Bulletin #37 : Une «bonne source» où s'abreuver pour connaître la vérité...



13 février 2014

Bonjour!

Eh oui ! Déjà une autre bulletin... dont le titre évoque une expression favorite de notre cher et omniprésent Patrice, dont on voit si souvent la jolie frimousse et qui affectionne particulièrement le site de son employeur censé, selon lui, offrir la seule source d'information fiable. C'est lui-même qui l'affirme dans cet article tout juste paru...

« Il faut cesser de s'abreuver aux sources d'information à gauche et à droite et arrêter de prêter oreille à ce que disent les gens opposés au projet. Il faut faire très attention. L'information la plus juste se trouve du côté d'Hydro-Québec. C'est un projet qui a fait objet de toutes les approbations nécessaires et on regorge d'informations sur notre site web. »

Je vous invite donc à faire l'expérience du monde plus que parfait d'Hydro-Québec, notre valeureuse société d'État, pour y découvrir la rutilante « technologie de pointe sécuritaire et certifiée » qui fait la fierté de M. Lavoie, la SEULE voix que nous devrions écouter – paraît-il...

http://compteurs.hydroquebec.com/

Déjà, en lisant « Avant l’installation et le jour du remplacement du compteur, Hydro-Québec informe ses clients et fournit les renseignements pertinents sur le compteur. » on se sent to-ta-le-ment rassuré. Et n'allez surtout pas croire ceux qui prétendent découvrir que leur vieil appareil de mesure désuet, que plus personne d'ailleurs ne fabrique en Amérique du Nord, a été remplacé sans qu'ils n'aient eu le bonheur d'avoir une amicale et cordiale conversation avec le personnel qualifié chargé d'effectuer le remplacement. Ces gens-là ne cherchent sans doute qu'à dire du mal de ces gentils installateurs dont la courtoisie n'a d'égale que la patience et le respect dont ils font preuve quand ils tombent sur une personne ayant pris ses informations à une « mauvaise source ».

Quant à la lettre avisant de l'installation d'un compteur de nouvelle génération, que la pitoyable Société canadienne des postes met hélas un temps fou à livrer, peu importe que les clients ne disposent pas des 30 jours requis par la Régie de l'énergie pour s'informer sur le droit de retrait et s'en prévaloir, il n'y a tellement aucun danger possible d'avoir des problèmes de santé à cause de cette technologie que ceux-ci n'ont vraiment pas besoin de s'en faire et n'ont qu'à simplement accepter l'installation entièrement gratuite du nouveau compteur. Pourquoi se faire tant de souci quand Santé Canada et la Direction de la santé publique de Montréal ont clairement indiqué qu'il n'y a pas à s'en faire, puisque les minuscules émissions sont 120 000 fois plus basse que de Code de sécurité du gouvernement canadien ?

Screechhh...

« Bonjour, depuis le début de l'automne, moi et mes trois enfants sommes inhabituellement atteints de migraines. Plus particulièrement mon garçon qui présente un taux d'absentéisme important au point où l'école fournira un rapport d'observation de la situation. Il doit voir un neurologue. Il se rend a l'école maintenant une seule journée par semaine. Mes deux garçons rapportent des maux de tête et une intolérance aux bruits et à la lumière. La situation est telle que je me sens dépourvue et je manque également beaucoup de travail. Les enfants prennent du mieux quand ils dorment ailleurs. L'ensemble de cette situation coïncide effectivement avec l'installation du compteur 'intelligent'. C'est quelqu'un qui m'en a parlé aujourd'hui comme je cherche désespérément une réponse à ce mystère et que je soupçonnais de plus en plus la présence d'un facteur environnemental dans ma maison. »

– Valérie (témoignage reçu le 12 février 2014, un parmi tant d'autres...)

« J'habite dans la région de Laval et depuis qu'ils ont installé le nouveau compteur dans ma maison il y a environ 5-6 mois, j'ai commencé à ressentir une gamme de symptômes: palpitations cardiaques, acouphène, nervosité, anxiété, maux de tête, fatigue intense et j'en passe. Je suis âgé de 29 ans et je n'ai jamais été reconnu pour des problèmes de santé. En autre, j'ai toujours été une personne très active. Depuis ces derniers mois, je n'ai plus cette même énergie d'autrefois en raison de ces multiples symptômes qui sont très dérangeants. »

– Sacha (témoignage reçu le 10 février 2014, un parmi tant d'autres...)

« On a changé notre compteur ça fait quelques semaines pas plus! Je suis une personne très à l'écoute de mon corps et je ne suis jamais malade ou presque. J'ai remarqué depuis approximativement un mois – car là ça empire de plus en plus avec le temps quand je suis à la maison. Moi je suis à l'extérieur du pays à chaque semaine pour quelques jours et je ne vis aucun symptôme pendant mon travail. Donc à la maison, je me réveille souvent la nuit et dans mon corps, c'est alors comme si ca vibre, comme si j'étais hyper-stressée !! Je ne sais pas comment expliquer... c'est comme une grosse tension à l'intérieur de moi. Le coeur me débat comme si je venais de faire du jogging!!! Mais je remarque que ça se produit la nuit et quand je suis surtout au repos! La semaine passée, j'ai eu un gros mal de tête qui a duré jusqu'à mon départ à l'extérieur du pays. J'avais le visage rouge et chaud et comme des battements de coeur dans tête! Le lendemain donc au réveil de mon dodo à l'extérieur de chez moi, plus de symptômes du tout!! Donc je me suis mise à chercher des causes et quelle fut ma surprise de voir que les compteurs intelligents d'Hydro-Québec apportent des problèmes de santé. Là, je viens d'arriver de mon voyage hier soir ! Et cette nuit encore ça n'a pas bien été. J'ai recommencé à avoir des symptômes, du stress et mal à la tête. Les jambes me picossent, genre des jambes stressées qui bougent!!! Et là en plus, j'ai le coeur qui me débat et comme une douleur dans les trapèze et en arrière du cou qui descend dans le millieu du dos. Donc je suis décidée ce matin !!! J'ai pas dormi de la nuit et je me sens stressée au bout! J'appelle Hydro ce matin pour me faire retirer le compteur. Je veux plus rien savoir de ça sur la maison c'est définitif!!! Ça part d'ici!!!!  »

– Natalie (témoignage reçu le 10 février 2014, un parmi tant d'autres qui ne cessent de nous parvenir...)

Screechhh...

Retour à «réalité»... Remettons les belles lunettes roses de notre cher ami Patrice, qui a fait une déclaration il y a quelques jours démontrant qu'il a une maîtrise exceptionnelle de l'arithmétique...

On les retrouve toutes sur le site web de la Régie de l'énergie: des dizaines de résolutions municipales demandant un moratoire sur le projet de compteurs intelligents ou une option de retrait sans frais – elles sont toutes aussi nombreuses, les requêtes d'organismes (voir ICI - ICI - ICI - ICI - ICI - ICI) et de regroupements citoyens, et que dire du nombre d'individus qui ont officiellement envoyé une lettre pour s'opposer au projet d'Hydro-Québec. « Qu'il y en ait dix, 15 ou 20, le résultat est le même. Zéro plus zéro égale zéro », a lancé Patrice Lavoie, porte-parole d'Hydro-Québec, en confirmant qu'HQ n'était pas assujetti à la règlementation municipale. « On a déjà obtenu l'autorisation de la Régie de l'énergie pour aller de l'avant avec le projet », mentionne-t-il, précisant que la Régie est le tribunal administratif qui régule le milieu de l'énergie au Québec.

– Tiré de "Zéro plus zéro égale zéro", Patrice Lavoie (11 février 2014)

Décidément, il n'a pas fini de nous en faire voir ce cher Patrice. Nonobstant ses pontifiantes déclarations, je vous invite à explorer le contenu de ce 37e bulletin qui, à nouveau, lève le voile sur un tas de choses pas très catholiques qu'Hydro-Québec tient mordicus à cacher à la population québécoise qui, à force de se faire bourrer de mensonges gros comme le bras, va bien finir par avoir une indigestion salvatrice qui la sortira de sa torpeur, avant qu'il ne soit trop tard...

Enfin, espérons-le !

Jean Hudon
Co-fondateur et webmestre de la CQLPE
http://www.cqlpe.ca/

ABONNEMENT GRATUIT À CE BULLETIN : Si vous recevez une copie de ce bulletin, et aimeriez vous y abonner, il suffit d'envoyer un courriel à info@cqlpe.ca en inscrivant 'Abonnez-moi au bulletin' comme sujet de votre courriel. Si vous ne désirez plus y être abonné-e, il suffit de le demander à la même adresse de courriel.

Ce Bulletin #37 est archivé au http://www.cqlpe.ca/Bulletins/Numero37.htm

Vous pouvez consulter ICI les précédents bulletins.

NOTE : Désolé de la taille énorme, encore une fois, de ce bulletin (plus de 20,000 mots, de 65 pages et de 120 liens). Le précédent remonte à seulement 9 jours! Ça donne une idée à quel point les choses bougent dans cette lutte.




Hydro-Québec dépasse-t-elle les bornes avec l'installation de ses nouveaux compteurs ? (10 février 2014)
http://argent.canoe.ca/videos/video-hydro-quebec-depasse-t-elle-les-bornes
Un autre excellent reportage d'Olivier Bourque. – Les policiers de Laval appelés en renfort par l'installatrice en décembre dernier ont refusés d'intervenir contre une Lavalloise et son mari pour les forcer à accepter contre leur gré un compteur de nouvelle génération. Voici un commentaire de M. Jean-Paul Massie sur ce que révèle ce reportage : « Le présentateur de nouvelles Pierre Bruno demande si Hydro-Québec dépasse les bornes. Bon sang M. Bruno, mais qu’est-ce que ça vous prend de plus? Et le PORTE MENSONGES D’HYDRO-QUÉBEC, PATRICE LAVOIE, MENT ENCORE DE PLUS BELLE, prétendant dans ce reportage que l’installatrice s’est sentie menacée par la résidente qui, ÉTANT CHEZ ELLE, SUR LE TERRAIN DE SA DEMEURE PRIVÉE, avait d’ailleurs CLAIREMENT signifié au préalable à Hydro-Québec son REFUS d’un compteur intelligent. Comme bien d’autres Québécoises et Québécois, j’ai été moi-même menacé au téléphone en novembre 2013 par une préposée d’Hydro-Québec, m’affirmant en colère, qu’elle allait m’envoyer, et la police, et la sécurité civile, pour me forcer à accepter l’installation de leur infernale technologie électropolluante. »




IMPORTANT ET DÉSOLANTE DÉCISION DE LA RÉGISSEURE LOUISE PELLETIER...

La régie a mis en ligne le 7 février une Décision interlocutoire sur les objections du Distributeur à certaines demandes de renseignements des intervenants et sur l'intervention du GRAME au dossier rendue par la régisseure Louise Pelletier relativement à toute une série d'objections soumises par Hydro-Québec Distribution suite à des demandes que lui ont faites plusieurs intervenants via la Régie. On y constate que Mme Pelletier dispense Hydro-Distribution de répondre à de nombreuses interrogations soulevées par les intervenants dans plusieurs Demandes de renseignements, disponibles ICI et qui demandent un certain temps à éplucher pour identifier quelles demandes ont été rejetées, car dans la décision interlocutoire on ne trouve évidemment que les numéros de références des questions soumises par les intervenants. Toutefois, elle ordonne à Hydro-Distribution de répondre aux questions qu'elle juge pertinentes dans le cadre d'analyse étroit défini pour l'examen de la Demande pour les Phase 2 et 3, y compris toutes celles que la Régie elle-même lui a soumises.

En examinant la correspondance du 6 février 2014 soumise par l'avocate du GRAME (un des intervenants autorisés), j'ai relevé ce qui suit : « Contrairement à la prétention du Distributeur, la question 2.1 de la demande de renseignements du GRAME ne porte pas sur la localisation des équipements (routeurs et collecteurs) (...) l'expert du GRAME cherche à savoir si les études de localisation des équipements pour le déploiement de ces phases ont été complétées et si elles sont concluantes, considérant les coûts pouvant être engendrés par un dépassement du nombre maximal prévu d'équipements requis initialement. »

Ce qui m'a mené à la réflexion suivante. Encore une fois, les limites définies pour cet examen du dossier relatif aux phases 2 et 3 ne considèrent que les aspects financiers et excluent toute considération des inévitables impacts sur la santé, et dans ce cas précis, les impacts négatifs subis par les riverains (personnes habitant à proximité immédiate) d'un routeur ou d'un collecteur déployés en zone urbaine ou rurale.

Quand on connaît la portée de l'émetteur de ces puissants routeurs et collecteurs...

[tel que je le mentionnais dans le Bulletin #32 « Hydro entreprend dès MAINTENANT l'installation des routeurs (d'une portée de 3.6 km* ce qui leur permet de couvrir un territoire de 13 km2) et qui doivent être déployés « 6 à 9 mois avant l'installation des compteurs », et des puissants collecteurs - leur portée étant de plus de 18 km, ils peuvent donc couvrir un immense territoire de 325 km2 - vous ne voulez pas vous trouver à proximité de ces antennes de la mort car les taux de cancer vont littéralement exploser autour de ces collecteurs dont l'emplacement n'est révélé nulle part. »]

... alors imaginez ce que peuvent subir comme impacts négatifs sur leur santé les familles ayant le malheur d'avoir parfois à quelques mètres de leur demeure un de ces routeurs ou, pire, un de ces collecteurs.

[* À noter que cette donnée de 3.6 km n'est nullement vérifiée. Comme dans le cas des compteurs dont l'émetteur n'aurait qu'une portée de 500 mètres selon le site d'Hydro-Québec - on peut douter de l'authenticité de cette information quand on sait qu'il s'agit d'un émetteur semblable à celui d'un téléphone cellulaire standard dont la portée maximale théorique varie entre 50 à 70 km (30 à 45 milles) en terrain plat selon cette rubrique de Wikipedia.]

Comme dans les cas maintes fois dénoncés d'antennes cellulaires situées à proximité d'une école, n'aurait-il pas été 'intelligent', voire tout simplement moralement décent, pour la Régie d'exiger d'Hydro-Québec de TOUJOURS s'assurer d'installer ces routeurs à distance suffisante (idéalement 500 mètres) de tout lieu habité ? Il est évident qu'en milieu urbain densément peuplé, une telle mesure de précaution est difficilement applicable, mais en milieu rural où les maisons sont parfois fort éloignées les unes des autres et où il y a énormément d'espaces non habités disponibles, il faudrait absolument qu'une telle condition de déploiement soit imposée à Hydro-Québec par la Régie, car dans bien des cas, ces routeurs hyperactifs (puisqu'ils reçoivent et retransmettent quasi continuellement les données des centaines de compteurs de leur voisinage) devront souvent émettre au maximum de leur puissance pour que leur signal soit capté par l'antenne de Rogers Communications du secteur.

Comme Hydro-Québec a déjà entrepris l'installation des routeurs (car bien sûr ses dirigeants sont 'cocky-sure' d'obtenir le feu vert de la Régie pour les phases 2 et 3) partout au Québec, mon seul conseil est que si vous voyez des employés d'Hydro-Québec s'apprêtant à installer un routeur dans un poteau à proximité de votre maison, allez les voir et faites-leur comprendre que vous vous y opposez fermement. Mieux allez demander à votre conseil municipal de voter un règlement interdisant l'installation de ces «routeurs sur les stéroïdes» à moins de 500 mètres de tout lieu habité... et assurez-vous qu'une amende ultra salée soit prévue en cas de refus d'obtempérer par Hydro-Québec.

