Bulletin #30 : La confiance de l'innocent est le meilleur atout du menteur


Le 14 octobre 2013

Bonjour à tous et toutes

Un autre mini-bulletin pour vous qui devrait vous intéresser avec 3 principaux éléments :

• Un article de la Presse publié avant-hier, où l'on découvre que « des inspecteurs en bâtiment recommandent aux acheteurs d'une maison où un nouveau compteur d'Hydro-Québec a été installé de s'en débarrasser et de le remplacer par un compteur électromécanique. » – rien de moins !

• Des nouvelles de l'opposition aux compteurs «intelligents» dans Rosemont-Petite-Patrie, où l'on apprend notamment qu'il y aura le 16 octobre une projection publique du fameux documentaire-choc Take Back Your Power, un film traitant des enjeux entourant les compteurs «intelligents», suivie d'une période de questions – Détails de l'événement ICI. Si vous ne l'avez pas vue, regarder cette excellente entrevue avec Josh Del Sol, le réalisateur du film. Voir aussi le canal Youtube du film et la bande-annonce de 3 minutes. Pour voir le film en ligne (au coût de $5), aller au http://ykr.be/lzibpsq47

• Une lettre percutante adressée le 7 octobre par Refusons les Compteurs au Ministre de la Santé, M. Réjean Hébert, où l'on demande entre autres au Ministre de « garantir qu'aucun citoyen ne sera mis en danger par l'effet du cumul non contrôlé de l'exposition à de multiples sources d'émissions de radiofréquences. »

Mais tout d'abord, il est important de mentionner une rencontre quasi historique dans cette lutte qui a eu lieu à Longueuil au début du mois. En effet, quelqu'un a remarqué à la page 5 du Journal de St-Hubert une invitation lancée par la ministre Martine Ouellet qui conviait les citoyens intéressés à venir jaser avec elle des enjeux qui les préoccupent, et ce, le samedi 5 octobre de 10 hres à midi à son bureau au 5610 ch. Chambly à Saint-Hubert. Le vendredi 4 octobre, avec à peine 12 heures de préavis, cette information a été diffusée à divers groupes d'opposants. Le lendemain matin, plus de 70 personnes opposées au déploiement des compteurs 'intelligents' envahissaient littéralement les locaux exigus du bureau de Martine Ouellet pour lui exposer leurs nombreuses préoccupations au sujet du déploiement en cours de cette technologie, et surtout pour s'enquérir des démarches qu'elle faisait ou entendait faire pour répondre au sentiment d'urgence que les nombreux intervenants lui ont exprimé sur tous les tons durant les 75 minutes environ qu'ont duré ces échanges.

Devant la charge émotionnelle de ce que certaines personnes racontaient au sujet du cauchemar subi par tant de nos concitoyens impuissants face cette grave atteinte à leur droit à un environnement sain, la ministre, qui a écouté toutes ces doléances avec grande attention, a accusé le coup et dû même avouer son impuissance en raison, affirmait-elle, de la décision sans appel de la Régie de l'énergie dans ce dossier. Un communiqué de presse sera émis sous peu (je vous le ferai suivre) par le groupe Longueuil Refuse dans lequel on pourra retrouver plusieurs des éléments clés mis en lumière lors de cette rencontre.

Mais il y en a un qui mérite à tout le moins d'être immédiatement souligné. Selon un des intervenants qui expliquait à la ministre les nombreux et longs échanges téléphoniques qu'il a eu avec des représentants d'Hydro-Québec, l'un d'eux auprès de qui il insistait pour avoir un engagement écrit (demande refusée) que le fameux compteur «non-communicant» Itron n'émettait bien aucunes radiofréquences, lui a dit que cet appareil ÉMET TOUT DE MÊME DES MICRO-ONDES, présumément à une intensité moindre que celle des compteurs 'intelligents', démontrant ainsi une fois de plus – s'il faut en croire ce témoin qui, de l'avis des personnes qui le connaissent bien, est une personne on ne peut plus sérieuse et responsable – l'habitude détestable qu'Hydro-Québec a prise de mentir non seulement à la ministre (à qui Thierry Vandal a caché les véritables raisons des coupures de courant lors des incendies à la Baie James l'été dernier – voir Panne majeure du 3 juillet dernier : Hydro-Québec n'a pas dit toute la vérité), mais aussi à l'ensemble de la population. Donc les gens qui payent plus de $300, cette année seulement, pour ne pas se faire électropolluer par un compteur 'intelligent' se font carrément arnaquer !

Plusieurs personnes présentes sur place ont enregistré les échanges entre les citoyens et la ministre. Si vous voulez prendre connaissance d'une partie de ce qui s'est dit (une version intégrale audio sera disponible sous peu), il vous suffit d'aller au http://www.cqlpe.ca/ où une vidéo à cet égard est disponible près du haut de la page d'accueil.

Demain aura lieu à Montréal une réunion des représentants de la plupart des groupes Refuse. Nul doute que ce que l'on a appris à cette occasion alimentera les éventuelles discussions en vue d'établir un plan d'action qui permettra, espérons-le, de faire éclater au grand jour toute la sordire vérité sur ce grossier abus de confiance et cet inacceptable détournement de démocratie auxquels Hydro-Québec se livre impunément – et surtout sans égards pour les souffrances et les cauchemars causés par leur arrogant déni des problèmes que leur désastreux choix de méthode de relève sans fil fait subir à la population.

Bonne lecture et, comme toujours, n'hésitez pas à diffuser ceci.

Jean Hudon
Co-fondateur et webmestre de la CQLPE
http://www.cqlpe.ca/

INVITATION : J'aimerais offrir cette tribune aux personnes qui étaient présentes lors de la rencontre au bureau de Martine Ouellet. Faites-moi parvenir à info@cqlpe.ca votre opinion sur ce que vous avez alors entendu, et je l'incluerai dans le prochain bulletin.

ABONNEMENT GRATUIT À CE BULLETIN : Si vous recevez une copie de ce bulletin, et aimeriez vous y abonner, il suffit d'envoyer un courriel à info@cqlpe.ca en inscrivant «Abonnez-moi au bulletin» comme sujet de votre courriel. Si vous ne désirez plus y être abonné-e, il suffit de le demander à la même adresse de courriel.

Ce bulletin est archivé au http://www.cqlpe.ca/Bulletins/Numero30.htm

Voir cet addendum à ce bulletin ajouté le 16 octobre...

Communiqué de presse sur la rencontre avec Martine Ouellet et autres nouvelles


Voir aussi le précédent Bulletin # 29 : Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu... diffusé le 2 octobre dernier.

Vous pouvez consulter ICI les précédents bulletins.

Si vous n'avez pas encore commencé à militer et à soutenir activement votre groupe Refuse local, faites-le sans plus tarder – trouvez le vôtre via le http://www.cqlpe.ca/AutresGroupes.htm

NOTE : La citation utilisée pour le titre de ce mini-bulletin « La confiance de l'innocent est le meilleur atout du menteur. » est de Stephen King.

On pourrait aussi citer...

« Les mensonges ont la vie dure : une fois démasqués, ils croient qu'ils sont devenus vérités. »

– Stanislaw Jerzy Lec

et...

« Le mensonge est un os que l'on jette aux autres, mais qui vous étrangle. »


– Auteur anonyme




Tiré de http://plus.lapresse.ca/screens/41dc-1224-52581cfa-bf50-7f2dac1c6068%7C_0.html

DEHORS, LE NOUVEAU COMPTEUR !

HÉLÈNE BARIL - LA PRESSE - 12 octobre 2013

Les nouveaux compteurs d'électricité continuent de susciter la controverse. Des inspecteurs en bâtiment recommandent aux acheteurs d'une maison où un nouveau compteur d'Hydro-Québec a été installé de s'en débarrasser et de le remplacer par un compteur électromécanique.

