Bulletin #5: Dernier droit avant la manif



Le 23 janvier 2011

Bonjour à tous et à toutes

Dans exactement 2 semaines, la triple manifestation organisée par les citoyens bénévoles de la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique (CQLPE) va, nous l'espérons vivement, passer à l'histoire comme le point tournant dans la lutte engagée pour faire reculer Hydro-Québec dans son projet de nous imposer ses 3,8 millions de compteurs électropolluants. Cependant, nous avons RÉELLEMENT besoin de l'aide de tout le monde pour faire de cet événement non pas une simple manif de plus dans la longue histoire des mouvements de protestation au Québec, mais la démonstration claire et définitive que ce projet ne bénéficie aucunement de l'acceptabilité sociale nécessaire pour en justifier la poursuite.

Il est tout simplement hors de question qu'Hydro-Québec prenne pour acquis que la population va se laisser imposer sans résister des émetteurs de micro-ondes qui, selon un expert californien en matière de politique nucléaire, vont exposer l'ensemble du corps d'une personne se trouvant à 3 pieds d'un compteur à des radiations électromagnétiques cumulatives (possiblement cancérogènes selon l'OMS) environ 100 fois plus élevées que celles émanant d'un téléphone cellulaire.

Il est tout simplement hors de question qu'Hydro-Québec puisse continuer à se moquer impunément de notre intelligence en s'entêtant à se cacher derrière le Code de sécurité 6 du gouvernement canadien pour prétendre que le niveau d'exposition d'une personne qui se tiendrait à un mètre de leur quincaillerie électronique « de nouvelle génération » serait 23 000 fois inférieur aux limites établies par Santé Canada, des normes désuètes au sujet de laquelle on peut lire la sage recommandation suivante, tirée de ce document explicatif de Santé Canada : « Ce Code ne peut tenir compte de toutes les situations possibles dans un domaine où la technologie progresse rapidement et où des difficultés inattendues et uniques peuvent y survenir. Le respect aveugle des règlements ne peut remplacer l’exercice d’un jugement judicieux. »

De plus, ainsi qu'André Fauteux l'indique plus bas dans ce bulletin de 100 pages débordants d'informations qu'il est vital de connaître, M. George Abiad, responsable du projet des compteurs chez Hydro-Québec, a tort de prétendre, comme il l'a fait le 19 janvier sur les ondes de Radio-Canada, lorsqu'interviewé par Anne-Marie Dusseault dans le cadre de l'émission de RDI, 24 heures en 60 minutes, que l'Europe a adopté les mêmes limites d'exposition aux micro-ondes que le Canada. C'est archi faux, car de nombreux pays d'Europe et d'ailleurs sont déjà beaucoup plus prudents. En effet, la limite canadienne est de 10 millions de microW/m2 comme aux États-Unis versus 1,1 million de microW/m2 en Belgique (sauf en Wallonie elle est de 24,000), 100,000 en Italie, en Russie et en Chine, et 95,000 en Suisse, au Luxembourg et au Liechtenstein.

Qui plus est, la Résolution 1815, fondée sur le principe de précaution et adoptée le 27 mai 2011 par l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, fixait le niveau d'exposition aux micro-ondes à un seuil maximal 10000 fois inférieur à celui en vigueur au Canada. Il faut savoir aussi que les villes de Toscane (Italie), Salzbourg (Autriche) et Valence (Espagne) appliquent elles aussi une limite d'exposition aux radiofréquences 10000 inférieure à celle en vigueur au Canada et que partout dans le monde des efforts sont déployés pour ajuster les normes de seuil admissible aux nouvelles données scientifiques probantes qui nécessite à tout le moins l'application du principe de précaution pour éviter la catastrophe sanitaire anticipée. Continuer, comme le fait Hydro-Québec, à s'en remettre à la norme scientifiquement insoutenable du Code de sécurité 6, qui exclut de manière tout à fait arbitraire les graves effets biologiques et neurologiques d'une exposition à long terme à de faible niveaux de radiations électromagnétiques, c'est non seulement jouer à l'autruche, mais c'est surtout vouloir prendre l'ensemble de la population comme cobayes dans une expérience à grande échelle digne des films d'horreur de série B.

Il est donc tout simplement hors de question qu'Hydro-Québec soit autorisée, quelle que soit la décision finale, pistonnée d'en haut, de l'impuissante Régie de l'énergie, à exposer la population québécoise à une véritable bombe électromagnétique dont des dizaines de milliers Québécois-es doivent déjà subir les douloureuses et débilitantes conséquences dans Villeray, à Boucherville et la MRC de Memphrémagog.

C'est donc à nous tous et toutes que revient la responsabilité de faire entendre raison à nos décideurs politiques. Signez notre pétition (AVANT le 2 février) demandant un moratoire sur l'installation des compteurs de nouvelle génération d'Hydro-Québec, téléchargez notre Trousse conçue spécialement pour solliciter par voie de résolution l'appui de votre conseil municipal à l'égard de nos 3 principales revendications, venez mieux vous informer lors des 3 conférences (détails ci-dessous) offertes par la CQLPE et surtout venez participer à notre manif (détails ci-dessous) le 5 février prochain.

Ensemble, nous allons RÉUSSIR!

Jean Hudon
Secrétaire et facilitateur de la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique
http://www.cqlpe.ca

Ce bulletin d'information est archivé au http://www.cqlpe.ca/Bulletins/Numero5.htm

SVP aidez-nous en faisant circuler ce bulletin à tous vos contacts ou en leur recommandant d'en prendre connaissance au lien ci-dessus.

Aidez-nous à financer nos activités en déposant quelques dollars dans notre boîte de dons

Vous pouvez aussi consulter sur notre site les 1er, 2e, 3e et 4e numéros de notre bulletin.

Si vous recevez une copie de ce bulletin, et aimeriez vous y abonner, il suffit d'envoyer un courriel à info@cqlpe.ca en inscrivant «Abonnez-moi au bulletin de la Coalition» comme sujet de votre courriel.
Si vous ne désirez plus y être abonné-e, il suffit de le demander à la même adresse de courriel.

À noter aussi : Notre pétition qui compte maintenant plus de 6550 signatures en ligne (version anglaise ICI), et sans doute quelques milliers d'autres sur papier, est toujours disponible sur le site de l'Assemblée nationale du Québec pour signature avant le 2 février. SVP aidez-nous à atteindre le total de 10,000 signatures en faisant suivre le paragraphe suivant à tous vos contacts !

Affirmez votre liberté de choix et votre dignité humaine! Dites NON aux compteurs électropolluants d'Hydro-Québec ! Signez la pétition de la CQLPE réclamant un moratoire sur le projet d'Hydro-Québec d'irradier les Québécois-es avec des micro-ondes cancérogènes et électroallergènes. Vous trouverez le lien vers notre pétition sur le site de l'Assemblée nationale du Québec et plusieurs autres actions à poser en visitant le www.cqlpe.ca



* * * * * * *

CONFÉRENCES SUR LES COMPTEURS 'INTELLIGENTS'


Si vous désirez tout savoir sur ces compteurs et bien plus encore, ne manquez pas d'assister à l'une des 3 conférences offertes par François Drouin, coordonnateur des actions et de la mobilisation pour la CQLPE.

- à Montréal, mercredi le 25 janvier, à 19h à la salle Marcel Pépin au Centre Saint-Pierre, 1212 rue Panet à Montréal (près de la station de métro Beaudry) ;

- à Québec, mercredi le 1er février, à 19h à la salle Michel Jurdant du Centre culture et environnement Frédéric Back, 870 avenue de Salaberry. Pour information: (418) 628-5449 / ceberger@bell.net

- à Victoriaville, le 2 février à 19h Place Rita Saint-Pierre, 59 rue Monfette.

La préinscription est recommandée aux 3 endroits. Pour ce faire, contacter François Drouin à ---

Thèmes abordés :

1. Qu'est-ce qu'un compteur 'intelligent' versus un compteur conventionnel
2. Le projet d'Hydro-Québec : 3,8 millions d'unités posent problème
3. Qu'est-ce que l'électrosmog et l'électrosensibilité
4. Histoires de cas d'ici et d'ailleurs. Enjeux de santé et de libre choix
5. Résultats d'une étude indépendante québécoise
6. Pétition de la CQLPE à l'Assemblée nationale du Québec. Stratégie nationale pour le Québec
7. Actions suggérées individuelles et collectives
8. MANIF - dimanche le 5 février à 13h00 à Québec, Montréal et Sherbrooke
9. Formation d'un comité citoyen CQLPE

Vous serez invité-e à offrir une contribution volontaire à l'entrée ou à la sortie (selon votre préférence - montant suggéré : 10$) afin d'aider à couvrir les frais engagés pour organiser et présenter la conférence. De plus, vous serez invité-e à faire un don distinct en soutien à la CQLPE à la fin. À noter: Pour tout de don de $5 ou plus, une copie du numéro d'hiver du magazine La maison du 21e siècle vous sera offerte en remerciement, alors que pour tout don de $25 ou plus, vous recevrez également en remerciement une copie du même magazine, PLUS une plaquette métallique de 1 pouce par 6 pouce à placer sur votre compteur électromécanique et portant l'avertissement « Pas de compteur 'intelligent SANS MON CONSENTEMENT » et le logo de la coalition.

* * * * * * *

MANIF À NE PAS MANQUER!

Vous ne voulez pas qu'Hydro-Québec nous impose ses compteurs 'intelligents'?

Participez le dimanche 5 février de 13:00 hr à 14:00 hr à une grande manifestation provinciale...

à Québec - devant le Parlement
à Montréal - devant le siège social d'Hydro-Québec
et à Sherbrooke - devant le bureau de comté de Jean Charest

Nous espérons vous y retrouver nombreux !

Pour prendre connaissance de nos 3 revendications lire le Communiqué de presse #1 de la CQLPE

Voir aussi cette ANNEXE ... Ce document explicatif vise à donner quelques éléments de contexte pour aider à mieux comprendre les motifs qui ont amené les citoyens formant pour l'instant la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique (CQLPE) à soumettre ces revendications.

Pour plus d'informations: info@cqlpe.ca

Site de la Coalition: www.cqlpe.ca

* * * * * * *


TABLE DES MATIÈRES

1. Couverture médiatique sur les compteurs fauteurs de trouble en progression exponentielle au Québec
2. Litanie de symptômes d'électrosensibilité déclenchés par des compteurs numériques Itron
3. Chronique d'un pharmacien québécois sur l'électrosensibilité
4. L'invasion des bidules électroniques d'Hydro s'en vient dans un quartier près de chez vous
5. Les compteurs 'intelligents' : des cibles faciles pour les pirates informatiques
6. Résistance féroce aux compteurs voleurs en Colombie-Britannique et au Texas
7. La téléphonie cellulaire clouée au pilori dans plusieurs extraits d'articles
8. Georges Abiad d'Hydro s'est trompé - ou a-t-il menti?
9. Deux articles jetant un éclairage lucide sur la désinformation systématique sur les compteurs idiots
10. Le Devoir : Hydro n'a toujours pas justifié son recours aux compteurs intelligents
11. TVA Nouvelles : Compteurs intelligents: Saint-Colomban demande un moratoire
12. Des compteurs intelligents d’Hydro-Québec qui sèment la peur
13. Radio-Canada : Les compteurs intelligents d'Hydro-Québec font craindre des problèmes de santé
14. Le Dr Michel Plante, médecin-conseil à Hydro-Québec depuis 1982, nage en plein conflit d'intérêts
15. Electro Hyper Sensibilité et électrosensibilité
16. Copie d'une lettre envoyée le 12 janvier à un journaliste de Radio-Canada
17. Lettre aux responsables de la santé publique - Micro-ondes et maladie : Preuve irréfutable
18. Les compteurs en milieu rural : une menace sur les stéroïdes
19. Comment atténuer les symptômes d'électrosensibilité par des moyens naturels
20. Des compteurs mortels pour les animaux domestiques
21. Quelques nouvelles d'ailleurs
22. Les compteurs de la peur : Se pourrait-il qu'ils dissimulent une plus grave menace encore ?
23. Un problème tout aussi sérieux : Le WiFi bientôt dans toutes les écoles du Québec
24. Les horreurs de l'exploitation du gaz de schiste aux USA
25. Pétition : Demande de moratoire sur l'utilisation de la fracturation hydraulique
26. Production d'hydrocarbures dans le golfe du St-Laurent : Il faut une vraie consultation publique



Devant la menace de l'électrosensibilité, des Québécois-es
se prononcent massivement contre les compteurs 'intelligents'


Consultez les résultats de notre sondage disponible au http://www.surveymonkey.com/s/XJ2HKZP
Si vous n'avez pas le temps d'y participer (cela peut demander entre 5 et 10 minutes) sachez que vous pouvez accéder immédiatement aux résultats en cliquant sur le bouton "Terminé" au bas de la page du questionnaire ci-dessus. En date du 22 janvier, 156 personnes y avaient répondu. À noter que cette donnée n'est pas accessible au public, mais les pourcentages des réponses aux 9 questions le sont. Comme vous le constaterez, l'opposition est massive et sans équivoque. Bien sûr, il ne s'agit pas d'un sondage scientifique réalisé à partir d'une échantillonnage de participants choisis au hasard. En général les personnes visitant notre site et se donnant la peine de participer à ce sondage sont déjà inquiètes et sensibilisées à cette problématique. Il n'est donc pas surprenant qu'ils rejettent massivement les compteurs 'intelligents'. Il serait toutefois intéressants qu'un véritable sondage soit réalisé peu après le 5 février pour déterminer dans quelle mesure la population québécois est opposée aux compteurs intelligents et dans quelle mesure les gens sont pas du tout, peu, assez ou très conscients des risques associés aux micro-ondes.

À noter également : à la 9e question du sondage...

« Si votre lieu de résidence est déjà équipé d'un ou de plusieurs compteurs électropolluants de marque Landis+Gyr, Elster ou Itron, estimez-vous avoir déjà commencé à ressentir les effets sur votre santé des micro-ondes qu'ils émettent constamment, et si oui, craignez-vous de devenir électrosensible ou même considérez-vous l'être déjà ? »

... 5,4% des participants ont indiqué que leur situation correspond au 3e choix proposé, soit ...

« Oui, de nouveaux symptômes que je n'avais jamais eus sont apparus depuis qu'il y a un (ou plusieurs) de ces compteurs installés ici - Dressez-en la liste ci-après. »

Voici quelques-uns des messages qu'ils ont laissés...

« Maux de tête de plus en plus fréquents, fatigues fréquentes et instabilité du sommeil, réveil brutal dans la nuit. Mon épouse et moi avons constaté l'absence d'oiseaux comparativement aux autres hivers. Ils boudent la mangeoire totalement, pourtant nous vivons en plein bois. »

« Maux de tête, étourdissements, vertiges. »

« Insomnie, eczéma, fatigue excessive. »

« Je sens de gros pincements et j'ai des bruits aigus dans les oreilles, des palpitations, les yeux rouges avec sang, toujours soif, trop soif et mes tests médicaux sont tous beaux... donc pas de diabètes pour causer cela. Stress extrême, agitation subite. »

« Je ressens de l'hypersensibilité et déjà j'ai effectué beaucoup de changements dans la maison et cela a réglé tout de suite l'insomnie et la sécheresse... Imaginez si ce compteur était installé. »

« Le compteur a été installé il y a quelques mois et je ne sais pas encore si les symptômes que je ressens sont réellement associés au compteur, mais je le crains. »

« Je n'ai pas ouvert aux deux molosses venus frapper chez moi pour installer les compteurs intelligents. De plus on m'a laissé un carton dans ma boîte aux lettres m'invitant de communiquer avec Hydro-Québec afin de prendre un rendez-vous, ce que je n'ai pas fait. (Je suis locataire). Je crois déjà souffrir d'électrosensibilité puisque les symptômes répertoriés font partie de mon quotidien depuis plus de dix ans. »

« Pour ma part, l'acouphène est apparu dans la même période que le remplacement de mon compteur mécanique par un compteur Itron. De plus, la tête de lit de mon enfant est à environ 3 m. de ce compteur et j'ai installé des matériaux à la fois réfléchissants et absorbants aux fréquences 900 MHz sous son matelas et dans sa tête de lit pour essayer de réduire son exposition aux CEM du compteur. »

« Je n'ai pas présentement de compteur de lecture à distance chez moi. Je suis électrosensible, alors je crains énormément pour ma santé et celles de tous. Ce serait un vrai calvaire pour moi advenant l'installation de ce genre de compteur dans ma ville. »

« En fait, je suis électrosensible tout court, et maintenant, c'est un incroyable calvaire par moments d'être dans les lieux où l'internet sans fil, les ondes des téléphones mobiles cellullaires, de tous ces nouveaux gadgets électroniques (ipads, iphones, etc.)... Je n'en peux plus de ça, j'aimerais franchement que les autorités gouvernementales mettent un bémol sur la sur-utilisation de ces engins électroniques qui polluent la qualité de vie des humains, et la nature.. »

« Je suis déjà électrosensible, et je crains de ne pouvoir survivre à ce changement. Ces compteurs n'ont pas encore été installés dans notre maison! »

« Hydro-Québec est au service de la population et non l'inverse. L'a-t-elle oublié? Ce projet est encore une tricherie pour faire du profit sur le dos de la santé de la population. C'est inacceptable. Le président d'Hydro-Québec devrait rendre des comptes à la Justice car IL SAIT les conséquences sur la population, mais ne pense qu'aux intérêts financiers. La Loi punit CELA. »

« J’ai pensé à une façon de tester les compteurs d’une façon très objective: si Hydro est tant confiant dans la sécurité de ses compteurs, pourquoi ne pas accorder un privilège à tous nos hauts fonctionnaires du gouvernement incluant les Sociétés d'état et les Régies, ainsi que tous les membres de l'Assemblée nationale, y compris le Premier ministre, sans oublier, bien sûr, tous les employés d'Hydro en commençant par son président. Les compteurs de nouvelle génération pourraient être installés chez-eux et nous aurions une réponse très rapide quant aux dangers pour la santé, en particulier. Je ne crois pas que notre premier ministre ou le président d'Hydro accepteraient de subir longtemps les malaises causés par ces appareils, qui peuvent aller jusqu'à développer un cancer. Ce pourrait être une de vos revendications, si vous ne trouvez pas mon idée trop farfelue. Si pour une fois les cobayes étaient nos têtes dirigeantes plutôt que la population, ce serait un changement intéressant. »

Note de Jean: Pour avoir une idée des divers symptômes que l'on peut subir à la suite d'une exposition prolongée aux micro-ondes pulsées émises (dans la même bande de fréquence que les téléphones cellulaires soit 910 Mégahertz en mode GSM) par les compteurs 'intelligents', lire cette Liste détaillée de symptômes ressentis par des riverains d'antennes relais GSM

Voilà ce qui nous attend tous et toutes si on n'arrête pas ce projet insensé.

« Les études démontrent que de 10 à 50 % de la population risque de devenir très intolérante aux champs électromagnétiques au cours des 25 à 50 prochaines années. J’ai deux cas de sclérose en plaques déclenchée après l’utilisation prolongée du téléphone cellulaire, trois cas de cancer du sein — deux récidives après surexposition à des champs électromagnétiques et un cas lié à l’utilisation d’ordinateurs — et des preuves anecdotiques également concernant l’autisme et la maladie d’Alzheimer dont le risque est beaucoup plus élevé que le cancer. Les liens de causalité avec les champs électromagnétiques sont très possibles. »

- Dominique Belpomme, expert en électrosensibilité et oncologue parisien -- Tiré de L’intolérance électromagnétique élucidée - Voir aussi Gro Harlem Brundtland est électrohypersensible - À noter que le Dr Bellepomme est très prudent dans ses prévisions car selon ce que rapporte Magda Havas dans NON-THERMAL EFFECTS AND MECHANISMS OF INTERACTION BETWEEN ELECTROMAGNETIC FIELDS AND LIVING MATTER ["Hallberg and Oberfeld report a prevalence of electrohypersensitivity (EHS) that has increased from less than 2% prior to 1997 to approximately 10% by 2004 and is expected to affect 50% of the population by 2017"], au train où vont les choses avec l'électrosmog qui ne cesse d'augmenter, c'est 50% de la population canadienne qui est à risque de devenir électrosensible d'ici 2017, soit d'ici à peine 5 ans!!

"Contrary to the views of mainstream medical authorities, Figure 1 shows that the group of electrosensitive people around the world, including Sweden, is not just a small fraction that deviates from the rest of the healthy population. Instead, it points at the possibility that electrosensitivity will be more widespread in the near future. The extrapolated trend indicates that 50% of the population can be expected to become electrosensitive by the year 2017."

- ÖRJAN HALLBERG1 AND GERD OBERFELD - Tiré de Letter to the Editor: Will We All Become Electrosensitive?

Il est intéressant aussi de mentionner qu'en 2010, le Dr Michel Plante (à l'emploi d'Hydro-Québec depuis 25 ans) et 2 de ses collègues ont rédigé deux textes biaisés (disponibles ICI et ICI) pour la revue des omnipraticiens québécois Le Médecin du Québec afin d'expliquer aux médecins de famille qu'il est « peu vraisemblable » que les radiofréquences émises par les cellulaires soient cancérogènes ( « À ce jour, les études expérimentales et épidémiologiques n’ont pas montré d’effets significatifs du téléphone cellulaire sur le système nerveux ni d’effets cancérogènes », que les symptômes d'électrosensibilité ne sont pas liés aux CEM (il les met sur le compte d'un effet «nocebo» – ce serait dans la tête des gens, autrement dit – et il ne reconnaît évidemment que les seuls effets thermiques, comme Santé Canada, sans accorder le moindre crédit à la possibilité d'effets biologiques à long terme. Bref, de la foutaise démentie par les plus grands experts dont l'oncologue parisien Dominique Belpomme cité ci-dessus.

Pourquoi certaines personnes sont plus à risque que d'autres de développer des symptômes d'électrosensibilité, vous demandez-vous peut-être... Selon le Dr Philippe Irigaray [coordonnateur des recherches de l’Artac, un des cinq experts internationaux récemment invités par le Fonds de recherche en santé du Québec à sélectionner les meilleurs projets de recherche en prévention des cancers environnementaux] le cerveau humain contient des magnétosomes, des oxydes de fer qui se comportent comme des aimants. L’électrosensibilité pourrait dépendre de leur quantité, qui varie d’un individu à l’autre.
Il prépare actuellement avec d'autres chercheurs cinq articles scientifiques sur l’électrosensibilité qui seront publiés dans un an ou deux. À cela, il faut bien sûr ajouter le degré d'exposition aux micro-ondes et aux champs magnétiques de diverses origines (ondes radar, lignes à haute tension, électricité sale dans nos milieux de vie, etc.) qu'une personne a subi au cours de sa vie. Des facteurs génétiques sont sans doute aussi en cause, mais aussi surtout l'exposition prolongée à des produits chimiques toxiques et à d'autres contaminants environnementaux (spores de champignon, moisissures, pollutions atmosphériques diverses) ayant pu déjà déclencher des réactions allergiques diverses, une condition qui forme un «terreau» idéal pour l'apparition de symptômes d'électrosensibilité.

Il ne faut pas être un expert scientifique pour comprendre que nous sommes tous à risque de développer de tels symptômes, car notre organisme doit déjà lutter contre une charge polluante importante [ « WWF a prélevé un peu de sang à 47 volontaires de 17 pays européens. Les scientifiques ont ensuite analysé les échantillons pour y quantifier la présence de 101 produits chimiques répartis en cinq familles : les pesticides organo-chlorés, les polychlorobiphényles, les retardateurs de flammes au bromure, les phtalates et les composés perfluorés. Au final, pas moins de 76 des 101 substances recherchées ont été identifiées dans le sang des cobayes européens. Tous sont contaminés par au moins un produit de chaque grande famille. En moyenne, 41 substances ont été détectées par individu, avec un «record» qui s'établit à 54.  » - Tiré de La chimie ronge le sang des députés ] et nous sommes tous déjà affaiblis à divers degrés par la pollution électromagnétique ambiante qui ne cesse d'augmenter.

