Bulletin #45: Grande MANIFESTATION NATIONALE anti-compteurs le 14 juin et PLUS !




16 mai 2014

Bonjour

Même si je ne prévoyais pas préparer et diffuser un 45e bulletin avant quelques mois, je me dois de vous faire part de nouvelles importantes. J'espère que vous pourrez trouver le temps de prendre connaissance de ce mini-bulletin (mini en comparaison des précédents) et surtout de participer à la manif du 14 juin, ou d'en organiser une si vous être trop loin de Montréal pour aller participer à celle qui partira à 2 pm du parc face au 901 rue Square Victoria.

Bonne lecture – et SVP faire suivre à tous vos contacts !

Jean Hudon
Co-fondateur et webmestre
Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique
http://www.cqlpe.ca
Membre du comité organisateur de la campagne Je garde mon compteur !
http://www.jegardemoncompteur.com

PS Si vous habitez dans un secteur où le déploiement est terminé, svp me transmettre (brièvement) vos observations sur la présence ou non d'oiseaux ce printemps (fréquentation des mangeoires notamment) afin de confirmer si oui ou non les micro-ondes pulsées des compteurs les font fuir. Tout autre comôrtement animal inhabituel devrait aussi être signalé. Et si vous subissez des symptômes dûs aux compteurs, et que vous aimeriez nous offrir un bref témoignage à ajouter aux autres ICI, svp me les envoyer à info@cqlpe.ca. NE MANQUEZ PAS de regarder l'excellente vidéo de la manifestation du 12 avril dernier comportant de nombreux témoignages de participants.

ABONNEMENT GRATUIT À CE BULLETIN : Si vous recevez une copie de ce bulletin, et aimeriez vous y abonner, il suffit d'envoyer un courriel à info@cqlpe.ca en inscrivant 'Abonnez-moi au bulletin' comme sujet de votre courriel. Si vous ne désirez plus y être abonné-e, il suffit de le demander à la même adresse de courriel.

Ce 45e bulletin est archivé au http://www.cqlpe.ca/Bulletins/Numero45.htm

Vous pouvez consulter ICI les précédents bulletins.

Si vous ne l'avez pas encore fait, signez la PÉTITION de résistance populaire de la campagne Je garde mon compteur ! qui vient de franchir le cap des 5000 signataires..

Si vous ne l'avez pas encore lu, voir mon précédent Bulletin #44 : Il n'y a pas plus aveugles et sourds que ceux et celles qui ne veulent rien voir ni entendre...


« Cette technologie est une crime contre l'humanité et les propriétaires des compagnies de technologie sans-fil, en collusion avec nos institutions gouvernementales et nos politiciens, sont tout aussi coupables, en plus des soi-disant 'scientifiques' qui se prostituent pour de l'argent. »

– Annie (leplateaurefuse@gmail.com)


* * *

MANIFESTATION NATIONALE anti-compteurs électro-polluants

SAMEDI 14 JUIN 2014


Manifestations simultanées en Colombie-Britannique et au Québec

Accueil : dès 12h30 - De 12h30 à 14 heures :
Animation. Bouffe de rue (camions ambulants). Distribution de coeurs blancs.
Départ de la marche : 14 heures

Lieu : Parc face au 901 rue Square Victoria, Montréal
Arrivée : Bureau du Premier Ministre

Bénévoles recherchés pour sécurité, accueil, distribution des coeurs, etc.

Sincères REMERCIEMENTS à celles et ceux qui ont participé à la manifestation du 12 avril dernier :
nous étions plus de 500!!! WOW!!!

Serons-nous 5000 cette fois-ci?
Votre présence fera la différence!!! Visionner le vidéo de la dernière manifestation
http://www.youtube.com/watch?v=qRG6i9g8lro

Ce qui précède a été diffusé par Sylvie Robitaille (bouchervillerefuse@gmail.com), membre du comité organisateur de cette manif.
À voir !

Affiche pour annoncer la manif du 14 juin
http://on.fb.me/1utIXVk

Voir la page Facebook de cet événement
http://on.fb.me/TnLCT7

Un départ en autobus est organisé à partir de Valleyfield pour aller à la manif de Montréal
http://on.fb.me/1p3wNm2



Note de Jean: Voici les nouvelles reçues sur l'organisation de cette manif par les opposants en Colombie-Britanique qui en ont proposé l'idée...

SMART METER RALLY Saturday, June 14

B.C. RALLY for a REAL Smart Meter Opt-out . . .  for ALL!

SMART METERS = DEMOCRACY DENIED


JOIN one of several B.C. RALLIES to SUPPORT EVERYONE'S HUMAN RIGHT to OPT OUT of our undemocratic, provincially mandated SMART METER program.

Rallies will include prominent speakers and activities.

B.C. VENUES:

LOWER MAINLAND: in BURNABY FRASER FORESHORE PARK, across from Smart Meter headquarters, 9265 Glenlyon Pkwy, Burnaby 
(12 p.m. to 2 p.m.)

VICTORIA: in front of the B.C. Legislature Building
(12 p.m. to 2 p.m.)

NANAIMO: at M.L.A.'s office, 4-77 Victoria Crescent
(11 a.m. to 1 p.m.)

SALMON ARM: contact stclair@telus.net
(12 p.m. to 2 p.m.)

UPPER SUNSHINE COAST in Powell River. March from BC Hydro Office to office of MP Nicholas Simon
(12 p.m. to 2 p.m.)

These rallies will take place in tandem with the smart meter rallies happening in MONTREAL and other QUEBEC communities on June 14th. This will be a COAST-TO-COAST expression of Canadians' outrage and concerns about the Smart Meter Program nation-wide, and the governments that support them.

Your attendance and/or assistance are important, and greatly appreciated.

Voir le POSTER qu'ils utilisent pour annoncer ce rally.

Voici ce que Linda Ewart (linda@citizensforsafetechnology.org) avait écrit auparavant.

As for our progress here, we are still awaiting permissions for our venue in Vancouver. When this happens, most likely tomorrow, we will be able to move ahead with further arrangements on as large a scale as we can muster.  We are poised to send out a newsletter that reaches a large readership in BC, and the Vancouver Health Action Network is on board to put the word out.  We have other organizations who will most likely join us as well.

