Bulletin #51: Escroc-Québec nous cache tout !




22 août 2014

Bonjour

Voici déjà le 51e bulletin – au titre évocateur ! – qui comporte tellement de points importants que pour être certain que vous pourrez en être informés, j'ai réuni diverses citations tirées de ce bulletin et résumant l'essentiel de ce qu'il vous FAUT absolument savoir. Bien sûr en lisant le reste, vous aurez beaucoup plus de détails utiles...

« Ne manquez pas de lire cet excellent document utilisé le 18 août 2014 par Mme Breton pour demander à la ville Lévis de prendre position dans ce dossier. Fait remarquable à signaler, Mme Breton, avec le soutien de Mme Darveau avec qui elle collabore, a commencé à s'intéresser à ce dossier il y a moins de deux semaines et cela lui a suffit pour pondre ce texte très fouillé que je ne saurais trop recommander à votre attention. »

VOICI UN NOUVEL OUTIL DANS NOTRE ARSENAL DE DÉFENSE CONTRE L'ENVAHISSEMENT DES COMPTEURS 'INTELLIGENTS' - LE FORMULAIRE D'ACCEPTATION DE RESPONSABILITÉ

« Dans cet autre document en annexe, on apprend que la Coalition to Stop Smart Meters in BC a fait auprès du Commissaire aux incendies 38 demandes en vertu de la loi sur l'accès à l'information, et ce, depuis mars dernier. Cela a révélé un effort systématique pour cacher la vérité puisqu'aucun des rapports d'expertise ainsi obtenus ne mentionne que des compteurs 'intelligents' aient été en cause, alors que selon d'autres sources, dont les médias, c'était manifestement le cas. Toujours selon ce qu'ont rapporté les médias, plusieurs maisons ont brûlé entièrement et une femme est morte brulée vive dans un de ces incendies. En fait, selon un rapport officiel, uniquement en 2012, il y a eu 10 incendies déclenchés par des compteurs 'intelligents' en Colombie-Britannique. (...) Il serait temps que la même démarche soit lancée ici au Québec où selon toute vraisemblance la même complicité pourrait exister afin de dissimuler à quel point ces appareils constituent un important risque d'incendie. »

« Un développement important en Californie qui vient établir un précédent qui sera sans doute utile un jour ici... Un juge ordonne à la PG&E de rembourser les frais d'installation et de relève chargés sur la facture d'électricité d'un client ayant réussi à conserver son compteur électromécanique et de ne plus en charger, et ce, parce que ces frais ne pouvaient manifestement pas s'appliquer dans son cas puisqu'il n'avait pas demandé ce droit de retrait. »

« La ville de Baltimore (population : 622,000) offre une belle résistance à l'invasion des compteurs abêtissants (voir cet article), puisque 350,000 clients chez qui le compteur se trouve à l'intérieur ont refusé l'accès aux installateurs. Saviez-vous que selon le tableau en page 22 de ce document, dans l'ensemble du Québec, 710 952 compteurs sont installés à l'intérieur des bâtiments et sont inaccessibles, alors qu'à Montréal, il y en a 378 736 en tout qui sont inaccessibles ? Il suffit de ne pas répondre aux demandes de rendez-vous et de ne pas leur ouvrir si des installateurs se présentent, et le tour est joué ! »

« Voici une information d'une importance cruciale qui entre, selon moi, dans la catégorie des "game-changers" – une autre dans la longue liste des révélations incriminant cette technologie mortifère déclencheuse d'allergies d'électrosensibilité. Les tests faits en laboratoire sur des compteurs 'intelligents', coupés de la réalité, ne montrent pas leurs effets réels. Une entreprise spécialisé a réalisé des tests in situ pour évaluer à quelle distance vont les radiations de micro-ondes émises par ces appareils et a découvert que le filage électrique de la maison ré-irradie passivement ces micro-ondes puisqu'une fois le compteur couplé au réseau électrique d'une maison, ce dernier sert d'antenne porteuse de ce signal qui peut ainsi être ré-émis avec presque autant de puissance, à partir de tous les appareils (comme un réveil-matin électrique sur une table de nuit à quelques pouces de la tête du dormeur) branchés dans une prise de courant, de sorte que c'est alors comme si l'on dort la tête collée sur un compteur. (...) Pas surprenant qu'Hydro-Québec parvienne quand même à capter les données émises par les compteurs emballés dans plusieurs couches de papier d'aluminium, ce qui explique qu'ils tolèrent cette méthode illusoire de protection – et je suis persuadé que leurs ingénieurs connaissent parfaitement cet effet d'antenne, tout en se foutant royalement des conséquences sur notre santé à tous. Si les données recueillies par cette entreprise américaine pouvaient être admises en preuve dans un procès contre Hydro pour leur faire TRÈS chèrement payer leur inqualifiable agression électro-mitraillante contre toute la population québécoise (c'est le seul moyen de leur faire entendre raison!), je vois difficilement comment un juge pourrait en toute logique ne pas retenir cela comme une preuve, parmi tant d'autres, de la nocivité extraordinaire de cette méthode de relève à distance de notre consommation.»

"In conclusion, I consider that currently the scientific evidence is sufficient to classify cell phone radiation as a probable human carcinogen – 2A category in IARC scale. Time will show whether ‘the probable’ will change into’ the certain’. However, it will take tens of years before this issue is really resolved. In the meantime, we should implement the Precautionary Principle. There is a serious reason for doing so."

« Comme Hydro est prête à financer elle-même à hauteur de 25,8 millions $ le paiement des factures et de la dette des clients à faible revenu, un fardeau qu'elle fait donc porter à tous les autres clients, elle devrait également appliquer la même politique dans le cas du droit de retrait et cesser d'exiger des frais d'installation et de relève sous le prétexte que ce n'est pas à tous les clients de porter le fardeau pour le choix des personnes désirant protéger leur santé – pratiquement la seule raison pour laquelle les gens s'en prévalent. »

« Je note aussi que personne n'a voulu aborder (lors des récentes audiences de la Régie de l'énergie) la question de quoi faire avec les dizaines de milliers de clients qui ont résisté à l'installation et qui ont donc conservé leur compteur électromécanique – s'ils en avaient encore un. (...) Hydro, la Régie et les intervenants ont, semble-t-il, tous sciemment décidé d'ignorer cet éléphant dans le salon et de reléguer ce «léger» problème aux limbes des quatre jeudis... Sans doute que lorsque le déploiement sera terminé en 2018, Hydro se verra alors contrainte, une fois mise devant le fait accompli d'une résistance massive à son délirant projet LAD, de revenir devant la Régie pour déterminer quoi faire avec ces irréductibles clients... »

« Nous avons trouvé un document-clé sur le sujet. Il s'agit de: Biologic Effects and Health Hazards of Microwave Radiation (version pdf - 8 pages seulement des copies sont encore disponibles via Amazon) WHO International Symposium Research Agreement No. 05-609-04. Ce document résulte d'un symposium tenu à Varsovie du 15 au 18 octobre 1973 suite à un mandat de l'Organisation mondiale de la santé (OMS / WHO), entre autres, qui, il y a 40 ans avait déjà de sérieuses préoccupations concernant les effets délétères des micro-ondes sur le vivant. Dans ce document de 350 pages figurent une quarantaine de rapports émanant d'une soixantaine de scientifiques mondiaux spécialistes des interactions entre les micro-ondes et le vivant. L'étude de ces différents rapports scientifiques démontre absolument clairement et de façon indéniable leurs effets néfastes sur la santé des êtres vivants, y compris l'organisme humain. »

« L'ancien président de Microsoft Canada et fondateur du groupe Canadian for Safe Technologies (C4ST) dénonce (dans cette vidéo) le fait que Santé Canada a ignoré jusqu'ici les 140 études scientifiques récentes que C4ST leur a transmises démontrant hors de tout doute les graves conséquences sur la santé des technologies sans fil. Ces études ont établi que les micro-ondes émises par les téléphones et les antennes cellulaires, les téléphones sans fil, les compteurs 'intelligents' et les compteurs numériques Itron, les routeurs et émetteurs WiFi, les moniteurs pour bébé et tous les autres appareils dits sans fil ont de graves répercussions sur la santé en provoquant notamment le cancer et des dommages génétiques (25 études), l'infertilité chez l'homme et la femme (14 études), en affectant le développement, l'apprentissage et le comportement humain de la conception jusqu'à la vieillesse (31 études), en provoquant des effets neurologiques dans le cerveau et le système nerveux (44 études), des effets nocifs sur la vue (6 études), et le système cardiovasculaire (4 études), et en déclenchant des symptômes d'électrohypersensibilité (9 études) et divers autres effets biolochimiques nocifs (65 études). »

« Une autre donnée importante – dans Mobile Phones and ADHD: Is There a Link? – montrant que l'exposition aux micro-ondes (des cellulaires, des compteurs 'intelligents' ou du WiFi - c'est pareil) combinée à une exposition au plomb (le plomb induit des effets de type TDAH) peut déclencher et aggraver le prétendu trouble du déficit de l'attention chez les élèves, d'où le nombre élevé d'enfants mis sur le Ritalin dans les écoles du Québec (40% des ordonnances de Ritalin au Canada sont prescrites au Québec!). Cette drogue est dangereuse et inutile – voir TDAH: Comment droguer légalement des enfants parfaitement normaux. »

"Swedish Neuroscientist and Associate Professor at the prestigious Karolinska institute in Stockholm Sweden, Olle Johansson, has written a letter to the Arizona Dept. of Health Services encouraging them to re-evaluate the risks of utility company smart grid policies. Johansson urges them to share his skepticism of industry-funded research into the extremely controversial question of whether exposures from wireless devices - including “smart” meters - are causing preventable damage to the public health. He blasts those who dismiss scientific research showing harm from wireless technologies, saying essentially that it only takes one poisonous snake to bite you, and there are thousands of studies now showing changes in biology - many harmful - from microwave radiation exposures, even at a relatively small dose. That makes the ubiquitous and high powered wireless pulses from smart meters particularly worrying."

FIN DES CITATIONS

À noter : Nous en sommes rendus à 110 appuis municipaux, représentant une population totale de plus de 2 MILLIONS 391,000 personnes. Les copies de toutes les résolutions sont disponibles ICI et d'autres sont certainement à venir...

Jean Hudon
Co-fondateur et webmestre
Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique
http://www.cqlpe.ca

Merci de faire circuler ce bulletin à vos contacts ou à tout le moins de leur recommander de prendre connaissance de sa copie archivée au http://www.cqlpe.ca/Bulletins/Numero51.htm

ABONNEMENT GRATUIT À CE BULLETIN : Si vous recevez une copie de ce bulletin, et aimeriez vous y abonner, il suffit d'envoyer un courriel à ICI les précédents bulletins.




Un appel à tous de Marie-Michelle Poisson (refusonscompteurs@gmail.com)

« Une journaliste veut faire un reportage au sujet du nombre impressionnant de clients qui se plaignent de factures nettement plus élevées depuis que les nouveaux compteurs ont été installés. Veuillez communiquer avec nous par retour de courriel afin que nous puissions vous mettre en contact avec cette journaliste.
Merci pour votre collaboration. »


À ÉCOUTER !

Entrevue au FM93 avec Dominique Brillon, électrohypersensible

Entrevue à TVA avec Jocelyne Morency sur sa poursuite contre Hydro-Québec
http://youtu.be/Vk9W840TxZI
L'entrevue réalisée le 13 juin dernier à TVA est maintenant disponible sur YouTube

Compteurs intelligents : Hydro-Québec se défend de surfacturer (11 août 2014)
http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2014/08/11/003-hydro-quebec-surfacturation-compteurs-intelligents.shtml
Hydro-Québec se défend de surfacturer ses clients depuis l'installation des nouveaux compteurs intelligents, après que certains d'entre eux eurent remarqué une hausse de leur facture d'électricité. (...) Facture qui double - Le groupe Refusons les compteurs affirme aussi avoir reçu des centaines plaintes de citoyens. Dans certains cas, le montant de la facture a carrément doublé. C'est le cas de Marc Magendi, résident de Laval. Pour les trois années précédant l'installation d'un compteur intelligent chez lui en décembre 2013, sa facture annuelle d'électricité variait entre 1800 $ et 1900 $. Pour la première moitié de l'année 2014, Hydro-Québec lui réclame déjà 2650 $. « Je n'ai pas utilisé plus d'électricité que je n'en ai utilisé au cours des trois dernières années. Ce n'est pas vrai. » — Marc Magendi M. Magendi dit avoir tout essayé : réduire l'éclairage extérieur, limiter le filtrage de sa piscine à une demi-heure par jour, baisser radicalement le chauffage. Rien n'y fait. « Je ne connais personne qui a les moyens de payer le double de sa facture d'électricité », s'indigne-t-il. - VOIR AUSSI : Smart meter overbilling complaints investigated by Hydro-Québec et Hydro-Quebec customers complain of skyrocketing bills thanks to smart meters Bon reportage de CTV ! (In some cases, customers say their bills have doubled or tripled since smart meters were installed. “They complain about doubling and even tripling the usual amount of the bill,” said Marie-Michelle Poisson of Refusons les compteurs, part of a growing movement refusing to make the switch to smart meters. Unlike the old meters, she says the digital meters are unreadable so customers can't monitor their energy consumption and compare it to their bills.)

IMPORTANT OBSERVATION DE JEAN : Lorsque cette nouvelle ci-dessus a été diffusée au Téléjournal de fin de soirée, une série d'informations complémentaires ont été affichées à l'écran en conclusion de la nouvelle - ce qui n'apparaît pas dans la vidéo mise en ligne avec cet article. Une de celles-ci m'a frappé ! On pouvait lire que 1,4 millions de compteurs avaient été déployés dans la grande région de Montréal. Si l'on se rappelle qu'Hydro-Québec prévoyait déployer environ 1,7 millions de compteurs dans cette région, on constate donc qu'ils auraient été incapables d'installer environ 300,000 compteurs. C'est la première confirmation officielle de ce fait. On peut donc en conclure que notre mouvement de résistance populaire a obtenu dans son ensemble beaucoup de succès dans ses efforts pour encourager la population à ne pas céder devant les pressions des installateurs et les manipulations et mensonges des préposés téléphoniques d'Hydro, et ainsi à conserver leur compteur électromécanique. Si l'on extrapole cette bonne performance au reste du Québec, il y a lieu d'espérer qu'un demi-million de compteurs en tout ne pourront être installés d'ici la fin du déploiement en 2018, ce qui constitue une proportion de clientèle beaucoup trop importante pour qu'il soit possible à Hydro-Québec d'exercer de quelconques mesures punitives contre ces récalcitrants. Devant cet échec à imposer de force à tous ses abonnés cette technologie criminellement dangereuse, fouineuse et surfactureuse, Hydro n'aura d'autre choix que de reconnaître à tous les clients qui le désirent le droit de conserver un compteur à roulette parfaitement sécuritaire et hautement fiable. Et s'il leur venait l'idée de vouloir charger des frais additionnels pour une relève effectuée gratuitement depuis toujours et dont le coût est déjà en réalité inclus dans la redevance d'abonnement, soyons assurés que cette même résistance s'étendra également au refus systématique de payer tout montant additionnel qu'Hydro pourrait tenter de nous extorquer.

Quant à la surfacturation imputée à ces compteurs censés être infaillibles selon la porte-parole d'Hydro, qui a bien sûr menti effrontément – ou trahi son incompétence – en prétendant dans la version anglaise de ce reportage - Smart meter overbilling complaints investigated by Hydro-Québec - que CHACUN des compteurs avait été vérifié par Mesure Canada (qui n'en a en fait sans doute testé qu'un seul en laboratoire et donc pas en condition d'utilisation réelle - et qui n'a certainement pas les capacités logistiques ni le personnel pour vérifier le bon fonctionnement en terme de mesurage de TOUS les compteurs déployés au Québec), eh bien il n'y a rien de nouveau là-dedans puisque déjà en novembre 2011 de telles situations étaient rapportées dans le Journal de Montréal (lire Compteurs d'Hydro: des abonnés étonnés de leurs factures). Le seul fait nouveau notable, à ma connaissance, dont il ne faut bien sûr pas s'attendre à ce que nos médias de malinformation parlent, c'est le fait que lorsque que ces compteurs surchauffent, en raison notamment de la corrosion créée sur les fiches de connexion de l'embase par les micro-ondes émises par ces compteurs trrrès "bavards", ils se détraquent et cessent de mesurer avec précision la consommation électrique – ce qui engendre ces doublements observés de la facture d'électricité – c'est que qui est appelé le "phantom power" dans cet article ("The utility, Pacific Gas and Electric Company, admitted yesterday that about 1,600 so-called “smart meters” had charged customers for phantom power. The meters, manufactured by Landis+Gyr, malfunctioned when they get too hot."). Les autres causes de hausse de consommation mesurée – le démarrage de compresseurs de réfrigérateur entre autres provoquant une brève consommattion accrue que les compteurs à roulette ne peuvent mesurer, et la perte de l'avantage d'une facturation au prix inférieur des 30 premiers kilowatts/heure consommés chaque jour lors du passage à la chauffe hivernale, puisque la transmission 6 fois par jour des données de consommation permet maintenant de savoir quand ces 30 premiers kilowatts/heure sont dépassés – ne représentent qu'un pourcentage négligeable de hausse sur une base annuelle et ne peuvent aucunement expliquer un doublement de la facture... Et bien sûr, il ne faut pas oublier les hivers plus «froids», l'excuse si commode invoquée par Hydro... ;-)

Craintes envers les compteurs (19 août 2014) http://www.journaldelevis.com/1067/9830/De_desagreables_sifflets_.journaldelevis
(...) Dans un autre ordre d'idées, une citoyenne du quartier Saint-Nicolas, Jocelyne Breton, a également profité de la séance pour questionner le conseil sur la position de la Ville face à l'installation de compteurs intelligents par Hydro-Québec sur le territoire lévisien. Selon Mme Breton, Lévis devrait s'inspirer d'autres municipalités qui ont décrété un moratoire sur ce type d'équipement. «Plusieurs trouvent que les études qui ont été menées relativement aux impacts sur la santé, la vie privée des gens, sur l'écologie et sur un paquet d'autres questions n'ont pas été approfondies suffisamment pour permettre une installation élargie de ces compteurs. Est-ce que la Ville a fait des démarches pour prendre position sur cette question», s'est-elle interrogée. Toutefois, Robert Maranda a rétorqué que si la question avait été abordée par le comité exécutif, ce dossier lui semblait plutôt relever de la juridiction de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) plutôt que celle de la seule Ville de Lévis. CLIP - NOTE de Jean : Ne manquez pas de lire cet excellent document utilisé le 18 août 2014 par Mme Breton pour demander à la ville Lévis de prendre position dans ce dossier. Fait remarquable à signaler, Mme Breton, avec le soutien de Mme Darveau avec qui elle collabore, a commencé à s'intéresser à ce dossier il y a moins de deux semaines et cela lui a suffit pour pondre ce texte très fouillé que je ne saurais trop recommander à votre attention. En raison de sa qualité, il est désormais offert avec d'autres outils dans notre Trousse offerte pour solliciter l'appui de votre conseil municipal.

