Bulletin #41 : Quand l'injustice devient la loi, la résistance devient un devoir




12 mars 2014

Bonjour !

Une autre citation, de Thomas Jefferson cette fois, en titre de ce bulletin, décrivant bien l'état d'esprit guidant les milliers d'opposants à la grave injustice que continue à perpétrer impunément Hydro-Québec avec le soutien tacite du Gouvernement québécois, la bénédiction de la Régie de l'énergie, et la complicité de la Direction de la Santé publique - pour ne nommer que ceux-là.

"When injustice becomes law, resistance becomes duty."

« Quand l'injustice devient la loi, la résistance devient un devoir. »

Le Québec ne se laissera PAS faire !...

Ce que la ville de Laval vient d'ailleurs de démontrer brilamment. À qui le tour maintenant ? Québec ?... Montréal ? ...

Le Québec toute entier résiste et finira inévitablement par triompher de l'obscurantisme des adorateurs de la Terre plate !

Jean Hudon
Co-fondateur et webmestre de la CQLPE
http://www.cqlpe.ca/

PS. Si vous n'avez pas encore envoyé votre lettre à la Régie, il vous reste environ 24 heures pour le faire - La régie doit l'avoir reçu avant midi ce jeudi - Il y en a presque 200 maintenant ! Tous est expliqué plus bas dans ce bulletin et ICI. À noter aussi que le collectif Refusons les compteurs organise 2 manifs importantes en avril. Tous les détails ICI.

ABONNEMENT GRATUIT À CE BULLETIN : Si vous recevez une copie de ce bulletin, et aimeriez vous y abonner, il suffit d'envoyer un courriel à info@cqlpe.ca en inscrivant 'Abonnez-moi au bulletin' comme sujet de votre courriel. Si vous ne désirez plus y être abonné-e, il suffit de le demander à la même adresse de courriel.

Ce Bulletin #41 est archivé au http://www.cqlpe.ca/Bulletins/Numero41.htm

Vous pouvez consulter ICI les précédents bulletins.




AJOUT DE DERNIÈRE MINUTE

La municipalité de Sutton a adopté le 3 mars 2014 une 2e résolution beaucoup plus détaillée que la première adoptée il y a 2 ans, et incluant cette fois en plus du moratoire, et après une liste de 11 CONSIDÉRANT QUE, notamment une demande de laisser les clients choisir s'ils désirent ou non conserver leur compteur actuel, sans frais additionnels, et que la Régie n'approuve pas les phases 2 et 3, et revoit sa décision concernant les effets non thermiques résultant d'une exposition prolongée. Voici le libellé exact des 5 demandes faites :

DE DEMANDER à Hydro-Québec un moratoire quant à l’installation de compteurs de nouvelle génération sur le territoire de la Ville, le temps qu'une étude sérieuse soit faite quant aux effets des radiofréquences sur la santé humaine.

DE DEMANDER à Hydro-Québec de permettre aux propriétaires de choisir s'ils désirent ou non avoir un compteur intelligent relié à leur propriété et de ne pas charger de frais additionnels aux propriétaires qui ne désirent pas changer leur compteur actuel.

DE DEMANDER à la Régie de l’énergie de communiquer à la Ville les options non punitives financièrement qui seront offertes aux clients qui ne veulent pas de compteurs dits « intelligents », avant l’approbation du projet lecture à distance phase 2 et 3 d’Hydro-Québec.

DE DEMANDER à la Régie de l’énergie de ne pas approuver le projet lecture à distance phases 2 et 3 d’Hydro-Québec tant qu’une étude indépendante n’aura pas démontré la sécurité à court et à long terme des compteurs à radiofréquences pulsées que la société d’État veut installer dans notre région.

DE DEMANDER à la Régie de l’énergie de revoir sa décision concernant les effets non thermiques des radiofréquences surtout lors d’expositions prolongées. 

Cette résolution fut communiquée à tous les maires de la MRC Brome-Missisquoi, en plus d’être envoyée à Mme Pauline Marois, Première Ministre, M. Pierre Paradis, député de Brome-Missisquoi, M. Thierry Vandal, Président
 d’Hydro-Québec, Mme Diane Jean, Présidente de la Régie de l’énergie. 

Bravo pour cette résolution résultant d'une étroite collaboration entre le maire de Sutton, M. Louis Dandenault, et M. Jean-Pierre Boisvert !




IMPORTANT À SAVOIR...

La pétition de la campagne Je garde mon compteur ! a franchi le cap des 3300 signatures ce 11 mars.
http://www.change.org/fr/pétitions/moi-je-garde-mon-compteur
Elle est précisément à 3333 en ce moment... Faisons tripler, décupler ce nombre !

Vous aimeriez distribuer par les portes un tract d'information simple et efficace afin de contribuer à sensibiliser les gens de votre quartier ? Vous pouvez maintenant en télécharger un, prêt à photocopier, à
http://jegardemoncompteur.com/utils/TractJGMC.pdf pour la version française et à http://jegardemoncompteur.com/utils/FlyerJGMC.pdf pour la version anglaise. Un opposant en a fait 1000 photocopies recto-verso et le distribue en ce moment par les portes sur l'Ile Perrot.

Si vous ne l'avez pas encore vu, ne manquez pas de lire le communiqué de presse diffusé par la CQLPE le 10 mars et s'intitulant « Compteurs 'intelligents' : 77 municipalités québécoises, représentant une population de 1,187,935 personnes, demandent un moratoire et/ou la gratuité du droit de retrait ». ll est disponible au http://www.cqlpe.ca/doc/Communique-CQLPE-10mars2014.doc - À noter que nous avons reçu hier la résolution de la MRC des Laurentides que vous pourrez trouver via http://www.cqlpe.ca/Trousse.htm - ça nous en fait donc 51... Et une TRÈS important 52e résolution vient d'être adoptée ce mardi soir par la ville de Laval (voir plus bas  le communiqué de Laval Refuse célébrant cette grande victoire, résultat de 2 années de travail acharné par Véronique Riopel et Francine Lajoie) la plus importante ville du Québec à ce jour à adopter une résolution dans le dossier des compteurs. Population de Laval : 401, 553 au dernier recensement en 2011 et elle serait en 2014 de 518,500 - selon ces projections démographiques), ce qui porte à plus de 1 million 706,435 la population totale représentée par les municipalités participantes et sans doute près de 2 millions pour l'ensemble de 78 municipalités si nous disposions de statisques à jour, plutôt que datant de 2006 ou de 2011.

Le Journal de Montréal a d'ailleurs déjà un article là-dessus...

COMPTEURS INTELLIGENTS: La Ville de Laval exige qu’Hydro-Québec «respecte» les citoyens
http://www.journaldemontreal.com/2014/03/11/la-ville-de-laval-exige-quhydro-quebec-respecte-les-citoyens

LAVAL – La Ville de Laval demande à Québec d’obliger Hydro-Québec à respecter les Lavallois qui ne veulent pas de compteur intelligent installé dans leur demeure. Cette décision a été applaudie par la majorité des citoyens présents lors du dernier conseil de ville. Citant des problèmes «d’intimidation» de la part des installateurs à l’endroit des citoyens, le conseiller municipal et membre du comité exécutif, Raynald Adams, a présenté une résolution frappante à l’égard d’Hydro-Québec. «La Ville de Laval demande au gouvernement du Québec de condamner le zèle dont font preuve les installateurs des compteurs émetteurs d’Hydro-Québec», peut-on lire dans la résolution, approuvée à l’unanimité par le conseil.

De plus, l’administration municipale demande à la société d’État de clarifier les étapes à prendre pour un citoyen qui désire refuser l’installation des nouveaux compteurs et d’annuler toutes pénalités associées à un tel refus. «On s’est rendu compte que tout le processus officiel pour refuser les compteurs est terriblement méconnu de la population», a expliqué le conseiller. Finalement, les membres du conseil exigent que Québec tranche officiellement sur l’existence ou non de troubles de santé liés à ces appareils émetteurs d’ondes. «La connaissance scientifique, on ne l’a pas […] Alors on demande à des gens dont c’est le travail de se prononcer là-dessus», a continué M. Adams. En ce moment, ce sont 85 % des résidences lavalloises qui sont équipées de compteurs intelligents. M. Adams a admis qu’il n’était pas en mesure d’évaluer la portée de l’action de la Ville, étant donné que le dossier «est une compétence exclusivement provinciale.» Il espère par contre recevoir une réaction officielle de la part de Québec ainsi que la Régie de l’énergie, et même d’Hydro-Québec.

Jubilation chez Laval Refuse

Chez Laval Refuse, mouvement d’opposition aux compteurs intelligents d’Hydro-Québec, c’est la jubilation. Selon la cofondatrice du mouvement, la résolution approuvée par la ville est le fruit d’une recherche «rigoureuse» et démontre «l’écoute» de la nouvelle administration. «On trouve que la résolution est très bien, elle est précise et elle est bien formulée, a expliqué Véronique Riopel. «C’est très satisfaisant de voir des élus tenir leurs promesses, de faire les recherches nécessaires et de se prononcer dans un délai très acceptable.» Celle-ci espère maintenant que le gouvernement et Hydro-Québec répondront de manière «satisfaisante» aux demandes de l’administration Demers.

Je me suis permis de laisser le commentaire suivant sur le site du Journal de Montréal :

Félicitations aux citoyens de Laval et surtout aux 2 fondatrices de Laval Refuse pour avoir persisté contre vents et marées à faire valoir le GROS bon sens, et bravo au Conseil municipal qui a su voir clair dans le jeu hypocrite que joue Hydro-Québec et se ranger du côté de la prudence et de la Réalité ! Tel qu'indiqué dans http://gaiapresse.ca/fr/articles/article.php?id=38303, avant cette heureuse décision à Laval, 77 municipalités québécoises demandaient déjà un moratoire et/ou la gratuité du droit de retrait. Avec l'ajout de Laval, la population totale représentée par toutes ces municipalités atteint presque les 2 millions de citoyens, soit le quart de la population québécoise. Cela représente un 'Game changer' incontournable que tant la Régie d'Hydro-Québec (ce n'est pas un lapsus) que l'arrogante Hydro-Québec elle-même ne pourront plus ignorer. Le porte-parole d'Hydro surtout devra cesser de ridiculiser les milliers de militants et les 78 conseils municipaux - ainsi que l'Assemblée nationale du Québec ! - remettant en question leur terrible et irresponsable décision d'avoir adopté cette technologie inacceptable. Vous pouvez aussi être certains que les conseils municipaux qui hésitaient encore à se joindre au mouvement provincial vont maintenant considérer d'un oeil beaucoup plus positif les demandes de leurs citoyens d'agir en bon père de famille protégeant la santé et le bien-être des hommes, femmes et enfants sous leur responsabilité.

Pour en revenir au communiqué diffusé le 10 mars, il a été repris en entier ICI et il y a eu un article dans le Journal de l'habitation...

50e résolution contre les compteurs intelligents (11 mars 2014)
http://www.journalhabitation.com/Environnement/2014-03-11/article-3643715/50e-resolution-contre-les-compteurs-intelligents/1
Le mouvement d'opposition à l'endroit des compteurs électriques de nouvelle génération franchit une étape, avec la mise en ligne d'une cinquantième résolution réclamant un moratoire et/ou la gratuité du droit de retrait. Selon la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique (CQLPE) l'opposition aux appareils installés par Hydro-Québec grandit. L'organisme prétend que la démarche prônant un moratoire ou un droit de retrait gratuit regroupe 77 municipalités québécoises, représentant une population de 1,187,935 personnes. C'est la municipalité de Saint-Colomban qui a été la première, le 8 novembre 2011, à voter une résolution réclamant un moratoire sur le déploiement des compteurs intelligents. Depuis, divers groupes de citoyens ont manifesté leur inquiétude à l'égard des appareils de nouvelle génération transmettant leurs données à distance par radiofréquences. Gratuité rejetée - Du côté d'Hydro-Québec, on a déjà signifié l'intention de permettre une réduction des frais d'installation d'un nouvel appareil nécessitant un relevé statistique manuel. Cette décision repose sur le constat que l'ampleur des demandes de retrait s'avère moins important (- de 1%) que prévu. Toutefois, il n'est pas question de gratuité, car la société d'État ne veut pas que l'ensemble des clients payent pour ceux qui se prévaudront d'un traitement particulier.

ET Mr. Fournier a émis le commentaire suivant :

Bonjour, vous écrivez que... L'organisme ''PRÉTEND'' que la démarche prônant un moratoire ou un droit de retrait gratuit ''REGROUPE'' 77 municipalités québécoises, représentant une population de 1,187,935 personnes. Je crois que vous faite fausse route, car il ne s'agit pas d'une PRÉTENTION mais d'un FAIT établi. Il vous serait facile de vérifier que tout les procès verbaux (résolutions) vous sont même accessibles sur le site de l'organisme en question... www.cqlpe.ca Par ailleurs Je vous offre cette vieille citation... « Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. »

Ce qui m'a inspiré le commentaire suivant qui, je l'espère, ne sera censuré, et sera donc autorisé à paraître à la suite du précédent commentaire...

« Merci bien au Journal de l'Habitation pour avoir fait écho à cette importante nouvelle. Tel que le communiqué de presse l'indiquait, les résolutions (il y en a 51 maintenant) sont toutes disponibles via le http://www.cqlpe.ca/Trousse.htm

Quant au nom des municipalités, avec la population de chacune selon le plus récent recensement disponible, la liste complète se trouve au http://www.cqlpe.ca/pdf/ListeMunicipalitesQc.pdf

Il m'a fallu plus de 4 heures pour réunir et compiler ces données qui sont fidèles à la réalité. Le communiqué de presse, avec beaucoup plus de détails et quelques observations utiles, se trouve au http://www.cqlpe.ca/doc/Communique-CQLPE-10mars2014.doc

En ce qui concerne la gratuité complète qu'Hydro-Québec se refuse à considérer sous prétexte que les autres clients devraient payer pour le «privilège» dont «jouiront» les clients se prévalant du droit à ne pas se faire massacrer la santé (c'est ainsi que je préfère l'appeler), si Hydro voulait vraiment être honnête et cesser de manipuler les faits, elle créditerait à chaque client acceptant de jouer à la roulette russe avec sa santé le montant qu'il en coûte réellement (selon la Régie de l'énergie) pour la relève manuelle, soit l'énorme somme de $1.75 par relève (il y en a 6 par année et ça pourrait même se limiter à une seule!) Ce montant minime a été évalué à environ $1.50 par mois selon un rapport indépendant tel qu'indiqué au bas de http://bit.ly/1aNn10P

Si on se base sur ces chiffres, Hydro devrait d'abord réduire de $1.50 la facture mensuelle de tous ses clients ayant un compteur 'intelligent' pour qu'il profite du seul et bien mince avantage offert aux clients par cette technologie. Et alors Hydro pourrait prétendre que les personnes exigeant la venue d'un releveur doivent payer eux-mêmes ce que ça coûte pour que ça soit équitable pour les autres clients. Mais croyez-vous vraiment qu'Hydro soit capable de faire preuve d'autant d'intégrité ?... Quand on a pris goût à écraser les petits parce que l'on se sent invincible et que l'on exerce un monopole quasi absolu sur un service publique essentiel à la vie moderne, un tel comportement semblerait indûment altruiste dans un univers corporatif où règne sans partage ni pitié la loi du plus fort. Quant aux rêves de justice sociale nourris par la social-démocratie, le Québec semble s'en éloigner de plus en plus...

Si vous voulez savoir comment faire pour tenir dignement tête à ce titan sans coeur ni conscience, voir JeGardeMonCompteur.com

À signaler aussi à ce sujet :

Charles-Eugène Bergeron de Québec, qui a organisé la manif devant l'Assemblée nationale en février 2012, vient de prendre une excellente initiative. Il vient d'envoyer le communiqué avec une longue note personnelle (voir ci-dessous) à une journaliste du Soleil de Québec afin d'attirer son attention sur cette question. Il y écrivait notamment :

« En contexte électoral, ce communiqué qui interpelle Hydro-Québec a de quoi intéresser de vos collègues journalistes et chroniqueurs de la présente campagne provinciale. Les compteurs communicants à radiofréquences pulsées sont un enjeu de santé publique, de protection de la vie privée et de hausse équitable des tarifs de ce service essentiel, en particulier pour les familles les plus pauvres. Celles-ci trop souvent sont incapables d'appliquer des mesures d'efficacité énergétique accessibles aux plus nantis. Cela devient carrément un enjeu d'accessibilité à un logement décent pour les foyers appauvris. (...) Il serait très important de demander aux différents candidats des partis en campagne électorale qui s'intéressent aux enjeux de solidarité sociale quelles mesures ils entendent prendre pour protéger à la fois la santé publique, le droit à la vie privée et l'accessibilité au logement et aux services publics essentiels pour les gens les plus appauvris de notre société québécoise, en particulier en ce qui a trait aux fameux compteurs communicants d'Hydro-Québec.  »

Je crois que ce serait une excellente chose que chacun - surtout ceux et celles qui ont obtenu une résolution de leur conseil municipal et à qui revient tout le mérite pour le magnifique résultat annoncé dans ce communiqué de presse - se l'approprient et le rediffusent rapidement à leurs médias locaux et aux médias nationaux en y ajoutant le contexte local et tous les commentaires additionnels qu'ils souhaiteraient apporter pour marquer cette réussite. Je crois bien que ça ferait une ÉNORME différence dans l'attention que les médias accorderont à cette nouvelle. Marteler le point que nous nous attendons de la part des candidats qui briguent les élections de prendre une position claire en soutien à la volonté populaire grandissante de ne PAS se laisser imposer cette dangereuse technologie pourrait faire toute la différence... Ce serait vraiment synergique et... 'intelligent' ! ;-)




De : Laval Refuse (lavalrefuse@hotmail.com)

Objet : Communiqué de presse: Une résolution rigoureuse sur les compteurs intelligents adoptée par la Ville de Laval!
Date : 11 mars 2014

Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

Laval, le 11 mars 2014

Une résolution* rigoureuse sur les compteurs intelligents adoptée par la Ville de Laval!
*Texte intégral de la résolution ci-dessous.

Hier soir, lors de la séance du conseil de ville de Laval, des applaudissements nourris provenant de tous les coins de la salle du conseil ont suivi l'annonce d'une résolution sur les compteurs intelligents, préparée et présentée par M. Raynald Adams, membre de conseil exécutif de la ville.  Cette résolution vient concrétiser les efforts de Laval Refuse, groupe de mobilisation citoyenne opposé à l'installation de ces compteurs.  Les deux co-fondatrices de Laval Refuse, Francine Lajoie et Véronique Riopel, qualifient cette résolution de "précise, détaillée et d'une portée sans précédent". 

Cette résolution exprime sans équivoque l'importance que la Ville de Laval accorde au devoir des municipalités "d’assurer à leurs concitoyens un environnement local sain, notamment dans le lieu où ils vivent".  Elle souligne la "très volumineuse argumentation scientifique" que les citoyens présentent à l'appui de leur position.  Cette résolution traduit également la volonté de la Ville de Laval de voir à ce que ses concitoyens soient respectés demandant au gouvernement du Québec de "condamner le zèle dont font preuve les installateurs des compteurs émetteurs d’ Hydro-Québec".