Ajouter une source d'électropollution additionnelle dans chacun de nos foyers, revient à jouer à la roulette russe avec la santé de chacun-e des 8 millions de citoyen-ne québécois-e. Personne ne peut déterminer si son tour est bientôt venu de devenir électrosensible. Nous appuyer sur la tempe une telle arme électromagnétique sans nous en laisser le choix est un acte criminel. Pas surprenant qu'en Europe les compagnies d'assurances refusent de couvrir depuis le 1er janvier 2002 - Voir Pas d'assurance contre les antennes-relais - toute responsabilité civile à l'égard des risques pour la santé associés aux micro-ondes émanant de la téléphonie celullaire. Au Canada c'est pratiquement la même situation - voir CBC The National - Cell Phones and Insurance Companies. Il y a fort à parier que c'est la même chose pour les centaines de millions de compteurs électropolluants présentement déployés dans le monde entier. Il faudrait être très imprévoyant pour assurer un risque potentiel de plusieurs centaines de milliards de dollars qui pourraient être réclamés aux compagnies d'électricité à la suite des recours collectifs qui seront intentés contre elles si elles ne font pas bientôt marche arrière dans cette fuite en avant dans l'enfer des micro-ondes.

Pour en savoir plus sur toute cette question, explorez le www.cqlpe.ca et pour prendre connaissance des revendications de la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique, consultez notre premier communiqué de presse

Il ne reste que quelques jours pour
signer notre pétition. Signez-la si ce n'est pas déjà fait et invitez tous vos contacts à le faire.

Cet article est archivé séparément au http://www.cqlpe.ca/SondageCQLPE.htm




1.

Couverture médiatique sur les compteurs fauteurs de trouble en progression exponentielle au Québec

Midi 15 - Inquiétude au sujet des compteurs intelligents d'Hydro-Québec
http://www.radio-canada.ca/emissions/maisonneuve_en_direct/2011-2012/archives.asp?date=2012-01-19

Hydro-Québec : compteurs intelligents - Au Téléjournal Midi du 19 janvier
http://fr.video.sympatico.ca/actualités/watch/hydro-québec-:-compteurs-intelligents/1402514339001/
Entrevues avec Michel Rochon, journaliste scientifique et médical, et Stéphane Bélainsky, technicien en hygiène électromagnétique, sur les compteurs intelligents.

Compteurs «intelligents»: une «bébelle» qui fait peur dans Villeray (19 janvier 2012)
http://www.cyberpresse.ca/environnement/201201/19/01-4487319-compteurs-intelligents-une-bebelle-qui-fait-peur-dans-villeray.php
Des citoyens de Villeray s'inquiètent de devoir servir de cobayes pour les nouveaux compteurs «intelligents» d'Hydro-Québec. Une centaine d'entre eux ont répondu à l'appel du groupe Villeray Refuse et ont assisté à une séance d'information dans leur quartier, hier soir.Patricia Plante a reçu ce mois-ci la lettre d'Hydro-Québec qui lui annonce qu'on installera chez elle ce nouveau compteur. Avant la rencontre d'hier, elle ignorait si elle participerait au projet-pilote qui se déroule dans Villeray, à Boucherville et dans un secteur de la MRC de Memphrémagog. Comme son compteur est installé dans sa cuisine, elle désirait obtenir davantage de renseignements. «C'est à quelques mètres de ma chambre à coucher. Si on met une bébelle électrique à côté de mon lit, je veux connaître les effets que ça va avoir sur ma santé», a-t-elle dit à La Presse. Moratoire réclamé - «Je ne veux pas qu'ils l'installent. Je veux en savoir plus sur les impacts sur la santé. Et est-ce que ça vaut la peine de mettre de l'argent dans tous ces nouveaux compteurs? Il y a des gens qui vont perdre leur emploi puisque les données seront lues à distance», a-t-elle ajouté.D'autres citoyens regrettent d'avoir accepté l'installation du compteur qui émet des radiofréquences. Hélène Keyser a découvert qu'elle était électrosensible lorsqu'un nouvel appareil a été installé chez elle. La femme s'est soudainement mise à souffrir de chaleur et une partie de sa main gauche a brûlé, affirme-t-elle.«J'ai développé un problème d'audition qui s'aggravait. C'était comme un grillon qui criait dans mes oreilles. Je me suis retrouvée en cardiologie. J'avais des étourdissements et toutes les demi-heures, je devais m'étendre.» Ses symptômes ont disparu au moment où elle a recouvert le compteur de papier d'aluminium, il y a quelques jours. Villeray Refuse exige qu'Hydro-Québec adopte un moratoire sur l'installation des nouveaux compteurs. Marie-Michelle Poisson, la citoyenne qui a fondé le groupe, espère qu'un «refus de la population de Villeray pourra être déterminant afin de tuer dans l'oeuf ce projet insensé.»

Compteurs intelligents: la mobilisation se poursuit (20 Janvier 2012 )
http://www.leprogresvilleray.com/Actualites/Vos-nouvelles/2012-01-19/article-2868681/Compteurs-intelligents%3A-la-mobilisation-se-poursuit/1
La grogne autour de l'installation de compteurs nouvelles générations dans Villeray se poursuit. Mercredi 18 janvier, plus d'une centaine de résidents ont assisté à une séance d'information, proposée par Villeray Refuse. Le mouvement proteste contre le projet pilote d'Hydro-Québec, qui prévoit installer 20 000 compteurs intelligents, dont une vingtaine de collecteurs, dans le district."Un groupe de citoyens est en train de se former", a indiqué Marie-Michèle Poisson, à l'origine de la protestation. CLIP

Parmi les nombreux commentaires outrés des propos de la mairesse de l'arrondissement Villeray, voici celui d'Hélène Keyser : « Lorsqu'Hydro-Québec s'est présenté chez moi pour remplacer mon compteur, j'ai posé des questions oui, mais j'étais loin de me douter que ce compteur me causerait autant de problèmes de santé. Ni moi ni mon médecin ne connaissait 'l'électro-sensibilité'. Et j'espère que tous nos politiciens, y compris madame Samson vont se réveiller avant de causer des problèmes de santé à d'autres citoyens. Lorsqu'on demande à Hydro-Québec de remplacer notre compteur pour un de l'ancienne technologie, c'est un refus - ils ne reconnaissent en aucune façon les effets. SI J'AVAIS SU MADAME SAMSON' Je me serais opposée moi aussi - comme madame Poisson. Et je salut son courage de mener ce dossier. Par ailleurs, les effets des cellulaires sont connus et dommageables, on le sait... Mais le cellulaire, on peut le fermer contrairement au compteur d'Hydro-Québec qui émet quelques milliers de fois par jour !!! J'aimerais bien que madame Samson se renseigne correctement sur le dossier. Je suis électro sensible et avant de le savoir, j'ai passé des journées entières à passer des tests afin de comprendre pourquoi ma pression était constamment élevée, pourquoi j'avais des vertiges, etc. J'ai pris un rendez-vous chez le ORL parce que je croyais avoir de la cire dans les oreilles alors que ce n'était pas le cas. Une étude plus approfondie m'a confirmé une perte auditive soudaine et important. Sans oublier les brûlures cutanées. Mon cellulaire, je peux le fermer ou le refuser. Les autres émetteurs de micro-ondes aussi. Le compteur intelligent nous est IMPOSÉ DANS NOS MAISONS alors qu'ils nous causent des problèmes de santé. Madame Samson devrait prendre connaissance des études reliées au cellulaire qui donne le cancer du cerveau. On ne peut se permettre d'avoir 1 MILLION de compte qui émettent des fréquences à plus de deux kilomètres chacun ET CE, en permanence - seulement sur l'île de Montréal.... »

Des compteurs intelligents d'Hydro-Québec contestés (19 janvier 2012)
http://argent.canoe.ca/lca/affaires/quebec/archives/2012/01/20120119-072905.html
Des citoyens du quartier Villeray, à Montréal, ont embarqué à leur tour dans le mouvement de résistance que suscitent les compteurs intelligents d'Hydro-Québec CLIP - Cette même nouvelle est également parue dans le Journal de Québec Note de Jean : Rappelons que tout a commencé dans Villeray par cette annonce que j'ai fait paraître avant Noël dans le Progrès Villeray suite à une inspiration subite, en consultation avec d'autres membres de la CQLPE et après en avoir discuté avec Marie-Michelle Poisson qui m'avait contacté quelques jours plus tôt en se disant inquiète des effets sur sa santé de ces compteurs. Ce fut un bon «placement», semble-t-il.

Entrevue radio avec Marie-Michelle Poisson (débute à 29 min 22 sec) et François Drouin (débute à 44 min 10 sec)
http://cism2.cism.umontreal.ca/64/20120119.12.00-13.00.mp3

Compteurs «intelligents»: des ondes émises 1500 fois par jour (19 janvier 2012)
http://www.cyberpresse.ca/environnement/201201/19/01-4487315-compteurs-intelligents-des-ondes-emises-1500-fois-par-jour.php
Les nouveaux compteurs «intelligents» qu'Hydro-Québec veut installer chez tous ses clients émettent des ondes radio 1500 fois par jour, selon ce que la société d'État a indiqué hier à La Presse. C'est bien plus souvent que ce qu'elle a laissé entendre jusqu'ici, soit six fois par jour.Ces compteurs sont déjà déployés à titre expérimental dans trois secteurs au Québec, dont le quartier Villeray, à Montréal, où un groupe de citoyens s'oppose à leur installation. L'impact sur la santé de l'exposition aux ondes radio est un sujet de plus en plus controversé. Un comité des Communes a proposé, en décembre 2010, de pousser plus loin les recherches à ce sujet.

(...) Ces compteurs sont dotés d'un émetteur semblable à un routeur de réseau d'ordinateurs. Ils sont programmés pour transmettre six fois par jour des données de consommation d'électricité, mais ils sont loin d'être inactifs le reste du temps. «Entre ces lectures, il y a des activités de synchronisation intermittentes des compteurs dont les émissions de radiofréquences sont très minimes», affirme Danielle Chabot, conseillère affaires publiques et médias d'Hydro-Québec. Chacune de ces activités dure 6 centièmes de seconde et elles totalisent 90 secondes par période de 24 heures. C'est donc dire qu'il y en a environ 1500 par jour.
Haute fréquence
Cela confirme les observations de Stéphane Bélainsky, expert retenu par l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA). M. Bélainsky a fait des mesures sur sept compteurs nouvellement installés. «Tous les compteurs évalués [...] pulsent des émissions de champs électriques haute fréquence entre 1440 et 2880 fois par jour», affirme-t-il dans un rapport déposé à la Régie. Selon Hydro-Québec, ces multiples transmissions «permettent à un compteur d'afficher sa disponibilité et de fournir sa référence de temps à ses compteurs voisins». Les opposants croient que les normes canadiennes en la matière sont dépassées, car elles sont basées sur les effets thermiques des ondes. Mais pas sur leurs effets biologiques, beaucoup moins bien connus. «Le seuil des effets biologiques est très, très bas, affirme M. Bélainsky. Ce n'est pas nécessairement une question de force de signal.»

Mobilisation contre les futurs compteurs (18 janvier 2012)
http://www.journalmetro.com/linfo/article/1074613--mobilisation-contre-les-futurs-compteurs
Une mobilisation populaire s'organise contre le projet d'Hydro-Québec Distribution de remplacer ses compteurs d'électricité par des appareils numériques de nouvelle génération pouvant être lus à distance. Des organisations, comme l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (l'AQLPA) et le collectif Sauvons nos enfants des micro-ondes, s'inquiètent des effets néfastes pour la santé des émissions électromagnétiques de cette technologie sans fil. Du côté de la société d'État, le directeur du projet de déploiement de ces compteurs, Georges Abiad, affirme que leurs radiofréquences se situent pourtant en-deçà de la norme établie par Santé Canada. Pour François Therrien, de l'AQLPA, le problème vient du fait que les normes de Santé Canada sont 10 000 fois moins sévères que celles recommandées en Europe, notamment. Des études épidémiologiques menées de par le monde démontrent que l'exposition aux radiofréquences peut provoquer des problèmes neurologiques tels que des maux de tête, des étourdissements, de la fatigue, de l'insomnie ou des pertes de mémoire. Hydro-Québec prévoit investir 1 milliard $ dans l'installation de ces compteurs dits intelligents, d'ici 2017, si la Régie de l'énergie lui donne le feu vert. Les audiences de la Régie débuteront vers la fin février.

Mobilisation contre les futurs compteurs (18 janvier 2012)
http://www.branchez-vous.com/info/actualite/2012/01/mobilisation_contre_les_futurs_compteurs_16329520.html
ILES-DE-LA-MADELEINE, Qc - Une mobilisation populaire s'organise contre le projet d'Hydro-Québec Distribution de remplacer ses compteurs d'électricité par des appareils numériques de nouvelle génération pouvant être lus à distance. CLIP

Compteurs intelligents: « Une invasion de domicile électronique »
http://www.cyberpresse.ca/la-tribune/estrie/201201/17/01-4486603-compteurs-intelligents-une-invasion-de-domicile-electronique-.php

Moratoire sur les compteurs intelligents (17 Janvier 2012 )
http://www.journalacces.ca/Actualité/2012-01-17/article-2866988/Moratoire-sur-les-compteurs-intelligents/1
La ville de Saint-Colomban a adopté une résolution en novembre dernier pour exiger un moratoire sur l'installation de ces compteurs. «On pense rencontrer Hydro Québec en mars», déclare le directeur général de la ville de Saint-Colomban, Claude Panneton.De son côté, le conseil des maires de la MRC Rivière-du-Nord rencontre Hydro Québec ce 18 janvier, comme le confirme le directeur général Pierre Godin.L'éditeur de la Maison du 21e siècle André Fauteux rappelle que «des milliers de gens en Californie et ailleurs en Amérique du Nord sont actuellement très malades depuis que des compteurs émettant des radiofréquences ont été posés sur leur maison». Il interpelle la population à s'informer et se mobiliser: «Nous devons faire en sorte de ne pas subir le même sort! Venez vous informer et invitez toutes vos connaissances à le faire!»Une conférence se tient cette semaine (mercredi 18 janvier) à Montréal sur les effets potentiels des compteurs intelligents sur la santé publique. Une seconde conférence sur le sujet aura lieu au Centre Saint-Pierre, 1212 Panet à Montréal le mercredi 25 janvier prochain à 19 heures. Enfin, il y aura une manifestation pour protester contre l'imposition des compteurs intelligents devant les bureaux d'Hydro Québec, au 75 boulevard René-Lévesque à Montréal et simultanément à Sherbrooke et à Québec, le dimanche 5 février 2012, de 13 heures à 14 heures. Pour plus d'informations: Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique: www.cqlpe.ca

Longue entrevue à CISM 89.3 avec Marie-Michelle Poisson (débute à partir de 5min. 30 secondes)
http://www.cism.umontreal.ca/show_details.php?sID=301

Compteurs intelligents: Hydro-Québec entre en contact avec ses opposants (12 janvier 2012) http://tvanouvelles.ca/lcn/economie/archives/2012/01/20120112-193410.html

Reportage en lien avec l'article ci-dessus
http://tvanouvelles.ca/video/1387198086001/hydro-quebec-aux-aguets-reportage/

Compte rendu de la rencontre du 13 janvier des citoyens de Villeray avec M. Georges Abiad
http://www.cqlpe.ca/CompterenduAbiad.htm
Pour en savoir plus sur toit ce qui concerne le groupe de Villeray voir http://www.cqlpe.ca/Villeray.htm ainsi que le blogue Villeray Refuse au http://villerayrefuse.wordpress.com/

Reportage de 2 minutes au Téléjournal de Radio-canada de Sherbrooke avec Kathya Heppell
http://www.radio-canada.ca/emissions/Telejournal_Estrie/2011-2012/
Le reportage débute à la 2e minute du 4e segment.

Cliquer aussi sur ce LIEN pour écouter le reportage de 2 minutes diffusé le 12 janvier à la radio de Radio-Canada en Estrie sur les compteurs et la coalition, avec de courts extraits d'entrevues réalisées avec François Drouin et Kathya Heppell.

Hydro-Québec ment à la population
http://www.cqlpe.ca/JournalVert1.htm

On coupe l'électricité à une famille qui a enlevé un compteur 'intelligent'
http://www.cqlpe.ca/JournalVert2.htm

AQLPA: Les compteurs intelligents d’Hydro-Québec et la santé publique
http://www.aqlpa.com/actualites/communiques/323-les-compteurs-intelligents-dhydro-quebec-et-la-sante-publique.html

Hydro-Québec : des compteurs intelligents qui inquiètent (19 janvier 2012)
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/sante/2012/01/19/001-compteurs-intelligents-hydro-quebec.shtml
Des citoyens et des défenseurs de l'environnement se mobilisent contre l'installation des compteurs intelligents d'Hydro-Québec, dont ils craignent les effets sur la santé.

Des compteurs intelligents contestés (18 janvier 2012)
http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/2012/01/20120118-233724.html
Les citoyens de Villeray, à Montréal, embarquent à leur tour dans le vaste mouvement de résistance que suscitent les compteurs intelligents d'Hydro-Québec. La société d'État a déjà installé des compteurs dans ce quartier et, de l'avis de plusieurs de ses résidants, tout va trop vite. Une centaine de personnes ont d'ailleurs assisté à une rencontre d'information sur le sujet. Parmi celles-ci, José Lévesque, qui se dit électrosensible, est inquiet. «Moi, je reste dans le Nord. Chez nous, c'est les petits oiseaux. Mais s'ils viennent mettre un compteur sans fil chez nous, je suis fait», craint-il. Le technicien en hygiène électromagnétique Stéphane Bélainsky s'intéresse aussi de près à ces questions. «Je reçois des plaintes de troubles du sommeil, de troubles du comportement. Dernièrement, quelqu'un m'a dit s'être évanoui en face de son compteur», rapporte-t-il. Désaccord sur la fréquence des lecturesHydro-Québec affirme que ses compteurs émettent des fréquences de lecture seulement six fois par jour. Mais l'étude menée par ce spécialiste affirme le contraire. «Ce qu'on a trouvé, c'est que ces compteurs-là pulsent un champ électrique à haute fréquence. Ça dure 30 secondes à raison d'une fois par minute. Donc, on parle d'environ 1880 fois par jour ou d'environ 2000 à 3000 fois par jour», estime M. Bélainsky. Pour l'Association québécoise de lutte contre la pollution, un moratoire est nécessaire dans le dossier. «Nous demandons à la Régie de l'énergie de suspendre son autorisation du projet de compteurs intelligents, de compteurs à radiofréquences d'Hydro-Québec, jusqu'à ce que la société d'État soit en mesure de démontrer qu'elle n'émet des radiofréquences que six fois par jour», explique Me Dominique Newman, qui représente l'association. Près de 5000 personnes ont signé une pétition pour un moratoire sur l'installation des compteurs intelligents, déposée à l'Assemblée nationale. La semaine dernière, Saint-Colomban devenait d'ailleurs la première ville au Québec à exiger un tel moratoire.

La vidéo de ce reportage diffusé en soirée au réseau de TVA est disponible au
http://tvanouvelles.ca/video/1400890779001/des-compteurs-contestes-reportage/

Compteurs intelligents: « Une invasion de domicile électronique » (17 janvier 2012)
http://www.cyberpresse.ca/la-tribune/estrie/201201/17/01-4486603-compteurs-intelligents-une-invasion-de-domicile-electronique-.php
(SHERBROOKE) Alors qu'Hydro-Québec souhaite investir près d'un milliard de dollars afin de munir les foyers québécois d'environ 3,6 millions de compteurs d'électricité intelligents d'ici cinq ans, un spécialiste en hygiène électromagnétique, Stéphane Bélainsky, désire rappeler tous les dangers de ces nouveaux appareils et dénonce une telle pratique. Avant qu'ait lieu en février les audiences publiques de la Régie de l'énergie pour autoriser ou non la société d'État à utiliser ces nouveaux compteurs, Stéphane Bélainsky attaque l'idée en comparant le projet à une «invasion de domicile électronique». «Une pétition circule présentement en ligne et compte près de 5000 signatures, informe-t-il. L'arrivée de ces compteurs intelligents pourrait non seulement coûter près de 1000 emplois chez Hydro-Québec et un investissement d'environ un milliard de dollars aux contribuables, mais en plus, ces compteurs demeurent dangereux pour la santé. De nombreux chercheurs ainsi que l'Organisation mondiale de la santé placent ces ondes dans la catégorie 2B, ce qui signifie qu'elles seraient possiblement cancérigènes.» Déjà, certains citoyens ont vu les techniciens d'Hydro-Québec installer la technologie sur leur réseau. Aujourd'hui, un projet pilote est réalisé en Estrie, soit dans le Canton de Potton, à Eastman et à Bolton-Est, mais aussi dans le quartier Villeray à Montréal ainsi qu'à Boucherville, là où la grogne se fait davantage sentir.

Tous les articles à ce sujet dans La Presse
http://recherche.cyberpresse.ca/cyberpresse/search/theme/lapresse/?q=compteurs+intelligents

Voir aussi au http://tvanouvelles.ca/video/recherche/compteurs+intelligents/ tous les autres reportages de TVA sur les compteurs intelligents comme par exemple...

98,5 FM Émission d'Isabelle Maréchal (16 janvier)
Une entrevue avec François Therrien du SEMO et M. Léonelli un prof de physique
http://www.985fm.ca/audioplayer.php?mp3=121557
Marie-Michelle Poisson, qui s'exprime à quelques reprises, a fort bien exposé ses craintes sur les compteurs intelligents. Le prof. a fait de son mieux pour tout nier et François a fait de son mieux pour le contrer.

Hydro-Québec n'a pas l'intention de faire marche arrière À LIRE!
http://virtuel.lemirabel.canoe.ca/doc/hebdo_le-mirabel/le-mirabel/2012011301/#10
Note de Jean: Hydro semble persuadé d'obtenir le feu vert de la Régie et est déterminé à commencer un déploiement massif de compteurs à Montréal à partir de la fin de mars. -- Et dans l'autre nouvelle sur St-Colomban, il est dit qu'Hydro va rencontrer les élus de la MRC de la Rivière du Nord afin manifestement d'empêcher que le geste de la ville de St-Colomban ne soit immité. Ils veulent justement commencer le déploiement dans cette MRC et dans Laval au printemps. Espérons que les maires ne se laisseront pas influencer par les salades des porte-paroles d'Hydro.

Compteurs dommageables pour la santé (10/01/11)
http://tvanouvelles.ca/video/recherche/compteurs%20intelligents/compteurs-dommageables-pour-la-sante-reportage-de/1194538032001

Hydro-Qc: Les nouveaux compteurs contestés (07/19/11)
http://tvanouvelles.ca/video/recherche/compteurs%20intelligents/hydro-qc-les-nouveaux-compteurs-contestes/1066153737001

Hydro-Québec: le point de vue d'un spécialiste (2/04/10)
http://tvanouvelles.ca/video/recherche/compteurs%20intelligents/hydro-quebec-le-point-de-vue-dun-specialiste/64894343001
NOTE de Jean: En 2010 lorsqu'Hydro-Québec a commencé à parler de son projet de déployer des compteurs inintellingents au Québec, un expert (Olivier Pineault, professeur en politique énergétique au HEC) mentionne brièvement après la 2e minute de ce reportage le but véritable de ces compteurs en parlant de différentes tarifications à différentes périodes de la journée. Depuis ce temps, Hydro passe sous silence cet objectif inavouable de son projet - soit augmenter l'efficacité (lire « la rentabilité ») de son service de distribution en nous imposant une hausse tarifaire sous le couvert d'un programme d'économie d'énergie. Même si on a là une indication claire que le véritable projet d'Hydro-Québec est de nous imposer une tarification différenciée dans le temps, Hydro aurait semble-t-il dissimulé ce fait dans ses interventions devant la Régie de l'énergie. En Ontario où existe déjà une telle tarification différenciée dans le temps (que seul un réseau de compteurs intelligents permet de réaliser), cela s'est soldé par une hausse moyenne de 150% de la facture d'électricité des abonnés d'Hydro One, car dans les faits les gens ne peuvent pas vraiment tirer avantage des tarifs réduits puisqu'ils sont principalement offerts à des heures trop matinales ou trop tardives. Une expérience pilote réalisée au Québec en 2009-2010 avec des abonnés qui s'étaient portés volontaires pour mettre à l'essai un semblable système de tarification différenciée dans le temps - et qui étaient donc très motivés à profiter des rabais tarifaires offerts en dehors des heures de forte demande électrique - a démontré que malgré toute leur bonne volonté, ils n'arrivaient pas à modifier sensiblement leurs habitudes de consommation électrique. C'est d'ailleurs ce qui est expliqué dans l'extrait ci-dessous de l'article «Hydro rejette les tarifs variables» d'août 2010 où Hydro révélait alors clairement ses intentions. Écoutez aussi cet autre reportage de TVA datant de mai 2010 pour en avoir la preuve. Le seul véritable objectif d'Hydro-Québec est donc d'augmenter considérablement la ponction qu'elle prend dans le budget des ménages québécois - ce qui augmentera la redevance annuelle payée par Hydro à l'État québécois. Ce projet constitue donc une hausse d'impôt déguisée et révèle encore une fois l'hypocrisie de nos élites politiques. Ne vous attendez pas à ce qu'aucun des grands partis politiques québécois s'oppose à ce coup fourré.