« C'est une mesure de précaution », explique Pascal Baudaux, un inspecteur en bâtiment qui met en garde tous ses clients si un nouveau compteur a été installé dans la maison qu'ils veulent acheter.

Certaines personnes sont très sensibles aux radiofréquences émises par ces compteurs, a-t-il précisé. « Si je ne le mentionne pas et qu'une personne tombe malade et que c'est prouvé que c'est le compteur qui en est responsable, je ne veux pas que la responsabilité revienne sur moi. »

À l'Association des inspecteurs en bâtiments du Québec, à laquelle appartient Pascal Baudaux, on affirme qu'il n'existe ni norme ni directive professionnelle pour les compteurs d'électricité. « L'inspecteur qui en parle décide lui-même de le faire », a répondu la présidente du conseil d'administration de l'association, Cynthia Laforte, lorsqu'interrogée par La Presse.

Selon elle, les informations sur les émissions de radiofréquences des nouveaux compteurs d'Hydro-Québec sont « mitigées » et les inspecteurs peuvent donner des conseils à leurs clients dans leur rapport s'ils jugent bon de le faire.

C'est ce que fait Pascal Baudaux. Dans un de ses rapports, il écrit sous la rubrique « Danger potentiel », accompagnée d'une photo du compteur : « Nous avons noté la présence d'un compteur électrique à radiofréquence. Ce type d'appareil pourrait être un risque pour la santé humaine car il émet des ondes électromagnétiques pulsées de haute intensité. Certaines personnes peuvent être sensibles à ces ondes et développer des maladies reliées […]. Par mesure de prévention, je recommande le remplacement de l'appareil par un compteur de type électromécanique. Contacter une entreprise en installation électrique ou le fournisseur d'électricité pour procéder au changement. »

L'inspecteur conseille aussi qu'une affiche soit installée pour avertir les occupants de la maison de ne pas s'approcher à moins de 20 cm du compteur.

Étonnement chez Hydro

Chez Hydro-Québec, on se dit « extrêmement étonné » d'apprendre ça. « S'il est vrai qu'un inspecteur en bâtiment a conseillé à des acheteurs de retirer le nouveau compteur, il n'a visiblement pas la bonne information », a réagi le porte-parole Patrice Lavoie.

Les compteurs de nouvelle génération ne posent aucun risque pour la santé, affirme Hydro, qui cite Santé Canada et la Direction de santé publique.

« Il est de notoriété publique* que la puissance moyenne d'émission des compteurs de nouvelle génération est de 120 000 fois en deçà des normes établies par Santé Canada. »

Selon le porte-parole d'Hydro, le compteur de nouvelle génération devient un attrait pour une nouvelle résidence, parce qu'il permet la détection plus rapide des pannes et la lecture à distance des données de consommation.

Hydro-Québec a entrepris de remplacer la totalité de ses 3,8 millions de compteurs, une opération qui va bon train et qui lui coûtera 1 milliard.

Pour répondre aux inquiétudes sur les radiofréquences, Hydro a accepté d'installer des compteurs électromécaniques chez ses clients qui ne veulent pas des nouveaux compteurs. Mais ils doivent payer : l'installation d'un compteur électromécanique leur coûtera 137 $ et ils devront débourser 17 $ par mois pour la relève manuelle.

Note de Jean : En fait il est de notoriété publique qu'Hydro-Québec ment et cache la vérité. Il faut être le dernier des naïfs pour croire quoi que ce soit qui émane de cette entreprise hypocrite. Pour un bel exemple de la publicité mensongère achetée dans les journaux locaux par Hydro-Québec afin de désinformer la population avant de commencer le déploiement, voir http://bit.ly/1aCvBex


*

De : Rosemont-P-P Refuse rosemontpprefuse@gmail.com

8 octobre 2013 - Merci de faire circuler

Nouvelles de l'opposition au compteurs «intelligents» dans Rosemont-Petite-Patrie

1 - Projection du film Take back your power - 16 octobre (événement Facebook)
2 - Séance d'information - 29 octobre
3 - Préparez-vous et passez le mot : VOUS AVEZ LE DROIT DE REFUSER!
4 - Identification des routeurs dans le quartier
5 - Recherche d'artistes pour projet de mural engagée
6 - Liens à partager
7 - Besoin de bénévoles

1 - Projection du film Take back your power - 16 octobre (et recherche de salles)
Une projection de Take back your power, tout premier film traitant des enjeux entourant les compteurs «intelligents» (suivie d'une période de questions) aura lieu au Brouhaha le 16 octobre à 19h. Au 5860 de Lorimier, H2G 2N9 (salle à la droite de la salle principale - bus 197 du métro Rosemont). Version anglaise. (événement Facebook)

D'autres projections suivront... Nous sommes prêts à en faire autant que possible et recherchons toujours des salles pour des soirées cinéma avec ce film. Si vous avez accès à une salle de minimum 50 places (gratuitement ou à peu de coût), nous sommes disposés à présenter ce film et répondre aux questions des assistants.

2- Séance d'information -  29 octobre à 19h
Notre prochaine séance d'information sur les enjeux entourant les compteurs «intelligents» aura lieu le 29 octobre au Centre NA Rivé (6971 St-Denis, Rosemont, H2S 2S5 - métro Jean-Talon). Les portes ouvrent à 18h30 et la conférence commence à 19h. Conférencière principale: Marie-Michelle Poisson de Villeray Refuse. Venez en grand nombre!

3 - Préparez-vous et passez le mot : VOUS AVEZ LE DROIT DE REFUSER!
Le déploiement à Rosemont est imminent. Prière d'informer votre entourage. Depuis le début du projet pilote jusqu'à ce jour, un grand nombre de citoyens ont réussi à garder leur compteurs électromécaniques, soit en informant les installateurs de leur refus et en ne se laissant pas intimider par les menaces de coûts supplémentaires (pour ceux qui ont eu la chance d'être présents au bon moment), soit en n'ouvrant simplement pas la porte (lorsque le compteur est à l'intérieur). AUCUN FRAIS supplémentaires ne sont facturés à ces personnes qui font respecter leur droit à la liberté de choix. 

Les installateurs, payés au rendement, MENTENT en affirmant aux clients qui souhaitent conserver leurs compteurs électromcaniques que des frais supplémentaires leur seront chargés s'ils refusent le compteur «intelligent». M. André Cloutier, chef des projets d'efficience chez Hydro-Québec, a confirmé à la rencontre d'information au Pavillon du Boisé Papineau, le 11 juillet 2013, que (bien que ceci ne fasse pas partie de l'offre de services d'Hydro-Québec) les citoyens qui insistent et gardent leurs compteurs électromécaniques n'ont aucun frais à débourser. Pour plus de détails, consulter notre page COMMENT REFUSER.

4 - Identification des routeurs dans le quartier
Les risques sanitaires sont plus élevés pour les résidents qui ont la malchance d'habiter à proximité d'autres composantes du réseau, dont les émissions sont plus puissantes, soit un routeur ou une grappe d'antennes collectrices de données. Nous ne voulons alarmer personne, mais croyons que les résidents plus exposés devraient être mis au courant afin qu'ils puissent effectuer leurs propres recherches et se faire une opinion plus éclairée. C'est pourquoi nous avons besoin de votre aide pour localiser les routeurs. Prières de nous aviser si vous en voyez un qui ne se trouve pas encore sur la liste.

5 - Recherche d'artistes pour projet de murale engagée 
Avis aux artistes de Rosemont. Un propriétaire nous offre gracieusement un mur très visible à la sortie d'un métro. Toute personne intéressée à un projet de murale contre les compteurs «intelligents» de deux étages de hauts est invitée à nous contacter.

