Bulletin #54 : La précaution a meilleur goût




6 novembre 2014

Bonjour

Voici ce qui sera assurément mon dernier bulletin avant un bon moment – essentiellement parce que je serai accaparé par mon boulot de traducteur ces prochains mois. Je vous laisse donc le plaisir d'ici mon 55e bulletin d'explorer celui-ci, qui est le résultat d'un mois de compilation (il contient prs de 41,000 mots et 273 liens). Entretemps, placez un signet sur http://www.cqlpe.ca/#DR pour suivre les plus récents développements que je continuerai à mettre en lien à cet endroit, comme je le fais régulièrement depuis longtemps, même si je m'attends à ce qu'il y ait de moins en moins de choses à rapporter dans le dossier de la lutte contre la désastreuse technologie biocidaire d'Hydro-Québec.

Quant au titre de ce bulletin « La précaution a meilleur goût », je l'ai choisi pour souligner le fait que chaque client d'Hydro-Québec a maintenant la possibilité d'appliquer pour lui-même et sa famille, à un coût abordable, le principe de précaution que la Régie de l'énergie s'est avérée incapable d'appliquer dans sa décision prise en 2012 d'autoriser le déploiement des compteurs 'intelligents' dans la région de Montréal – ce qui marquait le franchissement du point de non-retour (pour quelques années en tout cas) dans cette fuite en avant, sans la MOINDRE étude scientifique indépendante démontrant l'inocuité de l'ensemble du réseau maillé sur la santé de la population, qui se retrouve donc, dans les faits, à se porter involontairement volontaire comme cobayes dans une gigantesque expérience d'exposition chronique aux rayonnements pulsés des micro-ondes cancérogènes, génotoxiques et neurotoxiques (on ne le répètera jamais assez) de ces engins potentiellement mortels... une véritable attaque électroterroriste à microcopiques doses inlassablement répétées, dont les conséquences seront vraisemblablement catastrophiques pour l'ensemble des populations exposées dans le monde au déluge de pollution électromagnétique soutenue et encouragée par la plupart des gouvernements, aveuglés comme toujours par les seules considérations économiques.

Voici en conclusion une citation très éclairante à ce sujet...

En 2011, le Conseil européen, dans sa Résolution 1815 : Le danger potentiel des champs électromagnétiques et leur effet sur l'environnement, a noté ce qui suit : « Le principe de précaution devrait s’appliquer lorsque l’évaluation scientifique ne permet pas de déterminer le risque avec suffisamment de certitude. D’autant que, compte tenu de l’exposition croissante des populations – notamment des groupes les plus vulnérables comme les jeunes et les enfants –, le coût économique et humain de l’inaction pourrait être très élevé si les avertissements précoces étaient négligés. » La résolution poursuit plus loin en recommandant « de privilégier pour les enfants en général, et plus particulièrement dans les écoles et salles de classe, des systèmes d’accès à l’internet par connexion filaire et de réglementer de façon stricte l’utilisation du portable par les élèves dans l’enceinte de l’école. » Plusieurs soi-disant « rapports d'experts officiels » ont été présentés. Ceux-ci concluent qu'il n'y a aucune raison de s'inquiéter. Cela me rend très inquiet. Cela voudrait dire que les milliers d'études publiées sur des effets secondaires très graves des champs de rayonnement électromagnétique – dans des revues scientifiques pleinement accrédités – doivent alors tous se tromper. Cela peut-il être vrai ?

(...) Je suis extrêmement préoccupé par le fait que la recherche examinant les faits de maniére critique reçoit désormais rarement des subventions. Comme les soi-disant «experts» prétendent qu'il n'y a absolument aucun risque, il est raisonnable de s'attendre à ce que cette prétention résiste à l'examen des faits. Dans la recherche, toutes les routes mènent à Rome – et dans ce cas, tous les chercheurs en arriveront-ils donc finalement, y compris les «lanceurs d'alerte», à conclure qu'il est sans danger de vivre toute sa vie, 24 heures par jour, le corps entièrement exposé à ces rayonnements, où que l'on soit ? D'ici à ce que la communauté scientifique trouve la vérité, nous devons être alertes et vigilants. Nous sommes exposés à un rayonnement un million de milliards (1,000,000,000,000,000) de fois (ou davantage !) plus fort que le niveau de rayonnement de fond naturel. Et les résultats publiés dans la littérature biomédicale sont, dans de nombreux cas, extrêmement effrayants. Il est évident que les abeilles et les fourmis l'ont bien compris et s'enfuient lorsqu'elles y sont exposées. Mais pourquoi, nous les humains, ne faisons-nous pas la même chose ? Pourquoi ne faisons-nous que rester sur place à en parler ? Les enfants sont la plus importante ressource de chaque génération. Nous partageons tous la responsabilité de protéger les enfants. Nous avons aussi une responsabilité égale envers toutes les fourmis, les abeilles et les plants de tomates – maintenant et dans l'avenir. Personne ne peut renoncer à sa responsabilité personnelle. On ne peut se référer à divers rapports officiels ou mettre en place de soi-disant « remparts », et croire que cela va nous affranchir de toute responsabilité morale et éthique actuelle ou future. Ce ne sera jamais le cas ! Chaque homme et chaque femme doit défendre la vie. Si nous ne le faisons pas, les conséquences peuvent être désastreuses. »

– Dr. Olle Johansson - Traduit et tiré de Experts and doctors warn: Pregnant women and children should not be exposed to wireless radiation

À bon entendeur, salut!

Jean Hudon
Co-fondateur et webmestre
Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique
http://www.cqlpe.ca

Merci de faire circuler ce bulletin à vos contacts ou à tout le moins de leur recommander de prendre connaissance de sa copie archivée au http://www.cqlpe.ca/Bulletins/Numero54.htm

ABONNEMENT GRATUIT À CE BULLETIN : Si vous recevez une copie de ce bulletin, et aimeriez vous y abonner, il suffit d'envoyer un courriel à info@cqlpe.ca en inscrivant 'Abonnez-moi au bulletin' comme sujet de votre courriel. Si vous ne désirez plus y être abonné-e, il suffit de le demander à la même adresse de courriel.

Vous pouvez consulter ICI les précédents bulletins.

PS. En passant, si vous êtes intéressé-e par l'avenir de ce monde, je vous recommande de prendre le temps de lire le court manifeste Révolution citoyenne pour respecter les limites de la planète et de l'être humain et de participer à une rencontre qui aura lieu ce samedi 8 novembre à Montréal pour en discuter avec son auteur, M. Jean Ouimet, ancien chef du Parti Vert du Québec et voir comment donner forme à la vision articulée dans ce manifeste. Voir la lettre d'invitation à cette rencontre tout au bas de ce bulletin.




QUELQUES CITATIONS ET INFORMATIONS IMPORTANTES

« Je veux vous communiquer une nouvelle très encourageante. J'observe depuis quelques jours une très forte hausse des consultations de la page Option de retrait du site Refusons les Compteurs. Aujourd'hui il y a eu 3276 visiteurs seulement pour cette page où nous donnons les info pour réclamer le retrait. Cela dénote, j'ose du moins le penser, une mobilisation de ceux qui ont eu les compteurs installés et qui veulent les faire enlever. Nous devons donc prendre au sérieux le mot d'ordre d'activer les troupes sur le terrain pour informer les gens avant que les 90 jours afin que le plus grand nombre possible de clients puissent se prévaloir du rabais à 15$ pour les frais d'installation et nous avons jusqu'au 5 janvier 2015 pour ce faire. Quoi qu'on en pense, le temps des fêtes est très propice pour la distribution de tracts et le bouche à oreille; les centres d'achat sont plein de monde et les compteurs sont toujours un bon sujet de discussion de famille... C'est vraiment notre chance de faire reculer ce projet insensé, compteur par compteur tout en encourageant ceux qui ont encore les anciens compteurs à roulette à tout faire pour les garder le plus longtemps possible.
La victoire est proche! »

– Marie-Michelle Poisson - Courriel envoyé le 29 octobre aux responsables de groupes Refuse. Note de Jean : Selon les données statistiques diffusées avec ce courriel par Mme Poisson, au 24 octobre 2014 le site Refusons les compteurs avait reçu plus de 338 000 visites en tout depuis sa création en 2012 et il en reCEVAIT autour de 4000 par jour à la fin d'octobre. Remarquable! Une hausse significative du nombre de visiteurs est également observée depuis quelques semaines pour les sites cqlpe.ca (moyenne de 328/jour ce en octobre, avec 56 231 visiteurs différents à date cette année pour 199 170 pages vues – et un total de près de 118 666 visiteurs différents et 190 869 visites en tout depuis novembre 2011) et jegardemoncompteur.com (moyenne de 94/jour pour le mois d'octobre, avec 22 175 visiteurs différents à date cette année pour 57 856 pages vues – et un total de près de 24 009 visiteurs différents et 32 514 visites en tout depuis décembre 2013).


« Que diriez-vous si je vous offrais une voiture avec une très belle carrosserie, en vous disant qu'elle est conçue pour durer 15 ans, qu'elle arrose son conducteur d'essence à chaque fois qu'il pèse sur le gaz, qu'elle a une fuite de gaz carbonique qui arrive dans le ventilateur, qui n'a pas de freins et qui consomme 20% plus d'essence, en échange de votre voiture actuelle qui a fait ses preuves, qui est conçue pour durer 60 ans, dont la mécanique fonctionne encore très bien et qui ne vous coûte rien du tout à l'utilisation autre que les frais de base? Vous m'enverriez chez le bonhomme.... Ben, c'est ça que fait Hydro-Québec avec ses clients. Et en plus, ils utilisent un langage infantilisant en essayant de nous faire croire qu'on a un choix qu'on peut faire... Ben oui ! Accepter leur cochonnerie électropolluante ou bien payer pour ne pas se faire polluer... »

– Jocelyne Breton - Extrait d'un commentaire publié ICI le 25 octobre en réaction à cet article et disponible en entier plus bas dans ce bulletin.


« Moi je demande dès lundi à Hydro-Québec de venir désinstaller leur compteur intelligent. Je suis MALADE depuis le mois d’août : étourdissements, maux de tête au réveil, douleurs au cuir chevelu, douleurs au cou, acouphènes, insomnie avec réveil en plein milieu de la nuit et ce, à toutes les nuits. J’ai tout essayé pensant que c’était le stress, les nerfs mais non. J’allume enfin quand un ami me demande si j’ai le nouveau compteur intelligent d’installé. Il ne savait pas à ce moment là que j’avais ces malaises. Il m’explique comment ces micro-ondes forment une belle toile au-dessus de nous et nous empoisonne la vie. Je suis travailleuse autonome et il m’a fallu annuler plusieurs clients. Maintenant je sais que c'est ce compteur qui perturbe mon système entier. Je m’inquiète pour mon petit fils. Dans quelle sorte de société vivons-nous? Depuis quand l’efficacité et le profit passent avant la santé des gens? Il est grand temps qu’on reprenne notre pouvoir. J'ai maintenant vraiment peur pour nos enfants au Québec quand on voit comment le gouvernement, et des sociétés, qui sont sensées être des organismes qui s'occupent de notre bien-être, nous berner de cette façon. Et en plus on doit en payer les conséquences de notre santé ET payer la facture. »

– Carolle D.


« Mon compteur a été installé en août 2013. Depuis environ 1 an je souffre de nausées continuellement. Je suis aussi beaucoup plus fatiguée et il y a les maux de tête qui s'en suivent. Je dirais que le plus incommodant, c'est la fatigue continuelle. J'ai aussi eu des acouphènes dans une oreille à quelques reprises, comme un bruit de flash qui bloque mon oreille. Je ne sais pas si tout ça est lié à mon compteur, mais d'avoir trouvé de l'information sur ça m'a mis la puce à l'oreille sur la provenance de mes nouveaux symptômes. C'est épeurant. Je ne me sens pas bien. J'aimerais pouvoir être loin de cela pour voir si mes symptômes diminueraient. »

– Catherine F.


« Une amie de Ste-Agathe n'a pas répondu à une employée d'Hydro-Québec qui sonnait à la porte. Croyant qu'il n'y avait personne à la maison, elle s'est introduite dans sa demeure par une fenêtre de la véranda (non verrouillée), en enjambant tout le stock entreposé pour atteindre le compteur électromécanique s'y trouvant. Quand cette amie, entendant le bruit, s'est manifestée, l'employée est repartie devant son refus. La Sûreté du Québec a été contactée pour porter plainte, mais le policier a refusé de prendre la plainte pour entrée illégale. La cliente a téléphoné à Hydro pour dénoncer ce viol de domicile, et l'on s'est contenté d'affirmer que l'employée serait avertie de ne pas recommencer. »

– Anonyme


« À mon humble avis, Hydro-Québec va s'enfoncer dans le pire gouffre financier de toute son histoire avec ce projet. Les énormes coûts de remplacement au bout d'à peine 15 ans, alors que nos compteurs actuels fiables et durables durent plus de 40 ans, et les inévitables dérapages informatiques ne sont que 2 exemples de dépassements de coûts anticipables qu'Hydro-Québec tente de dissimuler. Ajoutez les coûts en frais de santé pour tous les gens que cette technologie va rendre malades, comme c'est arrivé ailleurs, et les pertes de productivité consécutives, et vous avez là un recette idéale pour un désastre annoncé. Avant d'aller plus loin dans cette galère, il faut absolument des études d'impacts poussées pour savoir vraiment dans quoi on s'embarquerait!  »

– Tiré de http://www.cqlpe.ca/CitationsImages.htm




VOUS AVEZ LE DROIT DE REFUSER !

Si vous avez encore un compteur à roulette, refusez l'installation. Si vous avez déjà un compteur Itron à affichage numérique, demandez qu'il soit retiré. Un grand nombre de citoyens ont réussi à garder leur bon vieux compteur électromécanique (à roulette) en informant les installateurs de leur refus, en ne se laissant pas intimider par des menaces, et en n'ouvrant pas leur porte lorsque leur compteur est à l'intérieur du domicile. Plusieurs citoyens n'ont pas hésité à barricader leur compteur à roulette afin de s'assurer de le garder. AUCUNS FRAIS supplémentaires n'ont été facturés aux citoyens qui ont fait respecter leur liberté de choix.

Les compteurs intelligents sont mortels pour nos enfants
http://youtu.be/pe1WyMBBDBY
Conférence très instructive à St-Damien de Denis Robillard, technicien en environnement électromagnétique et de Jacques Blais, citoyen qui refuse les compteurs intelligents sans preuve irréfutable de leur innocuité sur la santé humaine.

Ondes: Le Wifi par la lumière
http://youtu.be/PKKK7YlrxwU




Note de Jean: Une grosse lutte se déroule à St-Fulgence contre une tour pour le cellulaire érigée par Vidéotron tout près d'une école et d'un centre de la petite enfance sans la moindre consultation avec la population malgré les nouvelles règles du fédéral - un simple avis public a été publié dans un hebdo local en février dernier mais il est complètement passé inaperçu, alors que selon ce qu'oblige maintenant la politique canadienne sur l'emplacement des pylônes d'antennes, « Désormais, les entreprises devront consulter la collectivité au sujet de toute nouvelle installation de pylône commercial, peu importe sa hauteur; (...) faire en sorte que les résidants soient bien informés des consultations à venir en leur envoyant des communications clairement étiquetées ». Fait à noter : les règles établies par Industrie Canada sont une totale foutaise. En vertu de ces règles archi-cosmétiques, dont le seul but est de permettre la multiplication à l'infini du nombre d'antennes (il y a déjà plus de 13,000 emplacements d'antennes selon le 4e paragraphe ICI, chacun équipé de nombreuses antennes) que l'industrie des télécommunications peut déployer, la population et les municipalités n'ont aucun pouvoir réel pour stopper l'implantation de ces antennes, ni pour en limiter la puissance. Et bien évidemment, le tout s'appui sur la prétendument «stricte» norme du Code 6, si laxiste que ça en serait risible si ça n'entraînait pas une infâme torture électromagnétique de centaines de milliers de citoyens électrosensibilisés, dont des milliers connaîtront une mort prématurée après des années de souffrances épouvantables. Voici ce que l'on peut lire à ce sujet dans Les faits au sujet des pylônes « LES SCIENTIFIQUES S'ENTENDENT POUR DIRE QUE L'ÉNERIE (sic!!) RADIOFRÉQUENCE ÉMISE PAR LES PYLÔNES DE TÉLÉPHONE CELLULAIRE EST TROP FAIBLE POUR AVOIR DES EFFETS NUISIBLES SUR LES HUMAINS. » Joseph Goebbels n'aurait pas fait mieux!

Quoi qu'il en soit, de nombreux parents d'élèves soumis à cette pollution potentiellement cancérogène sont bien résolus à faire disparaître cette horrible et dangereuse tour de leur cour d'école primaire. Voir Une tour cellulaire qui dérange et surtout https://www.facebook.com/groups/villageresponsable. Les nombreux opposants recueillent présentement des signatures pour forcer la tenue d'un référendum municipal sur la question en plus d'avoir visité des centaines de maison pour faire signer une pétition. Le pire dans tout cela, c'est que non seulement les antennes de cette nouvelle tour émettent déjà, mais surtout que le service de cellulaire était déjà disponible, semble-t-il, à St-Fulgence. De fait, cette nouvelle tour sert surtout à desservir le secteur du rang St-Martin en face de St-Fulgence, sur l'autre rive du Saguenay... Suite à une réunion houleuse du Conseil municipal le 3 novembre, le regroupement citoyen Village responsable a émis un communiqué de presse dénonçant le refus de la municipalité de soutenir les 325 citoyens opposés à cette tour et affirmant leur volonté de continuer la lutte pour obtenir gain de cause.




Ce qui suit est archivé au bas de http://www.cqlpe.ca/QueChoisir.htm

IMPORTANTE PRÉCISION !

Tel qu'indiqué ICI sur le site d'Hydro-Québec...

Les frais liés à l’option de retrait ont récemment été révisés par la Régie de l’énergie. Si je me suis déjà prévalu de l’option de retrait, ai-je droit à un crédit ?

La révision des frais liés à l’option de retrait est entrée en vigueur le 3 octobre 2014. La Régie prévoit un crédit rétroactif relativement aux frais initiaux d’installation et aux frais mensuels de relève. Ainsi, Hydro-Québec appliquera au compte des clients qui ont choisi l’option de retrait un crédit correspondant à la différence entre le montant qu’ils ont payé et celui qu’ils auraient payé si les frais prévus dans la décision de la Régie leur avaient été facturés. Tous les clients qui ont déjà un compteur de nouvelle génération ou qui ont reçu un avis d’installation peuvent choisir l’option de retrait et acquitter des frais initiaux d’installation de 15$. Ils devront en faire la demande dans les 90 jours suivant la date d’entrée en vigueur des nouvelles dispositions des Conditions de service d’électricité et des Tarifs et conditions du Distributeur, soit entre le 3 octobre 2014 et le 3 janvier 2015. Si l’avis d’installation est daté d’avant le 3 octobre 2014, le client bénéficie d’un délai de 90 jours. Si l’avis d’installation est daté d’après le 3 octobre 2014, il dispose de 30 jours pour faire sa demande et acquitter des frais de 15$. Après ce délai, les frais d’installation seront de 85$.

Note de Jean: Remarquez l'erreur ci-dessus où ils indiquent que la période de 90 jours va du 3 octobre 2014 au 3 janvier 2015. Si l'on compte 90 jours à partir du 3 octobre, ça se termine en fait le 1er janvier... Pas fort!!

Voir aussi...

Baisse des frais pour le droit de retrait - Que Choisir ? - OYEZ! OYEZ! OYEZ! —- ACTIONS IMMÉDIATES À PRENDRE (à noter qu'à ce dernier lien, la date limite du 23 décembre est également erronée)

Soulignons donc que si la date indiquée sur l'avis d'installation est le 3 octobre ou après, les gens disposent de 30 jours seulement pour profiter du rabais de 15$. Si la date est antérieure au 3 octobre, ils ont jusqu'au 1er janvier prochain. Le coût annuel de la relève sera de 60$ (5$ x 12 mois), l'équivalent d'un gros plein d'essence... une bagatelle pour que les citoyens appliquent eux-mêmes le principe de précaution que la Régie a refusé d'appliquer...

Ce n'est rien pour s'éviter l'équivalent élctromagnétique du supplice de la goutte d'eau avec un compteur émettant un mitraillage continuel avec une densité de puissance pouvant théoriquement atteindre plusieurs millions de microwatts (voir la preuve au bas d'ICI) si l'on se colle dessus - comparativement à un téléphone cellulaire poussant à une force théorique approximative d'environ 10 microwatts par centimètre carré si on le tient à une pouce de la tête, tel qu'indiqué ICI où l'on retrouve ce tableau comparatif montrant la densité de puissance reçue par la tête si l'on tient un cellulaire à un pouce de sa tête, soit seulement 0.02 par centimètre carré comme moyenne sur une période de 24 heures, alors que l'on reçoit 0.4 si l'on se tient à 3 pieds d'un compteur intelligent.

Il y est également précisé que based upon testing performed by one of the smart grid industry’s most respected testing companies, one can say that: "You can stand in front of a smart meter and get the same amount of radiation as you would get from a ‘hands-free’ cell phone call, minute for minute, during the call." et que it has been demonstrated that the RF field strength values for a smart meter averaged over a period of 24 hours can well exceed the localized exposure received from intermittent cell phone use for that same 24 hour period. ET plus loin... It is quite another to allow an infant child to sleep in a crib or live in a room (for an indefinite period of time) located a few feet from a wireless smart meter. Put another way, the pulsed and chronic RF emissions exposure from forced smart meter installations can not be fairly compared to an individual’s voluntary and intermittent use of a cell phone. Such a comparison represents deceptive industry spin.

Bref et en gros, passer du temps (la nuit quand on dort, par exemple) à proximité d'un compteur intelligent (situé par exemple à un endroit sur le mur extérieur correspondant à la tête de lit dans sa chambre ou dans celle d'un enfant), c'est recevoir un niveau d'exposition supérieur à celui que l'on aurait si on utilisait durant la même période un téléphone cellulaire situé à un pouce de sa tête. Comme le nombre de cancers du cerveau dans le monde ne cesse d'augmenter (les tumeurs se situant toujours du côté où les gens ont l'habitude de tenir leur cellulaire) et que les émetteurs de ces dangereux compteurs sont identiques à ceux des cellulaires, mais plus puissants, chacun a tout intérêt à appliquer le principe de précaution et à ne pas lésiner avec le petit 5$ par mois demandé pour s'éviter de tomber malade, ou pire, de se faire voler de nombreuses années de sa vie par une compagnie qui ne pense qu'à son seul profit.




QUELQUES OBSERVATIONS COMPLÉMENTAIRES UTILES

Les conditions de service d'Hydro-Québec ne sont PAS une loi, et enfreindre ce contrat implicite (non signé) du simple fait que nous utilisons et leur payons l'électricité consommée n'est donc pas 'illégal' en ce sens qu'il n'y a pas de recours 'légaux' qu'Hydro puisse exercer en cas de refus par un client de laisser le remplacement du compteur s'effectuer sans encombre. Leur seul recours est celui défini dans leurs conditions de service, soit la coupure de courant (tel qu'expliqué dans Que Choisir ?), ce qu'aucun client opposé au remplacement de son compteur électromécanique n'a encore subi, et ce qui est peu probable pour les raisons mentionnées récemment par une opposante, soit...

« Pourquoi HQ ne divulgue pas les sanctions qu'elle entend prendre contre les clients récalcitrants?

HQ nie toute opposition; imposer des sanctions serait déjà admettre qu'il y a opposition et résistance. HQ serait obligé d'imposer la même sanction à tous les clients récalcitrants et en conséquence, HQ devrait aussi rendre public le nombre de clients dans cette situation et ils sont nombreux... De plus, un grand nombre de récalcitrants ne peuvent être accusés hors de tout doute; comment prouver que si HQ n'a pas eu accès à tel sous-sol ou tel garage, comment prouver l'intention "malveillante" du client si celui-ci n'a jamais signifié son refus de manière officielle? Plusieurs clients qui sont en situation d'opposition tacite sont en zone grise et HQ devra prouver leur faute avant de les sanctionner... Mais ce que HQ veut surtout éviter, c'est la mauvaise publicité. Si HQ impose enfin des sanctions comme aux USA, ce sera l'équivalent de mettre le feu aux poudres... »

Signalons aussi qu'au sens strict, lorsque la plupart des clients d'Hydro-Québec (sauf ceux qui se sont fait imposer un compteur numérique Itron C1SR) ont commencé à avoir une relation contractuelle implicite avec Hydro en acceptant l'électricité livrée et en payant leurs factures mensuelles, c'était sur la base d'une mesure de cette consommation à l'aide d'un appareil totalement sécuritaire (le compteur à roulette) sur lequel ne plane pas le moindre doute...

1) quant à son innocuité pour la santé humaine, puisque aucun client n'a jamais rapporté avoir éprouvé de symptômes d'électrosensibilité avec un compteur à roulette;

2) quant au risque (inexistant) de déclencher un incendie pouvant détruire une résidence et tuer ses occupants comme cela est déjà arrivé à plusieurs reprises;

3) quant à la justesse de la facturation qui en résulte – aucune plainte pour surfacturation ni hausse inexpliquée et inexplicable de la consommation mesurée, et aucune perte de l'avantage d'une pleine utilisation du quota de 30 kilowatts de consommation quotidienne au tarif le plus bas rendue possible par la facturation mensuelle, ce que ne permet pas le système de relève à distance 6 fois par jour, puisque Hydro peut alors le savoir chaque fois que cette consommation excède le 30 kilowatts quotidien alloué au tarif le plus bas;

4) quant à la possibilité qu'Hydro-Québec institue la tarification différenciée dans le temps, une fois le déploiement de ces nouveaux compteurs terminé, ce qui entraînerait une hausse de 15 à 20% de la facture mensuelle en raison des tarifs plus élevés aux heures de plus forte consommation électrique – comme pour les clients de Hydro One en Ontario et tous les autres clients dans le monde subissant ce type de tarification pour laquelle ces compteurs sont justement conçus;

5) quant à la possibilité qu'une surveillance continuelle soit exercée, avec stockage permanent des données détaillées permettant de dresser le tableau des habitudes de vie d'un ménage (la surveillance nécessite normalement l'émission d'un mandat par un juge à la police s'il y a un doute raisonnable qu'une activité illicite a lieu, et c'est donc illégal sans mandat, et une intrusion dans la vie privée des gens qui enfreint la notion établie depuis 2 siècles en jurisprudence selon laquelle le domicile d'une personne est son refuge et son sanctuaire inviolable contre l'exercice d'un pouvoir abusif par l'État; et

6) quant à la possibilité que ces mêmes données soient détournées par piratage informatique (par un malfaiteur ou par une agence de renseignement comme la NSA américaine qui dispose déjà d'une backdoor dans le système d'exploitation de la plupart des ordinateurs personnels pour en épier le contenu, voire en prendre le contrôle à distance).

Hydro-Québec a rompu cette entente tacite en modifiant unilatéralement, sans consulter ses clients ni chercher à obtenir leur consentement, le contrat virtuel la liant à ces derniers. Ceux-ci ont donc toute la légitimité morale et légal nécessaire lorsqu'ils insistent pour refuser de se faire imposer cette méthode de relève risquée, controversée et inéquitable à tous égards, et qu'ils refusent également de se plier à l'option de retrait dont les frais exigés vont à l'encontre du principe du pollueur-payeur – car ces nouveaux compteurs et le système de routeurs les soutenant engendrent une forte pollution électromagnétique ambiante qui malgré son invisibilité n'en est pas moins potentiellement mortelle par les cancers et les nombreux autres problèmes de santé qu'elle finit par déclencher au fil du temps chez un fort pourcentage de la population subissant la pollution secondaire résultant du fonctionnement perpétuel du réseau cellulaire maillé que requiert cette méthode de relève.




Note de Jean: À une dame qui me disait voulir envoyer une mise en demeure à Hydro pour se faire réinstaller un compteur électromécanique à la place du compteur Itron C1SR installé depuis quelque temps, j'ai répondu:

Je vous signale que pour le moment Hydro ne va pas vous réinstaller un compteur électromécanique. La mise en demeure n'aura donc aucun effet. Toutefois, en 2018 quand le déploiement sera terminé et qu'il y aura, espérons-le, plusieurs dizaines ou centaines de milliers de clients qui auront résisté avec succès en conservant leur compteur électromécanique, il est tout probable qu'Hydro devra accepter ce fait accompli et demandera à la régie le droit de charger un frais - sans doute de 5$ comme pour les non communicants - pour leur relève. Peut-être la régie les obligera-t-elle alors à accorder la possibilité aux autres clients le désirant d'avoir aussi un compteur électromécanique. C'est ce qui est arrivé en Californie où les gens ont le droit entre un compteur intelligent et un compteur 'analog' autrement dit électromécanique - voir ICI

Même chose à BC Hydro (plus de 68,000 clients avaient protégé leur électromécanique à la fin du déploiement) où ils ont 3 choix - voir:

https://www.bchydro.com/search.html?site=bchydro-com&client=bchydro-com&proxystylesheet=bchydro-com&output=xml_no_dtd&q=smart+meter+opt+out

https://www.bchydro.com/content/dam/BCHydro/customer-portal/documents/projects/smart-metering/meters-at-a-glance.pdf

Mais ça coûte un bras! $35/mois pour les électromécaniques et $20/ pour les non communicants (plus $100 d'installation) tel qu'indiqué à http://www.bchydro.com/news/press_centre/news_releases/2014/bcuc-approves-meter-choices-fees.html une vraie arnaque!

et à cause de ces frais outranciers, il ne reste plus de 19,000 clients qui ont conservé leur électromécanique et seulement 460 ont choisi le non communicant sur les 68,000 qui avaient résisté.

On est bien chanceux qu'ici ils n'exigent plus que 5$/mois et $15 d'installation - ou $85 (en espérant que ça n'augmentera pas dans l'avenir), une aubaine...