Hydro rejette les tarifs variables (12 août 2010)
http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/energie-et-ressources/201008/12/01-4305858-hydro-rejette-les-tarifs-variables.php
(...) En réalité, l'introduction de tarifs variables aurait pour effet de faire augmenter la facture des Québécois, calcule Hydro, parce que les coûts de gestion de la nouvelle tarification ne seraient compensés par aucun bénéfice pour l'entreprise. «Dans le contexte actuel, l'offre d'une tarification dynamique optionnelle pour les clients résidentiels aurait pour impact d'augmenter la facture globale de l'ensemble des consommateurs», affirme la société d'État dans son bilan. Compteurs intelligents - Hydro n'a pas fait une croix définitive sur les tarifs variables. Une fois que les compteurs de ses 3,6 millions de clients auront été changés pour des compteurs intelligents, la société d'État y trouvera son compte et les proposera [ou imposera...] à sa clientèle. Avec les nouveaux compteurs, les seuls coûts [à part le $1 milliard qu'il coûteront!] associés à cette nouvelle forme de tarification seraient ceux liés à la promotion et à l'information de la clientèle. En outre, Hydro aura besoin de ces tarifs variables pour ménager son réseau si la voiture électrique fait une percée au Québec. «Le Distributeur croit nécessaire l'offre d'une tarification dynamique dans le contexte d'une pénétration possible des véhicules électriques, afin de favoriser la recharge durant les périodes hors pointe», souligne la société d'État. Ce n'est pas pour demain. Les études préliminaires sur le remplacement des compteurs ne font que commencer et le déploiement des nouveaux instruments de mesure ne se fera pas avant 2015, [alors qu'en fait ils veulent en déployer 1,2 millions dès cette année] a fait savoir hier le porte-parole d'Hydro.

Les compteurs intelligents, nouvelle menace ? - 24/01/2011
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/informatique/d/dossier-les-compteurs-intelligents-une-menace-pour-le-monde_27546/
Les compteurs « intelligents » ont pour but de faciliter la gestion de l'électricité, grâce à un réseau centralisé. Mais ce système pose plusieurs problèmes de sécurité et de respect de la vie privée, alors que le piratage informatique attise les peurs des gens. Quelles sont ces menaces ? -- Un dossier pour mieux comprendre les menaces que représentent les compteurs intelligents : coupure d'électricité généralisée, atteinte à la vie privée, guerre informatique et inégalité de profits. CLIP

Le «compteur intelligent», espion des maisons modernes (12 novembre 2009)
http://montoit.cyberpresse.ca/habitation/200911/12/01-921026-le-compteur-intelligent-espion-des-maisons-modernes.php
Les «compteurs intelligents» qui envoient aux sociétés d'électricité, gaz ou eau, des relevés de consommation détaillés risquent de devenir les espions silencieux de la vie moderne, livrant de précieuses informations sur les habitudes de chacun. Les appareils de mesure intelligents que la Commission européenne voudrait généraliser par souci d'économie d'énergie, sont capables d'envoyer automatiquement le détail de la consommation d'un client à son fournisseur. Mais ce sont aussi des outils puissants pour s'immiscer dans la vie privée, ont averti des experts réunis à Madrid pour une conférence internationale sur la protection de la vie privée. Des compagnies d'électricité pourraient être tentées de vendre les données collectées par ces «compteurs intelligents», explique ainsi le spécialiste américain Elias Quinn, du Centre pour la sécurité énergétique et environnementale de l'Université du Colorado. Ces nouveaux appareils sont en effet capables de déterminer que tel client allume souvent la lumière au milieu de la nuit et donc souffre sans doute d'insommies... ce qui peut intéresser des fabricants de somnifères. Les compagnies d'assurance automobiles pourraient, elles, être intéressées par des listings de personnes arrivant tard à leur domicile après la fermeture des bars. Cela leur permettrait de revoir à la hausse les primes pour les clients les plus couche-tard et portés sur l'alcool. Ces appareils de nouvelle génération sont «potentiellement très intrusifs pour la vie privée» alors que le client est entré «à l'aveugle» dans ce nouvel environnement sans être conscient des implications, explique M. Quinn. CLIP

Compteurs intelligents: Hydro-Québec veut aller trop vite (17-01-2012)
http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/energie/compteurs-intelligents-hydro-quebec-veut-aller-trop-vite/539827
Hydro-Québec veut aller trop vite dans le déploiement de ses compteurs dits intelligents, soutient un expert dans un rapport soumis le mois dernier à la Régie de l'énergie. Edmund Finamore, président de la firme américaine ValuTech Solutions, soutient que les projets pilotes actuellement en cours ne permettront pas de récolter suffisamment de données pour valider le bon fonctionnement, à grande échelle, du système choisi. Il recommande à la société d'État de prolonger de six à 12 mois la durée des projets pilotes afin de se donner plus de temps pour évaluer la performance des nouveaux compteurs. Du même souffle, M. Finamore conseille à la Régie d'ordonner à Hydro le dépôt d'une analyse détaillée des projets pilotes et d'un budget mis à jour du projet avant de donner le feu vert au déploiement du futur système dans l'ensemble du Québec. Le spécialiste entrevoit déjà des dépassements de coûts, soulignant qu'il est difficile d'évaluer avec précision le temps que prendra l'installation de chaque compteur, surtout à Montréal, où 69 pour cent des appareils sont situés à l'intérieur des résidences et des commerces. Or, le coût prévu 997 millions $ ou 262 $ par compteur est déjà parmi les plus élevés en Amérique du Nord lorsqu'on le compare avec des projets semblables réalisés par d'autres distributeurs d'électricité.

Grande-Bretagne - Des compteurs sans bénéfices (21 janvier 2012)
http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/340790/grande-bretagne-des-compteurs-sans-benefices
La Grande-Bretagne ira de l'avant avec l'installation de compteurs «intelligents» malgré les conclusions d'un rapport déposé devant le Parlement britannique qui met en doute les bénéfices de cette opération, a assuré hier le ministre britannique de l'Énergie et du Climat, Charles Hendry. Le Comité des comptes publics de Grande-Bretagne vient en effet de déposer un rapport aux Communes dans lequel il met en doute la possibilité que les économies réalisées grâce à l'installation de compteurs intelligents se rendent jusqu'aux citoyens. La présidente de ce comité multipartiste, Margaret Hodge, se dit même «sceptique» quant aux bénéfices économiques réels de ce projet d'envergure. Le gouvernement britannique veut installer 53 millions de compteurs intelligents entre 2014 et 2019 au coût de 11,7 milliards de livres (18 milliards de dollars). Il escompte ainsi des économies de 18 milliards de livres. En comparaison, Hydro-Québec projette l'installation de 3,7 millions de ces appareils dans les résidences québécoises en vue d'économiser 300 millions d'ici 2020. Pour Margaret Hodge, rien ne garantit que l'argent économisé, s'il y en a, va servir à réduire la facture des consommateurs. Elle estime plutôt probable que cet argent sera empoché par les distributeurs d'énergie. Elle dit même que partout où ces appareils ont été installés, très peu de réductions d'énergie ont été enregistrées sauf dans les cas où les consommateurs ont été intensément formés à suivre leur consommation d'électricité et de gaz et qu'ils ont décidé de modifier leur comportement, ce qui serait loin d'être le cas de la majorité.

« À mon humble avis, Hydro-Québec va s'enfoncer dans le pire gouffre financier de toute son histoire avec ce projet. Les énormes coûts de remplacement au bout d'à peine 15 ans, alors que nos compteurs actuels fiables et durables durent plus de 40 ans, et les inévitables dérapages informatiques ne sont que 2 exemples de dépassements de coûts anticipables qu'Hydro-Québec tente de dissimuler. Ajoutez les coûts en frais de santé pour tous les gens que cette technologie va rendre malades, comme c'est arrivé ailleurs, et les pertes de productivité consécutives, et vous avez là un recette idéale pour un désastre annoncé. Avant d'aller plus loin dans cette galère, il faut absolument des études d'impacts poussées pour savoir vraiment dans quoi on s'embarquerait! »

- Jean Hudon (Commentaire envoyé et partiellement diffusé à l'émission Citoyens avertis de RDI du 8 novembre 2011)




2.

Litanie de symptômes d'électrosensibilité déclenchés par des compteurs numériques Itron

« Nous avons déjà une personne de Magog qui a réussi cette semaine à obtenir le changement de son compteur de lecture à distance CENTRON de ITRON de type C1S. Après plusieurs appels à la ville qui ont duré environ un mois, en expliquant les divers symptômes qu’elle vivait suite au changement de compteurs à sa résidence début décembre (acouphène, étourdissements, nausée, vomissements, insomnie, douleur à la cage thoracique, palpitations cardiaques...). Ils sont venus hier remettre un compteur à aiguille et roulette pour les 4 logements de son habitation et cela n’a pris que quelques minutes. Sur sa rue ils ont deux sortes de compteurs, les types C1S et C1SR. Elle va beaucoup mieux dans sa demeure, mais les symptômes reviennent dès qu’elle sort à l’extérieur. »

- Extrait d'un courriel de Chantal Blais (---) daté du 12 janvier. À NOTER: Il faut signaler que c'est Hydro-Magog qui dessert la ville de Magog et non Hydro-Québec. Comme on peut le lire ICI, cette compagnie d'électricité est sous le contrôle du conseil municipal qui en retire de généreux bénéfices chaque année et ce sont probablement les pressions de la mairesse qui ont amené Hydro-Magog à poser ce geste compatissant. Morale de cette histoire : Vaut mieux avoir affaire à une entreprise locale qu'à un géant comme Hydro-Québec si on veut espérer que l'on fasse preuve de compassion à notre égard. Une bonne main d'applaudissement pour Hydro-Magog! À noter que les problèmes de santé vécus par cette résidente de Magog ne sont que la pointe de l'iceberg. Comme on peut le lire ICI, ce genre de problèmes est très fréquent et il arrive aussi ailleurs que l'ancien compteur soit réinstallé (quand il en reste!... car ils sont démontés et recyclés aussitôt remplacés par les nouveaux compteurs émetteurs de micro-ondes. Ainsi dans Residents raise concerns about health effects of digital meters, on peut lire "On Tuesday Dec. 6, Hertz made a presentation to the Hastings Board of Trustees, detailing the health problems she has experienced, which included intense headaches, dizziness, agitation, an accelerated heartbeat and sleeplessness. Eventually, after obtaining a note from her doctor, Con Edison agreed to replace Hertz’s digital meter with an older, analog model. Hertz says her condition improved rapidly when the analog meter was installed. “I felt like I was let out of being electrocuted,” she said."

Également de Chantal Blais, voir aussi ce bel exemple d'initiative personnelle en appui à notre cause - Dans un autre courriel Mme Blais mentionne également : « Voici des nouvelles encourageantes de la Ville de Magog suite à mes nombreux courriels à la mairesse et aussi à tous les conseillers [pour leur demander que le conseil municipal adopte une résolution en appui à la demande de moratoire de la coalition]. La Mairesse m’avise qu’ils vont étudier la question. En ce qui concerne la personne de Magog qui a réussi à obtenir le changement de son compteur, son père, un homme qui était en très bonne santé sans aucun problème cardiaque, a fait une crise cardiaque quelques jours après le changement du compteur en mai sur sa maison. Il a séjourné à l'hôpital, mais il est de retour chez lui. » Simple coïncidence ou conséquence des micro-ondes de ces compteurs électropolluants ? Voilà qui n'est guère rassurant... Un représentant de la coalition va bientôt aider Mme Blais dans ses démarches pour obtenir de son conseil municipal un appui par voie de résolution aux revendications de la coalition. Une trousse détaillée, disponible au http://www.cqlpe.ca/Trousse.htm, a été spécialement préparée à cet effet par François Drouin afin de faciliter les démarches de toute personne souhaitant faire la même chose dans sa municipalité.

« J'ai lu que des milliers de personnes en Californie ont toutes sortes de symptômes nouveaux qui apparaissent (acouphène, maux de tête, insomnie, etc) après l'installation d'un compteur "intelligent" sur leur maison. Je connais aussi quelques personnes ici au Québec qui sont déjà allergiques aux micro-ondes et qui craignent comme la peste de se faire poser un de ces compteurs sur leur maison. Ça ne devrait pas être permis d'imposer cela aux personnes qui vont manifestement en souffrir. Et qu'arrivera-t-il à nos enfants si on leur fait subir les effets de ces micro-ondes durant toute leur vie? Vraiment je me demande s'ils ont bien pensé à leur affaire avant de choisir cette technologie. Même s'ils trouvent que nos vieux compteurs sont désuets, au moins ils fonctionnent bien et ne nous causent aucun souci du genre. Je crois qu'on devrait bien s'informer sur ces compteurs et ne pas se laisser faire... »

- Commentaire mis en ligne par Chantal Blais de Magog en réaction à l'article Les compteurs intelligents d'Hydro-Sherbrooke font craindre des problèmes de santé sur le site Web de Radio-Canada

Pas de compteurs intelligents d'Hydro-Québec à Magog (18 Janvier 2012)
http://www.lerefletdulac.com/Actualites/Actualite-regionale/2012-01-18/article-2867599/Pas-de-compteurs-intelligents-dHydro-Quebec-a-Magog/1
La Ville de Magog assure la population qu'il n'y a pas et qu'il n'y aura pas de compteurs intelligents d'Hydro-Québec sur son territoire. - Le conseiller Michel Bombardier a répondu aux inquiétudes de citoyens qui ne digèrent pas le geste d'Hydro-Magog. Selon eux, un projet-pilote de compteurs intelligents à Mansonville rend des gens malades. La Magogoise Chantal Blais se range derrière la Coalition de la lutte contre la pollution électromagnétique, qui articule actuellement une vaste campagne provinciale. Une pétition circule également en ligne pour contrer ces compteurs émetteurs de micro-ondes. Selon elle, des compteurs de lecture à distance sont installés dans le secteur des rues Langlois et Bellevue, à Magog, ce qui a été rapidement démenti par les élus municipaux. «Plusieurs sont devenus très malades depuis la pose de ces compteurs. Ces gens ne savent même pas la vraie raison de leur souffrance.Il est très important de dire non aux compteurs électropolluants d’Hydro-Québec», insiste-t-elle. Pas d'inquiétudes - M. Bombardier a profité de la séance publique du conseil municipal du 16 janvier dernier pour rassurer la population. Selon lui, Hydro-Magog effectue des modifications et des changements de compteurs, mais pas avec les mêmes produits qu'Hydro-Québec. «Il n'y a aucun modèle avec des ondes émises en continu, et les propriétaires concernés sont avisés sur place», précise-t-il. Hydro-Magog devra cependant installer des compteurs intelligents, comme ceux utilisés par Hydro-Québec, si cette société d'État impose un jour des tarifs doubles, variables selon différentes heures de la journée. Sans minimiser l'effet des micro-ondes, Michel Bombardier les compare aux signaux émis par de nombreux items déjà à la maison, comme les téléphones sans fil, les téléphones cellulaires, l'accès à Internet sans fil, les souris sans fil, etc.

NOTE de Jean: En réponse à cet article qui présente des informations trompeuses en affirmant qu'aucun compteur à Magog n'émet des ondes en continue, Mme Blais a invité le journaliste à venir avec elle dans la rue Langlois à Magog observer les émissions de radiofréquences nocives émises par tous les compteurs Itron de cette rue, aux 10 secondes environ selon ses relevés fait avec un appareil de mesure Cornet (très précis), une expérience fort désagréable qu'elle décrit comme « une agression constante pour le corps humain en entier et principalement le système nerveux ». Son conjoint qui n'est pas électrohypersensible comme elle, mais qui est depuis un mois exposé à sa résidence aux émissions d'un tel compteur Itron, décrit ainsi ce qu'il a ressenti : « Je me suis senti pressurisé dans et tout autour de la tête. Ça serre autour de la tête comme un chapeau trop serré au-dessus des oreilles. Mon cœur fait de l'arythmie et ma cage thoracique compresse. Lorsque je suis à côté des compteurs je deviens anxieux et impatient. J'ai beaucoup de difficulté à me concentrer pour avoir une conversation la plus simple. Je hausse le ton de voix et je suis stressé. J'ai mal au bas du dos et aux cuisses. C'est la première fois que je vis ce genre de symptômes et de douleurs. »

Quant à Mme Blais elle décrit comme suit ce qu'elle a éprouvé après être resté à peine une vingtaine de minutes près de ces compteurs, le temps d'effectuer quelques relevés : « J'ai vécu différentes douleurs et symptômes très désagréables durant les vérifications des compteurs CENTRON de ITRON TYPE C1SR de la rue Langlois à Magog et plusieurs ont persistés pendant plusieurs jours : des points au niveau du cœur, une compression très forte de ma cage thoracique qui m'empêchait de respirer, des nausées, mes organes internes sont devenus tendus et douloureux, des bourdonnements très fort dans les oreilles qui voyageaient d'une oreille à l'autre, de la difficulté à marcher, des tremblements des mains et des jambes, une grande difficulté à m'exprimer clairement et une irritabilité extrême qui m'a amenée à faire une crise de larmes. »

Ces symptômes ressemblent à s'y méprendre à ceux que m'a récemment décrit au téléphone la personne mentionnée dans la première citation de Mme Blais ci-haut, après y avoir été exposée continuellement depuis l'installation en mai dernier de 4 compteurs Itron électropolluants sur la résidence où elle habite. Les maux de tête, l'insomnie et la fébrilité inexplicables qu'elle a éprouvé durant le premier mois se sont graduellement transformés en des symptômes de plus en plus sérieux alors que son organisme tentait de s'adapter à l'agression constante du bombardement de micro-ondes qu'elle subissait, au point qu'au bord de la crise de nerfs et après de longs moments d'angoisse insoutenable, elle a dû se résoudre à quitter son appartement pour aller se réfugier chez des amis où les compteurs électromécaniques n'avaient pas encore été remplacés. Voici maintenant un autre témoignage reçu d'un résident de Stoneham près de Québec démontrant une fois de plus à quel point les compteurs numériques Itron représentent une menace réelle et permanente.

« J'ai un compteur de marque ITRON et depuis 2 à 3 ans je souffre de divers symptômes tel que acouphène, étourdissements, nausée, maux de tête, sentiment de cuisson, picotements...etc. Mon compteur est situé exactement sous ma chambre à environ 12 pieds plus bas. Lorsque j'ai réalisé que le compteur était la cause de ces symptômes, j'ai essayé de dormir dans une pièce le plus éloigné possible du compteur et j'ai ressenti un très grand changement. De plus, suite à un accident dans le passé, des prothèses métalliques me sont installées à la tête. Je suis intolérant aux radio-fréquences et je me suis construit une maison à Stoneham pour me retirer de la pollution. Je suis prêt à faire les démarches nécessaires pour retrouver la santé et pour mes enfants également (bébé de 1 ans et femme enceinte). »

- Jérôme Mongrain

VOIU AUSSI les nouvelles vidéos offertes sur le site de la CQLPE

Témoignage de Véronique Riopel et de sa mère sur les affres de l'électrohypersensibilité
http://www.youtube.com/watch?v=w3RVn6XBT7g
Francine Riopel et sa fille Véronique donnent un petit aperçu de leurs années de souffrances et d'efforts pour comprendre le terrible mal des micro-ondes qui, en plus de l'hypersensibilité chimique, a affecté la santé de Véronique. Un témoignage touchant et fort révélateur sur la crise de santé vers laquelle nous courons tous et toutes au paradis de l'électropollution que le Québec est devenu.
Véronique Riopel : 2e Partie : http://www.youtube.com/watch?v=BMhLjGffkwM

Fort intéressant témoignage de Kathya Heppell sur les compteurs intelligents
http://www.youtube.com/watch?v=SaTtkkunjwM

Entrevue avec Gaétane Boucher, citoyenne électrosensible qui explique ses symptômes http://www.youtube.com/watch?v=uc993atB2BY

Dossier des compteurs 'intelligents' - Une nouvelle menace environnementale http://www.earthrainbownetwork.com/Archives2011/NouvelleMenace.htm
Note de Jean: Cette lettre que j'ai écrite à André Bélisle le 11 mars dernier est le 5e résultat que l'on obtient lorsque l'on lance une recherche sur Google avec les mots "Compteurs intelligents Hydro-Québec"...




3.

Chronique d'un pharmacien québécois sur l'électrosensibilité

Électrosensibilité: vous connaissez? (Nouvelle chronique du pharmacien québécois Jean-Yves Dionne)
http://www.jydionne.com/electrosensibilite-vous-connaissez/
(...) Peut-on être sensible à des champs électriques ou à des rayonnements micro-ondes qu’on ne voit pas et qu’on ne ressent pas? Le corps perçoit-il ces champs électromagnétiques? Doit-on s’inquiéter de la prolifération des émetteurs d’ondes comme les tours de transmission cellulaire, les wifi, les compteurs dits intelligents d’Hydro-Québec et de certaines municipalités? Il s’agit d’un très chaud débat impliquant beaucoup de $$$. Ceux qui tirent profit de ces émetteurs d’ondes nous assurent qu’ils sont très sécuritaires et nient l’existence même de l’électrosensibilité. J’ai longtemps hésité à en parler, mais je pense qu’il est important de faire connaître le débat. Chacun doit pouvoir prendre position en toute connaissance de cause. Je vais donc consacrer quelques articles à la définition et aux symptômes de l’électrosensibilité ainsi qu’aux risques potentiels associés aux CEM. CLIP

Êtes-vous électrosensible? 2e article de Jean-Yves Dionne (17 jan 2012)
http://www.jydionne.com/etes-vous-electrosensible/
(...) Les personnes électrosensibles ne sont pas toutes sensibles de la même façon: les symptômes et leur intensité varient d’une personne à l’autre. Par contre, chez tous les électrosensibles, les symptômes augmentent en fonction de l’intensité des rayonnements et champs électromagnétiques. Plus les sources de CEM sont nombreuses et puissantes, plus ces personnes souffrent. Nous sommes tous soumis aux CEM, nous subissons tous leur influence. On peut donc prétendre, sans grand risque de se tromper, que plusieurs d’entre nous en éprouvent déjà des effets, des symptômes qui peuvent être légers ou intenses, mais pour lesquels nous ne trouvons souvent pas de cause. Il est aussi possible que, avec l’augmentation de l’intensité des CEM (plus de téléphones cellulaires, de tours micro-ondes, de wifi, de compteurs intelligents, etc.), nous soyons éventuellement tous affectés. Exprimez votre opinion - Chez nous, au Québec, la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique fait un travail admirable de sensibilisation à la problématique des champs électromagnétiques. Cet organisme est à l’origine d’une pétition à l’Assemblée nationale pour demander un moratoire sur l’installation des compteurs de nouvelle génération d’Hydro-Québec. CLIP




4.

L'invasion des bidules électroniques d'Hydro s'en vient dans un quartier près de chez vous

RÉPONSES D'HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS NO 3 - 2012-01-10
http://internet.regie-energie.qc.ca/Depot/Projets/111/Documents/R-3770-2011-B-0080-DDR-REPDDR-2012_01_10.pdf
(...) « Compteurs de nouvelle génération - Les compteurs de nouvelle génération vont permettre : la communication bidirectionnelle entre eux et avec les routeurs et les collecteurs installés ; l’enregistrement d’un profil de consommation ; l’interruption à distance.

En tout, quatorze modèles de compteurs électroniques sont nécessaires pour répondre aux différents besoins des clients résidentiels et CII (par exemple, standard ou biénergie, monophasé ou polyphasé, avec ou sans transformation, entrée électrique à 200A ou à 400A). Par contre, un de ces modèles comble à lui seul plus de 90 % des besoins.(...)

Collecteurs et routeurs - Les collecteurs, mis principalement en place dans les installations d’Hydro-Québec (postes de distribution) ou sur des tours de communication existantes, sont distribués dans les différentes régions du territoire desservi par le Distributeur.

(...) Les routeurs, installés aux poteaux du Distributeur, ont pour fonction d’assurer la couverture géographique du réseau NAN en périphérie des collecteurs. Les collecteurs transmettent par la suite les données acquises au frontal d’acquisition.

Réseaux de télécommunication (WAN) - En plus du réseau radiofréquence maillé reliant les compteurs, routeurs et collecteurs, l’IMA requiert l’utilisation d’un WAN. Le WAN sert à interconnecter le frontal d’acquisition des données (situé dans les centres informatiques du Distributeur) aux collecteurs. Les liens de télécommunication utilisés sont de type cellulaire ou satellite. »

(...) Les données sont transmises via des liens de télécommunications vers les serveurs centraux du Distributeur. Seuls les collecteurs sont munis de modems cellulaires ou satellites donnant accès au réseau d’entreprise d'Hydro-Québec via ces services de télécommunications WAN. CLIP

À noter le mot «satellites» ci-dessus. Dans les régions rurales où n'existe aucune tour du réseau cellulaire de Rogers (avec qui Hydro a signé une entente exclusive pour l'acheminement des données), les collecteurs transmettront leurs données au frontal d’acquisition via un satellite.

