wandered into wireless smart metering too.

The fact is: Smart Grids are dumb. Given known biological effects of RF -- together with the use of financial resources better spent on true sustainability -- this new roll-out adds yet another threat to the planet.

But, in this current stampede toward everything “green,” many environmentalists are flunking the I.Q. test. We all need to smarten up.

* Note

Smart Grid meters aren’t the same as the older wireless models. With the first generation, a van would cruise a neighborhood once a month, “call” for a signal to get the info on energy use, and be done with it. Most of those meters don’t put out radiation at any other time. But Smart Grids are that system on steroids, doing away with the meter reader and emanating 24/7.

---

B. Blake Levitt is a medical/science journalist, former New York Times contributor, author of Electromagnetic Fields, A Consumer’s Guide to the Issues and How to Protect Ourselves and the editor of Cell Towers, Wireless Convenience? or Environmental Hazard? She can be reached through her website: blakelevitt.com.

Chellis Glendinning is the author of five books, including When Technology Wounds and the award-winning - Off the Map: An Expedition Deep into Empire and the Global Economy. She is Writer-in-Residence at Asociación Jakaña in Cochabamba, Bolivia. She can be reached through her website chellisglendinning.org.




From: http://www.emfacts.com/2011/09/an-excellent-summary-of-smart-meter-problems/

An excellent summary of smart meter problems

September 23, 2011

Compiled and sent in by Robert Williams:

SMART METER PRIVACY VIOLATIONS.

1. Must-See 4-minute youtube video on Smart meters:

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=8JNFr_j6kdI
SMART METER HEALTH PROBLEMS AND CANCER.

2. The WORLD HEALTH ORGANIZATION on May 31 2011 placed the Non-ionizing radiation coming from Wireless smart meters (and some other wireless devices) on the Class 2-B Carcinogen List.

http://www.iarc.fr/en/media-centre/pr/2011/pdfs/pr208_E.pdf

3. The NATIONAL INSTITUTE OF HEALTH months ago (Feb 2011) found biological changes in the brain after only minutes of exposure to non-ionizing radiation.

http://jama.ama-assn.org/content/305/8/808.abstract

4. LABORATORY SCIENTISTS have observed
(1) Human Cell Damage
(2) DNA Chain Breaks
(3) Breaches in the Blood-Brain Barrier
from levels of non-ionizing radiation lower than emitted by WIRELESS Smart meters.

http://electromagnetichealth.org/electromagnetic-health-blog/cc-video/

5. INSURANCE COMPANIES Hired Independent Laboratory Scientists and these scientists also observed Cell Damage and DNA Chain Breaks and now the Insurance Companies will NOT Insure Liability damage from Wireless Smart meters and other wireless devices.
TV Video (3 minutes)

http://eon3emfblog.net/?p=382

So shouldn’t installation of Wireless smart meters on people’s homes Stop?

Cell Phone use and other devices are Voluntary and can be shut off at the user’s discretion, but Smart meters are emitting radiation 24/7 and can not be shut off.

6. WIRELESS SMART METERS – 100 TIMES MORE RADIATION THAN CELL PHONES.
Video Interview: Nuclear Scientist, Daniel Hirsch, (5 minutes)

http://stopsmartmeters.org/2011/04/20/daniel-hirsch-on-ccsts-fuzzy-math/

7. WIRELESS SMART METERS – CANCER, NERVOUS SYSTEM DAMAGE, ADVERSE REPRODUCTION AFFECTS.
Video Interview: Dr. Carpenter, New York Public Health Department, Dean of Public Health, (2 minutes)

http://www.emfsafetynetwork.org/?p=3946 (You may have to cut and paste this into your browser if this link does not work.)