6 - Liens à partager...
Prière de faire circuler dans vos réseaux: notre site, page Facebook, pétition municipale et campagne de levée de fonds

7 - Besoin de bénévoles
Avis aux intéressés. Nous avons besoin d'un coup de main pour informer les résidents du quartier. Il y plusieurs tâches à effectuer. Parmi les plus urgentes : l'affichage de feuillets informatifs sur les babillards des grandes artères (dans les dépanneurs, buanderies, commerces, etc.), ainsi que la distribution de tracts à certains endroits et moments stratégiques. Vous pouvez aider autrement. Contactez-nous pour plus d'information sur les différentes façons de vous impliquer. Tout aide est utile, aussi minime ou sporadique soit-elle.

Merci à tous et bonne journée

Julie

--
Rosemont-Petite-Patrie Refuse
Le site
Facebook
YouTube
La pétition municipale
La campagne de levée de fonds
La campagne de lettres provinciale


*

Note de Jean : Voici une excellente lettre qui met bien en lumière les très nombreux risques inacceptables auxquels une bonne partie de la population est involontairement exposée dans les secteurs où les compteurs 'intelligents' sont déjà déployés. L'incurie des deux fonctionnaires du Ministère de la santé et des services sociaux dont l'avis déposé l'an dernier à la Régie de l'énergie, en preuve de la prétendue innocuité des compteurs, a contribué à faire entériner ce choix technologique par la Régie, n'a d'égale que la caution profondément révoltante accordée par le ministre de la santé actuel au déploiement de ces appareils, ainsi qu'à l'utilisation des téléphones cellulaires en milieu hospitalier, sans compter les 438 antennes-relais du cellulaire installées depuis des années sur le toit de plus de 21 établissements de santé au Québec. Nous devrions tous appuyer fermement cette démarche de Refusons les compteurs visant à faire prendre conscience aux autorités publiques et à la population de la grave négligence criminelle résultant des niveaux excessifs de radiations électromagnétiques - dont il est pratiquement impossible de se protéger dans des centaines de cas - émanant de cette technologie sans fil déployée par Hydro-Québec, s'ajoutant à la pollution électromagnétique déjà considérable en provevance des antennes des compagnies de téléphonie cellulaire.

Tiré de : http://refusonslescompteurs.wordpress.com/lettre-au-ministre-de-la-sante/

Lettre au Ministre de la Santé

Montréal, le 7 octobre 2013

M. Réjean Hébert
Ministre de la Santé et des Services sociaux
Édifice Catherine-de-Longpré
1075, chemin Sainte-Foy
15e étage
Québec (Québec) G1S 2M1

Lors des audiences de la Régie de l'énergie concernant le projet de déploiement massif de 1.7 millions de compteurs émetteurs de radiofréquences (RF) dans la région de Montréal (phase 1 du projet de Lecture à distance), le ministère de la santé et des services sociaux à émis in extremis un avis affirmant que « les RF émis par ces appareils ne posent pas de risques pour la santé ».

Or, cet avis de six pages seulement reprenant essentiellement les chiffres partiels et édulcorés fournis par le promoteur du projet, Hydro-Québec, et rédigé par deux fonctionnaires sans aucune compétence médicale, n'a pas été signé par le Ministre de la santé de l'époque, le Dr Yves Bolduc, n'a pas non plus été signé par le sous-Ministre et directeur national de la santé publique de l'époque, le Dr Alain Poirier, n'a été signé par aucun directeur régional de santé publique ni par aucun médecin de l'Institut National de Santé Publique du Québec (INSPQ).

En clair, l'avis de Santé publique qui a servi de caution sanitaire au déploiement des compteurs « intelligents » n'a été signé par aucune autorité médicale responsable et n'a, par conséquent, aucune validité.

Nous vous demandons, monsieur le Ministre, de veiller à ce que les garanties nécessaires engageant votre responsabilité de médecin et de Ministre de la santé, puissent être données comme il se doit à la population quant à l'innocuité avérée des compteurs émetteurs de RF qui sont présentement installés dans les milieux de vie des québécois.

Le plus récent document officiel commandé par le MSSS à l'INSPQ ayant quelque valeur scientifique au sujet des dangers potentiels de l'exposition aux radiofréquences s'intitule : « Antennes de téléphonie mobile et santé publique - état des connaissances» ne porte, comme son nom l'indique, que sur les antennes de téléphonies cellulaire. Or, la technologie particulière aux compteurs émetteurs de RF comporte d'importants facteurs de risques supplémentaires inédits dont il faut prendre compte avec grande attention.

Il est à souligner que ce document officiel concluait tout de même en ces termes : « Enfin, le réseau de la santé doit poursuivre sa vigilance quant à l'évolution des connaissances sur les impacts potentiels de l'exposition aux RF. »

Les auteurs de ce document croient en effet bon de rappeler que le Ministre de la santé, en vertu de la loi de la Santé publique, a le mandat d'exercer une vigie sanitaire. La loi de la Santé publique prévoit aussi que le Ministre a le pouvoir d'intervenir lorsque la santé de la population est menacée par la présence au sein de celle-ci d'un agent physique susceptible de causer une épidémie si la présence de cet agent n'est pas contrôlée.

Par ailleurs, la loi sur la qualité de l'environnement confirme qu'une radiation est considérée comme un contaminant et qu'il est strictement prohibé de procéder à l'émission de tout contaminant dont la présence est susceptible de porter atteinte à la vie, la santé, à la sécurité, au bien-être ou au confort de l'être humain.

Le Ministre de la Santé et des Service Sociaux n'a pas fait preuve de vigilance puisque les caractéristiques particulières aux nouvelles technologies propres à ces compteurs « intelligents » font en sorte qu'il est pratiquement impossible de contrôler efficacement les conditions réelles d'émission du contaminant auquel les populations humaines sont exposées.

Le caractère massif sans précédent du déploiement en zone fortement urbanisée et densément peuplée de 1.7 millions de compteurs émetteurs de RF dotés chacun de deux antennes émettrices ( 900 MHz et 2 400 MHz ) auxquelles s'ajoutent tous les équipements du réseau de lecture à distance mis en place par Hydro-Québec (routeurs, collecteurs et antennes-relais) qui sont autant d'antennes émettrices de RF commande une vigilance particulière quant au facteur difficilement contrôlable de cumul des sources d'émission de RF. Une vigilance particulière devrait être exercée lorsque des personnes sont exposées au rayonnement de plusieurs compteurs émetteurs de RF regroupés dans un même appartement et lorsque des personnes sont exposées en même temps aux compteurs émetteurs de RF et à d'autres appareils émetteurs de RF tels que les antennes-relais et les routeurs déjà présents dans l'environnement ou ajoutés pour les besoins du réseau maillé.

* En conséquence, nous vous demandons M. le Ministre, de garantir qu'aucun citoyen ne sera mis en danger par l'effet du cumul non contrôlé de l'exposition à de multiples sources d'émissions de radiofréquences.

Les compteurs émetteurs de RF sont très souvent situés à moins d'un mètre des personnes et libres d'accès. Toute antenne émettrice de RF située à proximité immédiate des personnes dans des pièces habitées doit faire l'objet d'un test permettant d'établir le degré d'absorption spécifique (DAS). Ce test n'a pas été fait. Un Ministre de la santé véritablement vigilant aurait exigé que le promoteur du projet soumette des appareils qui sont de facto installés dans les domiciles et autres milieux de vie à ces tests et n'aurait jamais cautionné le déploiement des compteurs sans avoir pris connaissance des résultats de ces tests pourtant exigés partout dans l'industrie des télécommunications.

* Nous vous demandons, M. le Ministre, d'exiger que les tests permettant de déterminer le degré d'absorption spécifique des RF émises par le compteurs « intelligents » soient faits en bonne et due forme et que les résultats de ces tests soient communiqués intégralement à la population.