The main areas in BC that are participating in the rally are Vancouver, Victoria and, I believe, Salmon Arm in the Interior region of BC. There are other smaller rallies brewing elsewhere, but I don't yet have a list of those.

In Victoria, the venue is the Provincial Legislature, and in Vancouver we are almost sure that our venue will be Smart Meter "headquarters".  

I'm waiting to hear details from Una St Clair re the Interior rally.

In Victoria the "Victoria Stop Smart Meter Action Committee" have speakers arranged, and a plan for alerting the media. They are making white hearts, as per the white hearts in Montreal, and they plan to have a banner for the overpass a few days prior to the rally to advertise the event. Our report card for the Liberals is in progress, and it's looking good.

Vancouver will follow their lead somewhat. When the venue is confirmed we will move ahead with enthusiasm.

Our Vancouver volunteers are meeting on Wednesday evening, which will unfortunately be too late for your network update to register the details of what we are doing. I will send you confirmation of the venues hopefully before then.  I know . . . time is fleeting!

That's all for now.

* * *

IMPORTANT COMPTE-RENDU...

Mme Véronique Dubois, secrétaire de la Régie de l'énergie m'a téléphoné en fin d'après-midi, mercredi le 14 mai - la première fois que quelqu'un de la Régie se donne la peine de communiquer ainsi avec moi par téléphone - suite à un message téléphonique que je lui avais laissé quelques jours auparavant. J'étais bien sûr ravi de pouvoir lui parler. La première raison de son appel : elle aimerait bien cesser de recevoir des courriels de personnes lui signalant l'installation de compteurs en dehors de la zone 1 et croyant que la décision de la régie du 5 mai l'interdisait.

Elle tenait à m'expliquer (comme je le souhaitais) qu'en fait, malgré les apparences quelque peu trompeuses, la décision du 5 mai dernier autorisait bel et bien (hélas!) Hydro à déployer 200 000 compteurs de plus en dehors de la zone 1. Son explication : La première partie de la décision visait à préciser à Hydro-Québec que, malgré le «passe-droit» accordé dans la deuxième partie, cela ne devait pas être considéré par elle comme une acceptation implicite de sa demande pour les phases 2 et 3.

Elle convenait que le jargon technico-légal du calcul dans un compte séparé des coûts de déploiement de ces 200,000 compteurs additionnels n'était pas aisé à comprendre pour le commun des mortels, mais il visait à faire comprendre à Hydro que dans l'éventualité (très théorique à mon humble avis) où la régie ne donnerait pas le feu vert pour les phases 2 et 3, Hydro doit accepter de prendre le risque financier de ces coûts si ces 200,000 sont déployés - et ainsi la Régie se protège si jamais elle dit non.

Les seuls secteurs où les CNG seront donc déployés sont ceux où l'infrastructure des routeurs et collecteurs avait déjà été installée tel qu'autorisé auparavant, ce qui est conséquent du point de vue de la Régie afin que cet investissement n'ait pas été en vain. Donc aucun CNG au Saguenay (Phase 3) ni dans la ville de Québec, car ce n'est que dans les secteurs limitrophes à la zone de la phase 1, où cette infrastructure avait été installée à l'avance, que ces 200,000 compteurs sont présentement déployés.

Je lui ai dit que si jamais j'obtenais une preuve avec photo qu'un CNG a été installé là où il ne devrait pas l'être, je lui enverrais cela, mais elle m'a dit de recommander plutôt aux clients mécontents (le cas échéant si c'est vrai) de suivre la procédure normale prévue - soit déposer d'abord une plainte à Hydro qui a 60 jours pour y répondre, puis déposer une plainte en bonne et due forme (il faut payer) à la Régie s'ils sont insatisfaits de la réponse d'Hydro. Elle-même ne pourrait rien faire avec de telles preuves. Je lui ai signalé la longueur excessive des procédures pour une plainte suivant les voies normales, mais c'est ainsi fait qu'il n'y a pas d'autre moyen.

Elle s'est plainte aussi des nombreuses mises en demeure dont la Régie et Hydro reçoivent copie, disant que la procédure du droit de retrait était la seule et bonne voie à suivre. Je lui ai souligné que cette procédure avait des faiblesses comme dans le cas des compteurs groupés. Elle l'a admis en laissant entendre que rien n'est parfait...

Lorsqu'elle m'a rappelé que la Régie ne reviendrait plus sur les risques pour la santé, problème définitivement examiné et réglé selon elle, je lui ai fait valoir que Richard Lassonde avait rejeté toutes les études soumises en preuve par l'AQLPA et qu'il avait refusé de laisser le Dr Carpenter s'exprimer librement aux fins de l'expertise pour laquelle l'AQLPA l'avait fait témoigner. Elle m'a rétorqué qu'il était en conflit d'intérêts, ayant, selon ce qu'on lui a dit je présume, des parts dans l'entreprise de Cindy Sage conseillant en Californie les gens désirant se protéger de la pollution électromagnétique, et que cela faisait de lui un témoin partial, ce que les règles de la Régie en cette matière interdisent. Je lui ai dit que le Dr Carpenter n'avait selon moi aucun rôle comme partenaire dans l'entreprise de Cindy Sage, et que même s'il avait pris part au groupe de scientifiques ayant produit les deux rapports BioInitiative dont les conclusions démontrent aux yeux de la Régie un parti-pris contre les sources de pollution électromagnétique, ce qui pouvait effectivement le rendre partial dans ses opinions aux yeux du régisseur Lassonde, la même rigueur d'application de la règle n'avait certainement pas prévalue envers le Dr Plante, dont Lassonde a abondamment (13 pages!) encensé la moindre parole de son témoignage dans sa décision écrite où il affirmait « Une des preuves des plus pertinentes et crédibles présentées à la Régie est celle du Dr Michel Plante. » (ce dernier bout, l'encensement, je ne lui ai pas dit, mais je l'ai exprimé comme tel dans le premier élément de mon plus récent bulletin http://www.cqlpe.ca/Bulletins/Numero44.htm).