8. THE KAROLINSKA INSTITUTE IN STOCKHOLM (the University that gives the Nobel Prizes) ISSUES GLOBAL HEALTH WARNING AGAINST WIRELESS SMART METERS.
2-page Press Release

http://www.scribd.com/doc/48148346/Karolinska-Institute-Press-Release

9. RADIATION MEASURED FROM SMART METER MOUNTED ON A HOME (once active in the utility system) SHOWS RADIATION TRANSMISSION PULSES APPROXIMATELY ONCE EVERY FOUR SECONDS 24 HOURS PER DAY traveling through the bodies and brains of the inhabitants of that home.
Youtube Video (6 minutes, 1st minute is sufficient)

http://www.youtube.com/watch?v=uRejDxBE6OE
NOTE: many of the tests on non-ionizing radiation (the type of radiation emitted by smart meters) have been done using instruments other than smart meters because smart meters have only been in people’s homes for a very short time.
But as a Wireless smart meter emits 100 times more radiation than a cell phone, it is not difficult to project. If a machine gun (smart meter) fires 100 bullets in the same time that a pistol (cell phone) fires one bullet, it is not difficult to project the harm that the machine gun can inflict, even if the tests were done with the pistol.

CUSTOMER UTILITY BILLS AFTER SMART METERS INSTALLED.

10. Skyrocketing Utility Bills after installation
TV News Video (3 minutes)
http://www.bakersfieldnow.com/news/63581287.html?tab=video

11. Systemic Smart Meter Billing Errors Over 200% Uncovered in Australia
TV News Video (7 minutes)
http://au.news.yahoo.com/today-tonight/money/article/-/10241945/power-scandal-exposed/ – video
NATIONAL SECURITY RISKS DUE TO SMART METERS.

12. CIA Director James Woolsey calls Smart grid “Stupid” due to National Security problems caused by so-called smart meters.
News Video (1 minute)
http://www.energynow.com/video/2011/08/10/preview-mix-james-woolsey




From: http://emfsafetynetwork.org/?p=6959

Public health official report on smart meters

January 19, 2012

Santa Cruz County, CA Board of Supervisors directed its public health officer to prepare an analysis of the research on the health effects of Smart Meters in December 2011. Poki Stewart Namkung, M.D. M.P.H., prepared this report: Health Risks Associated With SmartMeters. (see pages 9-18)

Dr. Namkungs report recognizes:

- Smart Meters transmit pulsed electromagnetic field radiation (RF) almost continuously 24/7

- There are evidence-based health risks of RF

- RF exposure can be cumulative and additive

- The massive increase in RF public exposures since the mid-1990?s

- The controversy between independent and industry science, including lack of funding for independent research

- Evidence to support an Electrical Sensitivity (EHS) diagnosis

- The public health issue is that Smart Meters are involuntary RF exposures

- FCC thermal guidelines are irrelevant for non-thermal public exposures.

- The lack of relevant safety standards for chronic pulsed RF

The report summary calls for more government vigilance towards involuntary RF public exposures because, “…governmental agencies are the only defense against such involuntary exposure.”

The report also provides examples of strategies to reduce RF including minimize cell and cordless phone use, use speakerphone when possible, use wired internet connections, avoid setting a laptop on your lap, and more.

Excerpts: “The public health issue of concern in regard to SmartMeters is the involuntary exposure of individuals and households to electromagnetic field (EMF) radiation.”

“There are numerous situations in which the distance between the SmartMeters and humans is less than three feet on an ongoing basis, e.g. a SmartMeter mounted on the external wall to a bedroom with the bed placed adjacent to that mounting next to the internal wall. ”

“…SmartMeters emit frequencies almost continuously, day and night, seven days a week.”

“… exposure is additive and consumers may have already increased their exposures to radiofrequency radiation in the home through the voluntary use of wireless devices …It would be impossible to know how close a consumer might be to their limit, making uncertainty with the installation of a mandatory SmartMeter. ”

“… all available, peer-reviewed, scientific research data can be extrapolated to apply to SmartMeters, taking into consideration the magnitude and the intensity of the exposure.”

“Since the mid-1990?s the use of cellular and wireless devices has increased exponentially exposing the public to massively increased levels of RF.”

” It must be noted that there is little basic science funding for this type of research and it is largely funded by industry.”

“…most research carried out by independent non-government or non-industry affiliated researchers suggests potentially serious effects from many non-ionizing radiation exposures, research funded by industry and some governments seems to cast doubt on the potential for harm.”