Émission : Dutrizac, l'après-midi / entrevue avec un résident de Laval - 11 août 2014 à la Radio 98,5 fm
Compteurs intelligents: une facture qui passe du simple au double. Un citoyen (M. Magenti) dénonce.

NPD : des travailleurs non qualifiés ont installé des compteurs intelligents - Radio-Canada (15 août 2014)
Le Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan (NPD) accuse le gouvernement provincial d'avoir permis à SaskPower d'embaucher des travailleurs non qualifiés au lieu d'électriciens professionnels, pour installer ses compteurs intelligents. (C'est la même chose au Québec!)

Pour que les citoyens puissent les refuser sans payer - Journal Rousillon Express/Montérégie (18 août 2014)




UN NOUVEL OUTIL DANS NOTRE ARSENAL DE DÉFENSE CONTRE L'ENVAHISSEMENT DES COMPTEURS 'INTELLIGENTS'

Note de Jean : Après avoir pris connaissance de ma réflexion – voir l'item suivant dans ce bulletin – consécutif à la remarque faite à ce sujet dans un article publié le 13 août par une source anonyme sur le site stopsmartmeters.org, un opposant québécois activement impliqué à Sutton dans la lutte contre les compteurs 'intelligents' a préparé une première ébauche du document suivant, qui a ensuite été révisé et amélioré, et qui constitue désormais un outil de plus pour les personnes désireuses de se protéger contre l'installation d'un appareil pouvant dans certains cas déclencher un incendie. Voici en quels termes il a initialement présenté l'idée ce document :

« Considérant qu'Hydro-Québec nous force, avec ses frais associés à l'option de retrait, à accepter un compteur intelligent sans avoir démontré la sécurité à long terme d'une telle installation, le citoyen est en droit de demander et d'exiger une garantie d'Hydro-Québec, AVANT que celle-ci installe quoi que ce soit sur ou dans sa résidence. Cela vaut aussi bien pour les compteurs dits non communicants, car à partir du moment où quelqu'un installe un nouveau compteur, rien ne nous garantit que cet appareil n'augmentera pas le risque d'incendie. Il est donc proposé que les citoyens qui refusent les compteurs – que ce soit pour un motif de santé ou pour tout autre motif – utilisent le formulaire suivant. À noter que cette procédure nécessite aussi la signature d'un témoin. On demande aussi une signature en cas de refus. Ainsi, on se couvre sur tous les côtés. »

FORMULAIRE D'ACCEPTATION DE RESPONSABILITÉ

SVP lisez avec attention

Attendu que j’ai refusé ou que je compte refuser officiellement l'installation chez moi d'un compteur 'intelligent', notamment parce qu’Hydro-Québec ne peut produire de données probantes, de sources fiables, attestant de l'innocuité pour la santé, à court, moyen et long terme, de ce type de compteur ;

Attendu que la Corporation des maîtres électriciens du Québec affirme que « Ce sont des travaux qui sont faits habituellement par des maîtres électriciens », en ce qui a trait à l'installation de ces compteurs (voir bit.ly/1v5pxGf et
bit.ly/1puAr7C) ;

Attendu que des compteurs 'intelligents', habituellement installés par des employés ne détenant pas de license de maître électricien, ont pris feu à Saint-Léonard (voir bit.ly/1ApzMIn), ainsi qu’à plusieurs autres endroits au Canada et aux États-Unis ;

Attendu que SaskPower et Portland General Electric, entre autres, ont dû cesser l’installation de compteurs 'intelligents' parce que plusieurs d'entre eux avaient pris feu (voir bit.ly/1nSsg4P et bit.ly/1mZcdOs) ;

Attendu que l’on ignore toujours si la cause de ces incendies est liée à une installation mal réalisée et/ou à un défaut d’équipement ;

J’applique le principe de précaution et je refuse catégoriquement de mettre ma vie et celle de mes proches en danger en exposant ma propriété ou mon logement à un risque d'incendie avéré si j'autorisais le remplacement de mon compteur électromécanique actuel, un type d'appareil fonctionnant bien et n'ayant jamais déclenché d'incendie, par tout compteur d'électricité de type numérique.

PAR CONTRE...

Si Hydro-Québec tient à installer contre mon gré un compteur numérique sur ma propriété ou dans mon logement, j'estime que j'ai le droit d'exiger une garantie écrite me certifiant la sécurité pleine et entière du processus d'installation et de l'équipement installé, et établissant qu'Hydro-Québec accepte la pleine responsabilité pour tout dommage à ma propriété ou à mon logement, ainsi qu'à mes biens, et pour toute blessure à ma personne et à toute autre personne, et aussi pour toute mortalité pouvant résulter d'un incendie dont il aura été établi, selon le principe de « preuve prépondérante » (voir bit.ly/1qhTpuQ), qu'il a été déclenché par ladite installation et/ou ledit équipement.

J'exige en outre que l'installation soit effectuée par un maître électricien, qui devra me présenter une carte de compétence en bonne et due forme, délivrée par la Corporation des maîtres électriciens du Québec, et que ce dernier signe, au nom d'Hydro-Québec, le formulaire d'Acceptation de responsabilité suivant : 

En tant qu’électricien à l'emploi d’Hydro-Québec, ou dûment mandaté par Hydro-Québec, je me porte garant par la présente du fait qu'Hydro-Québec consent à accepter l’entière responsabilité des dommages et des frais et pertes annexes dans l'éventualité où un incendie serait déclenché par le compteur numérique (modèle ___________________ et numéro de série_____________) que je m'apprête à installer ce __________________ 2014, à l'adresse suivante ____________________________________________________________________, que cet incendie soit dû à une défaillance du compteur, à une installation mal réalisée, ou à tout autre problème qui aurait dû être décelé et corrigé lors de son installation.

Je certifie personnellement avoir reçu l'autorisation écrite d’Hydro-Québec, et/ou de mon employeur dûment mandaté par Hydro-Québec, de signer au nom d'Hydro-Québec cette entente d'Acceptation de responsabilité engageant la responsabilité pleine et entière de cette entreprise à l'égard de ce qui est énoncé aux présentes.

Toute signature faite sans les autorisations nécessaires engagera la responsabilité personnelle du signataire, qui s'exposera ainsi à une poursuite pour fausse représentation, et qui sera tenu personnellement responsable, dans le cas où il est établi un jour qu'un incendie survenu chez moi est la conséquence directe ou indirecte d'une installation défectueuse, et/ou d'une défaillance du compteur installé, et/ou de tout autre problème qui aurait dû être décelé et corrigé lors de l'installation, de payer toutes les indemnisations qu'Hydro-Québec serait tenu de défrayer, en vertu de ce qui est stipulé sur ce formulaire d'Acceptation de responsabilité.

Les dispositions énoncées aux présentes n'excluent pas la possibilité que d'autres recours devant les tribunaux puissent être engagés par moi ou par mes représentants légaux, en vertu d'autres motifs non mentionnés sur ce document.

Je confirme avoir lu et compris ce document avant de le signer.

Signature : _______________________________

Nom de l’employé : _______________________________ (En lettres moulées svp)

Titre : ___________________ Numéro d’employé : ________

Je suis détenteur d'une licence de maître électricien : ______

Signature d'un témoin : _______________________


EN CAS DE REFUS DE SIGNER

L'employé qui s’est présenté chez moi le ______________________________, identifié comme étant à l'emploi de

_______________________ a refusé de signer ce formulaire d'Acceptation de responsabilité.

Considérant qu'il est normal qu'Hydro-Québec soit tenue d'assumer l'entière responsabilité pour tout dommage direct ou indirect pouvant résulter de l'installation de ce nouveau type de compteur, lequel ne possède de surcroît aucune certification de conformité UL ou CSA, et qu'il est légitime de ma part d'exiger un tel engagement écrit avant de consentir à l'installation de cet appareil, je refuse donc catégoriquement par la présente son installation et remets une copie de ce document à cet employé ou mandataire afin qu'il le transmette à ses supérieurs.

Signature du propriétaire ou du locataire des lieux : __________________________________

Date : ________________________

Numéro du compte d'électricité : ________________________

---

On trouvera ICI ce formulaire en format pdf prêt à imprimer (en 2 copies) et ICI une version en format Word, au cas où il serait nécessaire d'en modifier le libellé.

IMPORTANT PRÉCISION

Les auteurs de ce document se déchargent de toute responsabilité à l'égard de toute conséquence pouvant survenir suite à votre décision de l'utiliser. Ce matériel est fourni gratuitement à titre d'exemple de ce qui peut être fait pour se protéger des dommages pouvant résulter d'un incendie déclenché par un compteur numérique. La responsabilité de l'utiliser relève donc entièrement de ses utilisateurs éventuels.

_ _ _ _

Un dernier commentaire : Comme vous pouvez le constater, il a été jugé préférable de ne pas inclure d'éventuels torts à la santé comme motif pour refuser l'installation de compteurs numériques, la raison en étant qu'en l'absence de toute jurisprudence liant des problèmes de santé à la présence de tels compteurs chez soi, comme il est à prévoir que la bataille d'experts qui sera éventuellement engagée pour l'établir – ou non – mènera vraisemblablement jusqu'en Cour suprême, et puisque le fardeau de la preuve en un tel cas reposera sur les épaules des éventuels plaignants, ce qui peut donc signifier un coût très important pour ces derniers et plusieurs années avant qu'un jugement soit rendu, il est possible qu'en un tel cas Hydro-Québec, estimant avoir davantage les moyens de mener cette bataille jusqu'au bout et de bonnes chances de l'emporter, accepte d'autoriser la signature d'un tel document pour obliger les opposants l'utilisant à accepter une installation de compteur 'intelligent'.

Pour ce qui est du motif d'incendie, aucune jurisprudence n'existe encore, mais la méthode de la preuve prépondérante, selon laquelle un juge peut attribuer la cause d'un incendie à un compteur 'intelligent' sans en avoir nécessairement la certitude absolue, offre de bien meilleures chances de gagner une telle cause, même si une bataille entre experts et contre-experts est également à prévoir. Il est beaucoup moins probable qu'Hydro-Québec accepte de laisser quiconque signer ceci pour engager sa responsabilité, car les risques de perdre sont nettement plus grands, et un tel jugement l'obligerait, comme pour SaskPower, à renoncer à ce type de compteur.

Ceci dit, les cas où ce document pourra être utilisé se limitent principalement, tel qu'indiqué, à celui où un client a déjà signifié son refus à l'installation d'un compteur 'intelligent', pour quelque motif que ce soit, et où face au harcèlement d'installateurs trop zélés et trop insistants, il jugerait utile d'exiger leur signature avant, présumément, d'autoriser l'installation. À noter qu'en cas de signature, et ce par un maître électricien, une condition précisée dans le document, ce qui est très improbable pour maintes raisons, si le client laisse l'installation se faire, il pourra produire ce document devant un tribunal en cas de sinistre, ou bien il aura toujours en dernier recours le loisir d'invoquer d'autres motifs personnels (santé, ou crainte de surfacturation et/ou de perte de vie privée) pour refuser quand même l'installation, puisque nulle part dans ce document il est dit qu'il s'engage à l'autoriser si un maître électricien la signe.

Si quelqu'un aimerait soumettre des amendements au libellé de ce document, accompagnés des explications justificatives nécessaires, il nous fera plaisir de les considérer. Il est inutile d'en indiquer la source si vous l'utiliser. Par contre, tous les groupes d'opposants sont encouragés à faire leur ce document s'ils estiment qu'il peut aider à faire avancer la cause et qu'il constitue un outil utile, dans certaines circonstances, pour notre lutte commune.

ADDENDUM

Sharon Noble, directrice de la Coalition to Stop Smart Meters in BC vient de publier l'importante lettre suivante adressée à leur ministre de l'énergie Bill Bennett - TRUTH ABOUT SMART METER FIRES AND FAILURES IN BC - lequel a osé prétendre, comme le fait Hydro-Québec, qu'aucun incendie n'y a été déclenché par les compteurs 'intelligents' de marque Itron qu'ils ont déployés là-bas. En fait, il y en a eu davantage qu'en Saskatchewan et à Portland en Oregon où les compagnies d'électricité sont forcées d'enlever tous les compteurs 'intelligents' qu'ils avaient déployés afin de remettre des compteurs électromécaniques. Voici la conclusion de cette lettre...

"The evidence is clear. Smart meters are fire hazards and as such put into jeopardy the life and property of those who live in BC. It is incumbent upon all elected officials to act on that evidence by removing the ITRON smart meters and replacing them with analog meters (analogs are available in the U.S.). Should they fail to demonstrate the same degree of responsibility and care as do the governments of Saskatchewan and Portland, Oregon, then they will be held responsible morally and legally for the consequences.
The current document proves that ITRON smart meters do cause fires and failures in BC."

Dans cet autre document en annexe, on apprend que la Coalition to Stop Smart Meters in BC a fait auprès du Commissaire aux incendies 38 demandes en vertu de la loi sur l'accès à l'information, et ce, depuis mars dernier. Cela a révélé un effort systématique pour cacher la vérité puisqu'aucun des rapports d'expertise ainsi obtenus ne mentionne que des compteurs 'intelligents' aient été en cause, alors que selon d'autres sources, dont les médias, c'était manifestement le cas. Toujours selon ce qu'ont rapporté les médias, plusieurs maisons ont brûlé entièrement et une femme est morte brulée vive dans un de ces incendies. En fait, selon un rapport officiel, uniquement en 2012, il y a eu 10 incendies déclenchés par des compteurs 'intelligents' en Colombie-Britannique - effectuez une recherche avec le mot smart dans ce document pour en retrouver plusieurs.

Il serait temps que la même démarche soit lancée ici au Québec où selon toute vraisemblance la même complicité pourrait exister afin de dissimuler à quel point ces appareils constituent un important risque d'incendie. Une des raisons, parmi de nombreuses autres, pouvant expliquer pourquoi ils posent un tel risque tient au fait que, contrairement à ce qui est la pratique normalement recommandée, les installateurs de Capgemini ne demandent pratiquement jamais aux clients de fermer l'interrupteur principal de leur résidence avant de remplacer le compteur, une opération qui est donc réalisée sous pleine tension, ce qui peut avoir plusieurs conséquences sérieuses, notamment en hiver quand le chauffage électrique fonctionne à plein régime. Un arc électrique peut alors survenir, surtout au moment de l'insertion du nouveau compteur, ce qui endommage les points de contact, lesquels peuvent ensuite occasionner une résistance en raison des résidus se déposant aux points de contact en raison de l'intense arc électrique. Cette résistance peut provoquer à la longue une surchauffe du compteur 'intelligent', ce qui a pour effet de détraquer, au-delà de 40 degrés Celsius, sa capacité à bien mesurer l'électricité consommée, ce qui provoque la surfacturation avec un doublement subit de l'électricité apparemment consommée. Dans les cas extrêmes, la surchauffe continuelle finit par endommager le fragile circuit de protection électronique du compteur, qui ne peut plus jouer son rôle en cas de surtension de voltage sur le réseau de distribution, et c'est notamment alors que le compteur peut prendre feu.




Note de Jean : Un développement important en Californie qui vient établir un précédent qui sera sans doute utile un jour ici... Un juge ordonne à la PG&E de rembourser les frais d'installation et de relève chargés sur la facture d'électricité d'un client ayant réussi à conserver son compteur électromécanique et de ne plus en charger, et ce, parce que ces frais ne pouvaient manifestement pas s'appliquer dans son cas puisqu'il n'avait pas demandé ce droit de retrait.