Parlant du bulletin, je lui ai demandé si elle aimerait y être abonnée, mais elle m'a dit ne pas avoir le temps - ce qui se comprend - pour lire cela dans le cadre de son emploi. On a alors dû se laisser car elle avait un rendez-vous, mais j'aurais aimé lui poser quelques autres questions. Peut-être les astres s'aligneront-ils un jour pour qu'on puisse se reparler.

La conversation a été cordiale et respectueuse, mais devant sa certitude que la Régie a pris la bonne décision en rejetant toute notion que les émissions des compteurs puissent représenter un danger et que les scientifiques et personnes défendant ces idées le feraient parfois pour des intérêts personnels mercantiles, j'en retiens l'impression que sa vision reflètent sans doute la culture de «tour d'ivoire» de cet organisme dont les agents sont, semble-t-il persuadés d'avoir le monopole de la vérité, et ne peuvent concevoir qu'une chose : ses détracteurs ont tous tort ; eux seuls ont raison. Ce qui s'apparente, comme une copie conforme, à la culture impériale, arrogante, hautaine et profondément détestable d'Hydro-Québec... à mon humble avis.

Il faudrait bien enclencher une profonde réforme de cette Régie autocratique et déconnectée de la réalité du monde ordinaire. Mais comme elle fait bien sa job du point de vue du ministre des finances - actuel ou passé - puisque Hydro vient de payer près de 2,2 milliards en dividendes à l'État sur des profits de presque 3 milliards, j'imagine difficilement que Philippe Couillard veuille s'y intéresser.

La seule voie qu'il nous reste pour ne pas se faire complètement écraser par cette machine kafkaïenne, c'est celle de la résistance populaire, de l'usure graduelle par tous les moyens raisonnables et intelligents possibles, jusqu'à ce qu'il ne puisse plus tolérer de se faire pointer du doigt comme étant l'éléphant qui détruit tout dans le magasin de porcelaine de notre santé et de notre vie privée à tous.

Si l'on parvient à se faire respecter, pardon... correction QUAND on parviendra enfin à se faire respecter, ce ne sera toutefois pas la première fois, car Hydro a déjà dû accepter de reculer devant l'opposition citoyenne à ses visées - le cas de la centrale du Surois en étant le meilleur exemple.

Selon http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/dossiers/hydro/thermique.html il avait fallu que «Les deux tiers des Québécois s'opposent au nouveau projet soumis par la société d'État : la centrale thermique du Suroît, à Beauharnois. Tout comme les environnementalistes et, même, les ingénieurs d'Hydro. Bref, le projet est loin de faire l'unanimité.» On en est à la moitié dans la région de Montréal. Encore quelques efforts et la sauce de l'inacceptabilité sociale de cette technologie deviendra trop indigeste, même pour l'Hydre québécoise.

Comme je le signalais en session Skype aujourd'hui avec un nouveau groupe formé à Rimouski, jamais je crois une cause n'a généré autant d'appuis dans le monde municipal (sans oublier le vote unanime de la précédente mouture de l'Assemblée nationale). On va finir par finir de réussir !

À plus...

Jean

PS Voir la résolution de Sorel adoptée le 5 mai dernier et portant le total à 96 appuis municipaux, un nouveau modèle idéal - à émuler partout ailleurs au Québec... ;-)

* * *

Le texte suivant est paru ces derniers jours – souvent en version abrégée – dans une dizaine de médias québécois dont La Presse et le Huffington Post, ce qui a généré une fréquentation élevée sur le site Jegardemoncompteur.com et permis de dépasser le cap des 5000 signataires de notre pétition de résistance collective.

La menace bien réelle des compteurs 'intelligents'

Jean Hudon, le 16 mai 2014

Le 5 octobre 2012, la Régie de l'énergie donnait son feu vert à Hydro-Québec pour entamer la phase 1 du déploiement des compteurs « nouvelle génération » sur tous les immeubles de la région métropolitaine de Montréal. Elle approuvera tout probablement sous peu leur déploiement partout ailleurs au Québec, et ce, après avoir refusé de réexaminer les effets sur la santé des émissions de radiofréquences (de type micro-ondes pulsées) de ces appareils, malgré les centaines de témoignages qu'elle a reçus à cet égard, et sans ordonner qu'une étude d'impacts soit réalisée, malgré les demandes répétées en ce sens.

De fait, des centaines de milliers de citoyens québécois sont préoccupés par les effets sur leur santé et celle de leur famille d'une exposition continue à ces puissantes émissions pulsées, avec des pointes pouvant dépasser 50 000 microwatts par mètre carré (µW/m2). C'est ce qu'a révélé un sondage Léger Marketing réalisé au début d'avril auprès de 500 répondants de la grande région de Montréal, puisque 63 % d'entre eux ont alors avoué une telle préoccupation. De plus, 52 % des citoyens sondés s'opposaient à la poursuite du déploiement de ces appareils si une étude d'impacts n'est pas d'abord réalisée pour savoir si oui ou non ils sont nocifs pour la santé.

Hélas, tout comme Hydro-Québec, la Régie de l'énergie n'en a cure, semble-t-il, puisqu'elle a essentiellement pour mandat d'examiner les demandes de cette société d'État sous l'angle de leurs impacts financiers sur sa rentabilité. Et pour cause, ainsi que 73 % des répondants le craignent, comme ce type d'appareil est justement conçu pour permettre la tarification différenciée dans le temps, une fois tous les compteurs déployés, il risque fortement d'y avoir une hausse des tarifs aux heures de forte consommation, ce qui pourrait gonfler la facture de 15 à 20 %, comme cela s'est produit en Ontario et ailleurs.

Inquiets de se voir imposer contre leur gré ces fichus compteurs, de nombreux citoyens se sont mobilisés, et ont notamment obtenu l'appui de leur conseil municipal dans cette lutte fort inégale. À ce jour, près d'une centaine de municipalités, représentant plus de deux millions de Québécois, ont demandé un moratoire et/ou la gratuité du droit de retrait. Jugés exorbitants, inéquitables et punitifs (à 17 $ par mois plus 98 $ au départ), les frais exigés pour avoir un compteur « non communiquant » (non émetteur de radiofréquences) visent uniquement à dissuader les clients de s'en prévaloir. Ce qui n'a pas empêché plus de 5 600 ménages de le faire en date du 1er mai. Et c'est sans compter les dizaines de milliers d'autres ayant réussi à empêcher les installateurs de leur enlever leur bon vieux compteur électromécanique (à roulette), sécuritaire et qui seraient trois fois plus durables que les fragiles compteurs « intelligents », qu'il faudrait remplacer dans à peine 15 ans.

