Bulletin #55: Une demande spéciale urgente - et PLUS encore!




15 février 2015

Bonjour

Tel que je l'avais indiqué dans mon dernier bulletin, le 6 novembre dernier, « Voici ce qui sera assurément mon dernier bulletin avant un bon moment – essentiellement parce que je serai accaparé par mon boulot de traducteur ces prochains mois », j'ai été effectivement trop débordé pour trouver le temps de diffuser le matériel que je continue néanmoins à ramasser pour le prochain bulletin. Comme je l'avais recommandé, si vous avez placé un signet à http://www.cqlpe.ca/#DR et que vous l'avez visité régulièrement, vous avez pu suivre les plus récents développements que j'ai continué à mettre en lien à cet endroit. Toutefois, je viens de recevoir ce dimanche de Frank Clegg, président du groupe Canadiens pour une technologie sécuritaire, une demande que je me dois de vous faire parvenir sans délai, avec l'espoir que vous pourrez prendre quelques minutes cette semaine pour faire ce qu'il recommande. Dans ma note personnelle d'introduction ci-dessous, j'explique pourquoi c'est si important.

J'en profite par la même occasion pour inclure à la suite de son courriel tout ce que j'avais accumulé dans mon prochain bulletin qui est en lien directement ou indirectement avec le sujet de sa requête. Vous aurez ainsi un tableau assez complet (il y en a pour plus de 23,000 mots ci-dessous, alors n'attendez pas d'avoir tout lu cela – si telle est votre intention – avant de donner suite à la demande de Frank Clegg) mettant clairement en lumière le fait qu'il est URGENT de briser le silence sur les risques incalculables que les technologies sans fil et l'énorme pollution électromagnétique qu'elle engendre font courir à toute la population. La santé de dizaines de milliers de Canadiens est gravement affectée chaque année au moins en partie – et souvent dans une très large mesure – à cause de cette pollution, et IL EST TEMPS QUE ÇA CESSE – ou à tout le moins qu'on en parle !

Merci de votre attention.

Jean Hudon
Co-fondateur et webmestre
Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique
http://www.cqlpe.ca
Membre du comité organisateur de la campagne Je garde mon compteur !
(soutenue par plus de 6535 personnes sur sa pétition de résistance populaire)
http://www.jegardemoncompteur.com

Merci de faire circuler ce bulletin à vos contacts ou à tout le moins de leur recommander de prendre connaissance de sa copie archivée au http://www.cqlpe.ca/Bulletins/Numero55.htm

ABONNEMENT GRATUIT À CE BULLETIN : Si vous recevez une copie de ce bulletin, et aimeriez vous y abonner, il suffit d'envoyer un courriel à info@cqlpe.ca en inscrivant 'Abonnez-moi au bulletin' comme sujet de votre courriel. Si vous ne désirez plus y être abonné-e, il suffit de le demander à la même adresse de courriel.

Vous pouvez consulter ICI les précédents bulletins.

PS Je ne sais pas encore quand je pourrai vous envoyer le reste du matériel que j'accumulé pour vous (il y en a pour plus de 63,000 mots et il y est abondamment question de la série de démissions récentes à la direction d'Hydro-Québec et de la surfacturation et aussi de la résistance - faiblissante hélas - de la mairesse de Magog), mais d'ici là voici quelques éléments d'intérêt immédiat...

DEUX NOUVELLES VIDÉOS À VOIR...

Compteurs 'intelligents' d'Hydro-Québec : Quelle est la situation ? (par Mme Marie-Michelle Poisson qui a aussi publié Taux réel de refus)

Conférence par le Dr Paul Héroux - Exposition aux radiofréquences, une menace pour la santé sous-estimée

Nouvelle page Facebook : Logements dispo SANS compteurs intelligents d'Hydro-Québec!
Groupe dédié aux habitants du Québec dans son ensemble, qui souhaitent échanger un logement ou céder leur bail à d'autres usagers, qui, comme eux, ont refusé les compteurs intelligents d'Hydro-Québec (qu'ils aient été remplacés par les nouveaux compteurs non-communicants, ou que les anciens compteurs à roulette aient été conservés). Si vous cherchez un logement où l'ancien compteur électromécanique a été protégé, cette page Facebook est un bon endroit où exprimer votre besoin.

Centième résolution : Vous trouverez ICI dans notre Trousse pour solliciter l'appui de votre conseil municipal copie de la 100e résolution (voir la liste complète constamment mise à jour) adoptée par un conseil municipal québécois en appui à notre cause commune. Le libellé fort original de cette résolution unique en son genre mérite un coup d'oeil et pourrait servir de modèle pour de futures résolutions. Les énoncés justificatifs (CONSIDÉRANT QUE) sont bien adaptés au contexte actuel et dénotent un engagement sérieux et responsable du pouvoir municipal (par exemple « CONSIDÉRANT QUE les autorités municipales ont le devoir d’assurer à leurs concitoyens un environnement local sain, notamment dans le lieu où ils vivent; »), et la demande de moratoire vise uniquement le territoire municipal plutôt que l'ensemble de la province. De plus, la résolution réclame qu'un « préavis soit envoyé par courrier recommandé aux foyers où l’installation d’un compteur émetteur est envisagée », ce qui assurerait que l'Avis d'installation ne passe pas inaperçu comme c'est souvent le cas. Les deux dernières demandes sont les seuls points faibles puisqu'il est vain d'espérer que les autorités de santé publique, complices depuis le début de cette grave atteinte aux droits et libertés des citoyens et à la santé de la population, diffusent la moindre information pouvant révéler le moindre risque lié à cette technologie cancérogène. De fait, la Direction de la santé publique a maintes fois pris fait et cause en faveur des compteurs 'intelligents'.




VOICI LA DEMANDE DE FRANK CLEGG

Note de Jean:
L'aide de chacun est requise par le groupe Canadiens pour une technologie sécuritaire afin de contacter rapidement votre député fédéral et lui demander son soutien pour l'adoption par le parlement canadien d'un projet de loi qui vous est présenté en détail plus bas. Pour mieux comprendre l'importance de ce projet de loi et la résistance qu'il soulève chez les opérateurs de téléphonie cellulaire qui tentent de le tourner en dérision en rétorquant, par exemple, "Are you going to require Tim Hortons to put labels on their coffee machines?", il faut se rappeler l'inaction de nos gouvernements en ce qui concerne la demande faite par de nombreux groupes réclamant l'étiquetage obligatoire des aliments contentant des OGMs. Nous avons là une occasion unique, qui ne se représentera pas avant longtemps, de rendre obligatoire la présence visible d'un avertissement explicite sur tous les appareils sans fil vendus au Canada, ce qui amènera une plus grande conscience des risques associés avec un usage non sécuritaire et immodéré, particulièrement par de jeunes enfants, de tout appareil émettant des micro-ondes.

Pour le moment, du fait de l'absence de toute forme d'avertissement, des millions de Canadiens sont inconscients de ces risques et ne font aucun lien entre divers problèmes de santé qu'ils peuvent éprouver et leur exposition chronique à une panoplie sans cesse grandissante d'appareils sans fil émettant des micro-ondes qui, de l'avis de nombreux scientifiques de réputation internationale (voir les explications sur la pétition WHO: Move Radio Frequency Radiation from Class 2b to Class 1 plus bas dans ce bulletin), devraient maintenant être classées par l'OMS dans la Catégorie 1A (Substances dont le potentiel cancérogène pour l’être humain est avéré). Bien que ce projet de loi ne soit qu'un premier pas timide comparativement à la loi qui vient d'être adoptée en France, elle-même fort diluée sous la pression des opérateurs de téléphonie cellulaire (voir tous les détails plus bas), son adoption n'en constituerait pas moins un geste important pour que cesse l'indifférence générale à l'égard des effets nocifs des technologies sans fil sur la santé de la population (c'est la même chose dans le cas des OGMs). L'éveil des consciences qui en résulterait serait un atout majeur dans notre lutte pour faire reconnaître l'inacceptabilité sociale de l'imposition par Hydro-Québec des compteurs intelligents et du vaste réseau de communication sans fil nécessaire à leur fonctionnement. Merci de prendre action rapidement à ce sujet...

Subject: Request Your MP Support Bill C-648
From: Canadians For Safe Technology (info@c4st.org)
Date: 15 Feb 2015

Bill C-648 - An Act Respecting the Prevention of Potential Health Risks From Radio frequency Electromagnetic Radiation

As you are aware, we joined MP Terence Young in Ottawa for the introduction of Bill C-648 - “The Warning Labels for Radio Apparatus Act”. We are very pleased with the cross-party support we have received with 15 MP’s publicly committing to support the bill to date, including former NDP health critic MP Libby Davis who requested to be a seconder on the Bill. We also received coverage in ten separate media outlets on the day's following the event.

We are disappointed, but not surprised, with the reaction from the Industry. Their dismissive comments tell us they will continue to keep their safety warnings buried in their manuals. Warnings that clearly state a minimum distance that all devices should be held away from our bodies and those of our children. See CWTA (Canadian Wireless Telecommunications Association) comments HERE in response to Bill C-648. This lobby association represents most major telecom companies in Canada.

Momentum is building around the world in countries dealing with the unsafe use of technology. The French Parliament recently passed a law requiring all advertisements regarding cell phones must now show a device (ear buds or speaker mode) that limits exposure to radiation. The same French law banned the use of WI-FI in day care centers and nurseries for children three years of age and younger. See HERE for our interpretation of the new law.

Taiwanese lawmakers just last week passed new legislation in which parents who allow children younger than two years of age to use tablets and smartphones face fines. In Belgium it is illegal to market cell phones to children younger than 7 years of age.

While the 15 supportive MPs to date is good start to Bill C-648, there are another 293 MP's across Canada that share in the responsibility to protect Canadians. We ask that you click HERE to send an e-mail to your MP. If your MP is on the list of supporters found in the middle of the campaign page, please thank them. If they are not, we ask you to send them an email outlining why you think they should support this important bill. We have supplied suggested points for you to consider.

C4ST will be in Ottawa next week discussing Bill C-648 with select MPs. If you receive a positive response to your email please let me know by replying to this email, and I will contact your MP to see if we can set up a meeting to discuss further. All Canadians have a right to know that there is a safe way to use and enjoy technology. Bill C-648 is a major step to help raise awareness.

Sincerely,
Frank Clegg

Request Your MP Support Bill C-648 Click Here

Bonne nouvelle! Le 19 janvier 2015, le député d'Oakville, Terence Young, annoncait que plus d'un parti appuyait son projet de loi, celui-ci exigeant des manufacturiers d'appareils sans-fil que des étiquettes de mises en garde apparaissent sur les emballages de leurs produits.

Un député fédéral à l'origine d'avertissements plus sévères sur les médicaments demande maintenant des mises en garde plus sérieuses sur les téléphones cellulaires http://www.c4st.org/images/bill-c-648/Press-Release-French.pdf

Pour tous les détails sur l'excellent Projet de loi C-648 - Loi visant la prévention des risques potentiels pour la santé liés au rayonnement électromagnétique de radiofréquences - voir au http://www.c4st.org/PMBfrancais

Voir aussi les dix études scientifiques révisées par des pairs validant le projet de loi C-648 (41e législature), lequel exigerait des étiquettes de mise en garde pour la santé notamment sur les téléphones cellulaires. http://www.c4st.org/images/bill-c-648/media-kit/Ten-key-scientific-studies-French.pdf et ces Mises en garde importantes quant aux appareils - Les manuels d'utilisation des téléphones cellulaires avertissant les clients des risques entourant l'utilisation d'un appareil tout près de la tête ou mis dans des poches ou un soutien-gorge. La plupart des gens n'ont aucune idée des risques.

« Il ne s'agit pas d'un projet partisan, il s'agit d'un projet qui touche chaque parti, » a déclaré M. Terence Young. « Les députés à travers le Canada entendent leurs électeurs leur dire qu'ils ne veulent pas que les moyens de communication incroyables du 21ième siècle engendrent une crise de santé du 21ième siècle. Il est temps d'afficher sur les emballages les mêmes mises en garde que celles déjà inscrites en petits caractères. »

Ne manquez pas de regarder aussi la vidéo Cell Phones Cause Cancer... et Pembroke Pines Passes Resolution Warning Residents About Possible Cellphone-Cancer Link et aussi How To Adopt a Cell Phone Wireless Safety Proclamation in Your City

Voir aussi...

Conservative MP says Wireless Industry is misleading Canadians about Cell Phone Safety (February 2, 2015)
http://www.newswire.ca/en/story/1480385/conservative-mp-says-wireless-industry-is-misleading-canadians-about-cell-phone-safety
Conservative MP Terence Young says the Canadian wireless industry is misleading Canadians about the potential health effects of their cell phones and WiFi routers.Young, the MP from Oakville, ON, has introduced a Private Member's Bill in Parliament that will require safety warnings on all wireless products sold in Canada, because the World Health Organization has declared that they might cause Cancer. "Warnings for safe use are already buried in the fine print of every device manual," said Young. "But a spokesman, for both Bell and Telus, has publicly responded to my Bill by saying there is 'no health risk'. That is wrong and they know it's wrong. They're behaving like the Tobacco industry did before scientists agreed that cigarettes cause lung cancer."Young pointed out that just last week the French national government passed a similar law requiring safety restrictions on all cell phone packaging and advertising."In France it's now illegal to have Wi-Fi in day care centers, and the blanket Wi-Fi systems we put in Canadian schools are now restricted in French primary schools," said Young. Young has received early support from across Canada and across party lines for his Bill, which will carry fines of one hundred thousand dollars a day for any retailer who sells wireless devices without displaying health warnings.The Bill is applauded by former Microsoft Canada President Frank Clegg who agrees that the wireless industry is misleading Canadians about the safety of their products. "To state that there is 'no demonstrated public health risk' is simply not true," said Clegg who is now CEO of Canadians for Safe Technology. "It's well known in our industry that cell phones and Wi-Fi routers are a Cancer risk. The wireless industry is being a poor corporate citizen on this issue. They are warning us in fine print, then denying the warnings in public," said Clegg.

Risques associés aux radiofréquences: des mises en garde sur votre cellulaire? (19 janvier 2015)
http://www.journaldemontreal.com/2015/01/19/risques-associes-aux-radiofrequences-des-mises-en-garde-sur-votre-cellulaire
OTTAWA – Un député conservateur aimerait que les citoyens soient mieux informés des dangers auxquels ils s'exposent lorsqu'ils achètent des appareils qui émettent des radiofréquences. Terence Young, député d’Oakville, en Ontario, a déposé un projet de loi à Ottawa pour que des avertissements soient mis en évidence sur les emballages des téléphones cellulaires et autres appareils du même type. L'organisme «Canadiens pour une technologie sécuritaire» milite d'ailleurs depuis des années pour que Santé Canada revoit son cadre réglementaire pour tout appareil fonctionnant grâce aux radiofréquences. «L'Organisation mondiale de la santé a clairement dit que les téléphones cellulaires, les routeurs WiFi, les moniteurs pour bébés et plusieurs dispositifs sans fil peuvent causer le cancer», a rapporté la directrice de l'organisme, Wendy Cockburn. «Cette information devrait être affichée sur le devant de l'emballage, et non pas être impossible à retrouver», a-t-elle poursuivi. À titre d'exemple, la mise en garde en question pourrait s'apparenter à celle que l'on retrouve déjà sur les paquets de cigarettes. Le projet de loi prévoit aussi des amendes pour les cadres de ces grands fabricants, qui pourraient s'élever jusqu'à plusieurs centaines de milliers de dollars, si les compagnies qu'ils dirigent ne se soumettent pas aux règles. Une dizaine de députés – des conservateurs, mais aussi des élus du Parti vert et du NPD – appuient celui qui l'a déposé, Terence Young.