Quand on se compare, on se console...




Les compteurs intelligents d'Hydro-Québec font tranquillement leur apparition en Outaouais. Plus de 115 000 abonnés de la région ont reçu une lettre, au cours des dernières semaines, les informant des changements à venir. Des résidents s'inquiètent des risques de cette nouvelle technologie sur leur santé.

« Les gens à qui j'ai parlé sont furieux et ne veulent pas de compteur intelligent. C'est mauvais pour notre santé », peste Shirley Taylor, l'instigatrice d'une pétition dans le secteur de Saint-Pierre-de-Wakefield. Près de 100 citoyens ont signé la pétition qui a été remise au maire de Val-des-Monts, la semaine dernière. Ils demandent que Val-des-Monts emboîte le pas des quelques dizaines de municipalités ayant adopté un moratoire sur l'installation de compteurs intelligents.

En guise de protestation, Mme Taylor a cadenassé son compteur afin d'empêcher qu'un appareil de nouvelle génération soit installé. La société d'État reconnaît que la situation a été vécue ailleurs au Québec, mais qu'il s'agit de cas d'exception.

De son côté, le maire Jacques Laurin dit prendre la demande des citoyens au sérieux, mais souhaite obtenir plus d'informations avant que le conseil puisse prendre une décision. « Pour le moment, on sait que Santé Canada ne s'oppose pas aux compteurs intelligents. On veut trouver d'autres infos sur le sujet. Le conseil va regarder ça la semaine prochaine et on va voir la direction qu'on prend », indique-t-il.

Préoccupations

Depuis l'annonce de l'arrivée de compteurs intelligents, plusieurs groupes d'opposition ont vu le jour à travers le Québec. Les militants se préoccupent des effets sur la santé engendrés par les compteurs de nouvelle génération. Des questions quant à la santé, la facturation, la sécurité et la vie privée sont soulevées depuis l'installation de ce type de compteur.

« Les effets sont énormes sur la santé, avance Mme Taylor. Il y a plein de cas de gens malades. On dirait que nos dirigeants ne font rien, mais c'est une atteinte à notre santé. »

Afin d'aider les citoyens à faire un choix éclairé, un citoyen de Gatineau organise une rencontre d'informations dimanche prochain à la Cabane en bois rond, de 13 h à 17 h. Deux porte-parole de l'organisme Canadiens pour une technologie sécuritaire viendront parler de leur situation. Les deux femmes sont électrosensibles et ont lancé un mouvement de protestation à Laval. « Hydro-Québec dit qu'il n'y a pas de danger sur la santé et minimise les symptômes sur les gens qui sont électrosensibles. Les deux conférencières viendront témoigner de leur situation et les gens en apprendront plus sur les conséquences des compteurs intelligents », explique Sylvain Campeau, l'organisateur de la rencontre.

CLIP

Voir aussi...

Frais moins élevés pour les droits de retraits (16 octobre 2014) http://www.lapresse.ca/le-droit/actualites/sante/201410/16/01-4809705-frais-moins-eleves-pour-les-droits-de-retraits.php
Les abonnés d'Hydro-Québec peuvent refuser l'installation d'un compteur intelligent et opter pour un compteur non communiquant moyennant des frais. Selon les données divulguées par la société d'État, le taux de refus est de 0,5% dans la région du Grand Gatineau. Dans la lettre envoyée aux clients, on indique que les frais initiaux d'installation pour le compteur non communicant sont de 15$ en plus des frais mensuels de 5$ si la demande est faite dans les 30 jours suivant la réception de l'avis. La Régie de l'énergie a procédé à la révision des frais le 3 octobre dernier. Les clients ayant eu des factures plus élevées pourront recevoir un crédit rétroactif. Hydro-Québec appliquera au compte des clients qui ont choisi l'option de retrait un crédit correspondant à la différence entre le montant qu'ils ont payé et celui qu'ils auraient payé si les frais prévus dans la décision de la Régie leur avaient été facturés. Une nouvelle qui réjouit bien peu Shirley Taylor, l'instigatrice d'une pétition dans le secteur de Saint-Pierre-de-Wakefield. «On ne se bat pas contre les frais, on se bat contre les compteurs. On n'en veut pas sur nos maisons», mentionne-t-elle. (...) Jusqu'à maintenant, plus de 20000 compteurs ont été changés dans la région. L'installation des nouveaux compteurs s'échelonnera sur une période d'un an et on compte plus de 205000 clients en Outaouais.




Compteur électrique intelligent: quand le hacking mène au black-out général (17 octobre 2014)
http://www.01net.com/editorial/628914/compteur-electrique-intelligent-quand-le-hacking-mene-au-black-out-general/
Éteindre l’électricité chez son voisin, envoyer des faux rapports de consommation, provoquer une panne générale… Certains compteurs intelligents sont facilement piratables, comme viennent de le montrer deux chercheurs en sécurité. - La belle promesse des « smarts cities » - ou villes intelligentes - ne serait-elle qu’une illusion? A l’occasion de la conférence Black Hat Europe 2014, deux hackers espagnols ont montré que l’interconnexion des infrastructures urbaines cachent aussi d’énormes risques. Javier Vazquez Vidal et Alberto Garcia Illera ont, en effet, décortiqué l’un des nombreux compteurs électriques intelligents déployés dans leur pays natal, histoire de voir son niveau de sécurité. À première vue, l’engin semble solide. Les communications entrantes et sortantes sont toutes chiffrées en AES 128 bits. Et quand on essaye de regarder sous le capot, un dispositif de protection le bloque automatiquement, nécessitant l’intervention d’un technicien. Donc tout va bien ? Grosse erreur ! Les deux compères se sont plongés dans les entrailles électroniques de l’appareil pendant plusieurs mois et ont analysé son fonctionnement par rétro-ingénierie. Ce qu’ils ont découvert n’est pas très glorieux. Ainsi, le mode bloqué peut être contourné sans grande difficulté, car il est possible de modifier directement certaines parties du firmware. La clé de chiffrement AES est stockée dans le processeur et peut être lue au moment de la mise en route. Et en plus, il s’avère que cette clé est la même pour tous les appareils !

Mais ce n’est pas tout. Une fois que l’on a le contrôle d’un appareil, il est possible de détourner ses fonctionnalités. Par exemple: envoyer des faux rapports de consommation pour diminuer sa note d’électricité. Comme les compteurs fonctionnent en réseau, on peut également couper l’électricité chez son voisin. Il suffit d’envoyer la bonne commande. Autre possibilité: faire passer son compteur pour celui de quelqu’un d’autres en changeant l’identifiant (spoofing). On peut aussi rajouter des fonctionnalités, en modifiant le firmware, ou simplement siphonner les données des autres compteurs pour se constituer une petite base de données. Ça peut toujours servir. « Théoriquement, on peut même imaginer la création d’un ver qui infecte les compteurs de proche en proche puis génère un black-out général dans une quartier ou une ville », souligne Javier Vidal. On est plus très loin du scénario catastrophe. Les deux hackers ont pris contact, de manière indirecte, avec le fabricant du compteur intelligent, pour l’informer des vulnérabilités trouvés. Pour l’instant, il n’y a que peu de réaction. Compte tenu de la très mauvaise conception de l’appareil, ils estiment que le tir ne sera pas facile à corriger.

Smart meters can be hacked to cut power bills (16 October 2014) http://www.bbc.com/news/technology-29643276#story_continues_1
Smart meters widely used in Spain can be hacked to under-report energy use, security researchers have found. Poorly protected credentials inside the devices could let attackers take control over the gadgets, warn the researchers.

(...) Using the keys and the unique identifier associated with each meter it became possible for the researchers to spoof messages being sent from the power-watching device to a utility company."We can fool the nodes and send them false data," said Mr Vidal. Attackers could use what Mr Vidal and Mr Illera found to under-report energy use or to get someone else to pay their bill by using their ID in messages sent back to the nodes that log usage. With more work it might be possible to find a way to seek out meters and cut off the power they are supplying, they said. The Spanish utility firm deploying the meters, which the researchers declined to name, had been told about the work and was working to close loopholes, said Mr Vidal. Millions of the smart meters are set to be installed in Spain before 2018, he added.

Security investigator Greg Jones who carried out similar work on smart meters being rolled out in the UK, said he was "not surprised" about the Spanish researchers' findings. Mr Jones's work uncovered shared IDs, poor protection against tampering and data formats that would be easy to fake. "I'm pretty sure that anyone who picked up one of these units would find similar problems," he said. Although many different researchers had found the security on smart meters wanting, so far, he said, this work had not prompted a big improvement in the way the gadgets worked. Some meters were being installed in their millions across nations, he said, despite security holes having been found in them.

(...) The research, analysis and development required to carry out such an attack was "non-trivial", said Mr Aziz and would probably take many months. "The threshold to acquire this sophisticated cyber-weapon is much bigger than you need to make credit-card stealing malware," he said. The Spanish researchers took about six months to reverse engineer the smart meter and work out how the power network handled communication. Despite this hurdle, Mr Aziz said that an attack on critical infrastructure was bound to happen. "We have a lot of brutal, non-state entities popping up all around the world and they are getting more organised on a daily basis," he said. "That capability is getting to be within the reach of them."

BBC: Smart meters open to hack attack
http://www.takebackyourpower.net/news/2014/10/19/bbc-smart-meters-open-hack-attack/
Commentaire de Josh del Sol: "As it is beginning to appear that the power grid is knowingly being made vulnerable, anyone who’s half-awake can rightfully wonder if it’s being intended that such a vulnerable grid is going to play a central part in some significant event to be blamed on terrorists. From our perspective it is time to put an end to the problem-reaction-solution charade and hold liable those who are deploying “smart” meter technology — which both directly and indirectly causes harm on what may be an unprecedented scale." Voir aussi son excellent bulletin du 20 octobre http://www.takebackyourpower.net/news/2014/10/20/blog-update-3/ The world is waking up to wireless harm:

Is the Stuxnet virus a significant threat to smart grid networks? (September 11, 2013)
http://www.emfacts.com/2013/09/is-the-stuxnet-virus-a-significant-threat-to-smart-grid-networks/
(...) The worrying thing is that this virus is now out in the wild and can attack pretty much any computer-controlled equipment, which presumably includes wireless smart meters. According to Symantec (best known for its Norton Antivirus product) this virus has now spread to many countries including European states and the USA. CLIP

Smart Meter Companies Admit: We’re Spying On You (June 13, 2014)
http://www.offthegridnews.com/2014/06/13/smart-meter-companies-admit-were-spying-on-you/
Smart meters are spying devices. Not breaking news? Likely not for those of us who have researched the issue for quite a long while, but an admission by those who make the devices is rather shocking.That is exactly what has happened, as SmartGridNews, a website supported by the high-tech meter industry, acknowledged that smart meters are gathering private information on homeowners. Smart meters utilize wireless technology and instantly tell power companies how much electricity a home is using, and even can report on the power usage by individual appliances, as Smart Grid News said. Smart meters also can literally control newer household appliances that have the capability to communicate with the device. “One of the next areas of value comes from taking smart meter data and ‘disaggregating’ it to tell us exactly how customers are using electricity,” reads a new story on the website. “Do external devices already do this? Sure. Just as progress in the smart phone world reduced the need for external devices (cameras, alarm clocks, radios, pedometers, navigation systems, etc.) the ability to get accurate, appliance level feedback, without the need to invest in external hardware, is the next step in the world of smart meters.” The Stop Smart Meters website states that fire dangers are also a problem associated with smart meters. Fire calls after smart meter installations reportedly include the shorting-out of electronics of all varieties and the burning-out of appliances. Cyber hacking of smart meters to possibly overload and garner control of significant portions of the power grid is also an often-voiced worry about the smart power initiative. In Connecticut, 30 percent of customers in a pilot program had higher bills after smart meters were installed.

(...) Smart grid opponents have long opposed the gathering of their personal usage information.Former CIA Director David Petraeus once stated that WiFi-connected devices, such as appliances commonly found inside many homes, will “transform the art of spying.” Petraeus also said that spies will be capable of monitoring Americans without going inside the home or perhaps even acquiring a warrant. He went on to state that remote control radio frequency identification devices, “energy harvesters,” sensor networks, and small embedded severs all connected to an Internet network will be all that is necessary for clandestine intelligence gathering. (...) Data disaggregation basically means the automatic collection of personal energy habits of the homes attached to smart meters. The more customers know that is the case, the more they will oppose smart meters.




Note de Jean : Ça bouge au Saguenay avec l'invasion prochaine des installateurs de Capgemini. Après avoir donné une conférence à L'Anse-Saint-Jean au Bas-Saguenay (voir ICI l'invitation postée aux 690 maisons du village) le 27 octobre, j'en ai également donné une le 29 octobre à Chicoutimi (voir l'article ci-dessous). Le groupe Saguenay Refuse est en voie de formation et possède déjà sa page Facebook. La résistance s'organise et les gens qui le désirent peuvent se procurer une cabane fabriquée par un des opposants de Chicoutimi et conçue pour barricader son compteur électromécanique. Pour en obtenir une, téléphonez à Raymond au 418-696-0016.

Conférence sur les compteurs 'intelligents' (28 octobre 2014)
http://www.courrierdusaguenay.com/Opinion/Tribune-libre/2014-10-28/article-3919737/Conference-sur-les-compteurs-intelligent/1
CONFÉRENCE. Le Co-fondateur et webmestre de la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique, Jean Hudon, donnera une conférence gratuite demain, mercredi à 19 h, à l'Auditorium de l'école secondaire l'Odyssée Lafontaine à Chicoutimi. Il est important que les gens puissent disposer de quelques jours avant le 5 novembre pour obtenir un minimum d'informations sur les divers risques (de santé, d'incendie, de surfacturation abusive, de surveillance électronique non autorisée) auxquels ils vont s'exposer s'ils acceptent le nouveau compteur 'intelligent' sur la foi des informations trompeuses diffusées par Hydro-Québec. En effet après cette date, il en coûtera 85 $ au lieu de 15 $ en frais d'installation pour obtenir un compteur non communiquant sécuritaire, permettant ainsi aux citoyens qui le désirent d'appliquer eux-mêmes le principe de précaution - à peu de frais puisque le coût de relève n'est plus que 5 $ par mois ensuite, au lieu de 17 $ comme avant le 24 septembre - et s'assurer ainsi d'éviter les nombreux problèmes rapportés par des clients exposés, souvent à leur insu au début, aux puissantes émissions pulsées continuelles des compteurs 'intelligents' électropolluants.

Tiré de http://www.journaldequebec.com/2014/10/20/compteurs-electriques-barricades

Compteurs électriques barricadés

JEAN-FRANÇOIS DESBIENS - 20 OCTOBRE 2014

Plusieurs voisins et amis de Lyane Desgagné et de son conjoint, qui craignent également l’arrivée des nouveaux compteurs intelligents, se sont déplacés pour appuyer leur l’initiative. Ces derniers ont barricadé l’appareil d’Hydro-Québec en le transformant en cabane à oiseaux.

Des citoyens de Chicoutimi-Nord, qui refusent systématiquement qu’Hydro-Québec remplace leur vieux compteur à roulettes par un compteur «intelligent», ont décidé de les barricader en faisant preuve d’imagination.

Lyane Desgagné et son conjoint, qui demeurent sur la rue Boischatel, ont transformé leur compteur en cabane à oiseaux et apposé, juste en dessous, un avis menaçant de poursuite la société d’État s’il est enlevé.
Le couple ajoute qu’il est dans son droit de conserver son compteur analogue sans frais additionnels et qu’Hydro-Québec a déjà été informée de sa position.

«D’autres personnes ont fait la même chose ailleurs en utilisant de l’aluminium par exemple, affirme Mme Desgagné. Nous, ça tannait mon conjoint au niveau sécurité et on a décidé d’utiliser du bois. On suit une tendance qui s’installe partout au Québec, parce que les compteurs intelligents, ça nous préoccupe grandement. On n’est pas des cobayes!»

Compteurs neurotoxiques

La dame, qui dit avoir une formation de naturopathe, craint notamment pour sa santé et celle de sa famille.
«Selon de nombreux experts scientifiques et des milliers d’études, ces compteurs sont neurotoxiques, affirme Mme Desgagné, et l’OMS les a même déclarés comme potentiellement cancérigènes. On remarque que les gens, après l’installation, deviennent très malades. Ça va de la nausée aux maux de tête, en passant par la fatigue extrême et même la paralysie. J’en ai rencontré personnellement. Ce sont des gens qui devaient sortir de leur maison et ne savaient plus où demeurer.»

Toujours selon elle, l’installation de ces compteurs en Ontario s’est terminée par une augmentation de 15 à 20 % de la facture d’électricité des clients.

Pertes d’emplois

Lyane Desgagné déplore également les pertes d’emplois directs, les risques d’incendie qui ont un impact sur les assurances selon elle, et le fait qu’il s’agit d’une intrusion dans la vie privée à son avis. «C’est carrément de l’espionnage, lance-t-elle. Les nouveaux électroménagers sont dotés de puces électroniques et ils seront en mesure de déterminer quel appareil on utilise et ce qu’on fait. Vont-ils vendre ces informations sur nous? Ils ne sont pas capables de nous prouver que ce n’est pas dangereux.»

La résistance s’organise contre les compteurs « intelligents » qu’Hydro-Québec prévoit déployer bientôt dans la région et des moyens astucieux sont mis de l’avant.

ET LA RÉACTION D'HYDRO NE S'EST PAS FAIT ATTENDRE...

Les récalcitrants devront céder prévient Hydro-Québec (21 OCTOBRE 2014)
http://www.journaldequebec.com/2014/10/21/les-recalcitrants-devront-ceder-previent-hydro-quebec
La société d'État se dit en droit, en dernier recours, d'interrompre le service d'électricité. Hydro-Québec prévient les citoyens de Chicoutimi-Nord qui ont transformé en cabane à oiseaux leur vieux compteur électrique, pour éviter qu’il soit remplacé par un compteur «intelligent», qu’ils n’auront finalement pas le choix de céder. S’ils persistent à s’opposer, la société d’État se dit en droit, en dernier recours, d’interrompre le service d’électricité. «Il n’y a personne au Québec qui va garder son compteur électromécanique installé à sa résidence, affirme le porte-parole d’Hydro-Québec, Patrice Lavoie. Les compteurs nous appartiennent et on se conforme à une décision de la Régie de l’énergie. Ce n’est pas un choix, c’est une nécessité et il n’y a pas d’autre option.» Qualifiant la situation d’exceptionnelle, M. Lavoie a indiqué que les employés d’Hydro-Québec ne toucheront pas au bois installé autour du compteur s’il est toujours présent lorsqu’il devra être changé. «On va expliquer au client qu’il n’a pas de choix. S’il est vraiment récalcitrant et qu’il n’est pas possible de s’entendre, on serait même en droit d’aller jusqu’à une interruption de service. On n’est pas rendu là, parce qu’on continue de croire que le déploiement va fonctionner.» Seulement deux options - Les clients n’ont que deux choix, insiste M. Lavoie: se faire installer le compteur «intelligent», qui transmet des données de consommation automatiquement par radiofréquence, ou un autre compteur électronique dit non communicant qui leur coûtera des frais. Quant aux effets qui seraient nocifs sur la santé, le porte-parole d’Hydro-Québec le nie catégoriquement.

Note de Jean: À noter qu'Hydro se paye également de la publicité - voir ICI - à grands frais dans les journaux pour endormir la population... Voici le savoureux commentaire en-plein-dans-la-gueule laissé (et approuvé pour le Journal de Québec) en réaction à cette prise de position d'Hydro-Pinocchio par Mme Jocelyne Breton (levis.refuse@gmail.com) du groupe Lévis Refuse les compteurs 'intelligents':

« Ma réponse à M. Lavoie, est d'aller se faire foutre.... Hydro-Québec est en train de se mettre toute sa clientèle à dos. On ne se laissera pas tromper par des choix de mots inappropriés. Elle est loin d'offrir un "choix"! Elle cherche à imposer une technologie de force. Il n'y a aucune raison logique de remplacer tous les compteurs électromécaniques en même temps, s'il n'y a pas une arnaque derrière ça.

Il s'agit ici carrément d'une attaque dictatoriale à l'encontre de toute la population québécoise et c'est un précédent historique qu'on ne peut pas laisser passer.

Il est plus que temps qu'on remette Hydro-Québec et son perroquet à sa place! Il s'agit d'un simple fournisseur de services et que de cela. C'est pas vrai qu'une Régie et une société d'État vont venir dicter dans nos maisons quelle technologie on va intégrer dans nos vies. Surtout quand on sait quels sont les dangers que cette technologie représente pour la santé, le droit à l'intimité, les risques d'incendies, la sécurité informatique, les droits et libertés individuels, les droits des consommateurs, les droits des citoyens de divulguer ou non des renseignements privés.

Si la Régie de l'énergie a des pouvoirs circonscrits pour dicter à Hydro-Québec ses conditions et ses directives, elle n'a pas juridiction dans nos cours ou dans nos maisons. »

Après avoir vu cette photo envoyée par les gens de Saguenay, David Leblanc a proposé : « Quelle bonne idée! Je suggère de faire pareil et que chaque groupe de Refuse prennent des photos similaires! Sans être un concours, ce sera un clin d’œil pour nos amis du Saguenay et un coup de pied dans les couilles d'Hydro! Tous ensemble autour d'un compteur protégé! Qu'en dites-vous? Nous pourrions-tous porter le coeur blanc! »

À noter sur le site de Lévis Refuse :

Compte rendu de la journée 'portes ouvertes' d'Hydro-Québec à Lévis le 23 octobre 2014
Où l'on découvre le magnifique travail de terrain des responsables de Lévis refuse les compteurs intelligents, avec l'aide de M. Luc Forbeaux de Stoneham Refuse, lors d'une séance de désinformation de ceux qui mentent plus vite que leur ombre. Voir aussi plus bas l'article Séance d’information d’Hydro-Québec - Les opposants de Lévis Refuse ont sondé les visiteurs

Conflit d’intérêt et partialité chez les comités consultatifs de la santé
Voilà une information très édifiante, portez surtout attention aux sections surlignées en jaune dans le document.

Note de Jean: Je vous en cite l'extrait suivant démontrant à quel point l'industrie électrique, dont Hydro-Québec, a les doigts fourrés partout pour contrôler de près le message essentiellement rassurant véhiculé par la tristement corrompue Organisation mondiale de la santé (dont les avis font autorité à 'Santé' Canada et à la Direction de la Santé publique du Québec) relativement à tout ce qui touche aux radiations micro-ondiennes (dont les micro-ondes pulsées des cellusuicidaires et des comptueurs malfaisants) et aux champs électromagnétiques (dont les déclencheurs de leucémie chez les enfants que sont les lignes de transmission électriques) – protégeant ainsi leurs milliards de profits...

L'influence industrielle endémique dans les processus de prise de décision

Comme le rapportait la publication Microwave News, basée à New York, le 1er octobre 2005, les 20 membres du groupe de travail de l'OMS écrivant un nouveau document sur les critères de santé environnementale (EHC) sur les CEM des forces des fréquences comprenait, à la demande de Repacholi, les représentants des services de production et de distribution électrique ou d'organisations avec des liens étroits avec l'industrie. Leur tâche fut d'assister à la rédaction du Projet initial et de revoir le Projet terminé. (7) Ceci est clairement en conflit avec ce que Repacholi déclarait dans sa déposition en mai 2001 aux auditions de l'enquête du Sénat australien. Pour citer à nouveau : « Dans le groupe de travail au sujet des effets pour la santé, il ne peut y avoir quelqu'un qui ait une influence en faveur de l'industrie lorsqu'il tire des bénéfices de cette industrie ».

Un des auteurs centraux de l'avant projet et membre du groupe de travail EHC, Leeka Kheifets, fut précédemment une assistante de Michael Repacholi. Elle révéla en septembre 2005 dans une lettre (déclarant un conflit d'intérêt) au British Medical Journal qu'elle « travaille avec l'Institut de recherche de l'électricité ... et qu'elle est consultante avec ces services ». (8) D'autres représentants de l'industrie électrique qui assistèrent Kheifets pour préparer la rédaction du projet furent Gabor Mezei du EPRI, Jack Sahl d'Edison Californie du Sud, USA et Jack Swanson du réseau électrique national, GB. Lorsque Repacholi envoya un avant projet du EHC pour relecture critique au début juillet 2005, le groupe des relecteurs incluait des représentants des groupes de l'industrie électrique : La Fédération des compagnies électriques du Japon, Pacificorps (USA), Hydro-Québec (Canada), the Utility Health Sciences group (USA) et Exponent Inc., (USA). (9) La question de responsabilité a dû aussi faire partie de l'agenda puisque Exponent a décrit ses activités comme suit :

"Exponent Inc. Sert les clients dans les domaines de l’automobile, de l’aviation, en chimie, en construction, en énergie, aux gouvernements, en santé, en assurances, manufactures, technologies et autres secteurs de l'économie. Plusieurs de nos engagements sont amorcés par des juristes ou des compagnies d'assurance dont les clients anticipent ou sont déjà engagés dans des procès sur une prétendue défaillance de leurs produits, équipements ou services". (10)

En plus du personnel de l'OMS, les seuls autres observateurs que Repacholi invita au meeting du groupe de travail (de la tâche) à Genève le 3 octobre pour recommander des limites d'exposition furent 8 représentants de l'industrie électrique.

Les membres de la presse furent interdits d'entrée. (11) En plus, le meeting ne fut pas porté à la connaissance du public par le site web de l'OMS sur la liste des meetings ou dans le calendrier des lettres de nouvelles de la société Bioélectromagnétique et très peu de membres de la communauté scientifique sur les CEM comprenant d'importants épidémiologistes sur les CEM furent avertis du meeting. (12) Seuls les représentants de l'industrie reçurent des invitations. Pourquoi est-ce que les épidémiologistes, qui furent directement impliqués dans la recherche, la dite recherche que le groupe de travail d'estimation devait évaluer, ne furent-ils pas invités en tant qu'observateurs et critiques ?

L'article de Microwave News souligne qu'un nombre de chercheurs indépendants furent impliqués dans la préparation et la relecture de l'avant projet, mais il fut « très inhabituel sinon sans précédent pour un document pour la santé venant de l'OMS d'être relu par autant de personnes qui ont de tels liens forts avec l'industrie impliquée ». (13)

Un exemple de l'opinion des relecteurs (critiques) de l'industrie, cherchant à minimiser les dangers potentiels pour la santé se trouve dans les commentaires de Michel Plante, représentant de Hydro-Québec :

"Toute la section sur le cancer semble plutôt être une tentative désespérée pour maintenir d’actualité quelques associations statistiques positives d'études épidémiologiques plutôt que la présentation des faits et d'arguments honnêtes pour et contre la carcinogenèse". (14)

Le rôle de Plante comme protecteur des intérêts de son employeur en niant le lien avec les CEM fut amplement démontré dans son implication comme représentant de Hydro-Québec en supprimant les données de dommages potentiels dans l'étude épidémiologique faite par le Dr Gilles Theriault et al. De l'université Mc Gill et financée par Hydro-Québec. L'analyse initiale des données collectées de 3 unités (usines) électriques trouva que les travailleurs qui avaient eu les expositions les plus grandes aux champs magnétiques avaient 12 fois plus de chance que celle pouvant être attendue d'avoir des astrocytomes, un type de tumeur du cerveau, ceci basé sur un petit nombre de cas. (15)

Plus tard, dans une nouvelle analyse des données (16), en regardant les courants transitoires de hautes fréquences (HFT), le groupe Mc Gill trouva jusqu'à 10 fois plus de risque de développer un cancer, avec une réponse très claire à l'exposition, parmi les travailleurs fort exposés dans les usines. (17)

Lorsque le groupe de Gilles Theriault de Mc Gill voulut pousser les analyses des données des HFT pour d'autres associations, Hydro-Québec qui finançait l'étude avec 3 millions de dollars canadiens et par conséquent était propriétaire des données collectées refusa tout accès ultérieur aux données. Plante disait à l'époque que « nous avons un problème de contrat qui doit être résolu et il n'y aura pas de nouveau mandat tant qu'il ne sera pas résolu». Plante soutenait qu'en publiant les découvertes sur les HPT, Thériault avait violé le contrat avec les services utilitaires de l'électricité. Plusieurs chercheurs expérimentés sur les CEM et des épidémiologistes considéraient les données des HFT comme ayant des implications importantes et nécessitaient des analyses ultérieures par d'autres chercheurs. (18) Tout comme en octobre 2005, les données du HFT Hydro-Québec continuèrent à être supprimées de toute analyse ultérieure de la communauté scientifique – et Plante en tant qu'homme de Hydro-Québec au centre de cette suppression fut demandé par Repacholi pour revoir l'évaluation du risque dans les Critères pour la Santé Environnementale de l'OMS.
On ne sait pas lors des meetings s'il fut posé à Plante des questions sur l'association statistique positive concernant les données des HFT d'Hydro-Québec, mais il aurait pu répliquer que ce n'était pas important parce que cela n'avait pas encore été répliqué !