La technologie des compteurs de nouvelles génération produit des ondes pulsées, très brèves mais très fortes qui ont une portée de plusieurs centaines de mètres(1). Nous tenons à souligner que la densité de puissance ponctuelle des crêtes mesurée par le CRIQ atteint 65 000 µW/m2 à un mètre de distance du compteur ce qui signifie que la densité de puissance pourrait atteindre 552 960 µW/m2 à trente centimètres du compteur et 19 906 560 µW/m2 à cinq centimètres du compteur selon des calculs physiques. Ces chiffres surpassent de loin les études citées dans l'avis de santé publique soumis à la Régie de l'Énergie. En raison du caractère très récent de l'implantation massive des compteurs à ondes pulsées, aucune étude n'a été publiée à ce jour sur les effets thermiques et les effets biologiques non-thermiques des compteurs émetteurs de RF sur les êtres vivants.

* En l'absence de toute étude spécifique sur cette nouvelle technologie, M. le Ministre peut-il garantir que les puissantes ondes pulsées émises par les compteurs ne provoquent pas d'effets thermiques ni d'effets biologiques non-thermiques sur la santé humaine ?

Le compteurs émetteurs de RF se retrouvent très souvent dans des pièces habitées, salons, cuisines, chambres à coucher, ateliers de travail, etc. Ceci implique un facteur de durée d'exposition permanente et involontaire qui n'est pas présent dans la plupart des technologies courantes dont l'utilisation est volontaire et ponctuelle. À titre de comparaison, personne n'utilise son téléphone cellulaire 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, tout au long de l'année. Les parents utilisent habituellement le moniteur pour bébé avec discernement lorsque cela est nécessaire mais sans en abuser. En cas de doutes sérieux pour la santé, tous ces appareils peuvent immédiatement être désactivés et retirés de l'environnement ce qui n'est évidemment pas le cas pour les compteurs émetteurs de RF présents dans les domiciles sur lesquels le résident ne peut exercer aucun contrôle.

* M. le Ministre peut-il garantir qu'une exposition à long terme est sans danger pour toute personne qui doit vivre en présence permanente de compteurs émetteurs de RF dans une pièce habitée ?

Lorsqu'un ou plusieurs compteurs sont installés dans un milieu de vie, les femmes enceintes, les nourrissons, les jeunes enfants, les personnes âgées et les personnes souffrant de manière chronique d'affection neurologique, cardiaque ou immunitaire évoluant dans ce milieu sont beaucoup plus vulnérables et encourent de plus grands risques que la population générale.

* M. le Ministre peut-il se porter garant de l'innocuité des compteurs émetteurs de RF pour les personnes vulnérables et à risque ?

Enfin, nous avons constaté sur le terrain un nombre impressionnant de cas où tous ces facteurs de risques inédits énumérés ci-haut sont combinés dans un même domicile. Nous savons qu'il existe de nombreux cas où une personne vulnérable (jeune enfant, femme enceinte, personne âgée à la santé fragile, etc.) se retrouve en présence de multiples compteurs émetteurs de radiofréquences à moins d'un mètre du lit. Les compteurs peuvent être situés sur un mur attenant au lit, dans le placard de la chambre à coucher ou sous la chambre à coucher au sous-sol. Ces personnes nous ont rapporté des malaises dont elles sont prêtes à témoigner.

* Nous demandons au Ministre de la Santé et des Services Sociaux de commander immédiatement un inventaire de tous les pires cas possibles et d'en assurer adéquatement le suivi.

Nous pensons que l'état des connaissances obtenues à partir d'études en laboratoire ne parvient pas à rendre compte des réalités complexes auxquelles les citoyens sont confrontés. Il est pratiquement impossible à court terme de mener des études scientifiques pouvant établir un lien de causalité entre les ondes émises par les compteurs et la multitude de symptômes et de malaises rapportés par les personnes qui doivent vivre en présence de ces compteurs.

* Dans ces conditions, nous vous demandons, monsieur le Ministre, d'exercer vos pouvoirs dans l'intérêt de la population et de décréter sans plus tarder, au nom du principe de précaution, un moratoire au déploiement des compteurs émetteurs de RF et de tout le réseau de télécommunication qui le soutien afin de ne pas soumettre la population à un risque qui n'a pas encore été évalué à sa pleine mesure.

Soyez assuré, monsieur le Ministre, de notre entière collaboration dans ce dossier. Des informations complémentaires pourront être apportées sur demande.

Refusons les compteurs
refusonscompteurs@gmail.com

(1) Note de Jean: En fait leur portée pourrait même atteindre jusqu'à 3 kilomètres.




ADDENDUM


Communiqué de presse sur la rencontre avec Martine Ouellet et autres nouvelles

Bonsoir !

Tel que promis, et en complément au Bulletin #30 auquel ceci est ajouté le 16 octobre, voici le communiqué de presse émis par le groupe Longueuil Refuse offrant un compte-rendu précis et fidèle de la rencontre survenue le 5 octobre dernier entre la ministre Martine Ouellet et de nombreux opposants au déploiement des compteurs 'intelligents'.

J'en profite pour vous faire suivre ci-après d'autres nouvelles ayant suscité mon intérêt depuis l'envoi du bulletin. Assurez-vous de lire ma note en introduction à l'article « Compteurs intelligents: Mirabel demande à Québec d’intervenir auprès d’Hydro-Québec ». Vous y trouverez des points intéressants à présenter pour faire comprendre à la population pourquoi ce choix technologique constitue une telle escroquerie mafieuse et hypocrite au plan financier.

Jean Hudon
Co-fondateur et webmestre - CQLPE
http://www.cqlpe.ca/




Mercredi, le 16 octobre 2013

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate


Compteurs 'intelligents' : La ministre Martine Ouellet fait face à de nombreux citoyens inquiets

LONGUEUIL - Le 5 octobre dernier, Mme Martine Ouellet, députée de Vachon et ministre des Ressources naturelles, a pris d'importants engagements devant près de soixante-dix (70) citoyens venus la rencontrer à Longueuil, lors d'un événement 'Portes ouvertes' à la Maison du citoyen, afin de lui faire part de leurs inquiétudes, de leurs doléances et de leur opposition résolue face à l'actuel déploiement par Hydro-Québec de millions de compteurs à radiofréquences pulsées.

Voici quelques-uns des points soumis alors à l'attention de la ministre. Nous souhaitons par la présente que les préoccupations exprimées alors puissent avoir un écho plus vaste auprès de la population qui est selon nous extrêmement mal informée à ce sujet.

• Une citoyenne affirme que sa compagnie d'assurance refuse de lui confirmer par écrit qu'elle est couverte si un incendie se déclare à la suite d'une défaillance du nouveau compteur intelligent installé chez elle, ainsi que cela s'est produit à des centaines de reprises ailleurs en Amérique du Nord et en Australie depuis 3 ans.

• Une autre citoyenne rappelle à Martine Ouellet que lorsqu'elle était dans l'opposition, elle avait fait pression en commission parlementaire auprès de Thierry Vandal afin d'obtenir une copie du contrat entre Hydro-Québec et Landis+Gyr, la société suisse ayant obtenu le lucratif contrat de remplacement des compteurs. La ministre a dû avouer que plus d'un an après son arrivée au pouvoir, elle n'avait toujours pas réussi à obtenir copie de ce fameux contrat. Il faut savoir que ce contrat a été signé par Hydro-Québec plus d'un an AVANT que l'approbation ne soit donnée par la Régie de l'énergie au Projet LAD (Lecture à distance), ce qui est déjà fort troublant. Dans ce contrat il est fort probable qu'Hydro-Québec se soit astreinte à payer de coûteuses pénalités en cas de résiliation du contrat.

• Une citoyenne questionne le droit d'Hydro-Québec d'imposer sur et dans les résidences des citoyens un appareil électronique ne possédant aucune certification UL (Underwriters Laboratories). La ministre n'a pas expliqué que c'est grâce à une échappatoire réglementaire, que son gouvernement pourrait sans doute éliminer s'il en avait la volonté, qu'Hydro-Québec peut installer des appareils n'ayant subi aucune vérification indépendante de nature à en certifier l'innocuité en termes de risques d'incendie.