---

Pour consulter les autres réponses d'Hydro-Québec sur le site de la Régie de l'énergie, cliquer ICI
Pour consulter les très nombreux documents déposés devant la Régie par les intervenants, cliquer ICI
Pour consulter les 13 lettres d'observations de citoyens envoyées à la Régie, cliquer ICI
À voir !... L'excellente lettre de Linda MacCulloch et la très persuasive lettre de Véronique Riopel

---

Pour avoir une idée de la vitesse à laquelle le nombre de sources de pollution électromagnétique augmente en milieu urbain, voici quelques données fort révélatrices tirées du plus récent communiqué de presse du SEMO : « Il existe actuellement cinq compagnies de télécommunication utilisant leurs propres réseaux d'antennes relais dans la région de Montréal ( Bell, Rogers,Telus, Videotron et Public Mobile). Chacune de ces compagnies peut comporter jusqu'à 4 systèmes d'antennes relais de générations différentes (900, 1800, 2100 et 5000Mhz). Comparés au téléphone cellulaire de base, les besoins en puissance des micro-ondes pour alimenter les appareils cellulaires, dits intelligents, sont 120 fois supérieurs, et pour les tablettes IPAD, ils sont supérieurs de 600 fois ! (Source : témoignage de Bernard Lord, président de l’association canadienne des télécommunications sans fil, à l’audition du 20 octobre 2011 lors de la consultation publique sur
l’implantation des antennes relais à Montréal - organisée par l’OCPM) Selon les représentants de l'industrie, au cours des dernières années le nombre d'antennes a augmenté de manière exponentielle et ce rythme doit être
maintenu sans aucune contrainte au cours des années à venir... »

Ajouter à ce cocktail électropolluant, 1,200,000 nouvelles sources de pollution électromagnétique – les compteurs 'intelligents' qu'Hydro-Québec s'entête à vouloir déployer dans la région de Montréal en 2012 – avec leur arsenal de routeurs et de collecteurs qui retransmettront constamment les données émises par les compteurs, et vous comprendrez pourquoi de plus en plus de gens considèrent qu'ils seront la proverbiale goutte qui fait déborder le vase, en précipitant le déclenchement de nombreux symptômes d'électrosensibilité chez une population prise en otage et soumise au bombardement de plus en plus intense qu'on lui impose sans ménagement ni égards aux inévitables conséquences qu'il engendrera.

Compteurs intelligents : la goutte d’électrosmog qui fait déborder le vase (automne 2011)
http://www.21esiecle.qc.ca/files/Compteurs%20oct11.pdf
« Insomnie, maux de tête, nausée, anxiété, confusion, irritabilité excessive, fatigue extrême, hypertension artérielle et vertiges. Ces symptômes s’intensifient si je passe trop de temps près du nouveau compteur 'intelligent'. »

Liste de recommendations remises en avril 2010 par le SEMO au Comité permanent de la Santé (HESA) de la Chambre des communes
http://www.cqlpe.ca/pdf/PetitionHESA.pdf
Près de 200 personnes l'avaient signée en quelques jours pendant la semaine des réunions du comité HESA où plusieurs experts internationaux avaient présenté la vérité au sujet des dangers pour la santé publique des installations de télécommunications, contredisant les assurances de l'industrie du cellulaire et de Santé Canada. Ses 18 demandes sont toujours extrêmement pertinentes. Malheureusement, elles n'ont fait l'objet d'aucun suivi par le gouvernement canadien pour qui la santé financière de l'industrie des communications sans fil semblent nettement plus importante que la santé des citoyens canadiens. Le temps est venu pour l'ensemble des Canadiens de réclamer que cesse la collusion dont bénéficie cette industrie et que le Canada emboîte le pas aux pays européens (Suisse notamment) et aux autres ailleurs dans le monde (Israël, Chine) qui ont adopté des normes beaucoup plus sévères, ce qui, nulle part, n'a empêché l'industrie des communications sans fil de prospérer et les gens qui le désirent de disposer d'un service de téléphonie sans fil efficace et fonctionnel. Voir aussi en complément ce récent communiqué de presse sur le travail du SEMO à Ottawa pour relancer le rapport du Comité permanent de la Santé et réclamer s'application du principe de précaution pour les antennes relais, conjointement avec l’AQLPA et Option consommateurs. Voir aussi le communiqué du 5 décembre 2010 - Rapport final unanime du Comité permanent de la santé de la chambre des Communes - Ottawa (2 décembre 2010) Impact des micro-ondes sur la santé - « La conclusion et les recommandations faites à l'unanimité par tous les partis politiques fédéraux remettent en question la norme de protection de Santé Canada (Code de sécurité 6) pour la protection de citoyens des effets néfastes des micro-ondes. »

Il est certain que l'adoption d'un seuil admissible de 0.6 volts par mètre carré amènera diverses contraintes et adaptations ainsi qu'on peut le constater dans HF : Puissances - niveaux d’exposition - Normes - 0,6V/m. Voir également ICI pour comprendre l'ampleur de la révolte que suscite en France la multiplication des antennes relais, les centaines de procès engagés et la volonté bien affirmée de dizaines de municipalités de mettre au pas les opérateurs de téléphonie cellulaire, ce qui contraste fortement avec le calme plat régnant ici, au royaume de l'électropollution, mais qui préfigure, espérons-le le grand vent de changement que nous nous efforçons de faire lever




5.

Les compteurs 'intelligents' : des cibles faciles pour les pirates informatiques

Les compteurs “intelligents” : des bombes à retardement (14/09/10)
http://www.internetactu.net/2010/09/14/les-compteurs-intelligents-des-bombes-a-retardement/
(...) Or, ces compteurs “intelligents” commencent aussi à défrayer la chronique. Début août, la CNIL s’inquiétait ainsi des risques qu’ils faisaient poser en terme de traçabilité des usagers :“Les informations de consommation d’énergie transmises par les compteurs sont très détaillées et permettent de savoir beaucoup de choses sur les occupants d’une habitation, comme leur horaire de réveil, le moment où ils prennent une douche ou bien quand ils utilisent certains appareils (four, bouilloire, toaster…) Les compteurs communicants peuvent également agir directement sur l’installation électrique. Ils permettent notamment de modifier la puissance de l’abonnement, voire même de couper l’alimentation électrique à distance, via une interface web. Ces fonctionnalités devront être parfaitement sécurisées pour éviter toute utilisation frauduleuse.” Dans une étude (.pdf) sur la sécurisation du Smart Grid (ou “réseau intelligent“, le système auquel se connecteront ces compteurs “intelligents“), la société IO Active identifie ainsi 10 risques en terme d’atteintes à la vie privée, à commencer par la surveillance, en temps réel des appareils électriques, et donc des habitudes comportementales de leurs utilisateurs, mais également les risques d’usurpation d’identité, de surveillance, d’espionnage, de malveillance ou encore de bug informatique, et autres problèmes de sécurité inhérents à tout système informatique en réseau.

(...) Dans leur article, intitulé “Who controls the off switch ?” (.pdf) (qui contrôle le bouton off ?), Ross Anderson et Shailendra Fuloria s’alarment de la légèreté avec laquelle les fournisseurs d’électricité, avec l’aval des autorités, créent une “nouvelle cyber-vulnérabilité significative” faisant courir le risque de coupures massives d’électricité. Les compteurs “intelligents” sont en effet dotés de composants matériels et logiciels, et donc potentiellement piratables, ou sujets à des bugs informatiques, d’autant qu’ils sont connectés aux fournisseurs d’électricité.

(...) Pour Ross Anderson et Shailendra Fuloria, qui notent que les équipes techniques des vendeurs de compteurs, tout comme les experts de l’académie royale des ingénieurs, ont soigneusement été écartés des réunions de préparation de ce projet, cette centralisation des remontées des informations est un “scénario cauchemardesque“. L’existence même d’un système centralisé de contrôle de l’électricité ouvre en effet la possibilité d’une coupure généralisée de courant, dans tout le pays, en cas de bug ou de piratage informatique…:“Le black-out s’étend sur des centaines de millions de foyers, certains pendant plusieurs jours, d’autres pendant plusieurs semaines; des gens meurent d’hypothermie, du fait de la panne des équipements médicaux électriques, ou d’électrocution en tentant de réparer eux-mêmes la panne électrique. Le modèle économique de l’industrie énergétique est ruiné par la destruction de son “réseau intelligent“, et le remplacement des dizaines de millions de compteurs “intelligents” prendra des années. L’activité économique est perturbée, les responsables des opérateurs d’électricité sont renvoyés, des ministres doivent démissionner.”

(...) Des pirates informatiques, ou des employés mécontents, pourraient également profiter de ces vulnérabilités afin de faire chanter les opérateurs d’énergie, ou encore pour voler de l’électricité. Interrogé par CNet, Karsten Nohl, un autre chercheur connu pour avoir révéler plusieurs failles de sécurité en matière de RFiD et de téléphonie mobile, explique que “d’un point de vue matériel, les téléphones portables sont aujourd’hui bien plus sécurisés que la plupart des compteurs intelligents, (alors) qu’ils devraient bénéficier des meilleurs systèmes de protection disponibles“, ce qui semble loin d’être le cas dans celui qu’il a inspecté : “Nous n’avons trouvé aucune des mesures de sécurité que nous serions en droit d’espérer dans un dispositif de ce type, relié à une telle infrastructure critique.” Faute de signature électronique, de mesures de chiffrement ou d’authentification, les composants physiques étudiés n’étaient pas protégés, il était donc possible de les modifier, tout comme il était possible de modifier la consommation (pour la baisser de 25 kilowatts à 2,5 kW, par exemple), alors que le logiciel, lui, propriétaire, empêchait toute vérification de la qualité et de l’intégrité du code… ce qui n’a pas empêché Nohl de parvenir à faire planter, ou redémarrer, le “compteur intelligent“. Or, et dans la mesure où ils sont reliés en réseau, en cas de bug ou de piratage, ils pourraient entraîner des coupures en réseau, et le piratage d’un seul compteur pourrait entraîner la paralysie de tout ou partie du réseau. Une série de vidéos présentées en 2009 par IOActive montre ainsi comment un virus informatique, couplé à une base de donnée d’adresses géolocalisées, pourrait, en 24h, couper l’électricité dans tout un quartier : Or, la rapidité avec laquelle sont déployés ces “réseaux intelligents“, et les milliards de dollars qui y sont investis, font que les questions de sécurité passeraient souvent au second plan, d’autant qu’aucun standard international n’a encore été adopté, afin de les sécuriser.Qualifiant la sécurité de cinquième roue du carrosse, Christophe Auffray, sur ZDNet, note également que si les technologies existent, elles ont un coût, qui attise les rivalités et tensions : “la sécurité de ces réseaux communicants représente un marché à fort potentiel pour les industriels, et chacun défend, notamment au niveau des autorités européennes, ses propositions et intérêts.” CLIP Voir aussi Smart Meter Worm Could Spread Like A Virus

Hackers rewrite smart meter power bill
http://www.scmagazine.com.au/News/286351,hackers-rewrite-smart-meter-power-bill.aspx
Two German researchers have exploited security holes in a smart meter service to alter energy consumption rates, expose privacy flaws and determine what movies consumers had watched. Dario Carluccio and Stephan Brinkhaus demonstrated the flaws with German energy company Discovergy at the Chaos Computing Congress in Berlin. The researchers, also customers, learnt that energy consumption data was sent unencrypted because SSL was malfunctioning. They intercepted and manipulated the data using Fritzbox! and WireShark and returned to the company a negative energy consumption rate of -106610 kWh. CLIP

IOACTIVE VERIFIES CRITICAL FLAWS IN NEXT GENERATION ENERGY INFRASTRUCTURE
http://www.ioactive.com/news-events/AMIAlertPR.html
Seattle, Wash—March 23, 2009. 2009. IOActive, a leading provider of application and smart grid security services, today announced that the company has verified significant security issues within multiple Smart Grid platforms, which are being positioned to support the nation's next-generation power infrastructure. Smart Grid technology is already deployed by numerous utilities around the country and the vulnerabilities identified by IOActive could further expose the country to attacks on our critical power infrastructure. Research conducted throughout the industry has independently concluded these technologies are susceptible to common security vulnerabilities such as protocol tampering, buffer overflows, persistent, and non-persistent rootkits and code propagation. These vulnerabilities could result in attacks to the Smart Grid platform, causing utilities to lose momentary system control of their Advanced Metering Infrastructure (AMI) Smart Meter devices to unauthorized third parties. This would expose utility companies to possible fraud, extortion attempts, lawsuits or widespread system interruption. If security is not addressed in the design and implementation of these emerging technologies, it may prove cost prohibitive to address them once the devices are fully deployed. CLIP

ENERGY GRID: SAFE FROM CYBER ATTACK? (Sep 1, 2011)
http://news.discovery.com/tech/smart-grid-cyber-attacks-110901.html
It's smarter, but not perfect. Experts forecast more attacks amid evolving defenses. -- As the 9/11 anniversary approaches, experts wonder if the United States could withstand a breach of its power network, or whether the so-called "smart grid," which promises more efficient energy use, is more vulnerable to cyber attacks than the old one. The answers are yes and yes.When it comes to protecting against hackers, the nation's electric utilities are about where the financial and telecommunications industries were a decade ago, according to Andy Bochman, Energy Security Lead for IBM's Rational division, which focuses on smart-grid security software. Bochman says the electrical sector has been late in the game when it comes to embracing information technology that focuses on security, but is catching up. "We are now at a sustained back-and-forth between the powers that are trying to attack these systems, and forces aligned to defend them," Bochman said.While that statement may sound a bit like a sci-fi plot, the reality is that utilities across the country have seen a big increase in deliberate attacks, as well as inadvertent screw-ups that have thrown thousands of customers into the dark.In a study released in April of electrical utilities by McAfee, the computer security firm, and the Center for Strategy and International Studies in Washington, utility industry executives from 14 nations found that things are getting worse. One of the more startling results of our research is the discovery of the constant probing and assault faced by these crucial utility networks. Some electric companies report thousands of probes every month. Our survey data lend support to anecdotal reporting that militaries in several countries have done reconnaissance and planning for cyberattacks on other nations' power grids, mapping the underlying network infrastructure and locating vulnerabilities for future attack," the report stated. Could a Stuxnet-type virus, which pretty much destroyed one of Iran's nuclear power plants, happen in the United States? Some similar, but less dangerous events, already have: CLIP

At Issue: How to Protect the Smart Grid From Cyberattacks (October 31, 2011 )
http://www.digitalcommunities.com/articles/At-Issue-How-to-Protect-the-Smart-Grid-From-Cyberattacks.html
Vehicles speed toward a railroad crossing as a train approaches. But the warning lights stay off and the gates remain open. Traffic signals blink out at numerous busy intersections, snarling traffic for miles. Pressure in a residential gas line spikes but sensors fail to warn the utility. A nuclear power plant overheats but the safety systems indicate things are normal.Such systems — termed Supervisory Control and Data Acquisition (SCADA) — run unnoticed when functioning properly, but a malfunction can mean catastrophe. And now, added to the normal vulnerabilities in any mechanical or electrical system, are some new threats. These systems are now targets of cyberattacks from individual hackers, groups with some social or political agenda — even nations intent on creating havoc. The threat is not science fiction. In an experiment caught on video and released on the Internet, an electrical power generator is hacked and damaged remotely. According to CNN, the experiment, dubbed “Aurora,” was conducted in 2007 by the U.S. Department of Energy. “DHS acknowledged the experiment involved controlled hacking into a replica of a power plant's control system,” said a CNN article. “Sources familiar with the test said researchers changed the operating cycle of the generator, sending it out of control.” For more than 10 years hackers have managed to disrupt, damage or stop the operation of critical infrastructure. CLIP

Report: Smart Grid Not Smart When It Comes To Cyber Attacks (April 20, 2011)
http://www.ibtimes.com/articles/136601/20110420/cyber-crime-critical-infrastructure-energy-smart-grid.htm
A new report says the industries in gravest danger from the increasing number of cyber threats is critical infrastructure industries such as power grids, oil, gas and water. The report, titled "In The Dark: Crucial Industries Confront Cyber Attacks," was jointly produced by McAfee and the Center for Strategic and International Studies (CSIS). Forty percent of information technology executives at critical infrastructure companies surveyed for the report said their industry's vulnerability had increased. Thirty percent said their company was not prepared for a cyberattack and 40 percent expected one. CLIP - More through Securing the Smart Meter Grid

Security Firm Finds Smart Meter Problems (APRIL 2, 2010)
http://www.cooperativefinancecorporation.org/security-firm-finds-smart-meter-problems/
Last week, The Associated Press reported on another incident of a security company finding flaws in the anti-hacking capabilities of smart-grid technology—in this case, smart meters.Washington, D.C.-based security firm InGuardians was recently hired by three unnamed electric utilities to study their smart meters’ resistance to attack. The utilities have already done small deployments of smart meters and plan to roll out the technology to hundreds of thousands of power customers, said Joshua Wright, a senior security analyst with InGuardians. Wright said his firm found “egregious” errors, including flaws in the meters and the technologies that utilities use to manage data from the meters. “Even though these protocols were designed recently, they exhibit security failures we’ve known about for the past 10 years,” Wright said. One of the key findings involved a weakness in a communications standard used by the meters to pass information to the utilities’ computers. Wright found hackers could exploit this weakness to break into meters remotely—which could enable a hacker to shut off someone’s power, send false information to the power company or access the utilities’ computer networks to steal data or stage larger attacks on the grid. Similar vulnerabilities used to be common in wireless Internet networking equipment, but have mostly vanished with an emphasis on better security, Wright said. That speaks to the “relative immaturity” of smart meter technology.Last April, Solutions News Bulletin reported that IOActive, a Seattle-based security assessment firm, said a year-long independent test of smart-grid technology and infrastructure plans found the systems to be vulnerable to the same types of hacker attacks as most computer systems. These vulnerabilities could “expose utility companies to possible fraud, extortion attempts, lawsuits or widespread system interruption,” the company said.




6.

Résistance féroce aux compteurs voleurs en Colombie-Britannique et au Texas

Face to Face with Smart Meters
http://www.youtube.com/watch?v=gR8tILAxhjI
La mobilisation en Colombie-Britannique préfigure ce qui s'en vient ici au Québec ! Ce film promet d'être aux compteurs fous ce que le film Gasland (2e partie) fut au gaz de schiste... Regardez également cet extrait d'une entrevue avec l'ancien premier ministre de la Colombie-Britannique, Bill Vander Zalm, qui explique pourquoi il est vital de s'opposer aux compteurs intelligents. Il déclare notamment à la fin, après avoir expliqué que ces appareils révèleront tout sur notre vie privée, que tout cela est lié à la mondialisation et à la volonté de contrôle d'une élite internationale. « C'est Big Brother. Nous allons être totalement contrôlés. C'est la direction vers laquelle nous allons. Il faut stopper cela et c'est maintenant qu'il faut le faire, pas après que ce soit arrivé. » À NOTER : Une version avec sous-titres français existe déjà dans VIDEO : Smart meters, non merci! -- En Colombie Britannique (Canada), face à la déferlante et à l'inconscience du gouvernement, des citoyens - et non des moindres (notamment un ex-premier ministre et un ex-ministre de l'environnement) - prennent leurs responsabilités et lancent ce cri d'alarme à l'encontre du projet en cours d'installation de compteurs électriques dits "intelligents" (...) Correspondance des valeurs d'exposition données dans le film à la minute 3:00 - Limite de securité : 1000 microwatt / mètre carré = 0,6 volt / mètre - Limite donnée par BC Hydro : 23.000 microwatt / mètre carré = 2,9 volt / mètre - Valeur testée : 198.000 microwatt / mètre carré = 8,6 volt / mètre

Municipalities vote against smart meters (October 06, 2011)
http://www.merrittherald.com/news/131296169.html
Union of British Columbia Municipalities passed a resolution that asked the provincial government to place a moratorium on BC Hydro’s smart meter program during their annual general meeting in Vancouver last week. Outside the convention protesters handed out leaflets addressing health concerns and privacy issues related to the wireless smart meters that are being installed across the province, while inside delegates heard from a panel of experts discussing the same. In the end, the vote was close — 55.1 to 44.9 per cent in favour of the resolution asking the provincial government to halt installation until further consultation has taken place and public concerns have been addressed. CLIP

BC SMART METER REFERENDUM INITIATIVE ANNOUNCED (NOV 25, 2011)
http://www.youaretheanswer.ca/wireless-devices/smartmeters/bc-smart-meter-referendum-initiative-announced/
Walt McGinnis and Steve Satow of “stopsmartmeters.ca” formally and publicly launch the referendum initiative against the BC Liberal’s and BC Hydro’s Smart Meters campaign at this press conference. (First Video) More through the WIRELESS RADIATION SAFETY COUNCIL: http://www.wirelessradiationsafety.ca/

Oncor "Smart" Meter Lawsuit
http://www.oncorlawsuit.com/
On March 26, 2010, the law firm Berent Law Firm PLLC filed a Class Action Lawsuit in the 162nd Judicial District Court of Dallas County, Texas to address and rectify the alleged fraudulent, deceptive and discriminatory fleecing of Texas consumers by one of America's largest electricity service providers, Oncor Electric Delivery Company, LLC. The lawsuit alleges that the "Smart" Meter systems installed by Oncor are improperly overcharging hard-working Texans for their consumption of electricity. The lawsuit is brought on behalf of all consumers in Oncor's service area who have experienced significant increases in their electric bill since the installation of a "Smart" Meter system. CLIP Check also Oncor faces customer backlash over smart meters and skyrocketing electric bills. (...) "Up to 1 percent of smart meters may have an installation error, according to Oncor."




7.