Toutefois, suite aux nombreuses pressions exercées, Hydro-Québec vient de consentir à diminuer les frais liés au droit de retrait qui, une fois approuvés par la Régie, passeraient à 48$ pour l'installation d'un compteur non communicant et à 8$ par mois pour la relève manuelle de la consommation électrique - tous les détails ICI. Ce n'est pas la gratuité demandée, mais au moins les efforts des opposants n'auront pas été en pure perte ! Et la pilule sera moins dure à avaler pour les 1,5 millions de clients s'étant déjà fait imposer un de ces dangereux appareils et désirant s'en débarrasser.

Néanmoins, il faut surtout savoir que l'Organisation mondiale de la santé a classée les radiofréquences (RF) comme « peut-être cancérogènes », en 2011, et que des milliers d'études scientifiques indépendantes ont aussi démontré que de faibles expositions répétées aux RF peuvent être génotoxiques (bris de l'ADN) et neurotoxiques (séquelles neurologiques diverses). Si Hydro-Québec s'obstine à imposer cette technologie, c'est qu'elle peut se réfugier derrière le Code de sécurité 6 de Santé Canada, sa désuète ligne directrice sur l'exposition aux RF adoptée en 1979. En effet, le Code 6 ne reconnaît que les effets thermiques (réchauffement) des RF et ignore les effets biologiques observés à des niveaux d'exposition aussi faibles que 100 µW/m2 (maximum recommandé à l'intérieur d'une maison par le Conseil de l'Europe). Santé Canada prétend qu'il n'y a pas d'effets biologiques possibles en bas des 6 millions de µW/m2 permis par le Code 6, alors que des pays comme la Suisse, l'Italie, la Russie et la Chine ont adopté des limites d'exposition beaucoup plus sévères, dans l'esprit du principe de précaution*.

Mais les problèmes avec cette technologie ne s'arrêtent pas là. Grâce aux données très détaillées sur la consommation électrique qu'ils envoient à Hydro-Québec, il est possible de tracer un portrait précis de nos habitudes de vie et des appareils que nous possédons. Malgré leur cryptage, des pirates informatiques, voire la Gendarmerie royale du Canada ou la National Security Agency (NSA) américaine, pourraient mettre la main sur ces données, et ainsi pouvoir épier à notre insu nos moindres faits et gestes dans le sanctuaire de notre demeure. En plus de constituer une atteinte potentielle à la vie privée et un sérieux risque sanitaire qui, à la longue, pourrait bien faire décupler le nombre de cas du cauchemardesque Syndrome d'intolérance aux champs électromagnétiques, ces appareils ont la fâcheuse tendance à prendre feu quand leur circuit de protection contre les surtensions fait défaut. L'EMF Safety Network compile les cas de compteurs intelligents qui ont pris feu.

Si ce qui précède vous a persuadé-e de résister, sachez que vous n'êtes pas seul-e. Près de 5 000 Québécois ont signé une pétition indiquant leur volonté de ne pas se faire imposer un tel risque. Pour vous joindre à eux et en apprendre beaucoup plus, visitez le site JeGardeMonCompteur.com. Assurez-vous d'y consulter les témoignages de personnes déjà affectées. Et parlez-en autour de vous, même si hélas pour plusieurs, il est déjà trop tard...

* Le principe de précaution est applicable lorsque les certitudes scientifiques manquent ou sont insuffisantes pour prouver la relation de cause à effet et que, simultanément, de sérieux indices font craindre un risque important pour la santé de l’homme et des animaux ou pour l’environnement. En cas d’incertitude scientifique, il y a un droit, voire une obligation, de prendre des mesures préventives. L’application du principe doit obéir à des processus transparents et conformes à l’État de droit. Il convient de mener des recherches plus poussées, notamment en vue de trouver des solutions de rechange, dans le but d’éliminer l’incertitude scientifique. D’aucuns sont d’avis qu’il appartient au «pollueur » de prouver la sécurité de son activité éventuellement dangereuse et non pas aux victimes. (Tiré d'ICI)


Jean Hudon est co-fondateur et webmestre de la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique, et membre du comité organisateur de la campagne Je garde mon compteur.

* * *

Note de Jean : Pour ceux et celles qui ne le savent pas encore, Hydro-Québec a déposé le 16 mai à la Régie sa DEMANDE DE MODIFICATIONS DE L’OPTION D’INSTALLATION D’UN COMPTEUR N’ÉMETTANT PAS DE RADIOFRÉQUENCES - On trouvera ICI un communiqué de presse décrivant cette demande et ICI une présentation sommaire de cette demande soumise è la Régie. En gros, si c'est accepté par la régie, les frais passeraient à 48$ pour les frais d'installation (quand on peut profiter du rabais de $37 lequel serait valide pour les clients de la Phase 1 dans un délai de 90 jours après l'éventuelle décision de la Régie, tel qu'on peut le lire en page 9 de la demande, soit « les clients chez qui un compteur de nouvelle génération a déjà été installé et ceux ayant déjà reçu leur avis d’installation d’un CNG, mais n’ayant pas adhéré à l’option de retrait pourront, à l’intérieur d’une période de 90 jours suivants l’entrée en vigueur de l’article, formuler leur demande pour un CNC et bénéficier du crédit révisé de 37 $ pour des frais totaux d’installation de 48 $. » et à 8$ par mois (au lieu de 17$) pour les frais de relève. Les frais seraient de 85$, sans le rabais de $37, si l'on se décide à demander un compteur non communicant dans les 90 jours suivant la date de l'envoi de l'Avis d'installation d'un compteur de nouvelle génération. Ces deux frais abaissés seront rétroactifs et les personnes ayant payés le précédent tarif auront donc un crédit sur leur compte.