Francine Lajoie et Véronique Riopel s'avouent très reconnaissantes envers les élus de Laval en raison du fait que ces derniers aient accepté de se pencher sérieusement sur le dossier des compteurs intelligents et choisi d'agir rapidement dans le meilleur intérêt de la population lavalloise.  Les citoyens lavallois peuvent en être fiers!

-30-

Pour informations informations supplémentaires:

Francine Lajoie et Véronique Riopel
Co-fondatrices de Laval Refuse
(514) 951-7419


*****

ATTENDU QU'Hydro-Québec est une société publique de laquelle tous les Québécois et Québécoises sont, de fait, actionnaires;

ATTENDU QU'Hydro-Québec a décidé, à des fins de rentabilité accrue, d'implanter sur son réseau des compteurs émetteurs dits « de nouvelle génération », lesquels transmettent sans fil des données sur la consommation d'électricité des foyers du Québec;

ATTENDU QU'Hydro-Québec considère irréversible et inéluctable son passage à cette nouvelle technologie;

ATTENDU QU'Hydro-Québec a déjà installé ses compteurs de nouvelle génération dans 85 % des foyers lavallois;

ATTENDU QUE des citoyens de Laval, par l'entremise de mouvements d'opposition, font entendre leurs représentations et leurs préoccupations quant aux effets de ces nouveaux compteurs émetteurs sur leur santé;

ATTENDU QUE ces citoyens lavallois présentent, à l'appui de leur position, une très volumineuse argumentation scientifique provenant du Québec, d'autres provinces canadiennes et d'autres pays;

ATTENDU QU'Hydro-Québec considère cette argumentation comme des opinions plutôt que comme des preuves scientifiques, sans pour autant présenter de contre-arguments;

ATTENDU QU'Hydro-Québec s'en remet à l'avis des autorités publiques de la santé sur la question des effets des nouveaux compteurs émetteurs sur la santé de ses clients et, lesquelles autorités préconisent le principe de précaution même si elles se disent actuellement incapables de confirmer ou d'infirmer la corrélation entre les radiofréquences émises par les compteurs de nouvelle génération et les symptômes qu'affirment éprouver les personnes se disant « électrosensibles »;

ATTENDU QUE la Régie de l'énergie du Québec a établi un processus formel que les citoyens doivent suivre pour signifier leur refus de voir installer chez eux un compteur émetteur;

ATTENDU QUE ledit processus formel établi par la Régie de l'énergie est méconnu de la population et que de nombreux citoyens signifient leur opposition à l'installation des compteurs émetteurs par des moyens que ne reconnaissent ni Hydro-Québec, ni la Régie de l'énergie;

ATTENDU QUE la confusion engendrée par cette situation fait en sorte que des citoyens de Laval, par la voie de mouvements d'opposition, se plaignent d'actes apparents d'intimidation de la part de personnes tentant d'installer les compteurs émetteurs d'Hydro-Québec;

ATTENDU QUE d'autres citoyens ont vu leur compteur remplacé en leur absence par un compteur émetteur ou subissent des pressions pour qu'un compteur émetteur soit installé chez eux, dans certains cas malgré le fait qu'ils ont respecté le processus formel de refus dudit compteur émetteur;

ATTENDU QUE Cap Gemini, l'entreprise mandatée par Hydro-Québec pour installer ses nouveaux compteurs, est payée en fonction du nombre de compteurs installés, ce qui peut inciter certains de ses employés à faire preuve d'un zèle exagéré;

ATTENDU QUE les citoyens qui refusent d'agréer à l'installation de nouveaux compteurs émetteurs se voient facturer par Hydro-Québec des frais en conséquence de ce refus, conformément au processus formel établi par la Régie de l'énergie;

ATTENDU l'adoption par l'Assemblée nationale, le 30 mai 2013, d'une motion à l'effet « Que l'Assemblée nationale demande à Hydro-Québec d'évaluer d'autres options afin de ne pas pénaliser financièrement ses clients qui ne veulent pas des compteurs intelligents », laquelle motion a été appuyée par les conseils d'autres municipalités et arrondissements;

ATTENDU QUE les autorités municipales ont le devoir d'assurer à leurs concitoyens un environnement local sain, notamment dans le lieu où ils vivent;

ATTENDU QUE, pour toutes ces raisons, des citoyens de Laval ont demandé aux élus municipaux de se prononcer sur le dossier litigieux des compteurs émetteurs dits « intelligents »;

Il est proposé par Raynald Adams

appuyé par David De Cotis

et résolu :

QUE la Ville de Laval demande au gouvernement du Québec et/ou à la Régie de l'énergie d'exiger qu'Hydro-Québec respecte en tous temps et en tous points le processus établi pour que les citoyens signifient leur refus du compteur émetteur, notamment en exigeant qu'un préavis soit envoyé par courrier recommandé aux foyers où l'installation d'un compteur émetteur est envisagée.

QUE la Ville de Laval demande au gouvernement du Québec de condamner le zèle dont font preuve les installateurs des compteurs émetteurs d' Hydro-Québec.

QUE la Ville de Laval demande au gouvernement du Québec d'obliger Hydro-Québec à remplacer par un compteur non émetteur tout compteur émetteur pour lequel le client d'Hydro-Québec peut faire la preuve qu'il a été installé à son insu ou non malgré un refus dûment signifié à Hydro-Québec.

QUE la Ville de Laval demande au gouvernement du Québec, à Hydro-Québec et aux autorités de la santé publique de diffuser toutes les informations dont elles disposent et qui confirment ou infirment la corrélation entre les compteurs émetteurs et les troubles de santé dont les personnes « électrosensibles » disent souffrir.

QUE dans le but avoué de protéger la santé des citoyens et citoyennes la Ville de Laval demande aux autorités de la santé publique du Québec de se prononcer officiellement sur la validité ou l'invalidité de l'argumentation scientifique mise de l'avant par les mouvements d'opposition aux compteurs émetteurs;

QUE la Ville de Laval fasse sienne la résolution adoptée par l'Assemblée nationale du Québec et demande à Hydro-Québec de mettre de l'avant des options qui ne pénalisent pas financièrement ceux de ses clients qui ne veulent pas des compteurs émetteurs.




SOIRÉE D'INFORMATION SUR LES RADIOFRÉQUENCES

Plusieurs chercheurs, médecins... à travers le monde disent, études à l'appui, que les micro-ondes utilisées par l'industrie du sans-fil ne sont pas sans dangers. Faudrait-il nous inquiéter au sujet des radiofréquences générées par les téléphones cellulaires, le Wifi, les compteurs intelligents, les antennes-relais ?

Lors de la soirée d'information du 12 mars, trois experts reconnus dans leur domaine tenteront de répondre à de telles questions en présentant les enjeux associés à cette problématique : François Therrien, enseignant en électricité, Paul Héroux, professeur à la faculté de médecine de l'université McGill, et Stéphane Bélainsky, spécialiste de l'hygiène électromagnétique.

Les normes de sécurité en vigueur au Canada sont-elles suffisantes pour protéger notre santé ? Comment se fait-il que de nombreuses personnes soient devenues électrosensibles suite à l'utilisation d'appareils émettant des radiofréquences ou à leur installation dans l'environnement ?

Le Ministère de la santé et des services sociaux du Québec tient à rassurer la population au sujet des 3 millions de compteurs dits intelligents qu'Hydro compte installer dans les foyers québécois : ils ne posent pas de risques pour la santé. Confiant, ce ministère accueille aussi des antennes-relais sur le toit d'hôpitaux et installe le Wifi dans des locaux de l'hôpital Ste-Justine à Montréal.

Toronto a renoncé à installer le Wifi dans ses parcs et Paris l'a retiré de ses bibliothèques. L'association internationale des pompiers a instauré un moratoire sur l'installation d'antennes-relais sur le toit des casernes... Pourtant, Industrie Canada incite les municipalités à accepter des antennes-relais à proximité des milieux de vie des résidents, et ce, malgré leur l'opposition.

Comment donc s'y retrouver ? Croyez-vous qu'une plus grande vigilance est requise et que le principe de précaution devrait être appliqué dans les situations où l'innocuité de certains de ces appareils à radiofréquences n'est pas prouvée? 

C'est le sujet à l'ordre du jour... 

MERCREDI, LE 12 MARS 2014 à 19h. Pavillon Jordi Bonet 99, rue du Centre-Civique, Mont-Saint-Hilaire, J3H 3M8

Contribution volontaire

Organisée par des citoyens d'Otterburn Park et de Mont-Saint-Hilaire




Note de Jean : De nombreuses nouvelles lettres d'observations ont été mises en ligne sur le site de la Régie de l'énergie. Comme je les lis toutes (et les garde toutes en copie pour le jour où elles disparaîtront du site de la Régie), je me permets de temps à autre d'en recommander certaines à votre attention. Si vous comprenez bien l'anglais, je ne peux vous recommander assez fortement de lire celle (longue mais incroyablement riche en points d'argumentation percutants et éloquemment présentés) de M. Peter Arella ICI. Je voudrais en extraire quelques extraits pour vous ici, mais hélàs la régie a eu la brillante idée (une de plus à ajouter à leur longue liste de coups fourrés au service de leur maître incontesté, Hydro-Québec) de la présenter sous un format impossible à copier - Heureusement, j'en ai reçu une version copiable que j'ai archivée ICI. Néanmoins, il avance un élément à la fin de sa lettre qui mériterait absolument d'être défendu par un des intervenants dans les audiences qui arrivent, soit que la Régie n'avait pas la juridiction requise (le pouvoir légal) d'imposer à tous les clients d'Hydro-Québec un appareil doté d'une antenne émettrice (en fait 2 en comptant l'antenne de la puce ZigBee), puisque cela est de juridiction fédérale, laquelle oblige les compagnies de cellulaires à prendre arrangement (de location ou d'achat) avec les propriétaires de terrains où elles désirent installer leurs antennes. Ailleurs dans sa lettre, il souligne le fait que selon les données officielles, chaque compteur permettra à Hydro-Québec de réaliser une économique annuelle de seulement $25, ce qui est tout à fait théorique, car en fait avec les coûts d'entretien du gigantesque réseau sans fil qui sera -serait- en bout de ligne déployé à la grandeur du Québec, ce sera en fait un immense gouffre financier sans fin, sans oublier les compensations qu'Hydro devra un jour verser aux victimes de ces appareils. Il écrit également, « Faire une erreur est humain et la Régie de l'énergie est composée d'êtres humains. Je compte sur leur courage pour corriger l'erreur (celle de l'approbation de la Phase 1). Les erreurs doivent être corrigées et non répétées...»

Post-Scriptum : En complément à ce qui précède, Peter Arella m'en envoyé copie d'un bref échange de courriel qu'il a eu avec Brigitte Blais de l'AQLPA (un des intervenants reconnus par la Régie de l'énergie), dans lequel il lui expliquait plus en détails le point énoncé ci-dessus au sujet du fait que la Régie n'avait constitutionnellement pas le droit de statuer sur l'approbation de l'installation d'un million 700,000 d'antennes sur des propriétés privées par Hydro-Québec dans le cadre de son autorisation de la Phase 1. Vous pouvez consulter ICI cet échange. De plus, il y expose le principe selon lequel il est juridiquement interdit de faire intrusion sur la propriété privée de qui que ce soit au Canada sauf dans un cas exceptionnel, et dans le cas d'Hydro-Québec, sauf pour accéder au matériel physique permettant la livraison de l'électricité, ce qui explique pourquoi Hydro bénéficie dans tous les contrats notariées au Québec d'une servitude de droit de passage tel que je l'expliquais dans mon précédent bulletin. De ce fait, tout installateur mandaté par Hydro-Québec, qui transgresse ce droit pour aller installer sur votre propriété une antenne (celle du compteur 'intelligent') sans votre consentement écrit préalable (ce qui est exigé en vertu de la réglementation fédérale relative à l'installation de toute antenne émettrice), commet alors une intrusion illégale (en vertu de l'inviolabilité de la propriété privée car l'installation d'une antenne n'est pas essentielle à la livraison de l'électricité puisque le compteur à roulette faisait parfaitement l'affaire.), laquelle rend Hydro-Québec passible de poursuites judiciaires et de devoir payer les indemnisations et amendes qu'un juge estimera nécessaire de l'obliger à verser.

En gros, Hydro-Québec enfreint deux importants droits constitutionnels relevant du fédéral et se comporte donc comme un fier-à-bras qui nous impose illégalement ces millions d'antennes en se moquant éperdument de nous car dans leur arrogance démesurée, ses dirigeants s'imaginent que personne n'aura jamais le courage de leur tenir tête et de les poursuivre en cours, et ce, conjointement avec la Régie de l'énergie qui a outrepassé ses pouvoirs en accordant son autorisation à Hydro-Québec. Voilà selon moi un excellent motif de recours collectif et surtout pour obtenir rapidement d'un juge une injonction interlocutoire exigeant l'arrêt IMMÉDIAT du déploiement des compteurs au Québec tant que la cause relative au recours collectif n'aura pas reçu l'aval d'un juge et qu'un jugement final ne sera pas rendu dans cette cause.

Enfin dans un Addendum à Brigitte Blais, également disponible ICI, Peter Arella, signale un autre point important à savoir que le compteur Focus AX-RD de Landis-Gyr aurait normalement dû être testé et approuvé par Industrie Canada (en vertu d'une directive émise par Industrie Canada) afin de déterminer avec précision quel est le SAR (en français le DAS - Débit d'absorption spécifique) de l'émetteur du compteur grâce auquel Hydro aurait pu savoir quelle est la distance minimale à respecter pour qu'une personne ne soit pas exposée à un signal de radiofréquences dont la puissance n'excède pas le Code de sécurité 6 (astronomiquement élevé et horriblement dangereux). À défaut d'un tel test et de la certification qu'il permet d'émettre, la distance minimale à faire respecter est de 20 centimètres. Or Hydro qui ne voulait absolument pas faire paniquer la population avec une histoire de distance limite à respecter, car cela aurait inévitablement alerté les gens au fait que ces émetteurs représentent un danger pour leur santé, a préféré faire réaliser une évaluation totalement bidon par le Centre de recherche industriel du Québec (CRIQ une société d'État au même titre qu'Hydro-Québec, et dont l'indépendance à l'égard de cette dernière est donc pour le moins suspecte - c'est grâce à leur «expertise» semble-t-il qu'Hydro affirme sa plus grossière fabulation selon laquelle la puissance émise d'un compteur ne dépasse pas 55 microwatts par mètre carré, ce qui permet à Patrice Lavoie d'affirmer, tel que rapporté dans cet article, «Le centre de recherches industrielles du Québec a effectué plusieurs tests concernant le danger dû aux radiofréquences, et ces dernières se sont avérées 120 000 fois en-deçà des limites établies par Santé-Canada.») et d'obtenir l'homologation de Mesure Canada qui se limite strictement à confirmer que les mesures de consommation d'électricité prises par les compteurs sont précises et fidèles à la réalité. Cherchez "certification" dans la section relative aux compteurs sur le site d'Hydro-Québec et vous ne trouverez rien. Aucune certification UL ni CSA. Donc non seulement Hydro-Québec a sciemment évité de soumettre ce compteur à tout test sérieux qui l'aurait obligé à émettre un avis de se tenir éloigné de 'x' centimètres de cet émetteur, mais en plus, leur site ne mentionne nulle part qu'il faut se tenir au minimum à 20 centimètres (la distance par défaut mentionnée par Peter Arella) de ce compteur - ce qui en soit constitue une grave infraction passible de poursuite criminelle à mon humble avis.... Et c'est sans compter le fait que dans le cas de plusieurs compteurs regroupés pouvant émettre simutanément, cette distance minimale à maintenir devrait être certainement plus élevée.

Je vous signale également la lettre de Mathieu BOURRY, qui est diplômé en Électronique, Spécialité hyperfréquences, qui comporte aussi plusieurs points intéressants. Et dans sa lettre à la Régie, Martine Léornard, souligne aussi plusieurs points importants...

« Je refuse également de payer les frais de lecture puisqu'ils ont toujour été inclus dans la redevance d'abonnement et je considère que charger 2 frais de lecture à la même adresse est également une gestion publique abusive et malhonnête. Régie de l'Énergie, nous sommes nombreux à remettre en question votre intégrité et votre sens des responsabilités quand nous constatons que vous ne faites toujours pas respecter par H.Q ce qui a été voté à l'unanimité à l'Assemblée Nationale: le droit des citoyens au libre choix, sans pénalité. Nombreux à observer votre responsabilité, témoin d'une incohérence que vous laissez passer en laissant de pauvres gens payer pour l'option retrait tout en subissant les compteurs de leurs voisins qui continuent de les rendre malades. »

Christiane G. Trudela également envoyé une percutante lettre à la Régie. J'en ai retenu plusieurs extraits - pour la lire en entier, cliquer ICI...

« À mon retour de vacances en novembre dernier, j'ai commencé à avoir des étourdissements au lever le matin et pendant la journée, chose qui ne m'était jamais arrivée auparavant sauf en temps de canicules l'été. Je me disais que c'était la transition entre un climat tropical et notre hiver, mais ces étourdissements persistaient jusqu'à ce que je me rende compte qu'HQ avait installé, durant mon absence, 3 routeurs et une antenne à l'extrémité de notre stationnement communautaire, ainsi que les compteurs intelligents chez nos voisins et dans notre immeuble.J'ai donc fait venir un expert en champs électromagnétiques et radiofréquences pour une évaluation de mon environnement. Suite à ses conseils, j'ai câblé tout ce qui était sans fil, Wifi et Bluetooth (téléphones sans fil, clavier, souris, imprimante, ordinateur, laptop, ajout de filtres Graham-Stetzer) dans mon condo, afin de minimiser les impacts. Ceci m'a occasionné de nombreux frais. Je suis travailleur autonome et mon condo est adjacent à la salle des compteurs (au total 9 compteurs), en plus d'avoir droit devant moi ces 3 routeurs que je voie de ma fenêtre de bureau.. Nous sommes maintenant en mars, et j'ai toujours des étourdissements quotidiennement, en plus de légers maux de tête occasionnels et passagers (3-4 fois par semaine) qui se sont ajoutés. Quand je suis absente de mon condo parfois la fin de semaine, les étourdissements disparaissent.

(...) Suite à des recherches sur ce type de C.I., j'ai donc écrit une lettre à Hydro-Québec expliquant mon refus. Les lettres que j'ai reçues d'Hydro-Québec sont devenues de plus en plus agressives et intimidantes. Quand j'appelais Hydro-Québec, l'attitude à l'autre bout du fil était très condescendante, bête, voire arrogante, sans aucune capacité à essayer de comprendre la situation. Ensuite, les appels de Capgemini ont commencé: attitude plus polie, mais très insistante, au point qu'on me menace de pénalités et d'amendes. J'ai même reçu une lettre de votre avocate me disant que je devais me conformer à la demande d'Hydro- Québec, que des audiences publiques avaient été faites et que la Régie avait accepté l'option de retrait, etc.; pourtant, c'est bel et bien écrit sur votre site Web que votre "mission consiste à assurer la conciliation entre l'intérêt public, la protection des consommateurs et un traitement équitable du transporteur d'électricité et des distributeurs". Et quant à l'installateur de Capgemini, bien que poli, il a lui aussi dit que j'aurais des "amendes à payer" (j'ai l'enregistrement vocal).