Le Groupe Utility Health Sciences (UHSG), un autre groupe de l'industrie de l'électricité motrice à qui Repacholi demanda de relire le document EHC indiqua clairement que les coûts pour l'industrie devraient avoir la priorité sur les considérations de santé lorsqu'ils proposaient un changement dans le chapitre sur les mesures de protection, comme indiqué :

"Il doit être souligné que réorienter les installations ou reconcevoir les systèmes électriques peut être si coûteux que cela pourrait ne pas cadrer avec les mesures de coûts faibles et coûts nuls classiquement envisagés comme une résolution prudente". (19)

Le UHSG proposa aussi qu'une déclaration soit incluse dans le résumé :

"Il serait utile, pour le résumé, d'inclure une déclaration claire disant que la recherche scientifique n'établit pas que les EBF/CEM4 sont une cause ou un facteur contribuant à une maladie quelconque ou à un effet néfaste pour la santé, y compris le cancer". (20)

---

Et pour compléter ce volet, je vous recommande de lire Hydro-Québec soutient que ses compteurs intelligents sont sans danger (NE MANQUEZ PAS DE LIRE LE SAVOUREUX COMMENTAIRE DE JOCELYNE BRETON AU BAS DE CET ARTICLE) et si vous en avez le goût, écoutez Patrice Lavoie qui faisait son petit laius soporifique bien rodé pour endormir les gens) où l'on constate une fois de plus à quel point le maquilleur officiel de la vérité chez Hydro-Québec camoufle avec soin la puissance réelle des pointes d'émission des compteurs 'intelligents' en comparant leur puissance à celle d'un moniteur pour bébé – et quoi de plus anodin et inoffensif dans l'esprit des gens mal informés ! – sans jamais préciser qu'il compare une valeur moyennée, n'existant pas dans la réalité, à des valeurs réelles non moyennées de mesures ponctuelles, comme on peut le voir ICI. «Le Centre de recherche industrielle a comparé divers objets de la vie courante à un mètre de l’objet», a expliqué le porte-parole. Un compteur de nouvelle génération se compare à un moniteur de bébé [3,93 et 1,62 µW/m2 selon le modèle] qu’on place près de la couchette d’un poupon.» Or dans les faits, ces pointes d'émission peuvent atteindre plus de 49,800 microwatts par mètre carré [µW/m2], mesuré à un mètre de distance, dans le cas d'un compteur RSRX4e, tel qu'indiqué pour le 1er exemple de compteur mesuré dans ce rapport d'expertise indépendant, et entre 2695 et 9292 µW/m2 pour le compteur Focus AXR-SD qui émet durant une fraction de seconde, de une à deux fois par minute, jour et nuit. De plus, tel qu'on peut le vérifier ICI, même en utilisant la valeur moyenne trompeuse de 55 µW/m2 avancée par Hydro-Québec, la densité de puissance moyenne de ces compteurs est tout de même 14 fois plus grande que celle d'un moniteur de bébé. Enfin, en utilisant la mesure réelle d'une pointe d'émission à 30 centimètres, distance à laquelle un moniteur de bébé est parfois placé, cette densité de puissance ponctuelle peut atteindre 552 960 µW/m2 pour un compteur intoxiquant, et peut atteindre presque 20 millions µW/m2 à 5 centimètres de distance, comme on peut le constater au bas de cette page Web. Comme on le voit, quand on ne gobe pas bêtement les balivernes de Patrice Lavoie, et que l'on creuse un peu la question, on finit par se rendre compte que la réalité n'a rien à voir avec la fiction dont nous abreuve Hydro-Québec.

---

M. Claude Richer a mis en ligne ICI le 11 juillet dernier un commentaire fort éloquent à ce sujet...

« Saviez-vous que la chaise électrique n’est pas néfaste pour la santé?

Cela vous surprend, mais en effet, si on utilise le même raisonnement qu’Hydro-Québec utilise pour nous dire que ses compteurs sont inoffensifs, on arrivera à cette conclusion. Voici comment.

La chaise électrique, c’est quelque chose comme 10Kv (10 mille Volts) qui vous passe à travers le corps et la tête pendant 10 secondes environ. Or … pour une personne d’âge mure, disons 50 ans, il y a environ 1,6 milliard de secondes dans cette vie de 50 ans. Et 10 secondes, c’est seulement 6 milliardièmes de cette période de 50 ans.

Donc si on fait une moyenne, ces 10Kv, répartis sur 50 ans, c’est en moyenne 0,06 millivolts. Non seulement c’est absolument inoffensif, mais c’est un gazouillis de Mozart même pas perceptible par nos neurones, ni par nos cellules les plus sensibles. CQFD.

Hydro-Québec nous sert le même raisonnement lorsqu’ils nous disent qu’en moyenne les compteurs émettent 50 microwatts/m2 (microwatts par mètre carré) et qu’ils se situent donc très en-deça de la norme (en passant débile, gravement irresponsable et criminelle) de Santé-Canada qui est de 6 millions de microwatts/m2.

Ils font une moyenne dans le temps!!! Or on sait qu’un compteur émet, typiquement, une pulsation d’environ 50000 microwatts/m2, pendant une courte période de quelques millisecondes, et cela à chaque 50 secondes. La moyenne sur 50 secondes, on s’en fout tu? C’est ce brassage de nos cellules pendant la pulsation qui doit être considéré, pas la moyenne. C’est la chaise électrique. 50000 de microwatts c’est déjà beaucoup plus qu’un four micro-onde; c’est 25 fois plus qu’un téléphone cellulaire. Et pourtant l’OMS a énoncé récemment que le cellulaire était potentiellement cancérigène. Tout va bien Madame la Marquise! Qui dit qu’une courte mais très puissante pulsation n’est pas suffisante pour briser un ADN, et causer une mutation cancérigène? Pourquoi faudrait-il que ça dure plus que quelques millisecondes. Au niveau microscopique de nos cellules, tout se passe très vite. Les transferts électriques entre neurones, c’est en micro-secondes que ça se passe, pas en secondes monsieur Santé-Canada.

C’est donc une grave fumisterie, de la malhonnêteté intellectuelle du plus haut niveau, c’est gravement criminel de passer un tel sapin à toute une population entière, et de force. Il n’y a que les Nazis qui ont eu autant de culot. »

Enfin en réaction à l'article mentionné ci-haut (Hydro-Québec soutient que ses compteurs intelligents sont sans danger), Mme Jocelyne Breton a publié le 25 octobre un long et juteux commentaire bien ficelé sur la page Facebook de ce journal. Il mérite votre lecture...

Compteur intelligent sans danger... mon oeil!!!

Tout est dans la manière de présenter les choses. Il est certain que si je compare l'émission d'un four micro-ondes avec celle d'un compteur intelligent, je fausse les données dès le départ.

Pourquoi?
1. Parce que le four micro-ondes ne marche pas 24 heures sur 24, 365 jours par an.
2. Parce qu'il ne communique pas en permanence avec des ondes pulsées envoyées par une multitude d'autres fours micro-ondes qui interagissent eux aussi avec des ondes pulsées pour te permettre d'aller te faire cuire un oeuf!
3. Parce qu'il ne transmet rien non plus à des appareillages qui eux aussi émettent dans les poteaux de téléphones. "Eille je suis en train de me faire cuire un oeuf, t'en veux tu un?"
4. Parce qu'il ne dit pas à tout le monde que t'es pas chez-vous... juste parce que tu émets un minimum de données.... "Eille, au fait, je suis partie dans le sud... je me ferai des oeufs à mon retour dans deux semaines"
5. Parce tous les appareils que l'on achète avec la technologie sans fil ou Wi-Fi, on les choisit soi-même, on décide quand on les mets en marche et quand on les arrête... Puis si on n'en veut pas.... On les achète pas!
6. Parce que tous les appareils sans fils que l'on a dans une maison ne communiquent pas entre-eux nécessairement, et pas tout temps... et ils ne tissent pas une toile de communication qui garoche des émissions pulsées qui passe à travers toutes les structures architecturales, humaines, animales et végétales.

Les effets biologiques causées par les ondes électromagnétiques que ces engins développent sont CUMULATIFS et IRRÉVERSIBLES dans la majorité des cas, et peuvent prendre des jours, des mois ou des années avant de déclencher une électrosensibilité ou d'autres malaises ou maladies importantes et débilitantes. Présentement, il y a des études sérieuses faites par des chercheurs qui ne sont pas à la botte de l'industrie, et qui relient le TDAH, certaines formes de cancers malins du cerveau et la sclérose en Plaque aux effets nocifs de cette technologie électropolluante.

Le zouf qui va venir me dire que l'électrosensibilité est une maladie imaginaire n'est pas encore né. Quand on cherche depuis 6 ans pourquoi on arrive pas à dormir chez soi, qu'on est toujours épuisé, et qu'on se rend compte après 6 ans, pendant la 7e année, qu'on arrive à dormir environ une semaine sur deux parce qu'on a un nouveau boulot qui nous envoi travailler et dormir ailleurs où il y a pas de ces émissions une semaine sur deux... et qu'on découvre tout à coup que la seule différence notable entre les deux lieux est qu'il n'y a aucune émission émission de radio-fréquences au logement de Chicoutimi alors qu'on a un C1SR et tous les appareils sans fil à sa résidence de Lévis.... le lien n'est pas trop compliqué à faire! Tout devient très clair... C'est une question de bon sens et de logique.

Mais OUPS! Hydro-Québec nous dit que c'est pas ça!

Ben oui, il se base sur Santé Canada, et son Code 6 sur la sécurité qui ne tient compte que des effets thermiques des émissions électromagnétiques. Et comme la Société Royale du Canada, qui préside à la révision des résultats des études sur la question et qui est responsable de la production des recommandations pour la révision du Code 6, n'a pas encore tenu compte des résultats des études sur les effets biologiques, Santé Canada refuse d'appliquer le simple principe de la PRUDENCE avant d'autoriser l'utilisation de ces appareils qui sont tout sauf Inoffensifs. Pourquoi donc? Est-ce que ça se pourrait que le gouvernement canadien perçoive des droits sur les ondes???

Tant qu'on ne sera pas certains qu'Hydro-Québec ou le fabricant de ses compteurs aura pris les précautions nécessaires pour rendre inoffensive sa technologie de merde, nous on dit qu'il faut être prudent.

Que diriez-vous si je vous offrais une voiture avec une très belle carrosserie, en vous disant qu'elle est conçue pour durer 15 ans, qu'elle arrose son conducteur d'essence à chaque fois qu'il pèse sur le gaz, qu'elle a une fuite de gaz carbonique qui arrive dans le ventilateur, qui n'a pas de freins et qui consomme 20% plus d'essence, en échange de votre voiture actuelle qui a fait ses preuves, qui est conçue pour durer 60 ans, dont la mécanique fonctionne encore très bien et qui ne vous coûte rien du tout à l'utilisation autre que les frais de base? Vous m'enverriez chez le bonhomme.... Ben, c'est ça que fait Hydro-Québec avec ses clients. Et en plus, ils utilisent un langage infantilisant en essayant de nous faire croire qu'on a un choix qu'on peut faire... Ben oui ! Accepter leur cochonnerie électropolluante ou bien payer pour ne pas se faire polluer...

Le monde à l'envers à une époque ou c'est l'utilisateur pollueur qui doit payer des frais supplémentaires pour avoir le droit de polluer.

Le monde à l'envers aussi pour avoir le culot de nous vendre l'électricité la plus propre du monde, puis en même temps de s'équiper avec des instruments de mesure destinés à la facturation qui eux créent une pollution sans précédent!

Le monde à l'envers pour limiter non pas le choix... mais les options à nous offrir un équipement inadéquat supposément gratuitement ou un équipement un peu plus adéquat en nous chargeant des frais de remplacement pour un équipement non polluant et des frais de relève des données, alors que depuis 1964, ces frais ont toujours été inclus dans les frais de base de la consommation électrique.

Le monde à l'envers pour gaspiller des fonds pour remplacer 3,8 millions de compteurs tous en même temps à des coûts faramineux pour des outils informatiques qui vont durer 15 ans, alors que la majorité des compteurs actuels sont encore très performants et qu'ils sont conçus pour durer au-delà de 60 ans.

Le monde à l'envers lorsqu'une société d'État, qui n'est somme toute qu'un fournisseur de service, aborde avec arrogance sa clientèle, avec des menaces à peine voilées, pour s'arroger un pouvoir indu quasi-judiciaire et imposer ses quatre volontés à toute une population en même temps, en créant un précédent historique dangereux.

C'est une question de principe. Si Hydro-Québec appartient aux Québécois, Hydro-Québec doit respecter d'abord sa clientèle et offrir des choix viables qui n'outrepassent pas les droits des consommateurs, les droits et libertés individuelles, ne mettent pas en danger la santé publique et la qualité de l'environnement, la sécurité des renseignements personnels, la sécurité à l'égard du risque d'incendie, et j'en passe et des meilleures....

Au fait, il y a une loi au Québec au sujet du développement durable... Hydro-Québec devrait s'en inspirer... sinon s'en informer correctement. Elle y apprendrait deux ou trois trucs!




Note de Jean : Ça bouge aussi à Lévis. Afin de contrecarrer la désinformation terriblement mensongère d'Hydro-Québec (voir ci-dessous), une conférence sera donnée le 18 novembre de 18h00 à 22h00, à la salle du Centre civique de Saint-Jean-Chrysostome, 959 rue de l’Hôtel-de-Ville, Lévis. Tous les détails dans Le 18 novembre : Soirée d’information sur les compteurs intelligents offerte par Lévis Refuse

Tiré de http://www.lepeuplelevis.ca/2014/10/30/les-opposants-de-levis-refuse-ont-sonde-les-visiteurs

Séance d’information d’Hydro-Québec - Les opposants de Lévis Refuse ont sondé les visiteurs 2

Par Pierre Duquet - 30 octobre 2014

Les représentants du groupe d’opposition Lévis Refuse les compteurs intelligents d’Hydro-Québec, présents à la séance d’information du 23 octobre, ont sondé les citoyens venus s’informer sur déploiement des compteurs de nouvelle génération de la Société d’État. Selon leur sondage non-scientifique, 75 % des citoyens n’auraient pas été convaincus par les arguments d’Hydro-Québec.

Les représentants des opposants sont demeurés hors de la salle du conseil tout au long de la séance d’information. Ils ont remis des documents contredisant plusieurs affirmations d’Hydro-Québec au sujet des compteurs intelligents, aux citoyens à la sortie.

Jocelyne Breton, l’instigatrice du mouvement Lévis Refuse, était accompagnée de Luc Forbeaux de Stoneham Refuse, venu lui porter main-forte. Ce dernier a indiqué à la presse que son groupe a obtenu l’appui de la municipalité de Stoneham.

«Stoneham a été la première municipalité de la région de Québec, a souligné M. Forbeaux, à voter une résolution pour demander un moratoire contre l’installation des compteurs et avoir le droit à la gratuité.»
Il estime que les citoyens qui refusent l’installation d’un compteur de nouvelle génération ne devraient avoir rien à payer même si la Régie de l’énergie a réduit les coûts de l’option de retrait. M. Forbeaux a en outre indiqué qu’au Québec, 112 municipalités se sont opposées par résolution à l’installation de ce type de compteurs sur le territoire.

Alors qu’Hydro-Québec affirme que ses nouveaux compteurs sont sans danger pour la santé humaine, les groupes d’opposition ont dressé une petite liste de ce «qu’Hydro-Québec ne vous dit pas».
Contrairement au porte-parole de la Société d’État, Patrice Lavoie, les opposants affirment, entre autres, que «l’exposition aux ondes est cumulative». C’est-à-dire que les ondes émises par les autres appareils de la maison s’ajouteraient à celles du compteur.

Compte-rendu en ligne

Les gens de Lévis Refuse rapportent, dans le compte-rendu publié sur le site de la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique (CQLPE), avoir interrogé les visiteurs à leur sortie de la séance d’information, dont ils évaluent le nombre à près de 125.

On a demandé aux visiteurs s’ils étaient satisfaits des informations qu’ils venaient de recevoir des représentants d’Hydro-Québec. Selon leurs données, environ 60 % d’entre eux ont répondu non, alors que 20% se sont dits tout mélangés et 20% des autres ont indiqué s’être laissé convaincre. Les opposants estiment à 75% les répondants qui n’ont pas été vraiment convaincus par les explications d’Hydro-Québec.
Lévis Refuse espère toujours obtenir que la Ville de Lévis l’autorise à tenir une séance d’information avec des spécialistes d’avis contraires à Hydro-Québec.

Les 2 commentaires suivante Jocelyne Breton complètent cet article:

Nouvelle de dernière heure concernant la soirée d'information offerte par Lévis Refuse les compteurs intelligent. Nous avons le plaisir de vous informer que la Ville de Lévis a accepté de mettre à notre disposition une salle, à la date, l'heure et l'endroit suivants : Date : Le 18 novembre 2014 - Heure : 19 h
- Endroit : salle du Centre civique à Saint-Jean-Chrysostome, 959 rue de l’Hôtel-de-Ville. L'objectif de cette soirée est d'informer la population sur les enjeux actuels et les conséquences en cause dans le déploiement des compteurs intelligents. Elle vise aussi à informer sur les dangers potentiels que cette technologie représente en ce qui a trait au pouvoir accru qu'elle confère, à la Société d'État et la Régie de l'énergie, dans les décisions futures qu'elles pourront prendre et appliquer à l'aide de cet outil technologique. Cette soirée se déroulera en mode interactif avec les conférenciers et les participants en alternant les exposés et les périodes de questions. Nous invitons vivement la population de Lévis à y participer, car il est important d'avoir un portrait complet de la situation pour prendre les bonnes décisions. Pour ceux et celles qui ont déjà eu la visite d'Hydro-Québec, et qui ont déjà un compteur intelligent installé, dites-vous bien qu'il est encore temps de changer d'avis et que vous pouvez encore faire remplacer ce compteur par un compteur non communicant, et ce, à un prix acceptable. Les délais pour profiter du tarif réduit à 15$ sont de 90 jours pour ceux et celles qui ont reçu leur avis daté avant le 3 octobre 2014. Pour les personnes qui ont reçu leur avis daté d'après le 3 octobre 2014, le délai de réponse est de 30 jours pour pouvoir bénéficier du tarif réduit, mais ils peuvent en tout temps décider de remplacer le compteur par un compteur non communicant à un prix plus élevé. Alors, si la santé de votre famille, votre budget et vos droits et libertés vous tiennent à coeur, venez au moins vous informer pour pouvoir prendre après une décision en toute connaissance de cause. »

« Une petite précision, concernant l'affirmation suivante dans l'excellent article de M. Pierre Duquet: "Contrairement au porte-parole de la Société d’État, Patrice Lavoie, les opposants affirment, entre autres, que «l’exposition aux ondes est cumulative». C’est-à-dire que les ondes émises par les autres appareils de la maison s’ajouteraient à celles du compteur. "Nous tenons à préciser que lorsque l'on parle des effets cumulatifs des ondes, cela signifie également que ces effets sont cumulatifs dans les dégâts qu'ils peuvent causer au corps humain, ils ne s'éliminent pas d'une exposition à l'autre, et le corps fini par réagir comme s'il développait une allergie aux émissions électromagnétiques. C'est de cette manière que se développe l'électrosensibilité qui rend l'humain intolérant de façon permanente à toute émission électromagnétique par la suite. Une personne atteinte sévèrement ne peut même plus vivre près d'un téléphone cellulaire sans éprouver de graves malaises entravant ainsi ses déplacements et ses activités quotidiennes. »




Note de Jean : Ça bouge également en Mauricie où selon Linda MacCulloch (lmacculloch@globetrotter.net) de Mauricie Refuse: « Je reçois de plus en plus d'appels de gens de ma région qui me disent qu'ils n'ont même pas eu le temps d'accepter l'option retrait que Capgemini tente d'installer ou a installé un compteur à leur insu et sans leurs accord. » Plus de détails ICI sur cette autre arnaque d'Escroc-Québec.

Compteurs intelligents: un professeur de l'UQTR s'invite dans le débat (3 novembre 2014)
http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/uqtr/201411/03/01-4815239-compteurs-intelligents-un-professeur-de-luqtr-sinvite-dans-le-debat.php
(Trois-Rivières) Jason Luckerhoff aura, comme tous les résidents de la Mauricie, un nouveau compteur d'Hydro-Québec cet automne, «mais ce ne sera pas un compteur intelligent», promet-il. Ce professeur responsable des programmes de maîtrise et de doctorat en communication sociale de l'UQTR estime en effet qu'Hydro-Québec est allée trop vite dans l'installation des fameux compteurs intelligents et qu'il n'existe pas assez d'études scientifiques vraiment indépendantes pour prouver l'innocuité de ces appareils qui émettent des ondes électromagnétiques dans les domiciles. Le professeur Luckerhoff a bien l'intention de se mêler à sa façon au débat et en fera rien de moins que l'objet de son séminaire de maîtrise «Communication et dialogue civil», qui se tiendra à l'hiver 2015. «Les étudiants auront à analyser les écrits scientifiques et les débats dans les médias et éventuellement, à rédiger des op-ed (chroniques et commentaires)», dit-il. Jason Luckerhoff a aussi dans sa mire la tenue d'un colloque sur la question.

Quand on lui demande pourquoi les spécialistes universitaires du Québec ne se sont pas exprimés sur cet enjeu de santé publique, le professeur Luckerhoff réplique que «quand on a affaire à une société d'État qui investit beaucoup en recherche, ça pose des difficultés plus importantes. Moi, je n'ai aucun lien. Je suis en communication sociale. Je m'intéresse au débat qu'il y a autour. Je suis capable de porter un jugement sur la qualité des études qui ont été faites, mais ce n'est pas mon domaine. Quand c'est notre domaine, il faut faire attention aux autres chercheurs qui ont fait des travaux sur la question avant de se positionner. Il faut faire attention aussi à qui on s'attaque. On s'attaque à la crédibilité des résultats sur lesquels s'appuie Hydro-Québec.

(...) «Sur la question de la santé, ce n'est pas si évident que ça, la conclusion, parce qu'il y a eu très peu d'études. Le principe de précaution dicterait d'attendre d'avoir un peu plus d'études avant d'installer ça à la grandeur du Québec», fait-il valoir. «Hydro-Québec suggère elle même de se tenir à plus d'un mètre et demi du compteur», signale-t-il. «Mais dans certains cas, le compteur est sur le mur de la chambre de l'enfant», plaide le professeur Luckerhoff.

(...) Si jamais il était démontré hors de tout doute que les ondes émises par les compteurs intelligents sont nocives pour la santé du public, ce serait «d'autant plus grave parce que ce n'est pas une entreprise privée. La responsabilité devient collective», dit-il, donc celle des payeurs de taxes.

Droit de retrait - Le regroupement citoyen Mauricie Refuse rappelle que les tarifs pour refuser l'installation des compteurs ont été abaissés à 15 $ de frais initiaux et à 60 $ par année pour les frais de relève. Mauricie Refuse estime que des «milliers d'études et de recherches par des experts indépendants démontrent» que les radiofréquences émises par les compteurs intelligents ne sont pas sécuritaires pour la santé. L'organisme estime que le gouvernement pourrait «par décret, exiger qu'Hydro-Québec cesse le déploiement des compteurs intelligents» et demande donc un moratoire. Une conférence à ce sujet se tiendra le 16 novembre, 14 h 30, au Centre communautaire Henri-Paul-St-Arnaud de Saint-Narcisse. Un technicien en télécommunication électronique sera notamment sur place. --- Pour plus de détails sur cette conférence, lire Conférence sur les enjeux entourant les compteurs intelligents. Voir aussi S'informer avant tout (15 octobre 2014) Autant pour Hydro-Québec que pour les citoyens militant pour la sensibilisation aux effets de l'implantation des compteurs de 2e génération, il importe de s'informer afin de faire un choix éclairé.




AUTRES NOUVELLES RÉCENTES EN LIEN AVEC LES COMPTUEURS MALFAISANTS

LES COMPTEURS INTELLIGENTS SONT UN RÉEL DANGER POUR LES POPULATIONS (24 octobre 2014)
http://agentssanssecret.blogspot.ca/2014/10/les-compteurs-intelligents-sont-un-reel.html
Selon un chercheur de réputation mondiale, les compteurs-émetteurs de radiofréquences proposés par Hydro-Québec pourraient constituer un risque sérieux à la santé.

Compteurs intelligents: démission chez SaskPower (27 octobre 2014)
http://journalmetro.com/actualites/national/583215/compteurs-intelligents-demission-chez-saskpower/
REGINA – Le dirigeant de la compagnie d’électricité de la Saskatchewan a démissionné après la conclusion d’une enquête sur un programme de compteurs intelligents lié à au moins huit incendies dans la province. Le ministre de l’Économie de la province, Bill Boyd, a indiqué que le président de SaskPower, Robert Watson, a quitté ses fonctions. L’enquête sur les compteurs intelligents a conclu que la sécurité n’a pas été assez prioritaire pour SaskPower. La compagnie d’électricité a reçu l’ordre de retirer plus de 100 000 de ces compteurs installés le long de résidences, après qu’ils eurent pris feu en juin et juillet. La corporation Crown Investments, qui a mené l’enquête, dit que l’eau de pluie et des contaminants s’infiltrant dans les compteurs semblent avoir contribué à leur défaillance. On ajoute toutefois que leur installation elle-même n’est pas à blâmer. L’enquête dit que SaskPower n’a pas considéré la possibilité que les compteurs puissent court-circuiter et prendre feu. VOIR AUSSI Le NPD réclame la démission du ministre responsable de SaskPower

La Saskatchewan ordonne à SaskPower de reprendre tous ses compteurs intelligents (30/10/2014)
http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/10/30/-tous-ses-compteurs-intelligents_n_6076184.html
Le gouvernement de la Saskatchewan oblige SaskPower à retirer les 105 000 compteurs intelligents installés dans les résidences et les entreprises de la province en raison des inquiétudes soulevées par huit incendies inexpliqués liés aux appareils au cours des deux derniers mois. La province impose également à la société d'État d'annuler son programme d'installation des engins qui a commencé en 2013 et devait s'achever en 2015. Dans le cadre de ce programme, 400 000 compteurs intelligents devaient encore être installés au cours de prochains mois. La décision a été annoncée mercredi par le ministre responsable de la société d'État, Bill Boyd. « La sécurité est notre priorité », a-t-il déclaré aux journalistes à Regina. « Les inquiétudes sont suffisamment importantes, et nous croyons que si la sécurité des familles saskatchewanaises est en danger, nous devons agir. C'est pourquoi nous avons donné cet ordre à SaskPower. » Mardi, la société d'État avait annoncé que ses clients pourraient demander le remplacement, temporaire et sans frais, des compteurs intelligents installés chez eux. SaskPower doit désormais remplacer tous les compteurs intelligents installés dans la province par des appareils de l'ancien modèle au cours des neuf prochains mois. Celle-ci estime que le remplacement des compteurs coûtera 15 millions de dollars. CLIP

SaskPower CEO resigns following investigation into smart meter “catastrophe” (31 October 2014)
http://www.takebackyourpower.net/news/2014/10/31/saskpower-ceo-resigns-following-investigation-into-smart-meter-catastrophe/
(...) Just to be clear, the fire investigation report reveals that the principal problem is primarily rain water (and/or condensation along with other contaminants) that gets into the smart meters themselves, causing arcing across electronic components with eventual catastrophic failure of the meter with a possible explosion or fire. Furthermore, based upon a review of the investigative report, it is clear we basically have “cheap” meters with a number of design deficiencies which includes uninsulated busbars in close proximity to printed circuit boards and which further allow easy entry of water and dust into the meter enclosures. Bottom line, … the existing smart meters on people’s homes still present a fire risk in Saskatchewan and elsewhere.  In addition, these types of problems would not occur with traditional analog meters that do not contain fragile electronic components. As a supplement, this website will quote a portion of an October 28, 2014, article in the Leader-Post entitled SaskPower smart meters a ‘catastrophe’: “Lest there still be any doubt how badly bungled the SaskPower smart meter debacle was, consider how frequently lawyers, technical specialists and others used the word ‘catastrophic’ in their joint review released Monday. CLIP

REPORT: USAF – RF/Microwave Radiation Biological Effects (1994) (September 6, 2014)
http://electroplague.com/2014/09/06/report-usaf-rfmicrowave-radiation-biological-effects-1994/
In 1994, the US Air Force published a 32-page report titled: “Radiofrequency/Microwave Radiation Biological Effects and Safety Standards: A Review,” authored by Scott M. Bolen. The supervising agency was Rome Laboratory at Griffiss Air Force Base in New York. Read and download the complete 32-page report here: USAF Report 1994 Biological-Effects. To this day, many if not most governmental agencies and scientists in North America and abroad maintain the position that RF and microwave radiation are only damaging to the human body at power densities high enough to cause a heating effect (a so-called “thermal effect”), like a microwave oven. The position, while completely unsupported by fact, is very convenient for the multi-billion-dollar telecommunications industry (cell phones, WiFi) as well as the military’s own use of these same technologies—technologies whose radiation is, for the most part nonthermal, in nature. In fact, the serious bio-toxic consequences of nonthermal RF and microwave radiation have been know for decades by our governments and the military. This 1994 USAF report states on page 2, under the heading of Biological Effects: “Nonthermal responses can be less noticeable and are often more difficult to explain than thermal effects. These responses are related to the disturbances in the tissue not caused by heating.

Electromagnetic fields can interact with the bioelectric functions of the irradiated human tissue. Research conducted in the Soviet Union and Eastern Europe suggests that the human body may be more sensitive to the nonthermal effects of RF/MW radiation.”And from page 18 of the report: “Nonthermal disruptions have been observed to occur at power densities that are much lower than are necessary to induce thermal effects. Soviet researchers have attributed alterations in the central nervous system and the cardiovascular system to the nonthermal effect of low level RF/MW radiation exposure.”

And from the report’s Conclusion, also on page 18: “Experimental evidence has shown that exposure to low intensity radiation can have a profound effect on biological processes. The nonthermal effects of RF/MW radiation exposure are becoming important measures of biological interaction with EM fields… Adherence to the ANSI Standard should provide protection against harmful thermal effects and help to minimize the interaction of EM fields with the biological processes of the human body.” In other words, this USAF report from 1994 all but states that the ANSI (American National Standards Institute) Standard of the day was insufficient for protecting the public from the nonthermal effects of RF/MW radiation. At the time this report was written, that Standard for exposure was set at 50,000 mW/m2 (5 mW/cm2 ) for for frequencies between 1,500 MHz to 100,000 MHz. Today, the maximum exposure limit set by the FCC (Federal Communications Commission) for RF radiation in the 850-2400 MHz range (smart meters and other wireless devices) is 10,000 mW/m2. However, that level is more than one million times higher than the exposure limits set out in the 2012 BioInitiative Report. The BioInitiative Report caps exposure to RF radiation at 0.006 mW/m2 . The point being: the “safe” levels for RF/MW exposure that are laid out in this 1994 USAF report, as well as in current “safe” levels stipulated by North American governments (such as Canada’s Safety Code 6 and the FCC in the US) only address thermal effects of RF/MW radiation and have no bearing whatsoever on the far more serious nonthermal effects that unequivocally exist. The public is simply not being protected.