Note de Jean: Comme c'est souvent le cas quand de tels mises en garde paraissent, plusieurs négationistes invétérés, gravement affectés par le syndrome de l'autruchite aigue ont sévi dans les commentaires dont un qui se croyait plus brillant que les autres en affirmant qu'une minute de recherche lui avait suffi à trouver que l'OMS n'avait jamais dit que les radiofréquences émises notamment par téléphones cellulaires pouvaient être cancérogènes pour l'homme, ce qui a amené Mme Jocelyne Breton à lui répondre ceci – et en lisant cela, rappelez-vous bien que chaque compteur intelligent fonctionne exactement comme un téléphone cellulaire, en plein dans la même bande de fréquences, émettant les mêmes micro-ondes pulsées (hachurées) tellement plus nocives pour la santé que les ondes émises en continue comme celle de la radio, sauf qu'on ne peut les éteindre, on ne peut savoir s'ils émettent 2 fois par minute ou 2 fois par seconde (ce qui est le cas d'environ 3% de ces appareils cancérogènes), et que c'est votre corps toute entier qui est irradié durant votre sommeil (si vous n'avez pas encore commencé à souffrir d'insomnie et de migraines insoutenables à cause de cela) si par malheur le compteur se trouve à quelques pouces de votre tête de lit, à moins que vous ne soyez exposé-e aux effets décuplés d'une banque de 10, 20 ou plus de 100 compteurs situés à proximité de votre logement, où alors c'est des cancers à répétition et une mort prématurée qui vous attendent à coup sûr... Rien de bien gentil quoi!...

« Si, selon votre argument, la preuve n'est pas démontrée hors de tout doute qu'il y a des incidences sur le cancer, le contraire n'a pas non plus été démontré... Et elle est là la nuance. Et avant d'affirmer ce que l'OMS n'a pas dit, vous devriez peut-être prendre 1 minute de plus pour vos recherches... peut-être trouveriez-vous autre chose!!!

Il suffit de relire le communiqué de l’OMS pour le vérifier. "À ceux qui n’auraient pas encore réussi à s’en convaincre, le responsable de cette expertise au CIRC-OMS vient d’apporter des précisions non susceptibles d’être interprétées. Dans un mail, en réponse à une personne qui lui demande justement la portée de la classification en 2b, soit possiblement cancérigène, des radiofréquences, voici ce qu’il écrit le 30 mars 2012. La classification des monographies du CIRC des champs électromagnétiques de radiofréquences (RFEMF) couvre l’ensemble du segment radiofréquence du spectre électromagnétique (de 30 kHz à 300 GHz). Au sein de ce spectre, le rayonnement des champs électromagnétiques émis par les téléphones portables représente la situation d’exposition la plus intense et la plus répandue, pour laquelle une légère augmentation du risque de gliome et de neurinome de l’acoustique a été trouvée dans le groupe des 'utilisateurs intensifs'.

Parce qu’il y avait également des indications d’augmentation des risques de cancer provenant d’études sur les expositions professionnelles dans d’autres gammes de fréquences (dans l’armée ou l’industrie du plastique), le groupe de travail du CIRC n’a pas voulu restreindre l’évaluation globale aux radiofréquences émises par les téléphones portables, ou les radiofréquences des téléphones portables utilisés à la fin des années 90, ou les radiofréquences des téléphones portables utilisés dans l’étude INTERPHONE, alors que d’autres appareils émettent le même type de rayonnement, comme par exemple, les stations de base, les antennes radio/TV, les bornes Wi-Fi, les compteurs 'intelligents', etc. Par conséquent, tous relèvent de la même évaluation des "champs électromagnétiques de radiofréquences". C’est ce que le groupe a examiné et décidé l’année dernière. Bien sûr, les niveaux d’exposition de tous ces autres dispositifs sont beaucoup moins élevés que l’exposition d’une personne avec un téléphone cellulaire en fonctionnement contre son oreille, même si le risque existe toujours.

J’espère que cela est suffisamment clair pour vous. Je vous remercie de votre intérêt pour notre travail.

Cordialement,

Dr. Robert A. Baan, Responsable section des Monographies du CIRC Volume 102 sur les champs électromagnétiques des radiofréquences - CIRC, Lyon – France. »

Commission des affaires économiques : exposition aux ondes électromagnétiques
http://videos.assemblee-nationale.fr/video.6302.2139082'
Un intéressant extrait de 15 minutes environ vous est suggéré sur des délibérations sur une proposition de loi en France, fruit de 2 ans de travail, afin de limiter l'exposition aux ondes électromagnétiques dans un esprit de bon compromis, vu l'incertitude scientifique qui perdure. La réalité de l'électrosensibilité y est abordée, ainsi que la nécessaire «sobriété» dans le déploiement de nouvelles sources de micro-ondes et donc l'application du principe de précaution - voir ICI le cheminement entier de ce projet de loi et voir ICI pour connaître l'évolution réglementaire et législative de ce dossier en France. On est à des années-lumière de l'adoption d'une telle loi au paradis de l'électropollution qu'est, hélas, le Québec... Et comme André Fauteux le signalait : « Si ce projet de loi était adopté, malgré qu’il soit très dilué, ce serait quand même une formidable reconnaissance, un premier pas historique! » ET DE FAIT, elle a été adoptée peu après !...

Ondes : Loi définitivement adoptée !! - Communiqué de presse Robin des Toits - 29/01/2015
http://bit.ly/1CimnWj
La loi votée ce jeudi 29 janvier 2015 permet d'introduire un peu plus de transparence et de démocratie dans le développement des nouvelles technologies. Elle ouvre la voie à une réduction de l'exposition de la population aux radiofréquences (classées cancérigènes possibles par l'OMS - Organisation Mondiale de la Santé) ; elle met en place une instance de dialogue réunissant les parties prenantes ; elle incite à l'usage du "kit mains- ibres" ; elle interdit le WIFI dans les crèches ; elle interdit la publicité sur la téléphonie mobile en direction des enfants ; elle demande un rapport sur l'électro-hypersensibilité. C'est peu par rapport à l'ambition initiale de la proposition de loi de Laurence Abeille (EELV). C'est pourtant une première avancée qui a une grande portée symbolique dans un contexte où le lobbying industriel a été spectaculaire contre ce texte de loi - le parcours législatif de ce texte a pris plus de 2 ans ! (...) Cette loi est tout simplement une première au niveau Européen ! Voir aussi... "Une loi pour encadrer l'exposition aux ondes" - Le Monde - 29/01/2015 - et tel qu'indiqué à https://grossessequebec.wordpress.com/2015/01/31/la-nouvelle-loi-abeille/ - La nouvelle « loi Abeille » française interdit par exemple l’installation du Wifi dans les établissements d’accueil d’enfants de moins de trois ans (crèches et garderies), et non les maternelles comme prévu dans le texte initial. Toutefois, dans les écoles primaires, le Wifi devra être désactivé en dehors des activités pédagogiques numériques. Tout établissement proposant au public un accès Wifi devra le signaler clairement à l’entrée au moyen d’un pictogramme.

Cette nouvelle a aussi été présentée en anglais...

WiFi banned from pre-school childcare facilities in a bold move by French government

France law bans Wi-Fi in daycares, restricts wireless infrastructure

où l'on peut lire le commentaire suivant :

Today the French Parliament passed a law addressing electromagnetic fields and electromagnetic hypersensitivity. While the new law does not go nearly far enough, it is the first of its kind in the world. Among its provisions are the following:

1. Anyone who intends to build one or more radio installations regulated by the ANFR (France’s equivalent of the FCC) must submit to the local government, if requested by the mayor, calculations of electromagnetic fields that will be generated. This information must be made available to the public.

2. A national dialogue committee on levels of public exposure to electromagnetic fields is created within the ANFR. This committee will give information to all stakeholders. The ANFR will give annual reports to the dialogue committee on the results of all electromagnetic field measurements in France as well as measures taken to reduce exposure levels at “atypical” locations where the levels are greater than usual. The ANFR will compile a annual census of atypical exposure locations and periodically report on measures taken to reduce exposure at such locations.

3. Within one year from today, the ANFR will produce a municipal-level map of all cell towers in France.

4. Any advertisement for cell phones must mention, clearly and legibly, the recommended use of an accessory device that reduces exposure of the head to radio frequency radiation. Violators are subject to a fine of 75,000 euros.

5. Advertisements promoting the use of cell phones without such accessories are prohibited. Violators are subject to a fine of 75,000 euros.

6. Anyone selling a cell phone must provide, upon request, an accessory designed for children under 14 years of age that reduces exposure of the head to radio frequency radiation.

7. Wireless internet is prohibited in places dedicated to the welcome, rest, and activities of children under 3 years of age.

8. Wireless access for internet in elementary schools must be disabled when not in use for teaching.

9. One year from today, the government shall submit to the Parliament a report on electromagnetic hypersensitivity.

– Arthur Firstenberg, www.cellularphonetaskforce.org

---

Combien y a-t-il de sources possibles de micro-ondes dans une école ?

On oublie que dans les édifices publics comme les écoles le routeur sans-fil n’est pas la seule source d’exposition au WiFi (radiation micro-ondes).

Dressons une liste qui résume la situation :

1- Les tableaux intelligents

2- Les projecteurs intelligents

3- Les détecteurs de fumée WiFi

4- Presque tous les élèves ont dans une poche un portable allumé donnant un signal de balise.

5- Le système d’alarme est WiFi (les nouveaux sont à micro-ondes, pas à infra-rouge)

6- Le compteur intelligent pour l’électricité (eau, gaz)

7- Les caméras de surveillance sont WiFi

8- Les routeurs sans-fil à chaque plafond de chaque classe sont WiFi

9- Chaque tablette est WiFi et si pas en mode avion émet un signal de balise.

10- Si des ordis portables sont utilisés, ils ont tous des antennes émettant le signal du WiFi si pas en mode avion.

11- Presque tous les profs ont un portable dans une poche ou sac en classe allumé parce que les intercoms des locaux ne fonctionnent plus ou sont inexistants.

12- Si l’édifice est en béton tous ces appareils doivent émettre encore plus fort pour communiquer, car le signal doit passer où il peut (vitres, toit, etc.) et aller rejoindre la tour.

13- Si des profs organisent des midis X-Box ou Wii, les consoles de jeux sont WiFi.

14- Plusieurs établissements scolaires ont des antennes de communication mobile sur le toit ou tout près.

15- Et si vous êtes très malchanceux, vous avez le routeur-collecteur pour les compteurs intelligents de votre secteur sur le poteau en face de l’école ou au coin de la rue.

De plus, d’ici quelques années il est possible que des thermostats, prises et interrupteurs intelligents (à radiofréquences) soient installés, si la tendance se maintient, car ces appareils existent déjà avec protocoles Zigbee, Z-Wave et WiFi.

– Tiré de http://bit.ly/1FkngMo

Pour en savoir plus...

Découvrez la menace du WiFi dans les écoles

---

À lire aussi...

Un comité de l'UE recommande la reconnaissance de la détresse des personnes qui se disent électrohypersensibles
http://www.eesc.europa.eu/?i=portal.fr.press-releases&itemCode=34545
Le Comité économique et social européen recommande que l'Union européenne (UE) reconnaisse la détresse subie par les gens qui se croient touchés par le syndrome d'hypersensibilité électromagnétique (EHS). Adopté par 136 voix pour, 110 contre et 19 abstentions, l'avis du CESE appelle pour le traitement et le soutien sympathique et approprié pour cette condition. Bien que l'avis de cet organe consultatif de l’UE affirme qu'il n'existe pas de lien de causalité établi entre l'exposition aux radiofréquences et les symptômes EHS, il prie instamment le maintien du principe de précaution par la réglementation et la veille scientifique car de plus amples recherches sont encore nécessaires pour accumuler des éléments de preuve concernant l'impact potentiel pour la santé de l'exposition à long terme aux RF.

Cell phones can damage eyes: Study
http://timesofindia.indiatimes.com/city/vadodara/Cell-phones-can-damage-eyes-Study/articleshow/6056427.cms
(...) a new study carried out by scientists at Charotar University of Science and Technology (CHARUSAT) has revealed that mobile phones also affect eyes. The scientists, who have studied the impact of electromagnetic waves on human eye, say that usage of mobile can also lead to early cataract in lens apart from affecting retina, cornea and other ocular systems of the eye. (...) "The wavelength of wireless signals (which is about 2 to 2.5 cm) used for mobile phones and other wireless terminals matches with that received by the human eye. The dielectric constant (absorption capacity) of eye tissues is around 70 which is greater than unity (above 50). This means that the eye can absorb electromagnetic energy very quickly," explains Dwivedi. (...) "The problem is not that the eye absorbs the energy, but that the heat absorbed by the eye does not get transmitted or radiated out of the body," says Dwivedi, adding that prolonged usage of mobile phones can affect retina, sclera, lens, cornea as well as vitreous humour which are parts of the human eye. CLIP

Voir aussi cet article sur une étude israélienne sur le même sujet : Cell-phone radiation can cause visual damage - et aussi Milton Zaret, an “Early Prophet” of Microwave Hazards, Dies at 91 The U.S. Military Sought to Discredit His Theory of Microwave Cataracts - Non-Thermal Electromagnetic Radiation Damage to Lens Epithelium - 'Smartphones may raise myopia risk' - et enfin ce document préparé par M. Jean-Pierre Boisvert sur les compteurs 'intelligents' : Le risque de tumeurs

Oh! Il ne faut pas oublier les «jolis» gliomes (tumeur du cerveau dont on meurt généralement en quelques mois car ils sont incurables lorsque trop développées et inacessibles) que les fours micro-ondes portables (téléphones cellulaires) ont tendance à donner au bout de 10 à 15 ans si on les utilise trop longtemps chaque jour (plus de 30 minutes) sans se servir d'un écouteur pour cellulaire (les plus sécuritaires étant ceux avec un tube creux)... Les cas de cancer du cerveau, véritable bombe à retardement du 21e siècle, sont en constante progression partout dans le monde où des dizaines de milliers de personnes en meurent chaque année.

Et si vous vous demandez pourquoi malgré toutes les mises en garde de scientifiques, rien de change en Amérique du Nord corpocratique, lisez...

Institutional Corruption in Dealing With the Risks of Radiofrequency Radiation in the Past 50 Years où l'on peut lire ceci sur une partie des motivations des responsables de l'industrie des télécommunications pour bloquer tout changement risquant d'affecteur leur marge de profit : «  When, as in the present case, studies are published that discredit an entire technology – in this case mobile communication – the damage is probably a considerable one, and that for very different reasons. When a new base station is to be installed, citizens who see their health put at risk routinely protest against it. Mobile phone service providers are criticized, have to defend themselves at town hall meetings, and are sometimes exposed to harsh criticism why a base station is to be placed exactly at the proposed site. Often, after having obtained expert assessments, alternative sites are sought and found, all of which is associated with high costs. And then there are those people who are so confused that they decide for themselves and their families to use mobile phones as little as possible or even to completely do without mobile phones. These damages (non-completion of contracts) are also difficult to quantify and in the end are not suitable as a basis for damage claims. »




Envoyé par André Fauteux (andre@maisonsaine.ca) le 4 février 2015

8 moyens stupides d'augmenter vos risques d'avoir un cancer

Conseils de l’épidémiologiste Devra Davis, ancienne conseillère de Bill Clinton en matière de santé publique et auteure du livre Disconnect: The Truth about Cell Phone Radiation, What the Industry Is Doing to Hide It, and How to Protect Your Family


1. Erreur: Dormir avec votre téléphone portable
Certaines personnes sont tellement attachées à leur téléphone cellulaire qu'ils dorment avec lui en le mettant sur leur table de nuit ou même sous leur oreiller. Mauvaise idée. Les téléphones cellulaires émet un rayonnement électromagnétique quand ils sont allumés, ce qui signifie que dormir tout près augmente votre exposition durant toute la nuit. Ce qu'il faut faire? Mettre le téléphone en "mode avion" (qui arrête l'émetteur-récepteur) ou l’éteindre. Si vous devez être disponible pour recevoir un appel, placez le téléphone à quelques mètres de votre lit.

2. Erreur: Porter un téléphone cellulaire près de votre corps
Les poches et soutien-gorge sont un excellent endroit pour garder un téléphone cellulaire, non? Le Dr Davis dit non, soulignant que l'absorption corporelle des ondes du cellulaire chute considérablement avec la distance. Tenir le téléphone à quelques pouces du corps réduit votre exposition de centaines de fois comprativement à si vous le tenez contre votre peau.