Connaître la localisation des routeurs est une question cruciale. D'ailleurs, cela faisait partie de la Demande de renseignements de l'AQLPA (voir la 2e question) soumise le 30 janvier. L'avocat Neuman y soumettait 30 questions détaillées - lesquelles comportent en réalité 118 questions, dont plusieurs sont à volets multiples - et tout aussi importantes que celle concernant la localisation des routeurs et des collecteurs. Dans sa décision rendue le 7 février, la régisseure Louise Pelletier n'oblige le Distributeur à répondre qu'à CINQ de ces 118 questions, 5 questions concernant un point de détail d'une importance insignifiante comparativement aux autres questions rejetées sans la moindre explication de ses motifs. Il s'agit de : « a) Qu'est-il advenu du centre d'excellence promis par Landis & Gir ? b) Où se trouve-t-il ? c) Quelle est sa date d'ouverture ? d) Quelle activité est prévue ou a lieu dans ce centre ? Veuillez détailler. e) Combien d'équivalents employés à temps plein y a-t-il ? »

Un ridicule "prix de consolation" ces 5 petites questions approuvées...

Parmi les questions rejetées, en voici une, la question #18, pour laquelle il aurait été fort pertinent de connaître la réponse d'Hydro-Québec :

« Par ailleurs, la Régie a accepté que le périmètre du projet LAD se limite aux seules fonctionnalités de l'automatisation de la relève et de l'interruption et la remise en service à distance, afin d'en favoriser l'acceptabilité sociale. Il faut constater que la stratégie du Distributeur, dictée par l'expérience vécue par certaines entreprises de distribution d'électricité, était adéquate.

Demande(s) :

a) Le Distributeur a-t-il l'intention de déposer des dossiers de demandes d'autorisation à la Régie
lorsque viendra le temps d'activer de nouvelles fonctionnalités ?

b) Si non, comment le Distributeur compte-t-il sonder l'acceptabilité sociale et l'acceptabilité pour le régulateur de ces nouvelles fonctionnalités avant de les activer ? »

Mais nous ne le saurons sans doute jamais puisque Mme Pelletier n'a pas jugé bon de demander à Hydro-Québec de répondre à ces questions...

Ou encore, pourquoi la régisseure a-t-elle considéré inutile qu'Hydro-Québec fournisse des explications pour les TRÈS importantes questions suivantes soulevées par l'AQLPA au point #16 de sa Demande de renseignements :

Référence : HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION Dossier R-3863-2013, PIÈCE B-0004, HQD-1, doc. 1, page 28, lignes 3 à 6 :

De plus, le Distributeur reçoit peu d'appels ou de demandes de clients relativement au projet. Il s'efforce d'y répondre sur une base individuelle et n'hésite pas à revoir au besoin les outils de communication.

Demande(s) :

a) Il semble qu'une des explications au fait que le Distributeur reçoive peu d'appels serait que toutes les lignes du service à la clientèle sont occupées depuis le début du déploiement, au point de que plusieurs abonnés ont dû attendre plusieurs jours pour vous rejoindre et, lorsqu'ils ont obtenu la communication au numéro qui leur a été fourni, se sont fait dire de rappeler un autre numéro. Veuillez expliquer pourquoi les lignes téléphoniques de HQD sont TRÈS congestionnées depuis le début du déploiement.

b) Veuillez expliquer pourquoi HQD donne le numéro de téléphone général du service à la clientèle dans sa lettre adressée aux abonnés, plutôt que de donner le numéro direct du centre d'appels de Capgemini ou de HQD spécifique au projet LAD.

b) Veuillez spécifier le nombre d'employés qui répondent au téléphone au service à la clientèle par chiffre de travail, ainsi qu'au centre d'appel spécifique au projet LAD de HQD et à celui de Capgemini.

c) Veuillez donner le nombre d'appels reçus au service à la clientèle entre le 01 janvier 2013 et le 30 septembre 2013, ainsi que le nombre d'appels aux mêmes dates pour l'année-témoin 2011 (et non 2012 puisque le projet LAD était déjà l'objet de questionnements de la part des abonnés);

e) Veuillez expliquer pourquoi HQD n'indique nulle part sur son site web le numéro de téléphone où téléphoner pour se prévaloir de l'option de retrait ni comment procéder par écrit pour s'en prévaloir (à qui et à quelle adresse écrire).

f) Veuillez expliquer pourquoi les abonnés recevaient leur lettre de HQD en moyenne 10 jours après la date inscrite en haut à droite de leur lettre. N'est-ce pas là une contravention de la décision D-2012-128 qui exigeait une période de 30 jours pour que l'abonné puisse s'informer et prendre une décision ?

g) Veuillez expliquer comment un abonné peut exercer un jugement éclairé si, dans la lettre qu'il reçoit, on ne lui explique pas la différence entre un « compteur nouvelle génération » et un « compteur non communicant », pas même le fait que la relève se fera à distance (par des ondes) pour le CNG ?

h) Veuillez spécifier pourquoi vous n'avez pas précisé dans la lettre au client que ce devait être l'abonné (et non son (sa) conjoint(e) ou colocataire) qui devait appeler pour se prévaloir de l'option de retrait. L'absence de cette information avait-elle pour but de décourager le client qui attend d'interminables minutes à deux reprises pour se faire dire que seul l'abonné ayant son nom sur la facture peut appeler pour se prévaloir de l'OR ?

i) Les appels individualisés que vous faites auprès des personnes qui vous appellent ont-ils pour but de rassurer vos clients quant à l'innocuité des compteurs pour la santé ? Veuillez préciser.

(fin de citation)

Mais nous ne le saurons sans doute jamais puisque Mme Pelletier n'a pas jugé bon de demander à Hydro-Québec de répondre à ces questions...

J'aurais bien aimé connaître aussi la réponse d'Hydro-Québec au point e) de la question #15:

« Veuillez confirmer ou infirmer le fait que les installateurs reçoivent un bonus pour chaque compteur installé, et que ce bonus est supérieur si le compteur est situé à l'intérieur. Précisez quels sont ces bonus (en $) et leur raison d'être. »

Mais nous ne le saurons sans doute jamais puisque Mme Pelletier n'a pas jugé bon, encore une fois, de demander à Hydro-Québec de répondre à cette question...

Pourtant, l'avocat de l'AQLPE, Maître Dominique Neuman, avait bien tenté de faire valoir dans une lettre du 6 février, en réaction au rejet en bloc par Hydro-Québec de ses requêtes, pourquoi Mme Pelletier devait tout de même obliger Hydro-Québec à y répondre.

Voici ce qu'il soutenait en regard de la question #16

La question SÉ-AQLPA-1.16 (a) à (i) : Si HQD croit qu'il est faux que la ligne téléphonique ait été congestionnée (au point que les clients prenaient plusieurs jours avant d'avoir la ligne), il lui suffit de le dire dans sa réponse.

Si HQD croit qu'il est faux que les clients qui réussissaient à obtenir la ligne se faisaient alors dire de rappeler un autre numéro où ils auraient à attendre de nouveau, il lui suffit également de le dire dans sa réponse.

Si HQD croit qu'il est faux d'affirmer que le numéro de téléphone pertinent que les clients devaient appeler n'est pas indiqué sur son site web, là encore HQD n'a qu'à le dire dans sa réponse.

De même, si HQD croit qu'il est faux d'affirmer qu'il y a eu des non respects fréquents par elle du délai d'option de 30 jours, elle n'a qu'à le dire dans sa réponse.

A l'inverse, si nos allégations sont vraies, Hydro-Québec devra les confirmer. Les difficultés posées par HQD aux clients désirant communiquer avec elle au sujet des compteurs devront alors être mises en perspective avec le nombre d'appels effectivement reçus, que HQD prétend « faible ».

Rien n'empêche donc Hydro-Québec de répondre aux questions posées selon ce qu'elle croit être vrai.
Enfin, il est pertinent que HQD indique quel est le nombre réel d'appels et demandes qu'elle a reçues. C'est en effet HQD elle-même qui ouvre la porte à l'ensemble de ces sous-questions en affirmant que ce nombre d'appels et demandes aurait été «faible», ce qui, selon elle. illustrerait une forte satisfaction de la clientèle.

Si HQD est vraiment sérieuse dans ces allégations, elle ne devrait éprouver aucune difficulté à répondre aux questions posées.

(fin de citation)

Peine perdue ! Hydro-Québec, de l'avis de Mme Pelletier, n'a pas à répondre de ses actes ni à expliquer pourquoi l'exercice du droit de retrait est rendu pratiquement impossible par l'établissement de ce qui ressemble étrangement à un goulot d'étranglement servant manifestement à décourager les clients cherchant désespérément dans bien des cas à être débarrassés de toute urgence du comptueur qui leur empoisonne l'existence... mais qui, faute de pouvoir joindre qui que ce soit, doivent évacuer leur foyer devenu invivable ou continuer à tenter, encore et encore, d'obtenir satisfaction.

Si vous vous faisiez encore des illusions sur le sérieux de la démarche de la Régie, qui censure ainsi tout examen sérieux des nombreux points IMPORTANTS soulevés par l'AQLPA, ce poignard enfoncé en plein coeur de la transparence que nous sommes pourtant en droit d'attendre de la Régie vient de les réduire à néant.

C'est proprement RÉVOLTANT!!! Et y a-t-il un seul média québécois qui suive l'évolution de cette démarche cruciale à la Régie et qui fasse ainsi écho à l'incompréhensible censure anti-démocratique commise par la régisseure Louise Pelletier ? AUCUN !!! Ce processus d'examen, gravement entaché par ce recours arbitraire au baillon à l'égard des nombreuses requêtes de l'AQLPA, entre autres, est le dernier rempart, le dernier recours, la dernière chance de faire éclater la vérité au grand jour relativement à ce crime contre la population québécoise qu'Hydro-Québec - à l'exemple de la plupart des autres compagnies d'électricité dans le monde - est en train de commettre.

Ce faisant, si la Régie continue dans cette direction, comme elle l'a déjà fait en approuvant la phase 1, elle se rendra doublement complice de ce crime, ce qui ne sera évidemment pas une première, car de nombreux autres organismes censés encadrer et surveiller les activités industrielles en Amérique du Nord, ont donné toute la latitude voulue au capitalisme industriel depuis des décennies pour contaminer et détruire l'environnement, intoxiquer mortellement des millions d'êtres humains, et commettre une longue liste de crimes et d'abus dont les répercussions se font sentir notamment dans l'épidémie de cancers de tous genres qui ne cesse de s'amplifier, emportant prématurément des millions de vies humaines, et de nombreux autres maux de civilisation, sans oublier l'extermination de millions d'espèces irremplaçables, et tout cela, au nom du sacro-saint profit pour une petite élite déjà tellement gorgée de richesses que des centaines de vies ne suffiraient pas pour en jouir ne serait-ce que d'une infime portion...

Allons-nous laissez passer cela sans rien dire ni faire ? À vous de NOUS le dire chers lecteurs/chères lectrices... Réagissez !


« Certains médecins parlent maintenant «d'épidémie», voire d'une «pandémie» de cancers. Le Dr Dominique Belpomme, cancérologue et auteur de l'ouvrage Ces maladies créées par l'Homme (Albin Michel, 2004), estime pour sa part que 70 % des cancers sont d'origine environnementale au sens large. Il affirme que les normes réglementaires fixent des seuils de doses de produits toxiques qui «sont en réalité trop élevés pour éviter l'apparition des cancers». Il faut également souligner que nos connaissances sont très fragmentaires au sujet des effets toxiques du cocktail chimique véhiculé par l'air, l'eau et les aliments. Ainsi, 150 000 molécules d'usage industriel sont comptabilisées dans les Chemical Abstracts. Seules quelques milliers d'entre elles ont été testées pour leur toxicité. Il va sans dire que les effets synergiques de ces milliers de molécules ne sont généralement pas étudiés avant leur mise en marché. La situation sanitaire est tellement alarmante qu'une centaine de scientifiques et de personnalités parmi les plus renommées, dont deux Prix Nobel de médecine, ont lancé un appel international contre le danger des pollutions chimiques à l'Unesco le 7 mai 2004: «L'espèce humaine est en danger», disent-ils. Certaines des substances qui s'accumulent dans nos corps sont des perturbateurs hormonaux, elles sont cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques. De plus en plus d'hommes souffrent de problèmes d'infertilité: le nombre de spermatozoïdes par éjaculation a diminué de 50% en 50 ans chez les Occidentaux. En Europe, 15% des couples sont stériles; un enfant sur sept est asthmatique, très probablement en raison de la pollution des villes et des habitations, et les cas d'allergies sont également en forte augmentation. »

- Tiré de L'épidémie de cancers - Le symptôme d'une société non durable (Le Devoir - 3 mai 2005)

« Qu'on scrute le ciel, qu'on regarde la Terre, qu'on analyse les problèmes de santé, tous les clignotants scientifiques sont au rouge… Tel est le constat du Pr Dominique Belpomme et du millier de personnalités scientifiques ayant signé l'Appel de Paris, une déclaration internationale sur les dangers sanitaires de la pollution chimique. Cancers, malformations congénitales, stérilités, allergies, maladies dégénératives du système nerveux sont en très grande partie liés à la pollution de notre environnement, alors que l'apparition de nombreuses épidémies infectieuses telles que le sida, la maladie de chikungunya ou la grippe aviaire sont la conséquence directe ou indirecte des activités humaines. L'humanité pourra-t-elle se dégager du piège dans lequel elle s'est progressivement enfermée ? Aujourd'hui, l'enfance et même l'espèce humaine sont en danger si nous continuons à polluer l'environnement et à détruire la planète Terre comme nous le faisons. Malheureusement, ce message n'est pas entendu, alors même que des solutions existent. Ce livre propose un programme d'union nationale axé sur la préservation de notre santé et de l'environnement, et s'achève sur une lettre ouverte à l'adresse des femmes et des hommes politiques pour les exhorter à agir, avant qu'il ne soit trop tard. »

- Tiré de L'espèce humaine est en danger ! (5 février 2011)

---

À VOIR AUSSI : La moutarde me monte au nez ! Et vous ? - À propos du désastre aux conséquences planétaires de l'exploitation des sables bitumineux, du système tentaculaire d'oléoducs à très haut risques que le gouvernement Marois s'apprête, semble-t-il, à laisser passer au Québec, et des magouilles du régime Harper pour paver la voie à ces désastres écologiques permanents ou anticipés.

Et parlant du régime Harper, voici ci-après un extrait d'un bilan de ses récentes actions destructrices compilé par Armand Pouliot - les liens pointent tous vers le site de la Fondation David Suzuki et je ne peux recommander assez clairement, écoutez... Canadian Environmentalist David Suzuki on Democracy Now - Il a tellement raison! et si vous voulez mieux comprendre, lire cet article du New York Times écrit par Al Gore Without a Trace – ‘The Sixth Extinction,’ by Elizabeth Kolbert – qui décrit la destruction planétaire exponentielle que notre espèce cause qui nous mène tous à notre perte. Vous pourriez aussi écouter The Sixth Extinction: Elizabeth Kolbert on How Humans Are Causing Largest Die-Off Since Dinosaur Age (an interview on Democracy Now! with Elizabeth Kolbert). Vous comprendrez ainsi mieux pourquoi la moutarde me monte au nez quand je vois ce que notre corpodictature canadienne sous Harper est en train de faire – et qui équivaud à une sorte de cannibalisme planétaire alors que la corpocratie, dopée aux profits, obnubilée par la croissance à tout prix, dévore aveuglément les «matières premières» dont elle a besoin pour continuer à grossir... une aberration monstrueuse en raison des ressources forcément limitées que la Terre, exague, peut encore offrir.

Des coupures de 1,5 milliard à l’environnement d’ici 2016.

5 bureaux de réponse en cas de déversement de pétrole fermés à travers le Canada.

Des coupures de 8,4% dans la sécurité ferroviaire.

99% des lacs et rivières du Canada sans protection fédérale.

Des coupures de 56 $ millions au système canadien d’inspection des aliments pour protéger entre autre les marchands de poisons (OGM).

35 bibliothèques gouvernementales fermées.

Plus de 5000 emplois supprimés à l’Agence canadienne d’inspection des aliments, à Santé Canada, Pêches et Océans Canada et Agriculture Canada dans les trois prochaines années.

Plus de 298 $ millions en publicités gouvernementales depuis 2009-2010.

Le tout alors que les subventions aux énergies fossiles s’élèvent à 1,38 $ milliard par année.