Les champs électromagnétiques rebutent des parents des Aiglons
http://ici.radio-canada.ca/regions/colombie-britannique/2014/05/27/005-champs-electromagnetiques-squamish-inquietudes-sante-enfants-ecole-aiglons.shtml
Des parents d'élèves qui fréquentent l'École Les Aiglons de Squamish, en Colombie-Britannique, pensent retirer leurs enfants de l'école francophone si elle déménage comme prévu dans le bâtiment de l'École Stawamus, qui se trouve à proximité d'une ligne électrique à haute tension et d'une tour de téléphonie mobile. Megan Pischke craint notamment les effets des champs électromagnétiques sur la santé de sa fille, Leighli Porcheron, et envisage de l'inscrire dans un établissement anglophone. (...) Par contre, un physicien et professeur au Département d'hygiène de la Faculté de médecine de l'Université McGill, Paul Héroux, tire la sonnette d'alarme. « En réalité, il y a des gens qui rêvent que ce lien-là n'existe pas. L'industrie électrique, en particulier, voudrait se délester complètement de ce problème-là. » — Paul Héroux, physicien, Université McGillM. Héroux soutient que le lien entre le cancer et les lignes à haute tension se concrétise de plus en plus et qu'il a été confirmé de façon répétée par l'épidémiologie. Paul Héroux, physicien et professeur au Département d'hygiène de la Faculté de médecine de l'Université McGill. « Ce que nous nous pensons, c'est que les champs magnétiques [peuvent être associés] non seulement à la leucémie chez l'enfant, mais au cancer en général et possiblement à deux autres catégories de maladies : le diabète et les maladies neurologiques », affirme-t-il. Il estime toutefois que la province a la possibilité de régler le problème en exigeant à BC Hydro d'installer une ligne à courant continu, plutôt qu'alternatif. Selon lui, les risques disparaîtront à ce moment. NOTE : Allez écouter le reportage TV au lien ci-dessus. Le professeur Paul Héroux y fait au deux-tiers du reportage quelques déclarations qui valent le détour...

Conférence du Dr. Paul Héroux à St-Jean-sur-Richelieu, le 21 mai 2014
http://youtu.be/f3MEfgaZHgw




Note de Jean : Une forte augmentation du nombre de tumeurs cérébrales en Suède... La situation doit être identique ailleurs dans le monde mais la chose est soigneusement cachée... (voir Brain tumor epidemic between 2020 – 2030?) Ce qui suit provient de la journaliste suédoise Mona Nilsson qui dirige la Swedish Radiation Protection Foundation et cette dissimulation a déjà été rapportée : voir Researchers Report Alarming Rise in Brain Cancer in Scandinavian Countries

Sharp increase in patients treated for brain tumors with unclear diagnosis in Sweden (October 20, 2014)
http://www.stralskyddsstiftelsen.se/2014/10/increase-brain-tumors/
An increasing number of patients are treated for brain tumor ”of unknown nature” in Sweden since 2008, but the increase is not reflected in the national cancer registry. – It is serious if the statistics on new cases of brain tumors is incorrect because the brain tumor statistics is widely being used as an argument that cell phones do not increase the risk of cancer and brain tumors, says Mona Nilsson, Chairman of Swedish Radiation Protection Foundation. Swedish Radiation Protection Foundation has compiled statistics from the Swedish Health Board registry’s database on the number of patients treated for brain tumors in Sweden as well as from the cancer registry and cause of death registry, during the last decade. The number of people receiving treatment for a brain tumor "of unknown nature" increased by almost 30% only between 2008 and 2012. At the same time, the number of patients with a confirmed brain tumor diagnosis remained at a relatively stable level.

Approaching Epidemic: Brain Damage from Mobile Phone Radiation (September 03, 2009)
http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2009/09/03/brain-damage-from-mobile-phone-radiation.aspx
(...) Few people realize this, but brain cancer has surpassed leukemia as the number one cancer killer in children, and many scientists believe this is directly linked to the exponential increase in cell phone use and other wireless devices. Australia has seen an increase in pediatric brain cancers of 21 percent in just one decade. This is consistent with studies showing a 40 percent brain tumor increase across the board in Europe and the U.K. over the last 20 years.These statistics are consistent with many of the scientific research findings. Another example is the 2003 study published in Environmental Health Perspectives (the journal of the National Institute of Environmental Health Sciences). They found that rats exhibited serious neuronal brain damage following exposure to radiation from a cell phone, at levels comparable to what you would experience during normal use. The nerve cell damage was observed in several places within the rats’ brains, including the cortex, hippocampus and basal ganglia. The authors concluded, "Intense use of mobile phones by youngsters is a serious consideration. A neuronal damage of the kind described here may not have immediate, demonstrable consequences, even if repeated. In the long run, however, it may result in reduced brain reserve capacity that might be unveiled by other later neuronal disease or even the wear and tear of aging." CLIP

Actualités électrosmog: cellulaire et cancer https://maisonsaine.ca/sante-et-securite/hypersensibilite/actualites-electrosmog-cellulaire-et-cancer.html
- L’incidence de certaines tumeurs du cerveau a augmenté de 50 % en 10 ans, selon l’Office britannique des statistiques : une conférence d’experts recommandant des études indépendantes sur les effets des téléphones cellulaires. Lire l’article.
- L’usage intensif du cellulaire chez les jeunes doublerait leur risque de cancer du cerveau, selon des experts critiquant les conclusions biaisées d’une étude. Découvrez l’article.

Électrosmog: nos très hauts taux de cancers inquiètent les experts
https://maisonsaine.ca/sante-et-securite/electrosmog/electrosmog-tres-hauts-taux-cancers-inquietent-experts.html
Le Québec affiche les plus hauts taux canadiens d’incidence de trois cancers liés à la surexposition aux champs magnétiques. Cinq experts internationaux recommandent au gouvernement du Québec d’appliquer le principe de précaution en la matière. CLIP UN DOSSIER CHOC (ddatant de 2010) préparé par André Fauteux - À lire ou a relire... comme ce premier éléments...

Champs électromagnétiques au Québec: une urgence de santé publique
https://maisonsaine.ca/wp-content/uploads/Edito%2056%20CEM%20Urgence.pdf
DEPuis 1991, le gouvernement du Québec a refusé par trois fois d’appliquer les recommandations de ses propres conseillers médicaux en matière de réduction de l’exposition aux champs électroma- gnétiques (CEM) de 60 Hertz. Cette situation est inacceptable puisque nous sommes le peuple le plus exposé en Occident, sinon au monde, aux champs magnétiques d’extrêmement basses fréquences (EBF). Ceci en raison de la prédominance des systèmes de chauffage électrique, des multiples mises à la terre effectuées sur les tuyaux de plomberie métalliques ainsi que des mauvaises pratiques de câblage.

Taux records de cancer
La situation est d’autant plus inacceptable que, selon les dernières statistiques de l’Agence de santé publique du Canada, les Québécois affichent les taux les plus élevés d’incidence de trois cancers soupçonnés d’être causés par l’exposition aux champs magnétiques EBF : les cancers du cerveau et du sein, ainsi que la leucémie lymphocytaire aiguë (détails en page 57). Si les liens statistiques établis entre les champs magnétiques et le cancer sont encore non concluants, l’absence d’une preuve hors de tout doute ne saurait excuser l’inaction de nos élus. En effet, des centaines d’études scientifiques de grande qualité et les appels répétés à la prudence lancés par de nombreux médecins justifient l’application immédiate, en vertu du principe de précaution, de mesures faciles et abordables qui pourraient réduire notre exposition aux CEM. Il existe « une association statistiquement significative et concordante entre les leucémies infantiles et l’exposition aux champs magnétiques EBF domestiques d’intensité supérieure à 0,4 microTesla, avec approximativement un doublement du risque relatif », affirmait en 2001 le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) en classant les champs magnétiques EBF comme étant «peut-être cancérogènes pour l’homme ». Selon le CIRC, il est « peu probable » que cette association soit due au hasard. Il y a même « peu de doute » que les champs magnétiques EBF soient une des causes de la leucémie infantile, tranchait un rapport d’experts (bioinitiative.org) en 2007. CLIP

iPhone 6 Bendgate: Apple's Instructions Say Not to Keep Your Phone in Your Pocket Anyway (9/26/14)
http://www.newsweek.com/iphone-6-bendgate-apple-says-your-iphone-shouldnt-go-your-pocket-avoid-radiation-273313
As the Internet lights up with images of the iPhone 6 plus emerging from people’s pockets bent like a used paperclip, it may be useful to consider this: Apple explicitly tells you not to carry your phone in your pocket, due to the radiation exposure threat it poses.In the little handbook that comes with every iPhone (the one that gets discarded almost immediately because, it’s a cell phone, we all know what to do with those, right?) Apple also explicitly states that the phone is not supposed to touch your body much, if at all.In fact, in the manual for the iPhone 5, Apple says users should carry their iPhones a full 10 millimeters (or .39 inches) away from their bodies at all times. That means, if the device is in the pocket of your jeans, it’s much too close. (...) Dr. David Carpenter, the director of the Institute for Health and the Environment University at Albany, New York has spent several years reading research on radio-frequency exposure and has testified to Congress on the subject. He says he is very wary of cell phones. “My personal sense is that the evidence for increases in cancer is quite strong. It’s not one hundred percent, but most studies have shown that [people with] high exposures have elevations in leukemia, brain cancers [and] some other kinds of cancers.” He predicts that cancer rates will go up in the coming decades. “Latency for brain cancer is 20 to 30 years. Cell phones haven’t been around for all that long. I think it’s likely that we’ll see an increase in cases over the next years,” Carpenter says.

The ONE MILLION five-year-olds with mobiles: Campaigners warn of health 'timebombs' as parents 'use handsets as babysitters devices'
http://dailym.ai/1omAHrk
Health campaigners have warned of a ‘ticking time-bomb’ after it was claimed that a million children have been given mobile phones at around the age of five.Parents appear to be using the handsets as babysitting devices to keep children entertained at home or on long journeys. Many families apparently also see them as an important safeguard to check where children are playing. The Department of Health says children should be discouraged from using mobiles, particularly if they are held next to the head, while the country’s chief medical officers say children and young people under 16 should be encouraged to use mobiles for essential purposes only, and to keep calls short. Campaigners insist there is strong evidence to link brain tumours to mobile phone radiation and that to allow children to use them is exposing them to risk. Graham Lamburn, of the Powerwatch health campaign group, said: ‘The very idea of letting children have mobile phones at the age of five is very irresponsible. ‘We have the greatest body of evidence to demonstrate that mobile phone radiation is a brain tumour risk for adults. If that is the case, children are almost definitely at a greater risk. 'Giving mobile phones to children represents an enormous experiment in terms of their health. ‘We won’t see anything in children for ten years, but this could very easily be a ticking time-bomb.’ Swedish research has suggested heavy mobile phone use over decades increases brain tumour risk by 2.5 times in adults and up to five times in children. However, there is a caveat that the number of people who fit into this category is very small. Price comparison website uSwitch.com said children are given their first phone at an average age of 11 years eight months, coinciding with the move to secondary school. But one in ten children, equating to about a million, is about five when they get a handset. Ernest Doku, of uSwitch.com, said: ‘If you do give in to your kids’ requests, asking networks to place caps on their mobile bills is a very sensible precaution.’

Is Your Smart Meter Causing Brain Damage?
http://youtu.be/dhF6C_pB22g
Dr. Laura Pressley talks about physiological effects of Smart Meters, both wireless and wired, and what you can do about it.

Compteur intelligent: il résiste à Hydro-Québec (22 AVRIL 2014)
http://www.journaldemontreal.com/videos/recherche/il/compteur-intelligent-il-resiste-a-hydro-quebec/3496536777001/page/31




Une autre excellent article d'André Fauteux, éditeur du magazine La maison du 21e siècle. Pour accéder au nombreux liens dans cet article, aller au lien ci-dessous.

Tiré de http://quebec.huffingtonpost.ca/andre-fauteux/intolerance-electromagnetique-mario-dumont_b_6060890.html

Intolérance électromagnétique: quand Mario Dumont se goure

Par André Fauteux - 28/10/2014

Comme plusieurs gérants d'estrade, Mario Dumont discrédite le nombre croissant de personnes qui se disent intolérantes aux champs électromagnétiques (CEM), dont les radiofréquences (micro-ondes) émises par les antennes, compteurs de nouvelle génération et autres appareils sans fil. M. Dumont est tout simplement ignorant au sujet de ce syndrome, comme bien des médecins et autres personnes qui croient qu'il serait déclenché par l'effet nocebo (la peur que les ondes soient nocives).

Pourtant, dès l'an 2000, le Conseil des ministres nordiques (de 11 pays européens) a reconnu l'«intolérance électromagnétique» comme maladie professionnelle. Ses symptômes, incluant la fatigue, la nausée et les problèmes de mémoire et de concentration, disparaissent dans les «environnements non électriques », affirmait son rapport. En 2012, l'Association médicale autrichienne publiait même une ligne directrice sur le diagnostic et le traitement des problèmes de santé liés aux CEM. Celle-ci le confirmait : « La principale méthode de traitement doit consister dans la prévention ou la réduction de l'exposition aux CEM...»

La confusion est entretenue notamment par les nombreuses désignations de ce syndrome. L'oncologue parisien Dominique Belpomme préfère distingue la sensibilité et l'hypersensibilité électromagnétiques du syndrome d'intolérance aux CEM (SICEM) qu'il considère comme une « condition préAlzheimer ». Nous sommes tous électrosensibles, car nos cellules corporelles produisent et réagissent à l'électricité. Mais très peu de gens sont électrohypersensibles (EHS), c'est-à-dire capables de sentir l'électricité. Selon le Dr Belpomme, le cerveau des personnes EHS contient des quantités anormales de magnétite (minéral ferromagnétique) transmise génétiquement ou leur corps contient passablement de métaux lourds ou d'implants métalliques qui agissent comme des antennes captant les ondes. Pour sa part, le SICEM est déclenché par une surexposition (parfois aiguë, souvent faible, mais chronique) à des substances - CEM, moisissures, pesticides ou solvants - qui endommagent le cerveau.

Je connais deux médecins de santé publique qui suivent des personnes atteintes du SICEM et qui leur prescrivent divers moyens de se protéger des CEM. Ces médecins refusent d'en parler publiquement, craignant les railleries ou les représailles de leurs collègues et patrons, voire du Collège des médecins. C'est qu'en 2005 l'Organisation mondiale de la santé (OMS) affirmait au sujet de ce qu'elle appelle (à tort selon le Dr Belpomme) l'hypersensibilité électromagnétique (HSEM) : « Il n'existe ni critères diagnostiques clairs pour ce problème sanitaire, ni base scientifique permettant de relier les symptômes de la HSEM à une exposition aux CEM. »

Selon le Dr Belpomme, cette affirmation est « un recul permanent de nature politique qui n'a rien de scientifique. L'OMS sera obligée de réviser son jugement dans les mois qui viennent. C'est un déni sociétal qui ne tient pas compte des connaissances actuelles, qui évoluent en permanence. »

La «maladie des ondes radio» fut décrite pour la première fois en 1932 par le médecin allemand Erwin Schliephake. Il avait remarqué que ses symptômes (grave fatigue, maux de tête intolérables, grande susceptibilité aux infections, etc.) étaient induits à proximité d'un transmetteur radio à des densités d'ondes ne provoquant pas d'effets thermiques. Dans les années 1950, des chercheurs russes ont nommé cette condition «maladie des micro-ondes».

S'il est vrai que les études de qualité en la matière sont rares, c'est surtout par manque de financement des chercheurs indépendants au profit des amis des industriels. Les industries des télécommunications et de l'électricité n'ont certes pas intérêt à financer des études qui pourraient leur nuire, pas plus que nos gouvernements qui imposent les compteurs intelligents sur nos maisons et le Wi-Fi dans les écoles. D'autant plus que l'État récolte annuellement des millions de dollars de taxes et d'impôts que génèrent ces industries, sans parler des revenus des baux pour l'installation d'antennes, notamment sur le toit des hôpitaux... Mais à quel coût pour notre société aux prises avec diverses épidémies sanitaires?

Pourtant, dès 1991, l'équipe du chirurgien cardiovasculaire texan William J. Rea avait démontré que l'on pouvait déclencher et éliminer des symptômes d'intolérance électromagnétique lors d'une expérience réalisée dans des conditions contrôlées et en double aveugle (à l'insu des chercheurs et des sujets). Les chercheurs ont d'abord stabilisé le système nerveux des sujets avec une diète saine et en les plaçant dans un environnement non pollué. Ils ont ensuite déterminé les fréquences précises auxquelles réagissaient 16 % des participants - de façon reproductible et souvent à retardement. Leurs symptômes étaient neurologiques, cardiaques, dermatologiques, respiratoires, digestifs, oculaires et musculo-squelettiques. En 2011, le biophysicien Andrew A. Marino, professeur de neurologie à l'Université de la Louisiane, réussissait le même exploit avec une collègue médecin, également intolérante aux ondes.

De quoi valider les prétentions de nulle autre que la Dre Gro Harlem Brundtland (photo ci-contre), mère du concept de développement durable, ancienne première ministre de la Norvège et ex-directrice générale de l'OMS. En 2002, elle demandait à des journalistes de mettre leurs cellulaires en mode avion, car ils lui donnaient un bon mal de tête. Depuis un accident survenu avec son four à micro-ondes, elle disait pouvoir détecter un cellulaire caché jusqu'à quatre mètres de distance!

«Environ 3 % des Canadiennes et des Canadiens ont reçu un diagnostic d'hypersensibilité environnementale, et ils sont beaucoup plus nombreux à souffrir d'une sensibilité quelconque aux traces de produits chimiques et/ou aux phénomènes électromagnétiques présents dans l'environnement», affirmait en 2007 le rapport Le point de vue médical sur l'hypersensibilité environnementale, publié par la Commission canadienne des droits de la personne. Des sondages ont montré que 10 % des Européens se plaignent d'intolérance aux ondes, et la toxicologue environnementale ontarienne Magda Havas, professeure d'études environnementales et des ressources à l'Université Trent, a remarqué que réduire l'exposition aux CEM améliore la santé (rythme cardiaque, glycémie et symptômes de sclérose en plaques) d'une personne sur trois. Le chercheur britannique Isaac Jamieson a pour sa part découvert que les champs électriques (combinés aux particules fines et aux microbes) peuvent déclencher des allergies, de l'asthme et des infections.

Il est donc primordial de protéger les enfants et autres personnes hypersensibles à toute forme de pollution. Il faut comprendre que les faibles expositions aux micro-ondes sont des agressions cumulatives qui à terme épuisent le système nerveux et que l'apparition des symptômes est précédée par des effets subtils que le Dr Belpomme a observés : circulation sanguine réduite au cerveau, hausse des protéines de choc thermique, baisse de la mélatonine (hormone du sommeil et anticancer), hausse de l'histamine, etc.

Et il faut comprendre aussi que les compteurs intelligents, qui émettent de très brèves salves de micro-ondes 24 heures sur 24, peuvent faire déborder le vase, car à long terme la dose reçue de ces appareils peut dépasser celle reçue d'une antenne ou d'un téléphone cellulaire, dont les torts à long terme sont de plus en plus documentés.

Des pays éclairés comme l'Allemagne et l'Autriche recommandent déjà de réduire notre exposition au Wi-Fi, en favorisant les connexions câblées et en mettant le routeur en mode avion autant que possible. Un jour, même les gérants d'estrade diront que c'est une mesure de précaution tout à fait sensée...

Pour en savoir davantage: Quand le vase déborde: l'intolérance aux ondes




Experts and doctors warn: Pregnant women and children should not be exposed to wireless radiation (23 October 2014) by Dr. Olle Johansson
http://www.takebackyourpower.net/news/2014/10/23/experts-and-doctors-warn-pregnant-women-and-children-wireless/
But we humans are mostly just standing around talking about this, whereas ants and bees are fleeing the field! (...) A team of researchers in California conducted a major study of cell phone use among pregnant women. For one year the team looked at all the kids who were born in Denmark, and interviewed the mothers about their cell phone use during pregnancy, as well as the child’s later cell phone usage and behavior pattern. As it turned out, to the scientists’ surprise, the mothers who had the most frequent cell phone use during their pregnancy consequently had the greatest risk of having children with behavioral difficulties.This included both autism and ADHD/ADD-like behaviors. The greater risk was statistically significant and increased with further cell phone use by the child. Make no mistake, this is not limited to just children: even fetuses are significantly affected. A team of researchers, lead by Mr. Jing, of the Department of Public Health, Shandong University in China, has studied the effects of cell phone radiation on pregnant, rat’s fetuses. The researchers measured changes in neuronal signal substances and effects on antioxidant enzyme which will protect our cells from oxidative stress. The conclusion was that cell phone radiation during pregnancy gave rise to damage in the fetus’ brains! The rat babies were already born with brain injuries. What parent would want that for its offspring? CLIP

Voir aussi Olle Johansson "Health effects of electromagnetic fields"




Experts: Why wearable tech could pose health risks (October 20, 2014)
http://www.foxnews.com/tech/2014/10/20/experts-why-wearable-tech-could-pose-health-risks/
(,..) One who is being cautious is Hugh S. Taylor, MD, chairman of the Department of Obstetrics, Gynecology and Reproductive Sciences at the Yale School of Medicine. Though wearables emit lower energy levels than smartphones, some people should still consider themselves at risk, he said. “My warning is that we should be particularly cautious in pregnant women,” Taylor told Foxnews.com. “Especially something such as a watch if you have your arm straight down or resting on your belly.” And sporting a wearable in addition to carrying a smartphone and tablet could have a cumulative effect, he said. “I worry that wearables may increase our total exposure. All that radiation will be adding up. Wearables are something you’re more likely to keep on your body, so you’re more likely to have a sustained close exposure.” Taylor, most of whose work focuses on fetal development, said fetuses exposed to radiation from their pregnant mothers’ cellphones can develop behaviors such as hyperactivity, poorer memory and ADHD (Attention Deficit Hyperactivity Disorder) in childhood. But the effects of RF radiation on the average consumer are what concern Moskowitz. “If [you] were to go to the NCI (National Cancer Institute) website, [you] would probably read that there’s been a lot of research. [They would say that] we really don’t know the answer, and more research is needed,” he said. “That’s the conventional party line of our government and many governments around the world.” Echoing Taylor’s concerns, he added: "Besides the peak RF exposure from Bluetooth devices, which is what the SAR measures, we need to be concerned about the cumulative RF exposure, as people may keep these devices on all day long." For example, he said, one of the effects of daylong, very low intensity exposure to microwave radiation from Wi-Fi is that it “opens the blood brain barrier. So if you have any toxins in your blood system, those toxins can now penetrate your brain tissue with very, very low exposure to microwave radiation.” Even Bluetooth, where the SAR is low, “could be problematic leaving [the device] near the head, because of the blood brain barrier phenomenon,” Moskowitz said. CLIP

Voir aussi...

76 produits toxiques dans le sang des parlementaires européens ! (21 avril 2004)
http://wwf.panda.org/fr/nouvelles/?12622/76-produits-toxiques-dans-le-sang-des-parlementaires-europeens-
Ce n’est désormais plus un secret : le corps humain sert de réservoir à une multitude de substances chimiques toxiques. Communiqués aujourd’hui, les résultats de la plus large enquête menée à l’échelle européenne sur la contamination des organismes humains par ces produits en fournissent en effet la preuve : pas moins de 76 substances chimiques toxiques ont été découvertes dans le sang des volontaires testés ! (...) Représentant au total 17 pays, les volontaires testés en décembre 2003 comprenaient 39 membres du Parlement Européen, 4 observateurs issus des pays en voie d’accession à l’Europe, 1 ancien parlementaire et 3 membres du personnel du WWF. Leurs échantillons sanguins ont été analysés en recherchant 101 produits chimiques provenant de cinq groupes différents : les pesticides organo-chlorés (incluant le DDT) ; les PCB ; les retardateurs de flamme bromés ; les phtalates et les composés perfluorés (PFO). Il ressort des résultats que chaque personne est contaminée par un cocktail de substances toxiques persistantes (qui ne s’évaporent pas dans la nature) et bioaccumulatives (qui s’accumulent dans le corps) comprenant des produits issus de chacune des cinq familles visées. Un total de 76 produits chimiques toxiques différents sur les 101 recherchés ont ainsi été trouvés dans le sang des parlementaires. « Le nombre, la concentration et les types de produits chimiques détectés à travers cette enquête sont inacceptables », a confié Karl Wagner, le directeur de la campagne DetoX au WWF. « Une exposition continue à un tel cocktail de produits chimiques toxiques ne peut être considérée comme saine.

(...) Les résultats montrent que le plus grand nombre de produits trouvé chez une seule personne se chiffre à 54, tandis que la moyenne fait état de 41 substances détectées par personne. Au moins 13 substances toxiques identiques ont également été découvertes chez chaque volontaire testé, incluant des produits chimiques interdits en Europe depuis plus de vingt ans ainsi que des produits chimiques toujours couramment employés aujourd’hui tels que les phtalates et les composés perfluorés.

(...) « Les résultats de ces tests montrent que chaque personne dépistée est contaminée par différents produits chimiques industriels, incluant des pesticides dont l’usage a été prohibé il y a déjà plusieurs années et des produits chimiques toujours utilisés aujourd’hui, cela indépendamment de l’endroit où les personnes résident », s’alarme Sheila Macdonald, responsable opérationnelle de la Banque Coopérative. « Et, à ce jour, nous ne savons pas encore quels effets ont ces produits sur nos propres corps, nos enfants ou la vie sauvage. »




Ce qui suit est tiré du dernier bulletin de Véronique Riopel de C4ST

3- PROTECTRICE DU CITOYEN

Nous avons appris récemment que la Protectrice du citoyen, Mme Raymonde St-Germain a constaté une nette augmentation des plaintes à l'endroit d'Hydro-Québec; dont une bonne part au sujet des compteurs intelligents et qu'elle sollicite le pouvoir d'intervenir. (Hydro-Québec, exceptionnellement, échappant à sa juridiction.) Le député de Deux-Montagnes a déposé un projet de loi à cet effet. Nous tenons à souligner l'importance de cette intervention et notre sincère appréciation quant à cette initiative.

http://www.assnat.qc.ca/fr/video-audio/AudioVideo-54121.html

Nous vous enjoignons de faire parvenir toute plainte en lien avec Hydro-Québec à la Protectrice du citoyen; qu'elle ait trait à l'intimidation (qui malheureusement semble se poursuivre alors que le déploiement s'étend et se maintenir à l'égard des citoyens ayant déjà refusé ces compteurs), à la hausse des factures ou à tout autre problème (dont des ennuis de santé suite au déploiement), la Protectrice du citoyen y étant attentive.

Aidez-la à nous aider, donnez-lui suffisamment de raisons d'agir!

http://www.protecteurducitoyen.qc.ca/nous-joindre/index.html (plainte)

Protectrice du citoyen: Hydro-Québec encore montrée du doigt (9 septembre 2014)
http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/2014/09/20140909-164608.html




Tiré de http://www.votresante.org/suite.php?dateedit=1261347791

L’OMS, corruption et d’inefficacité

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) fait la pluie et le beau temps sur notre planète en matière de santé publique et la plupart des gouvernements se réfèrent à ses nombreuses recommandations. Or, il y a quelques années, Bertrand Deveaud, journaliste, et Bertrand Lemennicier, professeur agrégé d’économie, ont enquêté à travers le monde sur cet organisme et ont consulté de nombreux rapports officiels et confidentiels pendant deux ans.

Ils en ont conclu que l’OMS ne serait plus que le bateau ivre de la santé publique et naviguerait « sans maître à bord ni objectifs clairs sur un océan de corruption et d’inefficacité » (cf. L’OMS : Bateau ivre de la santé publique, Ed L’Harmattan). Une série d’articles publiés à la même époque dans The British Medical Journal et dans The Lancet décrivaient l’organisation Mondiale de la Santé comme une institution corrompue et à bout de souffle.

À l’origine, l’OMS était censée ne recevoir ses fonds que des gouvernements des Nations Unies, mais depuis quelques années, afin d’augmenter ses capitaux, l’OMS a mis en place ce qu’il appelle un « partenariat privé » qui lui permet de recevoir des aides financières d’industries privées. Mais quelles industries ? Bien évidemment la Mafia pharmaceutique et ses amis qui bénéficient à présent de ce que l’on nomme « une porte ouverte sur un tapis rouge » à Genève.

Depuis lors, sa crédibilité, sérieusement entamée, ne s’est guère améliorée, et son indépendance est plus que controversée à cause de son manque total de transparence sur les preuves scientifiques étayant ses recommandations et sa collusion avec les multinationales industrielles. Il est évident qu’au niveau mondial les affaires et la politique influencent fortement la santé.

Le 22 janvier 2007, Alison Katz, une chercheuse qui a passé 17 ans à l’OMS, a adressé une Lettre ouverte à la nouvelle directrice de l’agence,la Chinoise Margaret Chan, accusant l’organisation de « corruption, népotisme, violation des statuts et inefficacité du contrôle interne », et concluant que « l’OMS est devenue une victime de la mondialisation néo-libérale ». Elle dénonce « la commercialisation de la science et les liens étroits entre l’industrie et les institutions académiques » et la science « corporatiste » privée, et estime que « l’OMS doit être le leader d’un mouvement pour transformer la façon dont est conduite la recherche scientifique y compris ses sources de financement, ainsi que l’acquisition et l’utilisation des connaissances » et que les fonctionnaires internationaux n’ont pas le droit de « ne pas savoir ».