“Despite this controversy, evidence is accumulating on the results of exposure to RF at non-thermal levels including increased permeability of the blood-brain barrier in the head (Eberhardt, 2008), harmful effects on sperm, double strand breaks in DNA which could lead to cancer genesis (Phillips, 2011), stress gene activation indicating an exposure to a toxin (Blank, 2011), and alterations in brain glucose metabolism (Volkow, 2011). ”

“Currently, research has demonstrated objective evidence to support the EHS diagnosis…”

“Meeting the current FCC guidelines only assures that one should not have heat damage from SmartMeter exposure. It says nothing about safety from the risk of many chronic diseases that the public is most concerned about such as cancer, miscarriage, birth defects, semen quality, autoimmune diseases, etc. Therefore, when it comes to nonthermal effects of RF, FCC guidelines are irrelevant and cannot be used for any claims of SmartMeter safety unless heat damage is involved (Li, 2011). ”

“There are no current, relevant public safety standards for pulsed RF involving chronic exposure of the public, nor of sensitive populations, nor of people with metal and medical implants that can be affected both by localized heating and by electromagnetic interference (EMI) for medical wireless implanted devices.”

“Many other countries have significantly lower RF/MW exposure standards ranging from 0.001 to 50 ~W/cm2 as compared with the US guideline of 200-1 000 ~W/cm2?

“In summary, there is no scientific data to determine if there is a safe RF exposure level regarding its non-thermal effects.”

This is an excellent report and a must read for all public policy decision makers, and especially utility regulators. Many thanks to Dr. Stewart Namkung, the Santa Cruz Supervisors and to the EMF educators in their area! Please circulate!
---

Frequently Asked Questions About EMF Shielding
http://www.lessemf.com/faq-shie.html
Most excellent resource on MANY topics which includes How can I shield my Smart meter?


"This is the usual utility garbage. There is no mention that every one of these things contains a switching power supply which puts out high frequency transients (dirty electricity). I know or at least two people who have had to move out of their homes because of these things. A man with an implantable cardiac defibrillator sleeps in his garage, because the smart meter on his bedroom wall fires his defibrillator. Since most of the electricity delivered now returns to the substation via the earth, adding 7 million dirty electricity sources to the grid here in California will drive ground currents up. Since we are all connected to the utility neutral and the ground, EMF exposure will only get worse. Google “smart meters California” to find out what is going on here. "

- Sam Milham (smilham2@comcast.net)




Résumé en anglais des derniers développements

Copie d'un courriel en anglais envoyé le 25 janvier à Martin Weatherall (martinwea@rogers.com) qui compile et distribue un newsletter (WEEP News) fort utile pour suivre les développements ailleurs en Amérique du Nord. Pour s'abonner à WEEP News: newssignup@weepinitiative.org (fournir nom et courriel) Nouvelles diverses en anglais sur les smart meters et toutes les autres sources de pollution électromagnétique.

Thanks for your continuous, impressive networking of EMF news :-)

Just want to touch base briefly with you to mention that you are missing out sorely though on the smart meters action in Quebec in your news reports. We have achieved over the past couple weeks a major breakthrough in all the mainstream media with growing coverage of our opposition to the smart meters deployment and of course also of Hydro-Quebec's defense against us which follows the same pattern of deceptive and misleading statements all electric utilities have followed elsewhere.

I know it is mostly in French but if you give a look at our latest newsletter ...

Bulletin #5: Dernier droit avant la manif
http://www.cqlpe.ca/Bulletins/Numero5.htm

or simply browse the homepage of our website at http://www.cqlpe.ca/ you'll glimpse the impressive coverage we are garnering.

Our petition on the National Assembly's website at https://www.assnat.qc.ca/en/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-2209/index.html
(this link is to the English version) has reached over 7200 signatures (well above the average for petitions posted there over the years) and we are now confident that with the paper version that has been circulating province-wide for the past 2 months and the 200+ signatures added daily, we will reach well past 10,000 signatures before the end of the signature period next February 2.