Deux autres résolutions de municipalités appuyant notre cause se sont ajoutées à la liste (qui en compte maintenant 45 !), soit Rawdon et Sainte-Anne-de-Bellevue. Voir la liste complète ICI et la trousse pour en solliciter d'autres ICI. De nouvelles municipalités continuent à joindre le mouvement. Ainsi... Mascouche soutient les citoyens refusant les compteurs (11 février 2014) – Mascouche appuie la motion demandant à Hydro-Québec d'offrir aux Québécois la possibilité de refuser l'installation des compteurs intelligents, et ce sans frais supplémentaire. Et il y a récemment eu aussi... Lavaltrie met l'épaule à la roue contre les compteurs intelligents




iDiots ! UN COURT-MÉTRAGE QUI DONNE À RÉFLÉCHIR...
http://vimeo.com/79695097




D'autres témoignages bouleversants...

« C’est à la suite d’une rencontre d’information en lien avec la controverse des compteurs intelligents d’Hydro-Québec, tenue à Salaberry-de-Valleyfield en novembre dernier, que j’ai découvert que ma maison était déjà dotée d’un compteur qui émet des radiofréquences. L’installation de ce compteur s’est faite en février 2007… à notre insu! Quelques mois plus tard, soit à la fin mai 2007, mes premiers symptômes sont apparus.
J’ai effectivement développé différents symptômes d’électrosensibilité, dont des maux de tête, des problèmes de concentration, de l’insomnie et des sensations de type électrique dans les muscles. J’ai consulté un neurologue de l’Institut neurologique de Montréal, qui m’a suivie en 2008, 2009 et 2010. Il n’a trouvé aucune maladie… ni aucune solution! Cette coïncidence me laisse croire que l’installation du compteur pourrait avoir été un élément déclencheur. Mon travail est à domicile; j’étais donc constamment dans cet environnement. À cette époque, nous n’avions ni wi-fi ni téléphone sans fil. Nos cellulaires étaient d’ailleurs presque toujours fermés. Hydro-Québec a mis un mois, après ma demande de retrait, avant de procéder à l’installation d’un modèle non communicant. Je dois spécifier qu’à la première demande, l’agent d’Hydro-Québec niait les émissions de ce compteur. Au deuxième appel, on a acquiescé qu’il émettait… mais très peu. L’information se veut rassurante : seulement six minutes d’émissions par jour. Ce qu’on n’explique toutefois pas, c’est que ça pourrait émettre jusqu’à 65 000 microwatts par mètre carré. Celles-ci durent une fraction de seconde toutes les 20 à 30 secondes environ, ce qui totalise six minutes par jour. C’est un peu comme si, toutes les 20 à 30 secondes, votre système nerveux recevait un coup de fouet. Mon expérience me laisse méfiante concernant ces radiofréquences supplémentaires. Elles nous seront imposées par l’implantation de ces compteurs intelligents partout au Québec. Je ne peux concevoir comment exposer la population à ce genre de radiofréquences est pour le bien-être collectif, comme le laisse entendre Hydro-Québec.  »

– Lucie, Salaberry-de-Valleyfield - Tiré de cet article de journal


« J'ai déménagé dans une nouvelle maison l'été dernier avec ma famille où un compteur intelligent est installé. Dès la première journée dans la maison, j'ai éprouvé de violents maux de tête. Comme j'avais également la grippe, j'avais associé ces symptômes à la grippe. Toutefois, lorsque nous avons quitté la maison pour quelques jours de vacances, environ une semaine après le déménagement, j'ai remarqué que les maux de tête ont disparu. C'est au retour à la maison que j'ai constaté, quelques minutes après être rentrée, que le mal de tête reprenait de plus bel. Quelques jours plus tard, nous avons blindé (peinture métallique avec mise à la terre) le mur de la chambre de mon fils au rez-de-chaussée vis-à-vis le compteur, situé à l'extérieur, et mes symptômes ont arrêté. Par contre, nous n'avons pas blindé le mur du sous-sol vis-à-vis du compteur où je vais périodiquement. Je n'avais jamais éprouvé de tels symptômes avant ce moment et je pensais que tout s'arrêterait là. Pourtant, au cours de l'automne, j'ai réalisé que les symptômes étranges et de plus en plus oppressants dans ma tête étaient en fait de l'électrosensibilité. À force d'essais, j'en suis venue à cette constatation sans aucun doute. Je suis maintenant électrosensible à tous les champs électromagnétiques, que ce soit les néons au-dessus de mon bureau, ou les cellulaires de mes collègues. Nous sommes maintenant en hiver et les migraines sont constantes aussitôt que je sors de ma chambre (qui a été blindée). Je souhaite que les citoyens aient la possibilité de faire retirer gratuitement leur compteur intelligent, pour dommage à la santé, et n'aient pas de frais annuels à payer pour la lecture d'un compteur non communiquant. »

– Véronique St-Onge - Pour en savoir plus sur les victimes des micro-ondes, lire Quand le vase déborde : l'intolérance aux ondes et écoutez cette entrevue diffusée à Radio-Canada Première, le 12 décembre 2013, dans laquelle Brigitte St-Onge (sans lien de parenté avec Véronique St-Onge) raconte le cauchemar qu'elle vit à cause de ces dangereux compteurs.


"I would like to nominate Hydro-Quebec for the 'Bully of the Decade Award' for having concealed, misconstrued and denied the truth from me and from its customers from the very moment they began their smart meter campaign; I enumerate: (...) Since September of 2013, when these meters were installed all around me, I, who am in excellent health, having studied naturopathy and know how to prevent ilness and also having family members who are importantly involved in the medical field, have experienced so much unexplainable fatigue, insomnia, allergies, dry mouth, frequence of urination beyond all reason, etc. etc., etc., right down to and including exczema in my ears!!! I just don't understand--there is no explanation for these changes other than these smart meters that have surrounded me--I feel like I'm sinking uncontrolable in a sea of radiation and I just don't know where to turn. If I were able right now I'd change my residence--even the moon couldn't be a place more antagonistic to our health than is Quebec now equipped with meters radiating 24 hours a day into our homes and work places destroying our health, our joy, our peace and our hope for happiness. I pray for a divine intervention--it takes a God to solve this problem and I count on Him to stop this sensless act of illness, suffering and genocide which can ultimately result from Hydro Quebec's lack of caring for its clients."

– Bonnie Lyne Lacasse - Lire ICI la version intégrale de sa percutante lettre envoyée à la Régie le 1er février 2014




Compteurs intelligents : le maire de L’Assomption en colère (7 février 2014)
http://www.hebdorivenord.com/Actualites/2014-02-07/article-3607807/Compteurs-intelligents-%3A-le-maire-de-L%26rsquo%3BAssomption-en-colere/1
Depuis le lundi 3 février, on retrouve plusieurs camions de Cap Gemini sur le territoire de la Ville de L’Assomption qui avait fait une demande de moratoire sur l’installation des compteurs de nouvelle génération (CNG) en novembre dernier. Le non-respect de cette demande irrite le maire de la municipalité, Jean-Claude Gingras, mais il se dit aussi outré de voir l’information qui est transmise à ses citoyens. Le maire de L’Assomption dit avoir été interpellé par des résidants, qui ont appelé Hydro-Québec et qui se sont fait dire par le géant de l’électricité que le moratoire n’existait pas. M. Gingras explique : « Les informations données par le service à la clientèle d’Hydro-Québec aux citoyens sont erronées. On a bel et bien demandé un moratoire qu’Hydro ne respecte pas ». Il ajoute : « Que les gens d’Hydro-Québec s’assument et disent la vérité aux gens. Le moratoire existe, mais ils s’en fichent carrément ». Chez Hydro-Québec, la vision est un peu différente. Patrice Lavoie explique : « Nos employés ont bien répondu, car bien qu’il existe des résolutions demandant des moratoires, il n’y a pas de moratoire proprement dit nous empêchant de procéder à l’installation de CNG à L’Assomption ou dans toute autre municipalité du Québec. Nous ne sommes pas régis par les règlements municipaux et nous avons l’autorisation de procéder des autorités compétentes, soit la Régie de l’énergie, dans ce dossier ». Les frais liés à l’option de retrait -- Pour Jean-Claude Gingras, le non-respect du moratoire constitue un manquement grave aux articles 1 et 5 de la charte des droits et libertés de la personne. Il ajoute : « Hydro-Québec fait aussi peur aux citoyens en leur donnant les montants des frais actuels pour l’installation d’un compteur non intelligent et pour les frais de relève. Nous savons pertinemment que ces frais sont appelés à baisser. On pourrait au moins dire aux citoyens qu’ils seront éventuellement révisés ». (...) Charte des droits et libertés du Québec - Article 1 : Tout être humain a droit à la vie, ainsi qu'à la sûreté, à l'intégrité et à la liberté de sa personne. Article 5 : Toute personne a droit au respect de sa vie privée.

Moratoire sur les compteurs intelligents: une réflexion à Shawinigan, mais pas à Trois-Rivières (10 février 2014) http://www.985fm.ca/regional/nouvelles/moratoire-sur-les-compteurs-intelligents-une-refle-299570.html
Il n'est pas à l'agenda de la ville de Trois-Rivières de se prononcer sur les compteurs intelligents d'Hydro-Québec, selon le maire Yves Lévesque. Jusqu'à présent, 43 municipalités en province ont demandé soit un moratoire, soit un droit de retrait gratuit, soit les deux. Parmi ces villes: Longueuil, l'Assomption, et Châteaugay. En Mauricie, seul Saint-Mathieu-du-Parc s'est prononcé en faveur du moratoire. À Shawinigan, on réfléchira sur la question, assure le maire Michel Angers. La grogne prend de l'ampleur face aux ondes que pourraient dégager ces appareils, certaines personnes s'y disant hypersensibles. En ce qui a trait à la marge d'erreur, Hydro-Québec assure qu'elle sera de moins de 1%. Toutefois, selon certaines observations, la précision du compteur intelligent pourrait se refléter en plusieurs dizaines de dollars à la hausse sur les factures, information démentie par la société d'État.

NOTE : Une nouvelle coalition vient de voir le jour contre la prolifération des tours de téléphonie cellulaire dans les Cantons de l’Est. Tous les détails au http://www.thecelltowers.org/accueil/ Tel qu'expliqué ICI, tout a commencé le 22 janvier dernier quand Bell a publié un avis officiel signalant le projet d’installation de deux immenses tours de 30 étages de haut à Bolton-Est.




Note de Jean : Voilà un scientifique intègre qui a connu de l'intérieur les magouilles criminelles auxquelles se livre l'industrie du sans fil, et qui, dans la plus pure tradition des lanceurs d'alerte, révèle ce qui s'y passe vraiment. Bravo pour son courage et sa franchise, et aussi une mention toute particulière pour l'excellent travail journalistique réalisé par Anny Champoux qui ose s'aventurer sur un terrain où la vaste majorité des autres journalistes québécois n'a pas eu jusqu'ici le courage d'aller. Lire aussi sans faute ci-après le second article «Paul Héroux sonne l'alarme» également inclus en entier.

http://www.pointdevuesainteagathe.com/Actualites/2014-02-05/article-3603841/Le-pouvoir-ultime-de-lindustrie/1

Le pouvoir ultime de l'industrie

Anny Champoux – 05 février 2014

Compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Dans une entrevue accordée à Point de vue Laurentides, Paul Héroux, physicien à la tête du "In Vitro Toxicology Laboratory" de l'Université McGill, fait le point sur le pouvoir ultime d'Hydro-Québec dans son projet de compteurs de nouvelle génération.

"Maintenant, avec toutes les techniques de communications qui existent, ça n'a aucun sens d'envoyer les gens en automobile pour lire des compteurs", mentionne Paul Héroux, professeur à l'Université McGill de Montréal. On devrait les lire à distance, tel que propose Hydro-Québec. "Leur objectif est tout à fait louable et acceptable à mon avis", avoue-t-il. Ce qui n'est pas acceptable, selon M. Héroux, c'est que lorsqu'Hydro-Québec a mis en place les méthodes pour réaliser son projet, la société d'État n'a pas considéré les impacts possibles sur la santé.

"Pour la simple raison que dans sa culture interne, il n'y en a pas de ces impacts sur la santé. Donc, son système utilise beaucoup plus de radiation que ce qui est vraiment nécessaire pour être opérationnel", explique le scientifique.

Selon lui, en modifiant légèrement les détails d'ingénierie, on pourrait régler le problème complètement. "En fait, il y a des gens à l'intérieur de l'industrie qui ont acquis des brevets pour montrer comment ça pourrait être fait", affirme M. Héroux. À la question "Est-ce que l'industrie utilisera ces brevets?", il répond: "Pour eux, ce serait d'admettre qu'il y a des effets sur la santé et ce serait politiquement très dommageable pour eux".

Domination de l'industrie

En parlant des enjeux des champs électromagnétiques, Paul Héroux souhaite que les gens comprennent que ce sont des batailles qui durent depuis 50 ans. "L'industrie domine les organisations qui produisent les standards. En d'autres termes, les gens qui donnent les recommandations sont soit des gens de l'industrie, soit des gens choisis dans le milieu scientifique qui partagent les mêmes opinions".

Selon le physicien, beaucoup de publicité a été faite pour convaincre le public que les ondes électromagnétiques émises par les compteurs intelligents d'Hydro-Québec n'étaient pas biologiquement actives. "Il faut se mettre à la place des industries. Quand on investit énormément d'argent dans un système, ils ne veulent certainement pas se faire dire que les ondes électromagnétiques sont dommageables ", mentionne-t-il.

Manipulation et fatigue intellectuelles

Il ajoute que dans le domaine scientifique, il est très rare que les chercheurs fournissent les mêmes réponses à une question. M. Héroux souligne qu'il est donc très facile pour l'industrie de favoriser la nomination sur son comité des gens qui sont d'accord avec elle. "Quand j'ai trouvé les données qui prouvent les effets des champs magnétiques sur la santé, pendant un certain temps, j'en ai perdu le sommeil. Je leur (l'industrie) ai dit que c'est terrible ce qui se passe. Ils m'ont répondu qu'il fallait que je m'habitue à ce genre de situation".

"Qu'est-ce que je peux faire, moi?", demande-t-il à voix haute, avant de répondre: "Je pourrais aller au comité qui émet les standards et leur expliquer. Mais le problème, c'est que j'ai déjà été moi-même sur ces comités-là et je sais exactement ce qui s'y passe. Parce qu'il y avait beaucoup d'individus avant moi qui avaient des données semblables aux miennes. Et ces individus-là, on les a poliment manipulés et fatigués. Puis ultimement, ils se sont rendu compte qu'ils devraient consacrer leur temps ailleurs".

Du temps où M. Héroux travaillait à Hydro-Québec, il s'occupait notamment des problèmes de santé. "C'est aux environs de 1987 qu'HQ a décidé de faire une étude épidémiologique pour démontrer que les champs électromagnétiques ne donnaient pas le cancer. J'ai travaillé à réaliser un appareil pour cette étude-là. Même à cette époque, il y avait eu de petits conflits relativement à l'interprétation de ces résultats. Puis, les épidémiologistes de l'Université McGill avec qui j'ai travaillé m'ont proposé de passer de l'Hydro à McGill. J'ai accepté".

Les entreprises dépendent du standard

"Hydro-Québec ne va pas installer des appareils qui sont illégaux", reprend Paul Héroux. Il explique que le standard déterminé par le gouvernement fédéral - le Code 6 - lui donne la permission d'utiliser l'intensité électromagnétique de ces champs.

Selon l'enseignant universitaire, le gouvernement n'a pas les moyens financiers d'évaluer les effets des ondes électromagnétiques sur la santé: "Ce qu'il fait, c'est qu'il recourt à une poignée d'employés qu'il envoie à des conférences aux États-Unis. Ces gens-là reviennent et adoptent le même standard que celui des Américains, en y apportant de légères modifications pour donner l'impression qu'on est souverains. Mais en réalité, tous leurs standards sont copiés sur le standard C95.1".

Il détaille la manoeuvre à long terme: "L'industrie ne va pas relâcher son contrôle sur la question des effets des champs électromagnétiques sur la santé, puisque pour elle, si jamais c'est su – qu'elle a généré du cancer ou des dommages au cerveau - imaginez ce qui va se produire!"