Les Docteurs Andrew Oxman et Atle Fretheim, du Centre norvégien de la connaissance des services de santé, et le Dr John Lavis, de l’Université McMaster au Canada, ont interviewé des responsables de l’OMS et analysé ses différentes recommandations. Andrew Oxman estime qu’il « est difficile de juger de la confiance qu’on peut avoir dans les recommandations de l’OMS si on ne sait pas comment elles ont été élaborées ».
« Nous savons que notre crédibilité est en jeu », a admis le Dr Tikki Pang, directeur de la recherche de l’OMS. « Le temps qui presse et le manque d’information et d’argent peuvent parfois compromettre le travail de l’OMS ». Des responsables de l’organisation ont aussi reconnu que, dans bien des cas, la preuve censée être à l’origine d’une recommandation n’existait pas.

Le Dr Oxman a critiqué l’OMS d’avoir son propre contrôle de qualité. Quand ses avis de 1999 sur le traitement de l’hypertension artérielle ont été critiqués, notamment pour le prix élevé des médicaments recommandés sans preuve d’un bénéfice supérieur à celui de produits moins chers, l’organisation a publié des « recommandations pour la rédaction des recommandations » qui ont conduit à revoir les conseils concernant l’hypertension. Il est probable que dans cette affaire comme dans bien d’autres, l’industrie pharmaceutique avait discrètement graissé la patte des fonctionnaires de l’OMS. Mais l’affaire s’est aggravée depuis le début de la « pandémie » de la grippe porcine.

Le Dr Margaret Chan, nouvelle directrice générale de l’OMS, va devoir répondre à ces critiques, comme elle va devoir répondre aux accusations de l’épidémiologiste Tom Jefferson, de la Collaboration Cochrane, organisation de scientifiques indépendants qui a évalué toutes les études réalisées sur la grippe, et a pu mettre en valeur les diverses implications de la privatisation de l’OMS, ainsi que de la commercialisation de la science.

Lors d’une interview réalisée par le magazine allemand Der Spiegel, qui lui a demandé si l’OMS avait délibérément déclaré l’état d’urgence pour la pandémie afin de pouvoir créer un gigantesque marché pour les vaccins H1N1, ainsi que pour les médicaments, Jefferson a répondu : « Ne pensez-vous pas qu’il y a quelque chose de remarquable dans le fait que l’OMS ait modifié sa définition de la pandémie ? La définition classique parlait d’un nouveau virus qui se répandait rapidement, pour lequel n’existait aucune immunité et qui provoquait un taux élevé de morbidité et de mortalité. Aujourd’hui les deux derniers points ont été supprimés, mais c’est de cette manière que la grippe porcine a pu recevoir la définition de pandémie. »

Pour lui, l’OMS et des officiels de Santé publique et des compagnies pharmaceutiques ont construit de toutes pièces cette pandémie imminente. « Des sommes colossales d’argent sont en cause, de même que des carrières et des institutions entières ! ». CLIP




Note de Jean : Un autre témoignage démontrant à quel point il est suicidaire de se coller un cellulaire sur la tempe pour jacasser au téléphone – c'est comme se pointer une arme chargée sur la tête pour «jouer» à la roulette russe. Cet appareil, qui permet dans de rares occasions de sauver des vies, ne devrait être utilisé qu'en cas d'extrême besoin, le moins longtemps possible, tenu à bonne distance du corps en utilisant un écouteur (de préférence le modèle BlueTube) ou en le mettant sur haut-parleur, et, à moins qu'il soit essentiel de pouvoir être rejoint à tout moment, il faut le conserver en mode avion ou éteint le reste du temps et se contenter de prendre ses messages sur sa boîte vocale et rappeler les gens sur un téléphone filaire sécuritaire (jamais sur un téléphone sans fil, tout aussi dangereux que les cellulaires) si rien ne presse. Comme vous le verrez en lisant cet article, le pacte du silence sur les risques mortels de cette technologie est imposé à tous les employés de cette industrie responsable de la mort de millions de personnes – tout comme l'est l'industrie du tabac – et son conditionnement mental est si complet que même cet ex-directeur de la multinationale Nokia craint que son histoire sème la peur chez les usagers accros comme lui à cette technologie mortellement dangereuse.

Tiré de http://www.robindestoits.org/L-ex-Directeur-de-Technologie-chez-Nokia-Le-telephone-portable-m-a-detruit-la-sante-18-10-2014_a2251.html

L'ex-directeur de technologie chez Nokia : « Le téléphone portable m'a détruit la santé. »

par Anne Nikka - 18 octobre 2014

Matti Niemelä, ex-Directeur de Technologie chez Nokia, a participé au développement des premiers téléphones portables dans le monde, mais lui-même est tombé gravement malade à cause de leurs rayonnements.

En outre, on lui a diagnostiqué une sclérose en plaques. Certaines études indiquent que les rayonnements peuvent accroître le risque de développement de cette maladie.

Pour Matti Niemelä, établi à Tampere, 44 ans, la vie était comme dans un film, lorsque jeune homme, il a été recruté et formé par Nokia en 1997. En presque dix ans, ce jeune surdoué est devenu le Directeur technologique de Nokia, et a participé au développement des premiers téléphones portables dans le monde, des clés USB et des connections WLAN / WIFI.

En 2007, la santé de Niemelä s'étant détériorée, sa carrière a pris fin brutalement. Aujourd'hui, cet homme n'est capable de se déplacer qu'avec l'aide d'un déambulateur (ou marchette). Niemelä refuse d'utiliser un fauteuil roulant.

« L'ironie dans tout ça, c'est que je ne peux plus utiliser les appareils que j'ai développé », dit Niemelä en souriant. Niemelä est l'un des malheureux ayant présenté de graves symptômes dûs aux rayonnements. « Je me déplaçais partout dans le monde avec un transmetteur à la main, l'exposition aux rayonnements était très forte du matin au soir, et même la nuit. Peu de gens en ont eu une telle dose », dit Niemelä.

Les premiers symptômes s'étaient déjà manifestés au terme de sa première année de travail chez Nokia. « Je jouais alors au badminton, et je n'arrivais plus à servir la balle, bien que j'y jouais depuis un moment. » Au début, Niemelä n'osa pas aller chez le médecin, principalement à cause de la peur du cancer du cerveau qui était déjà présente. Les symptômes ont empiré d'année en année. « Je ne pouvais pas parler sur le téléphone portable tout en marchant, parce que cela me causait des problèmes de coordination. » Plus le rayonnement était intense, plus il avait des troubles de l'élocution. « De plus, mon oreille était chaude lorsque je parlais longtemps. J'ai insisté jusqu'au jour où je n'ai plus senti ma peau. Alors il a fallu aller chez le médecin », explique Niemelä.

En 2001, des images d'IRM et des échantillons de liquide céphalo-rachidien ont permis de révéler la triste vérité: la sclérose en plaques. « Je fus même un peu soulagé, car on peut vivre avec la sclérose en plaques, mais pas avec le cancer du cerveau. » D'après Niemelä, les membres du personnel médical ne souhaitent pas se prononcer sur le fait que la sclérose en plaques ait été déclenchée par le téléphone portable. Les résultats d'études préliminaires montrent cependant que les rayonnements augmentent le risque d'apparition de cette maladie. « Je suis un profane, pas un médecin. Il y a certainement plusieurs raisons à l'émergence de la sclérose en plaques, et pas seulement les radiations du téléphone cellulaire. Pourtant, les radiations multiplient bel et bien les symptômes de ma maladie. En outre, les symptômes de la sclérose en plaques peuvent être facilement confondus avec les symptômes de radiation du téléphone portable », explique Niemelä.

Durant l'interview, Niemelä a de plus en plus de mal à articuler. Il y a un panneau dans le couloir qui demande au public d'éteindre son téléphone. Une petite dose de radiation, c'est déjà trop. « Je ne suis plus en mesure d'aller au cinéma ou de rester très longtemps dans les espaces publics, avec plein de rayonnements. Je ne suis pas sorti depuis longtemps », dit Niemelä, la quarantaine, qui doit désormais accepter que les murs de sa maison sont ceux d'une prison.

Bien que Niemelä y ait laissé sa santé, sa carrière, et plus récemment son mariage, il n'en rend personne responsable. « Je n'ai pas d'amertume, c'était mon choix de travailler chez Nokia. » Il ne veut pas non plus effrayer trop de monde avec les dangers du téléphone portable. « Une personne en bonne santé peut utiliser un téléphone portable de façon raisonnable. »

Niemelä admet que de rendre son histoire publique comporte un gros risque. « J'ai peur d'en parler en public, parce que je ne veux pas être traité de fou. » Niemelä explique que chez Nokia, le sujet de la radiation des téléphones cellulaires a toujours été un tabou permanent. « On n'était pas autorisé à aborder ce sujet au sein de l'entreprise. Pourtant, parmi le personnel, il a été spéculé que les rayonnements pouvaient faire des dégâts. Cependant, personne n'a osé en parler, de peur de se faire renvoyer. »

Niemelä dit avoir abordé la question pour la première fois avec le médecin en 2006. « Le médecin m'a dit qu'il avait plusieurs patients qui souffraient des mêmes symptômes que moi », confie Niemelä. Niemelä est particulièrement inquiet pour les enfants et l'utilisation qu'ils font du téléphone portable, car la distance recommandée à maintenir entre l'appareil et l'oreille ou la tête n'est pas du tout respectée. « Ces choses ont été mises sous silence pendant trop longtemps. J'espère qu'à l'avenir, il sera possible de parler sans crainte et ouvertement de ces symptômes. »

CLIP

Ceci est la traduction d'un article publié dans le journal finlandais Satakunnan kansa. [Traduction anglaise par Henrik Eiriksson, et traduction française (source: finlandais et anglais) par Marie-Gabrielle.]

Sources:
http://betweenrockandhardplace.wordpress.com/2014/10/18/former-nokia-technology-chief-mobile-phones-wrecked-my-health/
Pour les liens vers les textes de langue finnoise, voir:
http://betweenrockandhardplace.wordpress.com/2014/10/18/series-of-stories-in-finnish-newspaper-satakunnan-kansa/

Voir aussi...

Les liens incestueux entre le gouvernement américain et l'industrie du sans fil
http://www.cqlpe.ca/pdf/LesTricheriesdelIndustrie.pdf
Cet excellent compte-rendu (en anglais) révèle les dégoûtantes magouilles qui permettent aux opérateurs du cellulaire de vendre impunément leurs appareils potentiellement mortels. Le Dr George Carlo, engagé par l'industrie du sans fil pour démontrer que les téléphones cellulaires ne posent aucun danger pour la santé, a rendu publiques les résultats de recherches faites par 200 scientifiques démontrant un doublement du risque d'avoir un cancer du cerveau quand on utilise un cellulaire. Le gouvernement américain et la FDA ont refusé et refusent toujours d'admettre le problème. Même chose au Canada, et ces risques concernent aussi le WiFi...

Our Governments Say EMFs Are Safe – Should We Believe Them?
http://www.electricsense.com/5992/our-governments-say-emfs-are-safe-should-we-believe-them/
(...) The biggest controversy surrounding this whole issue is the way the proof that cell phone radiation is harmful, uncovered by the Telecoms industry’s own expert Dr George Carlo, was swept under the carpet. This was all more than 10 years ago. Ancient history you might say. Fast forward to 2013: President Obama, nominates Tom Wheeler as the head of the FCC (Federal Communications Commission). Interesting tidbit, Tom Wheeler was the guy who hired Dr. Carlo in 1993 to research the effects of cell phone radiation and then promptly discredited Dr. Carlo in 1999 when he didn’t like the result of that research. Does all this sound like some sort of conspiracy?Here is the full story sent to me by, Jenna, one of my readers – many thanks to Jenna for this excellent piece.Read the story and then make your own mind up. CLIP




Tiré de http://laurierlejournal.com/compteur-intelligent-fait-siennes/comment-page-1/#comment-30

Le même soir que le compteur intelligent a été installé en septembre dernier (2014), le détecteur de mouvement qui active les lumières situées en dedans de 10 pieds du compteur d’Hydro Québec a eu la même réaction que celui de M. Chapleau, a toutes les 8 à 10 minutes les lumières s’allumaient et faisaient leur cycle et s’éteignaient pour recommencer 8 à 10 minutes plus tard et cela en continue jusqu’à l’installation du papier d’aluminium, il a suffit d’une couche seulement pour que les lumières fonctionnent normalement.
Ce problème ne s’était jamais produit en 8 ans avec l’ancien compteur, il suffit d’enlever le papier d’aluminium pour que le problème recommence. (Pas besoin d’être un scientifique pour comprendre que le compteur génère le problème.)

Malheureusement ce n’est pas le seul problème que le nouveau compteur intelligent a apporté avec lui…
le même soir l’internet de Bell s’est mis a se déconnecter du réseau sans cesse. Le modem DSL sans fil (wifi) se débranchait d’internet et essayait de se rebrancher de façon continuelle. Le modem est situé a environ 20 pieds du compteur, l’application d’une couche de papier d’aluminium n’a pas résolu le problème, il a fallu ajouter 2 autres couches de papier d’aluminium pour presque revenir à la normale, je dis presque, car parfois la ligne internet se coupe encore à l’occasion, mais c’est moins fréquent que sans le papier d’aluminium.

Il y a eu d’autres événements assez bizarres depuis l’installation du compteur intelligent et avant l’installation des 3 couches de papier d’aluminium, en exemple l’alarme du camion qui n’est pas activé (pas dessus), elle s’active et se met en alarme toute seule de façon continu, même si je la désactive à chaque fois, en éloignant le camion du compteur (plus de 50 pieds du compteur) et en mettant le papier d’aluminium supplémentaire ce problème n’est pas revenu. Un autre cas bizarre qui est survenu aussi avant l’installation des 3 couches de papier d’aluminium, c’est que la qualité de l’image transmise par le décodeur de satellite de shawdirect est devenu médiocre, comme s’il y avait de la neige dans l’image, l’antenne est située à environ 15 pieds du compteur.

Le dernier problème causé par le nouveau compteur a été celui avec les caméras de surveillance sans fil, j’ai dû modifier mes caméras de surveillance sans fil pour les brancher directement au réseau par câble, car de façon intermittente elles recevaient de l’interférence qui soit brouillait l’image ou bien les débranchaient du réseau de surveillance. Le seul problème que je n’ai pas encore eu, comme d’autres gens le mentionne sur le web aux USA, c’est celui avec les télécommandes de l’ouvre-porte de garage ou bien que la porte de garage s’ouvre toute seule.

Nos voisins ont le même problème avec l’internet et en plus ils ont des problèmes avec leur téléphone sans fil, qui ne fonctionne pas bien depuis l’installation du nouveau compteur, la qualité du son n’est plus bonne et il y a toutes sortes d’interférence dans les conversations.

Bref le nouveau compteur intelligent a apporté des problèmes qui n’existaient pas avec le vieux compteur, ces problèmes sont principalement causés sur les équipements qui fonctionnent dans les bandes de fréquences Wifi ou aux alentours de 2.4ghz.

Tous ces problèmes matériels sont facilement vérifiables, encore faut-ils les avoir identifiés et avoir constaté qu’ils sont arrivés depuis l’installation du nouveau compteur intelligent, que dire des problèmes qui affectent la santé des gens, nous sommes peut-être affectés et c’est sur le long terme seulement que nous allons le découvrir. »

– Denis Drummondville - 17 octobre 2014




Un site à découvrir: http://lesaltercitoyens.com/

Tonight with John Oliver: Civil Forfeiture (HBO)
http://youtu.be/3kEpZWGgJks
Did you know police (in the U.S.) can just take your stuff if they suspect it's involved in a crime? They can!
It’s a shady process called “civil asset forfeiture,” and it would make for a weird episode of Law and Order. À voir ! Hallllllucinant! L'équivalent existe au Québec, mais les sommes ramassées sont de loin inférieures aux $2.6 milliards de cash (uniquement) saisi dans les voitures au USA et la distribution des fonds est contrôlée par le gouvernement : Partage des produits de la criminalité 2014-2015 : Les ministres Lise Thériault et Stéphanie Vallée remettent plus de 6M $ récupérés des milieux criminels

PASSE-MOI LE SEL!!
http://youtu.be/6_-xTxP1hD4




INCROYABLE MAIS VRAI!!!

Ces patrons de la Silicon Valley qui interdisent la high tech à leurs enfants (16/09/2014)
http://www.francetvinfo.fr/monde/ameriques/ces-patrons-de-la-silicon-valley-qui-interdisent-la-high-tech-a-leurs-enfants_695203.html
Les dirigeants d'Apple, Google ou Twitter limitent l'usage des nouvelles technologies chez leurs enfants, estimant qu'elles pourraient nuire à leur développement. -- « À la maison, nous limitons l'utilisation des gadgets technologiques. » La phrase est prononcée par Steve Jobs, en 2010. Surprenant ? Pas tant que ça, à en croire le New York Times (en anglais), qui explique jeudi 11 septembre que de nombreux dirigeants de la Silicon Valley tiennent leurs enfants à l'écart des nouvelles technologies.

« Nous connaissons personnellement les dangers »

Ainsi, Chris Anderson, ancien rédacteur en chef du magazine spécialisé Wired et actuel directeur exécutif d'une firme fabriquant des drones, limite le temps d'utilisation de tous les appareils électroniques de sa maison. A tel point que ses enfants les accusent, lui et sa femme, « d'être des fascistes bien trop inquiets au sujet de la technologie ». « C'est parce que nous connaissons personnellement les dangers de la technologie », répond Chris Anderson au New York Times. Même son de cloche chez Evan Williams, un des cofondateurs de Twitter, dont les enfants ont accès à des livres et non à des iPad. Certains parents autorisent toutefois leurs adolescents à utiliser ordinateurs et tablettes pour des activités créatives comme la programmation informatique ou le montage vidéo, rapporte le quotidien américain.

Pas d'iPad pour les enfants de Steve Jobs

Plusieurs dirigeants de Google, Yahoo!, Apple ou encore eBay, non contents d'interdire les écrans à la maison, placent en outre leurs enfants dans des écoles anti-technologie. En novembre 2011, le New York Times (en anglais) évoquait ainsi le cas de l'établissement Waldorf, en Californie, où les élèves n'apprennent à maîtriser Google qu'à partir de la 4e. Les salles de classe sont en revanche dotées de tableaux noirs, de craies et de livres. Selon la direction de l'établissement, les ordinateurs et les tablettes nuiraient à la créativité et à la concentration des enfants. Un point de vue que partageait sans doute Steve Jobs : à la question « Vos enfants aiment-ils les iPad ? », le fondateur emblématique d'Apple avait répondu au New York Times, en 2010, qu'ils n'en avaient jamais utilisé.

A Silicon Valley School That Doesn’t Compute (October 22, 2011)
http://www.nytimes.com/2011/10/23/technology/at-waldorf-school-in-silicon-valley-technology-can-wait.html?pagewanted=all
LOS ALTOS, Calif. — The chief technology officer of eBay sends his children to a nine-classroom school here. So do employees of Silicon Valley giants like Google, Apple, Yahoo and Hewlett-Packard. But the school’s chief teaching tools are anything but high-tech: pens and paper, knitting needles and, occasionally, mud. Not a computer to be found. No screens at all. They are not allowed in the classroom, and the school even frowns on their use at home. Schools nationwide have rushed to supply their classrooms with computers, and many policy makers say it is foolish to do otherwise. But the contrarian point of view can be found at the epicenter of the tech economy, where some parents and educators have a message: computers and schools don’t mix. This is the Waldorf School of the Peninsula, one of around 160 Waldorf schools in the country that subscribe to a teaching philosophy focused on physical activity and learning through creative, hands-on tasks. Those who endorse this approach say computers inhibit creative thinking, movement, human interaction and attention spans. CLIP

Sans oublier...

Découvrez la menace du WiFi dans les écoles
http://www.cqlpe.ca/WifiEcoles.htm

Le WiFi à l'école : stupide et dangereux
http://www.cqlpe.ca/WifiStupide.htm
(...) Les écoles ont été très sensibles aux préoccupations soulevées au sujet de l'amiante, des pesticides, des produits de nettoyage sans ingrédients toxiques et des repas sans noix pour les enfants allergiques. Pourquoi est-il si difficile pour les administrateurs d'écoles d'accepter le fait que l'exposition constante aux micro-ondes dans les salles de classe n'est pas dans le meilleur intérêt des élèves et du personnel ? Les écoles qui considèrent la santé plus importante que la commodité doivent installer des accès Internet câblés. Non seulement le câble est-il moins dangereux, mais il est également plus rapide et plus fiable du point de vue de la sécurité des données qu'une connexion WiFi. L'Internet câblé est le choix le plus judicieux !

VOICI CE QUE LE GROUPE CANADIANS FOR SAFE TECHNOLOGY RECOMMANDE À CE SUJET:

1. Allow teachers to turn the Wi-Fi router off in their classroom when access to the internet is not required.

2. Create an education and safety program for students and teachers on how to use this technology more safely.

3. Post the warnings written by the manufacturers of the devices contained in the product information of the Wi-Fi devices your Board has installed, as well as cell phones and tablets used in the classroom. Your students and teachers should be aware that the manufacturers do not deem the products to be safe in all situations.

4. In your decision to deploy Wi-Fi in your schools, you are relying on Health Canada’s Safety Code 6. Invest the time to understand the significant flaws in the process Health Canada uses in its update of SC6. Here is the letter written to Health Canada Minister Ambrose outlining concerns with the process used to update Safety Code 6, including 140 studies ignored by Health Canada. http://www.c4st.org/MOHSubmission

On peut consulter au http://www.c4st.org/TrusteesThatCare une liste de plus de 100 commissaires scolaires ontariens ayant accordé publiquement leur appui à ces mesures de précaution essentielles. Un enfant d'école comprendrais cela, mais au Québec, les responsables de l'éducation semblent hélas incapables jusqu'ici de le comprendre.

À VOIR AUSSI!

Wifi – a Thalidomide in the Making – Who Cares? By Barrie Trower
http://bit.ly/1Ag6vmQ
As stated by university researchers, government scientists and international scientific advisors; a minimum of 57.7% of schoolgirls exposed to low-level microwave radiation (Wi-fi) are at risk of suffering stillbirth, foetal abnormalities or genetically damaged children, when they give birth. Any genetic damage may pass to successive generations.

Barrie Trower On Government Lies (Excerpt from the interview he gave for the EMF Summit)
http://youtu.be/egLJjvQlR-E
Barrie Trower a microwave expert that was an agent for MI5 and MI5 and interrogated defecting spies to learn what frequencies they are using to harm people with microwave weapons has come out of retirement as he is appalled at the wireless roll out in schools. He says wireless in schools is the same frequency used to cause brain damage in microwave weapons. He is ready to expose the government lies we are being told.
Note de Jean: Selon lui, TOUS les responsables de Santé Canada devraient être emprisonnés parce qu'ils osent affirmer avec véhémence que le WiFi est parfaitement sans danger. Il explique que le fait que tant de jeunes filles soient exposées au WiFi (dont les micro-ondes sont identiques à une arme électromagnétique mise au point par les militaires) à l'école a pour conséquence qu'une majorité d'entre elles deviendront infertiles (et celles qui arriveront à en avoir auront des enfants dont le bagage génétique sera lourdement endommagé, et ces défauts seront transmis aux générations subséquentes), de sorte que dans 60 ans, selon lui, à peine un huitième des Canadiennes seront encore capables d'avoir des enfants. Il dit aussi que 8 pays dans le monde (dont Israël) ont réalisé l'immense danger que pose le WiFi en milieu scolaire et l'ont banni. Pour l'entendre de sa bouche, écouter ICI la version audio intégrale cette entrevue.




ETUDE à l'ULB : Odorat et vue perturbés chez des fourmis soumises au rayonnement GSM
http://www.teslabel.be/antennes/254-etude-a-lulb-odorat-et-vue-perturbes-chez-des-fourmis-soumises-au-rayonnement-gsm
(25/06/12) Une étude belge (Université Libre de Bruxelles) montre les graves perturbations des mémoires olfactives et visuelles de fourmis soumises au rayonnement d'ondes de type GSM 900 Mhz. Le rayonnement GSM 900 MHz inhibe la mémorisation, par des fourmis, d'indices olfactifs et visuels associés aux sites alimentaires. (...) Les ondes de communication pourraient avoir un impact désastreux sur un large éventail d'insectes ayant recours à la mémoire olfactive et / ou visuel, par exemple, les abeilles. CLIP

ETUDE à l'ULB : Changements physiologiques marqués chez des protozoaires placés à proximité d'un GSM

ETUDE : La téléphonie mobile perturbe le comportement des abeilles
(06/05/11) Les ondes de la téléphonie mobile induisent le "chant des abeilles ouvrières" : dans la ruche, ce signal est émis par les abeilles en réponse à des perturbations diverses, et est aussi produit par les abeilles pour donner le signal de l'essaimage. (...) Cette étude peut grandement contribuer à élucider les causes des mystérieuses disparitions des colonies d'abeilles dans le monde. En effet, mis à part les varroas (acariens), les virus, les bactéries (qui sont des causes biologiques), ou encore les pesticides (reflétant les causes anthropiques), il reste que plus de la moitié des causes de disparition d'abeilles dans l'hémisphère nord ne sont pas élucidées à ce jour. En effet, il a été observé que dans plus de 60% des cas, les abeilles quittent la ruche durant l'hiver, à un moment où elles n'ont aucune chance de survivre dans la nature.

ETUDE suisse : Antennes relais et augmentation de cataractes chez des veaux
(31/01/12) "Nous avons examiné et avons contrôlé une ferme laitière dans laquelle un grand nombre de veaux sont nés avec des cataractes nucléaires (atteingnant le noyau du cristallin) après qu'une station de base de téléphonie mobile (antenne GSM) eut été érigée aux alentours de la grange.Les veaux ont montré un risque relatif de cataracte 3,5 fois plus élevé comparé à la moyenne suisse." CLIP

ETUDE : Des rats exposés chroniquement à un faible niveau de micro-ondes perdent la mémoire et meurent prématurément
(...) Résultats: - Réponse immunitaire à une agression extérieure - Détérioration des capacités de mémorisation à long terme - Doublement de la mortalité à 24 mois.

La liste quasiment exhaustive et spécifique de très nombreuses publications scientifiques relatives aux antennes relais et la santé tenue à jour par l'ONG britannique Powerwatch (en anglais) - PLUS DE 1545 ÉTUDES AU 24 OCTOBRE 2014 DONT 947 ONT DÉMONTRÉ DES EFFETS RÉSULTANT D'UNE EXPOSITION!




Luc Forbeaux (luc.forbeaux@ccapcable.com) le 15 octobre 2014...

Bonjour à tous et toutes,

Compte tenu de la prise de position quasi inexistante de nos politiciens envers notre cause et la frustration exponentielle quelle commence à susciter, je me suis permis d'écrire une lettre en date du 16 Septembre à M. Amir Khadir porte parole de Québec Solidaire qui, à date, sont les seuls à vouloir semble-t-il s'impliquer dans le dossier.

M. le député,

En tant que médecin et homme de science, vous êtes bien placé pour savoir ce que représente le serment d’Hippocrate et de son implication. En tant qu'homme politique élu, vous êtes le garant du respect de nos droits constitutionnels et veillez à ce que nous, citoyens, puissions vivre en toute liberté. Ce préambule n'a rien de sarcastique, bien au contraire, c'est une reconnaissance de votre engagement.

Je m'adresse à vous en tant que porte parole d'un groupe de citoyens qui depuis une année se bat contre l'installation " de gré ou de force" des nouveaux compteurs dits "intelligents" par Hydro-Québec. Je ne vous mentionnerai pas dans la présente, tous les faits et éléments à charge contre Hydro-Québec, qui nous ont permis de convaincre le conseil municipal de notre ville de STONEHAM d'adopter une résolution contre l'installation de ces compteurs et de rejoindre les quelques 111 municipalités qui s'y opposent, représentant tout de même près de deux millions trois cent mille personnes... Cependant, je les tiens à votre entière disposition si vous le désirez.

Alors M. le député, quelle attitude devons nous avoir, en tant que citoyens respectueux du droit, confiant en notre système législatif et surtout en notre foi de vouloir croire que nous sommes dans une véritable démocratie, lorsque vous avez une société d'état telle qu'Hydro-Québec qui se comporte avec un tel mépris et despotisme?!

«Une ville ne peut pas s’exclure du processus. La résolution a une valeur symbolique», commente M. Lavoie, porte-parole d'Hydro-Québec
http://www.courrierdusaguenay.com/Actualites/2014-09-11/article-3862111/Avec-ou-sans-laval-municipal,les-compteurs-intelligents-arriveront-en-2015/1

«Il y a des gens qui disent que cela a des effets néfastes pour la santé, c'est une étude que l'on retrouve quelque part sur Internet à côté d'un autre site où on dit que la terre est plate», renchérit-il, citant les avis favorables de Santé Canada, de la Direction de santé publique du Québec et de la Société royale du Canada.
http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/sante/201407/31/01-4788098-compteurs-intelligents-sur-nos-murs-malgre-la-grogne.php

Ce qui représente en soi une véritable gifle à la figure de toutes les personnes souffrant d'hypersensibilité aux CEM, vivant bien souvent une errance thérapeutique et qui ont le malheur maintenant de ne pouvoir y échapper, alors que la Suisse, par l'intermédiaire de la ville de Zurich, vient de piloter la construction du premier immeuble refuge pour hypersensibles, je vous laisse juge...