• Devant l'affirmation faite par la ministre que les études scientifiques actuelles dans le monde n'ont pas encore établi hors de tout doute raisonnable que les micro-ondes posent un risque pour la santé, un citoyen invite Mme Ouellet à visiter le laboratoire in vitro de l'Hôpital Royal-Victoria de Montréal où depuis six ans des recherches réalisées par l'Université McGill ont démontré hors de tout doute qu'il existe un lien entre les rayonnements non-ionisants (émis notamment par les compteurs 'intelligents') et divers changements métaboliques des cellules. Il invite Mme Ouellet à prendre connaissance des résultats de ces recherches. Il souligne également que cette étude a été menée avec la collaboration d'Hydro-Québec et que, malgré sa crédibilité indubitable, ces informations cruciales sont demeurées cachées jusqu'ici. Il existe aujourd'hui plus de 6000 études scientifiques (voir www.powerwatch.org.uk/science/studies.asp) démontrant de très nombreux effets nocifs pour la santé - des études que Santé Canada a jusqu'ici choisi d'ignorer.

• Un citoyen qui déplore les nombreux mensonges dans les affirmations publiques d'Hydro-Québec informe la ministre qu'Hydro-Québec refuse de confirmer par écrit que le compteur non-communicant proposé par l'option de retrait n'émet aucune radiofréquence. Ce citoyen affirme même qu'un employé d'Hydro-Québec aurait fini par lui avouer, au cours d'une conversation téléphonique, que le compteur non-communicant émet bel et bien des radiofréquences ! La ministre n'a fait aucun commentaire sur cette troublante révélation, et ne s'est pas engagée à imposer le moratoire réclamé depuis longtemps.

• Un citoyen, se disant en faveur de la réduction de notre consommation générale d'énergie, s'interroge sur la consommation globale d'énergie qu'engendrera l'ensemble de ce nouveau système de lecture à distance. En effet, il rappelle à Martine Ouellet qu'Hydro-Québec va installer des millions de compteurs consommant de l'électricité, des milliers de routeurs sur les poteaux, ainsi que des centaines de serveurs devant être refroidis en permanence. Il demande donc à la ministre :

a) Quelle quantité d'électricité consomme un seul compteur intelligent - alors qu'un compteur électromécanique ne consomme aucune énergie ?
b) Existe-t-il une étude permettant de savoir combien d'électricité va consommer annuellement l'ensemble de ce nouveau système ?

• Enfin, une citoyenne parle des nouveaux « exilés des compteurs » en référence aux personnes de plus en plus nombreuses qui doivent maintenant quitter leur domicile et s'expatrier ailleurs au Québec ou vivre dans leur voiture depuis l'installation des compteurs 'intelligents' et du réseau maillé dans leur quartier, et ce, en raison du fait que leur électrosensibilité pré-existante ou apparue depuis l'arrivée des compteurs fait en sorte que leur vie est devenue un véritable cauchemar puisqu'elles n'ont plus aucun endroit exempt d'électrosmog où se réfugier.

Devant ce groupe de citoyens, Martine Ouellet est demeurée calme et attentive. Elle les a assurés être à l'écoute de leurs inquiétudes. Elle leur a confié qu'elle n'aime pas le type de compteur choisi par Hydro-Québec, c'est-à-dire un compteur qui « émet toujours », car, précisait-elle, il existe des compteurs qui peuvent « ne pas émettre constamment ». Elle leur dit également souhaiter que les personnes qui ne veulent pas de compteur 'intelligent' puissent avoir le choix de refuser sans devoir payer quoi que ce soit tel que les députés de l'Assemblée nationale l'ont demandé dans une motion unanime en mai dernier - un fait qui, selon elle, a une grande importance.

La ministre a aussi expliqué que lorsqu'Hydro-Québec devra retourner devant la Régie de l'énergie dans environ un an pour faire approuver la phase II du déploiement (pour le reste du Québec sauf les zones rurales), elle pourra alors, chose à laquelle elle s'est engagée, faire des représentations auprès de la Régie pour que cette volonté unanime de l'Assemblée nationale soit prise en compte. Mais elle soulignait aussi ne pouvoir imposer quoi que ce soit à la Régie - une affirmation que plusieurs intervenants ont contesté. Elle a ajouté qu'elle demande à Hydro-Québec depuis octobre 2012 de trouver des « solutions alternatives » au compteur intelligent et qu'elle entend bien poursuivre ses démarches pour obtenir satisfaction, notamment en évoquant la possibilité d'adopter un décret de préoccupation visant à mettre davantage de pression sur Hydro-Québec afin de faire débloquer l'impasse actuelle. Elle s'est aussi engagée à tenir informées les personnes présentes des suites de ses efforts, et à faire des représentations auprès d'Hydro-Québec plus spécifiquement sur les cas où des personnes électrosensibles subissent les rayonnements de plusieurs compteurs groupés. Elle a enfin avoué ignorer si Hydro-Québec ou le gouvernement avait fait réaliser une étude épidémiologique sur les conséquences pour la santé de ces appareils, admettant ainsi que ce déploiement se fait sans que l'on ait démontré scientifiquement l'innocuité de cette technologie.

Il est important de souligner que, malgré l'intensité émotionnelle de la rencontre à certains moments - une intervenante a notamment blâmé la ministre en disant « vous gâchez des vies en n'intervenant pas » alors que, selon elle, la ministre a le pouvoir de le faire - tous les intervenants ont fait preuve d'une grande courtoisie et d'une grande retenue dans leurs propos, démontrant ainsi la grande patience et le respect des citoyens envers nos institutions démocratiques et les personnes qui les représentent, et ce, même s'ils se sentent profondément lésés par la négligence et l'insouciance dont les autorités publiques ont jusqu'ici fait preuve à l'égard de ce très sérieux manquement à leur droit à un environnement sain et à la vie privée, à l'intérieur de leur propre demeure.

Vers la fin de la rencontre, une jeune citoyenne extrêmement émue du West Island a interpellé la ministre en lui lançant d'une voix parfois tremblante – en anglais – le cri du coeur suivant : "I really appreciate you doing this. (...) This device is highly political. This new device is very invasive. It's invasive to our bodies. It's invasive in our homes, to our privacy. It really needs to be investigated, discussed and debated. It's a serious issue. It might not be serious right now, but il will be in 5, 10 or 15 years. What is the legacy we want to leave to our children? We really need to do something about it!"

Pour voir et écouter une bonne partie de cet événement unique, visitez le www.cqlpe.ca où une vidéo et 2 fichiers audios de cette rencontre sont disponibles.

- 30 -

Pour toute demande de renseignements : Longueuil Refuse ou au 514-972-1606
ou encore : CQLPE au 418-272-2931 (de préférence en après-midi dans les 3 cas)





En complément à cette nouvelle – DEHORS, LE NOUVEAU COMPTEUR ! – mentionnée dans le Bulletin #30, André Fauteux, éditeur du magazine La maison du 21e siècle écrivait le 14 octobre : Depuis cet été, l'inspecteur Pascal Baudaux recommande à ses clients de remplacer leur compteur intelligent par un vieux compteur mécanique, par mesure de précaution. Il nous écrit : « Je n’ai pas entendu parler qu’un de mes clients ait réussi à procéder au changement. J’ai contacté plusieurs maîtres électriciens et aucun ne voulait faire le changement. Toutefois, le changement est facile à faire. » Notons que le compteur appartient à la compagnie d'électricité, ce qui n'a pas empêché des Australiens désirant protéger leur santé de le remplacer : Direct Action in Victoria: Smart meter removed by homeowner and returned to Powercor (October 14, 2013)

Note de Jean : D'autres personnes l'ont fait également en Californie en 2011 - voir Angry Customers Return SmartMeters – mais comme eux pour qu'une telle action soit efficace, elle doit être concertée entre plusieurs clients le faisant simultanément. Sinon, vous risquez simplement de vous faire couper le courant – ce que la Régie interdit toutefois à Hydro-Québec de faire entre le 1er décembre et le 31 mars, bon moment où poser un tel geste. Pour se procurer un compteur électromécanique, certains aux États-Unis s'en procurent sur eBay (ICI aussi et ICI) et de Freedom Taker mais j'ignore si le socket est compatible avec le socket que nous avons ici et si Hydro-Québec (qui en a en mains des centaines de milliers en ce moment en parfait état qui sont envoyé au recyclage – un ÉNORME gaspillage!!!) acceptera ces modèles différents du sien. Suivre aussi ce qui se passe au BC où Hydro-BC continue de tenter d'intimider ses 60,000 clients qui ont vaillamment défendu leur compteur et empêché les techniciens de le changer : RESPOND IMMEDIATELY to BC Hydro’s LATEST THREAT. Leur régie de l'énergie doit bientôt statuer sur les frais de retrait exhorbitants qu'Hydro-BC désire – à l'instar d'Hydro-Québec – charger aux récalcitrants.