De plus, une idée originale y est offerte. Quand un installateur se présente pour remplacer le compteur, nous pourrions exiger qu'il/elle signe au nom de la compagnie d'électricité un document statuant que cette même compagnie s'engage à assumer l'entière responsabilité pour tout dommage pouvant résulter d'un incendie déclenché suite à l'installation d'un compteur 'intelligent'.

Comme dans tout contrat, chaque partie a le droit d'établir ses exigences avant de consentir à le signer. Il y a un contrat implicite entre chaque client et sa compagnie d'électricité lorsque ce client accepte de recevoir et de payer l'électricité qu'elle lui vend. La compagnie établit ses exigences dans ses conditions de service. Le client peut en faire tout autant, mais aussi exiger une signature autorisée – qui ne sera sans doute pas donnée et le refus d'installation sera donc ainsi légitimé.

(À noter : Tel qu'expliqué plus haut dans ce bulletin, cette idée d'un formulaire d'acceptation de responsabilité à faire signer a été adaptée pour le Québec. Espérons qu'il sera largement utilisé car c'est une autre excellente stratégie dans notre arsenal de moyens pour faire dérailler ce projet insensé.)

Enfin, on y signale que la CPUC (leur Régie de l'énergie) reporte sans cesse la décision finale dans ce dossier, car elle n'arrive pas à trouver un moyen d'imposer des frais punitifs aux récalcitrants d'une manière qui ne puisse être ensuite contestée avec succès devant les tribunaux, puisqu'il serait illégal à plusieurs égards en Californie d'exiger de tels frais dans un tel cas. Un bon juriste pourrait sans doute découvrir plusieurs lois et règlements aux Québec interdisant une telle pratique, si la Régie venait à tenter d'imposer ce genre de frais aux récalcitrants. Notez enfin que comme il y a eu une entente à l'amiable, aucune jurisprudence n'a donc pu être formellement inscrite noir sur blanc. Mais la porte est ouverte pour un déluge d'autres requêtes semblables qui aboutiront sans doute au même résultat.

Tiré de http://stopsmartmeters.org/2014/08/13/pge-customers-getting-fees-reversed-as-cpuc-endlessly-delays-smart-meter-opt-out-decision/

PG&E Customers Getting Fees Reversed as CPUC Endlessly Delays Smart Meter “Opt Out” Decision

August 13, 2014

SAN FRANCISCO- Utility customers in California are getting utility smart meter “opt out” fees reversed in hearings at the California Public Utilities Commission, even as the Commission itself drags out a decision about the legality of such fees, having postponed making a decision on the matter five times now- more than nine months beyond their statutory decision deadline.

Victory for California Public

Last Friday August 8th, CPUC Administrative Law Judge W. Anthony Colbert ordered Pacific Gas and Electric (PG&E) to immediately remove opt out fees from the bill of a customer who has retained his analog meter.
The complainant in this case - Thomas Rainey, a resident of Livermore, CA and a PG&E customer - challenged PG&E directly based on its tariff, claiming successfully that the opt out fees did not apply. Mr. Rainey did not indicate whether or not he wanted a smart meter, or whether he wanted to join the ‘opt out’ program.

A Concerned Observer at the hearing provided this report:

“A decision was rendered at the end of the Evidentiary Hearing by the ALJ Anthony Colbert, in Mr. Rainey’s favor.

It was so ordered that PGE is to immediately remove (AND CREDIT) and cease from charging the $75 surcharge AND each monthly $10 fee for meter reading. PG&E reluctantly had no other option but to agree to this.

(...)

*If* PG&E makes a visit for the purpose of installing a SmartMeter, one may consider presenting them with a form to sign, as a precondition of access for that purpose, accepting liability for any RF interference or other damage caused by the SmartMeter.

Presumably, they would decline to sign. Then if it gets to the CPUC you could argue that this was a reasonable condition of access, just as it would be reasonable to require that they warrant that they aren’t carrying any weapons or contraband, agree to be subject to search while on your premises, agree to allow filming and recording, etc.”

In other words, use your power as a party within a contractual relationship to demand that the utility meet your requirements if they wish to access your property. Put the ball in their court and begin dictating to them on what terms you will accept service. Absent any consent from you, you still have an agreement with your utility to provide service through an analog meter. No matter what they say or how they try to spin it, if you have never given your consent to accept smart meters or pay fees to avoid them- there is no new agreement. No contract.

Rainey’s victory is a black eye to PG&E who were unprepared for the hearing, and who are defending a program that clearly violates state utility code, charging more to accommodate people’s medical conditions and to protect their safety. Every melted plastic meter and displaced family (or worse) makes it that much more difficult for the CPUC to argue with a straight face that the utilities “opt out” fees are not - in reality - a safety charge, and thus illegal under state law.

Instead of making a decision to uphold their “opt out” fees in a form that could be challenged in court, the Commission led by Michael Peevey is deferring and deferring and deferring, allowing the status quo of utility intimidation and extortion collection to continue throughout the state. Even though California’s interim “opt out” policy does not even have final approval, it is still being cited and replicated all around the US by industry, many times with higher fees and non-analog, electronic meters.

This is not acceptable.

CLIP - Lire la suite ICI ainsi que le commentaire qui laisse clairement entendre que la PG&E se serait arrangée pour qu'une lanceuse d'alerte leur ayant fait perdre $3 milliards périsse avec sa fille suite à l'explosion d'une conduite de gaz. Ça joue dur en Californie!!




Compteurs intelligents: Bécancour demande l'abolition des frais d'installation (19 août 2014) http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/actualites/201408/19/01-4792761-compteurs-intelligents-becancour-demande-labolition-des-frais-dinstallation.php
(Trois-Rivières) La Ville de Bécancour est devenue la première municipalité de la région, lundi, à demander à Hydro-Québec la gratuité du droit de retrait pour les personnes qui refusent l'installation des fameux compteurs intelligents tandis que deux autres municipalités, Saint-Alexis-des-Monts (ce mois-ci) et Saint-Mathieu-du-Parc (en 2012) demandent plutôt un moratoire sur l'installation de ces compteurs de nouvelle génération.Le conseil municipal de Bécancour, lui, a préféré ne pas s'impliquer dans la question d'un moratoire explique le maire, Jean-Guy Dubois. «On laisse le libre choix aux gens de décider ce qu'ils veulent. On n'est pas en mesure d'évaluer si ces bibittes-là sont dangereuses pour la santé humaine. Je sais ce que je lis, mais est-ce que c'est vrai? On dit donc, dans le doute, abstiens-toi», explique le maire. «On reçoit de l'information dans ce domaine-là et on n'est pas des spécialistes. On est soumis à un paquet d'informations qu'on n'est pas en mesure d'évaluer, comme dans bien d'autres domaines, comme le (gaz de) schiste», fait valoir le maire. «Certains vont jusqu'au moratoire, mais nous, on trouve que c'est lourd un peu», ajoute M. Dubois. Le directeur général de la Ville, Gaston Bélanger, explique que l'initiative de la Ville a été prise à la demande d'un groupe de citoyens. Le point était à l'ordre du jour du conseil municipal, hier soir. «On dit à Hydro-Québec, s'il-vous-plaît, laissez-les garder leur vieux compteur. Ils vont déjà payer pour leur lecture, ils vont déjà avoir une certaine pénalité pour ne pas embarquer dans le système et ça ne fait de mal à personne, ça. Tu peux garder ta vieille dactylo à boule si tu veux. C'est toi qui vis avec ça», plaide le maire.

(...) Les compteurs électromécaniques avec disque tournant et cadrans ne sont plus fabriqués depuis 2010. Près de la moitié des compteurs du parc d'Hydro-Québec ont plus de 25 ans et arrivent à la fin de leur vie utile. «La décision de les remplacer n'est donc pas un choix, mais une nécessité», fait valoir Hydro-Québec.

(...) Selon la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique, en date du15 août, 82 municipalités du Québec et trois MRC ont demandé à la fois un moratoire sur l'installation des compteurs et la gratuité du droit de retrait. Elles sont 25 à avoir demandé la gratuité du droit de retrait. Saint-Alexis-des-Monts a elle aussi adopté sa résolution à la suite de la demande d'un groupe citoyens, indique le secrétaire-trésorier, Gilles Frappier. Rappelons que l'installation des compteurs intelligents, qui suscite de nombreux débats pour des questions de santé, s'amorcera cet automne en Mauricie et les travaux de remplacement sont déjà amorcés au Centre-du-Québec. ÉCOUTER AUSSI : Refus des compteurs intelligents : Bécancour demande l'abolition des frais - Radio NRJ 102.3 Mauricie (19 août 2014)

Note de Jean : J'ai écris ce qui suit - entre autres - à la journaliste ayant écrit cet article...

« Nous pourrions alors notamment rectifier l'affirmation mensongère d'Hydro-Québec (une parmi tant d'autres) selon laquelle il ne lui est plus possible d'obtenir des compteurs électromécaniques. Comme vous le savez peut-être, Saskpower vient de se voir obligée par le gouvernement de la Saskatchewan d'enlever les 105,000 compteurs 'intelligents' que cette compagnie d'électricité venait d'installer (parce que 8 d'entre eux avaient pris feu - 2 autres ont également pris feu depuis) pour remettre des compteurs à roulette - voir La Saskatchewan ordonne à SaskPower de reprendre tous ses compteurs intelligents. Ça ne semble leur causer aucun problème d'en trouver, sans doute des neufs... Il est ridicule d'affirmer qu'ils ne sont plus fabriqués depuis 2010 et que par conséquent «La décision de les remplacer n'est donc pas un choix, mais une nécessité». Il est vrai que la plupart des fabriquants ont discontinué la fabrication de ce type de compteur, mais c'est uniquement parce que leurs carnets de commandes étaient vides, puisque la plupart des compagnies d'électricité avaient alors décidé de n'utiliser que des compteurs technologiquement plus avancés, un mouvement qui est décidément en train de s'inverser avec la forte résistance mondiale au recours à ce nouveau type de compteurs, et ce, pour une foule de très bonnes raisons.

Les compagnies d'électricité de Magog au Québec, Boston au Massachusetts, de Portland en Oregon, de la Saskatchewan, de Medicine Hat en Alberta, de l'Allemagne et de plusieurs autres pays européens ont renoncé à cette technologie et continuent donc à utiliser et à installer (pour les maisons neuves et lors de rénovations) des compteurs à roulette fiables à tous égards.

Si Hydro-Québec décide ou est forcée de revenir aux compteurs à roulette et lance un appel d'offre pour plusieurs millions de compteurs à roulette (ils détruisent immédiatement tous les compteurs à roulette encore bons pour des dizaines d'années dès qu'ils sont enlevés), les fabriquants qui auraient cessé d'en produire - en Chine notamment - se feront un plaisir de se remettre à en fabriquer.

Si vous voulez en savoir plus sur les multiples bonnes raisons de refuser ce choix technologique aberrant, je vous recommande la lecture de La menace bien réelle des compteurs 'intelligents' paru également dans La Presse, le Huffington Post et une trentaine d'autres journaux à travers le Québec et Canada. Ce serait bien d'ailleurs que Le Nouvelliste le reprenne aussi. »

Note de Jean :  Une militante m'a signalé que la situation en Allemagne évoluait - le gouvernement y avait rejeté l'été dernier l'idée d'un déploiement massif pour remplacer rapidement la plupart de ses compteurs du fait qu'écourter ainsi la durée de vie des compteurs électromécaniques encore bons pour 10 ou 20 ans au moins ne permettait pas de dégager la moindre économie à long terme (il semblerait que les Allemands savent mieux calculer que les administrateurs d'Hydro-Québec et les rubber-stampers de la Régie...). Cela inquiétait grandement l'industrie : Could billions in smart grid investment get scrapped in Germany? J'ai donc fait quelques recherches pour voir où ça en était rendu. Je n'ai rien trouvé encore sur une éventuelle décision du gouvernement allemand pour l'ensemble de la population (voir l'article ci-dessous), mais une étude par des consultants de l'industrie recommandait de remplacer plutôt les compteurs à roulette de la majorité des gens par des compteurs 'intelligents' uniquement à la fin de leur vie utile.

Smart meters are poor value, find 10 EU countries (19 juin 2014)
http://www.rtcc.org/2014/06/19/eu-efficiency-set-back-as-countries-delay-smart-meter-rollout/
Nearly half EU countries will miss 2020 target to install digital electricity meters. Nearly half of European United countries have decided against a large scale rollout of smart meters, calculating that the new technology can be poor value for money. (...) “In seven Member States, the cost-benefit analysis for large-scale roll-out by 2020 were negative or inconclusive. In Germany, Latvia and Slovakia smart metering was found to be economically justified for particular groups of customers. CLIP

Toutefois, j'ai constaté qu'un projet pilote est en cours selon cet autre article pro-industrie non daté : "The new generation of meters is not yet compulsory in Germany, but even so, 80 percent of all households should be equipped with the technology by 2022. 10,000 homes have already been fitted with a smart meter in the E.ON Bayern region as part of a pilot project."

Et j'ai découvert que les pushers de smart meters de la compagnie Landis+Gyr avaient réussi à établir une tête de pont pour envahir le marché allemand. En effet, selon cet autre article ci-dessous, Landis+Gyr a signé une entente avec une compagnie d'électricité allemande - EnBW, la 3e plus grosse compagnie d'électricité desservant 5,4 millions de clients et donc un peu plus grosse que notre Hydro – qui prévoit, si leur autre projet pilote fonctionne bien, un déploiement massif en 2016... Ils appliquent donc le même modèle de pénétration que celui utilisé avec succès au Québec avec leur projet pilote en 2012 dans Villeray, à Boucherville et dans la MRC de Memphrémagog.

Landis+Gyr and EnBW agree on data protection (January 17, 2014) http://www.machinetomachinemagazine.com/2014/01/17/landisgyr-and-enbw-agree-on-data-protection/ ZUG, Switzerland, Jan. 16, 2014 /PRNewswire/ – Landis+Gyr, the global leader in smart metering and grid management solutions, has signed a cooperation agreement with German utility EnBW for the piloting of state of the art smart metering systems. The agreement is the first of its kind: it involves a smart metering system that meets German data protection requirements, which demand the highest levels of end-consumer protection and security. Signed at the end of 2013, the agreement includes provisions for EnBW to test the functionalities of Landis+Gyr’s newly developed smart metering system in laboratories as well as in the field. Tests will commence in 2014. (...) “In order that we can gain fundamental knowledge on the performance, potential uses and interoperability of the technology, we will install and run a total of 10,000 smart metering endpoints in Baden-Wurttemberg so that we can record, manage and monitor energy consumption. At the same time, gateway administration software will be put in place. EnBW and Landis+Gyr perfectly complement each other in this project.” A pilot project will start in the middle of 2015. It will study the suitability of the smart metering systems and system processes for the mass market, as well as their compatibility potential. The cooperation agreement foresees an extensive market rollout of the smart metering systems from Landis+Gyr, starting in 2016. CLIP

Espérons pour eux que les Allemands vont se réveiller à temps pour ne pas vivre le même cauchemar électromagnétique que le reste du monde occidental.




Note de Jean : La ville de Baltimore (population : 622,000) offre une belle résistance à l'invasion des compteurs abêtissants (voir l'article ci-après), puisque 350,000 clients chez qui le compteur se trouve à l'intérieur ont refusé l'accès aux installateurs. Saviez-vous que selon le tableau en page 22 de ce document, dans l'ensemble du Québec, 710 952 compteurs sont installés à l'intérieur des bâtiments et sont inaccessibles, alors qu'à Montréal, il y en a 378 736 en tout qui sont inaccessibles ? Il suffit de ne pas répondre aux demandes de rendez-vous et de ne pas leur ouvrir si des installateurs se présentent, et le tour est joué !

Cost of not taking a smart meter arrives (August 8, 2014)
http://www.baltimoresun.com/business/bs-bz-bge-smart-meters-20140803,0,4758898.story?page=1
As bills go out with the first fees for customers who don't want smart meters, Baltimore Gas and Electric Co. is pressing to apply the charges to a much larger group — people the utility says have ignored repeated requests to switch out old meters located indoors or behind locked gates. About 350,000 customers with inaccessible meters — more than a quarter of BGE's territory — haven't scheduled appointments with contractors despite multiple attempts, the company said. (...) BGE told state regulators in July that the goal of a robust smart grid benefiting consumers "will be in jeopardy" if the response rate doesn't improve. Delays associated with inaccessible meters, largely indoor devices, have added $14 million to project costs so far, the company said."BGE is arriving at a point in its smart meter initiative where only inaccessible meters will remain," the company said in a Public Service Commission filing. (...) Before regulators approved the charge, 34,000 customers asked BGE not to install the device. Now the opt-out list is down to 20,000 customers, a number falling "pretty much every day," Butts said. Jonathan Libber, president of Maryland Smart Meter Awareness, a group with concerns about the technology, said some residents "are in a horrible situation where they have to opt out because of their health but they can't afford it." Libber, a retired Environmental Protection Agency attorney, is not among the newly opted in. "Absolutely we're paying the fee," he said. "I think most of my neighbors are in the same boat — they're going to pay the fee. They don't like it, but they're going to do it." Del. Glen Glass, a Harford County Republican with smart-meter concerns, said he will try again in the next legislative session to get a bill passed that would allow people to keep their old meters without an additional charge. He said he opted out but a BGE contractor installed a smart meter in his Aberdeen home anyway. In the 23 days in March before he had it removed, it measured his electricity usage at more than double the amount his replacement, older-style meter registered the next 23 days, he said.