(...) Suite à des recherches sur ce type de C.I., j'ai donc écrit une lettre à Hydro-Québec expliquant mon refus. Les lettres que j'ai reçues d'Hydro-Québec sont devenues de plus en plus agressives et intimidantes. Quand j'appelais Hydro-Québec, l'attitude à l'autre bout du fil était très condescendante, bête, voire arrogante, sans aucune capacité à essayer de comprendre la situation. Ensuite, les appels de Capgemini ont commencé: attitude plus polie, mais très insistante, au point qu'on me menace de pénalités et d'amendes. J'ai même reçu une lettre de votre avocate me disant que je devais me conformer à la demande d'Hydro- Québec, que des audiences publiques avaient été faites et que la Régie avait accepté l'option de retrait, etc.; pourtant, c'est bel et bien écrit sur votre site Web que votre "mission consiste à assurer la conciliation entre l'intérêt public, la protection des consommateurs et un traitement équitable du transporteur d'électricité et des distributeurs". Et quant à l'installateur de Capgemini, bien que poli, il a lui aussi dit que j'aurais des "amendes à payer" (j'ai l'enregistrement vocal). Hydro-Québec n’en est pas à sa première bévue et nous devons payer collectivement très cher ces mauvaises décisions. Cette société, qui nous appartient, devrait travailler pour notre bien et notre confort et non contre nous comme elle le fait actuellement. Elle exerce une politique d'intimidation, de non-transparence et de non-respect face à sa clientèle. C’est une honte de les voir agir ainsi. Hydro-Québec a sans aucun doute tous les moyens à sa disposition pour mettre au point un système sécuritaire au lieu de perdre "temps et argent" à nous cacher la vérité. Hydro-Québec nous prend en otage et c’est inacceptable. Elle n’offre aucune solution et continue ses pratiques d'intimidation (Capgemini inclus). Même l'option de retrait offerte est totalement inconstitutionnelle.

(...) Pour toutes ces raisons et surtout pour le nombre sans cesse croissant de gens qui sont devenus et deviennent électrosensibles à cause de ces compteurs (et nous sommes nombreux), je demande qu’Hydro-Québec ne soit pas autorisée à installer ces compteurs intelligents tant et aussi longtemps qu’ils n'auront fait preuve de diligence raisonnable et de transparence. En attendant, le principe de précaution doit s’appliquer. Cette compagnie ne peut agir impunément sans rendre de comptes à qui que ce soit ! Vous avez à nouveau la vie de milliers de personnes entre vos mains. Il devrait vous paraître évident maintenant que le sujet des RF et micro-ondes est très controversé partout dans le monde. Chaque citoyen devrait être en mesure de choisir à quoi il s’expose et ne pas être agressé chez lui par une dictature issue de la cupidité corporative d'Hydro-Québec. Comme Hydro-Québec ou la Régie de l'énergie ne peut offrir absolument aucune garantie quant à l'innocuité des radiofréquences sur la santé humaine, il est de votre responsabilité en tant qu'organisme soi-disant impartial (même si nous savons tous que le conseil d'administration de la Régie est formé à forte majorité d'anciens membres d'Hydro-Québec), de faire cesser ce déploiement irrespectueux et de faire retirer ces compteurs et routeurs potentiellement dangereux CLIP

NOTE de Jean: Et je ne saurais vous recommander assez vivement de prendre aussi le temps de lire ICI la lettre d'observations riches de Mme Monique Deslauriers, une lettre fort bien documentée au plan historique et fort révélatrice quant au tort inexcusable dont la Régie de l'Énergie s'est rendu responsable, par l'entremise de l'unique régisseur Richard Lassonde qui a statué sur l'autoriation de la Phase 1, en donnant son aval au déploiement de ces terribles engins de torture électromagnétique. Je vous en cite quelques courts passages pour vous donner une idée de la qualité de ses observations...

« Le dossier souffre dans sa transparence. Qui en est vraiment surpris? En 1995, j’ai gardé un triste souvenir du refus d’Hydro-Québec de divulguer le résultat de la recherche conjointes avec Hydro-Ontario et EDF qui montrait une remarquable corrélation entre l’exposition à des impulsions électromagnétiques et le cancer du poumon. Hydro-Québec finançait une étude sur le cancer du sang et voulait occulter les résultats concernant des aspects biologiques différents. Par honnêteté scientifique, le Dr Gilles Thériault responsable de l'enquête épidémiologique fit publier ses résultats dans une revue scientifique cotée. Hydro-Québec fit alors une saisie de toute les banques de données que le chercheur avait cumulée en 6 ans! (« Hydro-Québec occulte une étude sur les effets cancérigènes des champs électromagnétiques», Bruno Bisson, La Presse, 19 octobre 1995. pA5 »

Note de Jean: en complément à ce que Mme Deslauriers fait observer ci-dessus, je vous recommande de lire Le déni du danger des champs électromagnétiques et le matériel en annexe à cet article plus bas dans ce bulletin. Voici encore un autre extrait de sa lettre...

« En 1990, le Code 6 réservé aux travailleurs et le Code 25 ont été amendés pour permettre l’usage des ondes grand public. Dans le monde du travail, il y avait l’obligation de nommer des responsables signalant tout bris, accident ou rayonnement de fuite pouvant modifier le niveau des ondes au-delà des seuils permis. Les mesures de densité de puissance avec des instruments mesurant de larges spectres étaient obligatoires. Les observations médicales étaient aussi obligatoires. Aujourd’hui, non seulement ces codes sont-ils arrimés aux seuils permettant à l’industrie de fonctionner, mais ont-ils fait disparaître les normes de sécurité minimaux qui entouraient l’usage des dispositifs électroniques avec radiofréquences/micro-ondes. Il faut comprendre que dans le domaine de la physique, les ondes voyagent et franchissent de longues distances. Il n’y a donc pas un seul émetteur impliqué mais aussi la réaction d’ondes multiples dans l’environnement qui ont des propriétés d’accumulation et d’interférence en constante mutation. Les calculs théoriques ne peuvent prévoir toutes les situations de bris de dispositifs, d’addition cumulative, ou de soustraction de l’énergie, issue de sources multiples dans la réalité (d’autres dispositifs, de présence de métaux, de tuyaux, de mise à la terre etc.). Le corps humain est aussi conducteur, la forme de ses organes, leur taille,les électrolytes de la cellule interagissent aux ondes. »




Tiré de http://refusonslescompteurs.wordpress.com/agenda/manifestations-avril-2014/

Manifestations en avril 2014

Au mois d'avril 2014, deux manifestations sont prévues à Montréal

9 avril 2014 - 8h30 - Début des audiences phases 2-3

Petite manifestation matinale pour souligner le début des audiences Régie de l'énergie pour la phase 2-3 qui concerne l'ensemble du Québec

12 avril 2014 - 12h00 - Grande manifestation nationale

Marche pour réclamer un décret gouvernemental mettant fin au déploiement des compteurs « intelligents » comme cela a été fait pour fermer définitivement la centrale Gentilly-2

Il n'est pas trop tard pour contrer ce projet insensé!

Venez en grand nombre. Préparez pancartes, banderoles et instruments de musique. Nolisez un autobus pour un groupe.

Faites de la publicité autour de vous. Imprimez les tracts et distribuez-les partout; associations de parents, clubs sociaux et sportifs, centres communautaires, etc. Placez des affiches dans les lieux publics; babillards communautaires, commerces, machine à café du bureau, etc.

Si chacun fait sa part, nous réussirons à faire valoir nos droits.

Vous trouverez un tract prêt à imprimer au http://bit.ly/O6S4eo


Détail des activités

9 avril 2014 - (petite) Manifestation pour marquer le début des audiences de la phase 2-3

La phase 1 du déploiement des compteurs "intelligents" qui couvre le Grand Montréal n'est pas encore complétée. Les audiences pour l'approbation de la phase 2-3 du projet qui concerne le reste de la province débutent le 9 avril 2014.

Le mouvement Refusons les compteurs organise dans un premier temps une petite manifestation matinale devant les bureaux de la Régie de l'énergie pour souligner le début des audiences.

Les médias seront convoqués à un point de presse et nous ferons valoir les points suivants :

- Il est choquant qu'un seul commissaire non-élu ait le pouvoir de décider à lui seul du sort de toute la population du Québec.

- Le tribunal de la Régie de l'énergie est une tribunal administratif qui n'a aucune autorité en matière d'environnement, de santé publique ni de droit de la personne.

- Plusieurs témoignages déposés sur le site de la Régie de l'énergie confirment que les compteurs émetteurs de radiofréquences font l'objet d'un nombre important de refus formels et de mises en demeure souvent motivés par l'apparition de symptômes et malaises sérieux apparus depuis l'installation des compteurs électropolluants. Hydro-Québec, malgré les évidences, s'évertue à nier l'existence de ces refus.




12 avril 2014 - GRANDE MANIFESTATION NATIONALE

Marche pour réclamer un décret gouvernemental mettant fin au déploiement

Le mouvement Refusons les compteurs invite tous les citoyens opposés à l'installation des nouveaux compteurs émetteurs de radiofréquences ( RF) à une grande manifestation nationale samedi le 12 avril 2014 à Montréal pour demander au gouvernement du Québec d'imposer par décret l'arrêt du déploiement des compteurs «intelligents» comme cela a été fait pour la fermeture définitive de la centrale Gentilly-2.
Déroulement de l'événement:

12h00 : Rendez-vous devant la Régie de l'énergie (Square Victoria)

1ère étape : Marche jusqu'au siège social d'Hydro-Québec (coin René Lévesque et St-Urbain)

2ème étape : Marche jusqu'au bureau de la (ou du) premier(ère) Ministre (coin Université et Sherbrooke)

Le tribunal administratif de la Régie de l'énergie n'a aucune autorité en matière d'environnement, de santé publique ni de droit de la personne.

Hydro-Québec n'a tenu aucun compte des refus formels et mises en demeure de retirer sans condition les compteurs électropolluants. Les dirigeants d'Hydro-Québec demeurent toujours insensibles aux témoignages de nombreuses personnes victimes de symptômes et malaises sérieux apparus depuis l'installation des compteurs RF.

La décision de stopper le déploiement des compteurs «intelligents» appartient au gouvernement qui peut agir par décret comme cela a été fait pour la fermeture définitive de la centrale Gentilly-2. Voilà donc pourquoi nous irons porter notre requête au bureau de la (ou du) premier(ère) Ministre.

Le mouvement Refusons les compteurs réclame un moratoire immédiat au déploiement des compteurs émetteurs de radiofréquences, le retrait sans frais des compteurs RF déjà installés et la possibilité de garder les anciens compteurs électromécaniques.




« Je suis tombée sur quelqu'un aujourd'hui qui m'a probablement sauvé la vie. Elle m'a demandé s'il y avait de nouveaux compteurs d'Hydro-Québec chez moi et la réponse est oui, depuis 3 mois. Ma tête de lit est collée sur les compteurs de l'autre coté du mur dehors - je dirais pas plus de 4 à 5 pouces. Depuis 3 mois, je souffre énormément. Mon système nerveux a déclenché des tremblements dans la tête et sur tout le corps, et je souffre d'insomnie, de nausées, d'irritabilité, de dépression, de fibromyalgie, de maux de tête, de mal et de raideurs au cou, et de spasmes musculaires. SVP, que me suggérez-vous de faire. J'ai vu sur Google quelqu'un dire qu'elle a mis du papier d'aluminium par-dessus les compteurs. J'apprécierais beaucoup une réponse le plus rapidement possible car mon travail et ma vie personnelle en sont affectés, et les médecins font encore des tests pour me dire s'ils croient que je fais une dépression majeure avec de la fibromyalgie. »

- Micheline B.

Note de Jean :  Voici en partie ce que j'ai répondu à cette dame...

Je dois vous avouer que de tous les témoignages reçus, le vôtre est le premier dans lequel une personne est située durant toute la nuit aussi près de plusieurs compteurs (de combien de compteurs s'agit-il d'ailleurs??...) et cela représente l'exemple parfait de la monstrueuse irresponsabilité de la Régie de l'énergie qui a permis le déploiement de ces véritables instruments de torture et d'Hydro-Québec qui se fout complètement des conséquences, bien que sachant fort bien le danger que représentent les puissants émetteurs de ces compteurs à très courte distance - on parle ici de salves répétées entre 2 à 3 fois par minutes jusqu'à 2 fois par seconde dans le cas de 3% des compteurs, d'une force d'environ 460,000 microwatts par mètre carré mesuré à 30 centimètres de distance du compteur - ça tombe à des pointes de 56,000 microwatts par mètre carré mesuré à un mètre de distance, mais à 6 pouces environ (soit l'épaisseur d'un mur) ça doit dépasser le million de microwatts par mètre carré et on parle ici d'un seul compteur!!! Si vous avez 3 compteurs regroupés comme c'est habituellement le cas dans des triplex, il est tout à fait possible que lorsqu'ils émettent ensemble ça dépasse la limite archi trop élevée de 6 millions de microwatts par mètre carré du très mal nommé «Code de sécurité 6» du Canada.

Quand on sait que le Conseil de l'Europe recommande de ne pas dépasser 100 microwatts par mètre carré à l'intérieur d'une résidence afin d'éviter les effets biologiques non thermiques nocifs pour la santé, je vous laisse imaginer ce que cela signifie pour votre santé. La longue liste de symptômes que vous avez démontre bien combien c'est dangereux. En fait, si vous ne déplacez pas immédiatement votre lit, ou mieux si vous n'allez pas dormir dans une autre pièce, le plus loin possible du compteur, il est fort possible que vous finissiez par avoir un cancer du cerveau.. Quant aux dommages neurologiques causés par 3 mois d'exposition à une telle puissance, il est malheureusement possible qu'ils soient permanents sous la forme d'une électrohypersensibilité chronique... ce qui est déjà arrivé à des centaines voire des milliers de Québécois depuis que le déploiement de ces horreurs a débuté.

Si vous voulez en savoir plus sur les symptômes subis par les personnes exposées aux micro-ondes pulsées de ces compteurs, voir...

PROBLÈMES DE SANTÉ CAUSÉS PAR LES COMPTEURS 'INTELLIGENTS'
http://www..jegardemoncompteur.com/problemesante.html

Votre compteur 'intelligent' d'Hydro-Québec vous rend-t-il malade ? 
http://www.cqlpe.ca/Temoignage.htm

À part l'élimination de la source de contamination électromagnétique dans votre environnement, il y a toutefois peu de moyens permettant de retrouver une parfaite santé sans avoir d'abord pris les moyens nécessaires pour éviter d'y être exposée.

Les problèmes que vous mentionnez ne sont que les premiers d'une longue série de symptômes qui vont continuer à se développer si vous ne vous protégez pas ou si vous ne le faites pas remplacer par un compteur non communicant - voir au http://www.jegardemoncompteur.com/autresoptions.html tous les détails à ce sujet et le numéro pour appeler Hydro pour le faire changer, ce qui peut prendre des semaines voire des mois tellement Hydro-Québec et Capgemini (la compagnie engagée par Hydro pour installer les compteurs) finissent par s'occuper de vous tellement ils se contrefoutent de la santé des victimes de ces terribles engins. Il faut donc insister à plusieurs reprises car ils se fichent vraiment complètement des souffrances que leurs compteurs provoquent.

Il faut aussi éliminer de votre demeure les autres sources d'électropollution possibles comme les téléphones sans fil qui sont très dangereux pour la santé, car ils émettent constamment même quand on ne s'en sert pas. Il faut n'avoir qu'un téléphone avec fil et bien sûr ne PAS utiliser de téléphone cellulaire (ou ne le faire qu'en cas de besoin absolu), tablette et ordi ou TV fonctionnant avec WiFi. Toutes les connexions DOIVENT être filaires uniquement. Quant aux compteurs, comme ils sont dehors il vaut mieux ne PAS mettre de papier d'aluminium dessus car alors les ondes seront reflétées vers l'intérieur de la maison. Il vaut mieux mettre du papier d'aluminium (2 couches) à l'intérieur sur le mur où est installé le compteur par dehors, afin de faire un écran pour bloquer les micro-ondes.

CLIP

« On ignore les témoignages ou les études indépendantes, qui sont tout aussi pertinentes et à considérer à mon avis... Ma principale préoccupation : j'ai peur pour ma santé. Je n'ai plus confiance en ce que Hydro et Santé Canada affirment, que tout reste sécuritaire... je n'y crois pas. (...) J'aurais le goût de crier à ceux qui maintiennent que c'est sécuritaire : « Seriez-vous prêts à les avoir dans votre propre chambre à coucher ou celle de vos enfants, en sachant que malgré que l'on dit que c'est sécuritaire, on entend le contraire? » C'est comme une opération, si on nous dit pas de problème et qu'on entend que plusieurs en ont eu... c'est normal qu'on changer de spécialiste avec le plus de réussites d'opérations... et non prendre le risque... Je suis allée au conseil de ville, qui ont tenté de nous aider, mais encore une fois, Hydro mentionne qu'ils iront de l'avant... la grosse machine est en marche et on se sent petit, très petit et pas respecté dans ce cas-ci. Aucune considération et on ne se met pas à notre place. C'est un appel à l'aide SVP... Je vous remercie de votre attention. Je suis découragée avec cette situation. Je ne veux pas une bataille pour défendre ma santé... et je refuse que l'on change pour 6 compteurs plus puissants dans ma chambre à coucher. Je trouve injuste qu'on doit payer car on a peur pour notre santé. Je trouve injuste qu'on ne nous écoute pas. Qu'il n'y a aucune exception possible, une vrai dictature... C'est lourd tout ça. »

- Isabelle Vigeant - Tiré de ses observations sur le site de la Régie de l'énergie




Note de Jean : Voici la lettre que j'ai envoyée samedi soir au 3155 signataires de la pétition de la campagne Je garde mon compteur ! Peut-être l'avez-vous déjà reçue si vous avez déjà signé. Sinon, n'hésitez pas à la signer et manifestez ainsi votre solidarité avec tous les Québécois qui ont décidé de garder coûte que coûte leur compteur !

Bonjour !

Tout d'abord encore une fois merci d'avoir signé la pétition de la campagne Je garde mon compteur ! - qui ce samedi 8 mars est rendue à 3155 signatures - voir http://www.change.org/fr/pétitions/moi-je-garde-mon-compteur

Nous sommes heureux de la progression constante du nombre de personnes s'engageant à garder leur compteur, ou manifestant par leur signature leur rejet complet de la technologie cancérogène des compteurs 'intelligents' choisie par Hydro-Québec. Toujours plus de victimes nous font parvenir leur témoignage révélant à quel point ces appareils, émettant constamment un puissant faisceau pulsé de micro-ondes, peuvent être dangereux pour la santé. Voici un extrait du plus récent que nous avons reçu hier....

« Je suis tombée sur quelqu’un aujourd’hui qui m’a probablement sauvé la vie. Elle m’a demandé s'il y avait de nouveaux compteurs d’Hydro-Québec chez moi et la réponse est oui, depuis 3 mois. Ma tête de lit est collée sur les compteurs de l’autre côté du mur dehors - je dirais pas plus de 4 à 5 pouces. Depuis 3 mois, je souffre énormément. Mon système nerveux a déclenché des tremblements dans la tête et sur tout le corps, et je souffre d'insomnie, de nausées, d'irritabilité, de dépression, de fibromyalgie, de maux de tête, de mal et de raideurs au cou, et de spasmes musculaires. »

- Micheline B.