À noter qu'Hydro propose de ne faire que 3 relèves par année (le minimum requis pour capter l'effet saisonnier) au lieu de 6, ce qui donnerait tout de même un coût de $32 par relève, à raison de 18 minutes chaque fois que le releveur viendra, soit 1,70$ par minute!! Quand on sait que la Régie indiquait, en page 45, paragraphe 205 de ce document datant du 5 octobre 2012, que « La Régie note qu’un client qui exercera l’Option de retrait paiera déjà la redevance mensuelle d’abonnement qui inclut des frais pour la relève des compteurs. Le Distributeur indique que les coûts de relève s'élèvent à 5,85 ¢ par jour par abonnement, soit environ 1,75 $ par mois. », le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y a un écart fabuleux entre le coût réel pour Hydro de la relève, soit 1,75 $ par MOIS, qui de toute manière est déjà incluse dans la redevance mensuelle d’abonnement et le 1,70$ par MINUTE que réclament les petits génies en marketing d'Hydro qui veulent ainsi garder un minimum de force dissuasive aux frais de l'option de retrait.

Je compte soumettre sous peu à la Régie un complément à mes précédentes observations [ce que je vous encorage tous à faire aussi - à envoyer à greffe@regie-energie.qc.ca en indiquant À verser au Dossier R-3854-2013 phase 2 (observations)] dans lequel je compte faire valoir que ces frais abaissés continueraient à être discriminatoires et tout aussi abusifs, car il n'y a aucune raison logique à ce que le compteur 'intelligent' soit installé gratuitement et pas le compteur non-communicant. Quant aux frais de relève, ils n'ont, en toute logique, pas lieu d'exister puisqu'ils sont déjà inclus dans la redevance mensuelle d’abonnement de 12,33$ que tous les clients d'Hydro payent. Ces frais ne visent qu'à pénaliser et à dissuader ceux qui veulent simplement protéger leur santé et celle de leur famille – ce qui les rend encore plus inacceptables. La seule option acceptable est celle de la gratuité complète comme au Vermont. De plus, il est GRAND temps que la Régie impose à Hydro-Québec une troisième option, soit de permettre aux clients qui le désirent de conserver ou d'obtenir un compteur électromécanique (comme en Californie ou PG&E n'a eu aucun problème à trouver une fournisseur, et comme c'est maintenant le cas aussi en Colombie-Britannique) sans aucun frais additionnel (et selon Laval Refuse «le nouveau gouvernement libéral maintient sa position par écrit qu'il est pour le libre-choix, soit le maintien du compteur électromécanique sans frais pour ceux qui en font la demande», une assertion que je n'ai pu vérifier). Si un releveur peut venir 3 fois par année faire la relève, ça ne fait aucune différence qu'il relève les données d'un bon vieux compteur traditionnel plutôt que d'un compteur Itron C1S dont le client n'a aucune certitude qu'il n'a pas été doté en catimini d'un module de communication et qui pourrait, dans certains cas, engendrer ou aggraver un problème d'électricité sale (voir Les hautes fréquences transitoires associées au cancer).

Rappelons enfin que si la plus grande compagnie d'électricité de l’État du Massachusetts (voir No smart meters in Boston) a conclu qu'il n'y a aucun fondement rationnel pour la mise en oeuvre de l'AMI (AMI = Advanced Metering Infrastructure = « infrastructure intelligente de mesurage de l’électricité) ; que les inquiétudes des clients sur les effets pour leur santé et l'atteinte à leur vie privée sont justifiées ; qu'il n'y a aucune justification des coûts pour prendre en charge la mise en oeuvre de l'AMI ; que les compteurs "intelligents" ne réduisent pas le nombre de pannes ; que ces systèmes de mesurage ne sont pas nécessaires pour intégrer les ressources distribuées... (éolien & solaire) ; et que l’AMI introduit un tout nouveau portail d'accès au systèmes informatiques des [compagnies], ce qui augmente considérablement les risques deau plan de la cyber-sécurité, les clients rejettant en bloc le gaspillage d'un milliard de dollars de cette aventure délirante et désirant conserver leur compteur à roulette sont parfaitement en droit d'insister pour ne pas de faire imposer une technologie dont ils ne veulent pas sur ou dans leur lieu de résidence.


Voici un article du Devoir datant du 17 mai 2014 présentant la proposition d'Hydro...

http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/408531/compteurs-intelligents-frais-d-exclusion-le-compteur-tourne-au-ralenti

Frais d’exclusion : le compteur tourne au ralenti

Hydro-Québec confirme vouloir réduire la facture imposée aux opposants aux compteurs intelligents

Les Québécois qui ne veulent pas des nouveaux compteurs « intelligents » d’Hydro-Québec pourraient voir leurs frais fondre de moitié. Tel que prévu, la société d’État a déposé une demande en ce sens vendredi à la Régie de l’énergie pour répondre aux « préoccupations » de certains clients.
 
Si la Régie accepte la demande de révision des frais proposée par Hydro-Québec, les Québécois qui ne veulent pas qu’un compteur de nouvelle génération soit installé chez eux devront payer des frais d’installation de 48 $ (plutôt que 98 $ actuellement) pour être munis d’un compteur « non communicant ». Cette baisse serait appliquée de manière rétroactive, ce qui veut dire que les clients s’étant déjà prévalus de l’option de retrait seraient remboursés en obtenant un crédit sur leur facture.
 
« Cette demande de révision se fait dans un contexte où on a 1,5 million de [nouveaux] compteurs installés. On a une idée plus juste de nos façons de faire, des manières d’optimiser nos interventions, et on constate que le coût unitaire pour l’installation des compteurs non communicants est moins élevé que prévu », explique le porte-parole d’Hydro-Québec, Patrice Lavoie.
 
Hydro-Québec demande aussi de réduire de 204 $ à 96 $ les frais annuels qui couvrent la lecture des compteurs « non communicants » par un représentant. Cette baisse s’explique par le fait qu’Hydro-Québec veut faire passer de six à trois le nombre de relèves des données, ce qui correspond au seuil minimal autorisé par la Régie. Les clients qui ont déjà refusé les nouveaux compteurs ne seront toutefois pas remboursés puisqu’ils ont déjà bénéficié des six relèves annuelles.
 
« C’est le compromis qu’Hydro-Québec propose : une facturation moins souvent basée sur la consommation réelle. Mais en fin d’année, lorsqu’on fait la relève manuelle, le client paie toujours pour l’électricité qui est réellement consommée », précise M. Lavoie.
 