Note de Jean: Voici une information d'une importance cruciale qui entre, selon moi, dans la catégorie des "game-changers" – une autre dans la longue liste des révélations incriminant cette technologie mortifère déclencheuse d'allergies d'électrosensibilité. Les tests faits en laboratoire sur des compteurs 'intelligents', coupés de la réalité, ne montrent pas leurs effets réels. Une entreprise spécialisé a réalisé des tests in situ pour évaluer à quelle distance vont les radiations de micro-ondes émises par ces appareils et a découvert que le filage électrique de la maison ré-irradie passivement ces micro-ondes puisqu'une fois le compteur couplé au réseau électrique d'une maison, ce dernier sert d'antenne porteuse de ce signal qui peut ainsi être ré-émis avec presque autant de puissance, à partir de tous les appareils (comme un réveil-matin électrique sur une table de nuit à quelques pouces de la tête du dormeur) branchés dans une prise de courant, de sorte que c'est alors comme si l'on dort la tête collée sur un compteur.

On comprend donc qu'en plus des fréquences parasitaires émanant de la source d'alimentation à découpage (switching mode power supply) du compteur et transitant par le filage électrique pour s'irradier dans toutes les pièces, les micro-ondes émises par l'antenne du compteur sont captées et retransmises par ces mêmes fils, de sorte que le réseau électrique dans tous les murs d'une maison devient une antenne pour le compteur – ce qu'ils appellent « l'effet d'antenne » dans cet article. Cette double dose de pollution électromagnétique invisible mais continuelle est donc ce qui déclenche tous les symptômes d'électrosensibilité observés.

Pas surprenant qu'Hydro-Québec parvienne quand même à capter les données émises par les compteurs emballés dans plusieurs couches de papier d'aluminium, ce qui explique qu'ils tolèrent cette méthode illusoire de protection – et je suis persuadé que leurs ingénieurs connaissent parfaitement cet effet d'antenne, tout en se foutant royalement des conséquences sur notre santé à tous. Si les données recueillies par cette entreprise américaine pouvaient être admises en preuve dans un procès contre Hydro pour leur faire TRÈS chèrement payer leur inqualifiable agression électro-mitraillante contre toute la population québécoise (c'est le seul moyen de leur faire entendre raison!), je vois difficilement comment un juge pourrait en toute logique ne pas retenir cela comme une preuve, parmi tant d'autres, de la nocivité extraordinaire de cette méthode de relève à distance de notre consommation.

À noter que le rapport d'Isotrope recommande aussi l'utilisation de compteurs pouvant être mis en dormance (comme ceux de Varitron) et souligne que la communication de chaque compteur avec tous les appareils ménagers (via la puce ZigBee) ne fera qu'aggraver le degré de pollution électromagnétique dans chaque demeure, un autre problème qui est trop souvent brossé sous le tapis... – "Reduce Duty Cycle (to about once a month) - If the meter can be replaced with one that only responds when polled, then there would only be a brief emission during monthly meter readings when a meter reader passes the location of the meter with a radio that interrogates the meter and receives its reply. However, as AMR meters give way to so-called smart meters that communicate with devices in the house, the rate of transmissions will increase to provide data communication between the meter and smart appliances."

Tiré de http://www.emfacts.com/2014/06/smart-meter-emissions-and-the-antenna-effect/

Smart Meter Emissions and the Antenna Effect (Updated)

June 10, 2014

Sourced from The International Coalition for an Electromagnetic Safe Planet (IC-ESP)

DEBUNKING THE UTILITY INDUSTRY MYTH ABOUT SMART METER SAFETY:

THE ANTENNA EFFECT

The utility industry’s argument that smart (AMR, ERT) meters are safe must be rejected, because it relies on FCC testing for radiofrequency (RF) interference, which is not a safety testing protocol, and flawed FCC radiation exposure guidelines. The FCC testing for smart meters is done in an isolated laboratory, divorced from the context in which these meters are intended to be used, connected to the wiring in a home or business.

An RF engineer’s technical report confirms that smart meters cause an antenna effect when connected to electrical distribution systems, resulting in RF exposures that are significantly higher than those reported in isolated laboratory testing.

Stop Smart Meters New York (SSMNY) hired an RF engineering firm named Isotrope “[t]o evaluate the devices in situ” and to make “a field survey of the various emissions of concern, employing an array of electronic test equipment.” Isotrope concluded, among other things, that the radiated- and conducted-emissions testing of electrical meters that was performed by the FCC “does not replicate actual conditions….” By contrast, when Isotrope tested a meter in usage as intended, connected to a home wiring grid, “the conducted emissions from the meter at 915 MHz ISM frequencies in a residence was observed to be substantial,”

This confirms what we refer to as the antenna effect of smart meters, which results in emissions that far exceed those reported when meters are tested in a laboratory setting, disconnected from wiring. The Isotrope Report goes on to state that “if the 915 MHz conducted energy were to be held to the same standard as 30 MHz, the level of the 915 MHz conducted energy from the AMR meter would fail.”

The Isotrope report thus substantiates that smart meters cause an RF/MW antenna effect on electrical distribution systems when they are used as intended, rather than in the isolation of a testing laboratory.

See Isotrope Report:

Report on Examination of Selected Sources of Electromagnetic Fields at Selected Residences in Hastings on Hudson

---

Based upon a review of the Isotrope Report by SkyVision Solutions:

There is evidence that RF radiation emitted from a wireless digital electrical energy usage meter in the 900 MHz range enters the home through a conductive mechanism and reradiates into rooms through wiring and other conductive objectives.

Quotes from the report:

* “[T]here was a substantial conducted 915 MHz component on the power line.”

* “When in close proximity to conductive objects (house wiring, outlets, metal lamp) the measured levels increased. This is consistent with the known behavior of objects that ‘re-radiate’ RF energy. The apparent re-radiation of these objects created elevated fields concentrated close to the objects.”

* “The spatial peaks near the electrical wire and table lamp were, on one hand, several orders of magnitude lower than the measured radiated signals found near the electric meters and the DECT phones, yet, on the other hand, these conducted/reradiated signals were still substantially greater than the ambient emissions found generally in the same rooms as the conductive objects.”

The above information suggests that one cannot be assured that RF levels emitted from a smart meter will decrease inside a building with the inverse square of the distance or be fully shielded by walls as much as utilities likely claim. There will be elevated ‘hot spots’ of RF energy concentrated near conductive objects. Further review and research are warranted to determine whether the “antenna effect” might be sufficient to explain some EHS-related symptoms experienced by people exposed to smart meters.

Voir aussi...

Smart Meter Emissions and the Antenna Effect

ET POUR SE RAPPELER À QUEL POINT LES RADIATIONS DE MICRO-ONDES DES COMPTUEURS SONT DANGEREUSES...

Reçu d'André Fauteux (info@maisonsaine.ca)

Pourquoi certains experts conviés par le CIRC en 2011 estiment que les preuves sont suffisantes pour classer les radiofréquences comme « probablement cancérogènes »

Dariusz Leszczynski (blogbrhp@gmail.com)
... In conclusion, I consider that currently the scientific evidence is sufficient to classify cell phone radiation as a probable human carcinogen – 2A category in IARC scale. Time will show whether ‘the probable’ will change into’ the certain’. However, it will take tens of years before thus issue is really resolved. In the meantime, we should implement the Precautionary Principle. There is a serious reason for doing so.
http://betweenrockandhardplace.wordpress.com/2014/08/14/carcinogenicity-of-cell-phone-radiation-2b-or-not-2b/

Anthony Miller (ab.miller@utoronto.ca)
Dr Anthony Miller from the University of Toronto’s Dalla Lana School of Public Health presents to Toronto Council that RF exposure should be classified as a 2A (probable carcinogen), not a 2B (possible carcinogen).
http://www.c4st.org/dr-anthony-miller

À noter que le Dr Miller participera au symposium suivant le 12 septembre à Toronto en compagnie du Dr. Devra Davis...

Symposium sur les dangers de l'électromagnétisme - Invitation à tous les médecins du Canada

Symposium on Dangers of EMR - Invitation to Doctors Across Canada

Passez cette invitation à votre médecin et tous les autres médecins que vous connaissez. Expédiez leur cette invitation par courriel si non, portez-la à son bureau.

Encouragez-les à inviter d'autres médecins qui pourraient être intéressés sur le sujet. L'Hôpital des Femmes de Toronto vise les médecins pour ce symposium. Il y aura une autre invitation qui suivra pour les autres professionnels de la santé et vous serez avisé de la date bientôt. Merci de répandre la nouvelle aux médecins du Canada concernant cet événement important.

We ask that each of you pass this invitation to your MD, and all other MD’s you may know. If you have their email id’s please just forward the invite. If you don’t, perhaps you can print the announcement and drop it at their office.

Please encourage them to invite other MD’s they think may be interested in this topic. WCH decided to focus this symposium on MD’s. We are discussing a follow-up event for a broader audience of health professionals as well and will advise on that date shortly. Thank you again for spreading the word to Canadian physicians of this important event.

Voir tous les détails sur cette invitation au http://www.c4st.org/images/documents/symposium/symposium-flyer.pdf




Hydro-Québec dépose une nouvelle demande pour hausser le tarif d'électricité de 3,9 % (5 août 2014)
http://www.journaldequebec.com/2014/08/05/hydro-quebec-depose-une-nouvelle-demande-pour-hausser-le-tarif-delectricite
(...) Hydro-Québec Distribution entend poursuivre ses programmes visant à soutenir la clientèle à faible revenu. Elle propose un budget de 25,8 millions $ à cet effet, principalement pour le soutien au paiement des factures et de la dette des clients à faible revenu bénéficiant d'ententes personnalisées. Hydro-Québec Distribution propose aussi d'investir près de 8 millions $ dans des programmes en efficacité énergétique destinés à cette clientèle. La Régie de l’énergie va tenir des audiences publiques pour discuter et analyser la demande. Sa décision est attendue au début de 2015. L’an dernier, Hydro-Québec avait réclamé une augmentation de 5,8 % pour ses tarifs résidentiels et commerciaux et de 5 % pour le tarif L. La Régie avait réduit les hausses à 4,3 % et 3,5 %, respectivement. «Énorme» La plus récente demande de hausse de tarifs d'électricité est «énorme», a indiqué Marc-Olivier Moisan-Plante, analyste en énergie à l'Union des consommateurs. «Et il faut savoir qu’Hydro n’a pas présenté l’entièreté de sa hausse, a-t-il dit. Elle a reporté, dans sa hausse tarifaire, certains montants à être récupérés dans les années 2016 à 2020. Si on avait suivi la procédure habituelle, pour 2015 on aurait eu une hausse de 7,5 %.» «Autre fait qui inquiète les associations de consommateurs : Hydro prévoit que ses créances douteuses, les montants qu’elle va perdre parce que des gens ne sont plus en mesure de payer leurs factures, vont augmenter de 18 % pour l’année 2015. Pour nous, c’est un signe inquiétant», a souligné l’analyste. Marc-Olivier Moisan-Plante estime que le gouvernement libéral de Philippe Couillard, qui veut éliminer le déficit budgétaire et passer en revue l’ensemble des programmes gouvernementaux pour réduire ses dépenses, devrait se pencher sur les coûts de l’énergie éolienne, «une filière industrielle financée à même un tarif essentiel comme l’électricité». Pour Richard Dagenais, porte-parole de la Coalition des associations de consommateurs du Québec en matière d'énergie, les consommateurs ne devraient pas assumer les coûts de l’éolien, d’autant plus que les hausses de tarifs des dernières années sont supérieures à l’inflation. «Le gouvernement utilise Hydro-Québec pour réduire son déficit actuel et, maintenant, sa dette accumulée, a mentionné Richard Dagenais. Le gouvernement a un grand appétit pour Hydro-Québec et ce sont les consommateurs, en bout de ligne, qui l’assument.» Parmi les commentaires : « À quand la révolte des citoyens ? Il n'y a plus de laine sur le mouton... »

Note de Jean
: Comme Hydro est prête à financer elle-même à hauteur de 25,8 millions $ le paiement des factures et de la dette des clients à faible revenu, un fardeau qu'elle fait donc porter à tous les autres clients, elle devrait également appliquer la même politique dans le cas du droit de retrait et cesser d'exiger des frais d'installation et de relève sous le prétexte que ce n'est pas à tous les clients de porter le fardeau pour le choix des personnes désirant protéger leur santé – pratiquement la seule raison pour laquelle les gens s'en prévalent. En outre, les montants exigés pour la relève dépassent de loin le coût réel qui, selon un document de la Régie de l'énergie, est estimé à 1.75$ par mois pour 6 relèves par année – au lieu du $8 par mois en frais punitifs (dixit Thierry Vandal) qu'Hydro veut nous faire cracher.

Comme je l'indiquais dans mon 45e bulletin : « À noter qu'Hydro propose de ne faire que 3 relèves par année (le minimum requis pour capter l'effet saisonnier) au lieu de 6, ce qui donnerait tout de même un coût de $32 par relève, à raison de 18 minutes chaque fois que le releveur viendra, soit 1,70$ par minute!! Quand on sait que la Régie indiquait, en page 45, paragraphe 205 de ce document datant du 5 octobre 2012, que « La Régie note qu’un client qui exercera l’Option de retrait paiera déjà la redevance mensuelle d’abonnement qui inclut des frais pour la relève des compteurs. Le Distributeur indique que les coûts de relève s'élèvent à 5,85¢ par jour par abonnement, soit environ 1,75 $ par mois. », le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y a un écart fabuleux entre le coût réel pour Hydro de la relève, soit 1,75 $ par MOIS, qui de toute manière est déjà incluse dans la redevance mensuelle d’abonnement et le 1,70$ par MINUTE que réclament les petits génies en marketing d'Hydro qui veulent ainsi garder un minimum de force dissuasive aux frais de l'option de retrait. (...) il n'y a aucune raison logique à ce que le compteur 'intelligent' soit installé gratuitement et pas le compteur non-communicant. Quant aux frais de relève, ils n'ont, en toute logique, pas lieu d'exister puisqu'ils sont déjà inclus dans la redevance mensuelle d’abonnement de 12,33$ que tous les clients d'Hydro payent. Ces frais ne visent qu'à pénaliser et à dissuader ceux qui veulent simplement protéger leur santé et celle de leur famille – ce qui les rend encore plus inacceptables. La seule option acceptable est celle de la gratuité complète comme au Vermont. »

Devant ces faits et le refus anticipé de la Régie d'imposer à Hydro la gratuité du droit de retrait, les opposants devraient commencer à envisager une nouvelle stratégie qui pourrait bien, si elle est massivement suivie, toucher ce monopole arrogant et dominateur là où ça lui fera le plus mal, soit lancer un boycott complet du paiement de nos factures d'électricité jusqu'à ce que la gratuité du droit de retrait soit accordée et jusqu'à ce que l'option de conserver ou d'obtenir à nouveau un compteur électromécanique (comme en Saskatchewan, en Californie, en Colombie-Britannique et en de nombreux autres endroits) soit obtenue. Une autre possibilité moins radicale serait d'encourager tous les clients ayant choisi l'option de retrait à soustraire de leur paiement mensuel le montant exigé pour ce droit – qui est un droit, justement, et non un privilège ! – et à encourager aussi le plus de gens possible à s'en prévaloir et à ne rien payer de plus pour cela. Encore faudrait-il que les opposants arrivent à s'entendre entre eux pour convenir d'une telle stratégie...

Enfin, concernant la nouvelle hausse demandée, à force de presser le citron de sa clientèle captive, dans le but de tenter de se mettre au même niveau de tarification que les autres compagnies d'électricité en Amérique du Nord, cela va rendre de plus en plus attrayant et financièrement intelligent, le passage à l'autonomie énergétique par l'autoproduction - le coût des panneaux solaires ne cesse de baisser - de 11% par an selon ce SITE – mais on est encore loin de la parité avec les tarifs d'Hydro à 0,22 $/kWh versus 0,08 $/kWh (taxes incluses) pour l'électricité vendue par Hydro). Un jour viendra où un très grand nombre de clients déserteront ainsi Hydro - tout comme on l'a fait pour Bell Telephone quand d'autres moyens de communiquer se sont offerts à nous - et la clientèle restante se fera encore plus presser le citron pour combler les pertes. Ça pourrait même mener à la faillite d'Hydro...