Pour en lire d'autres, aller au http://www.jegardemoncompteur.com/problemesante.html

Comme Sylvie Roy nous l'indiquait dans le commentaire qu'elle nous a laissé après avoir signé la pétition hier, afin d'indiquer pourquoi elle l'a signée : « Parce que je crois que ces compteurs auront des effets très négatifs sur la santé de ma famille et de tous les Québécois en général. » Et elle a parfaitement raison ! Si nous ne parvenons pas à persuader la Régie de l'énergie de corriger la monstrueuse erreur qu'elle a commise en approuvant la première phase du déploiement des compteurs, c'est la population de l'ensemble du Québec qui, durant de nombreuses années, va en subir les conséquences.

La raison pour laquelle nous communiquons pour une première fois avec tous les signataires, c'est justement pour vous inviter à prendre quelques minutes pour écrire et envoyer vos observations à la Régie de l'énergie. Il reste moins de 5 jours pour le faire ! Après cela, il sera trop tard pour s'exprimer dans un cadre où notre opinion peut faire toute la différence. Voilà plus de 2 mois que les 8 millions de Québécois-es ont cette possibilité. Malheureusement seulement 154 personnes (voir au http://bit.ly/1cwA2eU) se sont donné la peine de le faire jusqu'ici, ce qui est loin d'être suffisant pour démontrer à la Régie que le Québec rejette cette technologie.

Voici un extrait du plus récent bulletin de la CQLPE - disponible au http://www.cqlpe.ca/Bulletins/Numero40.htm où vous trouverez de nombreuses autres informations utiles et auquel vous pouvez vous abonner en le demandant à info@cqlpe.ca (c'est gratuit!).

Cette lettre provient du collectif Refusons les compteurs qui vient justement d'annoncer l'organisation de 2 manifs en avril - voir tous les détails au http://refusonslescompteurs.wordpress.com/agenda/manifestations-avril-2014/

La Régie de l'énergie sollicite vos témoignages

Faites vite ! Date limite: 13 mars 2014 à midi!

Tous les citoyens sont invités à faire parvenir avant le 13 mars 2014 leurs observations à la Régie de l'Énergie. Toutes ces observations seront publiées officiellement et rendues publiques sur le site de la Régie de l'énergie et devront être prises en compte dans les prochaines décisions.

Il y a deux dossiers devant la Régie de l'énergie présentement :

Le dossier R-3863-2013 fera un retour sur la phase 1 de déploiement (région de Montréal) puis décidera d'autoriser ou non les phases 2 et 3 (le reste de la province de Québec).

Les témoignages de citoyens mécontents des façons de faire d'Hydro-Québec (ainsi que du sous-traitant CapGemini) et/ou devenus malades en raison des compteurs et des routeurs sont donc très importants pour obtenir un moratoire immédiat de la phase 1 et l'abandon des phases 2 et 3.

Le dossier tarifaire R-3854-2013 phase 2 traitera de l'option de retrait.

Les témoignages quant au caractère injuste et inapplicable de l'option de retrait sont importants pour obtenir l'abolition totale des frais de retrait. (ex : compteurs groupés, exposition aux rayonnements de compteurs de voisins, incapacité de payer des personnes malades et à faible revenu, etc.).

Il faut écrire à : greffe@regie-energie.qc.ca

Mettre comme sujet de votre courriel... À verser au dossier R-3863-2013 (observations) et au dossier R-3854-2013 phase 2 (observations)

Vous pouvez lire des exemples d'observations déjà publiées (plus de 150) à ces 2 adresses :

Dossier d'autorisation phase 2-3 : http://bit.ly/1cwA2eU

Dossier tarifaire sur l'option de retrait : http://bit.ly/1edWV3V

IDÉALEMENT...

Il faut se concentrer sur des faits que vous avez vous-même observés et vécus, des échanges où l'on vous a intimidé(e) ou donné des ordres, du vandalisme sur votre propriété, du harcèlement (appels répétés malgré l'expression de votre volonté), le refus de quitter votre terrain même si vous l'avez demandé, le changement du compteur malgré votre refus, etc.

Vous pouvez aussi expliquer comment les documents d'Hydro-Québec vous apparaissent confus, sont rédigés en des termes vagues et vous enferment dans une logique de faux choix qui ne tient aucun compte de vos requêtes, ne donnent pas le numéro pour le service à la clientèle, et n'offre aucun formulaire écrit précisant les conditions exactes de l'option de retrait, etc.

Si vous avez éprouvé des problèmes de santé, donnez les détails de vos malaises, expliquez les démarches que vous avez dû faire auprès de professionnels de la santé, les changements que vous avez dû faire dans votre vie et toutes les autres conséquences que vous jugerez bon de mentionner.

Pour en savoir plus, veuillez aussi vous référer à...

IMPORTANTE ET URGENTE RECOMMANDATION
http://www..jegardemoncompteur.com/actionurgente.html

Merci de bien vouloir prendre sans tarder quelques minutes pour faire part à la Régie de votre opposition. Si vous ne savez pas quoi écrire, il vous suffit de prendre exemple sur ce que d'autres ont écrit en lisant quelques-unes des lettres disponibles au http://bit.ly/1cwA2eU. L'important, si vous subissez des problèmes de santé depuis qu'un compteur a été installé chez vous, c'est de témoigner de ce dont vous êtes victime. Pensez à mettre info@jegardemoncompteur.com en copie conforme de votre envoi à la Régie, et si vous offrez un témoignage suffisamment détaillé, il y a de bonnes chances qu'il soit ajouté à la soixantaine de témoignages déjà en ligne au http://www.jegardemoncompteur.com/problemesante.html

Pensez à mentionner à la Régie l'importance de ne pas approuver les Phases 2 et 3 tant qu'une étude d'impacts sur la santé n'aura pas démontré hors de tout doute que cette technologie ne peut rendre personne malade. Approuver la suite du déploiement à l'aveuglette, malgré le nombre croissant de témoignages de victimes des compteurs de la Phase 1, serait incroyablement irresponsable et totalement inacceptable. Demandez que le droit de retrait soit gratuit sans condition aucune pour tout client le demandant, y compris dans les situations où plusieurs compteurs sont regroupés au même endroit et exposent les résidents vivant à proximité à des doses très élevées de micro-ondes. Dans ces cas, tous les compteurs regroupés DOIVENT être gratuitement remplacés par des compteurs n'émettant rien. Ce n'est pas à la population à payer avec sa santé et sa qualité de vie pour les erreurs d'Hydro-Québec. Soyez polis mais fermes dans vos propos. Si vous êtes en colère à cause de ce que vous subissez ou craignez subir, c'est le temps de l'exprimer. Si vous avez subi des menaces et des manipulations de la part d'installateurs de Capgemini ou de préposés d'Hydro, c'est le temps de dénoncer ces abus. Mais il ne reste que TRÈS PEU de temps pour le faire...

Rappelons enfin qu'une lettre d'invitation à signer la pétition que vous pouvez envoyer à tous vos contacts est disponible au bas de http://www.change.org/fr/pétitions/moi-je-garde-mon-compteur

Merci de votre participation à ce vaste mouvement de résistance populaire contre les dangereux compteurs 'intelligents'.

Le comité organisateur de la campagne Je garde mon compteur !

PS Si vous avez une page Facebook, nous vous encourageons à y partager la publication Facebook suivante - http://on.fb.me/1dDqjnu - qui a été publiée le 1er mars et qui a été vue jusqu'ici par près de 130,000 personnes et partagée sur 2183 pages Facebook (donnée mise à jour le 12 mars) , un degré de viralité particulièrement révélateur de l'opposition grandissante des Québécois aux compteurs 'intelligents'...




Note de Jean : Il est venu à mon attention que la Commission d'accès à l'information du Québec (CAI) a mis en ligne sur son site un rapport publié en février 2013 faisant état de ce que ses inspecteurs ont constaté après avoir été invités par Hydro-Québec (ce que l'on peut se permettre de présumer même si ce n'est pas mentionné, car pourquoi autrement cette commission aurait-elle pris l'inititiave de fourrer son nez dans les affaires d'Hydro-Québec qui a toujours réussi jusqu'ici à échapper à toute enquête sérieuse sur les innombrables squelettes qu'elle a dans ses nombreux placards...) à examiner leur beau joujou tout neuf, leur fameux AMI (Advanced Measurement Infrastructure), l'ENNEMI publique numéro un de tous les Québécois. On constate à sa lecture que la Commission s'est livrée à une opération qui s'apparente beaucoup à ce qu'Hydro tente de nous passer depuis le début : enjoliver la réalité pour mieux faire avaler leur infecte couleuvre électropolluante à la population. Sous des apparences d'objectivité et d'impartialité, alors que ces inspecteurs n'ont certainement pas la formation technique ni l'expertise nécessaires pour se faire une opinion véritablement juste, basée sur un sens critique et une compréhension affutée de ce que les zingénieurs d'Hydro leur ont raconté, et qu'ils ont manifestement presque entièrement gobé, ces inspecteurs font l'apologie de la nouvelle religion du sans fil mur à mur d'Hydro-Québec. J'ai en extrait quelques éléments pertinents (et hors contexte je l'avoue sans ambages, afin de mieux mettre en exergue ce qu'il m'intéresse de signaler) et d'intérêt pour notre cause, que je ne me suis pas gêné pour commenter vertement comme j'ai l'habitude de le faire... Et un dernier point suite à une lecture de ce rapport par Jean Gagnon (qui a demandé l'intervention de la CAI dans le cas des compteurs Itron), il écrit notamment « Il est important de souligner qu'il y a admission de la part de la CAI du risque de détournement de données personnelles, et en terme juridique il appartient à HQ d'assumer ce risque et la CAI n'a pas admis que les mesures prises par HQ sont suffisantes pour protéger contre ce risque. (...) La CAI est en position d'autorité pour évaluer ce risque, mais refuse d'obliger HQ à fournir la documentation nécessaire pour compléter sa tâche. Ça mérite une plainte et un suivi à l'Assemblée nationale. »

Tiré de http://www.cai.gouv.qc.ca/documents/CAI_RI_1003501.pdf

RAPPORT D’INSPECTION CONCERNANT L’UTILISATION PAR HYDRO-QUÉBEC DES COMPTEURS DE NOUVELLE GÉNÉRATION ET DE L’IMPLANTATION D’UNE INFRASTRUCTURE DE MESURAGE AVANCÉE

(...) L’installation de réseaux intelligents a été encouragée par des politiques gouvernementales, tant aux États-Unis qu’en Europe, afin d’optimiser l’efficacité des infrastructures électriques déjà en place. Les objectifs de ces politiques visent à économiser l’énergie, sécuriser les réseaux, réduire les coûts de production et diminuer les impacts environnementaux.

[Note de Jean : ABSOLUMENT AUCUN des 4 objectifs énumérés ci-dessus ne sera atteint avec cette technologie, bien au contraire, car ...

1) le déploiement de près de 3,8 millions de compteurs électropolluants, consommant constamment de l'électricité pour fonctionner, et de toute l'infrastructure de communication requise (routeurs et collecteurs) pour la transmission des données, ainsi que l'énorme quantité d'électricité nécessaire au fonctionnement et au refroidissement des ordinateurs du centre de traitement des données informatiques (selon cet article, dans leur ensemble ces centres consomment 2% de toute l'électricité produite dans le monde) consommeront en tout infiniment plus d'électricité que les compteurs à roulette qui n'en consomment STRICTEMENT PAS. Au lieu d'économiser l'énergie, nous allons la gaspiller à tout de bras !

2) Selon James Woolsey, ancien directeur de la CIA, dans cette vidéo « Un réseau soi-disant intelligent qui est aussi vulnérable [au cyberterrorisme à grande échelle] n'est pas intelligent du tout, il est vraiment stupide.», C'est entre autres pour la même raison, tel qu'expliqué plus en détails dans mon 39e bulletin, que la plus grande compagnie d'électricité de l'État du Massachusetts a rejeté la technologie des compteurs 'intelligents' car « L'AMI introduit un tout nouveau portail d'accès aux systèmes informatiques des [compagnies], ce qui augmente considérablement les risques au plan de la cyber-sécurité. » Au lieu de sécuriser les réseaux, jamais ils n'auront été plus vulnérables qu'avec cette stupide et très coûteuse technologie.

3) Comment un réseau provincial de fragiles compteurs d'une durée de vie utile d'au plus 15 ans, de routeurs et de collecteurs qui entraîneront des coûts d'entretien récurrents élevés et un parc d'ordinateurs qui devront être périodiquement remplacés, de même que les logiciels et le complexe système de chiffrement de données qui devront être régulièrement mis à jour, le tout à grands frais, sans compter le coût d'investissement initial d'au moins UN MILLIARD de dollars (montant qui devra être révisé à la hausse avec les inévitables dépassements), avec tous ces frais pharaonesques (et on ne parle même pas des millards en indemnités qu'Hydro-Québec devra verser aux victimes de cette technologie quand les inévitables recours collectifs aboutiront - un risque si élevé qu'aucune compagnie d'assurances dans le monde n'accepte de les couvrir) comment peuvent-ils soutenir positivement la comparaison avec la technologie éprouvée des compteurs électromécaniques durables fonctionnant encore parfaitement après 50 ans et coûtant infiniment moins à l'achat que tout la quincaillerie fragile n'ayant jamais subi l'épreuve du temps et des rudes conditions hivernales québécoises? Comment peut-on s'imaginer arriver un jour à réduire les coûts avec ÇA?!! Au lien de réduire les coûts de production, c'est à une explosion exponentielle des coûts que nous allons assister, et c'est dans un trou sans fond qu'Hydro est en train de s'enfoncer...

4) Pour ce qui est de diminuer les impacts environnementaux, on repassera, car comment comparer la circulation, 6 fois par année, des véhicules de releveurs, entraînant de minuscules émissions annuelles d'à peine 2 018 tonnes de CO2 (une quantité infime comparativement aux 20 millions de tonnes émises annuellement par l'ensemble du parc automobile que compte le Québec - et si le gouvernement québécois tient tant à réduire cet impact, il aurait pu simplement fournir aux releveurs des véhicules électriques de série comme ceux de Communauto au lieu de donner son aval aux oléoducs d'Enbridge et de Trans-Canada Pipeline qui ensemble vont acheminer en sol Québécois assez de pétrole des sables bitumineux ultra-polluant pour libérer annuellement plus de 40 millions de tonnes métriques de gaz à effet de serre (selon cet article)... comment comparer tout cela à l'augmentation catastrophique et permanente de la pollution électromagnétique engendrée par ces 3,8 millions de nouvelles antennes, chacune émettant en permanence à une puissance presque 10 fois plus élevée qu'un téléphone cellulaire le pire type de radiofréquences qui existe, soit les micro-ondes pulsées qui sont infiniment plus bioactives et donc nuisibles à la santé que les ondes émises en continue? Comment peut-on décemment prétendre réduire ainsi les impacts environnementaux ? Au lieu de cela, Hydro-Québec va les décupler !]

(...) Afin d’assurer la fiabilité du réseau, les voies de transmission ne sont pas fixes, mais peuvent évoluer selon les situations. Dans ce but, les compteurs émettent de façon régulière un pulse, signal bref et court, permettant aux autres compteurs et aux routeurs de connaître leurs positions. Normalement, lors d’une transmission, un compteur communique directement avec le routeur ou le collecteur le plus près. Toutefois, si un problème intervient sur la voie de communication habituelle, il est possible pour le compteur d’effectuer un relais avec d’autres compteurs afin de rejoindre un autre routeur. De cette façon, même si certaines modifications surviennent dans l’environnement du réseau, celui-ci s’adaptera afin de conserver la communication entre les routeurs et les compteurs en tout temps. Néanmoins, durant le projet pilote, 75 % des compteurs n’ont jamais relayé de données provenant d’un autre compteur.

[NOTE de Jean : Par conséquent, 1 compteur sur 4 peut servir d'antenne-relais, ce qui peut varier dans un sens ou l'autre selon les conditions propres à chaque secteur de déploiement. 25%, c'est considérablement PLUS que le 3% avoué par George Abiad quand il a rencontré les gens de Villeray Refuse...]

(...) Les données transmises sont conservées pour une période moyenne de 45 jours sur le compteur et pendant 100 jours une fois parvenus au frontal d’acquisition. Une fois ces délais opérationnels expirés (lecture, facturation, etc.), les données sont archivées pour des motifs comptables pour une période de 5 ans.

[Note de Jean : Quelles garanties avons-nous que ces données seront vraiment détruites au bout de 5 ans et surtout ne serviront jamais à autre chose que pour des motifs comptables? Nous n'avons que la parole d'Hydro-Québec qui ment, cajole et dissimule à tour de bras depuis le début de toute cette sordide affaire....]

(...) En étant évolutive, cette technologie permettra aussi l’ajout de fonctionnalités, telles que la gestion maison de la consommation à l’aide d’appareils utilisant le protocole ZigBee, protocole pour les réseaux locaux résidentiels (Home Area Network).

[Note de Jean : L'activation de la carte Zigbee qui se fera à l'insu de tous contribuera à augmenter encore davantage la pollution électromagnétique intra-résidentielle. Cela activera aussi le fonctionnement des cartes Zigbee dans tous les appareils électroniques et ménagers, dans les thermostats et chauffe-eau qui en sont équipés. Cela permettra aussi à Hydro de stopper le chauffe-eau à distance (aimez-vous les douches froides?) si jamais un jour le Québec se retrouve en déficit de production électrique en période de pointe de demande hivernale, ou bien comme James Woolsey le signalait, un pirate informatique de Shangaï pourrait prendre le contrôle à distance de vos appareils ménagers, voire même créer un virus informatique programmé pour couper le courant dans des dizaines de millliers de résidence. Même le Pentagone a vu ses drones infectés par un virus. Imaginez que ça n'arrivera jamais à Hydro-Québec c'est croire encore au Père Noël...]

(...) après avoir consulté les informations disponibles sur le site internet d’Hydro-Québec, il semble y avoir peu d’informations disponibles concernant l’utilisation et la confidentialité des renseignements collectés à l’aide de l’IMA. L’information se limite aux renseignements transmis et au fait qu’ils soient chiffrés lors de la collecte et de la transmission. Il n’y a pas d’explication sur la manière dont sera assurée la confidentialité des renseignements lorsqu’ils seront utilisés par Hydro-Québec. Le site Internet n’aborde pas non plus la possibilité qu’offre l’IMA de modifier la programmation des compteurs par le biais de la radiofréquence. Il n’y est pas mentionné que le compteur pourrait être reprogrammé pour activer de nouvelles fonctions, corriger des erreurs à la programmation existante ou collecter des données supplémentaires et, surtout, dans quels contextes ce type d’opération pourrait avoir lieu.

[Note de Jean : «il semble y avoir peu d’informations» sur le site d'Hydro-Québec... Quel euphémisme! Hydro a tout mis en oeuvre sur ce site, que l'on pourrait bien comparer à un sépulcre blanchi, pour dissimuler l'arnaque gigantesque à laquelle elle se livre. Plus aseptisé que ça, tu meurs! Ce site est une grossière opération de relation publique pour endormir les naïfs qui croient le tissu de balivernes mensongères et dissimulatrices que distille les experts en manipulation psychologique engagés par Hydro pour faire croire une conte de fée qui est aux antipodes de la réalité. C'est le seul endroit de ce rapport où les «inspecteurs» de la Commission d'accès à l'information se sont permis un début de critique, sans doute pour essayer de se racheter pour avoir servi de courroie de transmission et d'écran de validation aux innombrables dénis des faits commis par Hydro-Québec.]