La téléphonie cellulaire clouée au pilori dans plusieurs extraits d'articles

Des scientifiques, des médecins et des cancérologues de plusieurs pays critiquent la couverture peu précise du magazine L’Economiste sur les risques de la téléphone mobile et du sans fil. Appel à rétraction.
http://www.teslabel.be/PDF/Communique_de_presse_L_Economiste_et_la_verite_sur_les_radiations_microondes_emises_par_les_technologies_sans_fil_30-12-11.pdf
BRUXELLES, le 30 décembre 2011. Des experts en santé publique, en oncologie, en neurochirurgie, en génie électronique, en toxicologie, en cardiologie et en épidémiologie au Royaume-Uni, aux USA, en Finlande, en Suède, en Autriche, en République Slovaque et en Belgique ont publié une critique (en anglais le 28, en français ce jour) sur un article d’opinion publié dans le journal L’Economiste (3/9/11), « Worrying about Wireless » [Inquiétudes sur le sans-fil] ». Dans la critique, intitulée « L’Economiste – et la vérité sur les radiations micro-ondes émises par les technologies sans fil » les experts disent que L’Economiste n’est pas parvenu à fournir des informations critiques sur la question de santé publique émergente liée à la téléphonie mobile et aux technologies sans fil et qu'il doit à ses lecteurs une meilleure prise en compte de la science. Ronald B. Herberman, médecin, fondateur dirigeant émérite de l'Institut du Cancer à l'Université de Pittsburgh, président de la Fondation Santé-Environnement (Environmental Health Trust) et chercheur distingué en cancérologie, dit de l'article de l’Economiste, « dans le monde entier, le public a été induit en erreur par ce rapport. »

(...) « Un mauvais service a été rendu par une représentation imprécise de l’ensemble des données scientifiques qui, en réalité, montrent qu'il y a des effets biologiques liés aux radiations émises par les dispositifs sans fil, y compris des atteintes à l'ADN et des preuves d’un risque accru de cancer et d'autres effets importants sur la santé. » Le Dr Herberman ajoute, « Il conviendrait à l'Economiste qu’il corrige publiquement les erreurs faites dans cet article d’opinion non signé en publiant une rétraction – et en examinant comment un tel rapport scientifique imprécis et déséquilibré a bien pu être produit. »Lennart Hardell, médecin, PhD, professeur d'oncologie, au Centre médical Orebro à Orebro en Suède abondamment publié, neuro-cancérologue de renommée internationale, partage cet avis. Il dit, « L’Economiste a déformé la science qui montre des effets biologiques, des liens avec des cancers et des atteintes à l'ADN et à la fertilité masculine d'expositions aux radiations micro-ondes émises par des technologies sans fil. Étant donné la très large utilisation de téléphones mobiles et d'autres dispositifs sans fil à l'échelle mondiale, au nom de la santé publique je considère qu’il est essentiel que l’analyse de l'Economiste soit corrigée pour informer les lecteurs de façon adéquate sur les risques. » Les recherches de Dr Hardell ont trouvé à plusieurs reprises un risque accru de cancer cérébral chez les utilisateurs fréquents de téléphones mobiles et/ou des téléphones sans fil après une dizaine d’années d’utilisation. Les recherches de son équipe ont été citées en mai 2011 par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) attaché à l'Organisation Mondiale de la Santé dans la décision de référence de classifier les radiations sans fil comme « cancérigène possible » de Classe 2B. La promotrice de santé Deborah Kopald, MBA, indique, « Il est extrêmement difficile de convaincre des décideurs d'agir dans l'intérêt public et pour les parents et les éducateurs de prodiguer à ceux dont ils ont la charge des conseils appropriés quand ils peuvent faire référence à une publication prestigieuse fournissant la fausse assurance qu’il n’existe pas suffisamment de résultats scientifiques pour contraindre à des changements de comportement immédiats dans l'utilisation du sans fil. »

La journaliste d'investigation suédoise Mona Nilsson, dit, « La publication de l'article de l’Economiste Inquiétudes sur le sans-fil a été un jour triste dans le journalisme. Si nous ne pouvons pas avoir confiance dans les médias pour rendre compte de la science de façon précise et équilibrée sur un sujet aussi important, alors en qui pouvons-nous avoir confiance ? » Nilsson est la journaliste qui a révélé la nouvelle ayant conduit le Centre International pour la Recherche sur le Cancer (CIRC) à retirer de son panel d'experts en mai dernier Anders Ahlbom de l'Institut Karolinska après avoir appris qu’Ahlbom n'avait pas divulgué qu’il était membre du Conseil du cabinet de consultance de son frère, Gunnar Ahlbom AB, ayant des liens avec l'industrie des télécommunications. Les auteurs de la critique de l’Economiste, publiée aujourd'hui « L’Economiste – et la vérité sur les radiations micro-ondes émises par les technologies sans fil », sont des scientifiques en vue, des médecins et des cancérologues originaires de sept pays. Ils demandent à l'Economiste de corriger son article d’opinion non signé pour qu'il reflète plus précisément la gamme d'effets biologiques connus et les risques potentiels pour la santé des radiations du sans fil. CLIP - Voir ce complément de 6 pages à ce sujet: L’Economiste – et la vérité sur les radiations micro-ondes émises par les technologies sans fil

ENQUETE : Antennes relais : 2 fois plus de troubles du sommeil, 3 fois plus d'acouphènes, 7 fois plus de troubles de la concentration (24 Novembre 2011)
http://www.teslabel.be/antennes/211-antennes-relais-tout-le-monde-ne-dort-pas-sur-ses-deux-oreilles
Le mois dernier, l'Association Santé Environnement France, qui réunit plus de 2500 médecins, a lancé une enquête pour évaluer l'impact des antennes relais sur la santé des riverains. Aujourd'hui, l'association publie les résultats... Au cours du mois d'octobre, les médecins de l'association ont fait remplir des questionnaires de santé à 143 locataires des HLMs d'Aix-en-Provence et d'Aubagne. Ces HLMs ont été choisis pour la fertilité de leurs toits...qui abritent entre 12 et 14 antennes.... L'objectif ? Evaluer si ces dernières ont un impact sur la santé des riverains...Alors quels sont les résultats ? Prenons par exemple les acouphènes (sifflements, bourdonnements, etc.), 43% des personnes interrogées s'en plaignent - alors que seulement 15% des Français disent souffrir d'un tel problème !!! Idem pour les troubles du sommeil : 55% des locataires en souffrent, alors qu'on atteint seulement 32% sur la population globale.... Enfin, 27% des sondés avouent avoir du mal à se concentrer, alors que c'est le cas de seulement 4% des Français ! Fait troublant: 83% de ceux qui ont la chance de pouvoir partir en vacances voient leur(s) symptôme(s) disparaître au bout de quelques jours lorsqu'ils quittent leur domicile.... (...) Aujourd'hui, les résultats de cette enquête ne surprennent pas particulièrement le Dr Patrice Halimi, Secrétaire Général de l'ASEF et Chirurgien-Pédiatre à Aix-en-Provence. Il nous explique pourquoi : « Les résultats de cette enquête vont dans le sens de l'étude Bortkiewicz publiée en Pologne en 2004 ou encore de l'étude Abdel-Rassoul menée en Egypte en 2007 qui faisaient toutes deux le lien entre les troubles du sommeil et de la concentration et la proximité des antennes relais. On peut également évoquer l'étude Hutter réalisée par une équipe de chercheurs autrichiens en 2010 qui a démontré le lien entre antennes relais et acouphènes ... (Consulter les études) Les locataires que nous avons rencontrés ont l'impression qu'on se moque d'eux. On ne leur a pas demandé leur avis pour savoir s'ils étaient d'accord pour qu'on leur implante des antennes relais sur leur toit. Ils ne touchent même pas d'indemnités financières pour ça et pourtant ce sont eux qui prennent et assument le risque... C'est anti-démocratique. En tant que médecins, nous estimons qu'il n'y a pas ni patient, ni citoyen de seconde zone ». CLIP - NE PAS MANQUER DE CONSULTER LE Tableau des résultats de L'Enquête sanitaire sur l’impact des antennes relais ASEF – Novembre 2011

Cellulaires et antennes-relais: la prudence s’impose (13 octobre 2011)
http://www.protegez-vous.ca/sante-et-alimentation/cellulaires-antennes-relais-la-prudence-simpose.html
Santé Canada recommande à la population de limiter son exposition aux micro-ondes, tandis que la Commission scolaire de Montréal demande l'application du principe de précaution dans les écoles. CLIP

Pollution électromagnétique : risque de maladie d’Alzheimer, selon des données scientifiques incontournables (24 Novembre 2011)
http://www.teslabel.be/sante-publique/212-pollution-electromagnetique-risque-de-maladie-dalzheimer-selon-des-donnees-scientifiques-incontournables
Le professeur en cancérologie Dominique Belpomme met en garde : il n'y a plus de polémique scientifique à ce sujet, il n'y a qu'une polémique avec les opérateurs. Dans une interview sur France Inter (à écouter ICI - 4 min) le professeur en cancérologie Dominique Belpomme, enseignant à l'université Paris-Descartes, directeur de l'Institut de recherche européen sur le cancer et l'environnement (Eceri) et président de l'Association pour la recherche thérapeutique anticancéreuse (Artac), indique : "il est clair qu'il y a un lien entre les différentes pathologies énoncées et l'environnement.(...) "Le vrai problème c'est qu'il n'y a plus de polémique au niveau scientifique à ce sujet. Il n'y a qu'une polémique vis-à-vis des opérateurs qui nous disent que tous ceux-ci [les personnes intolérantes aux CEM] ne sont pas de vrais malades ou alors que ce sont des fous. Pas du tout, ce sont des gens qui sont comme vous et moi, tout à fait lucides, conscients et qui peu à peu, étant exposés à ces champs électromagnétiques, deviennent effectivement réellement malades ; ce sont de vrais malades qu'il va falloir prendre en charge, traiter, et surtout faire en sorte que cette maladie n'évolue pas vers un cancer. Vous savez que l'OMS vient de classer l'exposition non seulement aux basses fréquences et maintenant aux radio-fréquences dans le groupe 2B, c'est-à-dire la catégorie « probablement cancérigène ». Nous avons aujourd'hui six études internationales qui montrent qu'il y a un lien entre exposition prolongées aux champs électromagnétiques et maladie d'Alzheimer."Et d'ajouter que, "heureusement, le stade est réversible." Mais le professeur met également en garde : "Si nous continuons à aménager le territoire sans tenir compte des problèmes de santé publique, nous risquons une véritable catastrophe sanitaire. Et là je pèse mes mots en disant cela : il faut que les pouvoirs publics prennent conscience de la gravité de la situation actuelle et fassent qu'on n'installe plus une antenne à côté d'une crèche ou d'une école maternelle. Ceci est absolument inacceptable en termes de santé publique." CLIP

(VIDEO) ETUDE : Des rats exposés chroniquement à un faible niveau de micro-ondes perdent la mémoire et meurent prématurément
http://www.teslabel.be/antennes/216-etude-des-rats-exposes-chroniquement-a-un-faible-niveau-de-micro-ondes-perdent-la-memoire-et-meurent-prematurement
Fruit de plusieurs années de travail, Dirk Adang a défendu avec succès face à un jury de six professeurs spécialisés sa thèse de doctorat à l'Université Catholique de Louvain : une étude épidémiologique sur des rats libres de leur mouvement, soumis pendant 21 mois [**] 2 heures par jour, 7 jours sur 7 à des champs électromagnétiques de 27 Volt par mètre [***] continus (CW) ou pulsés (PW) de 970 Mhz ou 9,7 Ghz (CW).
Des valeurs d'exposition pourtant déjà nettement en dessous des standards de l'OMS de 41 V/m.
(...) Résultats :
1. L'exposition de rats à des CEM micro-ondes de 27 V/m, 2 heures par jour, 7 jours sur 7 pendant 21 mois a conduit à un DOUBLEMENT de la mortalité
2. Analyses sanguines : augmentation, dès 3 mois, des taux de monocytes (= les plus gros globules blancs du système immunitaire, précurseurs des macrophages).
Augmentation des taux d'autres globules blancs dès 11 mois. Hypothèse : réponse immunitaire à une agression extérieure.
3. Détérioration significative des capacités de mémorisation à long terme, soit après 15 mois d'exposition (non observé après 2 mois). CLIP

Antennes GSM : l'échec du 3 V/m bruxellois. Ecolo et MR pour le 0,6 V/m
http://www.teslabel.be/politique/106-antennes-gsm-lechec-du-3-vm-bruxellois-ecolo-et-mr-pour-le-06-vm
(...) Rappelons qu'à l'initiative de l'euro-parlementaire Frédérique Ries, le parlement européen a voté en 2009 à une écrasante (!) majorité une résolution pour une protection accrue en matière de nuisances électromagnétiques, en soulignant d'ailleurs explicitement ses préoccupations en matière de Wi-Fi et d'appareils DECT. Soyons cependant réalistes : cette résolution n'est jamais qu'une recommandation du Parlement à la Commission, et n'a aucune portée législative. Donc juste peut-être de quoi (tenter de) faire réfléchir nos parlementaires régionaux. Qu'il soit rappelé que pour les personnes souffrant d'électrosensibilité - et elles sont de plus en plus nombreuses - le niveau de 0,6 V/m, toutes ondes pulsées confondues, est lui-même insupportable et que des limites inférieures (0,1 à 0,2 V/m) devront rapidement être envisagées.

Mauvaises ondes pour la délibération (4 janvier 2012)
http://www.20minutes.fr/article/852321/mauvaises-ondes-deliberation
Cet après-midi, le maire (PS) de Varades va venir défendre, devant le tribunal administratif de Nantes, la délibération de son conseil municipal. Le texte, adopté le 6 septembre, limite à 0,6 volt/mètre la valeur-limite d'exposition (VLE) aux champs électromagnétiques des cinq antennes-relais de cette commune de 3 600 habitants, située près d'Ancenis. Une première en France, selon Robin des Toits. « Actuellement, les normes vont de 41 à 61 volts/mètre », explique Etienne Cendrier, porte-parole de cette association qui se bat « pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil ». « Ce sont des maximum inatteignables, qui permettent aux opérateurs de faire n'importe quoi... C'est comme si on disait de ne pas dépasser les 800 km/h sur autoroute. » CLIP

Cell phones as bad as x-rays
http://alternative-doctor.com/cell-phones-as-bad-as-x-rays/
Would you allow 1600 chest x-rays for yourself or your child? Some scientists say that’s what 24 hours of cell phone use amounts to. Here’s visual proof. (...) By 2010 there will be 31 million young cell phone users, 10.5 million of them pre-teens.(1) "Parents have made teens and their younger 8-12 year old siblings the fastest growing segment of the cell phone market," says Yankee Group, a consulting firm which promotes all things wireless.(2) In 2007, a Harris Interactive survey reported that American kids age 10-17 admit to using a cell phone an average of up to 3.75 hours per day.(3) A teen boasting five or more hours per day is not uncommon. As heavy users of wireless, these millions of idle, entertainment-starved kids are among the radiation industry’s most lucrative cash cows. But getting milked at an early age should garner hazard pay, according to thousands of scientific studies compiled over decades. There is ample evidence that kids who continually irradiate themselves with pulsing, ELF-embedded microwaves from wireless devices are being set up for general health degradation, severe nerve damage, mental incapacitation and life threatening tumors. CLIP

Liens vers divers documents scientifiques utiles sur les compteurs et le Wifi
http://whyfry.org/downloads/




8.

Georges Abiad d'Hydro s'est trompé - ou a-t-il menti?

Envoyé le 19 janvier 2012 par André Fauteux (info@21esiecle.qc.ca) à la suite de l'émission suivante de RDI - 24 heures en 60 minutes ...

Les compteurs intelligents d'Hydro-Québec représentent-ils des risques pour la santé?
http://www.radio-canada.ca/emissions/24_heures_en_60_minutes/2011-2012/
Note de Jean: Pour visionner le reportage, aller à l'émission du jeudi, 19 janvier, et cliquer sur "regarder l'intégrale" (seul moyen d'y accéder car Radio-Canada a choisi de ne pas mentionner dans le menu des reportages l'existence de celui-ci, ce qui est déplorable...) et sauter à 30 minutes et 30 secondes

Personnellement, j'ai trouvé que ce reportage fait avancer notre cause car tout le poids implicite des propos de l'animatrice Anne-Marie Dusseault (qui s'était fort bien préparée) témoignaient d'une méfiance et d'un scepticisme à l'égard des propos de M. Abiad. Ils ont perdu toute possibilité d'acceptabilité sociale et les propos au début du journaliste scientifique Michel Rochon, qui fait un excellent résumé de la problématique, ont selon moi scellé dans l'opinon des auditeurs la validité de nos craintes et de notre opposition.

Commentaire d'André Fauteux :

Pour être poli, je dirais que le directeur de l'infrastructure de mesure avancée d'Hydro-Québec est très mal informé par son personnel. 

Ce soir, à l'émission 24 heures en 60 minutes de Radio-Canada, il a affirmé que l'Europe a adopté les mêmes limites d'exposition aux micro-ondes que le Canada. Faux, car un nombre croissant de pays sont beaucoup plus prudents. Pour la fréquence 1800 MHz par exemple, la limite canadienne est de 10 millions de microW/m2 comme aux États-Unis vs 1,1 million en Belgique (sauf en Wallonie où c'est 24,000), 100,000 en Italie, en Russie et en Chine, et 95,000 en Suisse, au Luxembourg et au Liechtenstein! Source: Powerwatch.org.uk

Mon collègue Michel Rochon du Téléjournal a raison, la coupe déborde car nous sommes bombardés d'ondes qui s'empilent sans cesse, ce qui explique pourquoi de plus en plus de gens développent des symptômes d'électrosensibilité (qui n'est pas un diagnostic médical reconnu par l'OMS, mais reconnu comme un handicap en Suède). Environ 3 à 5% de la population est atteinte, mais au rythme où augmente l'exposition, 50% pourraient l'être en 2017, craint le médecin Gerd Oberfeld du Département de santé publique de Salzbourg, en Autriche, qui a adopté les limites d'exposition les plus sévères en Europe sinon au monde.

M. Abiad trompe aussi le public en disant qu'un cellulaire expose davantage les gens aux micro-ondes. Ça dépend de votre usage du cellulaire, de la proximité et des émissions du compteur intelligent. 

L'industrie ne compare pas des pommes avec des pommes. C’est que les cellulaires irradient principalement la tête et ne sont en général utilisés que 1 % du temps en moyenne, alors que les compteurs électroniques exposent tout le corps et ils seront nombreux à émettre sur de longues distances de façon ponctuelle ou fréquente, voire constante, selon les besoins. Si on tient compte de l’exposition totale du corps, de la proximité du ou des compteurs et de la durée de l’exposition, la dose sera 2 à 160 fois plus élevée qu’avec un cellulaire situé à trois pieds du compteur en fonction du nombre de fois que le compteur émet quotidiennement, selon le commentaire formulé par Daniel Hirsch, expert en politique nucléaire à l’Université de la Californie, à la California Council on Science and Technology.

Or, une douzaine d’études ont déjà indiqué que les gens qui utilisent leur cellulaire régulièrement depuis au moins 10 ans augmentent leur risque de cancer du cerveau (le plus souvent le risque est doublé).

André Fauteux, éditeur
La Maison du 21e siècle




9.

Deux extraits d'articles jetant un éclairage lucide sur la désinformation systématique sur les compteurs idiots

The battle against Smart Meters continues…but don’t count on your public officials to help you (January 8, 2012)
http://ppjg.wordpress.com/2012/01/08/6000/
News is coming in across the country regarding the fight against smart meters. If ever there was an indicator that not only does our government not work for the people, but that they have absolutely no interest in what the general population thinks or wants the smart meter issue has got to top the list. After being exposed personally to the smart meter scam, I began calling senators and representatives not only here in my state, Minnesota, but in other states as well just to get their response. Without exception this is what I was told in every instance of contact in exactly this order: I never heard of smart meters… what are they? We haven’t had any other complaints about smart meters. Smart meters are no worse than your cell phone. (false) There is no credible evidence that says these meters are dangerous. (false) This is a legal issue…hire an attorney. We only make the laws so we don’t get into legal issues. There is nothing we can do for you. Go back to your city council. What are the chances? What do you think the chances are that without exception absolutely every senator or representative office we contacted would say exactly the same things, in exactly the same order….unless they were following a carefully prepared script provided to them? CLIP

The Green Sheen Wearing Thin – How Corporate Environmental Organizations are Providing Cover for the Mounting Ecological Catastrophe of the “Smart Grid” by Joshua Hart, MSc – Stop Smart Meters!:
http://ow.ly/8CthC
(...) The truth- if the Sierra Club leadership would care to look past utility misrepresentations- is that ‘smart’ meters emit a whole lot more than ‘barely measurable EMF’s.’ According to an analysis by UC Nuclear Policy Lecturer Daniel Hirsch, the meters emit approximately 100-150 times the cumulative, full body microwave radiation exposure of a cell phone. And there is increasing evidence that cell phones are causing brain tumors. On May 31st the World Health Organization placed wireless non-ionizing radiation into carcinogen category 2B- shattering any notion of the safety of wireless tech (WHO press release pdf).

A study carried out by the National Institutes of Health (NIH) and published in the Journal of the American Medical Association (JAMA) found that cell phones increased glucose metabolism in the brain, adding more evidence that microwaves can disrupt biological systems even at sub-thermal levels. There is also evidence that the series of microwave spikes emitted by “smart” meters are more harmful than continuous exposure.
There are growing rumblings that the sudden proliferation of radiation in our environment is opening up a Pandora’s box of unknown, and in some cases terrifying health effects, such as television personalities like Judge Judy suddenly suffering severe speech impediments around areas of strong wireless signals.

It appears that thousands of people are being sickened by strong pulses of microwave radiation from ‘smart’ meters, as well as radiation from cell towers, wifi base stations, and other sources. There are hundreds of firsthand reports of increasing electro-sensitivity from ‘smart’ meters– potentially from both the microwave radiation and from the powerful high-frequency currents that the meters’ switching mode power supply add onto the wiring of our homes.

But what about animals and plants who can’t voice their agony or tell us they are being injured? From severe systemic stress response from tomato plants exposed to sub-thermal levels of microwaves, to evidence that tadpoles suffer high mortality when exposed to cell phone tower radiation, the evidence of harm is as extensive as it is disturbing. Many species (including humans) have a substance called magnetite in their brain to navigate using the Earth’s natural magnetic field. There is growing evidence that artificial EMFs can interfere with this ability and disorient species like birds, bats and bees. Combined with climate disruptions and chemical pollution, the cumulative impact is likely to devastate many species.  CLIP




10.

Tiré de http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/340571/hydro-n-a-toujours-pas-justifie-son-recours-aux-compteurs-intelligents

Hydro n'a toujours pas justifié son recours aux compteurs intelligents

Louis-Gilles Francoeur - 19 janvier 2012

Hydro-Québec n'a encore offert aucune justification sérieuse devant la Régie de l'énergie pour expliquer les raisons qui l'amènent à installer des compteurs dits «intelligents» dans 3,7 millions de foyers québécois, ont affirmé hier plusieurs groupes environnementaux et sociaux en conférence de presse à Montréal.

La démonstration réclamée d'Hydro-Québec à trois semaines de l'audience qui sera consacrée au dossier, ont-ils dit, doit être centrée sur la nécessité d'obtenir des informations quotidiennes, voire horaires, sur la consommation des clients québécois par l'entremise d'un septième réseau d'émetteurs de radiofréquences et d'antennes-relais dans les maisons et les quartiers de tout le Québec, en plus de ceux des géants des télécommunications.

L'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), le groupe Stratégies énergétiques et Sauvons nos enfants des micro-ondes (SEMO), en plus du comité d'opposants en gestation dans le quartier Villeray estiment que la société d'État aurait pu songer à des technologies moins invasives dans la vie personnelle des gens et surtout plus sécuritaires pour la santé publique.

Selon le Collectif SEMO, «comparés au téléphone cellulaire de base, les besoins en puissance des micro-ondes pour alimenter des appareils cellulaires dits intelligents sont 24 fois supérieurs, et pour les tablettes [iPad], ils sont supérieurs de 120 fois».

Six fois seulement

Ces groupes exigent la suspension du programme en cours tant que la société d'État n'aura pas démontré que ses nouveaux compteurs ne vont émettre des radiofréquences que six fois par jour, comme elle le prétend.

Comme le révélait récemment Le Devoir, des mesures effectuées par le spécialiste en électromagnétisme, Stéphane Bélainsky, ont plutôt démontré que les compteurs installés dans le cadre des trois projets-pilotes complétés — dans Villeray, à Montréal, à Boucherville et à Magog — émettent plutôt entre 1440 et 2880 fois par jour. De plus, ce système d'émissions à intervalles courts augmenterait certains risques de cancer. Comparée à un téléphone cellulaire de base, ont affirmé les groupes hier, la densité de puissance à un mètre «dépasserait, selon le compteur utilisé, de 671 à 4980 fois la recommandation d'exposition extérieure» de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe.

Les groupes ont insisté sur le fait qu'Hydro-Québec se cache derrière la norme dite du «Code de sécurité 6» en vigueur au Canada, 6000 fois plus tolérante que la norme européenne, laquelle tient compte des impacts biologiques des radiofréquences.

Sans une justification stricte de la nécessité d'avoir des rapports horaires par un réseau de radio-fréquences de la consommation individuelle des clients hydro-québécois, on peut se demander, estiment les groupes, quand Gaz Métropolitain ou les pétrolières réclameront les mêmes renseignements, une intrusion dans la vie personnelle des gens jugée inacceptable en plus de les exposer involontairement à des champs électromagnétiques dont les impacts inquiètent de plus en plus la vaste majorité des chercheurs indépendants de l'industrie des télécommunications.




11.

Tiré de http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/archives/2012/01/20120111-073435.html

Compteurs intelligents: Saint-Colomban demande un moratoire

11 janvier 2012

Par Héloïse Archambault | Journal de Montréal

La Ville de Saint-Colomban, dans les Laurentides, emboîte le pas aux abonnés d'Hydro-Québec opposés aux compteurs intelligents et exige un moratoire sur leur installation.

«On voyait qu'il y avait de l'opposition, on s'est informés, et on a convenu qu'on n'était pas d'accord avec le projet», indique le maire, Jacques Labrosse.

En novembre dernier, Saint-Colomban est devenue la première ville à adopter une telle résolution. Elle s'est inspirée de la pétition déposée à l'Assemblée nationale, qui exige un moratoire sur l'installation des compteurs de nouvelle génération. Celle-ci a récolté plus de 4700 signatures jusqu'ici.

La santé et l'argent

Quant aux raisons qui ont poussé la ville à prendre une telle décision, le maire soulève des interrogations liées aux impacts des ondes sur la santé et sur les coûts du projet.

«On a des doutes sur les conséquences sur la santé, et tôt ou tard, ce sont les abonnés qui vont payer, dit-il. J'espère qu'Hydro-Québec va prendre ça en considération.»

De son côté, Hydro-Québec indique qu'une rencontre aura lieu, le 18 janvier, avec les citoyens de la MRC Rivière-du- Nord afin d'expliquer le projet.