L'ex-employé d'Hydro-Québec précise que la seule solution qui est acceptable pour la l'industrie, c'est que le standard ne change pas. "S'il bouge, ils (l'industrie) sont morts! Les entreprises dépendent de ce standard-là".

Finalement, ce qui se passe selon le professeur, c'est que l'industrie domine les comités qui déterminent les standards. Elle met en place des individus en place, qui mettent beaucoup d'emphase sur les résultats, qui confirment ce qu'elle veut et elle discrédite les résultats qui ne lui sont pas favorables. "C'est un processus d'érosion intellectuelle qui fait que le standard ne bouge jamais. Quand il bouge, c'est pour accommoder les besoins de l'industrie, pour rendre ses installations légales", de conclure Paul Héroux.




Tiré de http://www.laurentidesexpress.com/Actualites/2014-02-05/article-3603858/Paul-Heroux-sonne-lalarme/1

Paul Héroux sonne l'alarme

Anny Champoux - 5 février 2014

Effets des champs électromagnétiques sur la santé

Dans une entrevue accordée à Point de vue Laurentides, Paul Héroux, physicien à la tête du "In Vitro Toxicology Laboratory" de l'Université McGill, fait le point sur les effets des champs électromagnétiques sur la santé.

Dans sa carrière, M. Héroux a notamment travaillé dans la conception des réseaux électriques pour Hydro-Québec. "J'ai aussi fait beaucoup de travail sur les propriétés électriques des tissus vivants ainsi que sur les mesures de champs électromagnétiques dans l'environnement ainsi que leurs relations avec le cancer et les effets sur les cellules ", se présente-t-il au bout du fil.

Aujourd'hui, il enseigne les effets de l'électromagnétisme sur la santé ainsi que la toxicologie à la Faculté de médecine de l'Université McGill.

Prédiction des neurologues

À la question: "Les citoyens ont-ils raison de s'inquiéter de leur santé quand on parle de l'installation des compteurs intelligents d'Hydro-Québec?", il répond: "Moi je pense qu'ils ont raison, mais c'est une question d'opinion", souligne le chercheur.

En parlant des effets sur la santé, le physicien mentionne que n'est pas quelque chose qui fait mal. "Ce n'est pas comme une balle de fusil ou un dard. Ça se fait à long terme. Mais il y a un petit nombre d'individus - qui sont plus sensibles que les autres – qui sont notre sonnette d'alarme".

Selon lui, les neurologues qui ont étudié la question disent que les conséquences découleront comme une érosion, avec des dommages légers au cerveau. "On prédit une dégénérescence avec l'âge. Le cerveau vieillira plus vite. Imaginez que vous accélérez le vieillissement du cerveau des gens par dix ans. On deviendra un peu plus stupide et nous vieillirons mentalement plus rapidement. C'est ce que les neurologues pensent".

M. Héroux précise que ce n'est pas une situation unique. "On a vécu avec du plomb dans notre essence, pour vendre de l'essence avec un indice d'octane plus élevé. Avec ça, on a probablement fait chuter de cinq points l'intelligence de tous nos enfants".

Contradiction

Selon lui, ce qui se passe dans la réalité, c'est toujours une question d'interprétation et que, naturellement, il faut être sceptique. "Moi, évidemment, je vous ai donné mon opinion et j'y crois profondément. Mais, en réalité, quelqu'un de l'industrie électrique vous dira que les preuves des épidémiologistes sont peu fiables, avec un discours complètement à l'encontre du mien".

"Les ingénieurs de l'industrie électrique sont convaincus que tous les épidémiologistes du World Health Organisation - qui disent que ces champs électromagnétiques donnent le cancer - pensent dur comme fer qu'ils sont des abusifs parce qu'ils sont arrivés à une conclusion qui ne fait pas leur affaire", précise M. Héroux.

Il ajoute que l'Institut de recherche sur le cancer de Lyon – l'autorité mondiale sur le cancer – soupçonne que les ondes magnétiques de basses fréquences et les ondes électromagnétiques de hautes fréquences donnent toutes deux le cancer. "Les meilleurs experts de la planète nous le disent et ce n'est pas compatible avec le code 6 de Santé Canada, qui nous assure qu'il n'y a aucun problème".

"Est-ce que c'est de la schizophrénie?", se demande-t-il avant de répondre: "ce que dit le gouvernement et ce que dit le World Health Organization n'est pas compatible. Ça n'a pas de bon sens", conclut Paul Héroux.




Également de la journaliste Anny Champoux...

Au-delà des impacts sur la santé (12 février 2014)
http://www.pointdevuesainteagathe.com/Actualités/2014-02-12/article-3612976/Audela-des-impacts-sur-la-sante/1
Dans un souci de faire circuler une information complète et non biaisée sur les enjeux de santé publique face aux radiofréquences émises par les compteurs intelligents d'Hydro-Québec, la Commission de l'éthique en science et en technologie du Québec a produit un document de réflexion intitulé "Transparence, perception du risque et liberté de choix: au-delà des impacts sur la santé". Les téléphones cellulaires émettraient plus de radiofréquences que les nouveaux compteurs intelligents. On peut notamment y lire: "À première vue, les compteurs intelligents ne constituent pas la principale source de radiofréquences : les téléphones cellulaires (adoptés par des millions de personnes depuis les années 1990) émettraient plus de radiofréquences que les nouveaux compteurs, en plus d’être collés à l’oreille des utilisateurs lors des conversations. Pourquoi alors, s’en prend-on essentiellement aux compteurs? Une partie de la réponse pourrait se trouver dans le fait que les consommateurs choisissent d’utiliser ou non un téléphone cellulaire, de munir ou non leur domicile d’un système WiFi [Wireless-fidelity], alors que les compteurs leur sont imposés, directement chez eux". Le document public de 57 pages est accessible sur le site www.ethique.gouv.qc.ca

NOTE de Jean : Le document « Transparence, perception du risque et liberté de choix - Au-delà des impacts sur la santé » paru le 10 déc 2012, est disponible ICI. La journaliste aurait pu citer aussi la phrase suivante qui vient juste après celles qu'elle a citées dans son article. Ainsi chacun aurait rapidement compris que l'information prétendument « non-biaisée » de ce document semble néanmoins avoir un 'léger' parti-pris...

« Le double discours quant aux effets des RF sur la santé humaine (bien qu’aucune étude sérieuse n’ait permis d’établir un lien entre les RF et de possibles impacts sur la santé, elles ont été classées comme peut-être cancérogènes par l’OMS), conjugué à des lacunes dans la circulation de l’information, contribue à alimenter le climat d’incertitude qui entoure le déploiement des compteurs intelligents au Québec et ailleurs. »

Les milliers d'études scientifiques accessibles via LES PREUVES SCIENTIFIQUES ET DES CHERCHEURS DE RENOM démontrent de multiples liens indiscutables en les RF et de réels et très sérieux impacts sur la santé humaine et animale. Tout de même, on retrouve en page 50 un tableau comparatif des seuils d'exposition admissibles de plusieurs pays où la norme de 6 millions de mw/m2 recommandée par Santé Canada paraît bien mal à côté de celle de l'Italie et des pays de l'Europe de l'Est (100 000), de la Suisse (40 000 pour la bande du 900MHz), ou du Canton de Salszburg en Autriche (1000). Hélas, toutes les données datent de trop longtemps (de 1988 à 2003) pour être une référence fiable – ce qui est également le cas de plusieurs documents cités en référence.

Je retiens aussi l'analyse suivante que l'on retrouve à la page 34 :

De toute évidence, le retour aux compteurs électromécaniques n’est guère envisageable. Il semble y avoir une tendance assez lourde à l’international pour le passage des compteurs électromécaniques aux compteurs intelligents, émetteurs de radiofréquences.

La solution pour permettre un dénouement favorable à ce genre de situation passe nécessairement par une communication rapide, suffisante et adéquate du risque. Un compromis visant à limiter la quantité de radiofréquences émises en diminuant la fréquence de transmission des données pourrait aussi être envisagé. Par exemple, en Suède, les compteurs intelligents n’émettent pas continuellement : « The meter never initiates transmission by itself but answers when data is requested by the central system. The rest of the time, the meter is inactive and no data is transmitted. »65 De plus, les lectures sont requises une fois par mois pour les clients résidentiels.66 La lecture mensuelle implique toutefois la transmission d’un grand nombre de données à la fois. D’autres services publics collectent plutôt les données une fois par jour à minuit.67 Une telle façon de procéder mériterait sûrement d’être étudiée pour le Québec. Que ce soit une fréquence quotidienne, hebdomadaire, bimensuelle ou mensuelle, une réduction des RF de cet ordre contribuerait probablement à apaiser certaines craintes et à diminuer le taux d’opposition au projet d’implantation des compteurs, sans nuire au réseau de transmission et de gestion des données.68

Une autre option consisterait à relier les compteurs au réseau de téléphonie ou de fibre optique (la compagnie Bell Canada est par ailleurs en train de déployer la fibre optique au Québec). Cette dernière permettrait de transmettre les relevés à la vitesse de la lumière, de façon fiable et bidirectionnelle, sans émission de radiofréquences. Toutefois, très peu d’analyses de coûts sont accessibles, d’autant que les soumissionnaires d’hydro-Québec se basaient tous sur des compteurs émettant des radiofréquences.69 Le Luxembourg, qui est aussi en phase de déploiement d’un réseau de fibre optique, évalue la possibilité d’utiliser ce réseau pour le comptage intelligent :

« Les P&T [opérateur de télécommunications au Luxembourg] ne peuvent donc pas pour l’instant nous communiquer de coûts indicatifs pour l’utilisation de ce réseau pour les applications de comptage intelligent. Il n’y a cependant a priori pas de barrière technique pour utiliser le réseau de fibre optique pour le comptage intelligent, mais cela demanderait de développer un hub [concentrateur] permettant de faire l’interface entre les compteurs et le réseau de fibre optique, produit qui n’existe pas encore sur le marché. Ce hub communiquerait par fibre optique avec le système central et par radio ou liaison filaire selon les cas avec les compteurs d’électricité et de gaz.70 »

Et on parle même de la CQLPE en page 27...

Pollution électromagnétique
(aussi appelée smog électromagnétique ou électrosmog)
La pollution électromagnétique est la résultante de la multiplication des sources de champs
électromagnétiques dans l’environnement, ce qui causerait, selon certains, un véritable smog ayant un
impact sur les organismes vivants et donc, sur la santé humaine et l’environnement. Selon la Coalition
québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique [CQLPE], cette forme de pollution aurait un
impact sur l’immunité et la reproduction de la faune et de la flore. Abeilles, chauves-souris et oiseaux
en développeraient une aversion les poussant à quitter les lieux où l’exposition aux radiofréquences est
particulièrement élevée.46 Néanmoins, les effets environnementaux de la multiplication des champs
électromagnétiques sont peu documentés, il est surtout question des impacts de cette forme de pollution
sur la santé des citoyens. De telles affirmations n’ont donc pu être corroborées.

Et la référence ci-dessus (46) est vers cette présentation Powerpoint d'André Fauteux.




Note de Jean :
Voir la réponse que la Régie de l'énergie poste aux personnes ayant envoyé des 'observations' concernant les problèmes de santé que les compteurs 'intelligents' leur ont causés. Quelle attitude inconsciente et irresponsable face aux souffrances croissantes engendrées par la décision de cette même Régie de l'énergie, dont les responsables n'ont pas encore compris que ce n'est pas en se fermant les yeux face à un problème que celui-ci va disparaître. Même s'il convient de continuer à leur signaler les comportements inacceptables des installateurs et des préposés d'Hydro-Québec tel que le recommandait Maria Acosta il y a quelques jours, je persiste à croire qu'il faut continuer à leur faire parvenir tellement de témoignages touchants sur les horribles conséquences de leur décision, qu'ils vont finir par s'ouvrir les yeux et être obligés de reconnaître leur erreur, quelle qu'en soit les conséquences financières pour Hydro-Québec qui n'avait qu'à ne pas se lancer dans ce monumental gouffre financier.

Erratum: Le lien pour l'article COMPTEURS INTELLIGENTS, COMMENT LE LOUP CONÇOIT-IL LE
FUTUR DE LA BERGERIE recommandé dans mon précédent bulletin était incorrect. Voici le bon lien pour ceux/celles qui n'auraient pas retrouvé l'article en googlant le titre: http://detonateur.blogspot.ca/2014/01/compteurs-intelligents-comment-le-loup.html
À noter que cet article vient d'être ajouté ICI aux 96 observations sur le site de la Régie.

Manifestation à Salaberry-de-Valleyfield (6 février 2014)
http://www.journalpremiereedition.com/Actualités/Municipalités/2014-02-06/article-3606215/Manifestation-a-SalaberrydeValleyfield/1
Une vague de manifestations citoyennes sévit dans la province sur la question de l’implantation des compteurs de nouvelle génération d’Hydro-Québec. Des Campivallensiens se sont rassemblés mardi midi devant leur hôtel de ville. Une vingtaine de citoyens de Salaberry-de-Valleyfield se sont mobilisés afin de démontrer leur préoccupation concernant les potentiels risques liés aux nouveaux compteurs dits « intelligents » d’Hydro-Québec. Les manifestants réclament à la Ville une résolution décrétant un moratoire sur l’installation des compteurs de nouvelle génération. Ils souhaitent également la gratuité du droit de retrait des nouveaux compteurs. (...) Jusqu’à présent, une trentaine de municipalités québécoises auraient demandé un moratoire quant au déploiement de ces compteurs. Une dizaine d’autres se sont prononcées pour la gratuité du droit de retrait de ces appareils. Notons que, même si une municipalité décrète une résolution de moratoire, Hydro-Québec peut poursuivre ses activités de modification de compteurs. Toutefois, plus le nombre de villes souhaitant un moratoire sera élevé, plus la pression sera forte sur le gouvernement Marois. CLIP

Des « réponses satisfaisantes », estime François W. Croteau (3 février 2014)
http://bit.ly/1fHvBxX
Interpellé à plusieurs reprises par des citoyens inquiets, le maire de l'arrondissement Rosemont – La Petite-Patrie, François W. Croteau, a sollicité une rencontre avec des représentants d'Hydro-Québec, afin d'en savoir plus sur les compteurs intelligents et leurs risques sur la santé. Au lendemain de cet entretien, il estime que les réponses fournies par la société d'État étaient « satisfaisantes », indiquant que, de son côté, le « dossier est clos ».
(...) « On nous a exposé les études qui ont été faites. D'ailleurs, deux d'entre elles, réalisées par la Direction de la santé publique, ont récemment été déposées et elles me semblaient satisfaisantes. Bien entendu, je ne suis pas un expert en la matière, mais je me fie aux spécialistes. Ce qui nous a été présenté nous semble satisfaisant », martèle-t-il, mentionnant qu'il « a confiance en les professionnels et les organismes de surveillance pour s'assurer que tout est conforme ». CLIP

Note de Jean: Voici le commentaire que j'ai laissé en réaction à cet article... Il n'a malheureusement pas été rendu public dans la section Commentaires (en panne de transparence)...

Évidemment, devant les assurances officielles des autorités, le maire a beau jeu de clore le débat à son niveau. Toutefois, s'il voulait bien se donner la peine de gratter un peu sous la surface des belles paroles lénifiantes qu'on lui a servies, il découvrirait qu'on ne lui a présenté qu'une version bien partielle et aseptisée de la réalité – qui est toute autre ! Mais je doute qu'il se donne jamais cette peine... C'est trop difficile de découvrir que les données rassurantes qu'on lui a présentées ne sont qu'un tissu de mensonges et de dissimulations, et par conséquent que les 'saintes' autorités sont loin d'être infaillibles... ce qui est très insécurisant quand on veut croire en l'honnêteté des responsables de la santé publique. Si votre curiosité est le moindrement piquée par ce que vous venez de lire, allez-y ! Grattez sous la surface !...

http://www.jegardemoncompteur.com/

http://www.jegardemonompteur.com/problemesante.html

et vous découvrirez quel incroyable cauchemar l'imposition de ces compteurs électrosensibilisants représente.