(...) Les données collectées permettent de connaître, en plus de la consommation totale, les périodes de fluctuation de la consommation d’électricité. L’ensemble des données collectées pourrait permettre de déduire des informations sur les habitudes des clients.

[Note de Jean : Comme si on ne le savait pas déjà ! Pourtant de nombreuses autres déclarations de ce document s'évertuent à dire exactement le contraire... Cherchez l'erreur !...]

(...) il serait avantageux qu’Hydro-Québec s’assure de rendre disponible à sa clientèle l’information concernant l’utilisation qui sera faite des données collectées et des mesures mises en place afin d’assurer la confidentialité des renseignements personnels qui circulent à travers l’IMA. Ces informations permettraient aux usagers de mieux comprendre les objectifs visés par Hydro-Québec et l’utilisation qui est faite de leurs renseignements personnels.

[Note de Jean : C'est comme de demander au renard de protéger le poulailler. Pourquoi cette commission d'eunuques effarouchés ne fait-elle pas elle-même le boulot ? À qui obéit-elle en se prêtant à une telle mascarade ? A-t-elle été vivement «encouragée» à contribuer à l'opération de blanchiment des faits comme l'ont été la Direction de la santé publique de Montréal et Santé Canada, mettant ainsi grandement à risque sa réputation d'indépendance et d'intégrité?]




From: Basses-Laurentides Refuse (basses-laurentides-refuse@videotron.ca)
Subject: Communiqué de presse
Date: 3 Mars 2014

Bonjour à tous,

Nous sommes très fières de vous annoncer le ...

Festival des Ondes Sales
http://festivaldesondessales.wordpress.com/la-soupe-electro/a-propos/

Tous les dossiers seront couverts : le lobbying derrière les normes, les médecins qui cherchent à diagnostiquer cette nouvelle maladie qui touche à tous de façon très individuelle, la souffrance des gens devenus allergiques aux ondes, les compteurs « intelligents » en Amérique du Nord et les effets des ses ondes sales, artificielles, sur tout être vivant. Sans oublier la touche d'humour qui a probablement convaincu les 6 200 citoyens de Villeray qui ont fermé leurs portes à HQ et ont conservé, jusqu'à ce jour, leur compteur à roulette.

Chaque groupe Refuse* organise une ou plusieurs projections pendant le mois de mars. Comme vous pouvez constater, les Basses-Laurentides sont très actives avec huit jours confirmés et d'autres à venir que nous vous transmettrons au fur et à mesure que les dates seront validées.

Nous attendons des confirmations de Blainville, Bois-des-Filion, Lorraine, Sainte-Anne-des-Plaines, Ste-Marthe-sur-le Lac et Lachute. Probablement d'autres villes vont s'ajouter, les citoyens n'ont qu'à demander à leur Conseil de ville une salle gratuite.

Pour des informations sur les projections dans les Laurentides : de St-Jérôme vers le nord, SVP, communiquez avec Laurentides Refuse, Lucie Mayer (laurentidesrefuse@gmail.com) porte-parole.

En annexe le programme et capacité des salles dans les B-L. L'entrée est gratuite.

Les porte-paroles seront présents pour répondre aux questions du public.

Nous vous invitons tous à venir à ces projections. Si vous comprenez l'anglais, ne manquez pas les deux excellents documentaires.

Merci de communiquer cette information aux citoyens que nous espérons nombreux et de continuer à vous intéresser à ce sujet tant controversé.

Basses-Laurentides Refuse

CE QUE LE PEUPLE DU QUÉBEC A FAIT, SEUL LE PEUPLE DU QUÉBEC PEUT LE DÉFAIRE.

Maria Acosta porte-parole


* COLLECTIF CITOYEN REFUSONS LES COMPTEURS :
Ahuntsic Refuse / Anjou Refuse / Antoine-Labelle Refuse / Argenteuil Refuse / Arundel-Huberdeau Refuse / Baie d'Urfé Refuse / Centre-Sud Refuse / Basses-Laurentides Refuse / Boisbriand Refuse / Bois-des-Filion Refuse / Boucherville Refuse / Citoyens Valleyfield / Coteau-du-Lac Refuse / Deux-Montagnes Refuse / Estrie Refuse / Hochelaga Refuse / Joliette Refuse / L'Assomption Refuse / La Beauce Refuse / Labelle Refuse / Lachine Refuse / Lanaudière Refuse / Lasalle Refuse / Laval Refuse / Le Plateau Refuse / Les Coteaux Refuse / Longueuil Refuse / Mauricie Refuse / Mercier O. Refuse / Mirabel Refuse / Mont Saint-Hilaire Refuse / Mont-Tremblant Refuse / Otterburn Park Refuse / Outremont Refuse / Parc Extension Refuse / Pointe-aux-Trembles Refuse / Pierrefonds-Roxboro Refuse / Pointe-Claire Refuse / Prévost Refuse / Québec Refuse / Rawdon Refuse / Rivière-des-Prairies Refuse / Rosemont-Petite-Patrie Refuse / Soulanges Refuse / Saint-Basile Refuse / Saint-Colomban Refuse / Saint-Hubert Refuse / Saint-Hippolyte Refuse / Saint-Zotique Refuse / Sainte-Anne-de-Bellevue Refuse / Sainte-Anne-des-Lacs Refuse/ Sainte-Anne-des-Plaines Refuse / Val-Morin Refuse / Verdun Refuse / Ville-Marie Refuse / Villeray Refuse




Tiré de http://www.laction.com/Opinion/Tribune-libre/2014-03-06/article-3639574/Les-nouveaux-compteurs-dits-%26laquo%3B-intelligents-%26raquo%3B-d%26rsquo%3BHydro--Quebec/1

Les nouveaux compteurs dits « intelligents » d'Hydro-Québec

Lettre ouverte - 6 mars 2014

Quelle est la vérité sur les nouveaux compteurs qu‘Hydro-Québec s'empresse à installer partout au Québec? Ce sujet très controversé fait lever beaucoup de questions et de protestations. Des citoyens inquiets dénoncent la politique d'Hydro imposant ses nouveaux compteurs à chaque ménage sans offrir une alternative qui ne punit pas le consommateur par des frais supplémentaires (ce qu'Hydro appelle « l'option de retrait »).

Le point critique tourne autour de la technologie de ces compteurs communiquant les informations sur la consommation d'électricité au moyen d'ondes électromagnétiques et via un réseau de routeurs locaux aux ordinateurs d'Hydro-Québec. Cette technologie sans fil est déjà très répandue pour les téléphones cellulaires et les routeurs WiFi afin d'accéder à internet - alors pourquoi s'inquiéter? Ceux qui tirent la sonnette d'alarme évoquent des enjeux divers comme l'atteinte à la vie privée par ces compteurs dits « intelligents » car ils transmettent un tableau détaillé des habitudes du consommateur à la centrale. Il y a aussi le danger que les tarifs puissent augmenter aux heures de « pointe », comme c'est déjà le cas en Ontario.

Encore plus alarmant est la question si les nouveaux compteurs peuvent attaquer notre santé. Pendant qu'Hydro déclare qu'il n'y a aucun danger pour la santé, les témoignages de personnes expérimentant des symptômes depuis l'installation d'un nouveau compteur dans leur ménage se multiplient. Qui dit vrai?

Dans ses affirmations, Hydro Québec se base sur l'intensité « moyennée dans le temps » utilisant l'inactivité (les mesures nulles) entre les émissions. Cela réduit celles-ci à une valeur de 50 uW/ n'existant pas dans la réalité. En effet, la densité de puissance ponctuelle est de 65 000 uW/m2 à un mètre de distance du compteur ce qui, à égale distance, surpasse de loin tous les autres appareils domestiques. Or, des études - non financées par l'industrie - ont démontré le lien entre l'exposition d'une personne à des ondes électromagnétiques et des troubles de la santé pouvant aller jusqu'au cancer. Si on considère qu'un compteur fonctionne sans arrêt, 24 heures sur 24, contrairement à d'autres appareils domestiques, on a une idée de l'augmentation importante de la radiation électromagnétique à laquelle nous sommes exposés.

À cela s'ajoute qu'Hydro-Québec omet de parler de la technologie des ondes pulsées émises par les compteurs dits « intelligents ». Intermittentes, très puissantes (effet de coup de fouet) et à longue portée (trois (3) kilomètres), elles ne sont pas comparables aux ondes non-pulsées, à courte portée et constantes émises par les autres appareils sans fil disponibles sur le marché.

La Régie de l'énergie sollicite présentement les observations des citoyens (date limite le 13 mars) avant de décider du futur de ce projet, c'est-à-dire un déploiement des nouveaux compteurs dans le reste du Québec - et l'option de retrait (abolition des frais).

Margit Reimer

Voir aussi...

Nouveaux compteurs intelligents : des citoyens s'inquiètent (3 mars 2014)
http://www.journalletoile.com/Actualites/Municipalites/2014-03-03/article-3631836/Nouveaux-compteurs-intelligents-%3A-des-citoyens-s%26rsquo%3Binquietent/1
Saint-Zotique - L'installation des nouveaux compteurs intelligents d'Hydro-Québec en inquiète plus d'un. Nombreux sont les citoyens demandant à leur administration municipale un moratoire à ce propos. Des résidents de Saint-Zotique sonnent également l'alarme.. -- Quelques Zotiquiens pressent leur conseil municipal de réagir face à l'installation des nouveaux compteurs intelligents d'Hydro-Québec. Lors de chaque assemblée municipale, ils encouragent le conseil à adopter un moratoire à propos desdits compteurs. Pour sa part, le conseil, qui a appuyé en août 2013 la motion d'Amir Kadhir quant à la gratuité des compteurs non communicants, estime son intervention suffisante pour le moment. « Nous avons déjà appuyé la motion d'Amir Kadhir. J'ignore à quel point demander un moratoire aura plus d'impact au niveau du gouvernement », a déclaré Yvon Chiasson, maire de Saint-Zotique. Rappelons que la motion du député de Mercier adoptée en mai 2013 demandait à Hydro-Québec d'offrir la possibilité aux citoyens de refuser l'installation d'un compteur de nouvelle génération sans devoir assumer de frais. Par ailleurs, le maire a spécifié qu'une rencontre avec des représentants d'Hydro-Québec et les membres du conseil est prévue le 13 mars prochain. Il sera alors question de la réelle incidence des compteurs intelligents sur la santé. « Bien sûr, Hydro-Québec ne dira pas que les nouveaux compteurs sont dommageables pour la santé; ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas de danger. Mais la Municipalité a déjà fait savoir qu'elle encourageait la motion adoptée par l'Assemblée nationale. Le gouvernement connaît notre position », a précisé le maire.Ce dernier a également laissé entrevoir la possibilité de tenir une rencontre entre la population de Saint-Zotique et les représentants d'Hydro-Québec.

Saint-Zotique, priez pour les incrédules qui risquent de tomber dans le panneau des vilains mensonges d'Hydro-Québec...

Hydro-Joliette : Les nouveaux compteurs inquiètent (4 mars 2014)
http://www.lejournaldejoliette.ca/2014/03/04/les-nouveaux-compteurs-inquietent
JOLIETTE - L’installation de nouveaux compteurs de la part d’Hydro-Joliette dérange. Un regroupement de citoyens qui s’interrogent sur les effets des nouveaux compteurs à radiofréquence tente de sensibiliser et conscientiser la population. Alors qu’Hydro-Joliette a installé de nouveaux compteurs à 65% de la population, le groupe Lanaudière Refuse réclame un moratoire auprès de la ville de Joliette sur ces compteurs. Selon Jean-Gabriel Suzeau, membre de Lanaudière Refuse, il est important de se questionner sur les effets des compteurs à radiofréquence qui sont installés. Des séances d’informations, offertes par le groupe, ont lieu à Joliette pour répondre aux questions de la population. Accompagnés d’experts et appuyés par des études provenant de partout dans le monde, le groupe Lanaudière Refuse sonne l’alarme. Présent au conseil de ville de Joliette depuis quelques séances, des citoyens demandent aux conseillers et au maire de s’informer davantage sur la question. Le maire de Joliette, Alain Beaudry, affirme que le projet continuera tout de même à cheminer, mais est ouvert à en savoir plus. Des représentants de la Ville seront d’ailleurs présents à la prochaine séance d’information. Le maire tient toutefois à apporter quelques précisions. « Les compteurs d’Hydro-Joliette ne sont pas les mêmes que ceux d’Hydro-Québec.. On ne parle pas de compteurs intelligents, mais bien de compteurs à radiofréquence, qui émettent des ondes plus petites », explique Alain Beaudry. De plus, le maire rapporte qu’un seul client a demandé à Hydro-Joliette de retirer le nouveau compteur afin de ravoir le compteur numérique. Plusieurs villes avoisinantes de Joliette ont émis un moratoire sur les nouveaux compteurs d'Hydro-Québec. Au total 30 villes ont émis un moratoire et 32 groupes Refuse sont présents dans la province. Selon Lanaudière Refuse, il faut tout de même prendre le temps de s’informer sur les compteurs d’Hydro-Joliette, qui selon les études qu’ils possèdent, pourrait être aussi nocif que ceux d’Hydro-Québec. Pour plusieurs membres de Lanaudière Refuse, l’option de déménagement devient de plus en plus possible si la ville de Joliette conserve sa position.




Tiré de http://www.pollutionem.com/le-deni-du-danger-des-champs-electromagnetiques.php

Le déni du danger des champs électromagnétiques

D’où vient le déni du danger des champs électromagnétiques? Tout le monde est branché, on se balade avec un portable à la ceinture, on utilise un laptop assis sur un banc de parc, presque chaque logement est muni d’un téléphone DECT, plus une kyrielle d’appareils utilisant la technologie micro-ondes. Nous sommes tous envahis par le sans fil c’est devenu une mode. Pourtant l’histoire nous apprend que les Allemands ont découverts dès 1932 que les ondes de type micro-ondes rendaient malades certains de ceux qui les utilisaient (Erwin Schliephake, radiowaves sickness) et les Russes dans les années 50 ont observés à leurs tours le même phénomène chez les opérateurs dans les aéroports qui avaient commencés eux aussi à utiliser comme ondes émettrices les micro-ondes (Roger Santini, maladie des micro-ondes).

Lorsqu’une catastrophe naturelle ou de d’origine humaine arrive, il y a toujours un journaliste ou un historien pour nous rappeler que pareil chose s’est déjà produite, mais en ce qui concerne les champs électromagnétiques l’information passe peu. Il y a bien quelques médias spécialisés qui sonnent l’alarme mais les journaux et les chaînes télés populaires ne font qu’aborder légèrement le sujet et souvent la nouvelle est démentie peu de temps après par des gens qui ont un intérêt de près ou de loin dans l’industrie du sans fil.

La santé ne devrait-elle pas primer devant les intérêts économiques? Le DDT a été interdit, les herbicides agricoles ont été bannis en milieu urbain, pourquoi ne pas tout simplement bannir les appareils utilisant les micro-ondes tout comme l’ont fait jadis les Allemands et les Russes. J’ai présenté en 2008 à mon député fédéral une pétition en ce sens, en fait je demandais à ce que le Code 6 de Santé Canada soit remplacé par le code français de Baubiologie, je savais pertinemment qu’à plus ou moins brève échéance les réseaux sans fils n’auraient plus été utilisables vu les niveaux de puissance très bas du code de Baubiologie. D’ailleurs le Dr Magda Havas m’avait précédé puisque de son côté elle avait déposé une pétition au Gouverneur général du Canada demandant l’interdiction des téléphones DECT.

Outre l’industrie qui par ses énormes budget publicitaire fait en sorte que les médias populaires penchent de leurs côté plutôt que du côté de la raison, elle fait en sorte également de ridiculiser certains chercheurs qui dénoncent le danger des champs électromagnétiques. Par exemple lorsqu’en 2010 le Comité permanent de la santé du gouvernement du Canada s’est penché sur les effets possibles sur la santé des champs électromagnétiques de radiofréquences, les scientifiques qui ont été appelés à intervenir par vidéoconférence ont presque tous eu peu de temps après des préjudices dans leurs vies professionnels (par exemple le Pr Olle Johannson s’est fait couper son laboratoire de recherche). Plus près de nous le Dr Gilles Thériault de l’université McGill qui a participé à une vaste étude sur l’effet des champs électromagnétiques sur les travailleur d’Hydro Québec, d’Hydro Ontario et d’EDF en France s’est vu, suite à une découverte majeur, se faire couper son budget de recherche et de se faire interdire l’accès à ses données (Maison du 21e siècle, juin 95) - Voir la Note de Jean ci-après.

Il est connu depuis 1932 que les champs électromagnétiques sont dangereux pour la santé alors pourquoi le sans fil est-il en pleine essor? L’industrie fait de la publicité, le consommateur par l’utilisation du sans fil renfloue les coffres de l’industrie et ainsi de suite. Ces dernières années l’analogie qui a ressortie de cette galère est de comparer le sans fil à la cigarette, c’est prouvé hors de tout doute que cette dernière est nocive et pourtant 30% de nos adolescents fument. La cigarette procure un bien être physique tandis que le sans fil détend davantage l’esprit par la rapidité avec laquelle on peut obtenir de l’information et communiquer avec les gens. C’est connu que depuis 1950 que la cigarette est nocive, le premier lien de cause à effet entre le cancer du poumon et la cigarette a été démontré à cette période. La question est pourquoi des lois strictes sont votées pour interdire l’utilisation du tabac dans les lieux publics tandis que l’utilisation du sans fil est permis presque partout? Pourtant la nocivité du sans fil a été démontré bien avant. La cause du déni des champs électromagnétiques est ailleurs.

Les champs électromagnétiques sont soient ionisant ou non ionisant. Sans entrer dans de longues définitions disons seulement que l’ionisant est plus nocif que le non ionisant, lorsque l’on parle d’ionisant on parle alors d’énergie nucléaire, de radioactivité, d’accidents nucléaires comme ceux de Three Miles Island, Tchernobyl ou Fukushima. Là encore on tente de dissimuler l’impact réel de la radioactivité. Si on remonte dans le temps la première grande catastrophe nucléaire fût sans aucun doute la bombe larguée sur Hiroshima. Quelques jours après le bombardement les japonais étaient à soigner leurs blessées et remarquèrent que des saignements de nez apparaissaient et que plusieurs perdaient leurs cheveux. Or les japonais demandèrent aux américains qui occupaient le territoire si la bombe était chimique et quel était l'agent toxique? Les américains répondirent que c'était une bombe propre! (reportage - Le soleil noir d'Hiroshima) C’EST LÀ QUE VIENT LE DÉNI DU DANGER DES CHAMPS ÉLECTROMAGNÉTIQUES. Les américains venaient de larguer 2 puissantes bombes sur 2 villes densément peuplées en tuant hommes, femmes et enfants, ils ne pouvaient pas avouer que c'était des bombes sales, l'armée aurait eu l'air trop ignoble, ils ont préféré taire la chose.