Rappelons que la société d'État compte installer 3,8 millions de compteurs intelligents partout au Québec, d'ici 2017.

Effet «boule de neige»?

Par ailleurs, d'autres municipalités seront incitées à entériner une résolution semblable bientôt.

Résident de North Hatley, François Drouin a préparé une trousse d'information pour aider les citoyens à demander à leurs élus d'exiger un moratoire.

«Si les gens ont les outils en main pour demander un appui à leur conseil, c'est plus facile, et ça permet de structurer les actions. Je crois qu'il y aura un effet boule de neige dans les villes.»

Ce dernier présentera d'ailleurs une demande de résolution dans sa municipalité la semaine prochaine.

C'est disponible aussi au http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2012/01/20120111-082100.html




12.

Tiré de http://www.lerefletdulac.com/Actualites/Actualite-regionale/2012-01-11/article-2860475/Des-compteurs-intelligents-d&rsquoHydro-Quebec-qui-sement-la-peur/1

Des compteurs intelligents d’Hydro-Québec qui sèment la peur

Par Alain Bérubé - 11 Janvier 2012

Ayant quitté Montréal pour Sutton l’an dernier, Kathya Heppell affirme que ses problèmes de santé liés à l’«électrosensibilté» ont baissé de beaucoup. Elle craint cependant comme la peste l’arrivée imminente des compteurs intelligents d’Hydro-Québec. «Si un tel dispositif est installé chez moi, je serai morte au maximum trois semaines plus tard», clame-t-elle.

Trois régions pilotes, soit Boucherville, le quartier montréalais de Villeray et Canton de Potton (1757 compteurs), ont été désignées par Hydro-Québec afin de tester ces compteurs qui établiront partout en province, d’ici 2017, la consommation d’électricité à distance.

«La moitié de notre parc de 3,8 millions de compteurs a atteint la fin de sa vie utile. Nos factures pourront être émises à partir de données réelles, sans avoir à déranger le client. On pourra aussi détecter les pannes et rétablir le courant à distance», affirme Danielle Chabot, porte-parole d’Hydro-Québec.

Cette dernière soutient qu’Hydro-Québec agit en toute sécurité dans ce dossier.

«Le niveau d’exposition d’une personne située à un mètre d’un tel compteur est d’environ 23 000 fois inférieur aux limites fixées de Santé Canada. Nous agissons de manière rigoureuse et le projet-pilote nous permet de procéder au besoin aux ajustements nécessaires», dit-elle.

Cette nouvelle est mal accueillie par Mme Heppell, qui soutient être très sensible aux sources d’émissions életromagnétiques telles les ondes cellulaires et le Wifi (Internet sans fil).

«Aux États-Unis, où des compteurs intelligents ont été implantés, bien des gens affirment avoir des nausées, des migraines ou de l’insomnie depuis leur implantation», établit-elle.

Âgée de 51 ans, cette Suttonaise a pris la décision de quitter Montréal après avoir lu plusieurs articles sur l’«électrosensibilité», afin que sa santé cesse de se dégrader.

«Les médecins me prescrivaient des antidépresseurs et divers médicaments, mais je savais que ça ne servait à rien. Avant de quitter la métropole, j’ai même eu des palpitations cardiaques et de l’acouphène. Dès mon arrivée à Sutton, j’ai retrouvé la forme. Mais récemment, en visitant une maison à Potton, j’ai été très malade, pour apprendre plus tard que c’était à cause du compteur intelligent installé à proximité. J’ai peur que mes problèmes de santé soient de retour», relate-t-elle.

Mobilisation

François Drouin, un père de famille de North Hatley, est le coordonnateur des actions et de la mobilisation pour la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique (CQLPE). Il a entamé entre autres une série de conférences sur les dangers potentiels des compteurs intelligents d’Hydro-Québec.

«Avec les nombreux témoignages que nous recevons, ce n’est plus du domaine de l’intuition. Il faut prendre le dossier très au sérieux et exiger un moratoire au Québec. Ailleurs, certains compteurs ont même explosé après leur installation», soutient M. Drouin.

Ce dernier invite la population à manifester son désaccord par le biais d’une pétition - appuyée par le député provincial de Mercier, Amir Khadir - en ligne sur le site de l’Assemblée nationale du Québec. Un bulletin d’information virtuel et un profil Facebook sont également accessibles.

«Il ne faut pas revivre ce qui s’est passé en Californie, alors que des milliers de témoignages prouvent que ce type de compteurs intelligents peut être nocif pour l’être humain. Notre coalition est d’ailleurs prête à travailler de concert avec Hydro-Québec afin de trouver des solutions», lance-t-il.

Kathya Heppell croit que l’«électrosensibilité» doit être reconnue comme une maladie au Québec.

«Ici, on est en retard par rapport à l'Europe. Il faut opter plus que jamais pour la technologie du câble, beaucoup moins nocive pour la santé», lance-t-elle.

Des conférences animées par M. Drouin auront lieu le mercredi 18 janvier, dès 19h, à la Salle Alec et Gérard Pelletier de Sutton ainsi qu’au Centre Saint-Pierre de Montréal (1212, rue Panet), le 25 janvier à la même heure. La Coalition souhaite créer un comité-citoyen pour la région de Sutton.

Information : www.cqlpe.ca.




13.

Tiré de : http://www.radio-canada.ca/regions/estrie/2012/01/12/006-moratoire-compteurs-intelligents-hydro-quebec.shtml

Les compteurs intelligents d'Hydro-Québec font craindre des problèmes de santé

12 janvier 2012

Plusieurs voix s'élèvent pour demander un moratoire afin que soit évalué l'impact des radios-fréquences sur la santé.

Ces craintes découlent de l'installation, par Hydro-Québec, de nouveaux compteurs intelligents. Les audiences publiques de la Régie de l'énergie pour déterminer s'il faut autoriser ou non la société d'État à utiliser ces nouveaux compteurs auront lieu en février.

Le technicien en hygiène électromagnétique, Stéphane Bélainsky, considère que les normes de Santé Canada en matière de radio-fréquences sont désuètes.

« Les normes en vigueur sont basées sur les effets thermiques. Aucun effet biologique ne peut être considéré si on ne chauffe pas à distance, un peu comme le cas d'un micro-ondes. Ce n'est pas ce qu'on constate sur le terrain, ni dans les milliers d'études indépendantes. Des milliers de chercheurs prétendent le contraire et l'Organisation mondiale de la santé a classé ce type d'ondes Classe 2B, donc possiblement cancérigènes », soutient-il.

M. Bélainsky dit rencontrer de nombreuses personnes hypersensibles aux fréquences, qui souffrent d'insomnie, de maux de tête et de fatigue, notamment.

Une pétition est en ligne et une manifestation se prépare pour le 5 février à Montréal, Québec et Sherbrooke.
Actuellement, la nouvelle génération de compteurs est mise à l'essai dans le cadre d'un projet pilote mené dans le quartier Villeray à Montréal, à Boucherville, ainsi qu'en Estrie dans le Canton de Potton, à Eastman et à Bolton-Est.

Selon Hydro-Québec, ces nouveaux compteurs sont inoffensifs et n'émettent pas une quantité importante de radios-fréquence. « Hydro-Québec se conforme aux normes de Santé Canada, d'Industrie Canada et de Mesure Canada. Ce sont des experts qui ont fouillé le dossier et qui ont fait des études de plusieurs années qui ont émis un avis public qui affirme que ça n'a aucun danger sur la santé. Nos tests préliminaires sur le terrain confirment que les compteurs sont des milliers de fois sous les normes », soutient la porte-parole d'Hydro-Québec, Danielle Chabot.




14.

Le Dr Michel Plante, médecin-conseil à Hydro-Québec depuis 1982, nage en plein conflit d'intérêts

À noter : En 2008, il a offert son expertise de façon ponctuelle à Rogers Communications inc. (Source)

Analyse proposée par André Fauteux (info@21esiecle.qc.ca) démontrant les conflits d'intérêts qui règnent dans certains milieux scientiques et établissant l'influence occulte de puissants intérêts financiers qui font tout pour empêcher que soient resserrées les normes (Code de sécurité 6) dont dépendent la santé et la sécurité du public. Une autre sombre affaire de collusion révoltante qu'il est urgent d'amener au grand jour afin d'y mettre un terme. Rappelons que le fameux Dr. Plante dont il est question ci-dessous est à l'emploi d'Hydro-Québec depuis 25 ans pour faire la job de désinformation qui permet à Hydro de poursuivre impunément le déni de toute conséquence pour la santé humaine des micro-ondes émises par ses compteurs électropolluants de marque Itron, Landis+Gyr et (prochainement) Elster.

CEM et conflit d'intérêts entre l'OMS et Hydro-Québec : qui sont Michael Repacholi et Michel Plante?

Extrait de mon Gro Harlem Brundtland est électrohypersensible

Qui est Michael Repacholi ?

En 1997, le Dr en biologie Michael Repacholi fut le premier scientifique à découvrir que les ondes émises par un téléphone cellulaire augmentaient le risque de cancer chez des souris. À la demande du fabricant de cellulaires Telstra, qui finançait l’étude, il a tenu ses conclusions secrètes pendant deux ans, selon Microwave News.

Avant de diriger pendant dix ans le Projet de recherche international sur les CEM (Projet CEM) de l’OMS, il fut témoin expert en faveur de compagnies d’électricité publiques. « Tous les honoraires étaient payés par mon employeur, l’Hôpital Royal d’Adelaïde, en Australie du Sud », a-t-il tenu à préciser à La Maison du 21e siècle par courriel. Depuis qu’il a quitté l’OMS, il est de nouveau consultant pour l’industrie électrique.

Les recommandations du Projet EMF de l'OMS ont été fortement critiquées, car la moitié des membres de son groupe de travail provenaient de l’industrie, dont Michel Plante, un médecin à l’emploi d’Hydro-Québec impliqué dans une controverse avec des chercheurs de l'Université McGill qui avaient publié une étude historique très embarrassante pour la société d'État (Hydro-Québec bars further work on Transient data by McGill University). En 2005, Dr Plante fut l'une des cinq sources industrielles consultées par Repacholi dans l'élaboration de nouveaux critères de santé environnementale en matière de CEM. Michael Repacholi fut le président fondateur, en 1992, et est aujourd’hui président émérite de l’International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection (ICNIRP), l’organisme qui a établi les normes d’exposition aux CEM adoptées par la majorité des pays. En plus de Michel Plante, plusieurs membres de l’ICNIRP financés par l'industrie siégeaient à son groupe de travail sur les CEM, à l’OMS, et étaient des critiques notoires des études ayant établi des liens entre l’exposition aux CEM et divers problèmes de santé.

Recommandations contestées

Les limites d’exposition du public recommandées par l’ICNIRP mettraient la santé publique en péril et seraient jusqu’à 1 000 fois trop laxistes, car elles ignorent les risques à long terme, comme celui d’être atteint d’un cancer, estime le médecin en santé publique et expert en CEM David O. Carpenter, de l’université d’Albany (New York), dont il a fondé l’école de santé publique, et co-auteur du fameux rapport BioInitiative dont s'est inspiré le Conseil de l'Europe pour prôner l'application immédiate du principe de précaution en matière de CEM. Par exemple, selon le site britannique Powerwatch, pour la fréquence 1 800 mégahertz, la limite de l’ICNIRP et de l’OMS est de 9 millions de microwatts par mètre carré (ou 58 volts par mètre), comparativement à 10 millions µW/m2 au Canada (Code de Sécurité 6), 1 000 µW/m2 en Italie et 1 µW/m2 (0,02 V/m) dans les bâtiments à Salzbourg, en Autriche.

Pour en savoir davantage sur Repacholi et Plante, lire
Conflit d’intérêt et partialité chez les comités consultatifs de la santé.
Une étude de cas du groupe de travail sur les CEM à l’OMS

Extrait :

L'article de Microwave News souligne qu'un nombre de chercheurs indépendants furent impliqués dans la préparation et la relecture de l'avant projet, mais il fut « très inhabituel sinon sans précédent pour un document pour la santé venant de l'OMS d'être relu par autant de personnes qui ont de tels liens forts avec l'industrie impliquée ». (13)

Un exemple de l'opinion des relecteurs (critiques) de l'industrie, cherchant à minimiser les dangers potentiels pour la santé se trouve dans les commentaires de Michel Plante, représentant d'Hydro-Québec :

"Toute la section sur le cancer semble plutôt être une tentative désespérée pour maintenir d’actualité quelques associations statistiques positives d'études épidémiologiques plutôt que la présentation des faits et d'arguments honnêtes pour et contre la carcinogenèse". (14)

Le rôle de Plante comme protecteur des intérêts de son employeur en niant le lien avec les CEM fut amplement démontré dans son implication comme représentant de Hydro-Québec en supprimant les données de dommages potentiels dans l'étude épidémiologique faite par le Dr Gilles Theriault et al. de l'université Mc Gill et financée par Hydro-Québec. L'analyse initiale des données collectées de 3 unités (usines) électriques trouva que les travailleurs qui avaient eu les expositions les plus grandes aux champs magnétiques avaient 12 fois plus de chance que celle pouvant être attendue d'avoir des astrocytomes, un type de tumeur du cerveau, ceci basé sur un petit nombre de cas. (15)

Plus tard, dans une nouvelle analyse des données (16), en regardant les courants transitoires de hautes fréquences (HFT), le groupe Mc Gill trouva jusqu'à 10 fois plus de risque de développer un cancer, avec une réponse très claire à l'exposition, parmi les travailleurs fort exposés dans les usines. (17)

Lorsque le groupe de Gilles Theriault de Mc Gill voulut pousser les analyses des données des HFT pour d'autres associations, Hydro-Québec qui finançait l'étude avec 3 millions de dollars canadiens et par conséquent était propriétaire des données collectées refusa tout accès ultérieur aux données. Plante disait à l'époque que « nous avons un problème de contrat qui doit être résolu et il n'y aura pas de nouveau mandat tant qu'il ne sera pas résolu». Plante soutenait qu'en publiant les découvertes sur les HPT, Thériault avait violé le contrat avec les services utilitaires de l'électricité. Plusieurs chercheurs expérimentés sur les CEM et des épidémiologistes considéraient les données des HFT comme ayant des implications importantes et nécessitaient des analyses ultérieures par d'autres chercheurs. (18) Tout comme en octobre 2005, les données du HFT Hydro-Québec continuèrent à être supprimées de toute analyse ultérieure de la communauté scientifique – et Plante en tant qu'homme de Hydro-Québec au centre de cette suppression fut demandé par Repacholi pour revoir l'évaluation du risque dans les Critères pour la Santé Environnementale de l'OMS.
On ne sait pas lors des meetings s'il fut posé à Plante des questions sur l'association statistique positive concernant les données des HFT d'Hydro-Québec, mais il aurait pu répliquer que ce n'était pas important parce que cela n'avait pas encore été répliqué !

Extrait d'une entrevue que le Dr Thériault m'accordait en 1995:

Hydro-Québec refuse de reconnaître l’intérêt des résultats «bouleversants» et «rarement vus au cours d’une carrière d’épidémiologiste», obtenus au cours d’une recherche majeure sur les champs électromagnétiques à l’université McGill. «C’est bizarre que les portes se ferment quand on commence à voir un peu de lumière au bout du tunnel», déplore le chercheur Gilles Thériault. «Je trouve cela malheureux qu’Hydro-Québec minimise nos observations et refuse que nous poursuivions nos recherches. C’est une situation terrible pour un chercheur.»




15.

Tiré de http://www.sagessedevie.fr/blog/tag/syndrome-dintolerance-aux-champs-magnetiques/

Electro Hyper Sensibilité et électrosensibilité

15 novembre 2011

Notre cœur, notre cerveau, nos muscles sont tous commandés par des signaux électriques. Chacune de nos cellules possède de petites piles électriques appelées mitochondries, considérées comme leur centrale énergétique. C’est grâce à ces impulsions électriques que notre organisme peut fonctionner. Le rôle physiologique des mitochondries est donc primordial pour le bon fonctionnement de l’organisme.

Au cours des dernières décennies, tous les champs électriques et électro magnétiques ont été multipliés sur notre planète Terre par des centaines, voire par des milliers. Ce nouvel environnement électro magnétique saturé modifie considérablement les informations électriques intervenant dans le fonctionnement du corps humain. Notre organisme n’y est pas préparé et n’a pas eu le temps de s’y adapter.

Dans les années 1950, les Russes après des études scientifiques poussées, avaient déjà adopté des normes très inférieures à celles autorisées officiellement en Europe occidentale. Ils s’interrogeraient même aujourd’hui pour savoir si elles ne sont pas encore trop hautes !

Le portable est interdit en Russie pour les moins de 12 ans et il y est préconisé d’espacer les conversations téléphoniques, recommandées de courte durée, d’un espace de ? d’heure.

Les Russes estiment toujours, malgré plusieurs demandes des pays occidentaux, qu’il n’est pas possible de diminuer le niveau d’exigence concernant les seuils qu’ils ont définis.

Une partie de la Suisse s’est alignée sur les mêmes normes.

Déjà en 1967, le Docteur Jean-Pierre Maschi avait créé le terme « pollution électromagnétique » afin de décrire le phénomène qui était responsable pour lui de différentes pathologies de civilisation (affections nerveuses, cardiaques, rhumatismales….).

En 2005, l’OMS (Organisation Mondiale pour la Santé) mentionnait:

« Depuis quelque temps, un certain nombre d’individus signalent divers problèmes de santé qu’ils attribuent à leur exposition aux champs électro-magnétiques. Si certains rapportent des symptômes bénins et réagissent en évitant autant qu’ils le peuvent ces champs, d’autres sont si gravement affectés qu’ils cessent de travailler et modifient totalement leur mode de vie. Cette sensibilité présumée aux champs électro-magnétiques est généralement appelée « hypersensibilité électromagnétique ».

Différentes terminologies existent, selon le cas de gravité, comme Electro Hyper Sensibilité (EHS) ou Syndrome EHS ou Hypersensibilité électromagnétique (HSEM) ou électro-sensibilité, ou électro-hypersensibilité ou ou Syndrome d’intolérance aux champs électro-magnétique ou SICEM).

Les personnes EHS et les électro-sensibles sont fortement gênées par les sources d’exposition aux champs électromagnétiques (ampoules fluocompactes, marché en pleine expansion, qui génèrent de puissants champs électromagnétiques, lignes THT, …). par les micro-ondes (hyperfréquences) pulsées en extrêmement basses fréquences (ELF) de type téléphonie mobile (téléphone portable, antennes-relais, Wifi, technologie qui utilise les mêmes fréquences que les fours à micro-ondes et qui transforme les locaux en méga-fours à cuisson lente de tout ce qui est hydraté, sachant que l’être humain est composé de 70% de liquides, on peut se poser de légitimes questions), téléphone sans fil DECT, Bluetooth, les moniteurs d’ordinateur, le WiMAX , les transformateurs électriques, la technologie CPL, les néons, des lignes de train/tram, des écrans de TV, des appareils électriques et d’éclairage, les équipements électroniques des voitures.

L’actuelle multiplication des panneaux photo voltaïques ne devrait pas améliorer la situation, notamment pour les personnes dont la chambre à coucher se trouve sous l’endroit où sont les panneaux et du fait des inter-actions avec le Wifi domestique. Le CRIIREM (Centre de Recherches et d’Information Indépendant sur les Rayonnements) a notamment pris des mesures, sous ces panneaux qui font ressortir l’existence d’un champs électro magnétique ; le CRIIREM recommande en conséquence, de placer l’onduleur loin des pièces de vie, appareils électriques ou animaux dans un élevage.

Les symptômes souvent observés sont parmi les suivants : fatigue extrême, troubles du sommeil, symptômes de fibromyalgie, maux de tête, nervosité/angoisse, troubles importants de la mémoire à court terme et de la concentration, palpitations cardiaques, hausses de tension artérielle, acouphènes, oreilles qui chauffent, vertiges, nausées, irritations des yeux, nez bouché ou encombré, irritabilité, picotements, brûlures, douleurs musculaires et articulaires, éruptions cutanées, phénomènes inflammatoires, symptômes neurasthéniques.

Dans une étude récente, avec expérimentation en double aveugle, le Professeur Magda Havas, de l’Université de Trent, au Canada, a démontré que les téléphones sans fil DECT, lesquels transmettent un signal pulsé, peuvent provoquer un changement spectaculaire du rythme cardiaque (publiée dans le Journal Européen d’Oncologie).

Au Japon, il est interdit d’utiliser son portable à bord des trains car le portable exerce son champ d’action non seulement sur l’utilisateur, mais également sur tout son voisinage. En Grande-Bretagne, une étude de scientifiques, constituée par le gouvernement autour du thème « Téléphonie mobile et santé » a conclu que les portables sont particulièrement nocifs pour les enfants « du fait de leur système nerveux en croissance ».

Les symptômes variant d’une personne à l’autre, très fréquemment, la personne atteinte sera soignée pour l’un ou l’autre de ceux-ci, sans que son état puisse s’améliorer. Fréquemment, c’est la personne elle-même, qui fera son auto-diagnostic, constatant l’aggravation de ses symptômes, du fait de la présence de champs magnétiques pulsés que son corps ne supporte plus.

Les symptômes passagers peuvent évoluer vers la chronicité, avec des conséquences diverses. Les personnes EHS sont contraintes de pratiquer l’évitement au maximum des sources de champs électro magnétiques, ce qui est une contrainte quasi impossible à respecter à 100% dans la vie quotidienne urbaine actuelle ; dans les cas les plus sévères, les personnes sont si atteintes, qu’elles vont devoir s’isoler, car les douleurs s’accroissent et deviennent intolérables, la mémoire dans le court terme n’est plus au rendez-vous, elles ne parviennent plus pour certaines à terminer leurs phrases, la fatigue est inextinguible. Certaines personnes doivent cesser de travailler et leur mode de vie au quotidien est totalement remis en cause. Elles vivent dans l’incompréhension de l’entourage familial et professionnel et la non reconnaissance du monde médical, ce qui bien entendu aggrave considérablement leur isolement psychologique et affectif. Pour l’OMS, environ 10 % des cas signalés d’électro-sensibilité ont été considérés comme graves.

En Suède, l’EHS est officiellement considérée comme handicap fonctionnel, en Angleterre, il est reconnu officiellement comme maladie.

En 2006, un calcul prospectif a été fait sur l’évolution de ce syndrome sur la base des populations EHS connues en Europe ; il indique que d’ici 2017, 50% des gens seraient susceptibles de devenir électrosensibles.

Le rapport Bioinitiative publié en 2007, passait déjà en revue sur 600 pages, plus de 1 500 publications internationales qui apporteraient des preuves scientifiques concernant les conséquences sanitaires des champs électromagnétiques, à savoir notamment stress cellulaire, risques de tumeurs au cerveau ou de leucémies, génotoxicité. Ce rapport concluait que les normes en vigueur étaient inadaptées et préconisait des valeurs inférieures.

Le Centre International de Recherche sur le Cancer a publié le 9 octobre 2008, un rapport intermédiaire d’une grande étude Interphone, première étude épidémiologique de grande ampleur, qui a confirmé les risques d’augmentation des cas de cancers et de tumeurs liés à l’utilisation des téléphones portables.

Les études y indiquent clairement que les dangers sont avérés, en particulier en ce qui concerne le gliome et le neurinome de l’acoustique, avec un risque significativement accru du fait de l’utilisation de téléphones portables sur une période de 10 ans ou plus, du côté de la tête où la tumeur s’est développée.

En 2008 également, dix-neuf scientifiques, pour la plupart cancérologues avaient lancé un appel, car ils pensent que le risque est trop important pour être couru. Thierry Bouillet, cancérologue à l’hôpital Avicenne de Bobigny, signataire de l’appel indique : « Nous sommes aujourd’hui dans la même situation qu’il y a cinquante ans pour l’amiante et le tabac, soit on ne fait rien, et on accepte un risque, soit on admet qu’il y a un faisceau d’arguments scientifiques inquiétants. »

Les signataires de l’appel parmi lesquels le professeur Henri Pujol, président de la Ligue nationale contre le cancer, ont notamment insisté sur les risques pour les jeunes, plus sensibles à la pénétration des ondes.

L’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe , dans une résolution du 11 mai 2011, s’appuyant sur un rapport complet de la Commission de l’environnement, de l’agriculture et des questions territoriales, stipule à l’alinéa 8 1 4 qu’il est nécessaire « de porter une attention particulière aux personnes «électrosensibles» atteintes du syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques et de prendre des mesures spéciales pour les protéger, en créant par exemple des «zones blanches» non couvertes par les réseaux sans fil. »

Une «zone blanche», zone de très faible exposition aux ondes de la téléphonie mobile, est le seul espace dans lequel les personnes EHS, trouvent des conditions de vie supportables. Régulièrement des associations se constituent autour de la création de telles zones.