Hausse des tarifs d'Hydro-Québec : des défenseurs de l'éolien crient à la désinformation (6 août 2014)
http://ici.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2014/08/06/013-hausse-hydro-quebec-eolien.shtml
Des défenseurs de l'énergie éolienne affirment qu'il est faux de prétendre que leur industrie est responsable de l'augmentation des tarifs d'électricité proposée par Hydro-Québec. Certains prétendent que la société d'État ment en faisant croire aux consommateurs québécois que les deux tiers de la hausse tarifaire prévue est attribuable au développement de parcs éoliens.Hydro-Québec a demandé à la Régie de l'énergie de lui accorder une hausse de 3,9 % de ses tarifs résidentiels. Cette hausse entrerait en vigueur le 1er avril 2015. La société d'État justifie plus de la moitié de la hausse demandée par le coût des nouveaux approvisionnements, principalement éoliens.« Il faut savoir que ces approvisionnements proviennent de barrages construits dans les années 1960 et 1970. L'électricité n'est pas très coûteuse au Québec, mais en termes de production et d'installations mises en services en 2014, on ne pourra pas avoir moins cher que l'éolien ou à peu près », se défend le directeur régional de l'Association canadienne de l'énergie éolienne, Jean-Frédéric Legendre. Pour Michel Lagacé, président de la Conférence régionale des élus du Bas-Saint-Larent et président de l'Alliance éolienne de l'Est, Hydro-Québec désinforme le public. « 2,7 % de la somme totale des mégawatts proposés au Québec seraient responsables de plus de 50 % de l'augmentation des coûts? Hydro-Québec perdure dans le mensonge », lance-t-il.
(...) « Dans le cas de l'éolien, c'est comme de l'urticaire. Hydro-Québec aimerait bien s'en débarrasser. »
— Michel Lagacé
Le chercheur en énergie éolienne à l'Université du Québec à Rimouski Jean-Louis Chaumel estime lui aussi qu'il est faux d'attribuer une grande partie de l'augmentation des tarifs à la seule industrie éolienne. « Les nouvelles centrales coûtent plus cher que ne coûtaient les anciennes », affirme-t-il. Le chercheur évoque aussi la centrale au gaz de Bécancour qui, dit-il, « est une énorme bâtisse paralysée puisqu'elle ne sert plus. Pourtant, elle est toute neuve et Hydro-Québec est obligée de payer des pénalités à l'exploitant ». L'industrie éolienne a permis de créer quelque 5000 emplois dans l'Est du Québec. CLIP




Note de Jean : Concernant les audiences de la Régie de l'énergie sur le dossier tarifaire (visant à déterminer combien charger pour le droit de retrait) s'étant déroulé les 17 et 18 juillet dernier, un abonné m'a envoyé le bref commentaire suivant...

Hydro bafouille lorsqu'il doit répondre à savoir s'il doit respecter le décret gouvernemental et à répondre à la question que représente pour eux le terme «frais punitifs» utilisé dans le décret gouvernemental!!!
http://publicsde.regie-energie.qc.ca/projets/222/DocPrj/R-3854-2013-A-0086-Audi-NS-2014_07_18.pdf
http://publicsde.regie-energie.qc.ca/projets/222/DocPrj/R-3854-2013-A-0089-Audi-NS-2014_07_21.pdf

... ce qui m'a amené à lire en partie ces 2 longues transcriptions des échanges et à formuler les quelques observations suivantes :

Effectivement! Si ce n'était pas si triste, ce serait par moment du vrai vaudeville les audiences de cette régie de pacotille.

À première vue, je trouvais que les questions des avocats (représentant les intervenants accrédités) ne portaient (dans le premier document du 17 juillet) que sur des points de détails secondaires de peu de conséquence et surtout qu'ils laissaient les témoins d'Hydro s'en sortir bien trop facilement quand ils patinaient pour ne pas vraiment répondre aux questions posées - comme s'ils avaient constamment peur de se faire piéger par ces questions. Et de fait, Hydro a tant à cacher qu'ils sont comme des bandits (ou des politiciens corrompus - c'est pareil) qui font tout pour éluder les questions et/ou noyer le poisson. Je trouve que dans ce que j'ai lu, ils les ont laissé dire n'importe quoi et son contraire pour discréditer l'option de l'autorelève par le client avec une seule vérification annuelle par un releveur et tenter de nous faire croire qu'il est trop difficile de montrer aux gens comment faire pour lire des chiffres affichés sur un cadran numérique, méthode autrement plus simple que de lire les minuscules chiffres du système avec aiguilles tournantes des compteurs à roulette, ce qu'Abiad lui-même a admis du bout des lèvres.

Dans le 2e document (du 18 juillet) pour les plaidoiries, c'est différent. Là on voit mieux où ils voulaient en venir avec leurs questions de la veille aux représentants d'Hydro. Je n'ai pas le temps de lire toutes les plaidoiries, mais je trouve très bien celle de l'avocat Neuman de l'AQLPA (elle commence à la page 94 du 2e document). Je suis ravi de voir qu'il a présenté les 80 résolutions de municipalités et surtout celles demandant la gratuité et qu'il a insisté sur le fait que cette option de gratuité doit être sérieusement envisagée par la Régie, nonobstant la simple réduction de moitié des frais proposée par Hydro. Il a plaidé avec brio le fait que si elle avait voulu ne pas charger de frais punitifs, Hydro aurait très bien pu confier l'installation des compteurs non communicants à Capgemini – ce qui aurait réduit le coût d'installation à zéro puisque cela aurait entré dans les tâches générales confiées dans le contrat initial – au lieu de les faire installer à grands frais par des employés d'Hydro. Il montre aussi qu'il est selon lui acceptable au niveau de la jurisprudence et que c'est une pratique courante de faire une telle modification mineure des tâches à exécuter sans qu'il ne soit nécessaire d'ouvrir (de renégocier) le contrat déjà octroyé - ce qu'Hydro veut éviter à tout prix.

J'aime bien aussi son argumentaire selon lequel il suffit qu'un locataire exposé aux compteurs de tous les autres locataires (jusqu'à concurrence de 10 compteurs, ce qui laisse néanmoins dans la merde ceux qui sont exposés à plus de 10 compteurs...), demande le droit de retrait pour que les frais d'une seule relève lui soit exigés, puisque le temps requis pour la relève de un ou de dix compteurs au même endroit est sensiblement le même. De plus, l'idée de faire réaliser par la méthode d'autorelève 2 des 3 relèves annuelles nécessaires selon Hydro est également intéressante, en y ajoutant un incitatif financier pour motiver les clients à bien les faire.

Je note 2 choses fort révélatrices : 1) Après 40 minutes de plaidoirie, la présidente lui demande d'accélérer - ce qui dénote en partie qu'elle se fout totalement des points qu'il défend, car selon moi son idée est faite depuis le début et quoi que les intervenants disent ou fassent, ça n'y changera rien - ce que viendra confirmer sa décision imminente d'entériner purement et simplement la proposition de baisse d'Hydro. Sous cette pression indue, Neuman a donc dû écourter ensuite sa plaidoirie. 2) Il a fait allusion au fait que le contrat entre Hydro et Capgemini a été gardé secret et qu'il a préféré ne pas signer un engagement de confidentialité pour le consulter car ça l'aurait obligé à ne plus en parler – ce qui révèle à mes yeux tout l'odieux de ce magouillage en secret et de cette tentative de baillonnement des intervenants. On dirait vraiment que la Régie est là avant tout pour protéger Hydro et NON sa clientèle... et qu'elle est prête à se plier loin en arrière (bend backward) pour satisfaire les moindres caprices de cette entreprise dictatoriale obsédée par les profits.

Je note aussi que personne n'a voulu aborder la question de quoi faire avec les dizaines de milliers de clients qui ont résisté à l'installation et qui ont donc conservé leur compteur électromécanique – s'ils en avaient encore un. C'est peut-être le cas de près de 300,000 clients à date s'il est confirmé que seulement 1,4 au lieu de 1,7 million de compteurs intelligents ont pu être installés dans la région de Montréal – quoiqu'il était il me semble question d'y installer plus tard des compteurs à radiofréquences de type bi-énergie, dont je ne connais pas le nombre exact et ne sais pas s'ils étaient inclus dans le chiffre de 1,7 million donné par Hydro.

Hydro, la Régie et les intervenants ont, semble-t-il, tous sciemment décidé d'ignorer cet éléphant dans le salon et de reléguer ce «léger» problème aux limbes des quatre jeudis... Sans doute que lorsque le déploiement sera terminé en 2018, Hydro se verra alors contrainte, une fois mise devant le fait accompli d'une résistance massive à son délirant projet LAD, de revenir devant la Régie pour déterminer quoi faire avec ces irréductibles clients...

Un dernier point. Maître Hogue, représentant Hydro-Québec, nous apprend (à la page 130 du 2e document) qu'au lieu d'un décret de préoccupation, qui n'était qu'un simple voeu pieux sans la moindre épine dorsale, le gouvernement péquiste aurait pu agir autrement.... et je la cite : « la Loi sur Hydro-Québec prévoit spécifiquement que le gouvernement peut décider de fixer lui-même des tarifs pour un... un contrat donné, ce qui aurait été une possibilité ici.» Le gouvernement Couillard pourrait donc aujourd'hui et n'importe quand s'il le désire passer par-dessus la tête de la Régie et imposer par simple décret la gratuité du droit de retrait. Curieux tout de même qu'aucun des intervenants n'ait eu la bonne idée de souligner ce fait - sans doute parce qu'il ne cadre pas avec les thèmes d'intervention qu'ils ont choisi d'aborder.

Et bien sûr 'miss BouleHogue' n'a pas manqué d'insister sur le fait que la Régie ne doit surtout pas renverser ses précédentes décisions (elle veut protéger mordicus les acquis d'Hydro) et s'est employée à discréditer l'option de l'autorelève (pourtant utilisée sans trop de problèmes par 6% de la clientèle depuis des décennies - voir page 68 du premier document) en prétendant que ceux qui la proposent veulent ainsi « jouer à l’apprenti-sorcier ». Et bien sûr, elle joue à souhait les drama queen (personnifiant ainsi à merveille Hydro) en prétendant que la Régie devra siéger 365 jours par année s'il fallait tenir compte de toutes les fatiguantes demandes de preuves pour étayer les affirmations – souvent sans fondements apparents – faites par Hydro. Hydro la «sainte» ne doit surtout pas porter le moindre fardeau de la preuve, et nous devrions tous croire religieusement ses moindres déclarations et lui donner l'Absolution sans confession. Ah! j'te jure... Et quant aux opposants, ils ne représentent pour elle qu'«une infime partie de la clientèle»... Ah! j'te jure!!...

Et la présidente de conclure, entre autres, « On avait prévu deux jours et si nécessaire, une troisième journée. On a fait tout l'exercice en une journée et demie. C'est très bien. » C'est très édifiant, oui!!



Compteurs nouvelle génération – Position de la Ville de Pincourt
http://www.villepincourt.qc.ca/fr/notre-ville/finances/taxation/2-uncategorised/974-compeurs-nouvelle-generation
La présente vise à vous faire part des préoccupations que la Ville de Pincourt a relativement à l’implantation des compteurs de nouvelle génération. Vous n’êtes pas sans savoir que le dossier des compteurs de nouvelle génération a entrainé son lot de discussion en passant des manifestations citoyennes aux résolutions de différentes villes afin de demander un moratoire, la création d’une commission indépendante et/ou le remplacement des compteurs de nouvelle génération par un compteur électromécanique. La Ville de Pincourt a effectué une démarche afin de connaître l’impact des compteurs de nouvelle génération. À cet effet, le conseil municipal a rencontré des intervenants d’Hydro-Québec ainsi que le groupe Soulanges Refuse afin de mieux comprendre le dossier des compteurs «intelligents». Suivant lesdites rencontres, force est de constater qu’Hydro-Québec n’a pas dissipé les craintes qu’engendrent les compteurs de nouvelle génération. En effet, des doutes subsistent quant aux effets à long terme sur la santé, particulièrement chez des personnes hypersensibles, des ondes électromagnétiques émanant des émetteurs-récepteurs à ondes pulsées dont ces compteurs sont munis. Par ailleurs, la Ville de Pincourt se questionne quant aux pénalités rattachées au maintien des compteurs électromécanique. À cet effet, la Ville trouve injustifiable qu’un citoyen doive payer une pénalité tout en sachant que le simple paiement de ladite pénalité n’empêchera pas les radiofréquences émanant des compteurs voisins. La Ville de Pincourt demande donc à Hydro-Québec ainsi qu’à la Régie de l’énergie du Québec de sursoir à la mise en application du programme par Hydro-Québec et d’adopter un moratoire à l’installation de tout nouveau compteur émetteur de radiofréquences jusqu’à ce que des études plus avancées dissipent les doutes quant aux effets sur la santé de l’usage de ces compteurs. En espérant que la Régie ainsi qu’Hydro-Québec révisent leur position quant à l’implantation unilatérale des compteurs de nouvelle génération.

Note de Jean: Pour le moment, la ville de Pincourt a, semble-t-il, préféré ne pas adopter de résolution en bonne et due forme. Espérons qu'ils passeront bientôt à l'acte ! Scripta malent, verba volent ! (Les écrits restent, les paroles s'envolent !)




Dangers des Micro-Ondes - Document de l'O.M.S. N°05-609-04 de 1974 – Principe de précaution
http://www.gigasmog.ch/projets.html
Découverte d'un document de l'O.M.S. (W.H.O.): "Biologic Effects and Health Hazards of Microwave Radiation" datant de octobre 1974, qui sur 350 pages présentant une quarantaine de rapports scientifiques issus d'un symposium scientifique, décrit tous les effets délétères des radiofréquences de micro-ondes sur le vivant, dont l'électrohypersensibilité (EHS). C'étaient pas moins de 60 chercheurs spécialisés dans ce domaine qui se sont réunis à Varsovie du 15 au 18 octobre 1973. (...) Nous avons trouvé un document-clé sur le sujet. Il s'agit de: Biologic Effects and Health Hazards of Microwave Radiation (version pdf) WHO International Symposium Research Agreement No. 05-609-04. Ce document résulte d'un symposium tenu à Varsovie du 15 au 18 octobre 1973 suite à un mandat de l'Organisation mondiale de la santé (OMS / WHO), entre autres, qui, il y a 40 ans avait déjà de sérieuses préoccupations concernant les effets délétères des micro-ondes sur le vivant. Dans ce document de 350 pages figurent une quarantaine de rapports émanant d'une soixantaine de scientifiques mondiaux spécialistes des interactions entre les micro-ondes et le vivant. L'étude de ces différents rapports scientifiques démontre absolument clairement et de façon indéniable leurs effets néfastes sur la santé des êtres vivants, y compris l'organisme humain. Pour exemple le chapitre suivant : Session E. Occupational Exposure and Public Health Aspect of Microwave Radiation Clinical Manifestations of Reactions to Microwave Irradiation in Various Occupational Groups. Cette section propose un tableau clinique assez précis du syndrome des micro-ondes ou EHS, tel que nommé aujourd'hui. De plus, la corrélation entre l'exposition aux micro-ondes et la dégradation des organismes des individus ne fait aucun doute et ceci sur une cohorte de plus de 1000 sujets. Les systèmes et organes négativement affectés sont, entre autre : - neuronal - vasculaire - cardiaque - la thyroïde - les thrombocytes - la cataracte - l'opacification du cristallin - les troubles du sommeil - le diabète de type II - etc.

(...) Depuis quelques mois que j'en parle autour de moi, j'ai recensé maintenant dans mon entourage immédiat au moins huit personnes qui souffrent du même mal -EHS-, bien que plus modérément que moi.
Le dernier rapport "Statistiques de la santé 2012" de notre office de la statistique, se basant sur des valeurs de 2007, annonce 7% de la population comme souffrant des ondes (page 21) et 18% des ménages estiment être touchés par des nuisances liées à des ondes. Et ce sont là des valeurs de 2007, soit, d'il y a au moins 6 ans. Sachant que le niveau d'exposition croit d'environ 40% par ans, nous sommes aujourd'hui à un niveau d'exposition au moins trois fois supérieur.

D'autres sources, estiment en 2012 que 8,3 % de la population dans les pays développés éprouvent des symptômes graves d’Électro Hyper Sensibilité (EHS), tandis que 35 % présentent des symptômes bénins, selon le Dr Thomas Rau, directeur médical de la clinique de renommée mondiale Paracelsus en Suisse. Les champs électromagnétiques sont un facteur insoupçonné de nombreuses maladies.
La récente étude allemande de Klaus Buchner et Horst Eger "Changes of Clinically Important Neurotransmitters under the Influence of Modulated RF Fields - A Long-termStudy under Real-life Conditions" qui n'est pas sans rappeler la "Schwazenburg Shut-down study"... Ne voyez-vous aucune épidémie/pandémie pointer à l’horizon?




Tiré de http://journalmetro.com/opinions/liza-frulla/535931/la-responsabilite-dhydro-quebec/

La responsabilité d’Hydro-Québec

Par Liza Frulla – 8 août 2014

Après avoir vu notre compte d’électricité augmenter le 1er avril 2014 de 4,3 %, voilà qu’Hydro-Québec récidive en demandant à la Régie de l’énergie la permission d’augmenter les tarifs des consommateurs d’un 3,9 % supplémentaire pour 2015-2016.

La première augmentation, selon le rapport de la Régie, servait en partie à payer l’entrée en service d’un nouveau parc éolien et à couvrir l’augmentation du bloc patrimonial en fonction de l’inflation.

Parallèlement, les prévisions de revenus pour Hydro-Québec Distribution ont été établies à 11,3 G$, pour un rendement de 8,2 % pour la même année 2014-2015. Depuis 2010, dans son rapport annuel, Hydro-Québec affiche un profit net combiné de 8,86 G$, pour un rendement de 17 %. Comme actionnaires de la compagnie, il faut se réjouir de sa performance exceptionnelle.

Faits à noter, depuis 2004, l’ensemble des hausses des tarifs des consommateurs autorisées par la Régie de l’énergie se situe à environ 23,1%. Nous pouvons dire avec fierté que nous faisons tous un effort collectif pour assurer la santé financière d’Hydro-Québec. Année après année, pour nous faire avaler la pilule, on nous répète qu’au Québec, les tarifs d’électricité sont les plus bas en Amérique du Nord. C’est toujours vrai. Mais notre avantage compétitif diminue chaque année. Bientôt, nous serons à égalité avec l’Ontario, une province qui ne possède aucune ressource hydraulique.