3. Erreur: Encourager les enfants à utiliser les téléphones cellulaires
Pourquoi les parents devraient-ils décourager les enfants de tenir un cellulaire contre leur oreille? Parce que leur crâne est plus mince que celui d’un adulte et leur cerveau est encore en croissance rapide. Un crâne plus mince bloque moins le rayonnement de téléphone cellulaire, explique le Dr Davis. Si les ondes radio causent bel et bien des dommages commme le soupçonne l’Organisation mondiale de la santé qui les a classées « peut-être cancérogènes » en 2011, cela signifie que les téléphones cellulaires sont susceptibles d'être plus dangereux pour les enfants. Que conseille le Dr Davis pour protéger les enfants? Utiliser un téléphone filée sur une ligne terrestre, texter, ou utiliser la fonction de haut-parleur ou un écouteur - tout ce qu’on peut faire pour garder le cellulaire loin de leur têtes

4. Erreur: Utiliser le cellulaire lorsque le signal est faible
Plus le signal de réception indiqué sur l'écran du téléphone est faible, plus le téléphone émet un signal puissant. Et plus le signal est fort, plus grande est la quantité de rayonnement exposant votre corps. Dr Davis dit qu’il est préférable, autant que possible, de s’en tenir à une ligne fixe ou d'utiliser la fonction de haut-parleur ou un casque d’écoute également quand le signal est faible.

5. Erreur: Détourner le clavier de votre corps
Les téléphones cellulaires émettent généralement plus de rayonnement par le dos et le côté du clavier. Donc, si vous tenez le téléphone de sorte que le dos est tourné vers vous, vous recevez probablement une dose supplémentaire de rayonnement, explique le Dr Davis.

6. Erreur: Parler longtemps au cellulaire
Vous prévoyez que votre conversation s'étirera? Plus longtemps vous utilisez un téléphone cellulaire, plus votre corps reçoit de rayonnement. Il est donc préférable d’utiliser le téléphone cellulaire que pour les appels qui ne prennent pas plus de quelques minutes. Pour de plus longues conversations, le Dr Davis recommande d'utiliser une ligne terrestre.

7. Erreur: Ne pas changer de côté
Les effets néfastes du rayonnement de téléphone cellulaire sont probablement liés à la dose que votre cerveau reçoit. Pour limiter tout dommage possible à votre cerveau, répartissez l'exposition en tenant alternativement votre téléphone à votre droite, puis à gauche (en étant sûr de le tenir à une certaine distance de votre oreille). Et attendez que votre interlocuteur réponde avant de tenir le cellulaire près de votre tête pour démarrer la conversation. Les cellulaires émettent davantage de rayonnement au début de chaque appel, lorsque la connexion est en train de s’établir.

8. Erreur: Oublier de texter
Texter est un excellent moyen de limiter votre exposition aux radiations de téléphone cellulaire.

Source: http://www.cbsnews.com/pictures/cell-phones-cancer-8-dumb-ways-to-boost-possible-risk/

Lire aussi...

Dangers du portable: les 10 mesures de précaution (EXCELLENTS CONSEILS!!)




UNE IMPORTANTE PÉTITION À SIGNER!

La pétition Avaaz suivante lancée par un scientifique suédois émérite, le Dr Lennart Hardell, a pour but de demander à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) de faire passer la classification 2B actuelle des radiofréquences (peut-être cancérogène) à la classification Groupe 1 (cancérogène pour l’homme).

Cette classification vaut autant pour les téléphones cellulaires que les compteurs intelligents et tous les autres appareils sans fil émetteurs de radiofréquences, comme l'affirme Dr Robert Baan, principal auteur de la monographie de l’IARC de 2011 :

«In support of this, information from studies with experimental animals showed that effects on cancer incidence and cancer latency were seen with exposures to different frequencies within the RF region. So the classification 2B, possibly carcinogenic, holds for all types of radiation within the radio frequency part of the electromagnetic spectrum, including the radiation emitted by base-station antennas, radio/TV towers, radar, Wi-Fi, smart meters, etc.»

IL EST IMPORTANT QUE LE PLUS GRAND NOMBRE POSSIBLE DE PERSONNES SIGNENT CETTE PÉTITION AFIN D’EN ASSURER LE SUCCÈS. MERCI.

Jocelyne Morency
Porte-parole
PAT (Pointe-aux-Trembles) Refuse

Pour signer la pétition :

http://www.avaaz.org/en/petition/IARC_WHO_Move_Radio_Frequency_Radiation_from_Class_2b_to_Class_1/

Pour plus de détails voir le texte et le lien ci-dessous.

Stop downplaying the health effects and cancer risks from RF EMF radiation! Please move Radio Frequency (RF) electromagnetic fields (EMFs) from Class 2b "Possible Human Carcinogen" to Class 1, "Carcinogenic to Humans" now! There is enough cancer, illness and death around the world due to these emissions in addition to an overwhelming body of science showing cancer amongst other very serious health effects, all from this ubiquitously propagated but deadly RF radiation to warrant this increase in classification! Stop playing with the planet's health and life!! Move this radiation to Class 1 now!

"Due to the relationship with survival the classification of IARC is strengthened and RF-EMF should be regarded as human carcinogen requiring urgent revision of current exposure guidelines."

– Dr. Lennart Hardell, Swedish Oncologist, MD PhD, Orebro University Hospital, Orebro, Sweden
http://www.mdpi.com/1660-4601/11/10/10790/htm

"In May 2011 IARC at WHO classified radiofrequency electromagnetic fields (RF-EMF) as ‘possible human carcinogen’ Group 2B. The scientific evidence has been strengthened after that and using the so called Hill viewpoints, initially established in the 1960’s on smoking and lung cancer, RF-EMF may now be considered to cause human cancer. Thus, I endorse the initiative by many NGOs to ask IARC for re-evaluation of the cancer classification of RF-EMF. This is important not the least in view of most people exposed to RF-EMF."

– Lennart Hardell, MD, PhD

VOIR AUSSI...

Moving radiofrequency radiation from Group 2B to 1 as a human carcinogen

Newsletter from International EMF Alliance de IEMFA

Please sign and share this important global petition that has already the input of over 32 countries in only three weeks in support of global scientific urgings to WHO/IARC to switch classification of RF/EMF to class 1 for the protection of children especially. It has the full support of Dr. Lennart Hardell. Please share this with your organizations and other EMF Safety Groups worldwide! The goal is to make the signature count reflect the reality of the millions already reporting EHS symptoms.

Can you or anyone you know who has an active Facebook or other social media page (LinkedIn or any other social networking connections) please post the link to the petition to increase its visibility? Also, do you know of any other EMF groups worldwide which this petition can be forwarded to?

Already, in just three weeks, with just a few contacts, over 3,000 signatures have come in from: USA, Canada, UK, Sweden, Australia, Brazil, the Netherlands, Finland, Ireland, Poland, Malaysia, New Zealand, India, Cyprus, Greece, Austria, Israel, Germany, Pakistan, United Arab Emirates, Spain, Croatia, Belgium, Switzerland, Norway, Chile, South Africa, Argentina, Jamaica, Brazil, Morocco, Afghanistan, Italy, and even countries as small as Monaco, Réunion, Guadeloupe and more!

Dr. Lennart Hardell supports this petition and has acknowledged that WHO/IARC might acknowledge the scientific findings of this being a class 1 carcinogen if pressure is put on by the public.

Voir aussi...

Researchers Conclude Wireless Radiation Causes Cancer After Latest Scientific Findings Announced (February 3,2015)
http://www.prlog.org/12421346-researchers-conclude-wireless-radiation-causes-cancer-after-latest-scientific-findings-announced.html
The National Association for Children and Safe Technology (NACST) is taking action after two recently published studies indicate there is sufficient evidence demonstrating exposure to wireless radiation, also known as RF-EMF, causes cancer. Wireless routers and devices such as tablets, laptops, baby monitors and cell phones all emit this type of radiation. NACST is calling on children’s health and cancer prevention organizations to make the issue of children's health and exposure to wireless radiation in educational settings an immediate priority for 2015.

The State of the Science: The Debate is Over
Professor of Oncology Lennart Hardell, MD, PhD, and Statistician Michael Carlberg of Orebro University Hospital, Sweden found a 3-fold risk with 25 or more years of cell and cordless phone use in a study published October 2014 in Pathophysiology. Very significant was the finding that people who first used mobile or cordless phones before the age of 20 had the highest risk. Increased wireless phone use also correlated with lower survival rates for people diagnosed with the most malignant gliomas in a second study published in the International Journal of Environmental Research and Public Health by the same researchers. Hardell and Carlberg stated, “Due to the relationship with survival, the classification is strengthened.” In both studies, the authors state that RF-EMF should be regarded as a human carcinogen, “requiring urgent revision of current exposure guidelines.” These two studies followed the July 2014 Occupational and Environmental Medicine Journal publication of the CERENAT case controlled study where French researchers found almost a 3-fold increase in brain cancer with 896 or more hours of lifetime cell phone use. Based on the accumulation of research demonstrating the health effects from wireless radiation, Professor Olle Johansson of the Karolinska Department of Neuroscience has stated, “the debate is over” on wireless. “Given the established and emerging science, it only follows that students be provided a safe learning environment, free from wireless radiation,” stated an NACST spokesperson.

NACST’s Turn It Off 4 Kids Initiative
In light of these recent scientific publications and expert warnings, NACST is reaching out to health organizations asking them to prioritize the issue of children’s health and wireless exposures in educational settings for 2015 in the following ways:
1. Call for all new school technology to be hardwired.
2. Call to replace existing wireless technology systems with hardwired systems.
3. Call for the implementation of primary prevention efforts such as educating the public about simple steps to reduce exposure, especially in regard to children and pregnant women.
4. Educate their organization’s members and audience on this issue by emails, informational web pages, updated materials, and all other means possible. CLIP

Voir aussi...

WORSE THAN SMOKING, ACCORDING TO ONCOLOGISTS
http://bit.ly/1DKY3dv
Oncologist Urgings to World Health Organization (by 7 scientists): Wireless radiation not only a factor in glioma, a deadly cancer, but also in increased morbidity (faster death rate).

WIRELESS EMISSIONS DESERVE CLASS 1 CARCINOGEN : Urgent Need for change in classification to protect the public, especially children!
http://bit.ly/1sjVU76
Use of mobile phones ans cordless phones is associated with increased risk for glioma ans acoustic neuroma
Voir plus via https://independent.academia.edu/SelishaNielson




Une autre pétition importante à soutenir - lancée par le groupe Canadiens pour une technologie sécuritaire...

http://www.c4st.org/Pétitionfédérale

Pétition Fédérale

Mettre en place un processus officiel pour que les Canadiens/Canadiennes puissent rapporter leurs réactions adverses à la radiation sans fil.

Le rapport du Comité permanent de la santé (2010) (cliquez ici pour lire le rapport officiel) recommandait:
Que Santé Canada veille à ce qu’il existe un processus pour recevoir les plaintes sur les réactions négatives aux appareils émetteurs de rayonnement électromagnétique, et y donner suite.

Dans un document obtenu par C4ST au moyen de la Loi d'accès à l'information (cliquez ici pour lire ce document en anglais), Santé Canada déclare au Ministre de la Santé:

“HC does not support the recommendation to establish an adverse reaction reporting process specifically for RF exposures.”

(Santé Canada ne supporte pas la recommandation d'établir un processus permettant de rapporter les réactions adverses spécifiques à l'exposition aux radiofréquences.)

Aidez-nous à convaincre la Ministre de la santé, Mme Ambrose, de se conformer aux recommandations du Comité permanent sur la santé en amassant des signatures sur la pétition ci-dessous laquelle sera présentée à la Chambre des Communes. Nous vous remercions sincèrement de votre implication!
Pétition Au Gouvernement Du Canada

Nous, soussignés, résidents du Canada, désirons porter à l'attention de la Chambre des Communes les faits suivants:

• QUE 3% de la population éprouvera immédiatement des réactions adverses provenant de l'exposition à la radiation sans fil et 30%, des réactions tardives  (Académie Américaine de Médecine Environnementale);

• QUE Santé Canada n'a pas tenu compte de la recommandation faite en 2010 par le Comité permanent de la santé de la Chambre des Communes demandant à ce qu'un processus soit instauré afin de recevoir les plaintes des citoyens éprouvant des réactions adverses en raison de la radiation sans fil;

À CES CAUSES, nous nous joignons à Canadiens pour une technologie sécuritaire (C4ST) pour demander au gouvernement du Canada de mettre immédiatement en place un processus officiel pour les Canadiens/Canadiennes afin qu'ils puissent rapporter leurs réactions adverses provenant de l'exposition à la radiation sans fil.

Pour la version anglaise : Click HERE




LIRE AUSSI à ce sujet cette excellente Lettre ouverte critiquant les propos de Mme Isabelle Samson de la Santé publique de l'Estrie rédigée par Mme Maria Acosta avec la collaboration de Mme Katia Primeau et de Mme Jocelyne Breton et dont voici quelques extraits...

(...) En sachant qu’en 2010, 10 % des bébés de moins de 2 ans avaient utilisé la technologie sans fil et que 40 % des enfants de 2 à 4 ans l’avaient utilisée, ne croyez-vous pas qu’il est nécessaire de faire plus d’études, afin d’avoir des données plus proches de notre utilisation de 2015? Selon vous, pourquoi la France a-t-elle, le 29 janvier 2015, adopté une nouvelle loi (La France interdit le Wi-Fi dans les crèches et le limite dans les écoles) encadrant l’exposition du public aux ondes électromagnétiques générées par les technologies sans fil (antennes-relais, téléphones mobiles, tablettes, etc.)? La semaine dernière, Taïwan a adopté une loi interdisant l’utilisation du sans-fil aux moins de deux ans. Les parents devront payer une amende s'ils sont reconnus coupables de cette infraction. Avec plus de 24 millions de jeunes accros au sans-fil en Chine (Web junkies), Taïwan recommande fortement que les moins de 18 ans réduisent leur exposition au sans-fil. Et pourquoi croyez-vous que la Belgique, depuis le 1er mars 2014, interdit l’utilisation du cellulaire aux enfants de sept ans et moins? Les données sur lesquelles nous nous basons pour prendre des décisions doivent correspondre à la réalité et nous devons tenir compte du fait que les habitudes évoluent avec le temps, Madame Samson. En effet, des études ont révélé qu’en Belgique 2 enfants sur 3 âgés de moins de 7 ans possèdent un portable et que les enfants de 12 ans possèdent presque tous un portable! C’est à ça que servent les études : à nous aider à comprendre la réalité actuelle et à ne pas baser nos croyances sur des faits d’il y a 60 ans!

(...) La professeure Magda Havas, spécialiste des effets biologiques des champs électromagnétiques, nous informe que des effets biologiques sont signalés à partir d’aussi peu que 20 µW/m2 (insomnie, fatigue, troubles de concentration, etc.). Êtes-vous toujours convaincue qu’il n’est pas nécessaire de faire des études à des expositions plus basses que 6 000 000 µW/m2? Peut-être que le fait de travailler pendant un mois dans une salle de compteurs pourrait vous convaincre de la nécessité de ces études? Et vous n’y resteriez que de 9 h à 17 h… Imaginez des enfants dans une garderie où ce qui les sépare d’une salle de compteurs n’est qu’un mince panneau de gypse… Imaginez vos parents, retraités, qui passent la journée entière à côté d’un compteur ou de compteurs groupés.

« La santé publique au Québec n’est pas équipée, ne fait pas de mesures environnementales »

Qu’attendez-vous pour vous équiper? Nous sommes devant la pollution la plus dévastatrice de l’histoire de l’humanité et vous restez les bras croisés?

« Notre expertise se base sur les phénomènes d’appréciation environnementale »

Depuis quand les radiofréquences ne sont-elles pas un phénomène d’appréciation environnementale?