Dans le rapport pré-cité de la Commission de l’environnement, de l’agriculture et des questions territoriales,, il est notamment indiqué que certaines fréquences non ionisantes, que ce soient les extrêmement basses fréquences, les lignes électriques ou certaines ondes à haute fréquence utilisées dans le domaine des radars, de la télécommunication et de la téléphonie mobile, auraient des effets biologiques non thermiques potentiels plus ou moins nocifs sur les plantes, les animaux, les insectes et l’organisme humain dans des cas d’exposition à des niveaux inférieurs aux seuils officiels.

En conséquence, le Rapport préconise d’appliquer le principe de précaution et revoir, en conséquence, les valeurs seuils actuelles car le fait d’attendre d’avoir des preuves scientifiques et cliniques solides avant d’intervenir est susceptible d’entraîner des coûts sanitaires et économiques très importants, comme cela a déjà été le cas dans le passé avec l’essence au plomb, le tabac et l’amiante.

Quand de surcroît, les forfaits de téléphone mobile proposés sont maintenant illimités en durée, on peut se poser des questions sur les lendemains des plus jeunes notamment.

Les assureurs, eux-mêmes, se montrent très prudents. En effet, la plupart d’entre eux ont exclu de leurs contrats destinés à assurer les particuliers et les entreprises, les risques potentiels liés aux ondes électromagnétiques. Les assureurs redoutent ce risque non maîtrisé et qui pourrait entraîner des sinistres sériels dans un avenir plus ou moins proche. Certains ré assureurs ont refusé de couvrir les risques liés à l’électromagnétisme pour les fabricants de portables et d’antennes relais.

Une hypothèse a été émise, selon laquelle les EHS et les électrosensibles auraient une plus grande réactivité du système nerveux central. Il s’agirait d’une prédisposition physiologique personnelle qui aurait pour conséquence une plus forte sensibilité par rapport aux facteurs environnementaux.

Dans un premier temps, il sera important de vérifier, par un diagnostic médical l’absence d’une pathologie médicale connue pouvant expliquer les symptômes. Toutefois, la plupart des électrosensibles posent eux-mêmes l’existence du syndrome, par leur ressenti physique au voisinage d’une source électro magnétique, même lorsqu’ils ne la voient pas, ils en constatent l’existence par l’apparition de réactions physiologiques.

Ensuite, une prise en charge individualisée pourra être proposée, notamment dans un cadre naturopathique, afin d’améliorer sensiblement le terrain humoral, grâce à différentes techniques naturelles multi-disciplinaires, contexte dans lequel la personne est prise en compte dans sa globalité, au sein de son environnement.

Bibliographie :

• Jean Pierre Lentin  Ces ondes qui tuent, ces ondes qui soignent - Editions Albin Michel

• Annie Lobbe  Téléphones portables, comment se protéger - Santé Publique Editions




16.

Copie d'une lettre envoyée le 12 janvier à un journaliste de Radio-Canada

Bonjour M. Robillard

Tel que promis que vous fait parvenir diverses informations qui pourront vous être utiles pour commencer à cerner l'ampleur du problème que représente à nos yeux le projet d'Hydro-Québec de déployer ces compteurs électropolluants que ses dirigeants veulent nous imposer.

Il va de soi que je vous recommande d'abord de prendre quelques minutes pour constater la quantité considérable d'informations disponible sur notre site web au http://www.cqlpe.ca

Simplement parcourir de haut en bas la page d'accueil vous donnera un premier aperçu de ce que j'y ai accumulé depuis un mois.

Puis je vous recommande d'accorder une attention plus particulière à la

SECTION SPÉCIALE À L'INTENTION DES GENS DE VILLERAY

Tout au bas de cette page vous noterez ce qui est dit au sujet des LACUNES DU CODE DE SÉCURITÉ 6 DE SANTÉ CANADA

C'est sur ce code désuet, car ne reconnassant que les effets thermiques des micro-ondes et non leurs effets biologiques, qu'Hydro s'appui pour clamer que ces compteurs ne posent aucuns risques pour la santé.

Pourtant vous noterez dans l'article Compteurs intelligents : mobilisation citoyenne dans Villeray s'y trouvant que Georges Abiad, chargé du projet chez Hydro-Québec admet finalement (c'est une première) face aux preuves (source) présentées par le technicien en hygiène électromagnétique Stéphane Bélainsky (cliquer ici pour accéder directement à ses conclusions qui sont immédiatement après la Lettre de Marie-Michelle Poisson à la Mairesse de l'arrondissement Villeray) que « le système fait de la synchronisation de façon intermittente » (comme en Californie, les compteurs doivent demeurer synchronisés et pour ce ils doivent émettre constamment par rafales des ondes pulsées qui, selon de nombreux experts scientifiques, sont considérablement plus nocives que des ondées émises en continu comme les ondes des postes de radio).

De plus, Abiad y admet qu'il faut conserver une distance sécuritaire de 3 pieds du compteur (des enfants dont la tête de lit est adossée à un mur auquel correspond de l'autre côté un compteur seront à moins de 3 pieds, 8 à 10 heures par nuit à l'année longue... et jamais Hydro n'a averti qui que ce soit de prendre cette précaution - pour notre part nous suggérons plutôt 3 mètres comme distance minimale, ce qui sera impossible dans bien des cas et c'est sans compter la puissance et le nombre d'émissions décuplées lorsque de nombreux compteurs sont regroupés au même endroit dans les immeubles à logements... par exemple).

Et il y prétend que les composants dites collecteurs de leur système maillé (chacun recevant les données de plusieurs milliers de compteurs des environs et fonctionnant donc continuellement - il y en aura en tout environ 600 pour les 3,8 millions de compteurs si ce projet n'est pas stoppé) seront situés à bonne distance des zones habitées, citant l'exemple d'un ancien hôpital chinois dans Villeray qui selon Marie-Michelle Poisson de Villeray est entouré à environ 100 pieds des maisons du quartier, ce qui encore une fois est un pitoyable mensonge dela part d'Hydro.

Il y aurait tant à dire sur les inepties et demi-vérités que les responsables d'Hydro racontent, sans parler de l'imposition sauvage de ces sources de pollution dans les 3 zones pilote du Québec (Villeray, Boucherville, MRC de Memphrémagog), sans aucun respect pour la liberté de choix des clients, sans étude d'impact et sans consultation avec les personnes qui subissent ou subiront ce barrage électromagnétique très nuisible pour la santé à long terme - des centaines d'études (non financées par l'industrie du sans fil) établissent clairement que c'est jouer avec le feu et faire fi du plus élémentaire principe de précaution que de laisser augmenter sans cesse l'intensité du brouillard électromagnétique - ou électrosmog - auquel la population est exposée, sans être avertie dans la plupart des cas des conséquences cumulatives de cette agression contre le système bioélectrique du corps humain qui, à force de tenter de se défendre contre cette perturbation incessante, finit par se dérégler et engendrer des réactions de type allergique - ce que l'on appelle le syndrome d'intolérance aux champs magnétiques (je vous recommande vivement la lecture du court article auquel le précédent lien donne accès - très révélateur !).

Les conséquences peuvent être dévastatrices. De nombreuses personnes électrosensibles nous en ont témoigné (vidéos sur la page d'accueil du site) et quelques témoignages écrits commencent à être disponibles sur notre site. Selon ce que rapporte la biologiste Magda Havas de l'Ontario, c'est près de 50% de l'ensemble de la population qui risque de devenir électrosensible (à divers degrés) d'ici 2017 si aucun frein n'est mis à l'augmentation de l'électrosmog.

Je crois que cette entrée en matière suffit.

Je vous recommande aussi de consulter notre

Bulletin #4: Le Québec se mobilise contre les compteurs électropolluants d'Hydro-Québec

ainsi que le précédent

Bulletin #3: De l'électro-indifférence à l'électro-conscience

Et j'espère que vous ne serez pas rebuté par la complexité de cette problématique et voudrez bien y faire écho dans un prochain reportage. Et justement ne manquez pas de regarder l'excellent Reportage de Radio-Canada sur les micro-ondes du cellulaire, des téléphones sans fil, du Wi-fi, etc. que Michel Rochon et Pierre Tonietto de l'émission Découverte ont réalisé en avril 2008.

Finalement, comme je présume que vous serez intéressé à suivre les développements à venir, je vous ajoute (si vous n'y voyez pas d'objection) à notre liste d'envoi pour notre bulletin d'information bi-mensuel.

Au plaisir de vous reparler

Jean Hudon
Secrétaire et facilitateur de la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique
http://www.cqlpe.ca




17.

Lettre aux responsables de la santé publique - Micro-ondes et maladie : Preuve irréfutable

Reçu le 9 janvier 2012 de François Therrien (ftherrien@aei.ca) du Collectif SEMO

Le directeur de la santé publique du Québec, M. Alain Poirier
La ministre fédérale de la santé, l'honorable Leona Aglukkaq
La responsable de Santé Canada en matière de protection contre les micro-ondes Mme Beith Pietersen
La médecin hygiéniste en chef de l'Ontario Mme Arlène King

Chacun de vous avez reçu ce matin une preuve scientifique des effets néfastes sur la santé provenant des micro-ondes. La docteure canadienne Magda Havas a publié une vidéo détaillant le résultat d'une recherche portant sur l'effet sur le rythme cardiaque d'une exposition aux micro-ondes à un téléphone sans fil DECT. Le résultat est irréfutable et le vidéo de 6 minutes explique la solidité des résultats, la recherche a été réalisée en double aveugle, vérifié par d'autres scientifiques et publiée dans une revue officielle. Ce récent résultat, combiné avec la classification du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) des micro-ondes comme étant peut-être cancérigène (classification 2B) et une multitude de recherches indépendantes publiées au cours des dernières années (dont le Rapport Bioinitiative 2007) doivent conduire les autorités de santé publique à mettre en application le Principe de précaution en matière d'exposition aux micro-ondes.

Voir le vidéo : Microwave radiation affects the heart: Are the results real or are they due to interference?

Le 4 octobre 2011, suite à la classification 2B du CIRC, Santé Canada avait émis une première mise en garde face à l'utilisation des technologies sans fil, mais celle-ci fut restreinte uniquement à l'utilisation téléphone cellulaire, soit: favoriser les textos, limiter la durée des appels et limiter l'utilisation par les jeunes de moins de 18 ans.

Aujourd'hui nous demandons aux responsables de la santé publique d'appliquer le Principe de Précaution à l'ensemble des technologies utilisant les micro-ondes, et ce conformément au message transmis par le groupe de scientifiques ayant déclaré toutes les sources de micro-ondes comme étant peut-être cancérogènes, et non pas uniquement les micro-ondes provenant des cellulaires (distinction faites erronément fait par Santé Canada).

Voir la précision explicite lors de la conférence de presse internationale du CIRC du 31 mai dernier.
(Voir le vidéo de 4 minutes Cell Phone Towers a Possible Cause for Cancer?)

La catégorie 2B du CIRC contient des éléments comme le plomb, le Bisphénol A interdit par le Canada, le chorophénoxy (pesticides Killex) interdit par le Québec, le chloroforme, le pesticide DDT, la fumée sortant des moteurs à essence des automobiles... il ne comprend pas le café ou la caféine (désinformation provenant de l'industrie) - mais bien de l’acide caféïque qui est un additif utilisé depuis 1993 par la compagnie Kraft Food dans ses produits afin de "masquer le goût des édulcorants comme l’acésulfame de potassium et la saccharine" (Wikipédia) (Extrait d'ICI)

Nous demandons à chacun de ces responsables de la santé publique

- d'appliquer le Principe de Précaution en matière d'exposition aux micro-ondes;
- d'avertir officiellement la population des risques réels et prouvés des effets néfastes sur la santé humaine; et
- agir de manière à limiter l'exposition permanente, involontaire et incontrôlable à un minimum.




18.

Les compteurs en milieu rural : une menace sur les stéroïdes

COMPTEURS INTELLIGENTS: UN EXPERT FAIT UNE MISE EN GARDE & RAPPORT PUBLIC DE DEUX CHERCHEURS EN CYBER-VULNÉRABILITÉ

par Marie-Eve Doré (a.p.ri.t.de.slb@gmail.com) - St-Louis-de-Blandford, le 15 janvier 2012

Principe de précaution

En entrevue exclusive, le Pr. Andrew Michrovski, chercheur en science de l'Énergie, de l'Eau et de la Terre, a déclaré que les affirmations d'Hydro-Québec concernant les émissions produites par les « Compteurs Intelligents » se basaient sur les affirmations du fabricant. Ces chiffres seraient très en dessous de la réalité. Il indique par ailleurs qu'il y un lien clair entre différentes pathologies et la présence d'électrosmog dans l'environnement. Affirmation confirmée par le Dr. Dominic Belpomme, oncologue et directeur de l'Institut de recherche européen sur le cancer et l'environnement (Eceri).

Le Pr. Machrovski renchérit: « Hydro-Québec se devra d'être particulièrement attentive à la manière dont seront installés de tels compteurs en milieu rural. Ils ne devraient en aucun cas se retrouver à l'intérieur des bâtiments ». Le signal, très variable, est amplifié en fonction des distances et de la quantité de données transmise. Par exemple : Une entreprise éloignée, agricole ou autres, entièrement informatisée émettra beaucoup plus de radio-fréquences qu'une maison unifamiliale. Il mentionne de plus qu'Hydro-Québec pourrait procéder à des délestages pointus, rendant certains appareils inopérants. De plus, on pourrait couper le courant à distance, à des abonné(e)s, presque toujours démuni(e)s, sans avoir à les regarder en face. Il conclut que la fibre optique serait à privilégier, car elle n'émet aucune fréquences nocives et n'est pas vulnérable au piratage.

Invasion de la vie privée : la preuve est faite

Ce mois-ci, lors de la 28ème édition du Chaos Computing Congress, D. Carluccio et S. Brinkhaus ont présenté le résultat de leurs recherches en cyber-vulnérabilité. Avec leur propre routeur, ils ont infiltré des failles de sécurité pour intercepter et modifier les communications émises par un compteur. Ils ont constaté que, testés individuellement, chaque appareil électronique de leur foyer, réfrigérateur, écran TV, etc) possède une signature électrique différente. En utilisant à tour de rôle un écran plasma, LCD, CRT (à tube cathodique), ils ont noté les écarts de consommation en fonction de la luminosité émise par l'appareil.
Réf. : http://ow.ly/8vHpw




19.

Comment atténuer les symptômes d'électrosensibilité par des moyens naturels

From: André Fauteux (info@21esiecle.qc.ca) - 16 Jan 2012

Just interviewed Brian Clement of Hippocrates Institute who has treated 4,000 to 5,000 electrosensitive patients over about 30 years. He works in human quantam biology with 95-year-old Dr Valerie Hunt, the first woman who taught medicine at the U of California in.... 1948!

All humans are electrosensitive, he says, reducing exposure is the priority, but detox is essential:
Briefly, here is his detox program that he says reduces symptoms moderately in 60% of EHS patients and enormously in the other 40%:

1. Avoid meat as much as possible (it often contains heavy metals conducting electricity)
2. spend at least 30 minutes daily in an infrared sauna and up to 60 min twice daily (start slow because one can get very sick when fat, organs and cells release heavy metals, pesticides, etc.)
3. take at least 30 chlorellla pills and up to 180 daily if you're very sick
4. drink 1/2 ounce of very pure (ex filtered by reverse osmosis) per pound of weight per day (ie 75 if you're 150 lbs) - including herbal tea and green juices
5. eat plenty of algae such as dulce, but rince them to remove excess salt
6. eat edible green clay from France
7. take systemic enzymes with every meal - they normalize the frequency of body cells
8. 91% of vitamins are toxic, he says: take those made of whole raw foods such as  www.newchapter.com www.vitamincodevitamins.com
B vitamins are essential to detox
9. Most important minerals are calcium, le magnesium, le manganese, le phosphorus. Only use ionic minerals. Those made from sea shells or coral harden arteries and those from chalk cause cancer.
10. Take mineral baths (ex Dead Sea Salt or ordinary salt) - 20 to 30 minutes, very hot, vefore going to bed. Ajouter 1/4 cup of ginger powder (cheaper from Indian markets) to open skin pores. As municipal water and even well water is often polluted, ideally filter your water, at the very least use a hand-helf showerhead with a carbon filter to fill up your bath




20.

Des compteurs mortels pour les animaux domestiques

Tiré de
http://www.kindredspiritsproject.com/2011/09/01/animal-health-alert-dogs-reaction-to-smart-meters/

Animal Health Alert: Dogs Reaction to Smart Meters

SEPTEMBER 1, 2011

Apparently there is a fair amount of controversy regarding the introduction of smart meters into residential homes throughout the world. In addition to their questionable economic value and privacy issues, there actually seem to be potentially significant health effects on people and now seemingly on animals. This article presents the first documentation of the health hazards of smart meters to dogs. The interesting point is that the dog has no concept that a smart meter was installed or that anything changed, so that any behavioral changes such as the one’s described cannot be written off as a negative placebo effect. This is the first dog in a clinical collection of individual cases for a study on the health effects of smart meters on our animal companions. If skeptics flippantly criticize people who claim to be electrosensitive as “it is all in their head”, seeing animals that are reacting to smart meters and are sensitive to radio frequency and electromagnetic radiation removes the placebo effect. With this particular anecdote, there appears to be a clear case of cause and effect. More anecdotes and documented case reports need to be collected to see if this is a clear pattern.

In the news article and the letter that this woman sent to her utility company, she states “One of my dogs awoke at the same time, wandering the hallways whining and crying. This dog refuses to sleep inside at night now, as the pulsed radiation also makes him sick. This dog had slept at the foot of my bed since the day I brought him home until the night the smart meter was installed. I have numerous friends and family who will testify to this, if called to do so.”

As I began to research this subject, I came across a wealth of information on the potential negative health effects of smart meters on all beings. Apparently this technology is being forced upon us despite the World Health Organizations acknowledgement that this type of electromagnetic radiation may be carcinogenic. The IARC designation is: “possibly carcinogenic to humans (Group 2B)”( www.iarc.fr/en/media-centre/pr/2011/pdfs/pr208_E.pdf).

So it appears that we are all being exposed to a new potential carcinogen bombarding us daily in our homes due to these smart meters. The farther down the rabbit hole one looks into this issue, one realizes the amount that huge financial and political interests are behind this agenda. There are other significant concerns regarding privacy and increased costs to everyday individuals in addition to the potentially significant health effects.

Some people dismiss the health effects and say that we are exposed to so much electromagnetic pollution already, what is one more “small exposure”. Apparently though, it seems that like with so many challenges to our immune system and general health, the proverbial “the straw that broke the camels back” cliche really is appropriate. Our bodies can just take so much exposure and then once the exposure is too much and we begin to react, there is no turning back. This could possibly be the tipping point for many beings.

Reviewing all the concerns regarding smart meters is beyond the scope of this post, so I am attaching numerous links below that concerned individuals have referred to me. I highly suggest you review them and educate yourself. If not for your own health, at least for your kindred spirits health! We need to become more aware of all the various environmental health issues that all beings are being exposed to at this moment. This is my humble effort to help educate all of my blog followers. Below are links on how smart meters are impacting on animal health.

Please email me of any side effects from smart meters that you have had first hand experience with, with your animal friends.

Blessings of awesome health and happiness to all of you!

SOME RELATED COMMENTS AND LINKS

Charyl Zehfus
October 31, 2011
Our 5-year-old dog started whining nights after the first set of transmitting meters (electric) went on. They supposedly sent a burst of radiofrequency radiation every four hours. After the second set (water) of smart meters went on (the ones that pulse every 5 seconds), his existing thyroid condition got worse, his adrenals failed, and he developed a mysterious sodium/potassium imbalance the vet could not figure out. He ended up unable to hold his head up or walk, and they could not get his sodium levels to normal, and we had to say goodbye. The ONLY issue he had before was thyroid.
I mentioned he got worse after the new meters went in (just as I did), but the vet said that could not be a factor. Yet, the vet was stumped. This was a young, healthy, energetic animal. Coincidence?

mack k
December 12, 2011
I am convinced the smart meter on our home killed my dog. He had a compromised heart from having been treated for heart worms years prior. After install of meter, he whined, and panted, and paced constantly like he had gone crazy and within months, he just dropped dead from a heart attack. Our other dog is now showing same symptoms, as well as my son and I suffering from a variety of health issues since it was installed: heart palpitations, dizziness, sleeplessness, headache, numb and tingling fingers and toes, uncontrollable twitches, ringing ears, and more. I’m consulting an attorney to force Florida Power and Light to remove ours and if they refuse, we will do it ourselves. You can buy your own analog replacement meter online. DON’T let your power company install one of these, and if they already did, do whatever you have to do to get it removed!

And What of the Animals? – Stop Smart Meters!
http://stopsmartmeters.org/2011/08/31/and-what-of-the-animals/ 

Animals: Wild and Domestic – Citizens for Safe Technology:
http://citizensforsafetechnology.org/animals-wild-and-domestic-in-wildlife-and-environment,32,0

Bees, Birds and Mankind: Destroying nature by “electrosmog” by Ulrich Warnke, Bio-scientist, Germany:
http://www.smartmeterdangers.org/index.php/smartmeter-facts/152-birds-bees-destructionbyelectrosmog2

What You Can Learn From the Birds and Bees – Dr. Stephen Sinatra’s Heart MD Institute:
http://www.heartmdinstitute.com/wireless-safety/what-you-can-learn-from-birds-bees




21.

Quelques nouvelles d'ailleurs

EMF-Omega-News 7 January 2012
http://www.buergerwelle.de/en/news/newsletter/newsletter_20120107.html
Electromagnetic hypersensitivity - Increased brain tumours from mobile phones - Kids play Wii so doctors can learn more about seizures - Dozens of dead blackbirds have fallen from the sky over a small Arkansas town for the second year in a row - New Year 2012: Science Update - Shrewsbury residents' concern at mobile mast plan - Smart Meter Near Top of List for Dumb Ideas - Smart Meter Troubles

EMF-Omega-News 14 January 2012
http://www.buergerwelle.de/en/news/newsletter/newsletter_20120114.html
Microwave radiation affects the heart - Finsbury Park scientist questions safety of mobile phone masts - Dr Stephen Sinatra: Wireless Health Dangers - Mobile communications and health of population: the risk assessment, social and ethical problems - Wi-Fi Gets More Dangerous - What to do with the epidemiology, cell phones and brain cancer? - Irish Governmental investigation into the effects of EMFs - Wi-Fi in Schools: Civil Action - Join cell tower fight, your neighbourhood may be next - EMF Safety Network files lawsuit against Sebastopol 4G cell tower - Double delight for mast campaigners - We must fight smart meters for our health - Next-up News - News from Mast Sanity

EMF-Omega-News 21 January 2012
http://www.buergerwelle.de/en/news/newsletter/newsletter_20120121.html
Electromagnetic intolerance elucidated - UN study shows cell phone use may increase cancer risk - 12-year-old girl who blogged cancer fight has died - Mobile alert: Government sets alarm bell ringing on phone hazards - Dangerous wireless devices - Honeybee problem nearing a 'critical point' - Outrage as mast ruling overturned - Health fears over Longridge phone mast plan - Aurora School Removes Wi-Fi to Protect Children Health - Mix-up calls for a new phone mast - Smart meter foes file brief in appeal - Dr Carlos Sosa: European Tour - Putting North-South interconnector underground more expensive

Smart Meter Health Risks by Chris Anderson – Green Muse – February 23, 2011:
http://www.greenmuze.com/blogs/guest-bloggers/3584-smart-meter-health-risk.html
(...) As Dr. Helen Caldicott of ‘If You Love This Planet’ fame stated, radio frequencies “. . . will have deleterious medical effects to people. Babies and children will be particularly sensitive to the mutagenic and carcinogenic effects of the radio frequency radiation.” And as author Dr. Andrew Weil states: “Electromagnetic pollution may be the most significant form of pollution human activity has produced in this century!” Reading the science on the unintended yet destructive side effects of the EM radiation used by wireless technologies leads me to the conclusion that a very wrong turn has been taken here — involving the entire continent — with both the U.S. and Canada committing billions for “interoperable” technologies which happen to be unsafe. There are far safer methods to improve our present woefully inefficient and wasteful power generation, distribution and wiring methods. Rather than blasting radiation to every corner of the planet — as with the intended “smart” systems — all this data-transferring can take place with far less harm — and in a more secure manner — with fibre optic or phone or electrical power cable communication. CLIP

The Truth about Itron and B.C. Hydro Wired Connections - La solution filaire est tout à fait plausible
http://emrabc.ca/?p=2936
(...) Safer, more practical, more ethical options need to be implemented. There are areas in Ontario and the United States that are still using wired electric meters. In fact, today, homes in Ontario have meters collecting data and sending it via phone lines. This process makes sense. It uses a private line that is only used for this service and it is safe and secure. The filed patents for the Itron OpenWay meters actually state, as do many patents for other smart meter brands, that Itron OpenWay can use a telephone line for communications. (...) Photo : Ontario Home using a WIRED smart meter - Photo : Ontario Home using a Itron SENTINEL smart meter, which has WIRED CAPABILITIES. This home had the option to use WIRED CONNECTION or use Cellular ONCE A DAY for data collection CLIP

Electromagnetic hypersensitivity: Fact or fiction?
http://www.scribd.com/doc/75814824/EHS-Review
ABSTRACT - As the prevalence of wireless telecommunication escalates throughout the world, health professionals are faced with the challenge of patients who report symptoms they claim are connected with exposure to some frequencies of electromagnetic radiation (EMR). Some scientists and clinicians acknowledge the phenomenon of hypersensitivity to EMR resulting from common exposures such as wireless systems and electrical devices in the home or workplace; others suggest that electromagnetic hypersensitivity (EHS) is psychosomatic or fictitious. Various organizations including the World Health Organization as well as some nation states are carefully exploring this clinical phenomenon in order to better explain the rising prevalence of non-specific, multi-system, often debilitating symptoms associated with non-ionizing EMR exposure. As well as an assortment of physiological complaints, patients diagnosed with EHS also report profound social and personal challenges, impairing their ability to function normally in society. This paper offers a review of the sparse literature on this perplexing condition and a discussion of the controversy surrounding the legitimacy of the EHS diagnosis. Recommendations are provided to assist health professionals in caring for individuals complaining of EHS.