QUELQUES AUTRES DÉVELOPPEMENTS RÉCENTS

« Au plan international, il y a une idée forte et non remise en doute par les scientifiques qui travaillent de façon indépendante : les champs électromagnétiques sont néfastes pour la santé », explique ce cancérologue, membre de l'ARTAC (Association de recherche thérapeutique anti-cancéreuse). Dominique Belpomme récuse complètement la thèse qu'il n'y ait pas d'effet avéré sur la santé. « Nous savons pertinemment que les champs électromagnétiques lorsqu'utilisés de façon prolongée et intensive génèrent des maladies d'Alzheimer chez des sujets âgés mais aussi des sujets jeunes, et y compris chez certains adolescents », explique-t-il. Avant d'enchaîner sur le cancer du cerveau : « C'est l'étude Interphone qui le dit : si vous avez moins de 20 ans et que vous utilisez un téléphone portable plus d'une heure par jour pendant 5 à 10 ans, vous avez un risque multiplié par 5 de tumeur au cerveau. » Pour le scientifique, il est grand temps que les pouvoirs publics se saisissent du problème. « On est face à un vrai problème de santé publique qui par le fait qu'il est mondialisé finira par faire un jour que nous autres citoyens nous aurons une facture à payer, et la société paiera une facture financière mais également une facture humanitaire. » Dominique Belpomme met notamment l'accent sur un point important : les électro-sensibles. Selon lui, il s'agit bien d'une maladie, contrairement à ce que peuvent dire certains. « Il s'agit de vrais malades avec des tests objectifs qui le disent », explique-t-il. Et il annonce que le pire est à venir : « Ces malades ne sont que la partie émergée de l'iceberg. »

– Tiré de Belpomme : "Les champs électromagnétiques sont néfastes pour la santé" (15 octobre 2013)

* * *

VIDEO : "Le portable est-il dangereux? Eléments de réponse dans un rapport" (15/10/2013)
http://www.robindestoits.org/VIDEO-Le-portable-est-il-dangereux-Elements-de-reponse-dans-un-rapport-BFM-TV-15-10-2013_a2072.html
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a rendu mardi, en plein déploiement de la technologie 4G et de l'utilisation grandissante des supports sans fil, ses conclusions sur les effets des ondes électromagnétiques. Ce texte est le fruit de deux ans de travaux aux cours desquels le groupe de 16 experts a passé en revue des centaines d'études scientifiques. Risques multiples -- Depuis le dernier rapport de l'Anses, publié il y a quatre ans, des centaines d'études publiées à l'étranger démontrent en effet des risques liés à l'utilisation des portables: perturbation du sommeil, effets sur la fertilité mais aussi risques de cancer, confirmés par l'Organisation mondiale de la santé en 2011.Des données indiscutables selon certains scientifiques. "On ne doit pas utiliser un portable plus de 20 minutes par jour par séquences de 6 minutes, sinon, et d'autant plus chez les moins de 20 ans, il y a un risque de tumeur cérébrale du côté de la tête où l'on utilise le portable voire de maladie d'Alzheimer de sujets jeunes", explique le cancérologue Dominique Belpomme. Au vu des interrogations persistantes sur de possibles impacts sanitaires des ondes, l'Anses a décidé en 2011 la mise en place d'un dispositif pérenne sur le sujet avec la mise en place du groupe d'experts "radiofréquences et santé" ainsi qu'une instance de dialogue réunissant associations, industriels, syndicats et scientifiques. Augmentation des risques avec les nouvelles technologies -- Ces risques pourraient s'accroître avec le développement de technologies comme la 4G, qui ne cessent d'amplifier l'exposition des populations aux ondes, via les smartphones, les tablettes et les antennes relais.Pourtant, les utilisateurs de portables sont de plus en plus nombreux et de plus en plus jeunes. Et rares sont ceux qui prennent des précautions face au risque de surexposition. Pour les associations, il y a urgence à réglementer les installations de téléphonie. "Ces appareils créent une telle addiction que l'on a énormément de mal à faire passer le message de risque", déplore Janine Le Calvez, présidente de PRIARTéM, une association luttant pour la réglementation des implantations d'antennes relais pour la téléphonie mobile. "On est un peu dans la même situation que pour la cigarette". Selon une récente étude suédoise, une personne qui a utilisé 25 ans un téléphone portable a trois fois plus de chance de développer une tumeur maligne au cerveau.---Source

* * *

French Health Agency Recommends Children and Vulnerable Groups Reduce Cell Phone Radiation Exposure (October 15, 2013)
http://bit.ly/15FwIdU
In a major public announcement today, the French Agency for Food, Environmental and Occupational Health warned the public to reduce their exposure to cell phone radiation.

* * *

Les compteurs intelligents d’Hydro-Québec suscitent toujours l’inquiétude ( 12 octobre 2013 )
http://bit.ly/1cupkUp
Le comité «Deux-Montagnes refuse» a organisé, le mercredi 2 octobre dernier, à la bibliothèque de Deux-Montagnes, une deuxième réunion d’information sur les nuisances des compteurs intelligents et les possibilités d’empêcher leur installation. C’est que l’arrivée des compteurs intelligents de deuxième génération provoque beaucoup d’inquiétudes chez certains citoyens. Selon le comité, des problèmes de santé ont surgi lors des installations pilotes. Maux de tête, nausées et acouphènes sont les principaux symptômes. Les ondes pulsées ont même été classées par l’OMS (Organisation mondiale de la santé) en 2012 comme «potentiellement cancérigènes», d’ajouter le comité. À ce jour, une vingtaine de municipalités québécoises, dont Deux-Montagnes, ont demandé un moratoire.

(...) Pour empêcher l’installation, certains citoyens ont décidé de placarder sur leur compteur une affiche «Refuse»; allant parfois jusqu’à le protéger dans une boîte cadenassée. «Mais il faut garder un trou pour qu’il puisse être l’objet de relevés, et il ne faut pas toucher à la bulle, propriété d’Hydro-Québec», insiste Véronique Riopel. «Hydro-Québec nous a assurés que si on gardait un compteur électromagnétique, il n’y aurait pas de frais. Ne vous laissez pas influencer par un installateur. Ce n’est pas son travail de vous convaincre d’adopter un compteur deuxième génération», a-t-elle ajouté. Les membres du comité «Deux-Montagnes refuse» espèrent que les prochaines élections municipales inciteront les élus à se faire leurs porte-parole. Ils invitent aussi la population à signer une pétition. CLIP