The scourge of electrohypersensitivity is also getting more and more coverage ...

For instance, French physician Dominique Belpomme was invited to participate to a 90 minute TV show this Wednesday afternoon with Kathya Heppell, one of our (CQLPE) members, George Abiad (Hydro-Quebec's director for the smart meter program), Stéphane Bélainsky (http://em3e.com/) our local EMF detection and mitigation expert, and Jean-François Blain, an energy consultant who is very much on our side of this issue)

There was a successful, well-attended conference this Wednesday evening in Montreal with Radio-Canada, RDI, TVA and CTV plus La Presse covering the event and there are 2 more such conferences (In Quebec City and Victoriaville) coming up before our province-wide (Quebec, Montreal and Sherbrooke) demonstration next Feb 5 where we are now expecting attendance possibly in the 1000s with the growing interest for this hot issue across Quebec.

Of course, we still expect a tough fight to derail this project, but depending on the size of the upcoming demo and based of the growing popular discontent with more and more citizens complaining (as everywhere else!) about all sorts of health conditions typically associated with the microwave emissions from the existing Itron microwave-emitting digital meters deployed over the past 4 years across Quebec and the 20,000 new 'smart' ones (Langis+Gyr) from the pilot project in Villeray (a Montreal's borough), we are confident that our 3 main demands (1. an immediate moratorium to any new deployment 2. the creation of an inquiry commission empowered to examine thoroughly the health and all other concerns associated with this wireless technology 3. the granting by Hydro of an opting-out option to anyone demanding it, whether they already have a smart or digital meter or not) will have to be seriously considered. If this is not followed with decisive actions that meet our demands and they keep forging ahead with their plans, then they should expect growing passive and active resistance until they'll finally be forced to relent... at some point.

I thought you'd like to know about the upbeat news from Quebec. Feel free to share of course!

Jean Hudon
Co-founder, facilitator and secretary for the Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique
www.cqlpe.ca




Infos diverses...

Maison saine et Champs électromagnétiques, 25 février 2012
http://www.roussequiroule.com/?q=node/293
Maison saine et Champs électromagnétiques - Objectif de l’atelier : Permettre aux participants de saisir l’enjeu des champs électromagnétiques (CEM) dans nos vies modernes, et le familiariser avec les nombreuses notions d’hygiène électromagnétique. À la fin du cours, vous saurez comment diminuer grandement vos expositions quotidiennes aux CEM et avoir une maison la plus saine possible de ce point de vue-là. CLIP

Gentilly-2 : avenir incertain en 2012 - Collectif de six mémoires
http://www.sortonsquebecnucleaire.org/index.php
Ensemble, disons Non à un Québec nucléaire - Signez la pétition ICI

Les informations suivantes nous ont été fournies par M. Richard Paiement...

Voici quelques spécifications techniques pour le compteur CENTRON C1SR d’Itron qu’Hydro-Québec installe sur son territoire depuis une dizaine d’années:

Plage de fréquences : 909 à 922 MHz, transmission par porteuse étroite avec saut en fréquence.

Puissance de transmission : +21.67 dBm (147 mW) d’après les documents soumis au FCC pour fin d’homologation, bien que la documentation du manufacturier spécifie +20 dBm (100 mW) et Industrie Canada indique +29.9 dBm (980 mW) dans sa base de données pour homologation.

Format de transmission : durée de 5.86 ms, répété aux 30 secondes, soit 2880 fois par jour à tous les jours (confirmé par Hydro-Québec).

Il y a aussi cette mise en garde du manufacturier, mise en garde qu’Hydro-Québec ne transmet à aucun de ses abonnés: Gardez une distance d’au moins 20 cm entre vous et le compteur en tout temps, sinon les limites de radiation pour protéger des effets thermiques seront excédées.

This equipment complies with the FCC RF radiation requirements for uncontrolled environments. To maintain compliance with these requirements, the antenna and any radiating elements should be installed to ensure that a minimum separation distance of 20 cm is maintained from the general population.” [Itron CENTRON Meter Technical Reference Guide, January 2005]