INTRODUCTION - In the early years of the 21st century, there are increasing reports throughout the world of individuals and clusters of people complaining of various clinical symptoms in response to minimal exposure to everyday levels of electromagnetic radiation (EMR). Some individuals experience difficulty around wireless systems, when using cordless or cell phones, when exposed to some types of artificial light, or in response to various other common electromagnetic exposures. Once exposed, such vulnerable individuals often develop a variety of symptoms involving various organ systems. Although originally thought to be psychogenic in origin, such symptoms are being reported by ever-increasing numbers of previously healthy individuals (Hallberg and Oberfeld, 2006) — a phenomenon which has generated a closer assessment of the origins of electromagnetic hypersensitivity (EHS) complaints. In this paper, a review of the emerging literature related to the perplexing EHS condition will be presented along with a case history detailing the development of EHS and subsequent recovery in an otherwise healthy individual. Consideration of physical, psychological and social aspects of this disorder will be presented. As well as an exploration of the polarizing debate that surrounds the EHS issue, recommendations are provided as to how clinicians might empower patients with EHS to regain their health and improve their wellbeing. CLIP




22.

Les compteurs de la peur : Se pourrait-il qu'ils dissimulent une plus grave menace encore ?

Josh Del Sol from Stop Smart Meters: The Film...on The West Coast Truth (18 janv. 2012) (1 hour radio show)
http://www.youtube.com/watch?v=ZmVLh-3Ip84
Russell Scott interviews the Producer of Stop Smart Meters: The Film (http://smartmeterfilm.com). This film is aimed directly at the truth behind BC Hydro's implementation of the Smart Meter program, from health risks to government surveillance. Josh Del Sol seeks out the most knowledgeable people in the Province, this combined with brilliant filmaking. The West Coast Truth is proud to broadcast this interview. NOTE de Jean:
La version sous-titrée en français de cet excellent 'trailer' est disponible au http://vimeo.com/34736806 - et au cas où vous ne l'auriez pas vu, voici ce qui est mentionné sur la page d'accueil de botre site (www.cqlpe.ca) sous ce vidéo : « Regardez également cet extrait d'une entrevue avec l'ancien premier ministre de la Colombie-Britannique, Bill Vander Zalm, qui explique pourquoi il est vital de s'opposer aux compteurs intelligents. Il déclare notamment à la fin, après avoir expliqué que ces appareils révèleront tout sur notre vie privée, que tout cela est lié à la mondialisation et à la volonté de contrôle d'une élite internationale. « C'est Big Brother. Nous allons être totalement contrôlés. C'est la direction vers laquelle nous allons. Il faut stopper cela et c'est maintenant qu'il faut le faire, pas après que ce soit arrivé. » L'extrait d'article suivant offre un important complément à ce que cet ancien premier ministre affirme et révèle le vrai visage caché de cette attaque directe contre notre santé et notre vie privée - ce qui permet de mieux comprendre pourquoi Jean Charest a passé la commande à la Régie de l'énergie de faire approuver le déploiement de ces compteurs «tueurs» (pour reprendre leur expression) envers et contre tout.

ICLEI’s Murder Meters and Spy Grid Turning Mr Roger Neighborhood into Electronic Internment Camps (January 21, 2012)
http://ppjg.wordpress.com/2012/01/21/icleis-murder-meters-and-spy-grid-turning-mr-roger-neighborhood-into-electronic-internment-camps/
(...) Smart Meters is a grid designed to control and incarcerate the public. It is a project from the science of the Department of Defense overseen by MITRE the intelligence operation under former James Schlesinger located in McLean, Virginia.PG&E has contracts to deploy the spy meters with a front for the World Bank, a UN “NGO”called ICLEI. ICLEI is imposing world government mandates and getting monies even from the European Union.

(...) The “Electronic Internment Camps” … Murder Meters and the Spy Grid were designed by agencies that are informally coordinated under David Boran (skull & bones). Radio waves directed as weapons via frequencies and spying with calculated two way communication devices. There are records on file originating from U. S. Army Intelligence and Security Command Freedom of Information (FOI) request showing the development of these technotronic sciences for total control. David Boran (tucked away in Oklahoma) oversees training intelligence for Interpol, U.S. and the International Community made up of Bilderberger East and West, the Trilateral Commission and the Council on Foreign Relations.

(...) The deployment of the “electronic incarceration” is being forced by ICLEI, a front for the World Bank funded from the European Union . It is accompanied by laws rooting out self government in preparation for a North American Union. ICLEI purpose is to impose United Nation Agenda 21.

(...) Northern California’s PG& E (utility monopoly) internal papers show that ICLEI (the World Bank) governs their policy. A Malthusian Policy.The movement against the “Smart Meters” has infiltrators whose purpose it is to minimize resistance, hide the real purpose and real perpetrators and protect those elected state legislators who are supposed to protect us.The words World Bank or ICLEI never passes their lips. Confining a family in an “electronic hot spot” controlled by anyone outside the household is the end of liberty … PERIOD. The present opposition to the Electronic Prison Camp is the real side show.

(...) The Biological Effects of “Non-Lethal” Weapons according to the U.S. Military at Ft. Meade (from the text:) Army report from Ft. Meade 2006 science … “RF radio waves are variable … can cause giddiness to nausea, to loss of consciousness” …The Spy and Murder Meters are deliberately designed. They are likely to be using the science from Ft Meade …for “disruption of working memory” and to ” cause “sensation of buzzing, ticking, hissing or knocking sounds that originate within or immediately behind the head.” Page 12 … “It is anticipated that 100% of the population would be susceptible. The mechanism is one that could act on many individual neuronal cells concurrently and hence does not depend on spreading regions of electrical activity as in the disease state.” Page 13 … “Because this technology is considered to be tunable, the influence on subjects could vary from mild disruption of concentration to muscle spasms and loss of consciousness.” Page 15 … “the perception of sickness may make a subject susceptible to persuasion”.We are tangled with an army of administrators. They don’t make policy! We need to go for the eye of the octopus and not get slimy with it’s tentacles. CLIP

Note de Jean: Dans le document du Pentagon (Department of the Army) Bioeffects of Selected Nonlethal Weapons dont il est question ci-dessus, et obtenu grâce à la Loi américaine sur l'accès à l'information, on peut découvrir le potentiel meurtrier des émetteurs à micro-ondes dont sont équippés les compteurs intelligents: "If the technology functions approximately as envisioned, the targeted individual could be incapacitated within l5 to 30 minutes." Ceci permet d'imaginer ce qui pourrait se produire si, suite à une erreur de programmation à distance des émetteurs de ces compteurs ou en raison d'un quelconque malfonctionnement, ou pire suite à une commande délibérément envoyée à tous les compteurs, ceux-ci se mettaient à émettre en continue à pleine puissance au lieu de mini-émissions de quelques micro-secondes près de 3000 fois par jour (au Québec, alors qu'en Californie, selon les données que la compagnie PG & E a été forcée de rendre publiques suite à une ordonnance d'un juge, on parle d'entre 10,000 et 190,000 pics intenses de micro-ondes par jour), un scénario horrifiant qui fait frémir et que personne n'a osé envisager jusqu'ici.

Que les allégations faites dans l'article ci-dessus soient fondées ou non (et rappelons-nous que dans sa récente déclaration de l'ancien premier ministre de la Colombie-Britannique, Bill Vander Zalm, semble accréditer cette thèse), il n'en demeure pas moins que le fait de laisser le gouvernement québécois, par l'entremise d'Hydro-Québec et avec la bénédiction inévitable de la Régie de l'énergie, nous imposer 3,8 millions d'émetteurs à micro-ondes capables, en cas d'avarie tehnique massive, d'incapaciter l'ensemble de la population [un scénario qui peut sembler implausible mais qui est néanmoins possible car une défectuosité technique peut survenir avec certains compteurs, ou un pays ennemi pourrait enclencher à distance les émetteurs micro-ondes de l'ensemble des compteurs 'intelligents' d'un pays pour qu'ils se mettent à émettre à pleine puissance de manière continue ce qui pourrait incapaciter l'ensemble de la population en moins d'une heure], reviendrait à laisser nos irresponsables de politiciens nous installer une bombe sur chacune de nos maisons - ou un dispositif d'incarcération électronique si l'on veut accorder du crédit à la thèse défendue dans l'article ci-dessus - sans jamais savoir à quel moment ils pourraient se mettre à nous irradier jusqu'à ce que mort s'en suive. C'est un pensez-y bien comme on dit... En espérant qu'ils ont pensé à munir ces compteurs d'un dispositif de sûreté intégrée empêchant automatiquement tout emballement incontrôlé de leur émetteur à micro-ondes, surtout en cas de prise de contrôle à distance par des pirates informatiques malveillants.

En guise de conclusion à ce coup d'œil peu rassurant sur certains des aspects les moins reluisants de cette technologie, je vous offre ce que le réalisateur de la vidéo Stop Smart Meters: The Film, Josh del Sol, écrivait à http://www.indiegogo.com/joshdelsol pour se présenter et pour nous faire part de sa vision des choses - que je partage entièrement...

Ever feel your soul singing when you're doing something you were born to do? Well, my soul-singing passion is to spread good vibes, awareness, and encouragement that Yes - we human beings can make this world a better place. To do this, sometimes those that claim to be the "powers that be" need to be challenged. In a healthy and peaceful way always, of course.

Specifically, my current dharma involves envisioning the general awareness and vast energy behind the world's Occupy movement, to become aware and enlightened about what corporate-governments are doing at this moment in time, about their efforts to curb freedoms and dampen the light of human life. No matter how you slice it, these powers wish to install an all-pervading system of control on human beings and the planet. One of their cornerstone foundations is their "smart-grid" -- which is the uninvited big-brother bullying into each of our lives. The fact that they are doing it with bursting radiation technology that has been scientifically shown to negatively effect biological health on humans and the environment... well, that's just the icing.

I passionately believe that human beings are evolving into becoming the Creative force through which our whole civilization will be transformed to a better way which honors life. To do this, we must first decide to take a stand. We can do better than destroying and depleting the planet that sustains us. We can do better than allowing new energy technologies to be seized by the hundreds, as has been done by corporate-governments since the days of Nicola Tesla. We can do better than a world cut off from nature, made sick, in debt and enslaved to a fiat financial system designed like the game Monopoly -- one power owns everything in the end. We can do better.

Gandhi said he lived his life by what he termed as "Satyagraha" - which means literally "truth-power" or "truth-force". He knew that the simple power of truth, based on non-violent non-cooperation, is what changes the world. I take great inspiration from those who are so committed to change that, like Gandhi, they are willing to put their entire lives into it.

"Never doubt that a small group of thoughtful, committed citizens can change the world. Indeed, it is the only thing that ever has."

-Margaret Mead




23.

Un problème tout aussi sérieux : Le WiFi bientôt dans toutes les écoles du Québec

Le Wi-Fi à l'école ? Une aberration et une tromperie http://www.teslabel.be/dect-wifi/95-video-le-wi-fi-a-lecole-
Une enquête sans concessions de Global News Canada et son émission d'investigation "16:9 - The Bigger Picture" sur la controverse des nuisances sanitaires du Wi-Fi dans les écoles au Canada et en Europe. Diffusée à la mi-octobre 2010 au Canada anglophone, cette vidéo désormais sous-titrée en français vous est offerte grâce au travail d'un petit groupe de bénévoles, indignés par le laissez-faire irresponsable des pouvoirs publics et de l'industrie, qui hypothèque gravement la santé des plus vulnérables. Les règlementations actuelles en matière de Wi-Fi sont une aberration. Comme le souligne le Dr David Carpenter, spécialiste internationalement reconnu en toxicité environnementale à Albany, NY, les industriels et les gouvernement qui continuent à se référer à des normes obsolètes, en dépit du poids des preuves en sens contraire, font une analyse sélective et restrictive des études scientifiques disponibles. Ils trompent le public, et les enfants en particulier. Du fait de l'ubiquité et de la durée de l'exposition, du fait aussi qu'il s'agit d'enfants qui sont par nature plus vulnérables, il pourrait s'avérer que les effets de cette pollution électromagnétique aie des conséquences plus dommageables encore que celle du tabac. Comme l'indique Madga Havas, professeur d'études environnementales et de toxicologie à l'Université de Trent, au Canada : "Puisque le ministère de la santé ne contrôle pas le Wi-Fi, les parents vont devoir le faire eux-mêmes." CLIP

Lettre ouverte de Magda Havas aux parents, enseignants et conseillers scolaires en ce qui concerne les réseaux WiFi dans les écoles
http://www.cqlpe.ca/pdf/wifi_magda_havas_2009.pdf
(...) il est irresponsable d’installer la WiFi qui génère des irradiations artificielles micro-ondes dans un milieu scolaire où les jeunes enfants passent de nombreuses heures chaque jour.
(...) Les enfants sont plus sensibles aux contaminants de l'environnement notamment ceux comprenant des rayonnements micro-ondes. Le Rapport Stewart (Uk-2000) a recommandé que les enfants de ne devraient pas utiliser les téléphones mobiles, sauf pour des situations d'urgence. Le téléphone portable expose la tête aux irradiations micro-ondes. Un ordinateur sans fil (WiFi) expose toute la partie supérieure de votre corps et si vous avez l'ordinateur posé sur vos genoux, il expose ainsi vos organes reproducteurs, ce n'est pas souhaitable, surtout pour de jeunes enfants et des adolescents. Pour cette raison, nous avons besoin de décourager l'utilisation de la technologie sans fil pour les enfants, en particulier dans les écoles élémentaires. Cela ne signifie pas que les étudiants ne peuvent pas aller sur internet. Cela signifie simplement que l'accès à internet doit être réalisé par le biais du filaire plutôt que par des rayonnements dans l'air (DECT, WiFi, etc ...).

Micro-ondes au Québec : Ça va mal !
http://www.rqge.qc.ca/content/micro-ondes-au-québec-ç-va-mal
Le premier ministre du Québec annonce à l’Assemblée Nationale, l’installation du WiFi dans toutes les écoles du Québec. « Tableau intelligent » et « ordinateur pour chaque enseignant » sont les mots clés pour que les Commision Scolaire puissent mettre de l’avant leurs projets de WiFi dans toutes les classes de toutes leurs écoles. Pitié pour les enfants… SVP informez-vous…

Wi-Fi in Schools: Testing for Microwave Radiation Dangers in the Classroom
http://www.youtube.com/watch?v=FO0AnNHz8vI
Au moment où le Ministère de l'éducation, des loisirs et du sport du Québec annonce en grande pompe le déploiement imminent de systèmes Wi-Fi dans toutes les écoles primaires et secondaires, il est vital de s'interroger sur les conséquences pour la santé de ces émetteurs Wifi de force industrielle qui vont irradier constamment les élèves du Québec. Faute d'obtenir les informations exactes de la part de l'industrie ou des autorités compétentes, l'auteur de cette vidéo a mené ses propres recherches et découvert une réalité qui ne concorde absolument pas avec le discours soporifique officiel. La puissance des radiations auxquelles un enfant assis devant son ordinateur portable en communication avec un émetteur Wifi dans sa classe est soumis est 3 fois plus intenses que celles enregistrées à proximité d'une tour de cellulaire! Il faut absolument des connexions filaires, et non sans fil, pour protéger nos enfants de cette technologie dangereuse.

HESA WIFI Hearings OCT 28 2010
http://www.youtube.com/watch?v=x8kJYHSuig8
Santé Canada défend l’industrie du WiFi au détriment de la santé de nos enfants...




24.

Les horreurs de l'exploitation du gaz de schiste aux USA

Un rappel de ce qui menace le Québec alors que la commission d'enquête du BAPE est censée remettre son rapport avec ses recommandations au gouvernement en février... Le Québec DOIT suivre la voie tracée l'été dernier par la France: France Bans Fracking for Shale Gas "Energy companies that plan to use fracking to produce oil and gas in France will have their permits revoked and its use could lead to fines and prison, according to the law passed by a vote of 176 in favor, 151 against by the senators in Paris. Under the bill approved yesterday, companies with exploration permits will have two months to declare whether they intend to use hydraulic fracturing. If they do, their permits will be revoked."

Fraccidents (JANUARY 9, 2012)
http://www.enviroblog.org/2012/01/fraccidents.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+Enviroblog+(Enviroblog
(...) In a small town in Colorado, 600 yards from three elementary schools and a childcare center, the natural gas industry is about to drill wells and expose hundreds of school children to chemicals that have never been proven safe, for which there is no accountability when it comes to their safe disposal and for which there is no clarity on who would assume liability (and future medical bills) for the health of these children should they become ill. It's an unprecedented situation, because in the haste to drill, no regulations and no long-term human health studies have been conducted to assess the impact that these processes and the chemicals used in them might have on the health of children. According to the Denver Post, "the American landscape is dotted with hundreds of thousands of new wells and thousands of drilling rigs, as the country scrambles to tap into this century's gold rush for natural gas.
(...) Despite provisions in the Clean Air Act, there is something called the Halliburton Loophole that allows the gas companies to inject proprietary mixtures of methane, ethane, liquid condensate, and volatile organic compounds (VOCs) into the wells. Some of the VOCs that are used in the mixtures have a significant impact on health and include benzene, toluene, ethyl benzene and xylene. Health effects of exposure to these chemicals include neurological problems, birth defects, and cancer. Other symptoms may include bloody noses, asthma, GI distress, diarrhea, dizziness, migraines, nerve pain, neurological disorders and skin rashes. These health risks pose a potential threat to children. Yet despite these concerns, drilling is beginning on eight natural gas wells less than 600 yards from our school, Erie Elementary, Erie Middle School and Exploring Minds Childcare Center. Yes, three schools and a childcare center are about to be exposed to an unprecedented experiment in children's health.Will the school nurse will be seeing dozens of sick children in her office. What health issues will these students have in 5 years? In 10 years? CLIP
Voir aussi What You Need to Know About Natural Gas Production et Fracking Across the United States




25.

Pétition : Demande de moratoire sur l'utilisation de la fracturation hydraulique

Ce qui suit a été envoyé par Jacques Audet (jacomofino@hotmail.com)

C'est maintenant à nous tous de jouer, la balle est dans notre camp, votre opinion est très importante. S.V.P. prenez quelques minutes et participez à la sauvegarde de l'eau potable de nos cours d'eau, donnons-nous la main tous ensembles !

Allez signer la pétition nouvellement en ligne sur le site de l'Assemblée nationale et portée par le nouvel organisme sans but lucratif (OSBL) des citoyens de Gaspé « Ensemble pour l'Avenir durable du grand Gaspé ». Cette pétition réclame un MORATOIRE PERMANENT ET COMPLET sur la fracturation hydraulique PARTOUT au Québec.

Le lien pour accéder à la pétition : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-2481/index.html

Texte de la pétition

CONSIDÉRANT QUE la compagnie Pétrolia a annoncé son intention d’utiliser la fracturation hydraulique, la même méthode que celle utilisée pour l’extraction du gaz de schiste – pour la production de pétrole dans ses puits Haldimand et Tar Point;

CONSIDÉRANT QUE la fracturation hydraulique est une technique de forage risquée quant à la possibilité de contamination de la nappe phréatique, des sources d’alimentation d’eau potable, des lacs et des rivières du grand Gaspé ainsi que les eaux de la baie de Gaspé;

CONSIDÉRANT QUE cette technique soulève de vives inquiétudes chez les citoyennes et citoyens relativement aux risques associés pouvant affecter leur qualité de vie;

CONSIDÉRANT QUE le conseil municipal de la Ville de Gaspé s’est prononcé en faveur d’un modèle de développement de l’industrie des hydrocarbures qui préconise la protection de l’environnement, notamment en ce qui a trait à la qualité de l’eau;

CONSIDÉRANT QU’en vertu du principe de précaution, l’absence de certitude scientifique ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’adoption de mesures effectives visant à prévenir une dégradation de l’environnement;

En conséquence, nous, soussignés, demandons que le gouvernement ordonne un moratoire complet sur l’utilisation de la fracturation hydraulique et qu’il n’octroie aucun permis autorisant des essais ou l’utilisation de cette technique de forage sur la totalité du territoire québécois, tant pour le pétrole que pour le gaz de schiste, et ce, en vertu du principe de précaution et au nom des générations futures.




26.

Production d'hydrocarbures dans le golfe du St-Laurent : Il faut une vraie consultation publique

Gaspésie : vives critiques de la consultation sur l'exploitation des hydrocarbures dans le Saint-Laurent (20 janvier 2012)
http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2012/01/20/006-hydrocarbures-saint-laurent-etude.shtml
La Conférence régionale des élus de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CREGIM) juge défavorablement le processus de consultation adopté par Québec dans le cadre de l'Évaluation environnementale stratégique (ÉES 2) sur la mise en valeur des hydrocarbures dans le golfe du St-Laurent.
(...) Nombreuses incertitudes - La CREGIM soutient aussi que contrairement à ce qu'indique le rapport déposé par Génivar, le principe de production et de consommation responsable, l'un des 16 principes de développement durable, n'a pas été considéré dans l'analyse. Ainsi, les effets sociaux à long terme de la production d'hydrocarbures n'ont pas été répertoriés, selon l'organisme. La CREGIM indique aussi qu'il existe toujours plusieurs incertitudes scientifiques. Il n'y a pas, par exemple, d'étude systémique qui analyse les différents écosystèmes et leur interdépendance. Les élus mettent en doute également les critères qui ont guidé la firme Génivar pour inventorier et classer les zones de sensibilité. Ils se demandent notamment pourquoi la Baie-des-Chaleurs n'est pas considérée, au même titre que les littoraux madelinots et du Nord-Est de la Gaspésie, comme une zone de forte sensibilité. D'ailleurs, les auteurs du mémoire de la CREGIM demandent que la vulnérabilité de la région, en cas de catastrophe écologique, soit mise en lumière dans le rapport final.

Une vraie consultation publique
La porte-parole de la Coalition Saint-Laurent, Danielle Giroux, ajoute sa voix à celle de la Gaspésie. Mme Giroux estime aussi que la consultation est incomplète.Elle dénonce surtout le fait que les populations locales n'ont pas pu répondre à l'avalanche de données réunies par Génivar.¨ « Même les scientifiques disent avoir manqué de temps pour analyser ce rapport qui sera très important pour l'avenir du golfe. Il faut vraiment comprendre qu'on va vivre avec le rapport final ensuite », soutient Mme Giroux. L'organisme, qui avait demandé, en vain, la prolongation de la période de consultation, exige maintenant un véritable exercice public. La coalition reproche au gouvernement d'avoir accordé, pour la première fois, le mandat de consulter le public, à une firme privée. Pour sa part, le chargé de projet de Génivar, Christian Couette, se contente de dire que le moment n'est pas encore venu de faire un débat en profondeur qui conduira à la décision d'aller de l'avant ou non avec l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures dans le golfe du Saint-Laurent. VOIR le Mémoire de la CREGIM sur le rapport préliminaire de la firme GENIVAR