* * *

Note de Jean : Je vous recommande de porter une attention particulière au paragraphe que j'ai mis en italique dans l'article ci-dessous. On y révèle ce qui explique en partie pourquoi la facture d'électricité grimpe (de 15 à 20 % dans 80% des cas en Ontario où cette technologie est déployée depuis plus de 2 ans) dès qu'on a le nouveau compteur 'intelligent' (une autre raison étant que la roulette du compteur électromécanique ne peut réagir assez rapidement pour mesurer la courte pointe de demande électrique chaque fois qu'un compresseur de réfrigérateur démarre – alors que la technologie plus précise du compteur 'intelligent' le permet). Encore une fois, cela nous a été caché par Hydro-Québec qui n'en finit plus de jouer aux hypocrites dans cette affaire – car en fait ce choix technologique dissimule une possibilité de hausse substantielle des revenus tirés de la clientèle résidentielle sans avoir à obtenir l'aval de la Régie de l'énergie, ni devoir affronter la grogne des associations de consommateurs. [À noter que si vous désirez contacter Véronique Dubois, avocate et secrétaire pour la Régie de l’énergie, afin de vérifier le bien-fondé de ces informations, ses coordonnées sont (514) 873-3303 et veronique.dubois@regie-energie.qc.ca]

À ces juteux revenus additionnels qu'Hydro-Québec va puiser dans nos poches, il ne faut bien sûr pas oublier d'ajouter l'arnaque mafieuse consistant à charger des frais exorbitants pour «bénéficier» d'un compteur faussement «non-communicant» qui émet pourtant bien des micro-ondes, engendre de l'électricité sale (voir les explications plus bas) et ne protège nullement du dense réseau électromagnétique maillé irradiant l'ensemble des quartiers où ces appareils potentiellement cancérogènes sont déployés, faisant ainsi de l'ensemble de la population des cobayes dans une gigantesque expérience de laboratoire in vivo qui va permettre la réalisation d'éventuelles études épidémiologiques démontrant enfin «scientifiquement» les horribles conséquences cumulatives et chroniques sur la santé de la pollution électromagnétique engendrée par les compteurs et les routeurs d'Hydro-Québec, les systèmes de WiFi résidentiels allumés 24 heures sur 24, et les antennes-relais du cellulaire qui, même lorsque personne n'utilise un téléphone cellulaire ou une tablette intelligente dans le secteur, n'émettent jamais plus bas qu'à 30% du seuil maximum atteint lorsque sa bande passante maximale est exploitée.

Tiré de http://bit.ly/1bNWJwq

Compteurs intelligents: Mirabel demande à Québec d’intervenir auprès d’Hydro-Québec

11 octobre 2013

Donnant suite à une démarche citoyenne, les membres du conseil municipal de Mirabel ont finalement adopté, mardi dernier, une résolution demandant au gouvernement Marois d’intervenir auprès d’Hydro-Québec concernant l’installation de ses compteurs de nouvelle génération.

Plus précisément, cette résolution vise «à demander au gouvernement d’agir en tenant compte de l’inquiétude de certains citoyens et de prendre les moyens et précautions afin de garantir que les compteurs ne représentent aucun danger pour la santé».

Selon Bernard Poulin, le directeur des communications de la Ville de Mirabel, les membres du conseil ont tenu compte de l’inquiétude manifestée par certains citoyens face à l’installation de compteurs intelligents. Ils ont aussi considéré que la députée de Mirabel, Denise Beaudoin, se montre disposée à intervenir dans ce dossier auprès du gouvernement.

Laurier Archambault, l’un des deux citoyens à l’origine de cette demande d’intervention de la part de l’administration municipale, s’est dit très heureux de l’adoption de cette résolution. À ses yeux, le maire Meilleur qui s’était au départ montré réticent à leur démarche, a finalement fait preuve d’ouverture d’esprit.
Et c’est ce qu’il retiendra du maire sortant. «Je trouve cela bien qu’il ait pris les choses en main à ce sujet avant de partir. Il a décidé de s’affirmer et d’appuyer le mouvement des Basses-Laurentides refuse», a tenu à signaler le citoyen Archambault, en entrevue téléphonique, mercredi matin.

Rappelons qu’un mouvement réunissant plusieurs municipalités du Québec s’organise pour demander au gouvernement d’exiger auprès d’Hydro-Québec un moratoire sur les impacts des compteurs intelligents avant de les installer à la grandeur de la Belle Province. Plus d’une vingtaine de municipalités ont adopté une résolution à cet effet.

Le 9 septembre dernier, le maire Meilleur s’était fait demander d’ajouter le nom de sa municipalité à cette démarche collective. Bien qu’il ait refusé dans un premier temps, le maire Meilleur s’était tout de même dit prêt à soumettre la demande du mouvement citoyen aux membres du conseil lorsque ses deux porte-parole sont revenus à la charge, à la séance du conseil municipal suivant, le 23 septembre.

Laurier Archambault, pour sa part, assure qu’il suit le dossier de près. Une conversation téléphonique récente avec Véronique Dubois, avocate pour la Régie de l’énergie, lui a confirmé que le nouveau système de facturation établi avec les compteurs intelligents désavantagera certains consommateurs.

Les consommateurs bénéficient actuellement d'un rabais de 30 % sur l'utilisation des 30 premiers kilowattheures, ne payant que 5 sous le kilowattheure. Il en coûte 7 sous du kilowattheure supplémentaire. Tous reçoivent ce rabais. Mais avec le compteur-émetteur, HQ sera en mesure de connaître l'utilisation d'énergie réelle plutôt qu’estimée et ainsi plusieurs consommateurs perdront ce rabais offert à tous jusqu’à présent.

Laurier Archambault n’entend pas en rester là. Il suit le dossier de près en demeurant en contact avec la Régie de l’énergie. Il prévoit rencontrer la députée Beaudoin bientôt et s’attend à ce qu’elle agisse, elle aussi, en faisant pression auprès du gouvernement.

* * *

Pour comprendre ce qu'est l'électricité «sale», voir cette présentation Powerpoint de 42 tableaux...

Voltage Transients and Health - Is There a Connection?
by Mikko Ahonen, PhD, Researcher & Partner at University of Tampere / Sustainable Mobile Ltd on Mar 31, 2010 – Discussion about voltage transients and harmonic overwaves (aka "dirty electricity"). How 'smart grids" and "smart meters" could be made more healthier and sustainable. What 'Power Factor Correction' really means. Based on my research paper and presentation at The 4th International HYVITE Symposium on Wellbeing Technology, 9th June 2010 in Tampere, Finland.

NOTE : Ce que l'on appelle en anglais le "switching mode power supply", c'est-à-dire l'alimentation à découpage (voir cette page Wikipedia qui explique de quoi il s'agit) est ce qui engendre de l'électricité sale dans TOUS les compteurs Itron et Landis+Gyr. Cela transforme l'ensemble du circuit électrique de votre maison en une source perpétuelle de pollution électromagnétique néfaste pour la santé dans toutes les pièces où des fils électriques se trouvent dans les murs. De nombreuses personnes au Québec et ailleurs sont devenues électrosensibles à cause de ce problème méconnu... Plus de détails à ce sujet dans ce qui suit.

Have you ever wondered where the electricity is coming from to power the smart meters? As you'll find in New Critical Problem with 'Smart' Meters: The Switching-Mode Power Supply, there is in each meter a power supply whose function is to 'step down' the 240v alternating current (AC) coming in from the utility pole power lines to the 2 to 10 volts of direct current (DC) required to run the meter's digital electronics which record the electricity usage data. The SMPS function emits sharp spikes of millisecond bursts constantly, 24/7. This function is on all smart meters used by all utilities and is on constantly, 24/7. Such spikes are known as 'dirty electricity' and can be conducted to a human body that is within the range of the radiating field. Apparently, this 'dirty electricity' generated by the e-meters' switching power supplies that is a major contributor to the symptoms being reported by growing numbers of people in association with the e-meters thus far installed.