Note de Jean : Voici en quels termes j'ai remercié l'auteur de la lettre suivante adressée à la Régie de l'énergie.

« Merci beaucoup M. St-Jacques d'avoir si éloquemment et si justement exposé l'incroyable déni de nos droits et l'intolérable viol des principes démocratiques censés guider ceux qui ont la responsabilité de veiller au bien-être de l'ensemble des citoyens.

Même si je n'entretiens guère d'espoir de voir les 3 régisseures au dossier en cours accepter d'admettre que leur confrère Richard Lassonde a erré en accordant la permission à Hydro-Québec de déployer cette dangereuse technologie, j'ose espérer qu'en faisant circuler largement votre lettre, celle-ci pourra amener une conscience plus vive du problème chez ceux qui en prendront connaissance.

Ste-Adèle, le 8 février 2014

Lettre aux membres de la Régie de l'énergie

Mesdames Louise Pelletier, Louise Rozon et Françoise Gagnon,

OBJET: Les nouveaux compteurs - À verser aux dossiers R 3863-2013 (observations) et R 3854-2013 (phase 2)

Plus j'examine le projet des nouveaux compteurs d'Hydro-Québec, plus je me rends compte qu'il s'agit du projet le plus antidémocratique qu'il m'ait été donné de voir ici au Québec.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Une société d'État qui menace sa clientèle actionnaire/propriétaire si elle n'opte pas pour le compteur dit 'intelligent' !

Une Régie qui cautionne une approche arbitraire alors que son mandat, entre autres, est de modérer les élans intempestifs d'Hydro-Québec vis-à-vis de sa clientèle !

Un gouvernement qui ne fait pas trop de vagues en attendant que la grogne s'amenuise !

Un Protecteur du citoyen muselé !

...et en bout de ligne, le citoyen, seul face au rouleau compresseur !

QUESTIONS DE SANTÉ

Sachez que je n'accepte pas que les décisions rendues le 5 octobre 2012 par votre Régie soient finales et sans appel parce qu'elles vont à l'encontre des droits et libertés en matière de santé, de vie privée et de liberté de choix. Ces décisions soulèvent mon indignation parce qu'elles portent atteinte à mon droit de vivre en toute sécurité en mon domicile.

Les 20 journées d'audiences publiques, auxquelles participaient « tous les intervenants reconnus aux dossiers » (sic), ne suffisent pas à me convaincre puisque vous n'avez pas retenu les témoignages d'experts indépendants qui contredisaient les allégations d'Hydro-Québec sur l'innocuité des compteurs intelligents.

Vous savez fort bien que le contentieux d'Hydro-Québec a empêché le témoignage du Dr Carpenter, une sommité en matière d'impact de champs électromagnétiques, parce que son mémoire démolissait les affirmations du Dr Michel Plante, consultant d'Hydro-Québec. On repassera pour la transparence et l'objectivité.

FRAIS PUNITIFS

Quant aux frais associés à l'option de retrait, ils sont abusifs, irrecevables et scandaleux. Je ne saurais dire si vous les avez approuvés en toute connaissance de cause, mais il s'agit-là d'une autre tactique de bâillonnement des plus efficaces. En effet, face à la menace de payer à vie de nouveaux frais de relève, la majorité des citoyens abdiquent et deviennent bien malgré eux une statistique positive pour Hydro-Québec.

Il s'agit même d'un cas de double facturation qui va à l'encontre des principes d'équité puisque l'ensemble de la clientèle paie déjà les salaires des releveurs sur sa facture. À ce que je sache, aucune disposition n'a été prise par votre Régie pour créditer ces frais à la clientèle à qui on aura imposé le compteur communicant ! Cherchez l'erreur !  

RESPONSABILITÉ/IMPUTABILITÉ

Le dossier des nouveaux compteurs aura fait la preuve que la Régie de l'énergie, Hydro-Québec et le gouvernement ont oublié le caractère démocratique de leurs fonctions en se comportant comme certains patrons intransigeants de l'entreprise privée.

Les gouvernements qui se succèdent sont les premiers responsables de ce gâchis puisqu'ils ont carrément modifié la mission première d'Hydro-Québec qui était de fournir à tous les québécois de l'énergie à moindre coût. Ils se servent maintenant de cette société au détriment des contribuables en puisant allègrement dans la caisse et en lui donnant un pouvoir de taxation à peine déguisé. Ils ont réussi à transformer ce qui était jadis la fierté des québécois en un véritable cauchemar.

Quant à la Régie, un rappel de sa mission s'impose puisque selon toute évidence elle n'a pas tenu compte de la protection des consommateurs dans ce dossier, probablement en suivant l'exemple du gouvernement qui lui aussi a oublié qu'en tout temps il doit agir dans le meilleur intérêt des citoyens.

Vivement un moratoire en attendant de savoir, hors de tout doute, que les nouveaux compteurs et tout le système d'acheminement des données via routeurs et tours de relais ne présentent aucun danger pour la santé.   

En attendant que le consommateur revienne au centre de vos préoccupations, j'ose croire qu'il conservera son droit de parole, son droit de refus et son compteur électromécanique.

Louis St-Jacques, actionnaire/propriétaire d'Hydro-Québec...

Ste-Adèle

cc: ministre des Ressources naturelles

NOTE de Jean : Si vous ne l'avez pas encore fait, écrivez et envoyez vous aussi votre lettre à la Régie en suivant les recommandations disponibles ICI et voir ICI les 94 autres observations envoyées à la Régie.

« Bravo en effet, la lumière et la justice ne peuvent surgir que si les citoyens affirment leurs droits démocratiques. La prochaine campagne électorale sera le moment tout indiqué pour le faire! »

– André Fauteux - éditeur du magazine La maison du 21e siècle.




Pour ceux que ça intéresse...

Aucun compteur ne communique via le Wi-Fi (comme les routeurs domestiques) lequel est généralement dans la bande de fréquences des 2500 mégahertz.

TOUS les compteurs – sauf, en principe, les non communicants – communiquent dans la même bande de fréquences que les cellulaires, soit entre 902 et 920 mégahertz..

Quant aux non communicants, de marque Centron fabriqués par la compagnie Itron, modèles C1S et CN1S, ils peuvent être équipés d'un module de communication - voir dans la fiche technique du C1S et aussi dans la fiche technique du CN1S sous Option Module Upgrades, où l'on peut lire R300 900 MHz RF module (C1SR), ce qui les transforme donc en modèle C1SR, pouvant émettre aux 2 secondes. Ça expliquerait – s'ils en sont équippés – les nombreux témoignages de personnes ayant vu les releveurs relever à distance leur compteur «non communicant», et pourquoi plusieurs préposés d'Hydro ont avoué au téléphone que le non communicant pouvait communiquer, mais que ce n'est pas grave parce que c'est super faible et super pas dangereux...

Si c'est le cas, c'est en complète contradiction avec la déclaration officielle de la porte-parole d'Hydro-Québec qui affirmait ce qui suit le 11 mars 2013 en réponse à une demande de M. André Fauteux

Bonjour,

En réponse à vos questions.

Hydro-Québec envoie une lettre à chaque lieu de consommation visé par l'installation des compteurs, sans exception, et ce, au minimum 30 jours avant la réalisation de l'installation. Cette lettre explique la procédure de l'option de retrait. Un client qui n'a pas encore reçu de lettre peut toujours téléphoner au centre d'appel qui transférera son appel à un représentant afin de l'inscrire à l'option de retrait.

Par ailleurs, si vous avez les coordonnées de la dame à laquelle vous faites référence, il nous fera plaisir de la rappeler.

Pour votre information :

Les compteurs non communicants sont de marque ITRON. Ils ne sont pas dotés d'une carte de communication et, conséquemment, il n'y a aucune transmission à distance de données. Ce compteur étant électrique, il émet des ondes électromagnétiques, comme tout appareil électrique, mais pas d'émissions de radiofréquences. Ils pourront être identifiés par les clients à l'aide du premier caractère " X " du numéro d'Hydro-Québec Distribution inscrit sur la plaque signalétique du compteur (ex. X9SJ-1234567).

Merci !

Danielle Chabot
Conseillère stratégique
Affaires publiques et médias
Hydro-Québec
75, boul. René-Lévesque Ouest
H2Z 1A4
Tél.: 514 289-3173
Courriel: chabot.danielle.2@hydro.qc.ca

---

Comme on le voit, la garantie de recevoir une lettre avisant du changement prochain du compteur «au minimum 30 jours avant la réalisation de l'installation» est une autre belle fabulation d'Hydro-Québec...

Signalons enfin, tel qu'expliqué ICI en détails, que Stéphane Bélainsky a testé un C1S et il n'émettait rien et ne créait pas d'électricité sale... Ce compteur n'avait sans doute pas de module de communication, ou bien Bélainsky n'avait pas le bidule portatif qu'ont les releveurs pour activer à distance l'envoi des données - après quoi les C1S et CN1S se remettraient (peut-on présumer) en dormance... Si c'est vraiment le cas, ils ne représenteraient donc pas un danger, mais ce serait quand même une frauduleuse déclaration de plus d'Hydro de prétendre qu'ils sont «non communicants» alors qu'ils peuvent communiquer, et d'extorquer plus de $300 pour ça la première année, alors que chaque relève ne coûte que $1.75 à Hydro ! Bref, impossible de savoir la vérité avec Hydro-Pinocchio !

Jean Hudon

PS Parlant de vérité maltraitée, quelle extraordinaire fabulateur ce Patrice Lavoie qui ose affirmer (voir article ci-après) les plus inimaginables énormités sans sourciller. Que les médias fassent écho systématiquement à tout ce qu'il prétend sans le moindre sens critique démontre à quel point il est passé maître dans l'art de berner tout le monde...

SAINT-ADOLPHE-D'HOWARD : Un incendie à cause d'un compteur intelligent? (5 février 2014)
http://www.journaldemontreal.com/2014/02/05/un-incendie-a-cause-dun-compteur-intelligent
SAINT-ADOLPHE-D’HOWARD – L’installation d’un compteur intelligent, dans une résidence de Saint-Adolphe-d’Howard, dans les Laurentides a causé quelques maux de tête aux autorités, mercredi. Les pompiers de Saint-Adolphe-d’Howard et, en renfort, quelques pompiers de Sainte-Agathe-des-Monts, ont été appelés en matinée au 3257, chemin du Village, pour un incendie mineur dans l’installation électrique extérieure. Le feu s’est déclaré au moment où un employé de la compagnie Capgami Québec s’affairait à remplacer le compteur en place. Capgami Québec est la compagnie mandatée à cette tâche par la société Hydro-Québec. Les dégâts se limitent à une partie du revêtement extérieur. Les représentants de la compagnie n’ont pas encore commenté la situation. Toutefois, de façon non officielle, certains employés affirment qu’un problème électrique était déjà présent dans l’installation en place, ce qui expliquerait l’incendie de mercredi matin. Pour Hydro-Québec, il n’y a aucun lien entre l’incendie et la question du compteur intelligent. «Le compteur intelligent n’est nullement en cause, pas plus que son installation», a expliqué le porte-parole d’Hydro-Québec, Patrice Lavoie. «De fait, il n’y a aucun cas documenté dans le monde où le compteur et son installation ont été responsables de tels problèmes, a ajouté M. Lavoie. Dans tous les cas, ce sont des problèmes liés à l’installation électrique elle-même. Et, pour un travailleur, il est difficile de le voir à l’œil nu.»

Note de Jean: De fait, toutes les compagnies d'électricité dans le monde nient systématiquement que les compteurs "pyromanes" aient quoi que ce soit à voir avec les centaines d'incendies rapportés jusqu'ici. Chaque fois, ce n'est qu'une pure coïncidence que le compteur 'intelligent' prenne feu après son installation, alors qu'auparavant le compteur électromécanique n'avait AUCUN problème à supporter les prétendus défauts dans l'installation électrique des clients.* Avez-vous déjà entendu parler d'un incendie causé par un compteur électromécanique qui prend feu ? À ma connaissance, ce n'est jamais arrivé. Combien devra-t-il y avoir de maisons incendiées et peut-être de décès avant que les compagnies chinoises fabriquant ces dangereux appareils lancent un rappel, comme dans le cas des automobiles ayant un défaut de fabrication ?...

* D'ailleurs, dans cette Demande de renseignements adressée le 29 janvier 2014 par la Régie de l'énergie à la division Distribution d'Hydro-Québec, on peut constater que la régisseure désire justement savoir ce qu'il en est à cet égard:

5.2 Veuillez élaborer sur les instructions qui sont données aux installateurs de compteurs quant à la vérification de l'état de l'installation électrique du client d'une part (référence (iii)) et de l'état des équipements du Distributeur d'autre part.
5.3 Veuillez préciser si les installateurs doivent informer le propriétaire des problèmes à corriger sur leur installation électrique, le cas échéant, après vérification au moment du remplacement de compteur. Veuillez élaborer.
5.4 Veuillez indiquer si les coûts de telles vérifications sont prévus au budget du projet LAD. Veuillez en préciser les sommes, le cas échéant.




Réaction suite à l'article Hydro-Québec souhaite rassurer la population publié le 18 décembre dernier.

Lettre ouverte

Il m'est difficile de ne pas réagir aux propos que tenait M. Patrice Lavoie dans plusieurs hebdomadaires des Laurentides ces dernières semaines.

Commençons d'abord par les présentations: M. Lavoie est le conseiller stratégique, Affaires publiques et médias chez Hydro-Québec. Son rôle est clair: il reprend du service dès qu'un commentaire, une opinion ou un article va à l'encontre d'un projet de son employeur.

Comme l'indique son titre, il a ses entrées dans la plupart des médias et peut facilement faire publier n'importe quoi, partout, en tout temps. La pertinence de ses propos n'a pas d'importance: Hydro est une sacro-sainte institution !

Dans le cas des nouveaux compteurs, notre société d'État doit sentir la soupe chaude puisqu'elle désire plus que jamais rassurer la population. Et pour ce faire, tous les coups sont permis. On joue tantôt à la vierge offensée, en « déplorant la désinformation véhiculée par une poignée de gens portés par leurs intérêts personnels », ou alors on adopte un ton pastoral en invitant la population à « s'abreuver aux bonnes sources en visitant le site hydroquebec.com ». Or, ce sont précisément ces deux énormités qui provoquent mon indignation.

M. Lavoie n'élabore pas sur les fameux intérêts personnels des opposants. Je me permettrais d'avancer qu'il s'agit peut-être d'intérêts reliés à la santé, à la vie privée et au libre choix selon les Chartes québécoise et canadienne des droits et libertés, ou suis-je complètement dans le champ M. Lavoie !

Passons à la deuxième ineptie. Toujours selon M. Lavoie, le seul site à consulter pour obtenir les données véritables (sic) est le site internet d'Hydro-Québec. Je vous avouerai que je ne m'attendais pas à celle-là ! Ma seule consolation est de savoir que le lectorat n'est pas dupe.