(...) Pour le moment, l’utilisation sans réglementation de la technologie sans fil est irresponsable et immorale; nous sommes tous des cobayes dans une expérience qui est faite sans notre consentement. Le Code de Nuremberg visait à nous protéger et à éviter que l’histoire se répète, mais il semble que certains aient la mémoire courte : « Exposer des gens sans les informer et sans leur consentement à des champs de radiofréquences pouvant affecter leur santé, contrevient au code de Nuremberg adopté pour empêcher la répétition d’expérience comme les nazis l’ont fait sur les juifs. » C’est dommage que ni Santé Canada ni la Santé publique ne se sentent interpellés.




Hambourg en Allemagne avec une population de 1,751,775 en 2013 met un stop au WiFi dans les écoles! Durant ce temps au Québec, où règne la loi de l'autruche, c'est le WiFi mur à mur dans les écoles!

Hambourg renonce au Wi-Fi dans les écoles (23 janvier 2015) http://www.alerte.ch/fr/activités/agir/163-hambourg-renonce-au-wi-fi-dans-les-écoles.html
Six écoles de Hambourg devaient entrer dans l’ère numérique mais la ville et la commission scolaire ont fait marche arrière: le réseau Wi-Fi sans fil est considéré trop dangereux pour la santé des élèves.

(...) Le projet a fait l’objet de controverse depuis que le député indépendant Walter Scheuerl a lancé deux interpellations argumentées par des rapports techniques afin de torpiller le financement du projet devant le Conseil municipal. Le motif avancé était que la transmission des données du sans fils Wi-Fi créerait des fréquences extrêmement élevées de micro-ondes. En fait, certains médecins ont récemment remis en question l’introduction de tablettes, smartphones et Wi-Fi dans l’enseignement scolaire en disant que le battage médiatique autour du progrès technologique menait à son acceptation sans critique. Dans une lettre ouverte, quelques 20 médecins du « Groupe de travail médical sur les media numériques à Stuttgart« , affirment que les inquiétudes exprimées par la science et la médecine concernant l’utilisation des media numériques dans les écoles, ne sont pas prises en considération. « La corrélation entre la propagation des media numériques et l’augmentation de la surcharge de travail, les maux de tête, le trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité et les troubles d’ordre psychique est préoccupante», a déclaré le Professeur Manfred Spitzer, psychiatre et chercheur en neurosciences à Ulm. Les connaissances scientifiques actuelles démontrent que la nocivité est évidente: en plus des problèmes de concentration, l’exposition pourrait conduire à des ruptures de brins d’ADN, ce qui pourrait causer des dommages au sperme et augmenter les risques de cancer.Les fabricants, ainsi que l’Office fédéral de protection contre les radiations et les médecins mettent déjà en garde contre une utilisation des appareils près du corps et recommandent des distances minimales. Ni la commission scolaire, ni l’autorité de santé de la ville hanséatique n’ont tenu compte de ces avertissements.

(...) Ellen Kruse, porte-parole de la Société Elektrosmog du BUND à Hamburg, a exprimé des réserves: «Beaucoup d’études neutres démontrent que le Wi-Fi est très nocif. » Elle réclame que des experts indépendants en informent les écoles. Le cumul de l’utilisation simultanée dans des classes de 30 élèves est particulièrement discutable, selon Kruse. L’Organisation mondiale de la Santé met en garde contre les risques de cancer liés au téléphone mobile. « Nous sommes pour le principe de précaution » dit-elle. Toutefois, le BUND n’est pas hostile au progrès et plaide pour une connexion Internet filaire dans les écoles. CLIP

Note de Jean : Et la ville de Montréal, imitant celle de Québec déjà massivement wifisée, se lance dans la même électroconnerie... Encore une autre tuile électrosensibilisante sur la tête des personnes électrosensibles et des citoyens qui ne comprennent pas encore à quel point le délire technoCon du sans fil mur à mur va transformer leur vie non pas en un paradis de connectivité Internet gratuite n'importe où, n'importe quand, mais en un cauchemar invivable de souffrances perpétuelles qui, à l'exemple du proverbial crapaud dans une eau amenée lentement à ébullition, les atteindra un à un insidieusement sans qu'ils ne comprennent ce qui leur arrive - l'équivalent du supplice de la goutte d'eau qui rend fou au fil des mois et des années, imposé à toute une population. Réveillez-les quelqu'un avant qu'il ne soit trop tard ! Faites comprendre à Coderre que le modèle à suivre est celui de la ville de Toronto qui a banni indéfiniment en 2013 le WiFi dans les parcs et les aires publiques, pas celui de Québec sous la botte de l'insensible maire Labeaume. Lancez une Pétition contre le Wi-Fi dans les parcs et ailleurs dans les lieux public comme des citoyens de Longueuil l'ont fait l'été dernier – ce qui a suspendu ce projet. Ça permettra à Montréal de protéger la santé de ses citoyens et de s'éviter de plonger dans un gouffre financier comme Seattle qui a mis fin en 2012 au WiFi gratuit après avoir calé $50 millions dans cette folie.

Ville Intelligente: du Wi-Fi gratuit au centre-ville dès cet été (29 janvier 2015)
http://www.enmanchette.ca/actualite/actualite-nationale/96994-ville-intelligente-du-wi-fi-gratuit-au-centre-ville-des-cet-ete
Dès cet été, les Montréalais auront droit à du Wi-Fi gratuit au centre-ville de Montréal. La Ville a annoncé que dès le mois de mai, elle commencera à étendre le service d’Internet sans fil sur l’ensemble de son territoire. Jeudi, la Ville a présenté sa stratégie sur la ville intelligente et numérique. Au total, la Ville investira 23 millions $ sur trois ans pour assurer son virage numérique. En 2015, elle prévoit investir 5 millions $. Si la plupart de projets concrets seront dévoilés au mois de mars, Montréal a annoncé qu’un des premiers gestes sera d’étendre le réseau sans fil sur l’île. «On est dû pour avoir un service uniforme et de qualité dans le Vieux-Montréal et dans le centre-ville», a souligné Harout Chitilian, responsable de la ville intelligente au comité exécutif de la Ville. M. Chitilian a confié être en discussion avec le palais des congrès de Montréal pour établir un partenariat qui permettrait d’étendre le Wi-Fi dans le Vieux-Montréal. M. Chitilian n’a toutefois pas précisé le montant de l’investissement de ce projet. «On regarde actuellement nos actifs en matière d’infrastructures comme les lampadaires où les feux de circulation qui pourraient servir de bornes», a-t-il indiqué. Adopter le modèle de Québec - Avec la venue de l’ancien directeur général de la Ville de Québec, Montréal pourrait-elle s’inspirer de la capitale nationale pour l’implantation du Wi-Fi? CLIP

Si vous comprenez l'anglais et que vous ne connaissez pas bien ce qu'est l'électrosensibilité, écouter...

Electrical Hypersensitivity
http://youtu.be/Knd4_qY3WpU
Electrical hypersensitivity is estimated to affect up to 10% of the population and is recognised as a functional disorder in Sweden, Spain and Canada. Nicole investigates the symptoms, discusses who is likely to be susceptible and explores the sources in the average home.

L'électrohypersensibilité : une urgence sanitaire
http://youtu.be/q4MtfEBn7Ok
Une présentation éclairante et alarmante par le Dr Béatrice Milbert, qui travaille avec le Dr Belpomme - 13 minutes. Nicolas Tesla était lui aussi devenu électrohypersensible. Découvrez l'intolérable torture à laquelle Hydro-Québec condamne des centaines de milliers de Québécois-e-s – un crime inqualifiable !




Note de Jean: il n'y a pas que les humains qui subissent les conséquences de l'explosion de pollution électromagnétique. Les oiseaux subissent de plein fouet les cons;quences de la multiplications du nombre de tours de relais de la téléphonie cellulaire, d'une part par les collisions avec les tours par temps nuageux lors des périodes de migration - les pertes sont estimées à près de 7 millions d'oiseaux par année uniquement aux États-Unis et au Canada), et d'autre part par leur esposition aux radiofréquences, même à de faibles intensités - loin sous le seuil d'effets thermiques... Lire ce qui suit pour en avoir la preuve..

Ce qui suit est extrait de Letter from the Department of the Interior to the National Telecommunications and Information Administration

Background

The placement and operation of communication towers, including un-guyed, unlit, monopole orlattice-designed structures, impact protected migratory birds in two significant ways. The first is by injury, crippling loss, and death from collisions with towers and their supportingguy-wire infrastructure, where present. Mass mortality events tend to occur during periods ofpeak spring and fall songbird bird migration when inclement weather events coincide withmigration, and frequently where lights (either on the towers and/or on adjacent outbuildings) arealso present. This situation has been well documented in the U.S. since 1948 in the publishedliterature (Aronoff 1949, see Manville 2007a for a critique). The tallest communication towerstend to be the most problematic (Gehring et al. 2011). However, mid-range (~400-ft) towers asproposed by the First Responder Network Authority (FirstNet, a newly created entity under the Department of Commerce) can also significantly impact protected migratory birds, as can unguyedand unlit lattice and monopole towers (Gehring et al. 2009, Manville 2007a, 2009, 2013a). Mass mortalities (more than several hundred birds per night) at unguyed, unlit monopole andlattice towers were documented in fall 2005 and 2011 in the Northeast and North Central U.S. (e.g., Manville 2007a). It has been argued that communication towers including "short" towers do not impact migratory birds, including at the population level (e.g., Arnold and Zink 2011), but recent findings have contradicted that assertion (Manville 2007a, 2013a, Longcore et al. 2012, 2013).

The second significant issue associated with communication towers involves impacts from nonionizing electromagnetic radiation emitted by these structures. Radiation studies at cellular communication towers were begun circa 2000 in Europe and continue today on wild nesting birds. Study results have documented nest and site abandonment, plumage deterioration, locomotion problems, reduced survivorship, and death (e.g., Balmori 2005, Balmori and Hallberg 2007, and Everaert and Bauwens 2007). Nesting migratory birds and their offspringhave apparently been affected by the radiation from cellular phone towers in the 900 and 1800MHz frequency ranges- 915 MHz is the standard cellular phone frequency used in the United States. However, the electromagnetic radiation standards used by the Federal Communications Commission (FCC) continue to be based on thermal heating, a criterion now nearly 30 years out of date and inapplicable today. This is primarily due to the lower levels of radiation output from microwave-powered communication devices such as cellular telephones and other sources of point-to-point communications; levels typically lower than from microwave ovens. The problem, however, appears to focus on very low levels of non-ionizing electromagnetic radiation. For example, in laboratory studies, T. Litovitz (personal communication) and DiCarloet al. (2002) raised concerns about impacts oflow-level, non-thermal electromagnetic radiationfrom the standard 915 MHz cell phone frequency on domestic chicken embryos- with somelethal results (Manville 2009, 2013a). Radiation at extremely low levels (0.0001 the level emitted by the average digital cellular telephone) caused heart attacks and the deaths of some chicken embryos subjected to hypoxic conditions in the laboratory while controls subjected tohypoxia were unaffected (DiCarlo et al. 2002). To date, no independent, third-party field studies have been conducted in North America on impacts of tower electromagnetic radiation onmigratory birds. With the European field and U.S. laboratory evidence already available, independent, third-party peer-reviewed studies need to be conducted in the U.S. to begin examing the effects from radiation on migratory birds and other trust species.

Discussion - Collision Deaths and Categorical Exclusions

Attempts to estimate bird-collision mortality at communication towers in the U.S. resulted infigures of 4-5 million bird deaths per year (Manville 2005, 2009). A meta-review of thepublished literature now suggests, based on statistically determined parameters, that mortality may be 6.8 million birds per year in Canada and the U.S.; the vast majority in the United States (Longcore eta!. 20 12). Up to 3 50 species of birds have been killed at communication towers (Manville 2007a, 2009). The Service's Division of Migratory Bird Management has updated itsvoluntary, 2000 commwlication tower guidelines to reflect some of the more recent researchfindings (Manville 2013b). However, the level of estimated mortality alone suggests at aminimum that FirstNet prepare an environmental assessment to estimate and assess the cumulative effects of tower mortality to protected migratory birds.

(...) A second meta-review of the published mortality data from scientific studies conducted in the U.S. and Canada (Longcore eta!. 2013) strongly correlates population effects to at least 13 species of Birds of Conservation Concern (BCC, USFWS 2008). These are mortalities to BCC species based solely on documented collisions with communication towers in the U.S. and Canada, ranging from estimated annual levels of mortality of 1 to 9% of their estimated total population. Among these where mortality at communication towers was estimated at over 2% annually are the Yellow Rail, Swainson's Warbler, Pied-billed Grebe, Bay-breasted Warbler,Golden-winged Warbler, Prairie Warbler, and Ovenbird. Longcore eta!. (2013) emphasized thatavian mortality associated with anthropogenic sources is almost always reported in the aggregate, i.e., "number of birds killed," which cannot detect species-level effects necessary tomake effective and meaningful conservation assessments, including determining cumulative effects. These new findings strongly suggest the need for at least an environmental assessment by FirstNet, or more likely, an environmental impact statement.

Radiation Impacts and Categorical Exclusions

There is a growing level of anecdotal evidence linking effects of non-thermal, non-ionizing electromagnetic radiation from communication towers on nesting and roosting wild birds andother wildlife in the U.S. Independent, third-party studies have yet to be conducted in the U.S. orCanada, although a peer-reviewed research protocol developed for the U.S. Forest Service by the Service's Division of Migratory Bird Management is available to study both collision and radiation impacts (Manville 2002). CLIP




Note de Jean: Face à l'expansion fugurante de la demande pour toujours plus de bande passante afin de desservir les millions de téléphones, de tablettes et d'ordinateurs sans fil, très exigeants en terme de capacité de téléchargement, Industrie Canada, qui n'a de cesse de satisfaire la moindre des demandes de l'industrie des télécommunications qu'elle dorlote – au détriment de la santé de tous les Canadiens, sans oublier la faune aviaire et les abeilles de plus en plus désorientées par la myriade de sources d'électropollution que tout cela engendre – a publié le 18 décembre ses «Décisions concernant les politiques d’utilisation du spectre et les exigences techniques relatives aux liaisons terrestres», document technique dans lequel on découvre – avec une horreur viscérale si l'on est électrosensible ! – que les opérateurs de cellulaire comme Rogers Telecommunications peuvent désormais déployer de petites antennes (à l'image des puissants routeurs et des 3,8 millions d'antennes des comptueurs malveillants du réseau d'électropollution hyper nocif qu'Hydro-Québec va achever de déployer d'ici environ un an) à la hauteur de nos têtes, partout où ils veulent, des antennes qui seront camouflées, par exemple, dans les lampadaires en zones urbaines, afin de créer une nouvelle série de cellules de communication sans fil.

Cela fait merveilleusement l'affaire des hypocrites opérateurs de cellulaire qui n'auront plus à subir les foudres des Canadiens révoltés de voir de nouvelles antennes géantes apparaître dans leur voisinage, puisque ces petites antennes peu visibles passeront quasi inaperçues. Leur seul problème maintenant sera de s'arranger pour éviter que les millions de nouvelles antennes qu'ils vont ajouter pour répondre à la demande des gourmands appareils sans fil des zombies Canadiens, hypnotisés et idiotisés par leurs iBidules, ne créent tellement d'interférences que leurs radiations microondiennes se nuiront mutuellement dans une cacophonie perpétuelle de milliards d'incessants crépitements inaudibles, invisibles et inodores, mais hautement cancérogènes, neurotoxiques et génotoxiques. Bienvenue dans l'Apocalypse électrotoxique du 21e siècle, et honnis soient les exécrables politiciens et mandarins d'Industrie Canada et de Santé Canada qui cautionnent et encouragent ce térablitz mortel qu'ils nous infligent ! Quels crétins ! Quel affreux cadeau de Noël ! Notre seule consolation est de savoir qu'ils sont tout aussi exposés que la population, et qu'eux-mêmes et leurs enfants vont subir le même sort qu'ils nous imposent. Mince consolation... Et désolé de tirer si fort sur la sonnette d'alarme, mais ces décisions prises encore une fois sans aucune consultation avec qui que ce soit d'autre que les pushers de technologie sans fil, vont passer totalement inaperçues si personne ne s'en offusque et les dénonce. Quand on songe en plus aux dommages de centaines de milliards de dollars que provoque cet électrosmog dense qui décuple la corrosion de plusieurs métaux, un phénomène peu connu et peu étudié mis en lumière notamment par Andrew Michrowski (paceincnet@gmail.com - voir l'extrait à ce sujet plus bas et ce document (lire «Existent-ils des effets "secondaires" significatifs sur les infrastructures ?» aux pages 3 et 4 où c'est expliqué plus en détails), il y a de quoi se demander s'ils ne sont pas tous tombés sur la tête.