– Tiré du Bulletin #22

* * *

"Ah yes, the “inconclusive” term again. This word is a must for anyone in the media reporting on the subject.
If the study was wireless industry-funded, then there are no effects and the scientists are competent. If not from the one paying the advertising bills, your studies showing effects are incompetent. There are over 6,000 independent and government studies, before 1983, showing there is a problem. I guess they were all incompetent, since no money can be made from stopping the wireless giant. Dr. George Carlo was given $28.5 million, from the wireless industry, back in the early 90's and he found that there was intracellular communication disruption. He was asked not to publish his findings and did anyway. Subsequently, he was physically attacked and his house was burnt down. I’m sure scientists all over took note of this one.
So now we have “weight of evidence”, meaning lots of industry-funded studies showing no effect, versus independent ones showing there is. Would you take a drug that wasn’t necessary with the only studies showing inconclusive results from the drug company funded studies – when independent studies were showing major problems? No, of course not! Unless you worked for the drug company. Then, you may even follow closely the conversations of those opposing your livelihood. The goal may be a disruptive one and definitely to create doubt."

– Tiré de la section Commentaires au bas de 21st Century Science Denial Part III: Rise of the Machines

* * *

"In fact, every system of the body appears to be sensitive to low-level electromagnetic fields -- and why not? Living cells are electromagnetic systems. Research by Magda Havas, Ph.D., of Trent University in Canada, and U.S. epidemiologist Samuel Milham, M.D., links something called “dirty electricity” with diabetes, malignant melanoma, and cancers of the breast, thyroid, uterus and lung. Dirty electricity is an industry term that describes a multi-frequency exposure when higher frequencies like RF couple with the lower frequencies running along power lines. BPL (Broadband-Over-Power-Lines) is 100% dirty electricity -- that’s how it functions -- and people barraged by it can now measure RF radiation emanating from their light sockets.Of special concern are people with implanted medical devices like deep-brain stimulators for Parkinson’s, some pacemakers, insulin pumps, and in-home hospital equipment. The radiofrequency interference (RFI) inherent to Smart Grids can cause such equipment to go haywire, or even to stop. And RFI from ambient exposures has caused wheelchairs to go off peers or into traffic; automatic ignition switches in cars refuse to start until cars are towed to RF-free blocks; and surgical beds have jumped during operations.RFI is also suspected in sudden acceleration of automobiles."

– Tiré de The problems with Smart Grids

* * *

L’association entre une exposition aux rayonnements électromagnétiques artificiels Hautes et Basses Fréquences et l’évolution de l’état des diabétiques ou des sclérosés (SEP) est un fait acquis qui a été démontré sans équivoque dans de nombreuses études scientifiques [1] [2]. Cette corrélation est démontrée non seulement scientifiquement mais aussi très facilement par un constat que peut réaliser toute personne diabétique lors d’un séjour à partir de quelques minutes dans une zone irradiée, par comparatif de son taux de glycémie par rapport à un autre séjour dans une zone à faible rayonnement. Ceux qui s’adonnent actuellement à le nier dans le registre dit de la "pseudo-science" sont simplement des adeptes du déni de science. Jusqu'à récemment, les personnes souffrant Électro Hyper Sensibilité (EHS) ne trouvaient que peu de preuves médicales à l'appui de leurs hypothèses, ni les moyens de soulager leurs pathologies telles que fatigue chronique, dépression, douleurs physiques, insomnie et une foule d'autres problèmes de santé. Le Dr Magda Havas professeur en sciences environnementales au Canada a dirigé plusieurs études qui ont non seulement mis en évidence le lien entre augmentation du diabète et l’exposition aux CEM, mais aussi l’impact d’appareils filtrants sur les installations électriques (Basses Fréquences) qui permettent d’atténuer les symptômes et de soulager les diabétiques. "Nous pouvons prendre une personne qui est diabétique et la mettre dans un environnement pollué par les CEM avec des mesures de taux de sucre », a-t-elle indiqué dans une interview à Toronto magazine. "Si nous la mettons ensuite dans un environnement propre dans la demi-heure son niveau de sucre dans le sang est immuablement bien plus faible. »

– Tiré de Diabète et champs électromagnétiques : l’évidence

* * *

A skeptic finally admits that it is beyond doubt that Microwave or Radio Frequency radation emitting devices should be used with caution...

The Dangers of Mobile Phones and How to Protect Yourself
http://www.joshgitalis.com/the-dangers-of-mobile-phones-and-how-to-protect-yourself/

(...) About 5 years ago I was introduced to the possibility that mobile phones, portable phones, WiFi, and most electrical devices emit a non-ionizing radiation that could be harmful. At the time I was not presented with solid research and thus did not pass this information on to my family, clients, and students. The research however is now solid, and beyond a shadow of a doubt, these devices should be used with caution. I recently had the opportunity to listen to Dr. Devra Lee Davis speak on the latest research on EMFs. I was floored, to say the least.

(...) What really came as a surprise to me was when Dr. Davis mentioned that mobile phones actually increased dopamine in the brain. What does that mean physiologically? It points to the possibility that mobile phones can become addictive. Dopamine is the same neurotransmitter that is released with cocaine addiction. These results provide evidence that the human brain is sensitive to EMFs from mobile phones.

Proven effects of mobile phones on humans: • The amount of sperm, and the motility, morphology and morbidity are all reduced • In the saliva there are increased micronuclei, as well as DNA damage, and reduced amylase, albumin, and salivary flow • Increased frequency of tinnitus (or ringing) within the dominant ear • Alterations to nerve conduction velocity • Fact: If the effects of cell phones were studied in the pocket (on body), cell phones would be illegal.

Proven effects of mobile phones on animals: • Weakened blood-brain barrier • Increase in reactive oxygen species, chemically reactive molecules containing oxygen • Altered calcium transport • Prenatally-induced damage to DNA repair mechanisms, reduction in differentiation of neural stem cells into neurons, and damage to the hippocampus and cerebellum

Who is leading the world in mobile phone awareness? The French Government has: • Banned advertising directed at children under age 12 • Banned the design of phones to be used by those under 6 • Mandated that all handsets must indicate the amount of radiation emitted • In the city of Lyon, launched an official advertising campaign to discourage the use of mobile phones by children

Why don’t we know about this? The industry has a $250 million fund to discredit the IARC, often using unsuspecting professionals as “experts”.

How can you protect your family? • Turn off transmission (on an iPhone it’s called “airplane mode”) • Use the speakerphone option • Use earpieces (avoid using a blue-tooth) • Use a EMF protective case for your phone (Full disclosure: I have no financial ties to this company) • Avoid keeping the phone on your body or in a pocket • Avoid using your phone in areas with weak signals • Protect abdomens: especially for those who are pregnant, adolescent, and men wishing to become fathers • Do not text while driving/biking/moving (switching between antennas while in use increases EMF exposure)

Unfortunately, when it comes to technology, devices follow the same doctrine put forth by the judicial system; innocent until proven guilty. Consequently, a huge trial is taking place and many people won’t realize they are a part of it until it is too late. The evidence to date clearly shows the risks associated with EMFs, and it is thus essential to protect yourself, your loved ones, and especially your kids.

* * *

Cellphones and Health by Dr. Joel Moskowitz
http://www.saferemr.com/2013/09/cellphones-and-health_9.html
In the last issue we explored the potential hazards of electromagnetic radiation from iPad use. We learned about warnings from the European parliaments and doctors' associations in various countries, and discussed the differences between pulsed digital wireless signals and continuous analogue radio waves. This time we are pleased to invite Dr. Joel Moskowitz to share his research findings regarding the health effects of cellphones. CLIP - TOPICS COVERED: Cellphone and Brain Tumour Risk - Cellphone Radiation Damages Sperm - Cellphone Radiation, Pregnancy and Children - Are all Cellphones Equal with regards to Radiation? - Recommendations on Cellphone Usage + A long list of studies showing deleterious health effects are provided in the References to his article.

* * *

Let's develop high-speed deep sea Wi-Fi - Une autre idée démente!
http://www.dvice.com/2013-10-14/lets-develop-high-speed-deep-sea-wi-fi