- Alors que la neutralité de la Régie de l'Énergie est de plus en plus remise en cause; 
- qu'un nombre important d'experts du monde scientifique et médical à l'échelle internationale s'alarment sur les effets débilitants des micro-ondes et champs électromagnétiques sur la santé;
- qu'un nombre croissant de personnes de tous âges atteintes parmi la population du "Syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques" (SICEM) voient leurs détresses augmenter de ne pas pouvoir bénéficier dans le sanctuaire de leur propre maison d'un lieu exempt de micro ondes et champs électromagnétiques;
- de l'aspect anti-démocratique d'une telle situation considérant que l'utilisation d'une technologie, quelle qu'elle soit, est un choix pris en connaissance de cause et purement personnel. Ici, Hydro-Québec impose de force à la population ce type de technologie sans tenir compte d'aucun avis contradictoire;
- que de surcroit, Hydro-Québec fait payer des frais supplémentaires aux personnes refusant de se faire "électro-polluer" leur demeure par ces types de compteurs, appliquant ainsi un principe en totale contradiction avec le principe du "Pollueur Payeur";
- Et qu'enfin, Hydro-Québec ne peut prouver quant à elle, de manière scientifique et hors de tout doute, l’innocuité de ses compteurs intelligents.

Il nous semble impératif que le principe de précaution soit appliqué par l'instauration d'un moratoire jusqu'à ce qu'une commission d'enquête itinérante, publique et transparente, composée de manière paritaire, soit créée sous l'égide du Bureau d'audiences publiques en environnement (BAPE).

Mais comme cité plus haut, Hydro-Québec s'en moque éperdument et ses hauts dirigeants, tels des seigneurs d'un temps qui me semblait révolu, vont pouvoir augmenter les courbes de profits avec une roulette russe dont les têtes seront encore une fois parmi les plus démunis.

Si Hydro-Québec arrivait à imposer cette façon de procéder, cela ne constituerait-il pas un très dangereux précédent pour l'avenir de nos enfants en donnant un signal clair pour l'installation d'autres technologies et de gouvernances? On peut penser au Gaz et au pétrole de schiste, le nucléaire, la réforme de la gestion des réseaux aquifères et hydrologiques, la nanotechnologie utilisée à tort et à travers dans l'industrie des aérosols, les OGM et les intrants chimiques et synthétiques dans l'alimentation etc.

Comment réagir face à un tel constat ?

Et que vous, homme(s) et femme(s) d'état, preniez une juste mesure de la détresse de certains parmi votre peuple qui viennent simplement vous demander de l'aide face à cette dramatique parodie de démocratie.

Je finirais cette lettre avec cette citation de James Freeman Clark qui peut-être, à l'occasion, pourrait être lancée en boutade à vos adversaires de la colline parlementaire: « Un politicien pense aux prochaines élections, un homme d'état aux prochaines générations. »

Ainsi qu'avec "l'appel du 23 mars 2009" lancé par d'éminents confrères: http://www.dailymotion.com/video/x8s5y6_electrosensibilite-appel-des-scient_news

Espérant de tout coeur avoir suscité l'intérêt d'une action exemplaire, je vous prie de croire M. Khadir en l'expression de toute ma considération.

Et sa réponse fut:

Bonjour Monsieur Forbeaux,

Votre courriel du 17 septembre dernier fait preuve d'une analyse des plus justes et des plus complètes au sujet des compteurs ''intelligents''. Nous saluons les municipalités qui s'objectent à l'installation de cette technologie et la seule attitude à adopter est de continuer à refuser et à dénoncer ces pratiques anti-démocratiques. Québec solidaire a été et sera au premier rang pour défendre les citoyens contre toute atteinte à la démocratie, à la santé, et à l'équilibre écologique.

Salutations solidaires,

L'équipe de Mercier, Amir Khadir

Ce qui est en soit une bonne chose. Non? J'encourage tous ceux qui ont un peu de temps à donner à faire de même, en interpellant par écrit les leaders parlementaires ainsi que leurs députés et en martelant nos revendications aux droits et libertés, nous pourrons peut être espérer que la politisation du débat entraînera une réaction en chaîne.

Un vieux joueur de poker m'a dit un jour: Dans la vie comme au jeu, ce qui compte ce n'est pas d'avoir de bonnes cartes mais de savoir placer les mauvaises (...)

Luc Forbeaux
Stoneham-Refuse


« La forêt précède l'homme, le désert le suit. » (Mai 68)




Les compteurs intelligents s'implantent tranquillement (15 octobre 2014)
http://www.lhebdodustmaurice.com/Actualites/2014-10-15/article-3903733/Les-compteurs-intelligents-simplantent-tranquillement/1
(...) Linda MacCulloch, porte-parole de Mauricie Refuse, s'inquiète de cette mutation. «En premier lieu, il y a les impacts sur la santé qui me parlent. Je connais des gens qui sont tombés vraiment malades à la suite de contact avec ces nouveaux compteurs», indique la résidente de Saint-Narcisse. Il faut savoir que des symptômes comme des maux de tête, des maux de cœur, de la perte d’appétit, des étourdissements ou encore de l'insomnie ont déjà été répertoriés par des personnes et reliés par certaines études en lien avec les radiofréquences émises par la nouvelle génération de compteurs. Les personnes dites «électro sensibles» seraient selon le regroupement particulièrement à risque de souffrir de ces désagréments. (...) «Ce qui m'agace c'est qu'on nous impose un appareil ayant des risques pour la santé humaine. Toutefois, Hydro-Québec est appuyé par des organismes comme Santé Canada, mais les normes canadiennes sont parmi les plus élevées (en termes de limite d'émission) dans le domaine. Cela revient à dire qu'on utilise une mesure désuète, alors qu'on devrait refaire les normes pour bien comprendre la situation», déplore Mme MacCulloch. La dame a d'ailleurs choisi de vivre dans une demeure absente de ces ondes qu'elle juge néfastes.




IMPLANTATION D'ANTENNES DE 10 MÈTRES ET PLUS À VERDUN

Reçu de Mario Dufour - Refusons les compteurs Verdun (rc.verdun@yandex.com) - le 16 octobre 2014

LES VERDUNOIS S'EN FONT PASSER UNE P'TITE VITE BIEN TOXIQUE

Un peu à la façon du Gouvernement du Québec avec son hypocrite et malhonnête Commission de révision permanente des programmes, la Ville de Montréal tient des assemblées de consultation publique dans ses arrondissements pour créer l'illusion chez la population qu'il participe à des choix démocratiques. Ces assemblées sont généralement bien scénarisées, au point qu'on invite parfois une vedette médiatique du quartier faire une déclaration émotive et on passe les sujets sans en débattre. Souvent, on vous munit d'un gadget à bouton, comme dans un jeu-questionnaire télé, afin que vous exerciez votre choix démocratique en votant pour tel énoncé ou tel autre. Et voilà! Vous avez été consultés et vous avez eu l'occasion d'exprimer votre choix dans vos préférences esthétiques pour l'implantation d'une infrastructure qui va avoir des effets catastrophiques sur votre qualité de vie.

Une de ces assemblées orwéliennes a eu lieu, apprend-on, le 30 septembre. Deux des sujets discutés amènent l'arrondissement à utiliser un second outil; une sorte de soupape permettant de faire sortir de la pression, pendant que vous vous jetez dans une course effrénée de dix jours, pour satisfaire à un cadre très restrictif de DEMANDE D’APPROBATION RÉFÉRENDAIRE, qui ne tiendra compte, dans les cas présents, que de ce qui est en "concordance avec le Plan d’urbanisme ainsi que ses critères d’évaluation." Et mettez-vous le reste de vos considérations là où ça vous chante!

Un des projets vise l’autorisation d’antennes de télécommunication de plus de 10 mètres de hauteur et un autre est formulé de façon si vague, qu’on peut l’interpréter à l’infini., tant que ça touche au domaine public. En langue de bois, ça se lit comme suit : –– Créer l’usage conditionnel antennes sur le domaine public à des fins de concordance avec le Plan d’urbanisme ainsi que ses critères d’évaluation;

–– Créer l’usage conditionnel support d’antenne de 10 mètres de hauteur et plus à partir du sol ou antenne et ses équipements de plus de 1 mètre carré installés sur un tel support d’antenne à des fins de concordance avec le Plan d’urbanisme ainsi que ses critères d’évaluation.

En 2011, l’Office de consultation publique de Montréal a tenu une consultation publique sur le projet de règlement modifiant le Plan d’urbanisme de la Ville de Montréal - Règlementation des antennes de télécommunication. La commission, sous la présidence de Louise Roy, conclut entre autres à l’égard de la santé publique que, « malgré les résultats de la recherche et malgré l’avis des principales autorités de santé sur l’absence d’effets nocifs de l’exposition aux radiofréquences, l’installation d’antennes de télécommunication s’accompagne de méfiance et d’inquiétudes. Ces inquiétudes ne sont pas seulement le fait d’individus. La multiplication des antennes et d’autres sources de radiofréquences engendre en effet des interventions politiques et une nouvelle action militante d’associations de promotion et de défense des droits sociaux, dont le droit à la santé. » « Dans ce contexte, la commission recommande de surseoir à l’adoption du projet de règlement. »

Où ça vous chante! A conclu l’administration Tremblay et DAScom installe depuis des antennes à 10 mètres de hauteur sur les lampadaires, irradiant les écoles les logements, les passants… Tout ce qui est vivant en ville. Si de votre fenêtre, vous voyez un bout de cigare attaché à un lampadaire, c'est une antenne et vous êtes irradié 24/7

Ça se fait communauté par communauté et c’est comme ça partout dans les pays du G7 et chez leurs "alliés".

Allez-vous vous laisser empoisonner davantage? Autrefois, mourir d’un cancer à cause du tabagisme pouvait prendre entre 40 à 60 ans. Une trop forte exposition au téléphone cellulaire peut amener ce résultat en seulement 10 ans. Vous n’utilisez pas de cellulaire? Pas besoin! Vous baignez dans la pollution inodore, incolore et sans saveur de l'électromagnétisme.

Mario Dufour

Allez voir en page 8 de l'édition du 16 octobre 2014 du Messager de Verdun pour voir les conditions aberrantes exigées pour participer à ce référendum et allez protester pour tenter de bloquer cette nouvelle aberration monstrueusement répugnante et antidémocratique.




Tiré de http://electroplague.com/2014/09/06/report-usaf-rfmicrowave-radiation-biological-effects-1994/

REPORT: USAF – RF/Microwave Radiation Biological Effects (1994)

In 1994, the US Air Force published a 32-page report titled: “Radiofrequency/Microwave Radiation Biological Effects and Safety Standards: A Review,” authored by Scott M. Bolen. The supervising agency was Rome Laboratory at Griffiss Air Force Base in New York.

Read and download the complete 32-page report...

Radiofrequency/Microwave Radiation Biological Effects and Safety Standards : A Review

To this day, many if not most governmental agencies and scientists in North America and abroad maintain the position that RF and microwave radiation are only damaging to the human body at power densities high enough to cause a heating effect (a so-called “thermal effect”), like a microwave oven. The position, while completely unsupported by fact, is very convenient for the multi-billion-dollar telecommunications industry (cell phones, WiFi) as well as the military’s own use of these same technologies—technologies whose radiation is, for the most part nonthermal, in nature.

In fact, the serious bio-toxic consequences of nonthermal RF and microwave radiation have been know for decades by our governments and the military. This 1994 USAF report states on page 2, under the heading of Biological Effects:

“Nonthermal responses can be less noticeable and are often more difficult to explain than thermal effects. These responses are related to the disturbances in the tissue not caused by heating. Electromagnetic fields can interact with the bioelectric functions of the irradiated human tissue. Research conducted in the Soviet Union and Eastern Europe suggests that the human body may be more sensitive to the nonthermal effects of RF/MW radiation.”

And from page 18 of the report:

“Nonthermal disruptions have been observed to occur at power densities that are much lower than are necessary to induce thermal effects. Soviet researchers have attributed alterations in the central nervous system and the cardiovascular system to the nonthermal effect of low level RF/MW radiation exposure.”

And from the report’s Conclusion, also on page 18:

“Experimental evidence has shown that exposure to low intensity radiation can have a profound effect on biological processes. The nonthermal effects of RF/MW radiation exposure are becoming important measures of biological interaction with EM fields… Adherence to the ANSI Standard should provide protection against harmful thermal effects and help to minimize the interaction of EM fields with the biological processes of the human body.”

In other words, this USAF report from 1994 all but states that the ANSI (American National Standards Institute) Standard of the day was insufficient for protecting the public from the nonthermal effects of RF/MW radiation.

At the time this report was written, that Standard for exposure was set at 50,000 mW/m2 (5 mW/cm2 ) for for frequencies between 1,500 MHz to 100,000 MHz. Today, the maximum exposure limit set by the FCC (Federal Communications Commission) for RF radiation in the 850-2400 MHz range (smart meters and other wireless devices) is 10,000 mW/m2. However, that level is more than one million times higher than the exposure limits set out in the 2012 BioInitiative Report. The BioInitiative Report caps exposure to RF radiation at 0.006 mW/m2 .

The point being: the “safe” levels for RF/MW exposure that are laid out in this 1994 USAF report, as well as in current “safe” levels stipulated by North American governments (such as Canada’s Safety Code 6 and the FCC in the US) only address thermal effects of RF/MW radiation and have no bearing whatsoever on the far more serious nonthermal effects that unequivocally exist. The public is simply not being protected.




LAUSD WiFi systems “Students were bleeding from the ears and nose and no incident reports were allowed by the school.” states the teacher who required medical intervention.
http://bit.ly/1s6CJdA
NOW YOU KNOW WHY DEFIBRILATORS ARE BEING INSTALLED IN ALL THE SCHOOLS FOLKS.
(...) This is the first accommodation in a US public school system for microwave sickness. Microwave sickness, also known as electro hypersensitivity (EHS), is not widely recognized in the US. However, physicians in many other countries are familiar with this medical condition and the diagnosis is more common. EHS symptoms include: headaches, dizziness, anxiety, rapid heart beat (tachycardia) and irregular heart beat (arrhythmia), ear and nose bleeds, tinnitus, red and irritated eyes, increased mucous and upper airway congestion, itchy skin rashes, abdominal pain, poor focus and attention, memory and sleep problems.
(...) The LAUSD Board of Education went ahead with a wireless technology plan in February 2013, even after they were presented with numerous letters from many noted medical doctors and researchers, including the American Academy of Environmental Medicine, imploring them to use wired technology in the classroom because of the health impacts from wireless radiation. See http://wifiinschools.com/lausd-testimony.html
Wireless LAUSD classrooms typically employ 30+ devices (iPads) in addition to an industrial-sized router. These devices all emit microwave radiation and represent an unprecedented level of exposure to children. Decades of accumulated research show wireless radiation damages neurological, immune, and reproductive systems in addition to increasing cancer risk. Professor Olle Johansson, Karolinksa Institute, Stockholm Sweeden, has stated that wireless radiation exposure studies have indicated “irreversible sterility within five generations.” As this damage is cumulative, the longer the radiation exposure, the greater the health impact over time.“We are getting reports of headaches and cardiac issues from across the country. The time to act is now,” stated a spokesperson for the National Association for Children and Safe Technology (NACST).

Dix erreurs qui augmentent votre exposition aux champs électromagnétiques (13 octobre 2014)
https://maisonsaine.ca/sante-et-securite/electrosmog/dix-erreurs-qui-augmentent-votre-exposition-aux-champs-electromagnetiques.html
Il est souvent facile de se protéger des champs électromagnétiques. Voici les dix erreurs à éviter, selon le consultant en hygiène électromagnétique californien Peter Sierck : 1. Tenir son cellulaire contre sa tête; 2. Porter son cellulaire sur soi à la journée longue ou sur ses cuisses en conduisant; . Utiliser un routeur Wi-Fi, en particulier près d’un lit; 4. Utiliser un ordinateur plus de quatre heures par jour (je suis coupable!); 5. Placer son ordinateur portable ou une tablette sur ses cuisses en l’utilisant; 6. Se tenir près d’un four à micro-ondes qui est allumé; 7. Utiliser un téléphone sans fil; 8. Utiliser des jeux sans fil comme un Xbox ou Playstation; 9. Utiliser une couverture électrique; 10. Vivre près d’une ligne à haute tension, un poste électrique ou une tour de téléphonie cellulaire. Maintenant, voici les recommandations de cet expert pour réduire votre exposition (nous y avons ajouté notre grain de sel) : CLIP

Decreased Survival of Patients with Glioblastoma Multiforme who used Mobile & Cordless Phones
http://bit.ly/1sW8KqG
L'usage à long terme d'un téléphone sans fil ou cellulaire réduit les risques de survie du cancer du cerveau, ce qui milite en faveur du classement des radiofréquences comme substances cancérogènes, selon les auteurs de cette nouvelle étude.




From: Jocelyne Morency - PAT Refuse (patrefuse@hotmail.com)
Subject: Doubt is their product : commentaires
Date: 13 Oct 2014

Certains d’entre vous m’ont demandé de leur faire des commentaires  après ma lecture du livre Doubt is their product de David Michaels, publié en 2008.  C’est à lire, sans aucun doute, même si le livre décrit ce qui se passe aux É-U. Du côté canadien, ça ne doit pas être très différent…

Voici un très bref résumé, avec extraits du livre.

Doubt is their product

L’auteur nous explique comment les industries (amiante, tabac, plomb, etc.) embauchent des firmes de consultants, couramment appelés des mercenaires de la science (en anglais product defense firms) pour "fabriquer" leurs propres études dans le but de dénigrer les études effectuées par les organismes de réglementation et les scientifiques  indépendants et de freiner l’application de normes plus rigoureuses.

Exponent est l’une de ces firmes, et la compagnie PG&E l’avait embauchée pour contredire les études faites sur le chromium 6. Rappelez- vous le film Erin Brokovich dans les années 90, mettant en vedette Julia Roberts. Les avocats qui ont poursuivi PG&E ont réussi à obtenir un règlement hors cour de 333 millions $ en indemnités pour les citoyens d’Hinkley, en Californie, qui avaient contracté le cancer à cause de l'eau contaminée au chromium 6.

Les entreprises comme Exponent, Hill & Knowlton, etc. sont appelées des « product defense firm ». Ces entreprises sont des expertes dans la promotion de la « junk science » dont l'objectif est de dénigrer les études scientifiques dont les résultats mettent en péril les intérêts corporatifs.

BC Hydro a fait appel à Exponent pour tenter de démontrer en cour que les compteurs intelligents ne sont pas dangereux.

Extrait : p. 57 (...) junk science is the mirror image of real science, with much of the same form but none of the substance...It is a hodgepodge of biased data, spurious inference, and logical legerdemain...It is a catalog of every conceivable kind of error: data dredging, wishful thinking, truculent dogmatism, and, now and again, outright fraud.

p. 61 In public health science, absolute certainty is rarely an option because the questions our regulatory system asks can be answered only imperfectly in most cases. For example, we know that asbestos causes lung cancer even at relatively low levels of exposure, but we cannot state with absolute certainty the precise risk of cancer associated with every given exposure.

Our regulatory programs will not be effective is absolute proof is required before we act; the bet available evidence must be sufficient. Yet we see a growing trend that disingenuously demands proof over precaution in the realm of public health (...)

The nature of epidemiology and the ground rules epidemiologists use ensure that it is far more difficult to find a false positive result than a false negative one. It is relatively easy to design a study or reanalyze someone else’s data in a way that ensures the new study will find no association between exposure and the disease in question.

La façon la plus courante dont les industries dénigrent les études épidémiologiques : ils demandent à avoir les données brutes de l’étude, puis ils réanalysent les résultats et arrivent à la conclusion suivante: il n’y a pas suffisamment de preuves que ce produit est cancérigène.

D’éminents scientifiques ont l’audace de travailler pour ces industries qui font de l’obstruction, gagnent du temps et ralentissent à dessein le processus de réglementation ou d’application de normes plus élevées.

Et peu importe l’industrie, les "product defense firms" arrivent à freiner la réglementation et parfois même avec la complicité du personnel des organismes de réglementation (OSHA, EPA, etc). Les scientifiques honnêtes font donc face à deux opposants : les "product defense firms" et les complices au sein des organismes de réglementation. Parfois même, les hauts placés au sein du gouvernement, quand ce n’est pas le président lui-même, contribuent au ralentissement de l’application de normes plus sévères.

Extrait : p. 136

As we have seen, the Department of Energy was complicit with the berylium industry and the Department of Defense in killing OSHA’s attempt to lower exposure level in the late 1970s.

Il n’est donc pas difficile de penser qu’au Canada, les mêmes manipulations ont cours. Rappelez-vous le résumé que j’avais fait du livre du Dr Shiv Chopra, Corrompus jusqu’à la moëlle. Santé Canada conserve un Code 6 désuet pour ne pas déplaire au Big Telecom.

Big Pharma

Extrait : p. 143

When a scientist (or the scientist’s employer) is hired by a firm with a financial interest in the outcome, the likelihood that the result of that study will be favorable to that firm is dramatically increased. This close correlation between the results desired by a study’s funders and those by the researchers we now call the “funding effect”.

The documentation that links pharmaceutical industry sponsorship with pro-industry conclusions began to appear in the 1990s.

Extrait: p. 209

The FDA was “once the most vigilant drug regulatory body in the world. Once. In the past. When the Bush administration took office, the number of FDA “standards violations” identified by the staff remained steady, while the number of enforcement actions taken by the agency dropped by half.

Pour avoir une idée de la teneur du livre, voir l’article suivant de David Michaels, Manufacturing Uncertainty : Contested Science and the Protection of the Public’s Health and Environment :

http://www.prevention.ch/ajph-2005-10.pdf




FLASH BACK UTILE À LA LUMIÈRE DE CE QUI PRÉCÈDE

Tiré de http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/349405/les-compteurs-intelligents-seraient-un-risque-serieux-pour-la-sante-de-la-population

Les compteurs intelligents seraient un risque «sérieux» pour la santé de la population

Une sommité internationale contredit les affirmations d’Hydro-Québec

Louis-Gilles Francoeur - 7 mai 2012

Selon un chercheur de réputation mondiale, les compteurs-émetteurs de radiofréquences proposés par Hydro-Québec pourraient constituer un risque sérieux à la santé.
Dans un mémoire déposé la semaine dernière dans le dossier des compteurs intelligents, le Dr David Carpenter, une sommité internationale en matière d’impacts de champs électromagnétiques, affirme que « l’état de la recherche scientifique établit de façon suffisante qu’il est fort probable que les compteurs-émetteurs de radiofréquences (RF) proposés dans le programme d’Hydro-Québec puissent constituer un risque sérieux et engendrer des dommages irréversibles pour la santé, notamment des séquelles biologiques autres que celles résultant d’un effet thermique ».

Le Dr Carpenter, qui témoignera devant la Régie de l’énergie le 17 ou le 18 mai prochain, a fait ses études médicales à l’Université de Harvard. Il dirige aujourd’hui l’Institut de santé environnementale de l’Université d’Albany, dans l’État de New York en même temps qu’il enseigne à l’École de santé publique du même État. Auteur de deux livres sur les champs électromagnétiques et d’environ 350 articles scientifiques, il est aussi coauteur du rapport Bioinitiative, qui synthétise les effets biologiques des RF, démontrés par 2000 études scientifiques. Ce rapport a notamment servi de base au Conseil de l’Europe et à ses conseillers scientifiques pour qu’il recommande aux 25 d’appliquer le principe de précaution en matière d’électromagnétisme et de radiofréquences.

Le mémoire du Dr Carpenter démolit les affirmations du Dr Michel Plante, le médecin consultant d’Hydro-Québec qui a soutenu notamment que les compteurs choisis par la société d’État sont sans danger, même pour ceux qui disent souffrir d’électrosensibilité, une maladie qui n’existe pas à son avis.

Dans le chapitre qui traite de la querelle scientifique sur les effets des RF, le Dr Carpenter indique que les milieux scientifiques ont commencé à s’interroger publiquement sur la présence de médecins associés aux industriels dans les organes étatiques ou internationaux qui établissent les normes réglementaires sur les RF, comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ou encore dans les comités de révisions scientifiques des grandes revues. Un des auteurs à l’origine de ce questionnement a nommément visé dans un article le « Dr Michel Plante d’Hydro-Québec comme étant un de ces participants problématiques qui a des liens avec l’industrie ».

Selon le mémoire de ce spécialiste, « il a été établi hors de tout doute raisonnable qu’il y a des effets nocifs pour la santé humaine à des niveaux d’exposition aux RF bien inférieurs aux niveaux où on constate des effets thermiques ». Présentement, les recommandations des autorités étasuniennes et canadiennes suggèrent de ne pas dépasser 6 millions de microwatts par mètre carré (uW/m3). S’appuyant sur la méta-étude Bioinitiative, le Dr Carpenter estime qu’il n’est pas sécuritaire pour les humains d’être exposés à des compteurs qui émettent à l’extérieur plus de 1000 uW/m3 et plus 100 uW/m3 à l’intérieur des maisons.

La mauvaise prémisse des normes canadiennes et étasuniennes, dit-il, suppose qu’il n’y a pas d’impacts pour la santé sauf si on mesure des effets thermiques, comme ceux produits par les micro-ondes ou les téléphones cellulaires. Mais des centaines d’études portant sur les cellules, dit le Dr Carpenter, démontrent l’existence d’impacts tout aussi réels sur le métabolisme cellulaire à des taux bien inférieurs aux normes en vigueur.

De plus, dit-il, les études démontrent que de très faibles expositions peuvent aussi altérer l’intégrité de l’ADN, engendrer des aberrations chromosomiques, provoquer la mort de cellules, de neurones cervicaux et augmenter la production de radicaux libres, etc.

Quant aux études portant sur les humains, elles ont démontré à des taux bien inférieurs aux normes nord-américaines des changements dans les fonctions cérébrales, incluant des pertes de mémoire, des retards dans l’apprentissage, des baisses de performance chez les enfants, des maux de tête, des impacts sur les fonctions neurogénératives, des déséquilibres des fonctions immunitaires, des baisses de la mélatonine et des troubles de sommeil, des déséquilibres hormonaux, des problèmes cardiaques et des problèmes de tension artérielle, des inflammations et des effets sur la gestation, y compris des fausses couches, des cancers chez les enfants et les adultes, comme la leucémie, les tumeurs cérébrales, etc.

Resserrement des normes

Le mémoire de Dr Carpenter, disponible sur notre site Internet en lien avec cet article, cite des dizaines d’études scientifiques.

Si la querelle scientifique n’aboutit pas encore à un resserrement des normes, c’est qu’on n’a pas encore relié tous ces impacts sur la santé dans une théorie globale qui l’expliquerait complètement, dit-il. Le poids des représentants des industriels dans les organismes réglementaires s’ajoute, dit-il, aux fausses prémisses qu’ils continuent de défendre, comme celle voulant que la température du corps doit augmenter de 1 degré Celsius pour qu’il y ait impact biologique mesurable. C’est d’ailleurs pourquoi, précise-t-il, même les organismes réglementaires nord-américains, y compris le Canada, suggèrent désormais d’appliquer le principe de précaution au phénomène des radiofréquences.

Concrètement, si elle voulait placer ses clients à l’abri de ces risques importants, Hydro-Québec devrait privilégier la transmission par câbles, téléphoniques ou optiques, des données de ses compteurs intelligents, conclut le Dr Carpenter.

---

Voir aussi...

World Health Organization knew about dangers of Electromagnetic Radiation
http://retasite.files.wordpress.com/2010/01/reta-real-agenda-news-art-april-1-2014.pdf
A shocking exposé on corruption within World Health Organization ranks, relating to scientific causality of harm from electromagnetic radiation (EMR)

The Procrustean Approach (302 pages) de Don Maisch
http://www.emfacts.com/the-procrustean-approach/
Un résumé de 14 pages est disponible ICI.

Conflict of Interest and Bias in Health Advisory Committees: A case study of the WHO’s EMF Task Group
http://bit.ly/1xWCu6J
Note de Jean : Ça traite, entre autres, des conflits d'intérêt de Repacholi et Dr Michel Plante à l'emploi d'Hydro-Québec - et que le régisseur collusionnaire Richard Lassonde encensait dans le texte de sa décision autorisant le déplaoiement de la Phase 1 : « Une des preuves des plus pertinentes et crédibles présentées à la Régie est celle du Dr Michel Plante. » ce que j'avais d'ailleurs abondamment commenté dans le Bulletin #44 sous IRRADIÉ PAR LES COMPTEURS.




Si vous êtes accro des téléphones sans fil, achetez-vous en au moins un qui n'émet pas tout le temps quand il est inutilisé...

Low EMF Cordless phones
Virtually all of the cordless phones sold today emit a power radio-frequency signal on a full-time basis -- even when just sitting idle. The German Gov’t and other health bodies including the WHO (suspected carcinogen 2011) have issued health warning concerning new DECT cordless phones. We’ve located a limited quality of cordless phones that only emit radiation when you actually use them, dramatically reducing your daily EMF exposure.




Impact from non-ionizing electromagnetic radiation emitted by cell towers on birds (February 7, 2014)
http://www.ntia.doc.gov/files/ntia/us_doi_comments.pdf

Letter from United States Department of Interior to National Telecommunications and Information Administration

Abstract :

The second significant issue associated with communication towers involves impacts from non-ionizing electromagnetic radiation emitted by these structures. Radiation studies at cellular communication towers were begun circa 2000 in Europe and continue today on wild nesting birds. Study results have documented nest and site abandonment, plumage deterioration, locomotion problems, reduced survivorship, and death (e.g., Balmori 2005, Balmori and Hallberg 2007, and Everaert and Bauwens 2007). Nesting migratory birds and their offspring have apparently been affected by the radiation from cellular phone towers in the 900 and 1800 MHz frequency ranges - 915 MHz is the standard cellular phone frequency used in the United States. However, the electromagnetic radiation standards used by the Federal Communications Commission (FCC) continue to be based on thermal heating, a criterion now nearly 30 years out of date and inapplicable today. This is primarily due to the lower levels of radiation output from microwave-powered communication devices such as cellular telephones and other sources of point-to-point communications; levels typically lower than from microwave ovens. The problem, however, appears to focus on very low levels of non-ionizing electromagnetic radiation. For example, in laboratory studies, T. Litovitz (personal communication) and DiCarlo et al. (2002) raised concerns about impacts of low-level, non-thermal electromagnetic radiation from the standard 915 MHz cell phone frequency on domestic chicken embryos- with some lethal results (Manville 2009, 2013a). Radiation at extremely low levels (0.0001 the level emitted by the average digital cellular telephone) caused heart attacks and the deaths of some chicken embryos subjected to hypoxic conditions in the laboratory while controls subjected to hypoxia were unaffected (DiCarlo et al. 2002). To date, no independent, third-party field studies have been conducted in North America on impacts of tower electromagnetic radiation on migratory birds.