Note de Jean: J'ai publié dans mon 5e bulletin des informations hautement incriminantes contre le tristement célèbre 'Dr' Plante à l'emploi d'Hydro-Québec qui a joué un rôle clé dans la dissimulation des découvertes épidémiologiques du Dr Thériault. À ce jour, aucun tribunal n'a encore appelé ce brillant chercheur à témoigner à la barre pour donner un témoignage qui, à mon humble avis, serait assez incriminant pour condamner le Dr Plante et toute la direction d'Hydro-Québec de cette époque à de lourdes peines de prison pour leur inqualifiable comportement anti-humain et anti-social, lequel est le reflet de la politique de déni de la nocivité mortelle des micro-ondes que continue à pratiquer sans vergogne les dirigeants de cette entreprise sans coeur, ni conscience. Voici quelques extraits pertinents de Le Dr Michel Plante, médecin-conseil à Hydro-Québec depuis 1982, nage en plein conflit d'intérêts

L'article de Microwave News souligne qu'un nombre de chercheurs indépendants furent impliqués dans la préparation et la relecture de l'avant projet, mais il fut « très inhabituel sinon sans précédent pour un document pour la santé venant de l'OMS d'être relu par autant de personnes qui ont de tels liens forts avec l'industrie impliquée ». (13)

Un exemple de l'opinion des relecteurs (critiques) de l'industrie, cherchant à minimiser les dangers potentiels pour la santé se trouve dans les commentaires de Michel Plante, représentant d'Hydro-Québec :

"Toute la section sur le cancer semble plutôt être une tentative désespérée pour maintenir d’actualité quelques associations statistiques positives d'études épidémiologiques plutôt que la présentation des faits et d'arguments honnêtes pour et contre la carcinogenèse". (14)

Le rôle de Plante comme protecteur des intérêts de son employeur en niant le lien avec les CEM fut amplement démontré dans son implication comme représentant de Hydro-Québec en supprimant les données de dommages potentiels dans l'étude épidémiologique faite par le Dr Gilles Theriault et al. de l'université Mc Gill et financée par Hydro-Québec. L'analyse initiale des données collectées de 3 unités (usines) électriques trouva que les travailleurs qui avaient eu les expositions les plus grandes aux champs magnétiques avaient 12 fois plus de chance que celle pouvant être attendue d'avoir des astrocytomes, un type de tumeur du cerveau, ceci basé sur un petit nombre de cas. (15)

Plus tard, dans une nouvelle analyse des données (16), en regardant les courants transitoires de hautes fréquences (HFT), le groupe Mc Gill trouva jusqu'à 10 fois plus de risque de développer un cancer, avec une réponse très claire à l'exposition, parmi les travailleurs fort exposés dans les usines. (17)

Lorsque le groupe de Gilles Theriault de Mc Gill voulut pousser les analyses des données des HFT pour d'autres associations, Hydro-Québec qui finançait l'étude avec 3 millions de dollars canadiens et par conséquent était propriétaire des données collectées refusa tout accès ultérieur aux données. Plante disait à l'époque que « nous avons un problème de contrat qui doit être résolu et il n'y aura pas de nouveau mandat tant qu'il ne sera pas résolu». Plante soutenait qu'en publiant les découvertes sur les HPT, Thériault avait violé le contrat avec les services utilitaires de l'électricité. Plusieurs chercheurs expérimentés sur les CEM et des épidémiologistes considéraient les données des HFT comme ayant des implications importantes et nécessitaient des analyses ultérieures par d'autres chercheurs. (18) Tout comme en octobre 2005, les données du HFT Hydro-Québec continuèrent à être supprimées de toute analyse ultérieure de la communauté scientifique – et Plante en tant qu'homme de Hydro-Québec au centre de cette suppression fut demandé par Repacholi pour revoir l'évaluation du risque dans les Critères pour la Santé Environnementale de l'OMS.

On ne sait pas lors des meetings s'il fut posé à Plante des questions sur l'association statistique positive concernant les données des HFT d'Hydro-Québec, mais il aurait pu répliquer que ce n'était pas important parce que cela n'avait pas encore été répliqué !

Extrait d'une entrevue que le Dr Thériault m'accordait en 1995:

Hydro-Québec refuse de reconnaître l’intérêt des résultats «bouleversants» et «rarement vus au cours d’une carrière d’épidémiologiste», obtenus au cours d’une recherche majeure sur les champs électromagnétiques à l’université McGill. «C’est bizarre que les portes se ferment quand on commence à voir un peu de lumière au bout du tunnel», déplore le chercheur Gilles Thériault. «Je trouve cela malheureux qu’Hydro-Québec minimise nos observations et refuse que nous poursuivions nos recherches. C’est une situation terrible pour un chercheur.»

RECOMMANDATION FINALE : Contrairement à ces apôtres du déni et du mensonge, le Professeur suédois Olle Johansson (mentionné ci-dessus) serait plutôt un apôtre de la vérité et de la probité par les nombreuses entrevues qu'il a données pour expliquer la réalité de l'électrohypersensibilité dont souffrent déjà au moins 3% des Québécois (basé sur l'estimation que 3,5% de la population américaine le serait), soit plus de 240,000 victimes de cette pollution, et jusqu'à 6% des Allemands (pas surprenant que là-bas le gouvernement a 'allumé' et rejeté la technologie suicidaire des compteurs 'intelligents'. Prenez 6 petites minutes pour écouter cette entrevue (en anglais) dans laquelle il donne l'heure juste sur l'ampleur de cette terrible épidémie qui ne cesse d'empirer et face à laquelle nos gouvernements livrent pieds et poings liées leurs citoyens entre les griffes des pushers de technologie sans fil qui font des milliards de profits au détriment de la qualité de vie - et souvent carrément de la vie - de centaines de millions de personnes.

Entrevue avec le Pr Olle Johansson parlant entre autres des symptômes d'électrohypersensibilité.
http://youtu.be/pvZ7m7lFLco




Tiré de http://www.reseaumonteregie.ca/Actualites/2014-02-20/article-3622342/Compteurs-intelligents%3A-Salaberry-de-Valleyfield-fera-connaitre-sa-position-le-mois-prochain/1

Compteurs intelligents: Salaberry-de-Valleyfield fera connaitre sa position le mois prochain

Steve Sauvé - 20 février 2014

Après plusieurs mois d’attente, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield s’est engagée à faire connaitre sa position sur l’implantation de compteurs intelligents le mois prochain.

C’est du moins ce qu’a mentionné le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Denis Lapointe, lorsqu’il s’est adressé au porte-parole du groupeValleyfield Refuse, lors de la séance du conseil municipal du 18 février.

Près de 200 personnes se sont présentées dans la salle du conseil, à la suite de l’invitation faite par le groupe de contestataires. Bien que nombreux, seuls trois individus ont pris la parole à tour de rôle. Roland Chaput, porte-parole du groupe, Gisèle Rivet, initiatrice du mouvement de contestation ainsi que Jean-Guy St-Onge ont tenu des propos calmes, mais précis à l’endroit des élus municipaux.

« Nous sommes tous ici pour vous faire part de notre refus. Nous vous demandons de statuer sur le sujet et de voter un moratoire afin qu’Hydro-Québec ne puisse pas implanter les compteurs intelligents à Salaberry-de-Valleyfield », a mentionné Roland Chaput alors qu’il a profité de la période de questions pour s’adresser aux membres du conseil.

Gisèle Rivet a pour sa part remis une pétition comprenant 1644 signatures d’appui au groupe. « Seulement ce mois-ci, j’ai obtenu 937 signatures de gens en opposition aux compteurs. Je vous remercie de considérer notre point de vue. Je sais que ce n’est pas une décision facile, mais pour la santé de votre population, il faut prendre la bonne », s’est exclamée Mme Rivet, avant de recevoir une ovation par les gens réunis pour l’occasion.

Des rencontres avant la décision

Le maire Denis Lapointe a donc fait savoir que lors de la prochaine assemblée, la décision de la Ville sera connue. « Nous avons rencontré Hydro-Québec et nous voulons nous assoir avec l’Agence de la santé pour connaitre leur position », informe le premier magistrat.

En entrevue avec le Valleyfield Express, le mois dernier, Hydro-Québec avait fait savoir qu’elle implanterait ses compteurs dans la Ville en 2014, moratoire ou non.

Lu sur Facebook

Le mouvement de solidarité contre les compteurs intelligents semble avoir impressionné certains conseillers municipaux. Au lendemain de l’assemblée, Jean-Luc Pomerleau, conseiller du district Champlain, félicitait les gens sur sa page Facebook.

« Les citoyennes et citoyens ont décidé de s'unir contre le projet d'Hydro Québec d'implanter de force les compteurs intelligents dans la ville. Félicitations à ces personnes qui se sont déplacées pour faire valoir leur point de vue. Félicitations à leurs porte-paroles. Ils ont eu droit aux applaudissements de la foule présente et même des membres du conseil. Je suis honoré de représenter ces citoyennes et citoyens », peut-ont lire.

---

Voir aussi...

Manifestation à l'extérieur de l'hôtel de ville de Valleyfield - Non aux compteurs intelligents d'Hydro-Québec
http://www.hebdosregionaux.ca/monteregie/2014/02/07/non-aux-compteurs-intelligents-dhydro-quebec




Les nouveaux compteurs: à verser aux dossiers R 3863-2013 (observations) et R 3854-2013 (phase 2)

Le 5 mars 2014

À qui de droit,

Je vous écris car je suis très inquiet et outré par l'implantation des nouveaux compteurs qu'impose Hydro-Québec à la population Québécoise. En effet, je suis très inquiet car je souffre d'acouphène depuis plusieurs années et j'ai constaté une augmentation très significative des symptômes depuis l'installation d'un nouveau compteur à ma résidence. Est-ce une coïncidence? J'en doute. Ce nouveau compteur est installé vis-à-vis de ma chambre à coucher soit à 1 mètre de mon lit. Nous savons que ces nouveaux compteurs émettent des radio-fréquences et sans connaître les dangers qu'elles représentent pour la santé, la Régie de l'énergie a tout de même approuvé ce projet. Le constat qu'il n'y a pas eu un rapport d'étude sur les possibles dangers pour la santé produit par une firme indépendante, autre que celui fourni par Hydro-Québec, n'est rien de rassurant.

En plus des possibilités de plusieurs problèmes de santé réels, Hydro-Québec nous impose cette nouvelle technologie par une menace d'une taxation à vie si on refuse son installation. C'est quand même incroyable que le citoyen qui est un actionnaire/propriétaire soit menacé de la sorte alors qu'il n'a pas été consulté au préalable. Par ailleurs, les relevés des compteurs qui ne seront plus nécessaires devraient représenter un crédit! Bizarrement, on ne parle pas de cette économie qui devrait être refilée au consommateur mais plutôt, qu'il y aurait des frais annuels de plus de 200$ pour effectuer le relevé du compteur qui est déjà facturé! C'est donc dire qu'il faudra payer en double ce service si on refuse le compteur à radio-fréquences sans compter un frais de 137$ pour le compteur qui n'émet pas de radio-fréquences. Il est clair que tous ces frais ont pour seul but de forcer le consommateur à accepter le compteur intelligent!

Il me semble que le gouvernement doit démontrer à la population Québécoise qu'il n'y a aucun danger sur la santé, par une étude produite par une firme indépendante, et redonner la liberté de choix qui est présentement brimée par l'imposition d'une taxation injustifiée et exagérée. Conséquemment, si on choisit le compteur qui n'émet pas de radio-fréquences, les frais envisagés par Hydro-Québec doivent être éliminés sans compter qu'on veut lui imposer, prochainement, une augmentation du tarif d'électricité de plus de 5%.

Le gouvernement doit d'être le protecteur de la santé de ses citoyens et de ses droits et liberté. Ce n'est malheureusement pas le constat actuel par ce projet.

Espérant une réponse à mes interrogations,

Jean Ouimet, un citoyen de Laval qui est extrêmement inquiet et indigné.




Une autre excellent lettre d'observations envoyée à la Régie...

À verser aux dossiers R 3863-2013 (observations) et R-3854-2013 phase 2

Bonjour,

Je suis résident de Longueuil. Ici, la plupart des compteurs électromécaniques ont été remplacés dans notre environnement immédiat, à l’exception des compteurs bi-énergie et celui de notre demeure qui n’est désormais plus accessible à qui que ce soit sans notre autorisation. C’est une résistance pacifique face à un système totalement inconscient, non démocratique, et à la solde des intérêts de l’industrie (ref A), avec laquelle la Régie de l’énergie, Hydro-Québec Distribution et le gouvernement en place démontrent, par leur inertie et manque de transparence, leur entière complicité.

L’American Academy of Environmental Medicine a récemment reconnu une étude australienne sur 92 cas reliés aux compteurs à radiofréquence (ref B), sans compter les nombreux témoignages de personnes affectées (ref C), ce qui démontre clairement et hors de tout doute, qu’une partie de la population est à risque. Vous avez la responsabilité d’agir dans l’intérêt de la protection des citoyens qui sont entièrement tenue dans l’ignorance et l’attrait hypnotique de dépendance envers les nouvelles bébelles sans-fil (ref D) (que j’utilise aussi mais de manière éduquée et responsable (ref E)). On nous incombe en tant que citoyen la responsabilité de faire le travail que vous ne vous donnez pas la peine de faire avec honnêteté.

Jusqu’à maintenant, j’en suis à ma deuxième lettre de refus envoyée à Hydro-Québec Distribution (que vous avez reçue en copie conforme). C’est à croire que votre institution ne se donne pas la peine de s’informer de façon professionnelle sur les plus récentes découvertes en la matière et sur les nombreuses alertes émises (ref F). Quiconque le fait en arrive rapidement à l’évidence que les ondes pulsées telles qu’émises par les compteurs dit « intelligents » peuvent être la cause de nombreux problèmes de santé, et sont en voient de devenir la prochaine crise sanitaire du 21e siècle selon de plus en plus de scientifiques et de spécialistes indépendants et sans aucun lien entretenu avec l’industrie du sans fil (incluant aussi celles des ondes cellulaires, des téléphones sans fils DECT 6.0, des routeurs Wi-Fi, etc.) (ref G).

À qui reviendront les nombreux coûts qui pèseront sur notre système de santé déjà surchargé (ref H), le tout attribué à ces nouveaux maux dus aux ondes, qui sont scientifiquement documentée depuis les années 1970 par le Département de la marine de l’armée américaine (ref I) ? Déjà en 1973 la Division de génie Mécanique du Canada nous avisait sur le danger potentiel relié aux ondes (ref J). Il est alors totalement illogique et irrationnel de justifier l’innocuité sous le désuet Code de sécurité 6 de Santé Canada qui ne tient compte que des effets thermiques sur une courte période. D’ailleurs, il est actuellement en cours de révision par la Société Royale du Canada, elle-même en conflit d’intérêts (ref K). Un beau tableau quoi !

Nous sommes désormais, moi, mon épouse et notre jeune garçon de 3 ans, exposés contre notre volonté à ces nouvelles sources d’ondes potentiellement cancérogènes selon l’Organisation mondiale de la santé (ref L), dans notre propre demeure, et plus particulièrement sur le terrain extérieur à l’arrière de notre maison, car selon les mesures que j’ai effectuées à plusieurs reprises avec un appareil Gigahertz Solutions Technology HF35C (ref M), il y a 5 compteurs qui émettent en permanences et irradient notre zone de vie plusieurs fois par minutes, 24h par jour. Selon les dernières avancées en matière de recherches, notamment les recommandations des conclusions des 1800 études non financées par les industriels du sans-fils du rapport BioInitiative 2012 (ref N) - le Parlement Européen s’est d'ailleurs inspiré de sa première version parue en 2007 pour recommander une révision à la baisse les normes d'exposition (ref O) -, il ne nous est désormais plus possible de vivre l’esprit tranquille sur notre propriété. HQD viole notre demeure selon la Charte canadienne des droits et libertés (ref P). Nous ne voulons pas vivre dans un environnement intentionnellement irradié en permanence. Le problème d'être baigné dans les ondes est une chose, celui d'en recevoir à des doses cent fois supérieures à la moyenne en est une autre. Ce n’est pas normal au Québec d’être obligé de défendre nos droits et libertés de vivre dans un environnement sain.

Bien que le Congrès à dominance républicaine ait laissé ce projet de loi mourir au feuilleton, l’Académie américaine de pédiatrie (AAP), un organisme à but non lucratif représentant plus de 60 000 médecins, a donné son appui au projet de loi HA6358, The Cell Phone Right To Know Act (Loi sur le droit à l’information au sujet du téléphone cellulaire) déposé par le congressiste démocrate Dennis Kucinich. L’AAP est ainsi devenue le premier corps médical américain d’importance à affirmer : « Il est essentiel que toutes les nouvelles normes pour les téléphones cellulaires et les autres appareils sans fil soient basées sur la protection des populations les plus jeunes et les plus vulnérables afin de s’assurer de leur sécurité tout au long de leur vie. » (Ref Q)

J’ai moi-même souffert d’insomnie pendant 6 mois, au début de l’année 2013, le tout après 2 ans d’exposition au Wi-Fi dans ma demeure, en plus des nombreuses expositions de la vie quotidienne. J’ai d’ailleurs par la suite été diagnostiqué par un naturopathe reconnu comme ayant le système immunitaire affaibli. J’ai réussi à retrouver un bon sommeil suite à une épuration de mon domicile en mai 2013 des appareils émettant en permanence et ma santé s’est grandement améliorée depuis. Vous comprendrez pourquoi je refuse catégoriquement d’ajouter un appareil tel que celui imposé par HQD sur ma propriété et que je considère le tout comme une agression criminelle venant de la société d’état. Depuis quand au Québec vouloir préserver sa santé et protéger sa sécurité et sa vie privée doivent-ils être accompagnés de frais punitifs ?

C’est à même nos factures d’électricité que sont puisés et ont toujours été puisés les salaires des releveurs. Il est alors tout à fait logique de ne pas surfacturer pour un service déjà établi. Offrir un rabais à ceux qui veulent un compteur sans relève manuelle serait le seul choix logique et respectueux, avec des options comme la fibre optique, le téléphone filaire ou le câble auxquels la grande majorité des foyers Québécois ont désormais accès, et limiter la relève sans-fil au seul et unique cas où le filaire n’est pas possible. Les frais demandés pour la relève manuelle sont une escroquerie. Ils constituent une taxe illégale et ne visent qu'à dissuader de refuser le nouveau compteur. L’option de retrait représente une augmentation de 20% dans notre cas, sans compter les frais d'installation de 137$. Mon compteur n’est plus accessible depuis plusieurs mois. Cela fait 3 fois que je fais l’auto-relève moi-même et la facturation a toujours eu lieu. Je n’ai jamais fait d’auto-relève par le passé. C’est la preuve qu’une seule vérification par HQ par année serait bien suffisante avec la coopération écrite des abonnées (pour l'auto-relève du compteur électromécanique).

Ce système va définitivement changer notre société en une société de surveillance (ref R). Bientôt, Hydro-Québec et toutes les parties impliquées, tel que le gouvernement et les tiers, pourront tout savoir sur nos allées et venues dans notre propre domicile, en plus des nombreuses informations que cette technologie permettra de révéler, sans mentionner les réels dangers de piratage informatique et de possibles failles de sécurité de cette technologie (ref S).