On nous répète que les citoyens bénéficient collectivement de la performance exceptionnelle d’Hydro-Québec. Malheureusement, les citoyens, faisant face à des augmentations annuelles bien supérieures à l’inflation, ont de la difficulté à voir comment ces bénéfices se traduisent dans leur vie quotidienne. Ils ont plutôt l’impression de subventionner les besoins de l’industrie plutôt que de contribuer à l’amélioration du service. D’autant plus que ces augmentations servent en grande partie à couvrir le déficit éolien dont la performance est remise en question par plusieurs études, notamment celles de l’Institut Fraser et de l’Institut économique de Montréal (Note: Il s'agit de 2 think tanks de droite anti-écologistes).

D’ailleurs, plusieurs économistes et analystes du secteur de l’énergie recommandent au gouvernement de revoir la stratégie éolienne en raison des surcoûts et des surplus énergétiques historiques, dans un contexte de restrictions budgétaires sérieuses. Ils vont jusqu’à demander de mettre fin à cette industrie qui ne fait qu’appauvrir les consommateurs et de se concentrer sur des mesures d’efficacité énergétique plus porteuses d’avenir. (Une opinion nettement anti-écologiste !)

La responsabilité d’Hydro-Québec est de faire des profits et d’en faire bénéficier ses actionnaires, soit les contribuables québécois. Elle se doit d’utiliser ces profits pour investir dans des moyens qui assurent sa croissance. Mais elle doit aussi les utiliser pour contribuer à la réduction de notre énorme dette collective en partageant ses dividendes et en maintenant ou réduisant ses tarifs.

Jusqu’à maintenant, il est difficile pour les Québécois d’apprécier la performance d’Hydro-Québec et d’en apprécier ses bénéfices, car son positionnement est exclusivement celui d’une «vache à lait» pour le gouvernement.




Frank Clegg on Canada AM (10 juillet 2014)
http://youtu.be/3QekBTvH0L4
L'ancien président de Microsoft Canada et fondateur du groupe Canadian for Safe Technologies (C4ST) dénonce (dans cette vidéo) le fait que Santé Canada a ignoré jusqu'ici les 140 études scientifiques récentes que C4ST leur a transmises démontrant hors de tout doute les graves conséquences sur la santé des technologies sans fil. Ces études ont établi que les micro-ondes émises par les téléphones et les antennes cellulaires, les téléphones sans fil, les compteurs 'intelligents' et les compteurs numériques Itron, les routeurs et émetteurs WiFi, les moniteurs pour bébé et tous les autres appareils dits sans fil ont de graves répercussions sur la santé en provoquant notamment le cancer et des dommages génétiques (25 études), l'infertilité chez l'homme et la femme (14 études), en affectant le développement, l'apprentissage et le comportement humain de la conception jusqu'à la vieillesse (31 études), en provoquant des effets neurologiques dans le cerveau et le système nerveux (44 études), des effets nocifs sur la vue (6 études), et le système cardiovasculaire (4 études), et en déclenchant des symptômes d'électrohypersensibilité (9 études) et divers autres effets biolochimiques nocifs (65 études).




Smart Meter Fires: Penetrating Questions and Cold Facts on Hot Meters (6 August 2014)
http://www.takebackyourpower.net/news/2014/08/06/smart-meter-fires-penetrating-questions-and-cold-facts-on-hot-meters/
Thought you knew the full story on the latest barrage of smart meter fires? Think again… (...) While SaskPower, Portland Gas & Electric (and soon, other utilities) play the blame-game and going after manufacturers for losses, one thing is clear: These meters never should have been installed in the first place. Whether the culprit in any given fire is a failed meter or a failed installation etc, homes are being burned down due to smart meters being installed. Now, the people in Saskatchewan and everywhere else need to hold liable the individuals responsible — at the utilities and in government. (...) For those of you in Saskatchewan, you might want to go back and notice Sensus is right there, from Pennsylvannia in 2012 ALREADY being halted installs AND having meters replaced due to 29 fires, out of 186 000 meters. (Portland had 3 fires in 70 000 meters). (...) The saddest part about the whole thing is that smart meter fires are just waiting to happen because of this and when they do they are now heating plastic and computer chips that have much lower flash points than glass and metal ‘useless’ meters. This only makes matters worse. And this is the situation, right now, for MILLIONS of people in BC, Saskatchewan, Portland and the rest of Globe. (...) Corrosion can cause resistance and resistance cause heat… then fire. CLIP

Voir aussi...

Champs électromagnétiques artificiels micro-ondes : "exposition occasionnelle (subie ou passive, non sollicitée) aux technologies du sans fil" par le Dr Andrew Michrowski (Canada)
http://www.next-up.org/pdf/Andrew_Michrowski_Ph_D_Exposition_Cem_21_04_2009.pdf
- Quelles sont les problèmes, les effets subis et les normes pour les technologies du sans fil ? La vie sur Terre s’est développée au milieu d’une large bande de fréquences qui sont originaires de (et) passées à travers
l’Univers. Vers 1980, l’exposition environnementale aux signaux artificiels, répétitifs et au hasard des fréquences radio/micro-ondes s’est élevée dramatiquement de plus d’un milliard de fois, celle-ci essentiellement issue des technologies militaires. Depuis 1980, cette pollution artificielle est devenue majeure principalement à cause d’applications commerciales nouvellement introduites, l’exposition moyenne subie par exemple dans le Sud du canada s’est élevée de quasi 0.005 microwatt/cm2 jusqu’à la plage actuelle historique de 0.4 à 100.0 microwatt/cm2. Nous notons un accroissement de 8 à 20 000 fois avec des pics au centre de Toronto et quelques autres centres, incluant Brandford et Mississanga. On constate maintenant sur environ 100 km2 dans le Sud de l’Ontario des expositions de puissances d’émission de micro-ondes et de radiofréquences durant des périodes qui peuvent excéder la limite d’exposition du Code 6 de sécurité de Santé Canada d’approximativement 0.6 à 1 milliwatt/cm2 (600 à 1 000 microWatt/cm2 ). On peut s’attendre à ce qu’une telle couverture d’irradiations illégales s’élève exponentiellement sur plusieurs centaines de km2 dans l’Ontario et le Québec pour la fin de cette décennie, sur une base plus persistante, puisque de plus en plus de technologies sont approuvées par les gouvernements et commercialisées.
Il est fondamental de constater que les individus résidents dans de telles zones exposées à cette nouvelle pollution environnementale issue des irradiations artificielles micro-ondes subissent une élévation continuelle de la température du corps avec le temps : indépendamment des interactions délétères sur le métabolisme, concrètement ils se sentent "plus froid" en hiver donc recherche plus de chaleur et inversement en été.

(...) Sur la base d’études d’irradiations environnementales, on peut déduire par exemple qu’à Toronto – sur une population de plus de 2 500 000 personnes, au moins 25 000 individus sont exposés à des émissions illégales non désirées – durant plusieurs heures par jour – qui sont plus élevées que celles permises par le Code 6 de sécurité Canada, simplement en travaillant ou vivant dans des ‘points chauds’ à haute densité et que ce nombre peut augmenter durant les périodes de sol humide résultant des précipitations. Ceci signifie que ces individus risquent des dommages irréversibles aux fonctions de leur corps simplement à cause de la popularité et de la commercialisation de ces technologies du sans fil.

(...) Les connexions avec l’autisme ? On estime qu’au moins 300 000 canadiens sont exposés à, et absorbent, des niveaux illégaux de micro-ondes associées à l’utilisation de l’emploi du téléphone cellulaire seul. On s’attend à ce que ce nombre double vers l’an 2010, bien que le total de la base de la population des enfants tende à diminuer. Ces enfants affrontent des conditions médicales graves dues au sans fil (ou de menace pour la vie). Ajouté à ce groupe environ 300 000 dans l’Ontario qui souffrent d’une sorte de forme d’autisme, en considérant qu’il y a 30 ans, il n’y avait que quelques centaines de cas. Plus d’un (1) enfant sur cent (100) est autiste comparé à un (1) sur dix mille (10 000) il y a (30) trente ans, avant l’exposition environnementale envahissante des technologies du sans fil. Les métaux lourds dans le corps interfèrent avec la distribution de la dopamine, une hormone et un neurotransmetteur qui contrôle les qualités des fonctions moteurs. Chez les enfants autistes de telles fonctions sont inhibées. Une étude de Tamara Mariea et George Carlo indique comment les émissions du sans fil micro-ondes rendent les cellules incapables de libérer les métaux lourds (incluant le mercure et l’aluminium) tels que ceux utilisés comme stabilisateurs dans les programmes de vaccination massifs Lorsque les enfants autistes sont désintoxiqués de ces métaux lourds et lorsqu’ils ne sont plus exposés aux émissions du sans fil, ils peuvent récupérer.

(...) Comment les radiofréquences affectent la corrosion? D’abord, cela peut être vérifié par quiconque en remplaçant une ampoule fluo compacte dans une douille métallique qui avait antérieurement une ampoule incandescente. On constate que cela prend seulement quelques semaines pour avoir le début d’une corrosion continuelle. Similairement, on peut voir dans les zones urbaines qui sont exposées à des niveaux élevés d’émissions de micro-ondes les infrastructures d’égouts et d’eau qui se couvrent de rouille, en réalité se couvrent d’oxydation, idem pour les bouches d’incendie qui s’effritent dans un délai souvent de 6 mois. Normalement, de telles installations durent sans problème pour des décennies. La fédération des municipalités canadiennes a fait un appel d’urgence au gouvernement fédéral pour 123 milliards de dollars canadiens en 5 ans pour éviter des effondrements de bâtiments dans les villes du Canada à cause de la corrosion, ce qui met en relief à quel point ce problème de corrosion venant des radiofréquences et micro-ondes est outrageusement coûteux pour notre société. CLIP




À Zurich, le premier refuge européen pour électrosensibles' - Le Monde -12/08/2014 http://www.robindestoits.org/A-Zurich-le-premier-refuge-europeen-pour-electrosensibles-Le-Monde-12-08-2014_a2239.html
(...) C'est en raison de ce cadre privilégié que le bâtiment, destiné à accueillir des personnes souffrant d'hypersensibilité chimique multiple (MCS) et d'électrosensibilité, a été construit là. « Cinq lieux étaient à l'étude au départ, confie Christian Schifferle, à l'initiative du projet. Des mesures ont permis de savoir que ce site était très peu irradié grâce à la montagne toute proche, qui offre un cadre protecteur. » L'absence d'antennes était aussi un préalable à la construction, ainsi que la qualité de l'air. Migraines, fatigue chronique, difficultés à se concentrer, problèmes respiratoires, dépression, intolérances alimentaires… l'énoncé des troubles des quatorze habitants donne le tournis. « Nous ne supportons pas les émanations de produits chimiques et l'émission d'ondes électromagnétiques provenant des réseaux sans fil », résume M. Schifferle.

(...) Un revêtement spécial couvre d'ailleurs l'ensemble des câbles électriques de l'édifice qui compte le minimum de prises de courant. A la différence d'autres électrosensibles, l'intolérance des locataires aux ondes concerne seulement les lignes de haute fréquence (téléphone mobile et WiFi). Pour Christian comme pour ses treize autres voisins, cet endroit sert de refuge. Conçu comme une cage de Faraday, il permet à chacun de se ressourcer et d'espérer retrouver des activités normales.

(...) tous les habitants de l'immeuble ont dû, pour obtenir un appartement, justifier de leurs symptômes en présentant un certificat médical. Des critères sociaux sont aussi requis pour bénéficier d'un logement, dont le loyer mensuel oscille entre 1 300 et 1 700 francs suisses (1 000 et 1 400 euros), en grande partie pris en charge par la mairie de Zurich. CLIP




Voir aussi:  Vous êtes devenu-e électrosensibles ? Des moyens existent pour se protéger.

From: André Fauteux (andre@maisonsaine.ca)
Date: 13 Aug 2014
Subject: Thérapie de résonance Bicom: recommandée par le professeur Magda Havas

La designer hypersensible Linda Nolan, d'Ottawa, me confie que la thérapie de résonance Bicom offerte par le naturopathe montréalais Victor Spektor, recommandée par l'experte en électrosmog Magda Havas, « est surprenante, c'est la première fois en vingt ans que je me sens bien », dit-elle. Voir les vidéos sur cette page: http://ca.linkedin.com/pub/victor-spektor/45/a80/308

Victor Spektor 514 808-0101

Il affirme:

"I am Quebec's first licensed bioresonance practitioner who can clean the body from various negative factors, as radiation, EMF, geopathic stress, chronic and acute infections without medication. I do ultimate allergy treatment, immune system stimulation, premature aging and rejuvenation sessions by using Bicom bioresonance technology."

Victor Spektor N.D. member of College des Naturopathes du Quebec, ANN, AMPQ,
certified by Institute of Regulative Medicine (Germany), Electromagnetic Biofeedback Institute,
Harvard University (USA).

If your body strained by:
Electromagnetic,computer, cell phone, WiFi, geopathic, X-Rays radiations
Toxins, heavy metals
Allergies (food,animal,chemical,pollen)
Infection (virus, bacteria, fungi)
Parasites
Vaccines
Chronic tiredness
Intestinal disorders
Muscles aches and join pain
Psychological Stress

The strains can be reduced or completely eliminated by Bicom Resonance Therapy.

Bicom Resonance Therapy especially efficient for:

Lyme Disease
Chronic Tiredness, Depressions, Anxiety
Attention and Concentration problems
Allergies (food,animal,chemical,pollen)
Asthma, Bronchitis, Sinusitis, Pneumonia
Joint pain, Arthritis, Artrosis,
Skin problems, Eczema, Dermatitis
Stomachaches, Gastritis, Colitis
Stopping aging, Rejuvenation, Chakra and Energy regulation
Education problems

- - -

Également reçu via André Fauteux...

L'Université Laval a publié dernièrement l’assiette santé, un nouveau guide alimentaire qui recommande de consommer moins de produits laitiers et de viande rouge et d'éviter le bacon et les charcuteries.

Commentaire de Marc Robert (lstlouis@gmail.com) d'Estrie Refuse:

Je vous transmets un lien pour une entrevue qui s’est déroulé à la radio de Radio Canada sur le sujet du guide alimentaire canadien. Il est frappant est de voir, tout comme les compteurs intelligents, comment les gouvernements sont inféodés par l’industrie. On y explique comment cela se passe. Il en résulte que le guide alimentaire canadien finit par être une position politique pour assurer la prospérité de l’industrie agroalimentaire et ne représente plus ce qui est recommandé par les chercheurs en santé. Aux USA une association pour une médecine responsable a intenté des poursuites contre le gouvernement à ce sujet.
On cite par exemple les études financées par l’industrie sur les boissons sucrées, dont 83% concluent qu’il n’y a pas d’effet sur la santé alors que c’est précisément l’inverse pour les études indépendantes. La recherche indépendante conclut également que les produits laitiers n’ont aucun effet bénéfique sur l’ostéoporose et que le bacon et les charcuteries doivent être retirés de notre alimentation.

AUDIO FIL
Un nouveau guide alimentaire publié par l'Université Laval avec Michel Lucas
http://ici.radio-canada.ca/emissions/bien_dans_son_assiette/2013-2014/archives.asp?date=2014/07/03&indTime=127&idmedia=7115833

Déclaration écrite sur la reconnaissance de la sensibilité chimique multiple et de l'hypersensibilité électromagnétique dans la Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes
http://bit.ly/1rJzfvL
Le Parlement européen (...) vu sa résolution du 2 avril 2009 sur les préoccupations quant aux effets pour la santé des champs électromagnétiques; (...) considérant que les patients souffrant de sensibilité chimique multiple sont vulnérables à la pollution environnementale, que les patients souffrant d'hypersensibilité électromagnétique sont vulnérables aux rayonnements électromagnétiques et que plusieurs facteurs sur lesquels ces patients n'ont aucune influence, comme l'air qu'ils respirent ou l'exposition aux rayonnements électromagnétiques, présentent des risques importants pour leur santé; (...) demande instamment aux gouvernements des États membres de mettre en œuvre les règles en vigueur relatives aux rayonnements électromagnétiques et à l'exposition à des substances nocives et d'appliquer strictement le principe de précaution, en prenant des mesures sanitaires et environnementales efficaces afin de protéger immédiatement les patients affectés, dont le nombre augmente de manière exponentielle; CLIP




Tiré de http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/08/12/electrosensibilite-une-souffrance-en-mal-de-reconnaissance_4470381_3244.html

Electrosensibilité : une souffrance en mal de reconnaissance

LE MONDE | 12.08.2014

Chaque été, l’association Une terre pour les électrohypersensibles (EHS) organise un rassemblement international – il aura lieu cette année du 25 août au 1er septembre dans les gorges du Riou-Froid (Hautes-Alpes) – qui, à lui seul, témoigne de la détresse des personnes allergiques aux ondes électromagnétiques. La liste de leurs symptômes est longue : maux de tête, douleurs articulaires et musculaires, insomnies, acouphènes, troubles de la vision, perte de mémoire, nausées, dépression…

Pourtant, cette souffrance est encore mal comprise et très peu prise en charge. Car la médecine, désemparée par ce tableau clinique protéiforme, rechigne à l’imputer aux radiofréquences générées par les technologies sans fil, téléphones mobiles, réseaux Wi-Fi et autres antennes-relais.