Voir aussi en complément US Department of the Interior warns: communication towers threaten birds
(...) Two hundred forty one bird species are at mortality risk from both tower collisions and from exposure to the radiation towers emit. This includes birds that are endangered or threatened, Birds of Conservation Concern, migratory birds, and eagles. They estimate up to 6.8 million bird deaths a year may result from collisions with towers. Studies of radiation impacts on wild birds documented nest abandonment, plumage deterioration and death. Birds studied included House Sparrows, White Storks, Collared Doves, and other species. Studies in laboratories of chick embryos documented heart attacks and death. CLIP




Mention d’honneur à Evo Morales

« Le politicien que j'admire le plus présentement: son succès est le résultat de l'écriture d'une nouvelle constitution écrite par une des meilleures assemblées constituantes des temps modernes et adoptée par référendum en 2009, laquelle a permis au peuple de reprendre le contrôle de son territoire et au gouvernement de Morales d'offrir aux autochtones et à tous les citoyens des mesures sociales et une participation inespérées. C'est aussi le seul pays qui a voté une charte des droits de la Terre-Mère. »

- Roméo Bouchard

En Bolivie, la popularité inoxydable d’Evo Morales

Voir aussi...

Bolivie : Evo Morales réélu pour la troisième fois
http://www.pressegauche.org/spip.php?article19294

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/10/13/pour-la-troisieme-fois-la-bolivie-choisit-evo-morales-des-le-premier-tour_4504911_3222.html

http://www.lapresse.ca/international/amerique-latine/201410/12/01-4808654-le-president-bolivien-evo-morales-reelu.php




Note de Jean : Voici une petite compilation de nouvelles de la mi-octobre faisant le tour de la poisseuse question des hydrocarbures qui nous polluent la vie et qui vont un jour ou l'autre, c'est pratiquement certain, transformer notre beau fleuve Saint-Laurent en un cloaque contaminé pour des siècles par le cocktail de pétrole sale, visqueux et hautement toxique extrait des sables bitumineux.

Martine Ouellet était à la manif de Cacouna (même si le PQ avait autorisé le transit de pétrole albertain vers Cacouna - indirectement, ce qu'il regrette aujourd'hui), de même que Françoise David qui y a fait un bref discours fort apprécié.

Tiré de http://journalmetro.com/opinions/maison-du-developpement-durable/574467/le-pipeline-ne-passera-pas/

Le pipeline ne passera pas

Par Sidney Ribaux - 15 octobre 2014

Vous n’avez peut-être pas regardé les nouvelles ce weekend de l’Action de grâce; il faisait tellement beau, je vous comprends! Il s’est pourtant passé quelque chose de vraiment inspirant, un évènement qui marquera l’histoire environnementale québécoise.

Samedi passé, 2500 personnes se sont rassemblées à Cacouna pour manifester contre le projet de pipeline Énergie Est de TransCanada et plus particulièrement contre le port pétrolier qu’on prévoit installer dans cette petite municipalité du bas du fleuve. Le port serait d’une longueur de 700 mètres et serait situé dans la pouponnière des bélugas du Saint-Laurent dont la faible population inquiète les scientifiques.
La marche a attiré mon attention pour trois raisons.

Premièrement, la population de Cacouna est de 1800 âmes. Le village se trouve à 450 km de Montréal, donc à 450 km du Plateau Mont-Royal. On ne pourra pas dire que ce sont encore les gauchistes et artistes du Plateau qui manifestaient! Par ailleurs, une manifestation de 2500 personnes dans un village, je n’ai jamais vu ca, du moins au Québec.

Deuxièmement, la marche était une initiative citoyenne. Les groupes comme Greenpeace et Équiterre ont soutenu l’initiative, mais sans plus. Amener du monde dans la rue (ou, dans le cas qui nous concerne, littéralement dans les champs) est un exploit sans l’infrastructure de communication d’un grand syndicat ou d’un Greenpeace. Le faire, en plus, à Cacouna, est un signe de toute l’importance qu’accordent les citoyens à cet enjeu.

Troisièmement, des représentants d’au moins quatre partis politiques étaient présents: le NPD, le Bloc, le Parti québécois et Québec Solidaire. Outre ce dernier, il s’agit d’un virage important pour ces formations. Pour la première fois, des partis politiques majeurs s’opposent au projet de TransCanada. À l’égard des prochaines élections fédérales, cela aura un impact certain. La pression sera forte sur les autres partis fédéraux dont les Libéraux et les Conservateurs qui devront se positionner.

À mon humble avis, le mouvement d’opposition au projet d’Énergie Est vient de franchir un point de bascule. Ce dossier vient de devenir l’un des principaux enjeux environnementaux du moment et des deux prochaines années.

Au-delà des enjeux prioritaires, certains dossiers définissent l’appartenance des groupes et partis politiques à un camp ou à l’autre. Le protocole de Kyoto était ainsi devenu un symbole: on ne pouvait pas être pour la protection de l’environnement sans être pour Kyoto. La question du développement des gaz de schiste s’est aussi hissée à ce rang: être favorable à leur développement est devenu incompatible avec une vision d’un Québec responsable écologiquement.

La manifestation de Cacouna contre le projet Énergie Est me laisse croire que ce pipeline deviendra lui aussi un enjeu du même ordre. Nous sommes de plus en plus nombreux à penser que ce pipeline ne passera pas.
Je lève mon chapeau aux citoyens qui ont organisé cette marche ainsi qu’aux groupes qui ont soulevé les premiers l’enjeu des bélugas et du port pétrolier: WWF, la Fondation David Suzuki, le Centre québécois du droit de l’environnement, Nature Québec et la Société pour la nature et les parcs.

Le pipeline Énergie Est de TransCanada c’est:

- une infrastructure indispensable au développement des sables bitumineux qui émet trois fois plus de gaz à effet de serre que le pétrole conventionnel;

- une augmentation de 32 millions de tonnes de gaz à effet de serre par année (à titre comparatif, les émissions totales du Québec sont de l’ordre de 78 millions de tonnes);

- des risques accrus pour les écosystèmes et les communautés qu’il traverserait sur 4500 km;

- une menace extrême pour les bélugas du St-Laurent et autres mammifères marins au Québec, au Nouveau-Brunswick et ailleurs.

Voir aussi...

Cacouna Matata
La sagesse de Wally nous en apprend beaucoup...

Le vent tourne à Cacouna (13 octobre 2014)
Il n’y avait pas tant de voitures dans les rues de Cacouna, samedi. Plus que d’habitude, mais pas assez pour expliquer la présence de milliers de personnes venues manifester contre le projet de port pétrolier. Cinq autobus, beaucoup de covoiturage, et certainement la participation d’un bon nombre d’habitants du village, ont ajouté à la force du nombre une démonstration d’économie de pétrole. C’est à pied que plus de 2500 personnes (1000 selon les médias de masse) ont déferlé sur le port de Gros-Cacouna. Ils se sont arrêtés à la barrière de sécurité pour écouter plusieurs discours enflammés. « J’aimerais que les médias comprennent une chose aujourd’hui: la résistance ne s’organise plus, a lancé à la foule Simon Côté, porte-parole de la coalition Stop-Oléoduc. La résistance est organisée. Sachez que maintenant, l’énergie des milliers de citoyens dans les centaines de groupes à travers la province va se concentrer de moins en moins dans l’organisation, et de plus en plus dans l’action directe. »

(...) Au provincial, le Parti québécois (PQ), qui a autorisé l’inversion controversée de la ligne 9 d’Enbridge et subventionné l’exploration pétrolière sur Anticosti, a dépêché quatre députés pour afficher son opposition au projet de TransCanada. Questionnée sur l’apparente contradiction entre la position de son parti sur l’un et l’autre projet d’oléoducs, Martine Ouellet, porte-parole péquiste en matière de transports, d’électrification des transports et de stratégie maritime, a répondu que « le Parti québécois n’a jamais été pour le projet de TransCanada. Les deux projets de pipelines sont deux projets complètement différents. Enbridge, c’est de l’inversion, mais c’est aussi pour le marché québécois. »

(...) Le 16 octobre prochain, l’injonction obtenue par plusieurs groupes environnementaux prendra fin et les travaux de forage de Transcanada pourraient recommencer. Ces sondages géotechniques doivent permettre de connaître le fond marin où poser les assises de la jetée de 750 mètres où il est prévu d’amarrer deux à trois superpétroliers par semaine. Outre les risques de déversements, le projet implique le déversement routinier de 60 000 tonnes d’eaux de ballast par navire. On doit y charger environ la moitié des 1,1 million de barils par jour transportés par l’oléoduc Énergie-Est de TransCanada, l’autre moitié du pétrole étant destinée au port de St-John, au Nouveau-Brunswick. Alors que le projet d’oléoduc Keystone XL (TransCanada) tarde à être autorisé aux États-Unis et que celui de Northern Gateway (Enbridge) est bloqué en Colombie-Britannique, les deux projets d’oléoducs québécois restent les seules options permettant d’envisager l’exportation nécessaire à la croissance de l’industrie des sables bitumineux.

Exploitation des hydrocarbures: «il n'y a pas d'acceptabilité sociale»

Forages à cacouna: les conditions moins sévères que prévu

Le NPD rejette tout projet pétrolier à Cacouna - Le vent change soudainement de direction

Forage à Cacouna: Le gouvernement conservateur se défile et impose un huis clos sur le comité d’urgence.

Le 26 octobre 2014 à 13h00 marchons ensemble contre les sables bitumineux à Sorel-Tracy

PÉTITION À SIGNER POUR SAUVER LES BÉLUGAS

Pétrole lourd: le lac Saint-Pierre menacé
J’ai été étonné de lire dans Le Devoir que le premier ministre Couillard admettait « candidement » qu’il n’y avait pas de plan d’urgence en cas de déversement de pétrole dans le fleuve. Dans ce cas, comment se fait-il que les autorisations aient été données pour aller de l’avant avec l’exportation du pétrole lourd sur le fleuve Saint-Laurent ? Comment se fait-il que Kildair, la compagnie située à Sorel-Tracy qui a acheté les installations d’Hydro-Québec (tiens ! un autre actif d’Hydro-Québec qui est passé aux mains d’intérêts pétroliers…), ait obtenu les autorisations nécessaires ? La prudence élémentaire ne devrait-elle pas nous amener à d’abord faire les études d’impact pour, ensuite, établir les normes de sécurité et, enfin, définir les plans d’urgences afin de consulter la population, et ce, avant de donner quelque autorisation que ce soit ?

(...) J’aimerais rappeler ici que les installations de Kildair, qui reçoit les superpétroliers, sont situées à quelques kilomètres en amont de l’archipel du lac Saint-Pierre, le plus important archipel du Saint-Laurent avec 103 îles. Un trésor national est ici menacé par toutes ces activités pétrolières. Un simple clic sur le site de la réserve de la biosphère du lac Saint-Pierre nous permet d’en mesurer l’importance écologique. Milieu unique La région du Lac-Saint-Pierre, qui depuis l’année 2000, est une réserve mondiale de la biosphère reconnue par l’UNESCO, constitue l’une des composantes majeures de l’écosystème du Saint-Laurent. On y retrouve la plus importante plaine inondable en eau douce au Québec. Ces terres inondées sont utilisées par plus de 800 000 oiseaux en période de migration printanière. C’est ce qui fait du lac Saint-Pierre la plus importante halte migratoire de la sauvagine dans tout l’est du Canada.

(...) Les autorisations d’aller de l’avant avec le transport du pétrole lourd par des superpétroliers sur le Saint-Laurent (qui l’an dernier étaient interdits) et de le transborder à Sorel-Tracy, en amont d’un trésor écologique reconnu mondialement, ont été données sans étude d’impact, sans consultation des populations locales et sans préparation sérieuse en cas de déversement. Est-ce de l’inconscience ? Face à ce constat, on est en droit de se demander : mais pour qui ce gouvernement travaille-t-il ? Certainement pas pour la population de qui il a reçu son mandat.

Note de Jean : Ayant lu cet article, Robert Duchesne, qui me l'a envoyé, a écrit : « Et ces crétins jovialistes du gouvernement Couillard voudraient nous faire croire qu'il n'y a aucun risque sur le St-Laurent! 1200 km d'embûches pour la navigation et aucun plan d'urgence en cas d'accident pétrolier!!!! 30 cm, c'est la longueur d'une règle de 12 pouces, et c'est tout ce que vaut pour eux l'approvisionnement en eau potable de quelques millions de Québécois-e-s, la qualité de vie des riverains dont les rives des propriétés seront bientôt rongées par les vagues de ces navires, la flore et la faune de ce magnifique fleuve! Nous ne pouvons rester indifférent-e-s à un tel ravage irresponsable, à cette catastrophe annoncée. »

Plus tard, M. Duchesne a écrit : « Juste au cas où il se trouverait ne serait-ce qu'une seule personne d'entre vous qui douterait encore de la pertinence et de l'urgence de s'opposer au transport du sale pétrole bitumineux au Québec, voici trois liens que je vous suggère. https://unmot.wordpress.com/2014/10/21/manquer-le-train/
http://www.soreltracy.com/2014/oct/21o5.html
https://www.youtube.com/watch?v=-UrFnuqCi74

À savoir par ailleurs: l'exploitation des sables bitumineux est classée parmi les cinq plus grandes production de GES au monde et de loin la principale au Canada; elle est l'une des deux causes qui font que le Canada a actuellement le plus haut taux de déforestation au monde. Le Québec ne peut tirer aucun profit de l'acheminement de ce pétrole qui est presque exclusivement destiné à l'exportation. Le pipeline de TransCanada et le Port pétrolier de Cacouna sont destinés à la seule exportation de ce pétrole. Le pipeline d'Enbridge ne créerait que quelques emplois québécois. Le gens qui croient que l'Alberta avantagerait le Québec pou les prix du pétrole se trompent, les pétrolières déclarent ouvertement qu'elles visent le prix du marché international. Pourquoi le vendraient-elles à rabais au Québec? Quant aux emplois en raffinerie, ils seront préservés de toutes façons, que l'on raffine le pétrole albertain ou le pétrole d'outre-mer pour utilisation québécoise. Partout où les oléoducs et les superpétroliers passent, des déversements surviennent tôt ou tard, ce n'est chaque fois qu'une question de temps. Est-ce ce que nous souhaitons pour la Vallée du St-Laurent et pour le Lac St-Pierre? »

Ayant discuté de ce sujet avec Luc Forbeaux (de Stoneham Refuse), lui-même plongeur/scaphandrier professionnel ayant souvent eu l'occasion d'inspecter des épaves de tankers échoués et ayant échangé avec des pilotes de navires travaillant sur la voie maritime du Saint-Laurent, il me révélait avaoir appris d'eux qu'il arrive fréquemment que tombe en panne la barre de navigation permettant à ces énormes navires d'éviter les nombreux écueils et de suivre l'étroit chenal creusé dans le fleuve. Quand cela arrive, il faut faire rapidement intervenir de puissants remorqueurs capables d'amener les navires en panne à bon port. Or ni le Québec, ni le Canada ne sont équipés comme en Europe de remorqueurs assez puissants pour faire réaliser cet exploit, lorsqu'il fait tempête avec de forts vents, dans le parcours à obstacle du fleuve aux superpétroliers que le régime Harper veut faire venir dans le fleuve. Ce serait donc le désastre assuré avec l'équivalent de plusieurs fois la cargaison de pétrole du Exxon Valdez et avec un type de pétrole lourd qui ne flotte pas à la surface – et de toute façon dans leur mercantile aveuglement, Couillard et Harper refusent de tenir compte du fait qu'il n'existe pas de moyens techniques suffisants au Québec pour faire face à un tel désastre. Ce serait l'équivalent pour la vie marine très riche de notre magnifique Saint-Fleuve d'une extermination complète et il faudrait des décennies et des milliards de dollars (aux frais du contribuable en bonne partie) en coûts de nettoyage avant que la vie ne puisse graduellement y revenir. Et c'est sans compter les impacts sur l'approvisionnement en eau potable de nombreuses villes, selon l'endroit où s'échourait et se briserait le superpétrolier avarié... Ça fait dresser les cheveux sur la tête de penser que nous, citoyens du Québec, serions assez indifférents et inconscients pour laisser nos irresponsables de politiciens, vendus aux intérêts des grandes corporations, mettre en place les conditions assurant cet inévitable désastre, et ce, uniquement pour que les actionnaires de ces méga-compagnies pissent continuer à se remplir les poches de fric!! Dernier «détail». Savez-vous quelle distance il faut à un super pétrolier lancé à plein régime pour stopper complètement quand il inverse le mouvement de ses hélices (se met sur le reculons)? Jusqu'à 15 kilomètres... Pensez-y bien. Allons-nous laisser faire cela?

TRAINS, PIPELINES, BATEAUX : DU PÉTROLE « SALE », ON N’EN VEUT PAS !

http://alertepetrolerivesud.org/

L’INDUSTRIE DES SABLES BITUMINEUX DE L’ALBERTA

• Calamité pour les populations locales
• Désastre environnemental en Alberta
• Impact climatique majeur
• Menace pour nos milieux, notre fleuve, nos bélugas et notre eau potable

L’industrie veut doubler sa production d’ici 2020 et la tripler d’ici 2035 :
refusons d’être complice de cette expansion, refusons le transport du pétrole « sale »

• L’extraction du pétrole lourd de l’industrie des sables bitumineux de l’Alberta produit 3 à 4 fois plus de gaz à effet de serre que le pétrole conventionnel.
• L’accélération du réchauffement climatique est alarmante.
• La superficie de la forêt dévastée dans le nord de l’Alberta correspond à celle de la Floride.
• Un immense réservoir d’eau toxique est visible de l’espace : un déversement affecterait un large bassin versant jusqu’à l’Arctique.
• Les autochtones de cette région ont des taux de cancer nettement plus élevés que la moyenne nationale, avec toutes les conséquences imaginables. De plus, ils doivent s’astreindre à boire de l’eau embouteillée.
• L’industrie tente d’exporter : Par pipelines vers le Pacifique (projet Northern Gateway) ou vers les États-Unis (projet Keystone XL). Face à une forte opposition, elle se tourne maintenant vers le Québec avec son énorme projet: « Énergie Est » (Ontario / Cacouna), qui transporterait 1 million de barils de pétrole par jour. Elle veut aussi utiliser des pipelines existants : lignes 9B (Ontario/Montréal) et Montréal/Portland (vers la côte Est américaine). Peu importe l’utilisation des pipelines, le transport ferroviaire du pétrole « sale » est appelé à augmenter de plus en plus. Depuis 5 ans, il y a 340 fois plus de pétrole qui circule par train en Amérique du Nord. Déjà le pétrole « sale » transite par le chemin de fer sur la Rive-Sud de Montréal et par pétrolier en partance de Sorel.
• La construction d’un port pour superpétroliers est prévue à Cacouna (Est de Rivière-du-Loup) : quai s’avançant de 700 mètres dans le fleuve, directement dans la pouponnière des bélugas, une menace implacable à leur survie.
• Le fleuve approvisionne 3 millions de québécois en eau potable. En cas de déversement, contrairement au pétrole conventionnel léger, le pétrole lourd coule au fond de l’eau et est pratiquement impossible à nettoyer. 

Projets citoyens Québec: Dissociez-vous de tout partenariat que vous avez auprès d'Enbridge
https://secure.avaaz.org/fr/petition/Projets_citoyens_Quebec_Dissociezvous_de_tout_partenariat_que_vous_avez_aupres_dEnbridge/
Projets citoyens Québec travaille conjointement avec Enbridge, une compagnie d'énergie fossile qui met de l'avant férocement son acceptabilité sociale à l'égard d'une vieille ligne de transport par oléoduc "9b". Enbridge est une compagnie d'Alberta qui par son développement de réseaux d'oléoducs, transporte le pétrole brut des sables bitumineux à travers l'Amérique du Nord. Enbridge a été blamée plusieurs fois pour ses nombreux déversements de pétrole, dont un des plus importants déversement dans la rivière Kalamazoo au Michigan. Projets citoyens Québec se vante que l'organisme oeuvre à développer des communautés vertes au profit des générations actuelles et futures tout en encourageant le développement de la production de pétrole brut et de son transport dans les villes du Québec. En préservant la faune, la flore, les cours d'eau, en misant sur des moyens énergétiques écologiques pour notre transport, en introduisant des solutions innovantes pour régler des problèmes de pollution et en changeant nos habitudes de vie c'est ainsi que nous réussirons à améliorer la qualité de vie des générations présentes et futures, de responsabiliser les citoyens et les inspirer pour qu’ils deviennent des leaders de l’environnement. Signez cette pétition afin que le discours de Projets citoyens Québec concorde avec ses actions en retirant tout lien qui encouragerait le développement économique de compagnies qui ont un lourd bilan environnemental!

Voyez ICI l'affreux 'greenwashing' (ou écoblanchiment) qui a suscité la création de cette pétition.

UNE AUTRE PÉTITION AVAAZ À SIGNER

MORATOIRE Transport maritime du pétrole bitumineux
http://bit.ly/1rrfasf
Pourquoi c'est importantParce que nous refusons de contribuer à l'expansion de l'industrie des sables bitumineux, première source de croissance des GES au Canada et cause de dommages importants à l'environnement et aux populations;Parce que le transport de son pétrole représente un risque important pour la sécurité de la population et la contamination du fleuve St-Laurent; Nous joignons notre voix à celle de la Municipalité de Ste-Anne-de-Sorel pour demander au gouvernement fédéral et provincial de SUSPENDRE IMMÉDIATEMENT les autorisations de transport sur le fleuve du pétrole issu des sables bitumineux de l'Alberta jusqu'à ce qu'une étude sérieuse et consultation signifiante soient réalisées et que les conclusions en aient été approuvées par les municipalités siégeant à la table des maires des municipalités riveraines.

ET N'OUBLIONS PAS L'ÉCOMORTEL ET PLANÈTICIDE GAZ DE SCHISTE...

The Global Frackdown 2014: A Recap (October 15th, 2014)
http://www.foodandwaterwatch.org/blogs/the-global-frackdown-2014-a-recap/
Last Saturday, thousands of people across the world gathered to participate in the Global Frackdown: an international day of action to demand a ban on fracking and other dangerous forms of oil extraction. By almost any measure, this year’s collection of rallies, performances, public speaking events and educational opportunities was the biggest and most powerful day of action yet — a reflection of the growing movement against fracking, fueled by mounting scientific evidence that this dangerous practice not only poses a significant threat to water, air, health and our communities, but also threatens the climate on which we all depend.
(...) While these events happened in hundreds of communities across the world, they were all united by a common goal of stopping the extreme energy extraction methods that are jeopardizing our future. Together, communities around the globe called for an end to fracking and a swift transition to a 100 percent renewable energy future. That message was brought home by a coalition letter signed on by over 250 groups from 39 countries and delivered to United Nations Secretary General Ban Ki-moon, calling on him to not include fracking as part of the United Nations’ Sustainability for All Initiative. CLIP

Global Movement to Ban Fracking Urges Ban Ki-moon to Reject Controversial Process (October 10th, 2014)
http://foodandwaterwatch.org/pressreleases/global-movement-to-ban-fracking-urges-ban-ki-moon-to-reject-controversial-process/
Scientific evidence continues to mount that fracking is inherently unsafe, endangering natural resources and threatening public health. Fracked gas is beginning to be recognized as a much greater driver of global warming than originally thought. The Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) found that over a 20-year time frame that methane is 87 times more potent in trapping heat then carbon dioxide. Efforts to curb climate change have traditionally focused solely on carbon dioxide, but these efforts will remain inconsequential if the climate impacts of methane are not seriously addressed. “Fracking is poisoning underground water, the air and peoples’ livelihoods, so the gas corporations can make massive profits under the guise of aborting to some degree global warming,” said Australian activist and Global Frackdown event host Dr. Helen Caldicott. She continues, “fracking involves the use of up to 200 chemicals releases not only methane but chemically contaminated water containing radium, radon and other radioactive elements. Because of fugitive emissions at the well sites, natural gas in all its iterations has a greater impact upon global warming than CO2.” A recent Food & Water Watch report, a comprehensive review of more than 150 recent studies on fracking’s impacts, concludes that only an outright ban will protect our water, air, health and climate from the disastrous consequences of fracking for oil and gas. “The oil and gas industry’s primary players are multinational corporations with international influence,” explains Gasland Director, Josh Fox. “Wherever there is fracking; water contamination, air pollution and health concerns plague the people living near those operations. Fracking is a global problem that is fought in communities across the world. Taking local actions across the globe for the Global Frackdown is the best way to collectively unite our voices to stand up and show not only local leaders, but the entire international community that the people are not beholden to the fossil fuel industry and want to ban fracking and to move quickly to develop renewable energy now.”

SANS OUBLIER DES PLATEFORMES PÉTROLIÈRES DANS LE GOLFE DU SAINT-LAURENT...

GOLFE DU SAINT-LAURENT - Québec et Ottawa au diapason sur le pétrole (15 octobre 2014)
http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/421023/golfe-saint-laurent-quebec-et-ottawa-sont-sur-le-point-de-s-entendre-sur-l-exploitation-petroliere
Québec et Ottawa ont donné un exemple de leur bonne entente sur les questions pétrolières en annonçant mardi que l’accord en vue de l’exploitation d’éventuelles sources d’énergies fossiles dans le golfe du Saint-Laurent est le point d’être conclu. Un geste qui, selon les groupes écologistes, démontre la volonté ferme du gouvernement Couillard d’aller de l’avant, peu importe les nombreux risques environnementaux pourtant clairement identifiés.
(...) Le document met en lumière notre incapacité à répondre à une éventuelle marée noire et les données nous manquent pour bien évaluer le mouvement et les aires de fréquentation des espèces menacées. Bref, « plusieurs données factuelles précises ne sont actuellement pas disponibles », ce qui ne permet pas de mesurer les véritables impacts environnementaux, même au moment de l’exploration. Même si le rapport commandé à Genivar est on ne peut plus clair, Québec a décidé d’inclure le cas du golfe dans une nouvelle EES lancée en juin pour toute la filière des hydrocarbures. Cette étude est contrôlée par le gouvernement. CLIP

Note de Jean: Tel que prévu par certains avant les dernières élections provinciales, Couillard commence à nous montrer ses vrais couleurs en se rangeant fermement dans le camp du corpofasciste albertain à la solde de l'industrie pétrolière. Voici ce que j'avais inclus à ce sujet dans mon 43e bulletin paru le 6 avril dernier...

L’élection de Philippe Couillard comme Premier ministre du Québec serait un désastre
Par Prof Rodrigue Tremblay de Mondialisation.ca (02 avril 2014)
http://www.mondialisation.ca/lelection-de-philippe-couillard-comme-premier-ministre-du-quebec-serait-un-desastre/5376377
Avec son indécrottable conservatisme et son passéisme historique, le Dr. Philippe Couillard fait vraiment peur. Nous sommes en face d’un politicien dont la pensée politique en est une du 19ème siècle et qui récuse la plupart des progrès que le Québec moderne a réalisés au cours des dernières décennies. Essentiellement parce que les journalistes n’ont pas fait correctement leur travail au cours de cette curieuse de campagne électorale, les gens connaissent très mal l’actuel chef du PLQ et son idéologie politique, beaucoup plus rapprochée de celle d’un Stephen Harper que des chefs traditionnels du PLQ, à commencer par Georges-Émile Lapalme et Jean Lesage, ou de Robert Bourassa et Claude Ryan, qui tous avaient un amour pour le Québec et sa survie en tant que société francophone distincte en Amérique du nord. Avec Philippe Couillard, en effet, le PLQ a un leader qui croit plutôt que le Québec a fait fausse route avec la Révolution tranquille, et même que tous les efforts pour construire une classe d’affaires francophone, le Québec Inc., n’auraient pas dû être entrepris parce que non conformes à son idéologie du « véritable libéralisme » classique.Comment le sait-on ?Parce que Philippe Couillard l’a lui-même expliqué dans un article radical qu’il publia dans le journal Le Devoir, le 5 décembre 2012, quand il voulut se distinguer des deux autres candidats dans la course à la chefferie libérale, les ex ministres Raymond Bachand et Pierre Moreau. Dans cet article de 2012 et intitulé « Revenir aux sources de l’idée libérale », M. Couillard se présente lui-même comme un libéral d’avant la Révolution tranquille qui a la nostalgie du bon vieux temps, soit celui des Wilfrid Laurier, Alexandre Taschereau et Adélard Godbout, tous selon lui de « véritables libéraux » partisans du laisser faire, de l’attentisme et de l’immobilisme gouvernemental. CLIP

Continuer au http://dossiercouillard.com et ne manquez pas de lire...