8.0 Normes relatives aux antennes
http://www.ic.gc.ca/eic/site/smt-gst.nsf/fra/sf10880.html#s8.0

(...) Afin de réduire les coûts des liaisons terrestres et de favoriser la croissance des services à large bande, Industrie Canada a demandé des commentaires sur la modification des caractéristiques minimales des antennes, particulièrement l’utilisation de plus petites antennes, dans le but d’accroître les déploiements, ainsi que la souplesse d’installation pour les exploitants. Le Ministère a également demandé aux parties intéressées, d’une part, si l’utilisation proposée de plus petites antennes aurait un effet négatif sur les utilisateurs futurs des bandes en augmentant le risque d’interférence et, d’autre part, quelles seraient les meilleures façons de régler ce problème.

Vu le déploiement important de petites cellules et l’accroissement de la densité des cellules, les applications sur les liaisons terrestres et l’équipement nécessaire pour soutenir ces cellules évoluent. Comme on prévoit que les cellules plus petites seront installées au niveau des rues (p. ex., sur les lampadaires) en zones urbaines, les principales caractéristiques de conception seront un encombrement moindre et une installation plus facile et plus rapide. En particulier, Rogers constate que les plus petites antennes sont moins visibles et peuvent être installées sur une plus grande variété de structures utilisables.

Dans l’ensemble, la majorité des intervenants appuient fortement l’utilisation et le déploiement de plus petites antennes. Ils ont indiqué que l’assouplissement des normes relatives aux antennes pour permettre l’utilisation de plus petites antennes offrirait plus de souplesse pour les déploiements, permettrait d’offrir des applications nouvelles et novatrices sur les liaisons terrestres et réduirait les coûts globaux (immobilier, location, équipement, installation) des réseaux de liaisons terrestres, ainsi que la nécessité de renforcer les structures (p. ex., pour résister aux vents). De plus, le CCCR mentionne qu’aux États-Unis et en Europe on utilise de plus petites antennes. De nombreux intervenants, dont SaskTel, Shaw et Québecor Média, ont recommandé qu’Industrie Canada s’harmonise avec les nouvelles règles de la FCC sur les petites antennes, afin de constituer un marché nord-américain harmonisé. Cependant, TeraGo souligne qu’il pourrait y avoir des délais dans le déploiement et l’utilisation d’antennes plus performantes, en raison d’une limitation des techniques d’atténuation de la FCC qui requiert une mise à niveau des antennes lorsqu’il y a des problèmes d’interférence.

Les intervenants en faveur des petites antennes ont recommandé plusieurs bandes de fréquences pouvant bénéficier de la révision des normes relatives aux antennes, dont le but, en définitive, est de permettre l’utilisation de plus petites antennes. Il s’agit notamment des bandes de fréquences de 1,8 GHz, de la partie supérieure de la bande de 6 GHz, 11 GHz, 15 GHz, 18 GHz et de 23 GHz, et on pourrait également envisager les bandes de fréquences supérieures (p. ex., les bandes de 38 GHz et de 42 GHz). De plus, Rogers indique qu’il existe déjà un tel écosystème d’antennes : des antennes de 30 cm pour la bande de 18 GHz, et de 20 cm pour la bande de 23 GHz.

Par ailleurs, des réseaux électriques intelligents sont en cours de déploiement dans de nombreuses provinces pour relier des milliers de sites éloignés par l’intermédiaire d’un système point à multipoint, et l’Association canadienne de l’électricité a fait valoir qu’il est nécessaire d’utiliser des antennes moins encombrantes, mentionnant entre autres avantages de cette option, une réduction des incidences esthétiques et des risques de vandalisme. TELUS a soutenu que l’on devait revoir les spécifications d’antenne et la souplesse qui y est associée dans les bandes de fréquences supérieures à 23 GHz, tout en envisageant l’utilisation possible de plus petites antennes dans les bandes inférieures à 23 GHz, mais au cas par cas seulement.

(...)
Décision :
En plus de l’application de la ligne directrice de la PDG dans les zones sans encombrement, le Ministère permettra également l’utilisation de plus petites antennes, tel que cela sera défini dans les futures mises à jour des PNRH. CLIP

Note de Jean: Une possibilité, qui n'a sûrement pas échappé à l'attention de Rogers Communication avec qui Hydro-Québec a signé un contrat (dont les conditions ont été gardées secrètes, et ce qui suit en est peut-être l'explication!) est celle consistant pour Rogers à utiliser le réseau de 3,8 millions de petites antennes déployées par Hydro-Québec afin d'accroître son propre « écosystème d'antennes » et sa capacité totale à répondre à la demande de ses usagers. Déjà, la ville de Santa Clara en Californie utilise son réseau de compteurs intelligents pour offrir le WiFi gratuit sur l'ensemble de son territoire (voir Silicon Valley city offers free Wi-Fi via smart meters). Rien n'empêchera Hydro-Québec de permettre subrepticement, sans en informer aucun de ses clients, non seulement de laisser Rogers utiliser son réseau, mais aussi de sous-louer l'utilisation de ce réseau d'antennes maillées à Vidéotron (appartenant à Québecor Média - de PKP - mentionné dans la décision d'Industrie Canada ci-dessus) et à toute autre entreprise de téléphonie sans fil désireuse de tirer parti de cet extraordinairement dense réseau d'antennes... Aucun des incultes technologiques de la Régie de l'énergie, ni aucun des intervenants, n'a soulevé cette possibilité particulièrement troublante... tout comme l'éventuel «bavardage» continuel entre les appareils ménagers 'intelligents' et le compteur d'Hydro quand la fameuse antenne ZigBee de ce compteur sera activée dans le cadre de l'activation éventuelle et inévitable des mystérieuses « autres fonctionnalités » dont Hydro s'est bien gardé de révéler la nature et l'ampleur... Si cela devait se concrétiser – et nous n'en saurions jamais rien à moins qu'un lanceur d'alerte à l'interne ne nous le révèle – pas de doute que les gens auront une très bonne connexion sans fil pour leurs appels téléphoniques et leurs téléchargements de film et leurs jeux vidéos en ligne à la maison... et pour cause, l'antenne émettrice sera sur ou dans leur demeure !

À moins de vivre dans un lieu reculé, loin de toute autre résidence, et d'avoir eu la sagesse de ne pas les laisser vous enlever votre compteur électromécanique ou d'avoir opté pour un appareil censé être non communicant, il sera alors impossible de ne pas être exposé à un mitraillage de puissantes pointes d'émissions pouvant se répéter jusqu'à 2 fois par seconde (190 000 fois par jour) en provevance de votre compteur hyperactif et de celui de vos voisins. Et l'on tient peut-être là l'explication du fait qu'Hydro-Québec ne s'est jamais montrée inquiète, semble-t-il, du coût sans doute exorbitant qu'il lui en coûterait si elle devait payer à Rogers Communication les frais normaux pour l'utilisation de son réseau d'antennes de cellulaire pour lui retransmettre les 6 rapports de relève quotidien de la consommation électrique de ses 3,8 millions de clients et les millions de données constamment transmises pour lui montrer l'état de son réseau 'intelligent' et lui permettre ainsi de détecter rapidement les pannes : en échange de la gratuité de ces dizaines de millions de transmissions quotidiennes, Hydro-Québec va laisser Rogers Communication utiliser gratuitement son « écosystème » de 3,8 de mini-antennes – ou peut-être 3,7 si notre campagne d'opposition inspire 100 000 clients à opter pour le non communicant ou le refus complet de « l'offre de service » d'Hydro-Pinocchio, l'incorrigible menteur/dissimulateur/arnaqueur de grand chemin...

Et si vous croyez que ce genre de scénario s'inspire d'une sorte de théorie du complot, dites-vous bien que grâce à leur habile lobbying auprès d'Industrie Canada – Hydro-Québec est sûrement un joueur majeur de l’Association canadienne de l’électricité mentionnée dans ce document en ligne – ce qui est décrit ci-dessus est désormais possible en vertu de ces nouvelles « politiques d’utilisation du spectre », même si l'utilisation des mini-antennes des compteurs 'intelligents" n'est pas nommément mentionnée. De plus, c'est la tendance lourde dans le monde que d'offrir par tous les moyens possibles un accès illimité à Internet à tous les humains où qu'ils soient dans le monde.

Pour vous en convaincre, il suffit de regarder la vidéo de la présentation (durée: 3 min) faites par le créateur de Facebook, Mark Zuckerberg, accessible à http://internet.org/ un organisme qu'il a créé qui est « un partenariat mondial dont l’objectif est de rendre l’accès à Internet abordable pour les deux tiers de la planète qui ne sont pas encore connectés. » Son projet est le cover story du Time Magazine du 15 décembre (accessible en ligne seulement aux abonnés mais je vous l'ai mis ICI si vous voulez en prendre connaissance). C'est certes un noble objectif, surtout qu'il n'y aura pas un sous à faire pour Facebook avec les plus pauvres de la planète, du moins pas avant quelques décennies, mais un des effets secondaires de sa vision est que l'électrosmog ambiant va augmenter considérablement partout dans le monde. Et il n'est pas le seul à fantasmer sur cette idée ! Tel que mentionné dans cet article, Google a lancé le Projet Loon, visant à développer l’accès à l’Internet dans les zones les plus reculées de la planète à l'aide de ballons stratosphériques gonflés à l’hélium et permettant une connexion sur 40 kilomètres autour de lui, avec des débits équivalents à de la 3G. Pour ne pas être en reste, Facebook s'est aussi lancée dans la course en achetant une compagnie britannique fabriquant des drones capables de rester en vol sans arrêt (lire Facebook buys UK maker of solar-powered drones to expand internet). Tel qu'expliqué dans l'article du Time, "In broad outline, the plan is to put up a fleet of drones, each one the size of a 747 but ultralight, which will cruise at 60,000-plus feet, geosynchronously. In conjunction with a network of satellites and a new laser communications technology, the drones will beam the Internet to places that conventional infrastructure can’t reach." Génial si on est perdu en plein coeur de la brousse africaine ou d'une jungle amazonienne et qu'on a envie de rester en contact via Skype avec ses amis ou de ne pas manquer une émission favorite, mais préoccupant pour les personnes électrosensibles en quête de zones refuges pour échapper à l'électrosmog mondial. On n'arrête pas le progrès ! En fait, c'est peut-être lui qui est en train de tous nous écraser...

Familles Recherchent Écoles, Commerces, Loisirs et Quartiers SANS Wi-Fi
http://on.fb.me/1AHC4pH




Tiré de http://apps.fcc.gov/ecfs/document/view?id=7520942493

Wireless Technologies Corroding Metal Infrastructure - (p.9-10) What's it doing to our kids?
In his paper, Electromagnetic Fields: High Level Microwave Concerns, Andrew Michrowski Ph. D., states that "as the electric power system becomes more affected by the use of computers and wireless systems, radiofrequencies and microwaves penetrate the electric power system’s ground via neutral wires. The ground in many populated areas now carries charges that are highly electronic with radiofrequency and microwave characteristics. This new phenomenon accelerates corrosion of materials – whether pipelines, rebars in buildings and transportation infrastructure or even nuclear power plant reactor rods." This conduction of charges has been observed with electrochemical impedance spectroscopy (EIS) and reported this year by scientists from Atomic Energy of Canada and the National Research Council of Canada.

Wireless Technologies Prevent Kids from Releasing Heavy Metals - Linked to Autism (p. 11)
Michroski points out that "A study by Tamara Mariea and George Carlo indicates how wireless emissions can make cells incapable of releasing heavy metals (including mercury and aluminum), such as those used as stabilizers in the massive vaccination programs. Heavy metals in the body interfere with the distribution of dopamine, a hormone and a neurotransmitter which controls motor skills. In autistic children, such functions are inhibited. When autistic children are detoxified from heavy metals, and when they are no longer exposed to wireless emissions, they can recover. This situation has the potential for trans-generation toxic accumulation."

Ce document tout entier mérite d'ailleurs notre attention:

Our Children, Our Future, Our Responsibility Wireless Technologies – An Urgent National and Global Emergency
http://apps.fcc.gov/ecfs/document/view?id=7520942493

"Every minute of RF exposure to teachers or their students is a minute too long. In my opinion as a professional with Canadian national and pro AHM, other students, and school staff and faculty experience adverse health effects and should be discontinued immediately as this as a national and global emergency."

– Curtis Bennett - Expert Witness called to testify for Standing Committee on Health

« Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. »

"I’ve researched this issue time and again, since 1979, and for many years warned people of the dangers of radio, television, and radar frequency broadcast. Look up Tetra frequencies, VHF and citizen band broadcast technology, cell tower radiation effects on plant health, wi-fi and DECT phone systems, and how these technologies destroy human cellular biology and directly cause multiple cancers. I’ve read over 100,000 pages of data over a period of 30 years, and the result is a conclusive link between blood leukemia, multiple cancers, heart arhythms, learning, cognitive, and behavioral disorders such as ADHD, degenerative neuron disorders such as Multiple Sclerosis, Alzheimer’s disease, ALS, and exacerbations of epilepsies and diabetes. (...) It is a scientific fact that electromagnetic radiation affects the “pleasure center” in human brains much the same as sex, opium, cocaine, or any other dopamine/endorphin antagonist. This data is clear and repeatable, and provable studies are available on the Internet. Wi-fi and cell phone access in schools needs to be BANNED. Your children are being involuntarily radiated with a known carcinogen, and will soon become sterilized drones and hapless mental eunuchs. Get rid of the wireless revolution, or it will get rid of your futures. (...) The companies who manufacture these devices are the targets to publicly harass, blockade, and boycott. It is fantasy to think governments are going to force any significant changes to infrastructure, and even IF they do, it will take many years. Your children do not deserve to wait for the decisions to come from corrupt government agencies. Citizen efforts should be aimed at the purveyors of these lethal technologies, and these companies should be permanently shut down."

– Paul Von - Tiré des commentaires à cet article




Tiré de http://www.projectcensored.org/14-accumulating-evidence-ongoing-wireless-technology-health-hazards/

Accumulating Evidence of Ongoing Wireless Technology Health Hazards

October 1, 2014

Wireless phones emit radio-frequency electromagnetic fields (RF-EMFs) when in use. In May 2011, after the consideration of laboratory studies, studies of long-term use of wireless phones, and data on the incidence of brain tumors, the World Health Organization (WHO) determined RF-EMFs to be a “possible” human carcinogen. Other studies have shown an association between long-term mobile and cordless phone use with glioma and acoustic neuroma. In October 2013, Powerwatch, a United Kingdom–based watchdog focused on the health risks posed by electromagnetic fields, reported that two new research articles provide further evidence of mobile phone use as a cause of increased brain tumors.

The first paper showed that RF-EMF exposure from mobile (and cordless) phones should be regarded as a class 1 human carcinogen (cancer-causing agent), as defined by the WHO’s cancer research arm. The studies’ authors concluded that current exposure guidelines are in urgent need of revision. (See Lennart Hardell and Michael Carlberg, “Using the Hill Viewpoints from 1965 for Evaluating Strengths of Evidence of the Risk for Brain Tumors Associated with Use of Mobile and Cordless Phones,” Rev. Environmental Health 28, no. 3 [November 2013]: 97–106.)