Mona Picard
Ste-Adèle




« Depuis un certain moment déjà, je reviens occasionnellement pour vous parler du fameux "compteur PEU intelligent" qu'Hydro-Québec désire nous imposer constamment. Cette fois je fais un appel à tous. Prenez le temps de lire l'information suivante, un peut long j'en conviens, mais très importante. Pour certains, cela n'est pas important, mais pour d'autres, surtout les électro sensibles, il est impératif d'agir. Il y a de plus en plus d'études qui démontrent que ces compteurs PEU intelligents ne sont pas aussi inoffensifs que l'on nous dit. Plusieurs ne se doutent pas qu'il sera plus cher d'utiliser l'électricité à certaines heures de la journée, que l'on saura quand il y a quelqu'un à la maison, les moments où on consomme le plus et quand fixer des tarifs plus élevés pour nous faire payer. De plus, les effets à moins d'un ou deux mètres ne sont pas inoffensifs du tout. (...) Dernièrement j'ai reçu un courriel, m'informant qu'un mouvement est parti afin de démontrer aux divers organes gouvernementaux, que nous désirons garder nos compteurs électromécaniques. Ces compteurs ne comptabilisent pas les pointes de consommations des démarrages de moteurs électriques (chargés avec les nouveaux compteurs) et ne contribuent pas à l'électrosmog déjà présent tout autour de nous, sans que l'on n'y puisse pas grand chose pour le moment. Si vous croyez que l'on nous a pas tout dit sur le sujet, le mieux, est de s'impliquer et d'arrêter de se dire que l'on n'y peut rien. On sait que c'est la base qui mène les gouvernements et non pas le contraire, mais il faut se lever et se tenir. Alors, je vous donne un peu plus bas, l'information qui va vous dire ce que nous pouvons faire. **** Ne remettez pas à demain, n'attendez pas que les autres le fassent à votre place, montrez votre solidarité et impliquez-vous. **** Nous serons heureux de voir que nous pouvons faire changer les choses. N'hésitez pas à informer vos voisins, amis, famille. C'est la santé, la sécurité de tous qui est en jeux. Voici l'information que je vous transmets: »

- Denis - Tiré de APPEL À TOUS - URGENT ! (blogue Orandia) (29 janvier 2014). Cette appel a aussi été relayé sur le blogue d'Aigle Bleu - SOUTIEN DEMANDÉ POUR CONTRER LES COMPTEURS D'HYDRO-QUÉBEC - qui a aussi fait connaître ensuite les résultats inespérés de la campagne de levée de fonds en incluant le commentaire suivant : « Il est certain que ce n'est pas encore gagné mais l'important ici c'est de mettre de l'énergie sur des causes qui sont susceptibles d'être gagnées. Trop souvent nous avons mis de l'énergie sur des causes qui étaient perdues d'avance, donc nous avons perdu de l'énergie aux profits des forces de l'ombre. Maintenant que nous en sommes à l'époque où nous allons obliger les institutionnelles criminelles à rendre des comptes, il est important que nous ne perdions plus. Pour la Terre, pour les générations futures, pour la santé et la paix, nous pouvons nous unir et réussir. S'il y a une chose sur laquelle nous devons tous et toutes être d'accord aujourd'hui, c'est sur l'importance de protéger l'écologie et la Terre où vivront les enfants de nos enfants. » Lire la suite dans L'ENTHOUSIASME DES GARDIENS DE LA TERRE

Voir aussi...

À tous les Québécois... Gardez votre compteur !
http://journal100limites.blogspot.ca/2013/12/a-tous-les-quebecois-gardez-votre.html




Lettre à monsieur Jean-François Lisée

Monsieur le ministre,

OBJET: les nouveaux compteurs d'Hydro-Québec

J'ai déjà noirci beaucoup de papier sur le sujet, mais je tenterai d'être bref.

Jamais un dossier n'a autant soulevé mon indignation. Je peux vous dire que s'il n'y a pas présentement un tollé au Québec c'est parce que la plupart des citoyens ne savent pas de quoi il retourne. Ils croient qu'une société comme Hydro-Québec ne leurs imposerait jamais une technologie nocive pour la santé. Beaucoup de gens ont une confiance aveugle en Hydro-Québec, et pourtant...

Je suis pris d'un malaise lorsque je constate que la création du tandem Hydro/Régie de l'énergie empêche maintenant le gouvernement et le Protecteur du citoyen d'agir dans le meilleur intérêt de la population sur des questions aussi primordiales que le droit à la santé, le droit à la vie privée et le libre choix.

Et que dire des tactiques abusives utilisées sciemment pour museler une bonne majorité de la population: une amende à vie à tous les clients qui n'opteraient pas pour le compteur privilégié par Hydro ! Notre société d'État est prête à tout pour implanter son projet de lecture à distance; elle nous dit même que le seul site à consulter pour obtenir les données véritables (sic) est le site internet d'Hydro-Québec. S'il ne s'agit pas-là d'une approche totalitaire, je ne sais comment la qualifier... et tout ça se passe ici au Québec, terre démocratique !

J'ai la nette impression que nous avons créé un monstre qui n'a d'ambition que d'être maître chez nous avec la complicité des gouvernements qui se succèdent et qui posent parfois des petits gestes frileux pour nous faire croire qu'ils gardent le contrôle sur la vache à lait... conflit d'intérêts quant à moi.

Petites questions: comment se fait-il qu'une société d'État qui nous appartient sente le besoin et/ou ait le droit de nous menacer si nous n'acceptons pas la technologie qu'elle privilégie ? Comment en sommes-nous venus à donner autant de pouvoirs à une société d'État et à une Régie ?

Vous aurez compris que je refuse de me faire imposer un produit nocif par une société qui n'est plus au service de sa clientèle.

Louis St-Jacques
Ste-Adèle




Tiré de http://publicsde.regie-energie.qc.ca/projets/231/DocPrj/R-3863-2013-D-0070-Observ-Doc-2014_02_05.pdf

De Belisle Celine 343 (QUE) [celine.belisle@csc-scc.gc.ca]
Envoyé: 4 février 2014 15:45
À: Greffe
Objet: A verser au dossier R-3863-2013 (observation) et au dossier R-3854-2013 (phase 2)

Je vous écrit pour vous faire part de mon inquiétude concernant les compteurs intelligents. Je demeure à Mirabel et nous avons la bi-énergie. Nous sommes écologiques et avons toujours fait attention à l’environnement; qui est très important pour nous et nos générations futures.

Nous avons envoyé 2 lettres enregistrées pour signifier notre désaccord total concernant les C.I. et les avons barricadés (n’ayons aucune autre solution pour l’instant de nous faire entendre). Cap Gemini nous a tout de même appeler la semaine passée pour nous avertir qu’ils voulaient prendre un rendez-vous avec nous pour changer notre compteur.

C’est quoi au juste qu’ils ne comprennent pas ?

Je suis naturopathe, je fait attention à ma santé ainsi qu’à la santé de ma famille et nous avons toujours appliqué le principe de précaution concernant les téléphones cellulaires, le Wi-Fi, le micro-ondes, les téléphones sans fils, etc. car pour nous, il est important de respecter ce en quoi nous croyons et de ne pas prendre de risques inutiles.

Nous ne sommes pas maniaques; nous faisons seulement attention à ce qui ne peut hors de tout doute nous causer des problèmes de santé.

Avec ces compteurs intelligents; plus aucun contrôle sur ces micro-ondes que nous considérons très néfastes et dont nous pouvons absolument nous passer. Qu’en est-il aussi de la pollution qu’ils vont en engendrer et des coûts qu’ils vont entraîner ?

Nous condamnons ceux qui ne font pas attention à leur santé; qui prennent des drogues, cigarettes, alcool, souffrent d’obésité morbide, n’ont pas de régime de vie sain; etc. car ils ont parfois des problèmes de santé qui sont causés par leurs habitudes de vie et cela coûte cher à notre système de santé....

Ne pourrait-on pas un peu encourager ceux qui sont sensibles à leur hygiène de vie et leur santé et leur laisser le choix de décider ce qu’ils considèrent néfaste pour leur santé et la santé de leurs enfants ?

Nous vivons dans un pays libre et lorsque je voit des compagnies comme Hydro-Québec nous imposer sa loi comme s’il détenait la vérité suprême et nous empêcher de choisir ce que nous croyons bon pour nous même; il est où le libre arbitre....?

Toutes les fois où j’ai eu un doute sur quelque chose et que j’ai appliqué le principe de précaution, le temps m’a toujours montré que j’avais eu raison de croire en mes doutes. Je nourrit également les oiseaux depuis plusieurs années et cette année, depuis qu’ils ont installé les compteurs dans mon rang; je n’ai pratiquement pas d’oiseaux qui viennentdansmesmangeoires. Est-ce un hasard? Je ne sais pas car plusieurs personnes m’ont faire la même remarque. J’ai lue plusieurs études qui démontraient que les micro-ondes désorientaient les oiseaux et que ceux-ci s’éloignaient des sources de rayons.

Par respect pour tous les gens qui pensent comme moi et pour la démocratie de notre pays, je vous demande de considérer nos inquiétudes et de nous laisser le libre-choix de garder nos compteurs électro-mécaniques et de ne pas nous charger de frais supplémentaires à cet égard. Je vous demande aussi de prendre en considération toutes les personnes qui sont électro-sensibles et de donner la chance à ceux qui le désirent de se faire réinstaller un compteur électro-mécanique et de retrouver par le fait même leur santé.

Je vous demande également qu’un moratoire soit demandé à Hydro-Québec pour que cessent ces installations et que des études et recherches soient faites afin de réellement vérifier les dangers de ces compteurs.

Je suis certaine que vous ne resterez pas insensible à toutes les demandes des citoyens et vous remercie de vous pencher très sérieusement sur ce dossier de première importance.

Céline Bélisle Mirabel




Tiré de http://www.tvrs.ca/actualites/exclusif-longueuil-refuse-demande-des-comptes-a-hydro-quebec

EXCLUSIF: Longueuil Refuse demande des comptes à Hydro-Québec

Gabrielle Lauzier-Hudon - 5 février 2014

Pour la troisième fois en quelques semaines, des techniciens d’Hydro-Québec sont passés ce matin visiter Lise LeFrançois à son domicile au sous-sol d’un duplex de la rue Ménard à Longueuil. Malgré l’autocollant «Avertissement: je refuse le compteur intelligent» placardé à la vue de tous, les nombreux refus téléphoniques et les lettres acheminées à Hydro-Québec, la locataire dit se sentir prise au piège. Les quatre compteurs électromécaniques de l’immeuble étant installés au sous-sol directement derrière le mur de sa chambre à coucher, l’exercice de son droit de refus unique ne permet pas à la citoyenne de se prémunir de la présence des nouveaux compteurs. Advenant l’installation, sa seule option, dit-elle, sera de déménager.

Lise LeFrançois n’était pas seule ce matin pour accueillir les employés débarqués de leur grand camion blanc. Dépassée par les évènements, la citoyenne a contacté Longueuil Refuse, une initiative citoyenne visant à informer et soutenir les citoyens qui s’opposent aux compteurs intelligents. «L’histoire de Madame LeFrançois est le cas typique d’un citoyen qui subit l’injustice. Elle n’a pas le droit d’empêcher l’installation parce qu’elle a les quatre compteurs de ses voisins et copropriétaires pratiquement chez elle», dénonce Andréa Silva, responsable de Longueuil Refuse.

Bien que l’intervention se soit tenue un mercredi matin, une quinzaine de citoyens se sont mobilisés pour supporter la locataire de la rue Ménard. «La première fois que les installateurs sont venus, ma voisine d’en haut a feint de ne pas posséder la clé pour accéder aux compteurs. La deuxième fois, l’un de mes voisins allait leur donner l’accès, mais par chance j’étais chez moi et je leur ai indiqué de partir», raconte Lise LeFrançois. Selon cette dernière, le jeune employé d’Hydro-Québec d’une vingtaine d’années qui s’est présenté pour changer les compteurs la deuxième fois aurait fait fi des affiches évidentes indiquant qu’elle ne souhaitait pas faire remplacer son compteur placées sur la devanture de sa maison. «Aujourd’hui, par chance, nous étions plusieurs. Ça m’enlève un stress énorme, car je me sens harcelée», déplore la Longueuilloise.

Pour Patrice Lavoie, porte-parole pour Hydro-Québec, il convient à chaque québécois de choisir s’il veut ou non le compteur intelligent. «Chaque client d’Hydro-Québec a le droit de décider s’il veut avoir le compteur intelligent ou s’il choisit l’option de retrait », explique-t-il. Ce dernier précise toutefois que, jusqu’à présent, l’option de retrait reste marginale. Dans la situation de Madame LeFrançois, les deux camps s’entrechoquent.

Les questions de santé liées aux compteurs intelligents inquiètent aussi les deux femmes. Pour Andréa Silva, les études demeurent très polarisées. «Hydro-Québec ignore le principe de précaution. Les représentants veulent nous vendre que le compteur est sécuritaire en se basant sur le code 6, un code basé sur le réchauffement thermique des tissus vivants par le type d’ondes émises par l’appareil sur une durée de 6 minutes. Mais on en ignore encore les effets biologiques à l’heure actuelle et il n’y a pas de consensus!», déplore la citoyenne engagée.

Du côté d’Hydro-Québec, on assure que des études rigoureuses et sérieuses démontrent que les compteurs sont inoffensifs. « Les effets sur la santé se calculent sur la puissance moyenne d’émission sur une durée, 6 minutes pour le code de sécurité 6 de Santé Canada. Les données obtenues sont 120 000 fois en deçà des normes de Santé Canada», explique le porte-parole. Selon Patrice Lavoie, les radios-fréquences émises par les compteurs de nouvelle génération sont, entre autres, beaucoup moins importantes que celles émises par les téléphones cellulaires.

Mais Lise LeFrançois n’est pas rassurée. «Je reçois les ondes directement. Ma tête de lit est collée contre l’endroit où se trouvent les quatre compteurs, alors j’aurais ces ondes sur ma tête 7 à 8h par jour. Ça me fait peur c’est sûr » commente Lise LeFrançois.

Les employés repartant bredouilles.

La position de la Ville de Longueuil

La Ville de Longueuil s’inscrit parmi les municipalités ayant adopté à l’automne dernier une résolution réclamant qu’Hydro-Québec cesse sur son territoire l’installation de ses nouveaux compteurs. Des citoyens interpelés par la question s’étaient présentés aux conseils de ville pour en faire la demande.

« Nous n’avons pas le pouvoir d’interdire l’installation de ces nouveaux compteurs, ni l’expertise pour en mesurer les risques sur la santé ou la sécurité des citoyens. […] Dans les circonstances, nous proposons un projet pilote impliquant Varitron, une entreprise de chez nous dont l’expertise est reconnue, mais qu’Hydro-Québec n’a pas retenue lors de son appel d’offres initial », avait alors laissé savoir la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire.

Du côté d’Hydro-Québec, on estime que les nouveaux compteurs sont nécessaires et se greffent à l’ère moderne. « Nous ne sommes pas les pionniers dans la matière. Les anciens compteurs ne répondaient plus aux normes et ne sont plus fabriqués en Amérique du Nord depuis 2010 », note Patrice Lavoie.

---

Bravo aux gens qui ont supporté cette personne courageuse qu’est Lise Lefrancois; il y en aura d’autres car l’opposition intelligente à ces compteurs va grandissant car les gens comprennent mieux ce qu’on leur cache. Bravo aussi à la journaliste.

Commentaire de Jean-Claude Theriault


Il est faux de prétendre que les compteurs intelligents sont inoffensifs. Je suis gravement atteinte d’hyperélectrosensibilité depuis l’installation d’un compteur de PREMIÈRE GÉNÉRATION, donc moins perfomant que celui qu’on veut installer partout au Québec. Je suis si gravement atteinte que je ne peux plus sortir de chez moi (ma maison ayant été blindée contre les ondes électromagnétiques) depuis plus de deux ans. Il faut continuer à s’objecter à ces installations dangereuses. Dominique Brillon de la ville de Québec

Commentaire de Dominique Brillon


HQ n’offre que la version des faits qui est dans l’intérêt de leur technologie lucrative.

Aller voir sur http://www.jegardemoncompteur.com

Voyez l’autre coté de la médaille !

Cessez de vous faire berner par la société d’état qui nous appartient à tous !

Commentaire de Jonathan


Je suis l’affaire des compteurs-espions-poisons d’Hydro-Québec depuis les tous débuts et je suis révolté devant l’attitude et la désinformation machiavéliques de notre société d’État. Un psychopathe n’agirait pas autrement : aucune empathie, sentiment d’impunité et d’invulnérabilité, manipulations et n’agissant que pour ses propres intérêts au mépris des gens.

Une masse d’informations et d’avis scientifiques contredisent les prétentions d’Hydro-Québec !
Mais le pire c’est l’aplaventrisme, la complicité, la lâcheté, l’irresponsabilité et la trahison de notre gouvernement.

La thalidomide, le tabac, le sang contaminé, etc. n’auront donc pas suffit à nous sortir de notre naïveté infantile qui croit bêtement tout ce que « papa » Hydro nous sermonne pour notre « bien ».