Il est clair que des intérêts économiques malhonnêtes sont de maille avec les décideurs de ce projet controversé, qui est essentiel pour générer les nombreux milliards de dollars potentiels du marché de l’Internet des objets, possible entre autres grâce à la technologie ZigBee, qui permet d’implémenter en douce un Cheval de Troie corporatif dans chacune des demeures et entreprises au Québec et partout dans le monde (ref T).

Il est temps que cesse la désinformation qui cache les réels motifs de l’implantation de cette technologie nocive, non certifiée UL et CSA. Une simple lampe de chevet a ces certifications, mais l’appareil à la source de l’entrée électrique de nos maisons n'est pas dûment certifiée ! Et que dire des nombreux incendies causés par le remplacement de ces appareils (ref U) et HQD qui fait fi de l’avis pour la sécurité du publique de la Corporation des maîtres électriciens du Québec sur la non-qualification des employés de Capgemini pour l’installation des compteurs (ref V)…

Si Hydro-Québec était vraiment responsable et voulait une diminution des gaz à effets de serre, ça ferait longtemps que les véhicules de la société seraient électriques et alimentés à même les énormes surplus d’électricité de la société d’État (ref W). Ainsi, HQD serait une société responsable envers l’environnement et les intérêts de la population à qui en théorie HQD appartient, ce qui en plus permettrait de préserver des emplois qui sont nécessaires au bon fonctionnement de l’économie et nécessaire à la sécurité des installations (ref WW). Cette société étant à l’origine un joyau collectif dont le but principal est d’offrir l’électricité à moindre coût semble avoir oublié sa mission primaire. HQD est devenue la vache à lait du gouvernement, ce qui place de toute évidence le gouvernement du Québec dans une position critique et discutable face aux agissements controversés de la société d’État (ref X).

La Régie a rejeté la documentation d'un expert mondial et une centaine de preuves scientifiques pour ainsi préféré le témoignage d’un médecin d’HQD qui a entretenu des liens avec Rogers Communication (ref Y). On ne peut décemment prétendre que la Régie n’a pas la compétence requise pour statuer sur des questions de santé aussi importantes et ainsi permettre l’irradiation de la toute population. C’est totalement immoral et répréhensible. Si votre organisation a besoin de nouvelles compétences, il existe des spécialistes non financés par l’industrie et n'ayant aucun lien d’intérêts avec HDQ afin d’analyser les nouvelles études disponibles (ref F). Il est de votre devoir de ne pas approuver de projets anti sociaux et des produits potentiellement dangereux pour la santé et la sécurité de la population.

Cette mascarade doit cesser dès maintenant et une commission d’enquête doit être mise en place pour faire le ménage dans cette société d’État qu’est Hydro-Québec. Un moratoire immédiat doit également être imposé à HDQ par la Régie de l'énergie pour la phase 1 et une interdiction à procéder aux phases 2 et 3. En citoyen responsable, notre société d'État a le devoir de présenter une transparence totale dans ce dossier, ce qui n’est clairement pas le cas (ref Z).

Le documentaire Take Back Your Power, co-lauréat du prix du Film transformateur de 2013, décerné par le site AwareGuide.com, démontre clairement que la situation des compteurs dit « intelligents » est critique et qu’il est urgent d’agir contre cette conspiration (ref R).

« Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. » citation d’Albert Einstein

Vous avez été dument et clairement avisé. Je vous remercie de votre attention.

Jonathan H. M.


Références :

A : http://basseslaurentidesrefuse.files.wordpress.com/2013/05/6-e28094-conflits-d_intc3a9rc3aats.pdf

B : http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/11/25/etude-clinique-sur-les-effets-nocifs-des-compteurs-intelligents_n_4309494.html?ir=Canada%20Quebec&utm_campaign=112513&utm_medium=email&utm_source=Alert-canada-quebec&utm_content=Title

C : http://www.jegardemoncompteur.com/problemesante.html

D : http://ici.radio-canada.ca/regions/estrie/2014/03/06/001-dependance-cellulaire-dorothee.shtml

http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/08/11/nomophobie-dependance-cellulaire_n_3737620.html

E : http://www.c4st.ca/images/documents/C4STOnePager.pdf

F : http://www.jegardemoncompteur.com/preuvesscientifiques.html

G : http://www.maveritesur.com/etienne-cendrier/les-technologies-sans-fil-futur-scandale-sanitaire/628
http://www.bastamag.net/Ondes-electromagnetiques-vers-un
http://www.priartem.fr/Appel-des-medecins-allemands.html

H : http://www.iedm.org/fr/57-compteur-de-la-dette-quebecoise
http://quebec.huffingtonpost.ca/jean-yves-duclos/depenses-sante-quebec_b_4427011.html

I : http://www.justproveit.net/content/biological-impacts

J : http://citizensforsafetechnology.org/Environmental-Pollution-by-Microwave-Radiation--A-Potential-Threat-to-Human-Health,49,441

K : http://www.c4st.org/RSCpredetermined

L : http://www.iarc.fr/fr/media-centre/pr/2011/pdfs/pr208_F.pdf

M : http://www.gigahertz-solutions.com/en/Online-Shop/Measurement/High-Frequency/Instruments/HF35C.html

N : http://www.bioinitiative.org/table-of-contents/

O : http://assembly.coe.int/Mainf.asp?link=/Documents/AdoptedText/ta11/FRES1815.htm

P : http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&file=/C_12/C12..HTM

Q : http://www.opednews.com/articles/American-Academy-of-Pediat-by-Dennis-Kucinich-121213-724.html

R : http://quebec.huffingtonpost.ca/andre-fauteux/film-transformateur-de-lannee_b_4861149.html

S : http://www.internetactu.net/2010/09/14/les-compteurs-intelligents-des-bombes-a-retardement/

T : http://www.gartner.com/newsroom/id/2636073

http://www.hebdorivenord.com/Actualites/2014-02-11/article-3612183/Compteurs-intelligents-%3A-connaissez-vous-la-technologie-ZigBee%3F/1

http://detonateur.blogspot.ca/2014/01/compteurs-intelligents-comment-le-loup.html

U : http://emfsafetynetwork.org/smart-meters/smart-meter-fires-and-explosions/

V : http://www.newswire.ca/en/story/1200947/installations-de-compteurs-electriques-simples-rapides-mais-dangereuses

W : http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/201402/27/01-4743275-becancour-hydro-veut-faire-baisser-les-couts-de-fermeture.php

WW : http://www.protegez-vous.ca/affaires-et-societe/compteurs-hydro-quebec.html

X : http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/201004/07/01-4268306-hydro-quebec-une-vache-a-lait-en-sante.php
http://www.estrieplus.com/contenu-hausse_tarifs_hydro_quebec-1355-30343.html

Y : Page 46, http://www.emfandhealth.com/TeleCellulaire041-046DrPlante0410.pdf
http://archive.cme.mcgill.ca/html/videos/2010.tels/20100114_MichelPlante/homeENG.html

Z : http://trente.ca/2009/11/la-fpjq-decerne-son-prix-de-la-noirceur-a-hydro-quebec/




La Régie autorise Hydro à majorer ses tarifs de 4,3% (06/03/2014)
http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/03/06/la-regie-autorise-hydro-a-majorer-ses-tarifs-de-43_n_4914336.html
MONTRÉAL - Hydro-Québec pourra finalement hausser ses tarifs en moyenne de 4,3 pour cent à compter du 1er avril, a statué la Régie de l'énergie. L'organisme de réglementation a fait connaître sa décision finale jeudi en fin d'après-midi. La hausse de 4,3 pour cent est une moyenne pour l'ensemble des tarifs. La hausse sera toutefois de 3,5 pour cent pour le tarif L, applicable aux grands clients industriels. Hydro-Québec demandait plutôt de pouvoir hausser ses tarifs de 5,8 pour cent dès le 1er avril. La Régie de l'énergie a revu à la baisse plusieurs calculs de la société d'État pour établir la hausse autorisée. Entre autres, elle estime le taux de rendement des capitaux propres à 8,2 pour cent plutôt que 9,2 pour cent comme le souhaitait Hydro-Québec, qui voulait qu'il soit comparable à celui des entreprises de même nature au Canada et en Amérique du Nord.




S'ils le font en Californie, pourquoi ne le ferait-on pas ici ?

Tiré de http://canadafreepress.com/index.php/article/41988

SMART METER REMOVAL HAS BEGUN IN CALIFORNIA!

California's Investor Owned Utilities (IOUs) has quietly begun replacing Smart Meters with analog meters for citizens reporting adverse health effects. Consumer rights and other groups demanded immediately that their wireless devices be removed from their homes.

Joshua Hart of http://stopsmartmeters.org reported the good news just as PG&E deploys the last phase of its smart meters in California. The Department of Energy's promise that the smart grid and smart meters will lower electricity costs has proven incorrect; on the contrary, the utility costs have skyrocketed.

Millions of customers were unhappy with their Smart Meters. They are surveillance devices in homes, without a search warrant, which is a violation of privacy. Fires, explosions, and health issues ranging from nausea, dizziness, heart palpitations, headaches, tinnitus, insomnia, and radiation exposure associated with powerful wireless devices that transmit information 6-8 per minute constantly, have plagued the stealthy and deceptive installation.

California's counties and cities have demanded a stop to smart meter installation and some local governments passed laws prohibiting wireless meters. Nevada's Pacific Utilities Company (PUC) called for investigation into the adverse health effects and other smart meter issues.

Recently, the California Public Utilities Commission President Michael Peevey assured customers that the utility "will provide for you to go back to the analog meter if that's your choice." The problem is that most Americans have no idea how damaging these smart meters are and an even larger group of Americans have never heard of it or see it as a contribution to "save" the planet because that is how these meters were sold to the public.

The tired rhetoric said that the smart grid and smart meters save the planet from doom and gloom, reduce waste by cutting your electricity at peak usage, eliminates the reader who must go to each home to calculate their monthly consumption, reduces your carbon footprint, and it will make the planet "green." The reality is very far from the disingenuous promises.

Californians' electric bills have almost tripled and lawsuits ensued. Marylanders swelter without electricity six hours at the peak of summer and almost freeze six hours in the dead of winter. An analog meter user who insisted on keeping it has to pay $35 each month to have his meter read by the power company. Thousands of customers across the country are having severe health issues from radiation that are not being addressed.

Millions are having issues with the power company selling wireless data collected from their homes via smart meters to third parties. Anybody with a handheld device can capture information from your home and sell it to a third party. The utility company knows if you are home, if you are away, if you are on vacation, which lights are turned on, which appliances, which computers, TVs, and other devices in your home.

Caitlin Phillips of Santa Cruz, Ca, who had suffered severe headaches and other symptoms from her smart meter, became the first person for whom PG&E re-installed on October 28, 2011 the classic analog meter. Caitlin Phillips had told the Wellington Energy installer, a subcontractor of PG&E, that she did not want a smart meter. "When I returned home later, I discovered a smart meter on my house. That night I awoke to severe anxiety, headache, and buzzing in my teeth, and realized the new smart meter was on the other side of the wall from my bed."

Caitlin received help from "Stop Smart Meters" group who referred her to sources to obtain an analog meter and a person to install it. Her symptoms disappeared immediately after the analog meter was installed.

Caitlin spoke to a commission meeting in San Francisco about her ordeal and, a week later PG&E crews replaced her temporary analog meter with an official PG&E analog meter. Her frustration, pain, and suffering were finally over.

An "opt-out" proceeding is currently overseen by an Administrative Law Judge at the California Public Utilities Commission. "There are hundreds of thousands, if not millions, of people suffering in their homes from forced 'smart' meter radiation," said Joshua Hart, Director of the grassroots organization Stop Smart Meters!

PG&E and other utilities have responded to health complaints by replacing wireless 'smart' meters with digital meters that are "wireless-ready." These digital meters have been associated with health problems from "dirty electricity" frequencies that pass into a home via the electrical wiring. Digital meters have been rejected by customers who still report health issues after installation. (Joshua Hart)

Susan Brinchman, Director of the San Diego based Center for Electrosmog Prevention, said, "At this point, the burden of responsibility is on the utilities to demonstrate that any new meter they want to install on our homes is safe. Communities have the right to retain analog meters at no extra charge."

While California is pushing back the not so smart wireless technology, places like northern Virginia are going full steam ahead with the installation. Dominion Power has completed placing 100,000 smart meters in a pilot phase in three counties.

"There are hundreds of thousands - if not millions- of people suffering in their homes from forced 'smart' meter radiation," said Joshua Hart, Director of the grassroots organization Stop Smart Meters! "The utilities must respond promptly to all requests that analogs be returned. The alternative is that people will increasingly turn to independent professionals to remove unwanted 'smart' meters from their homes, a reasonable action we assert is within our legal rights. Protecting your family's health is not tampering."

---

Voir aussi plusieurs articles importants au http://www.endalldisease.com/category/electromagnetic-health/

comme...

First Town Free of Electromagnetic Radiation Approved in Spain

Cordless Phones 100x More of a Health Risk than a Mobile Phone

Study: 290 Percent Increased Risk of Brain Tumor After 10 Years of Cellphone Use




Note de Jean: Après avoir demandé au responsable du Journal de l'Habitation pourquoi tardait tant l'approbation d'un commentaire déposé en réponse à cet article, j'ai eu la réponse suivante de François Cattapan, journaliste-photographe au Journal de l'Habitation de TransContinental Media, région de Québec...

Bonjour M. Hudon,

Les commentaires des internautes sont toujours appréciés dans nos sites Internet, pourvu qu'ils soient exempts d'accusation gratuite et de diffamation. Ce n'est effectivement pas le cas du vôtre, qui vient d'être approuvé et mis en ligne. Il faut nous accorder un peu des temps (quelques heures), pour procéder à l'approbation des nombreux commentaires et réactions sur nos 8 sites Internet diffusés dans la région de Québec. Nous prenons le temps de tous les lire pour ne pas s'exposer à des mauvaises plaisanteries, ou pire, à des poursuites.

Pour ce qui est du choix des mots (prétendre pcq c'est la CQLPE qui le dit, ça aurait pu être "avance" ou "allègue" ou tout autre verbe qui signifie que nous n'avons simplement pas contrevérifié la donnée) et de la décision de résumer le propos, il en va de la prérogative des médias. À cet égard, la position d'Hydro-Québec a été encore plus succincte ne faisant l'objet que d'un rappel d'un paragraphe.

Merci de votre intérêt pour nos médias.

ET MA RÉPONSE FUT :

Bonjour M. Cattapan

Je vous remercie beaucoup d'avoir approuvé ce commentaire qui ne visait qu'à compléter l'information fournie dans votre article et donner ainsi aux gens la chance de se faire une idée plus juste des nombreux aspects de ce lourd dossier.

Même si certains lecteurs ont tiqué sur le recours au verbe prétendre, qui dans la perception du commun des mortels réfère à une prétention non vérifiée, ce qui était le cas car je n'imagine pas qu'avec tout le boulot que vous avez, vous auriez pu trouver le temps de vérifier ces affirmations, ça ne me posait aucun problème.

En fait, c'est plutôt une médaille que l'on devrait vous décerner - et par là même au Journal de l'Habitation pour avoir bien voulu faire écho depuis quelque temps à la grogne qui monte au Québec à l'égard de ce choix technologique par Hydro-Québec (relève sans fil).

D'autres médias ont bien sûr aussi couvert le sujet, mais en général ils ont tendance à accorder une prépondérance dans le contenu aux propos du porte-parole d'Hydro-Québec qui depuis longtemps n'apporte rien de neuf mais se contente de repasser en boucle la même cassette de 'pieux' mensonges, de demi-vérités et de détournements des faits qui visent avant tout à cacher à la population les conséquences réelles pour la santé de ce choix de fournisseur pour les compteurs. Ils auraient pu opter pour une compagnie québécoise, Varitron, dont les compteurs, également à radiofréquences, sont conçus pour être mis en dormance complète (aucune émission) entre les relèves, qui auraient pu être bien davantage espacées dans le temps, ce qui aurait grandement minimisé les risques et rendu cette méthode plus acceptable pour la plupart des gens - et bien sûr en accordant, comme en Californie (Voir : SMART METER REMOVAL HAS BEGUN IN CALIFORNIA!), la possibilité aux gens qui le désirent de conserver un compteur électromécanique entièrement sécuritaire pour la santé.

En accordant une couverture plus équitable et donnant plus de place à ce que les groupes concernés ont à dire, vous faites le travail d'information objectif auquel la population est en droit de s'attendre.

Bien sûr, vous ne faites pas de journalisme d'enquête, une catégorie qui manque cruellement d'artisans au Québec, ce qui permettrait d'aller au-delà des déclarations de relations publiques soigneusement orchestrées d'Hydro-Québec, afin de révéler toute l'ampleur des abus et erreurs décisionnelles que commet cette société d'État trop grosse et trop puissante pour son propre bien.

Sincèrement

Jean Hudon

---

« Mme Pelletier, le présent envoi a pour but de vous informer de mes démarches pour obtenir une copie du contrat d'appel d'offre qu'Hydro-Québec a contracté avec la firme Landis+Gyr, le fabriquant des compteurs intelligents, et afin de savoir le nom du lobbyiste qui a été engagé par L+G pour promouvoir les CI. Démarches faites par l'entremise d'une demande d'accès à l'information en bonne et due forme. Sachant que cette entente a été signé bien avant l'approbation par la Régie d'aller de l'avant avec le déploiement des CI. Il est impératif pour moi que cette façon de procéder d'HQ soulève beaucoup de questions. »

- Eric Dubé - Tiré d'ICI


M. Jean-Pierre Delorme nous a envoyé copie d'une lettre qu'il a adressée à Hydro-Québec pour dénoncer les agissements de Capgemini et d'un de leurs installateurs :

« Un homme de la compagnie Cap Gemini est venu pour installer le compteur nouvelle génération, mais voyez-vous j'étais présent et quand l'homme s'est présenté à moi, je lui ai demandé ce qu'il voulait, et de me répondre : « Je suis ici pour changer vos compteurs. » Je lui ai mentionné que j'avais par le passé demandé par trois lettres de refus de ne pas changer mes compteurs par des compteurs intelligents et que j'avais placé bien en vue les deux lettres de refus et celle de la loi pour ne pas toucher nos résidences. Je me suis fait répondre d'un ton malsain : « Quand bien même que vous auriez placé n'importe quelle demande ou lettre sur vos compteurs, je vais les changer pareil. » Je me suis placé dans son chemin en lui disant de quitter mes deux propriétés et de ne pas toucher mes compteurs mécanique. Il voulait tout de même le faire et je l'ai menacé d'appeler la police s'il ne voulait pas quitter ma résidence. Depuis ce fâcheux et troublant évènement, nous recevons des lettres d'Hydro-Québec, des téléphones de Cap Gemini Québec pour nous forcer à changer nos deux compteurs sur nos résidences et ce à plusieurs heures de la journée et de la soirée. Nous avons dû placer une boîte sécurisée sur nos compteurs afin de ne pas nous faire passer un savon par ces gens de mauvaise foi. Nous donnons pourtant nos relevés par voie électronique chaque mois ou par téléphone. J'ajouterai ceci, nous nous inquiétons des effets pour notre santé car depuis le déploiement de ces compteurs dit intelligents dans le quartier, nous avons de la difficulté avec le sommeil, des maux de tête répétés que nous n'avions pas auparavant. Nous sommes d'autant plus inquiets des effets à long terme sur notre santé et sur celle de nos enfants et petits-enfants, car nos recherches portent à croire qu'une exposition à long terme peut créer des troubles de sommeil, maux de tête, etc. Nous sommes conscients des dangers potentiels et ne voulons en aucun cas nous exposer à ces ondes qui seraient directement liées à nos maisons respectives. Nous croyons que c'est une violation de notre intimité en prenant des données personnelles sur nos habitudes de consommation, brimant ainsi le droit à notre vie privée. »




Note de Jean : Le site de l'AQLPA, qui vient de se refaire une beauté, présente une section qui intéresse plus particulièrement tous les citoyens impliqués dans la lutte contre les compteurs 'intelligents. Leur approche et leurs prises de position sont un atout majeur dans cette lutte. Il est malheureux que les médias ne s'intéressent guère à ce que demande cette vénérable organisation environnementale... et que l'AQLPA se contente de se dissocier de la CQLPE (ce qu'elle en fait il y a 2 ans) sans lui accorder le moindre crédit pour sa contribution à la cause.