The second study aimed to assess the relationship between “especially long-term (" target="_blank">10 years) use of wireless phones” and the development of malignant brain tumors. According to the authors, this study “confirmed previous results” of the association between mobile phone use and malignant brain tumors, and supported the hypothesis that RF-EMFs “play a role both in the initiation and promotion stages of carcinogenesis”—in other words, the process by which normal cells are transformed into cancer cells.

Mobile phones are not the only wireless technology that poses health threats. As James F. Tracy reported, the US has seen a virtual media blackout on the radiation dangers of smart meters. In January 2014, Tracy reported that the WHO’s International Agency for Research on Cancer stated that “radio-frequency (RF) electromagnetic fields are possibly carcinogenic to humans based on an increased risk for glioma, a malignant type of brain cancer, associated with wireless cell phone use.”

Smart meters are a central element in the creation of a “smart grid” that President Obama has made a priority. In his article, Tracy wrote that the media blackout is likely intended to keep the public unaware of not only the health dangers associated with smart meters, but also potentially hidden agendas, including the meters’ potential for “social control” through “energy rationing and surveillance.” A “more immediate” motivation, he wrote, is “simply profit and continued media monopoly control of public opinion and discourse.”

Tracy reported on a content analysis of US newspapers between May 31, 2011, the date that the WHO declared RF a class 2B carcinogen, and June 2014. Of the 839 articles on the topic published in that time, less than 10 percent (eighty-two articles) mention both “smart meters” and “carcinogen” or “carcinogenic” in the same report. Of these, sixty-five articles appeared in Canadian, Australian, or UK papers. Meanwhile, corporate news coverage in the US reassured the public that the Federal Communications Commission (FCC) had found smart meters to be within its safety standards, that they impose no danger to one’s health, and that they are “environmental friendly”. “With potential continued revenue growth,” Tracy concluded, the telecommunications industry shows little interest in “raising questions and relaying information that can safeguard public health and allow citizens to ask intelligent questions concerning the health of themselves and their loved ones.”

Sources:

“Two Important New Papers Show Mobile Phone Use Does Cause an Increase in Brain Tumours,” Powerwatch (UK), October 16, 2013, http://www.powerwatch.org.uk/news/20131016-hardell-carlberg-papers.asp.

James F. Tracy, “Health Impacts of RF Radiation: Media Blackout on Smart Meter Danger,” Global Research, January 21, 2014, http://www.globalresearch.ca/health-impacts-of-rf-radiation-us-media-blackout-on-smart-meter-dangers/5365598.




NOTE : Votre enfant souffre du déficit de l'attention et de trouble de comportement et d'apprentissage ? Avant de le mettre sur de la médication qui pourrait davantage nuire à sa santé, pourquoi ne pas l'éloigner des sources de radiofréquences très nocives, surtout pour les enfants ?...

Mobile Phone Use, Blood Lead Levels, and Attention Deficit Hyperactivity Symptoms in Children: A Longitudinal Study (March 21, 2013) http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0059742

Abstract - Background
Concerns have developed for the possible negative health effects of radiofrequency electromagnetic field (RF-EMF) exposure to children’s brains. The purpose of this longitudinal study was to investigate the association between mobile phone use and symptoms of Attention Deficit Hyperactivity Disorder (ADHD) considering the modifying effect of lead exposure.

Methods - A total of 2,422 children at 27 elementary schools in 10 Korean cities were examined and followed up 2 years later. Parents or guardians were administered a questionnaire including the Korean version of the ADHD rating scale and questions about mobile phone use, as well as socio-demographic factors. The ADHD symptom risk for mobile phone use was estimated at two time points using logistic regression and combined over 2 years using the generalized estimating equation model with repeatedly measured variables of mobile phone use, blood lead, and ADHD symptoms, adjusted for covariates.

Results - The ADHD symptom risk associated with mobile phone use for voice calls but the association was limited to children exposed to relatively high lead.

Conclusions - The results suggest that simultaneous exposure to lead and RF from mobile phone use was associated with increased ADHD symptom risk, although possible reverse causality could not be ruled out.

Note de Jean: Non seulement les micro-ondes émises par un téléphone cellulaire ou une tablette intelligente peuvent déclencher des symptômes de déficit d'attention chez certains enfants ayant un taux de plomb trop élevé dans le sang, mais dans le cas de certaines personnes ciblées par la CIA (par exemple) pour divers motifs, les micro-ondes peuvent faire beaucoup plus : la télépathie synthétique! Écoutez 5 minutes de la vidéo suivante (elle démarre automatiquement à la 59e minute), et vous comprendrez mieux ce qui peut être fait avec cela...

Barrie Trower Talks with Victims of Non-Consensual Microwave and EMF Experimentation and Testing
http://youtu.be/09mpvscHiKI?t=59m5s




Tiré de http://www.saferemr.com/2014/12/wireless-radiation-safety-in-2014-year.html

Wireless Radiation Safety in 2014: The Year in Review

December 30, 2014

Two major research studies published this year found that brain cancer risk increased with wireless phone use. Several significant policy-related actions regarding wireless radiation also occurred in 2014.

French researchers found almost a 3-fold increase in brain cancer with 896 or more hours of lifetime cell phone use. Swedish researchers found a 2-fold increase in brain cancer with 1,486 or more hours of cell phone use and a 3-fold risk with 25 or more years of cell and cordless phone use.

These studies add to the evidence of increased brain cancer risk found among heavier cell phone users in the 13-nation Interphone study published in 2010. The International Agency for Research on Cancer (IARC) of the World Health Organization (WHO) relied heavily on the Interphone Study and earlier research by the Swedish researchers to declare radio frequency radiation “possibly carcinogenic to humans” in 2011.

A news report on the Swedish study by Reuters Health stimulated global media coverage—over 260 news articles published in 18 languages in 50 countries— demonstrating worldwide concern about the carcinogenicity of cell phone radiation.

CLIP

The article includes links to the ten most popular wireless radiation news releases distributed this year through PRLog, a press release distribution website, and the ten most popular articles posted on the EMR Safety website. In 2014, the news releases received over 65,000 page views, and the website received 130,000 page views from visitors in more than 100 countries.




Two Incidents of Pilots Fainting In Flight
http://apps.fcc.gov/ecfs/document/view?id=7022127205
Alaska Airlines said an unspecified illness caused one of its pilots to lose consciousness while flying a Boeing 737-700, leading the copilot to declare an emergency. While the aircraft was at cruising altitude, the pilot – with 28 years of experience – stood up, became dizzy, lost consciousness and fell to the floor. There was a similar fainting episode on January 22, also on an Alaska Airlines aircraft. In that case, the copilot briefly lost consciousness in flight. In both cases, the pilots held current medical certificates. There could be several contributing factors. Evidently, all these Alaska Airlines jets are WiFi-enabled. Potential adverse effects from this exposure can include nausea, vertigo and fainting. Was this a contributing factor?

(...) Aviation Health & Safety in the Digital Age Radio-frequency (RF) Exposure from Mobile Devices and In flight WiFi– A New Human Factor?
We are an international group of experts in aviation, medicine, science and engineering. We are raising several key questions as there is evidence of adverse effects on human health and performance from exposure to electro-magnetic radiation, especially radio-frequency/microwave radiation from mobile communication technology. The evidence indicates that adverse effects can occur at levels well below existing safety standards. So the position that the “low level” exposures from WiFi and mobile phones are within government standards (based only on thermal levels) does not dismiss the evidence of biological damage that occurs with non-thermal exposure.

There is some good evidence for harm; there does not seem to be conclusive evidence for safety, and there are potential adverse outcomes with wireless technology that have not been thoroughly investigated. We urge you to require proper testing on flight crews before implementation. Adverse effects can include cardiac symptoms, or a sudden neurological event that could compromise brain function, mental stability and cognitive abilities, even in an otherwise healthy individual with no previous medical history. Even without in flight WiFi, pilots’ exposure is increasing from security screening (often with ionizing X-ray technology), the proliferation of WiFi, and the universal use of increasingly powerful mobile phones and WiFi devices. Our technical experts caution that effects are magnified in the confined metal space of the fuselage. Our medical experts warn of potential cognitive and cardiac impairment, making this a crucial issue in transportation, especially aviation. Sufficient research was not conducted before the global implementation of WiFi-enabled aircraft. Yes, WiFi is everywhere and there are economic benefits and wide consumer appeal, but should this innovation be allowed when there are health and safety concerns?

(...) A Captain for a Canadian commercial air carrier writes, “Having read a lot of research on this topic, and hearing first-hand how other airline employees are reacting to wi-fi, in hotel rooms and elsewhere, I am certain that this form of radiation is having a negative health effect on many of us. The number of airline employees this year, including pilots and flight attendants, who report having difficulty with WiFi seems to be growing. Evidently, there are some pilots off sick with mysterious Parkinson-like symptoms. I can experience ill effects including nausea, shortness of breath, overall body weakness, and when in a sustained WiFi environment, I have difficulty focusing, and have skin reactions. I get these symptoms in hotels, the terminal, my flight planning area and also from cell phones brought onboard the aircraft. I do not experience these symptoms when away from this exposure. I will be unable to continue flying if wi-fi is installed on my aircraft. Safety of the aircraft and the health of those onboard, not entertainment, should be the priority!”

A Partial Summary of Biological Effects

- A 2009 study by researchers in Israel confirmed human subjects exposed to wireless radiation from cell phones had impaired cognitive functions, including slower response times to a spatial working memory task. (Luria, Eliyahu, Hareuveny, Margaliot, Meiran).
- Disruption to normal functioning of neurological, cardiovascular and endocrine systems (Lai, Salford, Becker, Cherry, Hurtado, Johansson, Karasek, Schilowsky)
- Leakage of the brain’s protective blood-brain barrier (Salford, Persson)
- Impaired cognitive functions, including reaction time (Mosgoeller, Scheiner, Lai, Becker, Cherry, Luria, Eliyahu, Hareuveny, Margaliot, Meiran)
- Increased agitation, sleep disruptions and food, chemical and electro-sensitivities (Becker,
Holt, Rea)

(...) EMR/RF Technical Expert Katharina Gustavs:
“Since aircrafts are metal enclosures, any wireless transmitter such as Wi-Fi-enabled laptops and Smart phones, as well as Wi-Fi access points operating on the inside, will cause an exponential increase in RF radiation exposure. Due to reflection and resonance effects and multiple users, (secondhand) exposure levels can increase 1000% in hot spots, which in some instances may even exceed official exposure limits (Hondou 2006).”

Electrical Engineer Lawrence Gust:
“The Wi-Fi base stations placed in the cabin are the least of the problem. The Airbus A319, for example, has a maximum seating capacity of 156 people. The big problem comes when 100 passengers all connect with the aircraft WiFi at the same time.” CLIP




Safe & Smart four your Kids - Reduce wireless radiation
http://youtu.be/GJPTzaNkcUk
This video explores the implications of children using wireless devices such as iPads, at home and at school. The video includes an explanation of SAR values, a real life test of iPads vs iPhones and ARPANSA's practical advice on how to reduce exposure from mobile and other wireless devices. Let's educate children on how to use wireless technologies safely. Protect children from (RF EME) wireless radio frequency microwave electro magnetic radiation (EMR) until long-term exposure is proven harmless. NOTE : Cette excellente vidéo, produite en 2013, est consacrée exclusivement à l'exposition aux radiofréquences émises par divers appareils sans fil modernes, en particulier les tablettes intelligentes comme l’iPad (munies de 5 antennes), et démontre que leur puissance d’émission dépasse souvent le niveau de débit d’absorption spécifique (SAR en anglais) d’un téléphone cellulaire. Même s’il est rare qu'une tablette soit pressée contre le côté de la tête d'un utilisateur de la même manière qu'un cellulaire, elles sont souvent placées sur les genoux, et sont largement utilisées par les enfants, même les tout-petits. Avec les liens établis entre les émissions de micro-ondes et les problèmes d’infertilité, les tablettes peuvent ainsi poser un risque pour la santé plus important que les cellulaires lorsqu’ellew ne sont pas utilisé en mode avion (avec le WiFi éteint). Pour d'autres références sur le sujet, voir le site du groupe britannique Safe Schools Information Technology Alliance - http://ssita.org.uk/

City TV News - Interview with Dr Devra Davis (09/16/2014)
http://youtu.be/Zxtzolj7jFI
Dr Devra Davis is interviewed on the effects of cellular and wifi radiation especially as it is concerned with children on City TV News in Toronto.

Cupertino, We Have A Problem. WiFi & Kids. An open letter to Apple Inc.
http://fearlessparent.org/cupertino-we-have-a-problem-wifi-kids/
Le problème avec le iPad. Une lettre extraordinairement persuasive de fearlessparent.org au président d'Apple. À lire absolument ! Pour en savoir plus sur ce sujet, voir Découvrez la menace du WiFi dans les écoles.

Émissions du iPad et du iPhone
http://youtu.be/vf015rTI9vk
Stéphane Bélainsky mesures les micro-ondes émises par les appareils de Benoit Desjardins. - la suite au http://youtu.be/s5XQcPtLVOc

Il est possible d'utiliser un iPad en Ethernet (avec câble) - Voir ICI aussi.

Outstanding RF EMF science and health talk
http://youtu.be/sNFdZVeXw7M
Dr Erica Mallery-Blythe presented an outstanding talk recently on electromagnetic fields and their possible effects at a meeting of the Physicians' Health Initiative for Radiation and Environment (PHIRE) which she founded. In this talk she discussed the difficulty of assessing exposure accurately, the various known mechanistic effects of electromagnetic fields, and the varied susceptibility of human beings to different exposures of various kind. This is one of the best you'll find anywhere at the moment to learn about some of the possible effects of mobile phones, cordless phones, WiFi and tablets, and it's freely available online. NOTE: for a more in-depth scientific explanations of the causes of EMF health effects see this other lenghty conference presentation done - in English - in Oslo, Norway.

DVD sur l'électrohypersensibilité : Electromagnetic hypersensitivity (EHS): a historical and biophysical perspective
https://maisonsaine.ca/boutique/dvd-conference-ehs-june-2014
Conférences en anglais captées le 6 juin 2014 à la faculté de médecine de l’Université McGill. Conférenciers : Dr. David O. Carpenter (A history of EHS), Paul Héroux PhD (Magnetic Field Cancer Promotion), Dr Dominique Belpomme (EHS Diagnosis and Treatment), Magda Havas PhD (Effects of RFs and Dirty Electricity).

Ondes : Le Comité Economique et Social Européen veut changer la donne - Communiqué de Presse Robin des Toits (09/12/2014)
http://www.robindestoits.org/Ondes-Le-Comite-Economique-et-Social-Europeen-veut-changer-la-donne-Communique-de-Presse-Robin-des-Toits-09-12-2014_a2264.html
Le Comité Economique et Social Européen (CESE / EESC), suite à une audition publique du 4 Novembre dernier réunissant les différentes parties - dont l’association Biosustainable Design (Royaume-Uni) et Robin des Toits qui représentait plusieurs associations Européennes et associations d'Electro-HyperSensibles comme Une Terre pour les EHS, ainsi que le Professeur Johansson du Karolinska Institute -, a proposé à la Commission Européenne certaines modifications législatives. Une première ! Modifier les normes d’exposition du public pour préserver la santé des personnes et protéger l’environnement : appliquer le principe d’exposition minimum (ALARA) : le rayonnement électromagnétique doit être maintenu à un niveau aussi faible qu’il est possible. En effet, le principe de précaution doit s’appliquer dans un contexte où la population, notamment les jeunes et les enfants, est de plus en plus exposée alors que l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a défini ces rayonnements électromagnétiques comme « cancérigènes possibles » (Groupe 2B).