Qu’attendent donc les gens qui savent au sein d’Hydro-Québec, les vrais hydro-québécois, pour organiser les fuites nécessaires qui contrediront cette direction générale orgueilleuse, méprisante et malfaisante ?!

Commentaire de André Faivre


“Les nouveaux compteurs se greffent à l’ère moderne”?

Pourquoi ne pas y greffer une société d’état qui cesse de demander des augmentations de tarif alors qu’elle engrange des surplus? Pourquoi ne pas y greffer un peu de bonne foi en donnant (et respectant) le choix du consommateur de garder le compteur à roulette? Pourquoi ne pas y greffer un peu de vérité en disant au public québécois que la commande vient vraiment de Mesures Canada et possiblement de Stephen Harper? Pourquoi ne pas y greffer un peu d’humanité en admettant qu’il existe des citoyens électrosensibles que cette technologie fait souffrir? Pourquoi ne pas y greffer un peu d’humilité en disant aux québécois quelle information la société d’état accumulera via ce compteur et dans quelle mesure cette information sera partagée avec les autorités (il ne faut quand même pas être naïf!)? Pourquoi ne pas y greffer une petite gêne et changer d’attitude envers ceux et celles qui sont responsables du financement de cette société d’état depuis le début?

Ces cas d’imposition corporative et de citoyens terrorisés doivent arrêter. L’histoire le prouve, c’est toujours nous qui payons, spécialement quand une corporation ou une société d’état cherche à faire des économies de bout de chandelle avec une clientèle captive.

Après des années de virage au privé, des années d’austérité et de cachettes, n’est-il pas grand temps de revenir à l’idée originale de la société d’état et de mettre un peu de « nous » dans l’expression « Hydro-Québec c’est nous »?

« Nous » trouvons que les compteurs intelligents, tout comme les hausses injustifiées des dernières années sont autant de raisons pour exiger de faire de cette ‘ère moderne’ une ère où le citoyen est au centre des préoccupations de ‘notre’ gouvernement et de ‘notre’ société d’état, pas le centre de leur financement et le centre de leur pouvoir, sans droit de regard pour ceux qui s’en tapent les conséquences.

Non au compteur intelligent et à toutes les impositions qui n’aident en rien le bien commun!

Commentaire de Louis Horvath


Étant déjà sensibles aux ondes électromagnétiques (électrosensible), ma vie a basculé de pénible en véritable cauchemar depuis janvier 2012 à cause de 2 compteurs à radiofréquences ITRON C1SR. Je suis en mode survie depuis deux ans. Les douleurs et les symptômes que je vivais se sont extrêmement aggravés me rendant complètement inapte à travailler et perdurent depuis ce temps. Ceux-ci sont souvent à la limite du supportable voire même inhumains et je désire, en vous écrivant ce témoignage, éviter que d’autres personnes vivent mes souffrances. Pour en lire davantage:
http://www.cqlpe.ca/LettreChantalBlaisSRC.htm

Commentaire de Chantal Blais


Pourquoi continuer l’installation (phase 2 et 3) lorsque des gens affirment ressentir les ondes et deviennent très souffrantes et même invalides en présence d’un compteur à radiofréquences? Il serait très sage d’attendre. Des gens doivent quitter leur demeure pour cesser ce cauchemar ! Est-ce normal ? Lire les témoignages de gens incommodés par les radiofréquences nocives de ces compteurs. Ils demandant d’arrêter l’installation et de remettre des compteurs électromécaniques les seuls sécuritaires. Ceux-ci ont été envoyés à la Régie de l’Énergie (Nathalie Renault, José Lévesque, Linda Bernard, Maria Dacosta,…)
http://publicsde.regie-energie.qc.ca/_layouts/publicsite/ProjectPhaseDetail.aspx?ProjectID=231&phase=1&Provenance=D&generate=true

Commentaire de Chantal Blais


Où sont nos droits fondamentaux? Je vis dans un condo et les 13 compteurs de l’immeuble sont à un mètre derrière ma cuisine? Des voisins copropriétaires sans conscience sociale… Où sont mes droits? Cette option de retrait inéquitable et inapplicable viole nos droits fondamentaux. Est-ce normal de devoir intenter une poursuite légale contre Hydro pour protéger ma santé ? Non ! Notre gouvernement irresponsable ferme les yeux sur un scandale innommable. Le seul mandat d’Hydro, c’est de fournir l’electricité contre paiement, point final… pas de nous irradier dans nos maisons!

Commentaire par Jocelyne Morency




Tiré de http://www.versants.com/Opinion/Tribune-libre/2013-08-26/article-3364655/Pratique-commerciale-douteuse-et-harcelement/1

Pratique commerciale douteuse et harcèlement

26 août 2013

Situation hypothétique : imaginez que Vidéotron décide de changer votre boîte numérique, encore pleinement fonctionnelle, pour un appareil émettant des ondes à haute fréquence. Si pour une raison ou une autre (principe de précaution, vie privée) vous n’en voulez pas, Vidéotron vous offre une « option de retrait » : le même appareil avec l’option émettrice désactivée (et activable à nouveau par eux à distance), avec des frais exagérés, en faisant ce qu’on appelle en psychologie un « choix illusoire ». Le tout avec un délai d’un mois (selon la date d’émission de la lettre, reçue une semaine après cette date) et des installateurs qui passent… deux semaines après réception de la lettre.

Imaginez que vous envoyez une mise en demeure, voulant conserver votre appareil qui vous donne satisfaction. Réponse : une lettre qui ignore la vôtre et considère que si vous n’appelez pas au numéro donné antérieurement (qui n’est pas redonné, dans l’espoir qu’on ne l’ait plus), vous acceptez automatiquement la première option, faisant fi de votre mise en demeure. Vous appelez ce numéro, qui est celui d’un sous-traitant étranger (la multinationale Capgemini), s’en suit un dialogue de sourd avec la préposée qui finit par accepter d’inscrire votre refus. Pour recevoir quelque temps plus tard un appel pour prendre rendez-vous pour l’installation, comme si votre refus n’avait jamais été inscrit.

Bien sûr, jamais une entreprise comme Vidéotron n’oserait traiter ainsi ses clients.

Alors pourquoi est-ce qu’Hydro-Québec se permet ce genre de tactiques douteuses, qui s’apparentent à du harcèlement? Sans compter que pour vendre son projet, Hydro nous lance des données trafiquées. Par exemple : mesure des émissions à 1 m de distance quand la notice du fabricant demande de ne pas s’approcher à moins de 20 cm. Ou valeur des émissions faisant la moyenne d’une très forte émission écartée de plusieurs minutes d’inactivité (le genre de raisonnement qui permettrait de dire qu’une chaise électrique utilisée qu’une fois par an est inoffensive parce « qu’en moyenne » le voltage et le courant sont insuffisants pour allumer une ampoule). Et ce n’est qu’un échantillon de ces données scientifiques présentées de manière antiscientifique.

Dans toute cette histoire, nous n’avons pas l’impression d’être traités comme les actionnaires (même très minoritaires) que nous sommes en tant que citoyens du Québec. Ni même comme des clients. Plutôt comme des captifs d’un racket, condamnés à payer.

Parce que ne nous leurrons pas, ce projet va coûter cher. Selon les données d’Hydro, le projet sera amorti en 2025! Si tout se passe bien et s’il n’y a aucun dépassement de coûts. Or, justement, le rapport présenté cet été (quand tout le monde est en vacances) affiche déjà un dépassement de 4 millions.

Et on nous serine l’importance de limiter la consommation d’électricité. Alors, pourquoi changer des compteurs mécaniques (consommation : 0) pour des compteurs électriques qui consomment continuellement en enregistrant et en omettant de souligner à qui sera facturée cette consommation? À cela on ajoute les routeurs sur les poteaux et les salles de serveurs pour traiter les données. Le tout entraînant un entretien coûteux et confié (ô surprise!) à une entreprise privée.

Nous faisons des efforts pour économiser l’électricité et on veut nous faire payer pour un surcroît de consommation. Avec des tactiques commerciales douteuses et agressives. Le tout en nous lançant une campagne de relations publiques (à nos frais) basée sur des données tripotées.

Est-ce normal de la part d’une société d’État?

Christine Lambert, Pierre Lagassé, Élizabeth Gadoury et Carmen Girard

Résidants de Saint-Basile-le-Grand




Subject: Nouveaux Compteurs d'HYDRO - Nouvelles de Laval Refuse à notre réseau!
Date: 09 Feb 2014

Bonjour à tous,

Nous avons reçu plusieurs appels de Lavallois(es) et de citoyens(ennes) de la Rive-Nord qui se sentent à nouveau harcelés (HQ est, en autres, de retour à Laval depuis décembre). Nous voulons vous dire de tenir bon!  

Sachez, que de plus en plus de citoyens s'opposent et sécurisent leur compteur et que de plus en plus d'élus nous appuient.  Il est navrant de voir que les installateurs ont recours à des menaces de plus en plus sérieuses (police, amendes, huissier).

Les policiers de Laval ayant été appelés en une occasion en décembre dernier ont refusé d'intervenir expliquant à l'installatrice d'Hydro-Québec que toute cette histoire n'était pas de leur ressort et que la seule aide qu'elle pouvait espérer compter ne pourrait provenir que d'Hydro-Québec.

Pour ce qui est de l'amende, il faut savoir qu'aucune personne n'ayant refusé le comptent intelligent et l'option de retrait (certaines depuis 2 ans) n'a jamais eu à en payer une.  Un dirigeant d'Hydro-Québec, de passage à Laval cet été, avait d'ailleurs dû admettre publiquement que la Société d'État ne pouvait pas imposer des frais à toute personne réussissant à conserver son compteur actuel.

Une loi interdit également HQ de couper l'électricité durant la saison froide.  HQ oserait-elle couper l'électricité à des milliers de ses clients répartis un peu partout qui paient leurs comptes.  HQ a de plus en plus mauvaise presse en raison de ce dossier et une telle mesure risquerait de susciter l'indignation générale.

Nombreux sont ceux et celles qui ont réitéré leur refus à Hydro-Québec clairement et fermement demandant à ne plus être importunés. Nous vous recommandons de faire de même et de ne pas tolérer que les employés d'une Société d'État osent intimider leurs clients de cette façon.

Nous avons connues des difficultés personnelles (côté santé - en raison des compteurs), mais sommes toujours actives sur le terrain. Nous désirons aussi vous informer que Laval/Laurentides Refuse entend effectuer une transition qui nous l'espérons nous permettra de poursuivre notre lutte à un autre niveau maintenant que le déploiement est bien entamé et qu'il nous faut trouver d'autres moyens pour rejoindre le plus de gens possible.  Soyez assurés que tous les membres de notre réseau pourront continuer de nous suivre s'ils le désirent tout comme ils pourront aussi suivre le mouvement Refusons les compteurs.  Nous vous reviendrons personnellement sur ce sujet la semaine prochaine.

Bien à vous,

Francine et Véronique
Co-fondatrices Laval/Laurentides Refuse




From: André Fauteux (andre@maisonsaine.ca)
Date: 6 Feb 2014
Subject: Conférence sur les risques des compteurs intelligents pour la santé : à l'Hôtel de Ville de Saint-Sauveur (Laurentides), le mercredi 12 février 2014 à 19h

Merci de diffuser

La Ville de Saint-Sauveur m'a demandé de présenter, à l'Hôtel de ville, une conférence sur les compteurs intelligents le mardi 12 février prochain à 19 heures, soit le lendemain de celle des gens d'Hydro-Québec.
http://www.ville.saint-sauveur.qc.ca/DATA/TEXTEDOC/COMMUNIQUE-DE-PRESSE-COMPTEURS-HYDRO-ASSEMBLEE-D-INFORMATION-FEVRIER-2014.pdf

Le 12 février 2014, à la salle du conseil de l’Hôtel de ville de Saint-Sauveur, à compter de 19 h jusqu’à 22 h, l’éditeur André Fauteux du Magazine La Maison du 21ème siècle, vous présentera une conférence intitulée :
« Compteurs intelligents : quels sont les risques pour la santé? »
Dans l’intervalle, le conférencier André Fauteux vous recommande de lire les textes publiés sur son site internet à l’adresse suivante : https://maisonsaine.ca/electrosmog

Lors de cette conférence, je répondrai aux affirmations trompeuses véhiculées par Hydro-Québec sur les prétendus avantages de ces compteurs et par les autorités de santé publique qui affirment que les radiofréquences qu'ils émettent seraient « sans danger ». En fait, aucune étude sur les effets des compteurs nouvelle génération n'a jamais été publiée; tirer une telle conclusion n'a rien de scientifique et vise plutôt à calmer le jeu.

Bien au contraire, selon plusieurs experts internationaux, dont certains que je consulte depuis 25 ans, il faut prendre au sérieux les gens qui développent des symptômes (neurologiques, cardiaques, dermatologiques, etc.) d'intolérance aux champs électromagnétiques après l'installation - souvent à leur insu - de ces compteurs. Les faibles doses de micro-ondes qu'ils pulsent 24 heures par jour, certains à toutes les secondes pour relayer les informations émises par les électroménagers et compteurs d'un quartier entier, constituent un stress chronique qui à la longue épuise le système nerveux autonome.

Dans plusieurs cas, comme celui des compteurs groupés et de la présence de plusieurs appareils sans fil dans et autour d'une maison (dont les routeurs de lecture à distance d'Hydro-Québec), la dose corporelle quotidienne de micro-ondes reçue du compteur peut dépasser celle reçue d'une antenne de cellulaire ou même d'un téléphone sans fil utilisé avec parcimonie et précaution. De rares études médicales qui ont été bien faites (en double aveugle et dans des conditions contrôlées) ont démontré que l'exposition aux hautes fréquences peut déclencher de tels symptômes d'intolérance chez certaines personnes plus sensibles.

Pour plus de détails :
http://maisonsaine.ca/compteurs-intelligents-des-experts-denoncent-la-desinformation-flagrante/

André Fauteux, éditeur
Magazine La Maison du 21e siècle
Tél./Téléc. : 450 228-1555
info@maisonsaine.ca

COMPTE-RENDU DE LA SÉANCE DU CONSEIL D’ARRONDISSEMENT DE VERDUN DU 4 FÉVRIER
http://refusonslescompteursverdun.wordpress.com/2014/02/06/compte-rendu-de-la-seance-du-conseil-darrondissement-de-verdun-du-4-fevrier/
Que s’est-il passé à Verdun hier soir? D’abord, une procédure inusitée : le point sur les compteurs intelligents n’avait pas été inscrit à l’ODJ, et il a été ajouté au moment de son adoption. L’ennui, c’est que nous ne disposons pas de la motion par écrit pour l’instant. Nous devrions pouvoir l’obtenir dans les prochains jours.Mais motion il y eut et elle fut votée à l’unanimité. Pour obtenir cette unanimité, il y a sûrement eu des compromis dans le conseil, car c’est le plus petit commun dénominateur qui a été retenu, soit la motion d’appui à celle votée à l’Assemblée nationale en mai dernier et qui consiste à demander à Hydro de ne pas facturer de frais aux personnes qui refusent les nouveaux compteurs. Selon les échanges que nous avons eus, nous croyons que certains conseillers auraient souhaité aller plus loin. Ceci étant dit, le maire a dit qu’il s’agissait d’un premier pas et que la question n’était pas close. Il a dit que lui-même et les membres du conseil ont beaucoup lu sur le sujet et continuent à se documenter, mais que, plus il lit, plus il est mêlé. En gros, il évoque le fait que les municipalités n’ont pas vraiment de juridiction dans ce dossier. Il se dit mal à l’aise que Québec renvoie la balle aux municipalités. D’autre part, il semble que la question commence à être débattue à l’échelle de Montréal et que les arrondissements se consultent mutuellement. Il faudra que les différents comités surveillent leurs arrondissements respectifs. Dans les conversations informelles que nous avons eues avec des conseillers, en dehors de la réunion, deux ou trois nous ont confié avoir eux-mêmes refusé l’installation d’un compteur, et ils reconnaissent qu’il y a iniquité entre les personnes qui peuvent se permettre financièrement de refuser et celles qui ne le peuvent pas (ou encore qui ne sont pas suffisamment informées pour savoir qu’elles peuvent refuser).