L’Organisation mondiale de la santé – qui, en 2011, a classé les champs électromagnétiques comme «cancérigènes possibles» – a certes reconnu, dès 2005, que ces symptômes «ont une réalité certaine et peuvent être de gravité très variable». Mais, ajoutait-elle, «il n’existe ni critères diagnostiques clairs pour ce problème sanitaire ni base scientifique permettant de relier les symptômes à une exposition aux champs électromagnétiques».

PAS DE PREUVE EXPÉRIMENTALE ET REPRODUCTIBLE

En France, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a rendu des conclusions similaires. En octobre 2013, elle notait : «Aucun auteur [scientifique] n’a contesté la réalité du vécu des personnes qui attribuent leurs problèmes de santé à une exposition aux radiofréquences. Toutefois, il n’y a pas, à ce jour, de preuve expérimentale et reproductible d’un lien de causalité.»

L’Anses n’en prend pas moins le sujet suffisamment au sérieux pour lui consacrer un rapport spécifique, attendu pour le premier semestre 2015. Au reste, elle « recommande de limiter les expositions de la population aux radiofréquences – en particulier des téléphones mobiles –, notamment pour les enfants et les utilisateurs intensifs ».

Le Conseil de l’Europe, dans une résolution de 2011, a lui-même préconisé de «porter une attention particulière aux personnes atteintes du syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques et de prendre des mesures spéciales pour les protéger, en créant par exemple des “zones blanches” non couvertes par les réseaux sans fil».

« HANDICAP SÉVÈRE »

Combien sont-ils, ceux dont les radiofréquences font de la vie un enfer quotidien ? Des études datant du début des années 2000 font état de 5 % de la population en Suisse, 1,5 % en Suède, 4 % en Grande-Bretagne, 3,5 % en Autriche… La France se situerait dans cette fourchette, selon les associations « anti-ondes », qui avancent le pourcentage de 3 %, mais aucune évaluation officielle n’a été réalisée. Cela fait, de toute façon, beaucoup de monde. Or l’électrohypersensibilité est reconnue comme un handicap en Suède, de même que dans plusieurs Etats américains (Colorado, Connecticut, Floride). Elle est traitée en tant que maladie en Angleterre ou en Allemagne.

Mais en France les associations réclament toujours qu’elle soit considérée «comme handicap sévère», avec «une prise en charge médicale adaptée, des aides financières pour se loger et acheter des moyens de protection, ainsi qu’une prise en charge totale des frais médicaux et paramédicaux». Elles souhaitent aussi «que chaque département aménage au moins une zone protégée».

Fin mai, le ministère de la santé a adressé, à ses agences régionales, une note les sensibilisant à ce problème, que ce soit pour la délivrance de certificats médicaux – laissés à l’appréciation des médecins – ou en cas d’hospitalisation. Un premier pas vers une prise en compte d’un mal mystérieux mais bien réel.




Date: 4 Aug 2014
Subject: Press Release: FCC--98 Scientific Experts Demand Stronger Regulation of Cellphone Radiation
From: Joel MOSKOWITZ (jmm@berkeley.edu)

Of the more than 950 submissions to the FCC regarding its outmoded, 18-year-old cell phone radiation regulations, almost all call for stronger regulation. Most cite research that finds cell phone radiation harmful to humans.


Joel M. Moskowitz, Ph.D., PRLog (Press Release)- Aug. 4, 2014 - BERKELEY, Calif. -- In response to the Federal Communications Commission's (FCC) request for input regarding its radiofrequency radiation regulations adopted in 1996, more than 950 individuals and organizations submitted thousands of testimonials, research papers and scientific publications. Almost all of these submissions supported the need for stronger cell phone radiation regulations.

The submissions included four resolutions signed by scientific experts who have published research on wireless radiation and health in scientific journals. These resolutions call on governments to issue stronger regulations on wireless radiation, especially cell phone radiation ... (Part III: Why We Need Stronger Cell Phone Radiation Regulations--98 Scientific Experts Who Signed Resolutions”).

(...) With the exception of submissions from wireless industry corporations and associations, virtually all of the submissions to the FCC including those from various government agencies demand that the Federal government strengthen cell phone regulations to protect public health in the 21st century.

(...) the wireless industry has lobbied to weaken the Federal cell phone radiation standards to correspond to those established by the International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection (ICNIRP), a self-appointed, non-profit organization consisting of 13 voting members.

I have posted to my Electromagnetic Radiation Safety web site a list of key submissions to the FCC that reflect the industry position as well as the experts’ testimony (“Part I: Why We Need Stronger Cell Phone Radiation Regulations--Key Testimony Submitted to the FCC”)

Links to published research papers, monographs and reports on wireless radiation and health that can be downloaded from the FCC's website (“Part II: Why We Need Stronger Cell Phone Radiation Regulations--Key Research Papers Submitted to the FCC”).

The FULL press release is available at: http://bit.ly/98experts

--

Joel M. Moskowitz, Ph.D.
Director, Center for Family and Community Health
School of Public Health, University of California, Berkeley
Center: http://cfch.berkeley.edu

Electromagnetic Radiation Safety

Website: http://www.saferemr.com
Facebook: http://www.facebook.com/
SaferEMR
News Releases: http://pressroom.prlog.org/jmm716/




Note de Jean: Voici un aperçu de ce qui va finir par arriver un jour à Hydro-Québec... des dizaines de poursuites visant à obtenir d'énormes compensations financières pour les torts mortels causés par son réseau maillé de comptueurs électropolluants. Idem pour les compagnies de cellulaire!

Date: 8 Aug 2014
Subject: Major breakthrough in cellphone industry product liability lawsuit
From: Joel MOSKOWITZ (jmm@berkeley.edu)

Major breakthrough in cellphone industry product liability lawsuit in USA


My comments:  This superior court ruling enables the discovery phase of the trial to begin. Perhaps, we will soon learn whether the wireless industry has been covering up knowledge of the health risks of mobile phone use.

The insurance industry has refused to provide product liability insurance on cell phones primarily due to this concern as they fear that cell phone litigation may turn out like tobacco or asbestos litigation did with huge punitive awards.

My most recent press release, "FCC: 98 Scientific Experts Demand Stronger Regulation of Cellphone Radiation" makes the case that the scientific community has known for many years about the health risks of mobile phone radiation. The wireless industry, however, has confused government officials and the public by co-opting scientists to support the industry's disinformation campaign to buy time.

Court Allows Expert Testimony in Litigation Alleging Cell Phone-Linked Tumors According to Consumers' Legal Team

PR Newswire

WASHINGTON Aug. 8 2014 /PRNewswire/ -- A Washington D.C. superior court ruled that five scientific expert witnesses can testify for consumers suffering from brain tumors allegedly caused or promoted by cell phone use Ashcraft & Gerel LLP - Morganroth and Morganroth PLLC - Lundy Lundy Soileau & South L.L.P. and co-counsel said today.

(...) Jeffrey B. Morganroth of Morganroth and Morganroth PLLC said "We now have opinions and testimony from prominent scientific experts that will be admissible and support our clients' claims that cell phone radiation can cause brain tumors in humans. With this landmark ruling the cases are moving forward to fact discovery."

Michelle Parfitt and James F. Green of Ashcraft & Gerel LLP said "The evidence presented at the evidentiary hearings months ago only included publicly available materials and did not include any testing data or information in possession of the defendants. We will seek that information as soon as possible." CLIP

Voir aussi...

Precaution or Paranoia? Berkeley May Require Cancer Warning Stickers for Cell Phones (August 19, 2014)
http://alumni.berkeley.edu/california-magazine/just-in/2014-08-19/precaution-or-paranoia-berkeley-may-require-cancer-warning
Just as the world supply of mobile phones is reaching one unit for every human being on Earth, here comes Berkeley, with a warning: These things could be hazardous to your health. Under a proposed city ordinance, every new mobile phone sold in town would carry a sticker advising that the World Health Organization has deemed transmissions from cell phones a “possible” cause of brain cancer. Berkeley could become the first city in the United States to require such a warning, but the ordinance will likely face a formidable legal challenge. (...) UC San Francisco professor of medicine Stanton Glantz, one of the nation’s leading experts on tobacco control and the health hazards of second-hand smoke, says that the science on the potential harm from cell phone radiation is far from settled. “I think cell phones are about where cigarettes were in 1955,’’ he says. “There is more than enough evidence to be worried.” The reason most cell phone health studies are done in Europe, according to Moskowitz, is because there is little funding for it in the United States. Europeans, he adds, put the onus on industry to prove a technology is safe, whereas “in our society, the precautionary principle does not resonate well. We want to see a body count first.”
(...) Of the two, Moskowitz favors the ongoing case studies of Swedish oncologist Lennart Hardell, who receives no industry funding, and notably includes cordless landline phones in his analyses. His work shows a clear relationship between wireless phone use and increased risk of malignant gliomas as well as of acoustic neuromas, a benign but potentially disabling brain tumor near the ear. In January, the Hardell group published data showing that the link to brain cancer has only strengthened since his studies were evaluated by IARC. The latest findings reaffirmed a 70 percent higher risk of malignant brain tumors among all who had used cordless and/or cell phones for a year or more, and further showed a doubling of risk among the subgroup reporting such use for 20 to 25 years, and a tripling of risk for those reporting more than 25 years. CLIP




Date: 13 Aug 2014
Subject: Children Face the Highest Health Risk From Cell Phones
From: Joel MOSKOWITZ (jmm@berkeley.edu)

Children Face the Highest Health Risk From Cell Phones

Roxanne Nelson, Medscape Medical News, August 13, 2014

The potential harm from microwave radiation (MWR) emitted by wireless devices, particularly for children and unborn babies, is the highlight of a new review.

Although the data are conflicting, associations between MWR and cancer have been observed.

The review, by L. Lloyd Morgan, senior science fellow at Environmental Health Trust, and colleagues, was published online July 15 in the Journal of Microscopy and Ultrastructure.

The authors reviewed the current literature showing that children face a higher health risk than adults. They evaluated peer-reviewed cell phone exposure epidemiology from 2009 to 2014, along with cell phone dosimetry data, government documents, manufacturers' manuals, and similar publications.

Children and unborn babies face the highest risk for neurologic and biologic damage that results from MWR emitted by wireless devices, according to Morgan and colleagues.

The rate of absorption is higher in children than adults because their brain tissues are more absorbent, their skulls are thinner, and their relative size is smaller. The fetus is particularly vulnerable because MWR exposure can result in degeneration of the protective myelin sheath that surrounds brain neurons, they report.

Multiple studies have shown that children absorb more MWR than adults. One found that that the brain tissue of children absorbed about 2 times more MWR than that of adults (Phys Med Biol. 2008;53:3681-3695), and other studies have reported that the bone marrow of children absorbs 10 times more MWR than that of adults.

"Belgium, France, India, and other technologically sophisticated governments are passing laws and/or issuing warnings about children's use of wireless device," they write.

They note that MWR exposure limits have remained unchanged for 19 years, and that smartphone manufacturers specify the minimum distance from the body that their products must be kept so that legal limits for exposure to MWR are not exceeded. For laptop computers and tablets, the minimum distance from the body is 20 cm.

The authors explain that current exposure limits were established based on the erroneous assumption that tissue damage from overheating is the only potential danger of wireless devices.

However, extensive scientific reports have documented nonthermal biologic effects from chronic (long-term) exposure. Although government warnings have been issued worldwide, most of the public is unaware of such warnings, they write.

(...) "Digital Dementia" Reported in Schoolchildren

The review points out the danger of childhood and fetal exposure to MWR, and the reasons the exposure is more pronounced in children than in adults, Morgan told Medscape Medical News.

"There are toys being sold to infants and toddlers that are dangerous," Morgan said. "The risk from exposure to any carcinogen is higher in children, and the younger the child, the higher the risk. The risk to adults from exposure to any carcinogen, to a first approximation, does not vary with age."

He explained that a problem known as "digital dementia" has been reported in school-aged children. The term was coined by German neuroscientist Manfred Spitzer in his 2012 book of the same name, and is used to describe how the overuse of digital technology is leading to a breakdown in cognitive abilities. It is sometimes also referred to as FOMO — fear of missing out — which is considered a form of social anxiety and is a compulsive concern about missing an opportunity for social interaction.

CLIP - Pour lire la suite : http://bit.ly/1ra1pUY

Voir aussi...

CDC Issues Precautionary Health Warnings about Cell (Aug. 13, 2014) Phone Radiation
http://www.prlog.org/12359483-cdc-issues-precautionary-health-warnings-about-cell-phone-radiation.html
The U.S. Centers for Disease Control and Prevention have issued precautionary health warnings about cell phone radiation and provide tips on how to reduce one's risk from exposure. The U.S. Centers for Disease Control and Prevention (CDC) updated the Frequently Asked Questions about cell phones and health on the CDC web site. CDC now asserts that "Along with many organizations worldwide, we recommend caution in cell phone use." As the lead Federal health action agency, CDC provides tips to the public on how to "reduce radio frequency radiation near your body. "Health authorities at the Federal, state, and local level should follow CDC's lead and disseminate precautionary health warnings to ensure that the public is adequately informed about the potential health risks of cell phone use and has the know-how to reduce exposure to the radiofrequency radiation emitted when carrying or using cell phones. Moreover, the Federal Communications Commission should review CDC's new position in light of the Commission's obsolete regulatory standard for cell phone radiation that was adopted in 1996 when few adults used cell phones. CDC's latest recommendations represent a considerable improvement in our Federal government's position regarding cell phone radiation health risks and the need for precaution. CDC indicates that more research is needed to understand the health risks of exposure to cell phone radiation. Unfortunately the U.S. has been negligent in supporting research on wireless radiation health effects. A major government research funding initiative could be launched with as little as a nickel-a-month fee on wireless subscriptions. This research initiative should be conducted independent of the wireless industry as we have considerable evidence that the industry has undermined much of the research it has funded in the past. For additional information about how to reduce your exposure to wireless radiation see the tips available HERE. VOIR AUSSI : CDC Retracts its Precautionary Health Warning about Cell Phone Radiation (August 20) What influenced CDC to retract its June 9th policy statements on cell phone use?

New Documentary Claims Cellphone Radiation Is Tied to Brain Cancer (August 14, 2014)
http://betabeat.com/2014/08/new-documentary-claims-cell-phone-radiation-is-tied-to-brain-cancer/
We all have a sneaking suspicion that our cell phones are bad for us. You hear it every day: they erode our attention span and keep us connected to social media when we should be paying attention to the people right in front of our eyes. But what if cell phones are actually physically bad for us? Mobilize, an upcoming documentary from filmmaker Kevin Kunze, is the first feature-length documentary to examine the possibly harmful effects of cell phone radiation. The production value is shoddy at best — Mr. Kunze started the film as a student, and paid the production costs himself — but the film is dense with professors and researchers who testify that the effects of cell phone radiation on the human brain are very real. The film zeroes in on a specific phenomenon — the effects of the radiation in cell phones when they are held against the side of your head. Cell phones emit a small amount of electromagnetic radiation when they transmit a signal, and the film asks whether or not that radiation has any effect on the human brain, the most sensitive area cell phones come in contact with. As the film shows, most cell phone manufacturers include ass-covering disclaimers in their phone manuals, suggesting you keep your phone about an inch away from your face — an absurd request for someone who needed to, say, make a phone call. The radiation is real, but unlike health risks from tobacco, certain medicines, or cars, the warning has been relegated to fine print in small books that almost no one reads. CLIP

Note de Jean:  Joel MOSKOWITZ qui a recommandé cet article ci-dessus avait le commentaire suivant à son sujet: "As one of the producers of Mobilize, I take issue with Mr. Smith's comments below about "tinfoil hat territory." Many of the leading experts in the U.S. on cell phone radiation health effects and other knowledgeable individuals were interviewed or consulted in the making of this film. Did Mr. Smith watch the entire film? If so, I suspect he would not have made the following naive remark: "When it comes to cell phones, it appears that we’re doing alright so far. After all, we haven’t seen incredible spikes in the number of brain tumors to correlate with the sudden ever-presence of cell phones." I recommend Mr. Smith do his homework before denigrating the documentary. The gratuitous remark below about Richard Branson is unwarranted. The writer assumes that Mr. Branson does not even care about this issue. However, a recent article about Mr. Branson indicates that his concerns about cell phone radiation have been long-standing ("Advertisements for Richard Branson-backed 'radiation-repelling' underpants banned by ASA," The Independent, Aug 13, 2014). Mr. Smith should review the CDC's latest position on the subject ("CDC Issues Precautionary Health Warnings about Cell Phone Radiation") or some of the other recent news releases about cell phone radiation health effects on my EMR Safety web site. I'm glad to see that the article ends on a serious note: "As long as lobbying money is more powerful than our willingness to seriously look at the devices up in our pockets, we will continue to not know and make cynical jokes that our cell phones are killing us, instead of very seriously asking if they are." Many scientists including myself have been calling for government funding of EMR health research for a long time. Ignorance will not protect us from the potential health risks of of exposure to wireless radiation. For more information about the film Mobilize and its premiere at the California Independent Film Festival a month from now see my EMR Safety web site.