Le Comité Economique et Social Européen propose de promouvoir toutes les techniques alternatives aux antennes, portables, etc., tous dispositifs permettant de protéger la santé et l’environnement qui soient tout aussi efficaces que ceux actuellement utilisés mais présentant moins d’effets négatifs sur le plan sanitaire et environnemental. Le Comité Economique et Social Européen demande à la Commission Européenne de reconnaître l’électro-hypersensibilité comme une pathologie découlant d’un syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques et de prévoir des mesures spécifiques pour protéger les électro-hypersensibles, notamment en créant des zones blanches, mais aussi en procédant à l’étiquetage des produits sans-fil pour alerter le public sur les dangers inhérents à ce type de technologies. A cet effet, il est proposé des campagnes d’information sur les risques d’effets biologiques nocifs à long terme ciblant de manière privilégiée les enfants, les adolescents et les jeunes en âge de procréer. Le DECT (téléphone fixe sans-fil) et le WIFI, que la plupart des gens utilise, sont concernés par cette alerte. L'avis d'initiative définitif du Comité Economique et Social Européen devrait faire date. Il permettra une réelle prise en compte de l'électro-hypersensibilité. Un début pour sortir les victimes du déni officiel ; commencer à les traiter décemment comme des êtres humains à part entière. Cet avis devrait demander à la Commission Européenne de protéger la santé publique des effets nocifs des technologies du sans-fil, notamment les enfants et les plus fragiles.

Voir aussi...

Le Comité Economique et Social Européen recommande de créer des zones blanches pour protéger les hypersensibles aux champs électromagnétiques
http://www.teslabel.be/electrosensibilite-ehs/318-eesc-cese-avant-projet-davis-ten559
Suite à l'audition du 4 novembre 2014, le Comité Economique et Social Européen publie un avant-projet d'avis sur le danger sanitaire de la pollution électromagnétique, et sur l'électrosensibilité, demandant d'admettre enfin que celle-ci est bien la conséquence de l'exposition à cette pollution, et de prévoir des zones blanches. Un rapport qui devrait faire date et rester en travers de la gorge chez certains opérateurs, "experts" et amis politiciens. Le vent tourne et l'on pourrait bientôt voir exploser les procès. Car en Belgique comme ailleurs, la Constitution prévoit expressément le droit de chacun à un environnement sain. Un droit bafoué depuis plus de 10 ans pour les électrosensibles !




Note de Jean: Le mouvement pour la protection des personnes électrosensibles est de mieux en mieux organisé et actif en Europe... Un monde de différence avec ce qui se passe en Amérique du Nord où la situation critique et les droits des personnes électrosensibilisées sont bafoués des millions de fois par jour, niés par les instances officielles et ignorés de tous!!

Tiré de http://www.iemfa.org/wp-content/pdf/EHS-Letter-to-EESC-04.11.2014-DEF.pdf

LETTRE DES ASSOCIATIONS DE DEFENSE DES DROITS DES PERSONNES ELECTROHYPERSENSIBLES DES PAYS DE L'UNION EUROPEENNE AU COMITE ECONOMIQUE ET SOCIAL EUROPEENNE. 04.11.2014

Nous, associations européennes de défense des droits des personnes EHS, regrettons de ne pas pouvoir participer personnellement à cette audience, étant donné que nous n'en avons eu connaissance qu'au dernier moment, et que nous n'avons pas été directement informés par le comité d'organisation.

À TRAVERS CETTE LETTRE NOUS VOUDRIONS EXPRIMER CE QUI SUIT:

Compte tenu du fait qu'au cours des dernières décennies, les champs électromagnétiques non ionisants artificiels ont connu une augmentation exponentielle en raison de l'utilisation généralisée des technologies sans fil, tant sur les lieux de travail que dans les foyers et, en général, dans les espaces publics (antennes-relais de téléphonie mobile, WiMAX, Internet par satellite, Wi-Fi, téléphones sans fil DECT, téléphones mobiles, ...).

Compte tenu du fait que, parallèlement, le nombre de personnes électrohypersensibles ne cesse d'augmenter. En effet, nous sommes des milliers de personnes dans chaque pays de l'Union européenne dans une situation d'impuissance totale quant à la possibilité de garantir notre santé. Des personnes qui cherchons constamment des espaces sans rayonnement électromagnétique artificiel, changeant de domicile et de lieu de résidence constamment car il est de plus en plus difficile de trouver ces espaces.Compte tenu du fait que cette situation amène habituellement les personnes électrohypersensibles à une situation de vie d'une extrême précarité : perte d'emploi (incapacité d'y remédier du fait de nos problèmes de santé), manque d'accès à des ressources essentielles pour assurer notre survie, rupture des liens familiaux et personnels. Pour garder une vie à peu près digne de nombreuses personnes EHS doivent rester isolées afin de se maintenir en bonne santé. Il n'y a pas de profil spécifique chez les personnes EHS, cela touche toute classe sans condition d'âge, de profession, de sexe.

Par conséquent, conformément au Manifeste Européen de soutien à l'initiative européenne (ICE) sur les «rayonnements électromagnétiques" (de juin 2013) [1] dans la section spécifiquement consacrée à l'EHS intitulée « Reconnaissance de l'EHS, protection des EHS et zones de protection des CEM», nous mettons ici en lumière LES REVENDICATIONS ET BESOINS ESSENTIELS:

- Reconnaître officiellement l’existence de ce syndrome “d’électro- hypersensibilité ”comme une maladie environnementale et –tel que la Suède– de reconnaître comme handicap les inadaptations et incapacités fonctionnelles qui en résultent (y compris à la fois l’adaptation des conditions de travail et l'incapacité de travail). Conformément au paragraphe 8.1.4 de la Résolution APCE 1815 (2011) [2] et au paragraphe 28 de la Résolution du Parlement européen P6_TA (2009) 0216 [3].

- Garantir un logement vivable des EHS: création de ZONES BLANCHES dans les villages/villes, à titre de mesure d'urgence pour les personnes à risque plus élevé, et l'octroi d'aides publiques à la protection de leur logement. Conformément au paragraphe 8.1.4 de la Résolution de l'APCE 1815/2011 et en conformité avec la Convention sur les droits des personnes handicapées (2006) [4].

- Les endroits publics comme ZONES BLANCHES, exempts d’exposition aux réseaux sans fil: écoles et crèches, hôpitaux et établissements de santé en général, bâtiments publics et autres (comme les bureaux de poste, les bibliothèques, etc.) guichets de service, centres pour personnes âgées et maisons de retraite, bibliothèques, transport en commun, magasins, ...; en conformité avec les principes généraux de la «Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées» (2006) de la non- discrimination, la participation et la pleine et entière intégration dans la société, l'égalité des chances, accessibilité ...

- Création de protocoles sanitaires de dépistage et d’intervention, déjà entrepris par des institutions comme l'Ordre des médecins en Autriche [5]. Sensibiliser les professionnels de santé à l’existence de ce syndrome et renforcer l’apprentissage relatif aux maladies environnementales.

D'autre part, nous dénonçons la sélection des membres du Comité Scientifique des Risques Sanitaires Émergents et Nouveaux - CSRSEN (abrégé SCENIHR en anglais), ayant des conflits d'intérêt, en soutenant et en nous associant à toutes les lettres envoyées [6] par les associations et les scientifiques concernés aux différents organismes de la Commission européenne dans ce sens. Le SCENHIR est un des principaux acteurs qui à l'échelle européenne écarte par intérêt les enquêtes démontrant des risques pour la santé du fait d'une exposition aux champs électromagnétiques, entravant sérieusement toute possibilité de légiférer à une réglementation basée sur le principe de précaution.

Nous sommes bien conscient(e)s que notre existence même est perçue comme une menace par l'industrie des technologies sans fil, étant donné que l'existence des personnes EHS pourrait supposer l'absence de preuve de l'innocuité des champs électromagnétiques utilisés par ces industries. Par conséquent, nous demandons au Comité Économique et Social de mettre toute son attention afin d'étudier ce problème et d'éviter tout risque de conflit d'intérêt, de faire prévaloir les droits de l'homme et de la santé sur les intérêts commerciaux, avec la contribution d'experts indépendants, et d'écouter et de laisser participer les malades et les associations qui tentent d'alerter sur ce nouveau drame du XXIe siècle.

Compte tenu de ce qui précède, nous, personnes EHS, vous demandons une AIDE D'URGENCE: nous demandons aux institutions européennes une intervention d'urgence afin d'assurer notre droit à la vie, à la santé et à une vie sociale.

Nous prions ce comité de nous tenir informés de ses actions futures, aussi il pourra compter sur nous pour lui apporter des informations qui nous concernent directement.
Merci beaucoup.

Emplis d'espoir et d'impatience.

Signé par 32 organismes européens engagés dans la lutte contre la pollution électromagnétique

Voir la liste des signataires au http://www.iemfa.org/wp-content/pdf/EHS-Letter-to-EESC-04.11.2014-DEF.pdf




Note de Jean: Tout ce qui suit est très édifiant!!... et affolant!!! Des études comparatives entre les taux d'autisme et de cancer des enfants «ordinaires» et des enfants Amish, non vaccinés et non exposés à la pollution des champs électromagnétiques dus à l'électrification (les Amish vivant sans électricité) et à l'électrosmog micro-ondiens (les Amish refusent toutes les technologies sans fil), montrent une spectaculaire différence qui NE PEUT laisser indifférent... Voir aussi cette compilation

De: Steve Weller (steve_g_weller@hotmail.com)
Objet: Recent comment on Baby Monitors
Date: 8 décembre 2014
À: andrew.whitehouse@telethonkids.org.au

Dear Professor Whitehouse,

I saw your feedback on channel 9 news website – "The claims made in this book would be laughable, if they weren't so irresponsible," said Telethon Kids Institute head of autism research Professor Andrew Whitehouse. "This is fear-mongering at best, and unethical at worst."

I have been investigating the scientific research that looks at biological effects of pulsed modulated radio frequencies have on animals, cells and humans (epidemiology and in vitro/in vivo research) for the last 3 years and I am not sure I can fully agree with your statement. Although there is no definitive proof that pulsed RF causes any long term harm, there is significant evidence that RF has biological effects with a serious potential for significant health consequences. One only needs to look at Tobacco, although classified as a Group 1 Carcinogen, yet you will not find a single study that can conclusively prove that cigarette smoke causes cancer. It is my opinion that there are insufficient long term studies available to be making any claims safety and there are at least 4000 peer reviewed scientific papers that show biological effects with potential harmful consequences.

As a FYI, I'm including some interesting research that I have collected over the last 18-24 months (contains study name, shortened version of the abstracts and a URL). They all show biological effects, some could be considered to be potential harmful. A number of studies show that RF can cause memory and cognitive performance impairments as a result of short term exposures. Who knows what the consequences are if the exposures are 24x7 for the rest of your life or even a portion of your life when you are a child whose brain and body is still developing?

I would also like to draw your attention to some interesting facts that I have discovered as part of my own research that you may be interested in reading as some of it at least touches on the field you are involved with, i.e. autism. Below is an extract out of a 23 page paper I am writing to the WHO and ICNIRP for feedback to their draft EHC. I welcome your feedback on the section below.

An example case study looking at the health of Amish communities

Below are some studies performed on Amish communities covering a number of health related issues that are used as a comparison with other modern societies and include:

Allergies

Six authors, scientists from Indiana, Germany, and Switzerland, state: ???The prevalence of allergic sensitization has increased in most developed counties over the past century. In the United States, the third National Health and Nutrition Examination Survey found 54.3% of the study population to have evidence of allergic sensitization. http://www.ageofautism.com/2012/05/dan-olmsted-the-amish-all-over-again.html

It is interesting to note that electrification of our society has occurred over the last 100+ years.

- What it is about growing up on farms -- and Amish farms in particular -- that seems to prevent allergies remains unclear. Amish children raised on rural farms in northern Indiana suffer from asthma and allergies less often even than Swiss farm kids, a group known to be relatively free from allergies, according to a new study. http://www.reuters.com/article/2012/05/04/us-kidsallergies-idUSBRE8431J920120504. The study found that 7% of Amish children had an allergic reaction to a skin prick test compared to 44% of Swiss children.

Autism

Then we have this interesting comparison from these 2 articles Autism In Amish Children - 1 in 10,000 and Autism Rates Rocket - 1 in 38 British Boys - Cambridge Study.

UNE IMAGE VAUT MILLE MOTS! Voir ce tableau montrant l'explosion mondiale des cas d'autisme.

Cancer

What about cancer rates in the Amish community and how do they compare to cancer rates in the rest of the population?  “A geneticist at the Ohio University set out to answer that question. In fact, the Amish cancer rate was 40% lower than the rest of the population in Ohio. Tobacco-related cancer was strikingly lower in the Amish, around 63% lower than the rest of the population. This is due to their clean lifestyle that discourages tobacco and alcohol use.  But, Westman says that other types of cancer were significantly lower as well in the Amish population.”

- Taken from http://facingcancertogether.witf.org/healthy-lifestyle/the-amish-and-cancer-clean-living-can-lead-to-a-healthier-life-22312

Electrification of our environment

Nearly all of the articles mentioned above are looking at whether the Amish have some sort of genetic protection. Although lifestyle choices are definitely a major contributing factor, I suspect the answer is far simpler than this. One thing stands out very clearly as to be a potential cause for many disease states experienced by mainstream populations that are absent or very low in Amish communities and that is manmade EMR (Electromagnetic Radiation). Electrification of our environment through electrical power, powered devices and motors, high voltage power lines, transformers, WiFi, 3G/4G, mobile/cordless phones, dirty electricity, baby monitors etc. It should come as no surprise that effects of EMR from ELF frequencies (50/60Hz) all the way up to ultra-high frequencies used by wireless communication devices (mobile phones, WiFi, smart meters) have been linked by independent researchers to neurological and immunological disorders. EMF's are also possibly both cancer initiators and promoters and are classified as a Group 2B carcinogen by the IARC.

It is very likely that the most of the non ionising spectrum can cause pathological effects as many studies have shown that oxidative stress can occur even from exposure to visible light frequencies (Liebel F. et al. 2012) all the way down to ELF frequencies. When one looks at the effect a free radical has on a cell it demonstrates very similar effect characteristics as ionising radiation to DNA and other cellular components.

Oxidative Stress

“Oxidative stress reflects an imbalance between the systemic manifestation of reactive oxygen species and a biological system's ability to readily detoxify the reactive intermediates or to repair the resulting damage. Disturbances in the normal redox state of cells can cause toxic effects through the production of peroxides and free radicals that damage all components of the cell, including proteins, lipids, and DNA. Furthermore, some reactive oxidative species act as cellular messengers in redox signalling. Thus, oxidative stress can cause disruptions in normal mechanisms of cellular signalling.

DNA damage caused by oxidative stress is very similar to DNA damage induced by ionizing radiation, and these lesions have been implicated in aging and cancer. Under the severe levels of oxidative stress that cause necrosis, the damage causes ATP depletion, preventing controlled apoptotic death and causing the cell to simply fall apart. Oxidative stress is suspected to be important in neurodegenerative diseases including Lou Gehrig's disease (aka MND or ALS), Parkinson's disease, Alzheimer's disease, Huntington's disease, and Multiple sclerosis.”

There are also possible associations with ADHD and Autism. Patients with ADHD appear to have normal levels of antioxidant production, but their response to oxidative stress is insufficient, leading to oxidative damage (Joseph N. et al. Nov 2013).

Unfortunately, the problem we are faced with is that there is insufficient research being conducted to look at these possible associations. We assume that RF is safe because our RF Standards and Guidelines are designed to provide a high level of protection. However when one actually looks at the standards they do not fully consider athermal effects or chronic exposures and are full of uncertainties. The reality we are faced with is the RF standards are designed to protect against thermal damage (shock and burns) from acute short term exposures only.

If you are able to share with me any research in the area of radio frequencies and autism that you have conducted it would be very much appreciate.

Yours sincerely,

Steve Weller

B.Sc. Monash




From: EMF Refugee (emfrefugee@gmail.com)
Sent: November 20, 2014
Subject: The Microwave Factor's Recommended EMF Articles/Papers (December 2005 - May 2012)

I have been going through my blog -- which is just about 10 years old now -- and posting either highly relevant/pertinent articles or papers and/or extremely well-written ones to the front page of my blog. Check it out. I should have the rest also up in the not-too-distant future. If you think I missed any, please to not hesitate to let me know.

Regards,

Paul Doyon

Recommended EMF Articles

American Academy of Environmental Medicine calls for a halt to wireless smart meters

Are Electromagnetic Waves the Culprit?