Attendez-vous aux mêmes factures démentielles quand la tarification modulée dans le temps va commencer une fois tous ces horribles compteurs déployés...

Frustration with Hydro One bill 'insanity' (FEBRUARY 05, 2014)
http://www.torontosun.com/2014/02/05/escalation-in-hydro-one-bill-insanity
TORONTO - An Etobicoke senior whose annual hydro bill on his Georgian Bay island cottage has hit $7,000 says something needs to be done about Hydro One and smart meters. “It’s getting to the point where I’m probably going to have to sell the cottage,” Walter Szwez, 70, said Tuesday. “It’s insanity.” Sun Media readers from across the province have been sending in their Hydro One horror stories following Tuesday’s announcement by Ontario ombudsman Andre Marin that his investigators would probe the utility’s billing practices and customer service. One Hydro One customer in Brampton said she was afraid to get February’s bill.Clients complained of “staggering” increases in their bills, faulty readings, high delivery charges for cottages, missing bills, and polite but unhelpful customer service. Szwez said his cottage is fully insulated to an R-2000 standard, has no air conditioning and is unoccupied for half the year.He installed electric baseboard heaters — something he now regrets — but they’re kept at 8C to 10C throughout the winter. His initial annual bills from Hydro One were in the $3,600 to $4,000 range but they pretty much doubled after a smart meter was installed. Hydro One began sending him letters warning him to expect large bills.“Can you image $7,000 to heat a cottage that nobody goes there for six months of the year?” Szwez said, adding he contacted his local MPP but never got an answer to his complaint. “I made a little bit of money in my lifetime because I worked three jobs at one time … I raised three sons and I’ve got six grandchildren and we go up there in the summertime to enjoy the fruits of my labour and the fruits of this wonderful country,” he said. “This cannot continue. There is something wrong with these (smart) meters. And nobody’s going to admit to it.”




Si vous voulez que vos enfants ne soient pas tués par les nécro-ondes, tenez-les loin de tous les appareils et gadgets sans fil! Faites la même chose et vous aussi vous augmenterez vos chances de vivre plus vieux.

New Zealand boy dies after battle with brain cancer: Wi-Fi and wirelessly connected iPod likely culprits (January 16, 2014)
http://www.naturalnews.com/043542_Wi-Fi_EMF_radiation_New_Zealand_boy.html
A 10-year-old New Zealand boy, Ethan Wyman, died recently after an 11-month long battle with brain cancer. He attended Te Horo junior school along the Kapiti Coast of New Zealand. His death prompted his parents to petition the school that Ethan attended to disable their Wi-Fi system because of their suspicion that Wi-Fi is to blame for Ethan's death.Damon Wyman, Ethan's father, said that his son was diagnosed with two brain tumors three months after the boy was given an iPod equipped with Wi-Fi. The parents later found out that Ethan had been sleeping with the device under his pillow. At the diagnosis, doctors estimated the tumors to be the approximate age of the length of time that Ethan had had his iPod. (...) Because children's bodies are still developing, they have rapid cellular replication and growth rates which makes them particularly vulnerable to DNA damage, according to Devra Davis, PhD, MPH, president of Environmental Health Trust. This makes them particularly susceptible to wireless radiation, much more so than adults who have denser tissue and bone structures. Exposure to EMF radiation fields damages DNA and impairs natural cellular repair functions, which over time can lead to the formation of cancer. This critically important information about risks has been slow to become available to the public due to the fact that powerful entities in wireless industries have a vested interest in having the public believe that EMF/RFR radiation, which is invisible and cannot be heard, tasted or touched, is harmless. This of course is untrue, and recent studies are beginning to shed light upon the real facts. (...) The children's health expert panel explained that there are nine types of cancer linked to EMF/RFR radiation: - Glioma (brain cancer) - Salivary gland cancer (parotid gland in cheek) - Leukemia - Thyroid cancer - Eye cancer - Acoustic neuroma - Meningloma - Testicular cancer - Breast cancer. These findings suggest that very careful precautions should be taken when interacting with wireless technology. Children and pregnant women are particularly susceptible to the risks and should avoid wireless signals and avoid using cellular phones except in emergencies.




Note : Pour mieux comprendre l'attitude de déni viscéral dont font preuve la plupart de nos contemporains à l'égard de l'invasion d'innombables sources de pollution électromagnétique invisible, insidieuse et potentiellement mortelle dans pratiquement les moindres aspects de leur vie, que l'auteur compare à autant de chevaux de Troie, lire...

Wireless Mind, Gullible Mind
http://www.emfnews.org/Wireless-Mind-Gullible-Mind.html

What parents need to know about the safety of mobile and Wi-Fi-enabled technologies
http://wifiinschools.org.uk/resources/For+parents.pdf
Do your children use mobile/smart or cordless phones? Do your children use iPads or other wireless tablet computers? Do you have Wi-Fi at home or in your children’s schools?Many parents are giving these devices to their children to use. But there is a problem. Scientists and doctors are warning that children shouldn’t be using them and yet very few people know about it. Scientific studies have demonstrated that these technologies have serious and life-threatening side effects. There are so many studies now that mobile phones and Wi-Fi can no longer be considered safe. With government and industry making so much money from mobile communications, they may not admit the damaging effects for some time. However, if you are aware of the risks then you have the opportunity to choose safe alternatives. CLIP




La crise du mouvement environnemental: de résistance à transgression (11/02/2014) http://quebec.huffingtonpost.ca/Bruno%20Massé/crise-mouvement-environnemental-resistance_b_4746505.html
Voici quatre pistes de réflexion pour un mouvement environnemental efficace, solidaire et mobilisant.
Dans mon dernier billet, je posais une réflexion critique sur la progression du mouvement social environnemental. Je faisais référence à d'autres activistes et chercheurs-es qui accusent l'échec. Malgré une multiplication exponentielle des organisations, nombre de victoires et une popularité presque universelle, le mouvement social vert n'a pas réussi à arrêter la dégradation de la planète, qui s'accélère. Par exemple, le réchauffement climatique s'accroît sans résistance significative, comme la pollution, les maladies liées à l'environnement , la perte de biodiversité, etc. CLIP




Join the Last Ditch Effort to Stop the Light Bulb Ban! (Feb 7, 2014)
Last month, Republicans in the US Congress were able to repeal America’s incandescent light bulb ban as part of a deal to pass the budget. When the US passed the ban in 2007, Canada matched the policy. Now we have the same opportunity. With the tabling of Budget 2014 less than a week away, we don't have a lot of time, but there is still a chance to convince our Federal Minister of Finance, The Honourable James Flaherty, to include a repeal of the ban of incandescent light bulbs in the budget legislation. Please, co-sign my letter to Minister Flaherty and ask him to repeal the light bulb ban in the budget. You can add your name at http://cherylgallant.com/letter-to-the-minister/

What’s So Smart About the Smart Grid? (January 27, 2014)
http://www.publicnewsservice.org/2014-01-27/health-issues/whats-so-smart-about-the-smart-grid/a37112-1
(...) According to Dr. Tim Schoechle, a communications and computer engineering consultant, the smart meters have been oversold. "The public has been misled about the utility or the usefulness of the smart meters as being part of the smart grid," he charged. "They have really nothing to do with the smart grid." He also said not enough is known about the possible harmful effects of the electromagnetic frequencies generated in homes by smart meters. Critics say they're only good for gathering information about consumers' energy use and habits, data that's used for advertising and marketing purposes. James Turner, who chairs Citizens for Health, said the FCC and the EPA should examine not only how electromagnetic frequencies (EMF) can raise the temperature of living tissue, but look into non-thermal effects some people suffer as well. "It could be headaches, it could be what appear to be allergic reactions, it could be depression, things that are not directly related to the heat output of the EMF." Turner said the really smart grid of the future will integrate energy generated by consumers, through solar and wind power, and send it on a two-way grid. "We believe really strongly in a dispersed energy framework where the periphery, the end users, are generating energy back into the grid, and then the grid is actually just basically a switching system that switches it out to where it needs to be used." Tim Schoechle cautioned that smart meters raise invasion-of-privacy issues too. He said the situation is "just like has happened in the Internet, with phones and browsers collecting massive amounts of personal information for advertising purposes. And that's really what this massive amount of data that's been collected from these meters has gotten diverted into, purposes like that." CLIP




Une recommandation de Chantal Blais...

Pension d'invalidité pour les gens inaptes à l'emploi - Pétition à signer avant le 3 mai
https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-4587/index.html




UNE ENTREVUE PASSIONNANTE AVEC EDWARD SNOWDEN

http://bit.ly/1lXIsCb

Vous trouverez au lien ci-dessus une traduction française, tout juste mise en ligne, de la transcription d'une entrevue réalisée le 26 janvier dernier avec le lanceur d'alerte Edward Snowden par la chaîne de TV allemande NDR. Ce courageux dénonciateur de la surveillance planétaire de TOUTES nos communications privées par la NSA (Agence de sécurité nationale) américaine y révèle l'ampleur des divers programmes orwelliens qui menacent depuis des années notre vie privée. Pour regarder la vidéo de cette entrevue exceptionnelle qui s'est déroulée en anglais, aller au http://bit.ly/1bsISX1.

« Chaque fois que vous décrochez le téléphone, composez un numéro, écrivez un courriel, faites un achat, prenez le bus avec un téléphone cellulaire sur vous, glissez une carte à puce quelque part, vous laissez une trace, et le gouvernement a décidé que c'est une bonne idée de ramasser l'ensemble de toutes ces données – même si vous n'avez jamais été soupçonné d'un quelconque crime. »

– Edward Snowden

Au prix de grands sacrifices personnels, Snowden a exposé la criminalité qui règne au sein du gouvernement américain. Il est un véritable héros et il doit être défendu ! Les vrais traîtres sont ceux qui recherchent et saisissent des informations sans cause probable et au mépris de toutes les règles, ainsi que ceux qui les soutiennent.

– Commentaire tiré de http://bit.ly/MG3CED

Voici un bref extrait de la traduction de cette entrevue...

E. Snowden : (...) Un des principaux programmes qui est source d’abus dans l’Agence de Sécurité Nationale est appelé « XKeyscore ». C’est un moteur de recherche frontal qui leur permet de faire des recherches transversales de tous les enregistrements qu’ils collectent mondialement chaque jour.

Seipel : Que pourriez-vous faire avec ce genre d’outil si vous étiez pour ainsi dire à leur place ?

E. Snowden : Vous pourriez lire les courriels de chacun dans le monde entier. Tous ceux dont vous possédez l’adresse électronique, tout site dont vous pouvez observer le trafic entrant et sortant, tout ordinateur devant lequel est assis un utilisateur peut être observé, tout ordinateur portable que vous ciblez peut être suivi dans ses déplacements à travers le monde. C’est un outil unique d’accès à l’information de la NSA. Et de plus vous pouvez marquer les utilisateurs de « XKeyscore ». Disons que je vous ai vu une fois et que je me suis dit que ce que vous faisiez était intéressant ou que vous avez accès à des choses qui m’intéressent, admettons que vous travaillez pour une grande entreprise allemande et que je veux accéder à ce réseau, je peux tracer votre nom d’utilisateur sur un site Web, sur un formulaire quelconque, je peux retracer votre vrai nom, je peux retracer des associations avec vos amis et je peux construire les liens de ce qu’on appelle une empreinte digitale qui représente l’activité réseau qui vous est propre, ce qui signifie que où que vous alliez dans le monde, où que vous tentiez de dissimuler votre présence sur le réseau ou votre identité, la NSA peut vous retrouver et tous ceux qui sont autorisés à l’utiliser ou avec qui la NSA partage son logiciel peuvent faire de même.

Pour lire l'entrevue en entier, aller au http://bit.ly/1lXIsCb

Il y a aussi une pétition AVAAZ que vous pouvez signer afin de demander au Brésil d'offrir l'asile politique à Snowden dont le permis de séjour en Russie arrive bientôt à échéance...

Un foyer pour Snowden
http://www.avaaz.org/fr/send_snowden_home_loc

Pour en savoir plus sur Edward Snowden, voir...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Snowden

NE MANQUEZ PAS ÉGALEMENT DE LIRE...

Dernière mise à jour concernant les révélations de Snowden à propos des traîtres agissements des États-Unis http://gffreepages.blogspot.pt/2014/02/derniere-mise-jour-concernant-les.html
LA BOMBE : Snowden a récupéré le fichier complet des employés du gouvernement américain – tous les noms, les adresses privées et autres données personnelles de « tous » les fonctionnaires et employés du gouvernement – y compris ceux des forces de l’ordre – plus ceux des banquiers, membres des conseils d’administration des sociétés anonymes et d’autres encore !

(...) Snowden a clairement dit que s’il était arrêté, s’il disparaissait, ou s’il « mourait » quelle qu’en soit la cause, TOUTES les informations en sa possession seraient révélées publiquement. TRN a confirmé que, grâce à Julian Assange et son organisation « Wikileaks », des copies des données cryptées avaient déjà été distribuées à plus de mille deux cents (1200) sites internet dans le monde entier. Ces sites sont d’accord pour détenir l’information jusqu’à ce que le contact avec Snowden soit « perdu ». Une fois le contact perdu, les sites ont été informés qu’ils recevraient les clés de déchiffrage par CD ROM, courriels et transferts de fichiers P2P / Bit-Torrent. Une fois les clés de déchiffrage envoyées, les sites ont reçu pour instruction d’attendre pendant un délai spécifié la confirmation de la disparition, l’arrestation ou la mort de Snowden et à l’expiration de ce délai, de publier les données cryptées.

Et pour rendre la situation d’autant plus néfaste pour le gouvernement, Snowden a dit clairement qu’il révélerait certaines informations sous certaines « autres » conditions. Par exemple, si la Loi Martiale était déclarée aux Etats-Unis ou si des élections étaient annulées pour une raison quelconque, toutes les informations sur les employés du gouvernement seraient révélées. Si une crise économique se produisait, toutes les informations concernant les banquiers/courtiers/traders seraient rendues publiques. Si les sociétés anonymes pratiquent l’hyperinflation sur les prix, toutes les informations les concernant, leurs cadres dirigeants et les membres de leurs conseils d’administration seraient révélées.

Snowden tient littéralement les gens les plus puissants des Etats-Unis à la gorge. Si une des éventualités ci-dessus se produit, chacun à travers le pays saura qui en est responsable et où il réside. On ne peut qu’émettre l’hypothèse que dans les conditions adéquates, il ne faudra pas longtemps pour que les responsables des problèmes de notre pays ne répondent des conséquences de leurs actes ; conséquences arrivant une par une, au cours de la nuit, quand il n’y a aucun recours … et aucune échappatoire. CLIP




C'EST SI SIMPLE AU FOND...

http://youtu.be/63b4O_2HCY

Dans un monde où il y a encore trop de guerres, l'amour est la plus puissante arme qui soit. Faites l'amour et non la guerre est le slogan de l'AXE pour la Paix (AXE Peace).

Aidez AXE Peace et Peace One Day à répandre la paix en ce monde, un baiser à la fois. Partagez votre baiser pour la paix à http://www.axepeace.com/

Voilà une campagne publicitaire définitivement unique en son genre...

Peace One Day est une initiative de l'acteur et cinéaste Jeremy Gilley qui, avec le soutien des Nations-Unies, fait campagne depuis 1999 pour que le 21 septembre de chaque année, soit une journée mondiale de cessez-le-feu et de non violence - ce qui ne s'est pas encore produit... bien qu'il y ait statistiquement de moins en moins de conflits armés et de morts dans les guerres sur Terre. Pour en savoir plus, visiter le http://www.peaceoneday.org où vous pourrez notamment voir 3 films que Jeremy Gilley (http://www.peaceoneday.org/film-overview) a réalisés, dont The Day After Peace - http://youtu.be/pVo4lQe8MhQ - que des centaines de millions de personnes ont déjà pu voir via le réseau mondial de la BBC en 2010.