La société d’État avait déjà manifesté en novembre dernier son intention de saisir la Régie d’une demande de réduction des frais liés à l’option de retrait. Elle faisait alors valoir que le taux de refus du nouveau compteur avoisinait 0,4 %, alors que les calculs initiaux prévoyaient un taux de 1 %.
 
Dans son communiqué diffusé jeudi, Hydro-Québec « estime que sa demande de révision répond aux préoccupations des clients qui considèrent les frais de l’option de retrait comme élevés ».
 
La première phase de déploiement des compteurs « intelligents » dans la grande région de Montréal doit en principe être achevée d’ici la fin du mois de juin. À ce jour, près de 1,5 million de compteurs ont été installés sur un objectif de 1,7 million. Patrice Lavoie dit avoir bon espoir que les délais prévus seront respectés.
 
Suivront ensuite les phases 2 et 3, pour lesquelles Hydro-Québec attend toujours le feu vert de la Régie de l’énergie. Si l’échéancier envisagé par la société d’État se concrétise, un total de 3,8 millions de compteurs de nouvelle génération seront installés partout au Québec d’ici 2018.

* * *

Note de Jean : Si vous désirez rapportez l'installation d'un compteur 'intelligent' (Focus AX-RD de Landis+Gyr et non un compteur Itron) dans un secteur loin de la périphérie de la zone de la Phase 1, contactez Annie de Le Plateau Refuse (leplateaurefuse@gmail.com) tel qu'elle le demande... Précisons que, tel qu'indiqué plau haut, dans sa décision du 5 mai dernier, la Régie a effectivement autorisé Hydro-Québec à déployer 200,000 compteurs en dehors de la zone de la Phase 1, là où l'infrastructure de routeurs et collecteurs avait déjà été déployée

Bonjour à tous,

Pour ceux qui sont en dehors de la zone 1 qui comprend l'Île de Montréal, Laval et les Couronnes Nord et Sud et qui se sont fait poser des compteurs intelligents sur leur maison ou dans leur appartement, sachez que la Régie de l'Énergie n'a jamais donné la permission à Hydro Québec de le faire. Ils agissent complètement en dehors de la zone permise et il faut le prouver à la Régie en déposant une plainte officielle. Vous trouverez la marche à suivre ci-dessous. Sachez que plus la Régie recevra de plaintes démontrant hors de tout doute qu'Hydro a passé outre ses directives, mieux nous serons positionner pour les faire reculer.

À vous de jouer!
Annie

Tout le processus à suivre pour le dépôt d'une plainte à la Régie de l'Énergie est expliqué clairement et simplement au
http://www4.gouv.qc.ca/FR/Portail/Citoyens/Evenements/vivre-en-logement/Pages/plainte-regie-energie-electricite.aspx

Il faut cliquer sur tous les + pour voir les détails.

On peut aussi consulter le
http://www.hydroquebec.com/grandesentreprises/services-a-la-clientele/nous-joindre/plaintes/

et surtout le GUIDE PRATIQUE À L’INTENTION DU CONSOMMATEUR
http://www.regie-energie.qc.ca/documents/autres/Brochure_Plaintes_mars04.pdf

Ça peut prendre plusieurs mois avant d'avoir une décision finale. Pour démontrer qu'Hydro a commis une erreur, il faut avoir de solides arguments.

Et justement, j'aurais cru qu'à ce stade-ci Hydro aurait cessé de continuer à déployer son infrastructure de routeurs et de collecteurs en attendant que la Régie rende sa décision pour les phases 2 et 3, et je doute que cela se fasse effectivement avec l'aval de la Régie.

* * *

UNE LUMIÈRE AU BOUT DU TUNNEL POUR LES ÉLECTROSENSIBLES !

From: Mélanie Yelle (elfic@live.ca)
Subject: Je vous recommande la technologie d'Ibrahim, la biogéométrie
Date: 22 May 2014

Jolianne est une adolescente de 14 ans qui, depuis 4 mois, étrangement à la suite de l’installation du compteur intelligent, perdait connaissance régulièrement. Puis, de nouveaux symptômes apparaissaient à tous les jours : migraines, nausées, vertiges, de l’eau dans les genoux, arthrite, faiblesse et fatigue extrême.

Nos maintes visites à l’hôpital pour enfants de Ste-Justine ne servent à rien. Ils nous retournaient à la maison avec des antidépresseurs. Diagnostique : mauvaise gestion du stress.

Ils ont vite sauté aux conclusions, et nous avons été laissés à nous-mêmes, n'étant pas supportés par le système de santé publique, ni par les médecins eux-mêmes. Pourtant, sans ces symptômes, Jolianne était une jeune fille joyeuse et pleine de vigueur. Cette situation a déstabilisé toute notre famille et par conséquent, j'ai perdu mon emploi.

Depuis, je raconte notre histoire par le biais d'Internet. André Fauteux, journaliste de ma Maison du 21e siècle, a publié mon histoire à tous ses contacts et nous avons eu la chance d'avoir l'aide de l'architecte égyptien Ibrahim Karim qui nous a offert de l'aide pour Jolianne. Ce qu'Ibrahim proposait c'était un pendentif pour éloigner ou neutraliser les ondes qui causaient tous les symptômes de Jolianne. Au début, elle avait des nouveaux symptômes et je pensais que ça ne fonctionnait pas, mais après 2 semaines, presque tous les symptômes ont disparu. Après 4 mois d'absence à l'école, elle recommence à fonctionner normalement et elle peut aller à l'école. J'ai retrouvé ma fille! Merci Ibrahim Karim.

À toutes les personnes électrosensibles, je vous recommande la technologie d'Ibrahim : la biogéométrie.

http://www.biogeometryshop.com

Mélanie

Voir aussi cet article d'André Fauteux...