Ondes électromagnétiques

Les ondes électromagnétiques sont la résultante d’un champ électrique et d’un champ magnétique. Elles sont produites par les appareils électroniques sans-fil et autres infrastructures telles les antennes relais de téléphonie cellulaire.

Depuis le milieu des années 2000, le nombre d’appareils fonctionnant sans fil se multiplie : téléphones, tablettes intelligentes, appareils photo, imprimantes, télévisions, consoles de jeux, et autres. Parallèlement, les infrastructures aussi se multiplient, dont les antennes relais, ajoutant d’année en année de nouvelles générations d’émetteurs-récepteurs de plus en plus puissants. L’effet cumulatif des ces ondes sur notre santé fait l’objet d’une controverse scientifique, soulevant un nombre suffisant d’incertitudes, tant face à l’innocuité qu’à la dangerosité des ondes. Des médecins-chercheurs demandent que le principe de précaution guide les autorités de santé publique afin qu’elles veillent à limiter notre exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquences.

LA POSITION DE L’AQLPA

L’AQLPA s’intéresse au sujet depuis plusieurs années et a analysé les données disponibles portant sur les effets des ondes électromagnétiques sur la santé. Elle en conclut que :

- Le principe de précaution est justifié et doit guider le gouvernement dans ses décisions;
- L’impact des ondes électromagnétiques sur la santé humaine ainsi que l’électrosensibilité doivent faire l’objet d’études scientifiques indépendantes;
- Le milieu médical doit être impliqué dans la recherche sur l'électrosensibilité en vue d'une reconnaissance officielle du diagnostic;
- Un moratoire sur le déploiement des compteurs à radiofréquences est nécessaire;
- Une audience publique sur l’augmentation de l’électrosmog en général doit avoir lieu;
- Le Code de sécurité 6 de Santé Canada, seule norme en vigueur sensé protéger la santé, doit être revu et inclure les effets non-thermiques.

En 2012-2013 ce sont les audiences à la Régie de l’énergie sur les projets Lecture à distance (compteurs intelligents) et Option de retrait qui ont retenu l’attention de l’AQLPA. Les délibérations ont abouti à une décision favorable de la part de la Régie pour le déploiement des compteurs à émissions de radiofréquences. La Régie a également accepté l’imposition de frais aux clients qui refusent ces compteurs, allant ainsi à l’encontre du principe du pollueur-payeur. L’AQLPA, insatisfaite de ces décisions, a demandé au MDDEFP d’exercer sa juridiction en :

1. Exigeant un certificat d’autorisation d’Hydro-Québec ;
2. Demandant une audience du BAPE sur l’électrosmog ;
3. Imposant un arrêt du déploiement des compteurs jusqu’à ce que ces deux conditions aient été remplies.

COMPTEURS À RADIOFRÉQUENCE (COMPTEURS INTELLIGENTS)

Depuis février 2013, Hydro-Québec Distribution (HQD) déploie une nouvelle génération de compteurs, dits «intelligents», à émission de radiofréquences et l’infrastructure complémentaire (routeurs et collecteurs), suite à une décision favorable, mais contestée, de la Régie de l’énergie. Cette nouvelle technologie ajoute une dose supplémentaire à l’électrosmog existant. Les personnes voulant limiter leur exposition aux radiofréquences se voient imposer une importante source d’émissions d’ondes dans leur résidence, à moins de payer les frais de l'option de retrait.

Comment activer l'option de retrait ?

MOUVEMENT CITOYEN

Le déploiement de plus en plus accélérée de différentes technologies émettrices d’ondes électromagnétiques, plus particulièrement les nouveau compteurs à radiofréquences d’Hydro-Québec, contribuant à l’exposition humaine à un électrosmog grandissant a motivé la formation de divers mouvements. Face aux compteurs intelligents, un réseau de groupes «Refusons les compteurs» prend forme. Ces groupes sont une importante source d’information et font pression auprès des éluEs pour demander un moratoire. Tout en gardant son autonomie, l’AQLPA appuie l’action des groupes «Refuse» et encourage les citoyennes et citoyens inquiets à rejoindre leur groupe local, ou à demander au réseau de l’aider pour former leur propre groupe.

Site web du réseau «Refusons les compteurs» : http://www.refusonslescompteurs.wordpress.com

NOTE IMPORTANTE SUR LA CQLPE

L’AQLPA n’est pas la CQLPE – La similarité des noms et acronymes porte à confusion et à maintes reprises, l’AQLPA s’est retrouvée à se défendre contre des affirmations de la CQLPE qui lui ont été attribuées par erreur. Les propos de la CQLPE lui sont propres et ne correspondent pas à la position de l’AQLPA. Donc, l’AQLPA s’est dissociée officiellement et publiquement de la CQLPE.

CLIP




Vous voulez avoir des enfants ? Ne vous exposez PAS au WiFi... ou sinon le moins possible...

WiFi and reproduction
http://bit.ly/1hJvvH5
New studies suggest WiFi signals could have harmful effects on reproduction for both males and females. At a time when wireless networks are proliferating in homes, schools and preschools, three studies published this year have found that WiFi radiation could negatively impact reproduction.In one, scientists exposed a group of adult rats to a WiFi-type signal continuously for a year. The exposed group had more testicular problems than the unexposed control group. There were defects in sperm head and reductions in the weight and thickness of parts of the testicular anatomy. The scientists concluded that long-term exposure can affect the testes and advised people against long-term exposure to WiFi radiation. In a second study, scientists exposed male mice to a 2.45 GHz signal for two hours a day for 30 days. They found that exposed mice had lower sperm counts and their sperm was less viable than unexposed mice. Their seminiferous tubules—where sperm develop—had decreased diameters and signs of degeneration and there was evidence of free radical activity. The scientists concluded that exposure to radiation of this sort may result in infertility. A third study found that female rats exposed to WiFi signals, particularly those exposed before birth, had reduced postnatal growth and delayed puberty, compared to unexposed rats. They also showed signs of chronic stress. Concerns about the long-term effects of wireless radiation have led eminent international bodies to call for children to use wired rather than wireless technologies. Among them are the American Academy of Environmental Medicine (p 3), a Council of Europe committee, the Viennese Chamber of Medical Practitioners, the Russian National Committee of Non-Ionizing Radiation Protection as well as groups of doctors and scientists.

Also In This Issue at http://bit.ly/1hJvvH5: SCENIHR science update - UK Mobile Telecommunications and Health Research (MTHR) Program report - Smart meter review by Victoria Australia government - Warning labels for phones (Hawaii State Senate) - Doctors advocate precaution (American Academy of Environmental Medicine) - Research updates: ELF fields and RF wireless radiation - Powerlines and leukemia (Bunch et al, 2014) - Mobile phones and children (Byun et al, 2013) - Updates from around the globe - Cell phone radiation, health risk & precaution (by Dr.. Dariusz Leszczynski) - Disability and EHS (WHO) - Watt's the Buzz - Wireless technology and happiness (Lepp et al, 2014)

Brain tumor epidemic between 2020 - 2030?
http://www.emfanalysis.com/1/post/2013/10/brain-tumor.html
Some of the smartest and wealthiest corporations in the world (Swiss & Austrian Reinsurance companies) know what the cell phone industry would rather sweep under the rug. They have relied on their own studies and their own scientists (rather than those funded by cell phone companies) and have determined that they will not insure the big cell phone and telecommunications companies for the long-term health effects of wireless products. They are even modelling what a brain cancer epidemic between 2020 and 2030 will cost.This Canadian news report states what the quarterly financial statements of the major telecom companies also report - that there are major unfunded liabilities on their balance sheets. Namely, future brain tumor lawsuits... The following document also provides evidence that insurers are not going to cover EMF related claims. Page 4 of the document shows how the insurer Lloyd's of London is preparing for potential cell phone related injuries and claims. Download File - Furthermore, AM Best, an insurance rating company, is warning about financial risks for emerging technologies, including wireless radiation and cyber security risks. They compare the US property/casualty industry asbestos losses at $85 billion and warn that losses from emerging technologies could be extremely significant.. AM Best: Emerging Technologies Pose Significant Risks with Possible Long Tail Losses

SEDONA VS SMART METERS - Plusieurs témoignages fort intéressants de citoyens de Sedona opposés aux compteurs 'intelligents'
http://youtu.be/qVPnCK84Kzs
On February 20th 2014 many residents of Sedona Arizona turned out to attend a meeting at City Hall to discuss the installation of "the Smart Meter." We have many statements and opinions from our residents on this video why they are not happy with the smart meters in our community. Sedona is a wondrous place for it's residents and the domestic and international visitors which number in the millions, who visit us annually. We all wish to preserve the integrity of this sacred and magical place.

Maine House of Representatives Supports Cell Phone Radiation Warning Label
http://www.prlog.org/12294139-maine-house-of-representatives-supports-cell-phone-radiation-warning-label.html
The Maine House of Representatives passed a bill today that would require cell phone radiation warning labels on cell phones sold in the state. -- PRLog (Press Release) - Mar. 11, 2014 - Today the Maine House of Representatives passed "The Wireless Information Act." The bill requires that any manufacturer's information relating to radio-frequency exposure must be plainly visible on the outside of the cell phone's product packaging or the packaging must contain a label with the following warning for all cell phones sold in the state that have manufacturer's safety warnings:"RF EXPOSURE: To find information relating to radio-frequency exposure, refer to information supplied by the manufacturer" and language directing consumers to the page or pages of the owner's manual or other insert or location where the radio-frequency exposure guidelines or instructions or general information may be found."The amended bill specifies that it applies only to cell phones sold at retail in the state, and that the law would take effect only after four other states, in addition to Maine, have adopted legislation requiring labeling of cell phones or cell phone packaging relating to radio-frequency exposure. Rep. Andrea Boland sponsored the bill. The House vote was 83 in favor and 56 opposed. The bill now goes to the Maine Senate for a vote. Harvard Law Professor Lawrence Lessig publicly announced on Sunday at a lecture at the University of Southern Maine that he would offer to help defend the law if the industry sued and the State of Maine did not want to defend it.. Several other states, including California, Hawaii, Oregon, Connecticut, and Pennsylvania, have tried to adopt cell phone warning label laws but have been blocked by intense opposition from the cell phone industry. The industry does not want consumers to read the microwave radiation safety warnings that cell phone manufacturers bury in cell phone user manuals, nor does it want cell phone users to take simple precautions to reduce their risk of harm. The industry argues that consumers will panic if they are informed about the risks from exposure to cell phone radiation that have been reported in the scientific literature.

Et parlant des États-Unis...

Woman Fights for Sovereignty After Judge Declares Living Off Grid Illegal (March 5th, 2014) INCROYABLE!
http://naturalsociety.com/women-fights-sovereignty-judge-declares-living-grid-illegal/
A Florida woman has gone head to head with a local judge who has declared her efforts to live off the grid illegal and in violation of local and international code ordinances. Robin Speronis, a 54-year-old former real estate agent currently living in Cape Coral in a small duplex, has her own solar panels and collects rain water for her needs, She has even installed a simple outdoor shower in order to be independent from the municipal energy and water supply. (...) Apparently generating your own power and using rainwater or other natural elements is not your sovereign right. Speronis using her own elbow grease to live more in balance with nature is now part of a heated debate. CLIP Pour en savoir plus sur cette femme de Floride qui a décidé de défier les lois municipales qui interdisent aux humains de vivre indépendemment du réseau électrique ou de l'eau de l'aqueduc municipal, écoutez ICI l'entrevue qu'elle a donnée à FOX news..

Surge in babies born without brains in Washington State (March 05, 2014)
http://www.naturalnews.com/044182_birth_defects_anencephaly_Washington_State.html
(...) Over a three-year period, there were 23 cases concentrated in three southern Washington counties -- Yakima, Benton and Franklin. CLIP. L'explication de cette horrible situation se trouve dans l'article suivant : America's Atomic Time Bomb: Hanford Nuclear Waste Still Poses Serious Risks




ILS N'ONT PAS FINI DE NOUS EN FAIRE VOIR, CES ÉPOUVANTABLES APPRENTIS-SORCIERS - En fait, il est impossible de voir les nanoparticules. Votre organisme en est déjà sans doute infesté et il n'y a rien que vous puissiez faire pour vous en débarrasser. Si vous avez aimé les OGMs cancérogènes et déclencheurs d'allergies de toutes sortes, vous allez adorer les nanotueuses ! Voir Nanoparticules : technologie révolutionnaire ou dangereux poison ? (24 juin 2012) Assurez-vous d'y lire Certaines nanoparticules ont des effets toxiques ! - Une contamination hallucinante! Voir aussi Les nanoparticules sont dangereuses pour la santé (...) cri d’alarme concernant la banalisation des nanoparticules dans notre environnement, et les risques pour notre santé (...) Mais même à faible dose, une altération masquée de l'ADN (patrimoine génétique) reste à craindre sur le long terme avec effet sur la biodiversité, selon le chercheur. Enfin lire l'introduction du livre Nanotoxiques : une enquête de Roger Lenglet 

De : Sophie PATEY [s.patey@actes-sud.fr]
Envoyé : 10 mars 2014
Objet : Nanotoxiques - Une enquête de Roger Lenglet

NANOTOXIQUES, UNE ENQUÊTE de ROGER LENGLET - parution en librairie le 19 mars 2014

Avec ce premier livre en français sur la toxicité des nanoparticules, Roger Lenglet tente de prévenir un nouveau scandale sanitaire d’une ampleur inimaginable.

Les produits contenant des nanoparticules ont envahi notre quotidien.

Invisibles à l’œil nu, ces nouvelles molécules hightech façonnent aujourd’hui la matière atome par atome pour concevoir des objets aux propriétés fantastiques : plus résistants que l’acier et plus légers que le plastique, antibactériens et autonettoyants, élastiques à volonté.

Sans cesse, les ingénieurs en recherche et développement inventent de nouvelles applications des nanos qui sont commercialisées sans le moindre contrôle, en déjouant la réglementation les obligeant à tester la toxicité des substances avant de les vendre. Or, il s’avère que ces nanoparticules sont souvent redoutables – elles sont si petites que certaines peuvent traverser tous les organes, jouer avec notre ADN et provoquer de nombreux dégâts.

Grâce à son enquête aussi rigoureuse qu’explosive, Roger Lenglet a retrouvé les principaux acteurs des nanotechnologies. Il livre ici leurs secrets et les dessous de cette opération de lobbying menée à l’échelle planétaire qui continue de se déployer pour capter des profits mirobolants au détriment de notre santé.

Retrouver la vidéo de présentation du livre : http://youtu.be/TM8wumsICxI




La Romaine: Ouellet laisse planer un doute (26 février 2014)
http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201402/26/01-4742803-la-romaine-ouellet-laisse-planer-un-doute.php
La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, a laissé planer un doute, mercredi, sur le parachèvement d'un projet de centrales hydroélectriques sur une rivière de la Côte-Nord. (....) «On n'en est pas là, pour l'instant on n'en est pas là, a-t-elle dit. Il y aura une future politique énergétique, laissez-moi de l'espace pour la future politique énergétique.. J'aurai l'occasion de présenter au printemps la future politique énergétique.» Dans leur rapport, les commissaires Lanoue et Mousseau observent qu'en 2013, la demande pour l'électricité est moins forte au Québec qu'en 2007 alors que la capacité de production est plus élevée, ce qui engendre des surplus dont les coûts sont épongés par les consommateurs et les contribuables. Selon le rapport, à partir de 2017, les pertes liées à ces surplus s'élèveront à 1,2 milliard$ par année, ce qui nécessite dès maintenant un coup de barre pour éviter qu'elles augmentent à 2 milliards$ en 2025. Le document recommande de suspendre des investissements «dans le complexe de La Romaine-3 et de La Romaine-4, et d'arrêter ou de suspendre les contrats d'approvisionnement en éolien, en cogénération et en petite hydraulique pour les infrastructures qui ne sont pas encore construites».

Rivière Romaine: il est urgent que le gouvernement agisse
http://www.rqge.qc.ca/content/rivière-romaine-il-est-urgent-que-le-gouvernement-agisse
Le rapport de la Commission sur les enjeux énergétiques, coulé cette semaine dans le journal Le Devoir, donne raison à ce que la Fondation Rivières et ses partenaires déclarent depuis des années en recommandant «que soit étudiée sans délai l'opportunité de suspendre les investissements dans le complexe de la Romaine-3 et de la Romaine-4». "Le chantier de la rivière Romaine n'aurait jamais dû voir le jour, car près d'un an avant le lancement du chantier, en mai 2009, les données qui permettaient de juger de la non-rentabilité de ces barrages existaient. La crise économique était bien installée et le gaz de schiste sortait déjà à profusion dans le nord-est des États-Unis", affirment Roy Dupuis, cofondateur de la Fondation Rivières ainsi que Nicolas Boisclair et Alexis De Gheldere dans une lettre qu'ils ont cosignée. Rappelons que nous sommes en période de surplus d'électricité que nous vendons à perte. Afin de répondre à nos besoins futurs en énergie, plusieurs alternatives sont envisageables, en commençant par prioriser l'efficacité énergétique. C'est d'ailleurs ce que la Fondation Rivières déclare dans son dernier mémoire déposé cet automne. Le coprésident de la Commission, Normand Mousseau, souligne également à la une du Devoir aujourd'hui que « avec l'efficacité énergétique, on peut créer deux fois plus d'emplois avec le même investissement ». En ce sens, les cosignataires de la lettre ajoutent que "si Hydro-Québec veut exporter de l'électricité à profit, elle doit être générée ou économisée à moins de 4 ¢/kWh. À ce titre, la seule option pour Hydro-Québec est de créer des programmes résidentiels et institutionnels qui offrent des incitatifs de 3 ou 4 ¢/kWh pour soutenir le développement de l'efficacité énergétique, du solaire passif, du solaire thermique, de la géothermie, de la biomasse ou du biogaz. Cette électricité rendue disponible à 3 ou 4 ¢/kWh serait équivalente à une multitude de petites centrales rentables."

Voir aussi Les Brèves : Revue de l'actualité environnementale des groupes membres et des partenaires du RQGE