Attack of the Cell Phone Zombies

BAN mobiles from schools: New Ofsted chief gets tough over classroom discipline and schools could be penalised for failing to tackle disruption

Bees, Birds, and Mankind

Biological Effects of Dirty Electricity

Cell Phone Games

Cell Phones Shown to Negatively Influence Fetal Brains

Cell phone use can affect moral judgement center in brain: a buried study says

Cell phone use in pregnancy may cause behavioral disorders in offspring

Cell towers killing sparrows, bees, says MoEF study

Cellphones replace smokes as the addiction of choice

EM field, behind right ear, suspends morality

EMFs and Lyme Disease: An Interview with Dr. Klinghardt

Effects of exposure to a mobile phone on sexual behavior in adult male rabbit: an observational study

Eileen O'Conner's Story

Electromagnetic Fields (EMF) Killing Fields

Electromagnetic intolerance elucidated

Electronic Smog Linked to Respiratory Disease

Electropollution and the Decline in Health of a Nation

Generation X-Ray

Generation X'd Out

Harvard lawyers learn institutional corruption within the wireless industry

Hello: Microbes Proliferate in the Presence of EMFs

Honey, Someone Shrunk the Microvilli!

How Corporations Corrupt Science at the Public's Expense

Illusion & Escape: The Cell Phone Disease Quagmire

Is Your Cell Phone Funding Human Rights Abuses?

Is Your Cell Phone Making You a Jerk?

It Just Makes Sense – The Link Between Wireless Technology and the Rise in Autism

It's Official: Cell Phones Are Killing the Bees

Marcelo Paganini Interviews Art Kab about the EMR-CFS Connection

Mobile Telecommunications in Kempten-West Blood levels alarmingly altered

More Evidence that Microwaves Are Killing the Bees

No, Your Patient Is Not Crazy

Research on Transfer Factors in Disease Treatment and Prevention

Sensitive and Inside Big Technology: Views from the Other Side (Part One)

Study looks at impact of cell phone base station on body's adrenergic system

The Economist—and the Truth About Microwave Radiation Emitted from Wireless Technologies

The Hidden Dangers of Cell Phone Radiation

The Radiation Poisoning of America

UW Scientist Henry Lai Makes Waves in the Cell Phone Industry

WHY OUR WORLD IS ELECTROPOLLUTED

Waldorf says no to Wi-Fi

Warning: High Frequency

Warning: Your Cell Phone May Be Hazardous to Your Health

Wifi, EMFs : Electrosensitivity (ES, EHS) physiologically explained at last

Wireless Interference: The Health Risks of RF-EMFs

Wireless Mind, Gullible Mind

Note de Jean: Chacun des liens ci-dessus mérite sans doute le détour. À titre d'exemple, voici le contenu d'un seul de ces articles touchant un aspect primordial hélas négligé dans les milliards investis en recherche médicale pour tenter de trouver comment traiter l'explosion de maladies nouvelles apparues depuis une trentaine d'années aux États-Unis et dans les autres grands pays industrialisés – et fortement électropollués ! Comme l'auteur l'explique, les 7000 milliards de cellules du corps humain dépendent pour leur bon fonctionnement d'un environment naturel non perturbé par la pollution électromagnétique qui a pour effet de détraquer les communications électriques entre les cellules et l'ensemble du métabolisme physique. Ce texte date de 2011 mais il est d'actualité plus que jamais surtout qu'en conclusion il évoque ce qui était alors le déploiement imminent du 'Smart Grid' avec les dizaines de millions de compteurs 'intelligents' (smart meters) nécessaires à son fonctionnement – une expérience terriblement dangereuse faite complètement à l'aveuglette puisqu'aucune étude d'impacts n'a jamais été réalisée pour en déterminer les conséquences sur la santé de la population.

Tiré de http://www.justproveit.net/content/electropollution-and-decline-health-nation

Electropollution and the Decline in Health of a Nation

The biggest health threat to the US is electropollution. The explosion of iPhones, Blackberries, WiFi, WiMax, video game consoles and even remote-control toys has fundamentally changed our electrical environment. You can’t see it, you can’t taste it, you can’t touch it; but the air all around us is increasingly filled with electromagnetic radiation (EMR) that is penetrating our bodies and disrupting our body chemistry – perhaps forever.

Every moment of every day, invisible fields of electrons are striking our bodies like tiny darts, triggering dozens of bio-chemical reactions, which undermine our health and stealthily lay the groundwork for disease.

How does this happen? As Nobel-prize nominee, Dr. Robert Becker described in “The Body Electric,” our brains; our hearts and every one of the seven trillion cells in our bodies operate on electrical impulses. These minuscule electrical fields can easily be disrupted by the electropollution around us, especially when frequency wavelength is in the brainwave region (0-33 hertz), or matches up with and resonates with electrically-charged particles like ions and chemicals or organs of the body. Becker also found that healing only takes place if the current at the point of injury is negatively charged. When it turns positive, the healing process shuts down. So, even our ability to heal is fundamentally dependent upon electrical fields and thus subject to interference from ambient EMR. In the 1960s NASA found that astronauts would lose up to 50% of their bone mass in just weeks without the presence of the earth’s natural electromagnetic field. Later an artificial version of the earth’s electromagnetic field was added to the spacecraft, which reduced the problem.

Human life could not exist without the presence of natural electromagnetic fields. But what about the explosion of artificial magnetic fields around us, how are these burgeoning signals affecting us? Since the early 1960s, there has been an ongoing debate between scientists, government, industry and the military as to the health impacts on humans from electromagnetic radiation. In fact more than 16,000 studies have tackled the issue. Now, more than 6000 studies connect wireless and other EMR with more than 122 biological effects. Another 10,000 fail to find the connection. US regulators and policy-makers are using these numbers as a rationale to continue to approve the deployment of unproven technologies. They typically claim that there is no consensus in the science. Despite the science showing a better than 1 in 3 chance (38%) that wireless technologies are causing bio-effects, these regulators and policy-makers are betting that these ‘untested’ technologies won’t make us sick. But how do they know?

The US government is neither tracking the health effects of these newly adopted technologies nor has it funded a single non-classified study on the biological effects of wireless technologies since the late 1990’s. During that time twelve new ubiquitous technologies have been rolled-out, including public WiFi, 3rd generation (3G) cell phones, 3G Cellular networks, Bluetooth, WiMax, DECT cordless phones, 4G cell phones and broad deployments of GPS in cars, phones and devices. Meanwhile the fourteen international scientists, who produced the BioInitiative Report (www.bioinitiative.org) document more than two thousand, mostly independent studies, which connect wireless and other EMR with the following: DNA damage, brain cancer, Alzheimer’s, breast cancer, children’s cancers (leukemia), immune system dysfunction, cardiac symptoms, alteration of melatonin production, inflammation and electromagnetic sensitivity. The 630 page report also links numerous modern age symptoms such as headaches, sleep disturbances, concentration issues, fuzzy thinking, joint and muscle pain and memory loss to wireless.

As science is often crippled by abstract experiments with unproven simplifying assumptions, a better way to judge and validate scientific findings may be to look at the key health trends:

Beginning in the 1980’s at the advent of the ‘wireless revolution’ a profound change in our national health began to quietly unfold. It began with the emergence of a bevy of previously-unknown auto-immune diseases like chronic fatigue (CFS), lupus, environmental illness (EI) and fibromyalgia. Soon an explosion in neurological disorders began with Lou Gehrig’s disease (ALS), Multiple Sclerosis (MS), Parkinson’s and Alzheimer’s all showing a dramatic increase. Next, the incidence of certain cancers began to suddenly rise such as melanoma, testicular, lymphoma, breast and prostate cancers. Then, in the 1990s, ailments like diabetes, attention deficit disorder (ADD/ ADHD) and Autism began to explode.

In the past fifteen years sleep disturbances and mood disorders have sky-rocketed. In the 1970s only about 4% suffered from sleep issues. It is now closer to 60%. Meanwhile more than 18 million Americans are clinically diagnosed as depressed. Depression in children is growing at 23%. It should be no surprise that the top selling pharmaceutical drugs are for pain, depression, and sleep.

What has happened to our health?

It might surprise you to know that the 1950s, when there were few health clubs; the American diet was loaded with fat; vitamin supplements were rare; executives downed three martinis at lunch and everyone smoked like a smokestack, may have been the healthiest decade ever. Expectations for getting cancer were only 1 in 6; it is now 1 in 2 for men. Alzheimer’s, Multiple Sclerosis and most modern autoimmune diseases were unheard of. Neurological disorders like Parkinson’s and ALS were rare. Diabetes was only beginning to emerge and heart disease for young people was unusual.

In the previous three decades, we had extended the average life expectancy from 55 to 72 years – a 31% gain. Well here’s the good news: we now live to 80 – 8 more years. But more than half of that eight year gain is spent in a nursing home, suffering from either dementia, or Alzheimer’s.

What has happened to our health?

Despite the many advances in medicine during the 20th century, the US and other industrialized nations have been experiencing explosions in disease and pervasive ill-health. While many scientists and the pharmaceutical industry are rushing to find drugs to manage the symptoms of these illnesses, almost no progress has been made to find root causes. Theories abound on the causes and underlying factors for the big six diseases: cancer, heart disease, diabetes, neurological disorders (Alzheimer’s et al), autoimmune disorders and allergies (asthma). But none are conclusive.

We’ve gotten really good at managing symptoms the past two decades but no one can explain the spontaneous explosion of the six major disease groups with no obvious connection that began in the 1980’s. Almost everyone agrees that these diseases are closely associated with environmental, and/or lifestyle choices. We hear incessantly about the importance of diet and exercise; the impacts from smoking; and exposures to chemicals and other toxins in our environment. But are these the lead causes, or simply supporting actors in the emerging health drama?

Millions are spent each year on research, attacking the possible causation of the big six diseases. Most of this research is approached from either a purely biological or chemical angle. Sometimes there is an interdisciplinary approach, involving experts in biology and chemistry. Yet the human organism is clearly much more than simply the sum of body parts, operating in a bio-chemical paradigm. The missing factor is the role of electrical energy and the tiny electromagnetic fields that are triggering our heart, our brain, our endocrine system and constantly transmitting messages to every cell in our body. As few scientists are trained across biology, chemistry and electricity, we are left in the dark as to the interrelationship of all three key factors. More importantly we are blinded by continuing to ignore the pivotal role of electrical disturbances transmitted from our environment that is setting off a chain of bio-chemical events that are leading to an epidemic of disease.

Is electropollution the unifying factor in the exploding diseases that are making us all so sick?


New Evidence

In the past several months, there have been two potentially landmark events that shed new light on the science, linking EMR from wireless technologies to broad health impacts, dozens of biological effects and virtually all of the currently exploding diseases.

In July 2010, a previously unrecognized collection of nearly 5000 studies linking low-level wireless signals to bioeffects was discovered by noted scientist, Magda Havas, PhD of Trent University in Ontario, Canada. More than 2300 of these studies, concerned with radio-frequency and microwave radiation, were compiled by Dr. Zorach Glaser, PhD, an officer in the US Navy at the request of the Naval Medical Research Institute. Many of these studies were previously classified and others originated in Eastern Block nations such as the USSR, Poland and Czechoslovakia and have only recently been translated. Here is a sampling from Dr. Glaser’s report on the 122 biological phenomena (effects) and clinical manifestations attributed to microwave and radio-frequency radiation:

This treasure trove of “lost” science that was compiled at the request of the US Navy opens the door for a real renaissance in research for scientists, who are examining the link between wireless technologies and impacts to our health. But will it be enough to awaken the US government to this call to action?

Meanwhile in a spectacular announcement that got very little coverage in August 2010, noted epidemiologist, Samuel Milham, MD makes the link between the growth of electrification and the incidence of four of the big six diseases. In "Dirty Electricity: Electrification and the Diseases of Civilization." Dr. Milham connects dirty electricity with heart disease, cancer, diabetes, neurological disorders like ALS and suicide.

Dirty electricity refers to unusable electrical energy, which is caused by the interference of electronics on the power lines within your home, office or public building. It is virtually everywhere. Dirty electricity is created by fluorescent lights, dimmer switches, cell phone chargers, plasma TVs, laptop computers and the dramatic increase of electronics all around us. Seven studies have shown that what is considered electrical noise on power lines is also biologically-active. (Havas, Milham, Morgan et al). These studies, many of which were performed in schools, shows that this electrical noise may be causing, or worsening health conditions such as Attention Deficit Disorder (ADD), chronic fatigue, diabetes (glucose rise) and asthma.

Eerily four of the diseases most associated with inflammation – cancer, heart disease, diabetes and neurological disorders are directly linked to dirty electricity. Both Dr. Zorach Glaser’s bibliography and the BioInitiative Report (www.bioinitiative.org) separately connect electrical fields from wireless technologies with inflammation.

If the inflammation connection can be confirmed, then we may have solved the most important health issue of our time. If wireless technologies cause inflammation and inflammation leads to:

- Cancer
- Heart disease
- Autoimmune disease
- Diabetes
- Neurological disorders like Alzheimer’s, Parkinson’s, ALS and MS
- Attention Deficit Disorder

as TIME Magazine proposes in “The Fires Within,” then the mystery of these diseases, which have been exploding since the advent of the wireless revolution in the 1980’s may be finally solved!

Meanwhile a nationwide roll-out of the smart grid, super WiFi and 4G cellular networks is about to begin. With these three powerful and ‘untested’ wireless technologies poised to be deployed, the time has never been better to pause and ask the question:

Are we willing to take the bet that these wireless technologies won’t make us sick?

And what will we tell our children, if we are wrong?

- Alex Richards




Note de Jean : Voici les liens envoyés dans les plus récents envois de Klaus Rudolph BI-CI Omega qui vous abonnera à sa liste d'envoi sur simple demande.

How Wi-Fi and Other Electromagnetic Fields Cause Biological Harm

DECT Baby Monitors may be Dangerous

The hidden dangers of 'text neck': Experts say leaning over mobile phones is damaging our spines

The Connection Between Air Pollution and Cell Phones You Have Never Heard About

EMF induced hyperactivity in mice

'Cellphones fry young brains'

Influence of High-frequency Electromagnetic Radiation at Non-thermal Intensities on the Human Body

Electrosmog as the new health and environmental pollutant

Multifocal Breast Cancer in Young Women with Prolonged Contact between Their Breasts and Their Cellular Phones

Toxicological mechanisms involved in Electro-Magnetic Sensitivity

The Influence of Radiofrequency Electromagnetic Radiation on the Platelet Aggregation

Risk of brain tumors from cell and cordless phones

Hamburg Stops Wi-Fi in Schools

December 2014: Science Update

Thornton residents fight to keep new electric substation away from their homes

WHO consultation on Radio Frequency fields

State of Arizona radiation sickness victims give testimony

Whoever was behind Freiburg Appeal? Worldwide petition directed at WHO/IARC regarding wireless radiation

Nigeria's communications commission set to cut down cancer causing elements

Parents are afraid to send their children to school

Electromagnetic Radiation, Health and Children

Cell Phones cause Cancer

Wireless Radiation Safety in 2014: The Year in Review

Courriers adressés au Commissaire Européenne de la Santé

Cell Phone Radiation Very High in Kochi, Thiruvananthapuram

Our love affair with wireless technology is making us sick

RF impacts on eyes

A Melanoma Trend Forecast from 2002, what happened then?

Bad luck, bad journalism and cancer rates

Microwave Health Issues

EESC calling for action on behalf of EHS sufferers

Are 45 Million Americans Already Suffering the Effects of Wireless Radiation?

Public outcry over approval of phone mast by park

Phone mast refused amid consultation concerns

Increased Thrombo-Embolic Disease Risk by Domestic Electromagnetic Field Exposure

Study Suggests Wi-Fi Exposure More Dangerous To Kids Than Previously Thought

EMF exposure may have potential harmful effects on the cardiovascular system

We must recognize wireless and health problems linked

EHS as disability: a common action

Mobile Phone Devices Are Safe?