Formes harmonisantes : la biogéométrie, une solution à l’électrosmog ?
https://maisonsaine.ca/wp-content/uploads/biogeo_mars_2012.pdf
Deux projets pilotes encadrés par la Suisse étonnent.
Depuis des millénaires, des architectes ont remarqué que les formes et les nombres, à l’instar des couleurs et des sons, émettent des fréquences vibratoires subtiles qui agissent sur d’autres systèmes énergétiques, affectant par exemple la santé des êtres vivants et la qualité de l’environnement. l’architecte égyptien Ibrahim Karim lève le voile sur les multiples applications de ces mystérieuses «ondes de formes» qu’il utilise en biogéométrie, la science appliquée qu’il a créée depuis les années 1970. Si celle-ci s’intéresse à des domaines aussi variés que l’architecture, l’agriculture et le transport, cet homme fascinant est surtout célèbre pour avoir soulagé, de concert avec l’état suisse, plusieurs familles hypersensibles aux champs électromagnétiques. De l’espoir pour un avenir plus harmonieux. CLIP

Note de Jean : On pourra trouver plus de détails (en anglais) sur le site d'Ibrahim Karim. Pour une validation de l'effet quasi miraculeux des objets de formes diverses qu'il utilise pour neutraliser les ondes néfastes pour la santé et les transformer en ondes positives, voir cette vidéo (avec sous-titres en anglais dans les 6 premières minutes) http://youtu.be/BVwwz-4NBQM d'un reportage de la télévision suisse qui montre comment il a pu régler grâce à la biogéométrie en 2003 les problèmes de santé des personnes électrosensibilisées suite à l'installation d'une antenne de cellulaire dans un clocher d'église dans le petit village de Hemberg en Suisse. Puis, il a refait la même chose avec autant de succès en 2005 dans le village de Hirschberg tel qu'expliqué dans cette autre vidéo http://youtu.be/VAyDBXb1ksw dans laquelle des résidents du village de Hemberg témoignent aussi 3 ans plus tard du miracle accompli par la biogéométrie. Pour de détails (en anglais) via le http://www.biogeometry.ca/#!the-miracle-of-hemberg/cu3q - un architecte ontarien, associé de M. Karim, utilise aussi la même approche avec autant de succès selon ces divers témoignages. Voir aussi The Science of BioGeometry et Une maison qui protège ses habitants : La biogéométrie, développée par l’architecte égyptien Ibrahim Karim, a servi à créer une maison qui canalise l’énergie positive de la Terre.

(...) Difficile à valider quantitativement par la science moderne, la biogéométrie est plutôt une « science de la qualité », explique Ibrahim Karim. Elle utilise des formes, des couleurs, des sons, des mouvements et des orientations afin d’harmoniser les énergies subtiles dans l’environnement, par une sorte d’alchimie énergétique.

Science de la qualité, dit-il, car sa méthode brevetée produit entre autres des effets qualitatifs ou subjectifs sur les êtres vivants (les émotions, les pensées, les sens, etc.). Mais elle produit aussi des impacts physiques plus remarquables. Parmi ceux-ci, la disparition des symptômes d’hypersensibilité électromagnétique déclenchés par exemple par les antennes relais de téléphonie cellulaire, la réduction de la température des tissus exposés aux ondes d’un téléphone cellulaire, la protection des végétaux sans pesticides et même le blindage des organes de rats exposés à des matériaux radioactifs. Bien que non publiés dans des revues scientifiques, ces effets ont été démontrés dans le cadre d’expériences biogéométriques réalisées en collaboration avec des universités réputées et des gouvernements (détails sur biogeometry.com/english/research.php).

Cette nouvelle science utilise l’énergie subtile émise par les diverses formes, ce que les anciens appelaient les ondes de formes : « L’impact des formes géométriques sur les systèmes d’énergie humaine a toujours été universellement reconnu », dit encore Ibrahim Karim, qui enseigne la biogéométrie, notamment à des doctorants, dans trois universités égyptiennes. « Cette prise de conscience a peu à peu disparu, et notre approche “moderne” est de considérer ces formes anciennes — pyramides, dômes, etc. — soit comme art symbolique, sans fonction, ou de les attribuer à des pratiques magiques. Or, les résultats de nos recherches scientifi ques effectuées partout dans le monde prouvent que la biogéométrie est la méthode la plus efficace, aujourd’hui, contre l’électrosensibilté. »

Pour creuser davantage la question, on peut lire en ligne le récent livre d'Ibrahim Karim Back to a Future for Mankind ou le commander sur Amazon.com où il s'est mérité 24 commentaires élogieux (5 étoiles), comme...

"I find it hard to even begin to explain all the wisdom in this book. Reading it felt like I took a giant leap upwards in understanding our world in a combined scientific/spiritual way. So many questions as to why the Ancient Egyptian/Native Peoples did things in ways that seemed pointless to me as someone raised in a modern society, suddenly made perfect sense. Dr. Karim blends the two world views giving us the science behind the rituals so that we in our modern world can heal what threatens to destroy us. Every chapter gives another 'ah ha' moment until I felt like my head would explode. All I can say is that Dr. Karim is working from a genius level and this book can change your whole world view for the better."

Écouter aussi cette vidéo http://youtu.be/L6woWjuG2s8 dans laquelle Ibrahim Karim explique en détails ce qu'il a fait dans le village de Hamberg et que les résultats ne peuvent être attribués à un quelconque effet placebo, puisque même les animaux en bénéficient. Il serait grand temps que ses solutions, difficilement explicables d'un point de vue scientifique, mais donnant bel et bien des résultats tangibles, soient largement appliquées...

* * *

À NOTER: Annie Pouliot (annie.p.pouliot@gmail.com) nous informe de l'existence d'une nouvelle page Facebook POUR DES PARCS SANS WI-FI À LONGUEUIL sur laquelle il y a une pétition (pour les Longueuillois et Longueuilloises seulement) en ligne que les gens peuvent signer pour indiquer au conseil de ville leur désaccord à ce que le wi-fi soit déployé dans les parcs de Longeuil. La pétition est accessible au https://secure.avaaz.org/fr/petition/Conseil_de_ville_de_Longueuil_Interdire_le_deploiment_de_reseau_WiFi_dans_les_parcs_de_Longueuil

Note de Jean : En complément aux motifs invoqués dans cette pétition, je vous recommande ce que j'avais diffusé dans le Bulletin #38 en cliquant ICI. On y retrouvait notamment un lien vers Wifi gratuit partout dans les parcs et aires publics de Montréal? - Je n'ai pas entendu parler que ce dossier a avancé depuis l'élection de Denis Coderre et il est à souhaiter que ça reste une (malheureuse) promesse électorale sans lendemain, mais à l'autre bout du spectre, il y a les gogos d'Île sans fil qui vont sans doute pousser pour qu'il tienne sa promesse. Voir CRITIQUE DE LA VISION DE L’ÉQUIPE CODERRE D’UNE VILLE INTELLIGENTE ET NUMÉRIQUE.