Note de Jean : Une autre donnée importante montrant que l'exposition aux micro-ondes (des cellulaires, des compteurs 'intelligents' ou du WiFi - c'est pareil) combinée à une exposition au plomb (le plomb induit des effets de type TDAH) peut déclencher et aggraver le prétendu trouble du déficit de l'attention chez les élèves, d'où le nombre élevé d'enfants mis sur le Ritalin dans les écoles du Québec (40% des ordonnances de Ritalin au Canada sont prescrites au Québec!). Cette drogue est dangereuse et inutile – voir TDAH: Comment droguer légalement des enfants parfaitement normaux – « À part quelques centaines de cas extrêmement graves de troubles de l’attention, au Québec, les dizaines de milliers d’autres enfants qui se font droguer quotidiennement pour qu’ils se tiennent tranquilles sont des victimes silencieuses d’un système qui déshumanise les comportements normaux d’enfants énergiques. C’est épouvantable que nos écoles soient devenues des prisons! »

From: http://www.goodtherapy.org/blog/qrt/mobile-phones-and-adhd-0417132

Mobile Phones and ADHD: Is There a Link?

April 17, 2013

Yoon Hwan Byun of the Department of Medicine at Dankook University College of Medicine in Korea recently conducted a study that suggests a possible link between symptoms of attention-deficit hyperactivity (ADHD) and mobile phone use. Byun wanted to expand upon the existing literature on this topic by looking at how radio-frequency electromagnetic fields (RF-EMF) affected developing brains with prolonged exposure. The data that is available on this topic points to a possible, but inconclusive, link. Because mobile phone exposure is virtually impossible to avoid, it is important to know if the RFs of mobile phones can cause or influence ADHD. Another variable in the equation are blood lead levels, which appear to be higher in children with RF exposure. Although some research has been able to show that mobile phone exposure in utero increases the risk of conduct and behavior problems in children, there is no existing research that demonstrates a clear relationship between prenatal mobile phone exposure and later neurological developmental impairment in children.

Therefore, Byun assessed more than 2,400 elementary school children for mobile phone exposure and ADHD symptoms via parental reports. Two years later, Byun re-interviewed the participants and found that children who used mobile phones for voice calls were more likely to develop symptoms of ADHD than those who didn’t, but this was only statistically significant in children who were also exposed to high levels of lead. However, all children who played games on phones were at increased risk for ADHD symptoms with low-lead blood level children showing particular vulnerability. Also, the children who stopped using mobile phones during the study period had a much sharper decline in symptoms than those who continued using mobile phones. Byun added, “Therefore, preventing the use of mobile phones in children may be one measure to keep children from developing ADHD symptoms regardless of the possible roles of mobile phone use in ADHD symptoms.”

Byun notes that although these findings shed new light on the possible impact of RF-EMF on developing brains, there may be a reverse causality. In other words, children who spend an exorbitant amount of time playing video games may do so because of more severe ADHD symptoms, such as inattention and hyperfocusing. Nevertheless, the results of this study do offer further evidence that lead exposure and RF exposure increase dramatically with mobile phone use. The full impact of these exposures on ADHD and other cognitive and behavioral outcomes has yet to be clarified and more work should be devoted to this issue.

Reference:

Byun Y-H, Ha M, Kwon H-J, Hong Y-C, Leem J-H, et al. (2013). Mobile phone use, blood Lead levels, and attention deficit hyperactivity symptoms in children: A longitudinal study. PLoS ONE 8(3): e59742. doi:10.1371/journal.pone.0059742

Voir aussi...

Calming Behavior in Children with Autism and ADHD - The Electromagnetic Radiation (EMR)-Lowering Protocol (That Has No Cost Or Side Effects) by Katie Singer (katie@katiesinger.com)
http://bit.ly/1n4hmE3
The paper features Toril Jelter, MD, a Bay Area pediatrician who has offered this two-week protocol to families and seen significant changes in children's behavior; UK biologist Andrew Goldsworthy; software designer Peter Sullivan, whose two sons displayed symptoms of autism as toddlers, and now, as teenagers, do not display autistic behaviors; and BioInitiative Co-editor Cindy Sage, who offers advice to parents for reducing EMR exposure.

Note : À propos de ce qui précède, Catherine Kleiber, webmestre de www.electricalpollution.com a écrit:

"Please take a moment and read the stories that Katie Singer has collected about children with autism who have recovered in EMR detoxed environments. Doctors and other health professionals should be recommending minimizing EMR exposure to all parents with children with autism and/or ADD/ADHD. For those it helps, it can be either a long slog of slow improvement (especially if levels cannot be easily lowered) or nearly miraculous. I would urge you to read Children and RF Sickness page and my Autism page as well. Finally, I would urge all parents of affected children to read and follow the Solutions page which contains more detailed instructions on creating a low RF environment.

If you want to take action on a larger scale please sign the petition Help Protect Our Migratory Birds and Our Health: Tell Congress and President Obama - Stop FirstNet Microwave Towers and Fund Fiber Optics to Protect Birds, Children and Communities!"

Protect your Pregnancy from Wireless Radiation
http://www.babysafeproject.org/
Une excellente vidéo de 4 min révélant l'importance de protéger le foetus des radiations de micro-ondes de toute nature. Voir aussi leur questionnaire pour évaluer le niveau de risque et voic leur 10 suggestions.

10 Tips to Reduce Your Exposure

1. Avoid carrying your cell phone on your body (e.g. in a pocket or bra).
2. Avoid holding any wireless device against your body when in use.
3. Use your cell phone on speaker setting or with an “air tube” headset.
4. Avoid using your wireless device in cars, trains or elevators.
5. Avoid cordless phones, especially where you sleep.
6. Whenever possible, connect to the internet with wired cables.
7. When using Wi-Fi, connect only to download, then disconnect and disable Wi-Fi.
8. Avoid prolonged or direct exposure to Wi-Fi routers.
9. Unplug your home Wi-Fi router when not in use (e.g. at bedtime).
10. Sleep as far away from wireless utility meters (i.e. “smart” meters) as possible.




Swedish Neuroscientist Olle Johansson Warns Arizona’s Health Authorities About Smart Meter “Poisonous Snake” (July 25, 2014)
http://stopsmartmeters.org/2014/07/25/swedish-neuroscientist-olle-johannson-warns-arizonas-health-authorities-about-smart-meter-poisonous-snake/
Swedish Neuroscientist and Associate Professor at the prestigious Karolinska institute in Stockholm Sweden, Olle Johansson, has written a letter to the Arizona Dept. of Health Services encouraging them to re-evaluate the risks of utility company smart grid policies. Johansson urges them to share his skepticism of industry-funded research into the extremely controversial question of whether exposures from wireless devices - including “smart” meters - are causing preventable damage to the public health. He blasts those who dismiss scientific research showing harm from wireless technologies, saying essentially that it only takes one poisonous snake to bite you, and there are thousands of studies now showing changes in biology - many harmful - from microwave radiation exposures, even at a relatively small dose. That makes the ubiquitous and high powered wireless pulses from smart meters particularly worrying.




Municipalities get say on cell tower placement http://www.lawyersweekly-digital.com/lawyersweekly/3411/?pg=24#pg24
Au sujet de la cause de Châteauguay contre Rogers Communication – qui veut continuer le combat jusqu'en Cour suprême...

Cell Tower Fires and Collapsing Towers
http://www.electronicsilentspring.com/primers/cell-towers-cell-phones/cell-tower-fires-collapsing/
Cellular phone gear (antennas) have snapped and caused severe fires. Towers have also collapsed due to construction errors (31%), to ice (29%), to special wind (19%), to aircraft (11%) and to anchor failure (10%). Here are reports of cell towers that have caught fire and collapsed.
(...) Such potential problems are among the reasons why large setbacks from dwellings/schools/businesses are recommended — 1500? minimum. Check out the two videos of burning towers — one has useful info for fire departments. Looks like these kinds of fires are unusual to fight and require creative approaches. Among the causes: overheating of equipment, improper cooling, lightning strikes, and others. One industry report found that if there’s a tower, there is a 100%+ chance per year it will attract lightening. Even proper grounding does not always offset potential equipment damage/failure from such massive jolts and sudden ground current, including accessory building and generator explosions. Accessory buildings and generators contain sulphuric acid in batteries and diesel. That’s why large setbacks — 400? minimum — are recommended for accessory buildings from wetlands. These can be complicated sites.

How Computer Hackers Could Set Your House On Fire — Remotely (July 25, 2014)
http://www.offthegridnews.com/2014/07/25/how-computer-hackers-could-set-your-house-on-fire-remotely
New technology could allow cyber criminals to terrorize your home and possibly set it on fire in the not-too-distant future. (...) The nightmare of hackers terrorizing people through Wi-Fi devices in their homes is already here. Off the Grid News reported that an unidentified man was able to make sexually explicit remarks to a 2-year-old girl through a baby monitor or nanny cam. The man was even able to deduce the girl’s name and threaten her parents using the device. The terror ended when the girl’s father unplugged the device. CLIP




Tiré de http://stopsmartmeters.com.au/2014/03/26/sofias-story-punitive-power-and-the-smart-meter-tyranny/

Sofia’s Story – Punitive power and the smart meter tyranny

March 26, 2014

Sofia is a sole parent, with a 14 year old daughter. She became ill after a wireless smart meter was installed on her house 19 March 2013. Sofia hadn’t given permission for its installation. In fact, she wasn’t even aware that her original electricity meter had been swapped for a smart meter, as it occurred whilst she was on an interstate business trip.

It was only afterwards, when she and her medical advisors were searching for the cause of the sudden deterioration in her health, that she discovered the horrible coincidence. The smart meter had been installed in the worst possible position, inside her bedroom cavity wall, just centimetres from where her head lay as she slept at night.

Victorian smart meters, such as hers, emit microwave radiation 24/7. Network traffic can result in as many as 190,000 transmissions per day from a mesh smart meter. Authorities never alerted the public to this fact.

The technicalities of wireless smart meters were the last thing on Sofia’s mind when she ended up in hospital with swollen legs and an acute burning rash, all over her body. She had developed a burning sensation in her eyes, throat, mouth, and covering her face. That was just the start of the nightmare. Sofia was also suffering from unexplained headaches, insomnia, nausea, irritability, constant fatigue and short-term memory loss. To make matters worse, she experienced an acute deterioration of her vision.

Sofia was subsequently diagnosed with EHS (electro hypersensitivity), triggered by her smart meter’s microwave radiation. She has had to cease professional employment. She is no longer able to go about her normal daily activities in the community, without experiencing great pain from exposure to ubiquitous electromagnetic radiation. She is now on a Disability Pension.

All Sofia is asking for is the return of her safe, analogue meter. But do you think her power distributor, United Energy, or the Victorian State government are listening? All her pleas have been ignored and ridiculed. Even the Victorian Energy Ombudsman was unable to help her.

Finally, at her wits’ end, and in a state of unbearable pain, Sofia took matters into her own hands. Her smart meter was removed. As a result, her health slowly started to improve. In order to show good faith and a willingness to pay her electricity bills, Sofia continued to pay her electricity based on estimated usage.

On 3 March 2014, 8.30am Sofia’s power was cut off, without warning or written notification. United Energy, Sofia’s power distributor, refuses to reconnect her, unless a wireless smart meter is installed.

This is despite the provision of medical evidence verifying her condition. This is despite the fact that other Victorians, who have objected to a smart meter, have now received letters formally honouring their request to not have a smart meter installed.

It seems that the horrible quagmire which Sofia ended up in would never have eventuated, if only she had known enough in the first place to lock her meter box.

Her requests to speak to her power distributor’s management have been refused. Efforts by her Federal MP and Legal Aid have come to naught. A representative of the Victorian Department of State Development and Business Innovation lamely suggested that she move to the country to escape the radiation, leaving her 14-year daughter in the care of friends so she can continue with her schooling.

And this all is happening, despite the former Energy Minister stressing, in one of his interviews, that disconnecting power from people’s houses is INHUMANE.

Sofia and her daughter are still living without power and suffering immensely mentally and emotionally.

How callous and inhumane can United Energy be?

How could this happen to anyone living in a democratic country like Australia?

This YouTube clip about Sofia’s story was sent to Stop Smart Meters Australia by Paradigm Images Production: https://www.youtube.com/watch?v=QVtEkwkk8Ec

---

VOICI UN COMMENTAIRE DE JOCELYNE MORENCY (patrefuse@hotmail.com) SUR CETTE VIDÉO

Ça vaut la peine de regarder la vidéo (histoire de Sofia) en entier sous ce lien https://www.youtube.com/watch?v=QVtEkwkk8Ec

À noter qu'en Australie, une très grande proportion des compteurs intelligents installés sont des Landis+Gyr : voir http://www.landisgyr.com/landisgyr-wins-australias-biggest-smart-meter-rollout/

À partir de 24:43, le monsieur à la barbe parle de la consommation électrique des compteurs et de la hausse vertigineuse des factures.

Enfin, si on pouvait avoir un conseiller municipal comme Glenn Aitken (plusieurs interventions dans la vidéo) au Québec, ce serait bien. Il dénonce, ne se gêne pas pour dire que les droits des citoyens sont bafoués, que la compagnie d'électricité dit des mensonges (29:21), etc, etc, etc.

Pour les cas d'incendie en Australie, voir : http://emfsafetynetwork.org/smart-meters/smart-meter-fires-and-explosions/

L'union des électriciens en Australie demande à la compagnie d'électricité de suspendre toute installation de compteurs intelligents, tant qu'ils n'auront pas installé les compteurs sur des panneaux anti-feu :

"The Electrical Trades Union has repeated demands to suspend the rollout until power companies commit to mounting all meters on flame-resistant boards.”

---

Tiré de http://stopsmartmeters.com.au/2014/08/08/sofia-telemzouguers-power-is-reconnected/

Sofia Telemzouguer's power is reconnected!

August 8, 2014

Sofia Telemzouguer, a Melbourne woman whose details have been widely reported in mainstream media and on this site, has had her power reconnected after living 155 days without electricity.

The Victorian Civil and Administrative Tribunal (VCAT) ordered Ms Telemzouguer’s power distributor, United Energy, to reconnect her power as an Interim Order prior to proceeding to a full hearing in March 2015. Ms Telemzouguer filed her application through VCAT’s Human Rights Division.

Because of Ms Telemzouguer’s sensitivity to electromagnetic radiation, VCAT also ordered United Energy to remove the radio frequency chip from the ‘smart’ meter so it operates like a normal digital meter, that is, a manually read meter that does not emit continuous bursts of radiation.

Stop Smart Meters Australia commends VCAT for directing United Energy to reconnect Ms Telemzouguer’s power via a non-wireless digital meter.




Note de Jean : On accuse Transport Canada de laxisme dans le dossier du désastre de Lac Mégantic.

Transports Canada montré du doigt (18 août 2014)
http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/416175/lac-megantic-transports-canada-montre-du-doigt
À la veille du dépôt du rapport final du BST, une étude conclut que l’organisme a fait preuve « d’aveuglement volontaire » (...) «Il espère que le BST soulignera dans son rapport ce qu’il voit comme étant du laxisme de la part de l’organisme fédéral.»

Ça ne vous fait pas penser au tristement célèbre laxisme du Code de 'sécurité' 6 ? En effet, le même laxisme touche le Code 6 de Santé Canada, et Environnement Canada qui ne protège plus guère l'environnement, et tout l'appareil fédéral sous la coupe d'un gouvernement trrèèès laxiste - sauf en matière de répression de la criminalité et de tout ce qui horripile la base électrorale ultra conservatrice du régime Harper. Il y a là un mal systémique... La corpodictature harperienne est toujours très laxiste quand vient le temps de protéger les gros profits de ses ti'zamis...

Je crois que le Canada va devoir prendre une puissant dose de laxatif aux prochaines élections pour évacuer les immondices conservatrices qui polluent la démocratie canadienne depuis trop longtemps.

Le vrai problème, il est là. On est gouvernés par des laquais de l'Industrie - Harper était à l'emploi d'une compagnie pétrolière (Imperial Oil) en Alberta avant de se lancer en politique... C'est tout dire !




L'assaut incessant des micro-ondes a-t-il déclenché le Parkinson de Robin Williams et l'a-t-il poussé au suicide?

Dear Robin Williams, I Am Sorry That Your Brainwaves Were Not Protected As A National Treasure (Nor Are Anyone Else’s) (August 19, 2014)
http://stopsmartmetersmassachusetts.org/?p=377
(...) I suspect, with your extraordinarily finely–tuned hearing and nerves, that you, like many of us, were profoundly tortured. Disturbed sleep, stimulation of the brain, heart-rate provocation, tinnitus, and countless other symptoms are occurring (and being rampantly misdiagnosed) because in the U.S., physiology is being induced by invisible wireless frequencies that are illegal in other nations. The stakes must be higher for those like you with highly charged rapid-fire creative synapses, because brain chemistry is being artificially “sped up.” Individuals who have recovered from previous challenges including cancer and Lyme are experiencing recurrences, but the most heartbreaking of these may be those who fall back into the throes of addiction. Some “sensitive” individuals consider killing themselves, and some have killed themselves, as the nation catapults itself towards a faster more powerful eventual 5G network, because decisions concerning the nation’s telecommunications and energy future are based solely on the illusion of economic expansion and greed. Perhaps you would not have progressed into Parkinson’s, but were being subjected to over-stimulating micro-pulses of microwave radiofrequencies that caused your brain and your nervous system to run far too fast. If you could have accessed a pure environment without exposure to artificial radiofrequencies, you might have experienced deep healing. But because the dominant health care system remains blind to the laws of nature, most likely drugs were prescribed in an environment rife with wireless technologies. CLIP