Hydro Québec : la privatisation à la pièce sous les libéraux
http://dossiercouillard.com/hydro-quebec.html
Des milliards de pertes, en attendant la privatisation complète (...) Voici comment les libéraux ont pris le contrôle d'Hydro Québec :Hydro-Québec: jusqu’à 18 des 21 personnes nommées au conseil d’administration par le gouvernement Charest ont cotisé à la caisse du PLQ depuis 2000, soit 85%.« Les personnes sont d’abord nommées pour leur compétence, a dit Hugo D’Amours, l’attaché de presse de Jean Charest (…). Enfin, il est normal que le gouvernement nomme des personnes qui partagent sa vision des choses et ses objectifs. » Jacques Bourgault, professeur à l’UQAM et spécialiste reconnu en matière de système de haute fonction publique et de dirigeants des sociétés d’État, (…) ensuite, ces «bonnes» personnes ne font pas obstacle aux décisions, aux projets et aux politiques du gouvernement. Elles peuvent aussi faciliter le choix des « bons sous-traitants » et l’embauche de « bons employés». » [voir] Cette prise de contrôle d'Hydro Québec par libéraux (et leurs réseaux), la magouille à grande échelle que cela a entraîné, a pour conséquence, la hausse actuelle des tarifs de l’électricité : CLIP




Note de Jean: C'est de la folie furieuse! Le gouvernement américain veut obliger les fabricants de voitures à équiper tous leurs véhicules d'un système de communication sans fil par lequel TOUS les véhicules sur la route communiqueraient constamment les uns avec les autres afin, prétendument, de diminuer les risques de collision. Si ça passe aux États-Unis - et rien ne semble devoir les arrêter - on va tous être pris avec cela dans le monde entier... À noter qu'il est maintenant trop tard pour soumettre des commentaires sur le site amricain è ce sujet.

From: Webmaster (webmaster@electricalpollution.com)
Date: 14 Oct 2014
Subject: Take Action: NHTSA mandating Vehicle to Vehicle communication in every vehicle!

(...)
Please take a moment to let NHTSA know what you think of their rule to require V2V communications systems in all vehicles. Some points you may want to include are listed below.  Please expand them by illustrating the hardships you personally will suffer if V2V communications technology is rolled out in all or even almost all vehicles.

You can submit your input at http://www.regulations.gov/#%21docketDetail;D=NHTSA-2014-0022 by pushing the "comment now" button.

Thank you,
Catherine

Background

The wireless technology that would make V2V communications work and that NHTSA proposes to require in all vehicles for safety reasons has been classified as a class 2B possible carcinogen by the World Health Organization and only complies with completely outdated thermally-based "safety" limits.  See this video of Professor Emeritus Dr. Anthony Miller, of the University of Toronto, about the carcinogenicity of radiation from wireless devices which can be found at http://www.youtube.com/watch?v=wARxnaxrRKk. Reputable scientists are calling for it to classified as a probable carcinogen (http://www.pathophysiologyjournal.com/article/S0928-4680(13)00003-5/abstract), while other equally qualified experts are calling for it to classified as a carcinogen (http://dx.doi.org/10.1515/reveh-2013-0006). It should not be required in ANY vehicles.  Use should be discouraged, not encouraged.

V2V communications systems would continuously emit pulsed modulated microwave radiation.  The emissions would have to be virtually continuous due to the nature of what the system is trying to do with continuously tracking the positions, velocities, and directions of motion of vehicles around in order to be able to provide the functions sought by the NHTSA. The NHTSA is proposing the rule because they believe "that V2V capability will not develop absent regulation, because there would not be any immediate safety benefits for consumers who are early adopters of V2V."

NHTSA believes that V2V capability will save lives and has no downsides and so feels that they do not need to do a NEPA review - "The agency has preliminarily determined that installation of V2V technology alone would not have any significant impact on the quality of the human environment."  In their questions, they do not ask about safety hazards or societal costs.

Everyone needs to weigh in with their experiences with radiation from wireless devices and references (a list of points to include are listed below).  Experts are needed to address areas of safety, privacy, security, and the environment.  NHTSA techies have their hearts set on implementing this technology nationwide and globally.  It is imperative that they receive comments from everyone - ranging from personal impact to expert testimony.  It will take an outpouring to stop this so please take time to write and submit your comment and pass this email on widely.

Important Points:

Below are some points that you might want to include in your input, then personalize/support them with a brief account of your own experience and your favorite references (which you can also upload for the NHTSA to read).

No one should be forced to have V2V technology in their vehicle.  It utilizes a potentially hazardous technology compliant only with outdated safety limits which pregnant women and people with a whole range of medical conditions are being warned to avoid.

In a recent letter, the United States Department of the Interior states that “the electromagnetic radiation standards used by the Federal Communications Commission (FCC) continue to be based on thermal heating, a criterion now nearly 30 years out of date and inapplicable today” (http://www.ntia.doc.gov/files/ntia/us_doi_comments.pdf)

IARC of the World Health Organization classified radiofrequency radiation as a class 2B possible carcinogen in May 2011.  Experts think the classification should be changed to probable carcinogen or even carcinogen.
2012 BioInitiative Report classifies radiofrequency radiation as a carcinogen. [Here is a sample wording to use to include 2012 BioInitiative Report in your comment without uploading the whole thing: The 2012 BioInitiative Report is incorporated by reference herein in its entirety (http://www.bioinitiative.org /)]
“Public safety standards are 1,000 – 10,000 or more times higher than levels now commonly reported in mobile phone base station studies to cause bioeffects.”(http://www.bioinitiative.org/conclusions/) - You can find other great quotes relevant to your situation to include by visiting their conclusions section.
The FCC has a duty to the public to protect the public health and safety from harm from radiofrequency radiation.  (H.R. Report No. 104-204, p. 94)

FCC does not possess the expertise to set biologically-based radiofrequency radiation safety limits. EPA does. Therefore, the FCC should advocate that Congress direct the EPA to establish biologically-based radiofrequency radiation safety limits and provide the budget and resources to carry out that task. 2012 HR6358 was an excellent example of legislation to authorize the EPA to establish biologically-based radiofrequency radiation safety limits.

The Baby Safe Project was launched in June to warn pregnant women of the hazards of exposure to radiation from wireless technology during pregnancy.  (www.babysafeproject.org)

A recent symposium for MDs discusses a range of safety hazards posed by radiation from wireless technology, particularly pregnant women are urged to avoid it.  (http://www.c4st.org/MDSymposium)

Requiring V2V technology violates the 2008 ADA Amendments since it will further isolate and marginalize many people with radiofrequency sickness, electromagnetic hypersensitivity, etc.  Many people with radiofrequency sickness/EHS already cannot use public transportation due to the presence of cellphones and WiFi, this could make public roads and highways inaccessible as well. Therefore, requiring V2V technology is not in compliance with the ADA (Americans with Disabilities Act), particularly the 2008 ADA Amendments, which base their disability determination on interference with bodily functions (http://www.govtrack.us/congress/bills/110/s3406/text).  There are many many studies showing the RF radiation interfere with bodily processes, often seriously (www.bioinitiative.org).
Courts have interpreted the ADA and the 2008 ADA Amendments broadly to ensure accessibility throughout society and require broad inclusivity.

http://www.justice.gov/osg/briefs/2003/3mer/2mer/2002-1667.mer.aa.html
http://disabilitylaw.blogspot.com/2012/06/d-mass-allows-ada-title-iii-challenge.html

Thus, NHTSA cannot require V2V technology, a technology which would greatly restrict access to people with symptoms of RF sickness - estimated at 3-30% of the population and ranging from severely impaired to less severely impaired.  People with RF sickness cannot safely use wireless technology or technology which exposes them to RF on wiring, nor can they be around it, as they would be with V2V technology if they purchased a new vehicle or used a road or were near a road.

No new source of RF radiation exposure should be allowed without examining the ADA compliance.  Many people are now excluded from public buildings, public places, parks, highways, and limited in almost all aspects of normal daily living.  Continued rollout of additional sources of RF radiation puts the NHTSA in direct violation of the ADA.

CLIP


For more information, see www.electricalpollution.com




Note de Jean: J'ai compilé ce qui suit il y a environ un mois alors que les médias d'ici ne cessaient de nous parler de cette nouvelle crise... dont ils ne parlent pratiquement plus maintenant. La situation semble s'améliorer selon cet article...

Ebola outbreak: death toll falls, WHO says (Nov 05, 2014)
http://www.cbc.ca/news/health/ebola-outbreak-death-toll-falls-who-says-1.2825050
The World Health Organization said on Wednesday it continued to see a slowdown in weekly Ebola cases in Liberia, although incidence of the disease was still rising in Sierra Leone and stable in Guinea.The three countries have reported 1,828 Ebola cases of the disease over the past 21 days, the maximum incubation period of the virus, and 64 per cent of those new cases were in Sierra Leone, 22 per cent were in Liberia and 14 per cent in Guinea. The slowdown in Liberia, first announced by the WHO a week ago, has surprised many experts who had warned that the disease was set to continue spreading exponentially.The WHO has said it may be the first evidence that efforts to tackle the disease are working, while warning that the outbreak is still not under control. All three countries 'capitals reported rapid rates of transmission of the disease over the past week, but there were no new confirmed cases in the epicentre of the outbreak, the district of Gueckedou in Guinea. CLIP

Pour les plus récentes nouvelles, voir http://bit.ly/1wyWVI7. Voici donc ce que j'avais préparé il y a un mois.

En passant, si vous vous intéressez à la crise d'Ebola, mais que les nouvelles officielles vous semblent incomplètes ou trop superficielles, vous pouvez regarder Ebola Is A Scripted Disaster par Alex Jones qui s'en donne à coeur joie avec ses certitudes sur les conspirations des 'méchants' qui nous gouvernent. À prendre avec un grain de sel, bien sûr, même s'il y a peut-être une faible possibilité que les scénarios apocalyptiques qu'il décrit se réalisent. Néanmoins, il n'est pas le seul à imaginer les pires scénarios. Les Russes se posaient déjà bien des questions là-dessus au mois d'août: Ebola can be turned into bioweapon, Russian & UK experts warn (...) Russia’s former chief medical officer, Gennady Onischenko, said that he can’t rule out the possibility that the Western African outbreak is suspicious. “I am concerned about the prevalence and pathogenicity of the situation, which is too much even for Ebola. Too many people are dying. I don’t rule out that there’s something artificial here… What is happening with Ebola there, could there also be something man-made about it?” he said.

Mais il y a pire encore... Medical Martial Law - Ebola Becomes Airborne As Flu Strain Virus Mutates ou peut-être absolument prophétique. Il est facile d'imaginer que dans un an, il pourrait y avoir de 3 à 4 milliards de bouches de moins à nourrir sur Terre... Le History Channel a présenté en 2012 un scénario crédible de ce qui pourrait arriver : After Armageddon - A SHTF scenario - Cauchemars quasi assuré si vous regardez cela. Selon l'avis d'un expert au Téléjournal du 16 octobre, la planète est due depuis déjà plus de 30 ans pour une pandémie mortelle mondiale qui, selon lui, est presque inévitable – comme la peste bubonique ou la grippe espagnole. En tout cas, selon l'article suivant du journal The Guardian, les mutations rapides du virus pourraient amener l'émergence d'une souche encore plus contagieuse se transmettant par voie aérienne :

'In 1976 I discovered Ebola - now I fear an unimaginable tragedy'

(...) Have we completely lost control of the epidemic? I have always been an optimist and I think that we now have no other choice than to try everything, really everything. It's good that the United States and some other countries are finally beginning to help. But Germany or even Belgium, for example, must do a lot more. And it should be clear to all of us: This isn't just an epidemic any more. This is a humanitarian catastrophe. We don't just need care personnel, but also logistics experts, trucks, jeeps and foodstuffs. Such an epidemic can destabilise entire regions. I can only hope that we will be able to get it under control. I really never thought that it could get this bad.

(...) The virus is continually changing its genetic makeup. The more people who become infected, the greater the chance becomes that it will mutate ...... which might speed its spread. Yes, that really is the apocalyptic scenario. Humans are actually just an accidental host for the virus, and not a good one. From the perspective of a virus, it isn't desirable for its host, within which the pathogen hopes to multiply, to die so quickly. It would be much better for the virus to allow us to stay alive longer.

Could the virus suddenly change itself such that it could be spread through the air?
Like measles, you mean? Luckily that is extremely unlikely. But a mutation that would allow Ebola patients to live a couple of weeks longer is certainly possible and would be advantageous for the virus. But that would allow Ebola patients to infect many, many more people than is currently the case.But that is just speculation, isn't it?Certainly. But it is just one of many possible ways the virus could change to spread itself more easily. And it is clear that the virus is mutating.

(...) Was Louis Pasteur right when he said: "It is the microbes who will have the last word"? Of course, we are a long way away from declaring victory over bacteria and viruses. CLIP

Aussi dans The Guardian : Ebola crisis: 'Cases growing exponentially' in West Africa, UN warns - as it happened

et d'autres vidéos pas vraiment rassurantes : 'Airborne' Ebola Info Is Being Removed from Internet! Flight Path of Patient Zero Is Revealed! – BREAKING: Mass Ebola Quarantine UnderwayPestilence : Mutating Airborne Ebola Virus Diagnosed inside the US for the first time (une compilation de reportages des grands médias - écoutez au moins ce court extrait d'une minute pour comprendre à quel point ce virus mute rapidement et donc pose un énorme danger, car comment peut-on développer un vaccin (si on croit aux vaccins) ou une immunité permanente face à un virus mutant autant et aussi rapidement...

Pour conclure ce bref tour d'horizon de ce qui est sans doute un des pires fléaux naturels que nous allons, selon toute vraisemblance, tous devoir affronter dans un proche avenir, voir... 5 Terrifying Facts About Ebola

Et enfin ceci VT Issues First Ebola Warning (Subject to National Security Hack!) d'une source habituellement bien informée et crédible à mes yeux, où l'on peut lire...

This is what we have reason to believe: There is an organized terror plot on behalf of financial entities to spread Ebola through the United States. We believe airlines and hospitals are part of it, that Homeland Security and the TSA are involved. (...) We estimate that as many as 5000 Americans have now been exposed to Ebola. We are asking security personnel to record tail numbers, though the CIA doesn’t always use them, of private aircraft used to transport “disease vectors” into the US and Europe. We have confirmations that this is being done. We do not have confirmations as to all involved but we do know the US is targeted and that the intent is to kill as many Americans as possible to undermine social cohesion and destroy whatever confidence the American people have in government. We have traced financial operations behind this to Switzerland, UBS as handler of operational funds, and a number of CIA contractors as “prime movers.” This is entirely a move from the political “right” and we have traced direct involvement to members of the Murdoch/Fox groups. The Ebola scare, which we fear will become something far more sinister than a simple “scare” also is paralleled by a nuclear terrorism scare as well perpetrated by the Murdoch/Cheney consortium on behalf of the Al Qaeda operational group of former CIA, Mossad and Saudi intelligence officers. My personal recommendation is to close US borders, stop all Africa travel, make medical checks on all air travel mandatory. By closing borders, I mean “shoot to kill” on the Mexican border based on the nature of the threat. Then we take a look at those involved, the oil and fuel futures manipulation, the market and currency games and stop the lying about ISIS.Time we started jailing some, killing more and enforcing some of the real laws left.

Ce serait donc une nouvelle opération sous fausse bannière, comme l'a été l'attaque du 11 septembre 2001, qui serait en cours, mais à une plus vaste échelle... Peut-être Alex Jones n'est-il pas si loin de la vérité après tout... Dans Ebola threat: Real or false flag? cette possibilité est clairement envisagée...

La bataille contre Ebola en passe d'être «perdue» (17 octobre 2014)
http://www.lapresse.ca/international/dossiers/virus-ebola/201410/17/01-4810188-la-bataille-contre-ebola-en-passe-detre-perdue.php
L'ONU et la Banque mondiale s'alarment du manque de solidarité internationale envers les pays africains touchés par Ebola, qui a tué 4555 personnes, et appellent à convertir en actes les promesses internationales d'aide financière et humaine. «Nous sommes en train de perdre la bataille» face au virus, s'est lamenté le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, lors d'une conférence de presse à Paris.«Certains pays ne se préoccupent que de leurs propres frontières», ce qui est «très inquiétant» selon M. Kim, pour qui «nous n'avons toujours pas pris conscience de la solidarité nécessaire» au niveau international. L'épidémie de fièvre hémorragique a fait 4555 morts sur 9216 cas enregistrés, selon le dernier bilan publié vendredi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Si sept pays (Liberia, Sierra Leone, Guinée, Nigeria, Sénégal, Espagne et États-Unis) ont été touchés, l'Afrique de l'Ouest reste de très loin la région la plus affectée.Seule lueur: l'OMS a annoncé que le Sénégal, qui avait déclaré un cas, désormais guéri, ne pouvait plus être considéré comme un pays touché par Ebola. La même annonce devrait suivre lundi pour le Nigeria, qui a enregistré 20 cas, dont 8 décès. Mais l'aide se fait attendre.Les Nations unies ont reçu jusqu'à présent 377 millions de dollars sur les 988 millions demandés, soit 38%, a déclaré vendredi un porte-parole de l'OCHA (Bureau des Affaires humanitaires de l'ONU) à Genève. «Il faut y ajouter 217 millions de dollars promis, mais qui ne sont pas encore arrivés sur les comptes bancaires», a-t-il précisé.Et le fonds spécial de l'ONU mis en place pour parer aux urgences, le «Trust Fund», ne dispose que de 100 000 dollars sur les 20 millions initialement requis. CLIP

VOICI ENFIN QUELQUES AUTRES NOUVELLES SUR CETTE CRISE...

Ebola : 1,4 million de cas au Liberia et en Sierra Leone d'ici janvier? (Le Point)
http://www.lepoint.fr/sante/ebola-1-4-million-de-cas-au-liberia-et-en-sierra-leone-d-ici-janvier-23-09-2014-1865886_40.php

Ebola: l'OMS attend jusqu'à 10 000 nouveaux cas par semaine (Les Échos)
http://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/0203860334666-ebola-10000-nouveaux-cas-par-semaine-1053852.php

Ebola : «Nous manquons de moyens», admet un responsable des Nations Unies (Le Parisien)
http://www.leparisien.fr/societe/ebola-l-oms-manque-de-moyens-pour-endiguer-l-epidemie-15-10-2014-4214897.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.com%2F

Cas connus et déclarations d’épidémies de virus Ebola, par ordre chronologique (Centers for Disease Control and Prevention, en anglais)
http://www.cdc.gov/vhf/ebola/outbreaks/history/chronology.html

Ebola: l'OMS dépassée par la vitesse de propagation du virus (Slate)
http://www.slate.fr/story/90571/ebola-oms-depassee-vitesse-propagation-virus

Ebola: le taux de mortalité des malades peut atteindre 70% (L'Express)
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/ebola-le-taux-de-mortalite-des-malades-peut-atteindre-70_1611396.html

Un nombre sans précédent de médecins et d’autres agents de santé infectés par le virus Ebola (OMS)
http://www.who.int/mediacentre/news/ebola/25-august-2014/fr/

AVAAZ a lancé une campagne pour payer des équipements de protections aux personnel en première ligne pour combattre cette épidémie : https://secure.avaaz.org/fr/ebola_fr_dn_loc/




LA FOLIE DÉMENTIELLE DES AMÉRICAINS...

USA, le réarmement nucléaire du Prix Nobel de la paix (2014)
http://www.mondialisation.ca/usa-le-rearmement-nucleaire-du-prix-nobel-de-la-paix/5403898
(...) L’administration Obama a présenté au total 57 projets d’upgrade (mises à jour) de sites nucléaires militaires, dont 21 ont été approuvés par le Bureau gouvernemental de comptabilité, tandis que 36 sont en attente d’approbation. Le coût estimé est, en l’état actuel, de 355 milliards de dollars en dix ans. Mais ceci n’est que la pointe de l’iceberg. Au coût des sites s’ajoute celui des nouveaux vecteurs nucléaires.Le plan présenté par l’administration Obama au Pentagone prévoit la construction de 12 nouveaux sous-marins d’attaque nucléaire (chacun pouvant lancer, avec 24 missiles balistiques, jusqu’à 200 ogives nucléaires sur autant d’objectifs), 100 autres bombardiers stratégiques (chacun armé d’environ 20 missiles ou bombes nucléaires) et 400 missiles balistiques intercontinentaux avec base à terre (chacun avec une ogive nucléaire de grande puissance, mais pouvant toujours être armé d’ogives multiples indépendantes).Ainsi est lancé par l’administration Obama un nouveau programme d’armement nucléaire qui, selon une récente étude du Monterrey Institute, va coûter (à la valeur actuelle du dollar) environ 1000 milliards de dollars, la dépense culminant dans la période 2024-2029. Elle s’insère dans la dépense militaire générale des Etats-Unis, composée du budget du Pentagone (640 milliards de dollars en 2013), à quoi s’ajoute d’autres postes de caractère militaire (la dépense pour les armes nucléaires, par exemple, est inscrite au budget du Département de l’Energie), en portant à un total de presque 1000 milliards de dollars annuels, correspondants dans le budget fédéral à environ un dollar sur quatre dépensé dans un but militaire.L’accélération de la course aux armements nucléaires, marquée par l’administration Obama, rend de fait vaines les avancées limitées sur la voie du désarmement établies avec le nouveau traité START, signé à Prague par les Etats-Unis et la Russie en 2010 (voir article sur il manifesto du 1er avril 2010[1]). La Russie comme la Chine accélèreront la potentialisation de leurs forces nucléaires, en opérant des contre-mesures pour neutraliser le « bouclier anti-missiles » que les USA sont en train de réaliser pour acquérir la capacité de lancer un first strike nucléaire et ne pas être touchés par les représailles.




97% of Terminal Cancer Patients Previously Had This Dental Procedure…
http://www.realfarmacy.com/97-of-terminal-cancer-patients-previously-had-this-dental-procedure/
LE TRAITEMENT DE CANAL EST À PROSCRIRE!!

Le dentifrice pollue le fleuve et l'eau... Incroyable des billes de plastique...
http://www.meteomedia.com/nouvelles/articles/votre-dentifrice-pollue-le-fleuve/38656/




Une des plus fascinantes pubs que j'ai jamais vues

QUANT e-Sportlimousine with nanoFLOWCELL® drive
http://youtu.be/RqLpqR0SPnQ

Une nouvelle voiture électrique avec un type de batterie ultra-performante permettant une autonomie de 400 à 600 kilomètres et fonctionnant avec ce qui ressemble à de l'eau salée... Pour plus d'infos : http://www.greencarcongress.com/2014/03/20140305-quant.html et http://www.nanoflowcell.com/en et http://insideevs.com/videos-quant-e-sportlimousine-geneva-motor-show/

Et n'oublions pas les prouesses technologiques et industrielles de Elon Musk...

Tesla dévoile trois nouvelles «Model S»
http://auto.lapresse.ca/actualites/tesla/201410/10/01-4808165-tesla-devoile-trois-nouvelles-model-s.php

Tesla Model S P85D Test Ride and Autopilot Demo. Insane acceleration!! https://www.youtube.com/watch?v=ORdbeMRitGg

Tesla Test Drive: Model P85D, Autopilot, Zero to 60
https://www.youtube.com/watch?v=MO0vdNNzwxk

Elon Musk on Tesla's Auto Pilot and Legal Liability
https://www.youtube.com/watch?v=60-b09XsyqU
Il annonce que des véhicules capables de se conduire eux-mêmes de manière complètement autonome existeront dans 5 à 6 ans... Tu embarques dans ton char, tu lui indiques où tu veux aller et tu piques un roupillon pour ne te réveiller qu'une fois rendu à destination... Wow!




Note de Jean : André Fauteux m'a demandé si j'avais déjà pondu un texte du l'Agenda 21, écrivant qu'il aimerait publier les deux côtés de la médaille là-dessus...

Salut André

Non je n'ai rien publié sur l'Agenda 21 mais j'ai toujours été très sceptique sur les prétentions de ceux qui y voient un complot mondial.

Pour moi ce qui est décrit à http://fr.wikipedia.org/wiki/Agenda_21 me semble très louable, même si évidemment des groupes aux intérêts opposés à ceux du bien commun ont pu chercher à récupérer et/ou détourner ce programme à leurs fins.

Mais regarde http://www.un.org/french/ga/special/sids/agenda21/action0.htm

Il n'y a que du bon il me semble là-dedans - même si parfois le chemin de l'enfer est pavé de bonnes intentions.

Parfois aussi l'idée est même recyclée à des fins positives : http://www.agenda21c.gouv.qc.ca/agenda21-de-la-culture-du-quebec/

Chose sûre, il y a une minuscule frange très bruyante de la société qui considère comme intolérable tout empiètement sur la liberté des individus et des États de faire comme bon leur semble, ce qui n'a que rarement des effets positifs pour le bien commun, et qui nient que le réchauffement climatique soit causé par l'Homme, sont notamment opposés à la bourse du carbone, même si le fait de mettre un prix sur la pollution est un bon moyen de stimuler la transition vers une économie débarrassée de son addiction aux énergies fossiles, et opposés à tout ce qui émane de l'ONU, prétendu «fer de lance d’une dictature mondiale» - lire Agenda 21 : un plan pour une dictature fasciste mondiale pour comprendre les thèses des conspirationnistes.

Chose sûre, le maître d'oeuvre de cet agenda, Maurice Strong (ancien PDG de Power Corporation et de Pétro-Canada et ayant encaissé un chèque d'un million détourné du programme Pétrole contre nourriture tel qu'expliqué au http://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Strong), n'est pas un enfant de choeur et prête donc le flanc à toutes les accusations lancées contre cet Agenda 21.

Toutefois, de mon point de vue cette approche imposée d'en haut (top down) ne peut fonctionner que par la coercition, s'apparente à maints égards à l'imposition des compteurs 'intelligents' et dénote la mégalomanie des dirigeants économiques et politiques qui croient pouvoir imposer leur vision de l'avenir du monde – en forçant ou en cajolant la population à les suivre par la méthode de la carotte et du bâton – alors que pour moi la seule manière respecteuse des liberté individuelles et collectives, et du libre arbitre de chacun, passe par une démarche 'grassroot' de conscientisation tel qu'illustré par le mouvement des villes en transition où, à l'image de milliers d'autres initiatives citoyennes du genre (voir Des initiatives citoyennes pour changer le monde !), ce sont des groupes d'individus qui s'entraident pour identifier les problèmes locaux et globaux, et appliquer des solutions issues des expériences vécues par des pionniers du nouveau monde qui émerge (au lieu d'émaner de la réflexion intellectuelle et 'rationnelle' d'élites dominantes), selon une approche de croissance organique naturelle guidée par les inspirations intuitives des humains les plus éveillés spirituellement et les mieux branchés sur l'intelligence de la nature qui a su si bien faire les choses au fil des milliards d'années d'évolution de la vie sur Terre et dans cet univers infiniment riche et fabuleux.




De: Jean Ouimet (jeanouimet54@gmail.com)
Sujet: Révolution citoyenne pour respecter les limites de la planète et de l'être humain

Nous, les signataires du manifeste Révolution citoyenne pour respecter les limites de la planète et de l'être humain diffusé le 22 avril dernier, Jour de la Terre, portons tous le rêve de vivre dans une société qui respecte les limites de la Planète; mais entre ce rêve et sa réalisation, il y a un saut que nous proposons de franchir avec la démarche citoyenne décrite dans le manifeste que vous trouverez en pièce jointe. Même si cette démarche ne sera pas facile à réaliser, voire presque impossible considérant les conditions à réunir, rappellons-nous que « L'impossible recule à chaque pas que l'on fait ».

Puis, Jean Ouimet, avec la détermination qu’il manifeste depuis plus de 25 ans, est parti à vélo le 5 mai jusqu’au début septembre pour rencontrer des citoyens à travers le Québec afin de leur présenter cette démarche citoyenne Pour respecter les limites de la Planète et de l’Être humain. Suite à l'accueil enthousiaste exprimé par les citoyens rencontrés, entre autres, lors de la Marche des Peuples pour la Terre-Mère, à l’Échofête de Trois-Pistoles et au Forum Social des Peuples à Ottawa, nous allons tenir une première rencontre pour mettre en branle cette démarche citoyenne.

Alors, nous vous invitons à cette rencontre qui se tiendra le 8 novembre prochain à Montréal pour vous s'engager dans la réalisation de cette démarche citoyenne. Veuillez confirmer au moins une semaine à l'avance votre participation en écrivant au info@mvdq.org – vous pouvez en outre le mentionner ICI.

Les conditions à une telle mobilisation sont favorables tant est grande l'obsession économique des gouvernements Harper et Couillard aux dépens du social et de l'environnement. Nous avons près de 4 ans devant nous pour que s'organise au Québec un référendum d'initiative populaire sur un engagement à respecter l'être humain et les limites de la planète. C'est possible si nous le voulons !

Lors de cette rencontre du 8 novembre, nous présenterons les 3 genres d'actions citoyennes qui composent la démarche; puis les participants se répartiront en 5 groupes pour y discuter: 1° de l'outil d'évaluation de l'acceptabilité de projet ; 2° des monnaies complémentaires ; 3° de l'élaboration de l'engagement collectif ; 4° des communications au sein de la démarche ; et 5° du financement des activités citoyennes. Dans chaque groupe, une fois exploré les besoins pour la réalisation de l'activité, les personnes intéressées à organiser l'activité formeront le comité responsable de l'activité.

Merci d'inviter vos amis à participer à cette Révolution citoyenne et à venir à notre rencontre du 8 novembre prochain, de 13h à 17h, qui se tiendra à Montréal, au VV Taverna, situé au 195, rue Bellechasse, coin De Gaspé. C'est une rue au nord de Rosemont et 4 rues à l'ouest à partir de St-Denis et Bellechasse. C'est 10 minutes à pied du métro Rosemont.

Cordialement,

Les signataires du manifeste : Jean Ouimet, Philippe Derudder, André Bélisle, Claude Béland, Roméo Bouchard, Omar Aktouf, Serge Robert, Jacques Jazure, Jonathan Durand Folco et Emmanuelle Bruneau-Ducharme.

Pour en savoir plus, voir http://www.mvdq.org/ et http://on.fb.me/1Dgh0oe

---

À voir aussi cette autre initiative, le Mouvement Démocratie Nouvelle, qui s'est donné le mandat d'éduquer la population au besoin de changer le mode de scrutin pour la proportionnelle. Ils ont un plan d'action bien défini : democratie-nouvelle.qc.ca et meilleuredemocratie.com