* * *

Le conteur intelligent

Il était une fois un conteur intelligent, qui allait de porte en porte, afin de s’installer dans les demeures. La plupart des gens l’accueillait sans se poser de questions puisqu’on racontait que son intelligence nous permettra d’économiser de l’énergie, sans rien demander en retour.

Certaines personnes ont eu la surprise de constater que le conteur avait aménagé chez eux durant leur absence. D’autres ont refusé de le recevoir mais le conteur insistait, et s’installait, sans les laisser libre de choisir.

Plusieurs disent que depuis qu’il fait partie des meubles, leur santé s’est détériorée, allant même jusqu’à devoir quitter leur domicile et vivre ailleurs.

Le conteur intelligent veut que le courant passe.

Vouloir rester au courant, est-ce que ça signifie d’accepter n’importe quelle information, sans en vérifier l’exactitude?

On a tous besoin d’énergie, on veut tous être libre, c’est le temps de dévoiler la vérité sur l’énergie libre.

Charles Johnson
24 mai 2014

* * *

COMME SI ON EN AVAIT PAS DÉJÀ ASSEZ DE ÇA!!!

Nouvelles consultations sur le spectre d’ondes pour les services sans fil (22/05/2014)
http://www.directioninformatique.com/nouvelles-consultations-sur-le-spectre-dondes-pour-les-services-sans-fil/27477
Le spectre d’ondes de services sans fil évolués SSFE-4 fera l’objet de consultations qui doivent viser l’amélioration des services mobiles dans les collectivités rurales et éloignées au Canada.Selon Industrie Canada, le spectre des services sans fil évolués SSFE-4, dans la bande de 2 GHz, doit permettre d’offrir à la fois des services mobiles terrestres et par satellite. Son utilisation dans le déploiement de services doit contribuer à améliorer la couverture du réseau des services mobiles dans les collectivités rurales et éloignées du Canada, à accroître la concurrence et à offrir plus de choix aux utilisateurs commerciaux de services sans fil, notamment ceux du secteur des ressources naturelles. Industrie Canada ajoute que le gouvernement tiendra des consultations qui accueilleront des propositions de citoyens et d’entreprises au sujet de la meilleure approche de délivrance des licences. L’approche choisie devrait permettre aux titulaires de licence de lancer de nouveaux services et de créer de la concurrence sur le marché du sans fil. SUne approche préliminaire prévoit déjà que les titulaires de licence auraient l’obligation de fournir des services par satellite pour les Canadiens vivant en milieu rural, tout en ayant la souplesse pour offrir des services à l’aide d’un réseau terrestre. De plus, les titulaires devront offrir leurs services à 30 % de la population du Canada cinq ans après avoir obtenu une licence.

* * *

D'autres nouvelles et infos utiles en anglais...

C4ST Response to Health Canada’s Safety Code 6 Myth Buster
http://www.c4st.org/HCmythbuster
On Feb 20th, 2014 Health Canada quietly released a document entitled “Busting Myths on Safety Code 6”. This attempt to instill public confidence in safety exposure levels to wireless radiation is using false and unsubstantiated claims. This was again repeated on the newly released 60 day public consultation web page posted May 16th, 2014. Gone are the days where the public will accept you are safe just because Health Canada says you are... Canadians and scientists want and deserve proof with an open and transparent review inclusive of the current evidence showing biological harm from wireless radiation. C4ST and experts from around the world have come together to provide the real facts around the specific points Health Canada addresses in their Myth Buster document. Here it is: CLIP

Conspiracy Theory: Population Control & Microwave Radiation By Magda Havas
http://youtu.be/3LvSGYU_kG0
Are microwaves affecting population growth by interfering with reproduction? Is our love affair with wireless technology responsible for ill health? These are the question this video explores. I'm not a conspiracy theorist. I think that much of the damage we do to ourselves and the environment is due to a combination of greed, stupidity, and insecurity, both real and imagined. This video is intended as a wake-up call. We are doing with microwaves what previous generations did with lead, asbestos, cigarettes and DDT. Microwaves are making us ill and are adversely affecting other life forms. The sooner we become aware of this the sooner we can use this technology wisely.

Electrosensitive: Outliers in a Wireless World - Extended Preview
http://vimeo.com/62866211
This is an excerpt from a short film I've made about people who suffer from Electromagnetic Hypersensitivity (EHS).

DIRTY ELECTRICITY AKA ELECTRICAL POLUTION - THE INVISIBLE HEALTH THREAT (May 15, 2014) http://www.libertynewsonline.com/article_301_35479.php
Dirty electricity, also called electrical pollution is caused by an interruption of 60 Hz alternating current - commonly used to power household appliances and business equipment. If you own a television, computer or cordless phone - you are being exposed to dirty electricity. Even solar power generators can create dangerously high levels of electromagnetic fields. Dirty electricity triggers chronic disease. On the next NaturalNews Talk Hour, Dr. Samuel Milham - a highly-respected physician and epidemiologist - issues an urgent warning about the health hazards associated with electromagnetic frequencies, including cancer, heart disease, type-3 diabetes and suicide. Low cancer rates in Amish living without on-grid electricity According to Dr. Samuel Milham, author of "Dirty Electricity: Electrification and the Diseases of Civilization" - the growing demand for electricity is directly associated to the rapid rise in chronic diseases. Is it just a coincidence that Amish people - who avoid the use of public utility power - enjoy much lower levels of disease? (I don't think so) Dr. Judith Westman, a geneticist and division director of Human Genetics at The Ohio State University, conducted an 8-year study on 24 different types of cancer within the Amish community. Going door-to-door, she discovered that the Amish "cancer rate was 40% lower than the rest of the population in Ohio." CLIP