Bulletin #2: Sommes-nous maîtres chez nous?



Le 23 novembre 2011

Bonjour à tous et à toutes

Depuis la parution de notre premier bulletin il y a 15 jours, bien des choses intéressantes et encourageantes se sont produites. Quelques nouveaux collaborateurs se sont activement engagés aux côtés des membres du comité fondateur et notre porte est grande ouverte à toute personne désirant elle aussi mettre l'épaule à la roue. Nous avons notamment un urgent besoin de nouveaux partenaires dans toutes les régions et toutes les principales villes du Québec afin d'encourager le plus de gens possible à explorer le site Web de la coalition (dont l'apparence actuelle n'est que transitoire car il se présentera bientôt sous une forme beaucoup plus fonctionnelle), à signer notre pétition réclamant un moratoire au déploiement des compteurs électropolluants d'Hydro-Québec, à obtenir de leur conseil municipal d'appuyer officiellement cette demande d'un moratoire au moyen d'une résolution en bonne et due forme, à solliciter l'appui d'organismes reconnus et de personnalités en vue à notre cause qui concerne tous les citoyens et citoyennes du Québec, bref à faire tout leur possible pour mobiliser l'opinion publique contre ce projet fumeux et inacceptable à tous points de vue.

Comme le titre de ce bulletin l'indique, face à l'invasion prochaine de notre domicile par les micro-ondes cancérogènes et biocidaires émises en moyenne 10,000 fois par jour (c'est maintenant prouvé ! Voir Le chat sort du sac) par ces compteurs ben 'smat' qui, même lorsque leur émetteur est censé être inactif, émettent une dose résiduelle de radiations électromagnétiques que les personnes les plus électrosensibles – ou celles en voie de le devenir – ne pourront tout simplement pas tolérer, il y a tout lieu de se demander si nous sommes encore maîtres chez nous comme le proposait le slogan électoral de Jean Lesage dont la réélection en 1962, avec pour mandat la nationalisation des compagnies d'électricité privées, a ensuite mené à l'essor fulgurant d'Hydro-Québec, cette formidable entreprise étatique dont tous les Québécois-es sont depuis lors si fiers...

J'ai la prétention de croire que cette grave atteinte à notre droit le plus fondamental à la quiétude et à un environnement sain dans notre demeure ne laissera pas la population indifférente une fois que les gens auront bien compris la gravité de la menace à leur santé que représente ce projet dément. Si vous croyez que ce ne sont là que des hyperboles militantes grossièrement exagérées pour mieux frapper l'imaginaire, vous découvrirez au fil de la lecture qui vous est proposée ci-dessous, que c'est en fait bien en-dessous de la réalité... Comme nous, vous comprendrez que cette idée funeste d'équiper nos milieux de vie de 3,775,000 mini-antennes de cellulaires doit être combattue avec détermination et persévérance jusqu'à l'abandon de ce projet ridicule, qui non seulement va faire subitement gonfler notre facture d'électricité comme le constatent déjà les cobayes du projet pilote dans le quartier Villeray, à Boucherville et dans la MRC de Memphrémagog, mais surtout qui va nous détruire la santé et nous faire rager d'impuissance si nous ratons la chance que nous avons de faire reculer Hydro-Québec comme nous l'avons fait en 2004 dans le cas du projet du Suroît.

Ce projet est socialement INACCEPTABLE, économiquement IRRESPONSABLE et il ne PASSERA PAS !

Jean Hudon
Secrétaire et facilitateur de la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique
www.cqlpe.ca

Ce bulletin d’information est archivé au http://www.cqlpe.ca/Bulletins/Numero2.htm

SVP aidez-nous en faisant circuler ce bulletin à tous vos contacts ou en leur recommandant d'en prendre connaissance au lien ci-dessus.

NOTE: Bien que la majeure partie de ce bulletin soit en français, certains éléments sont en anglais. Si vous désirez en obtenir une traduction approximative, vous pouvez utiliser http://translate.google.com/

Si vous recevez une copie de ce bulletin, et aimeriez vous y abonner, il suffit d'envoyer un courriel à mailto:info@cqlpe.ca">info@cqlpe.ca en inscrivant « Abonnez-moi au bulletin de la Coalition » comme sujet de votre courriel.
Si vous ne désirez plus y être abonné-e, il suffit de le demander à la même adresse de courriel.

À noter aussi : Notre pétition (dont le nombre total de signatures atteindra bientôt les 3000) est maintenant disponible en anglais sur le site de l'Assemblée nationale du Québec - La version pdf anglaise se trouve ICI.

Voir aussi les quelques témoignages disponibles, ainsi qu'un livre gratuit à télécharger (Les pestiférés des temps modernes) ajoutés ces derniers jours au http://www.cqlpe.ca/TemoignagesRecus.htm. Il y a aussi une vidéo intitulée "Wake up call" du Professeur Olle Johansson, avec sous-titres français sur la page d'accueil du site de la coalition.

* * *

TABLE DES MATIÈRES

1. Nous avons un casier postal où retourner la pétition
2. Un objectif ambitieux: 50 000 signatures pour la pétition
3. Résolution de la ville de St-Colomban en appui à notre pétition
4. Vidéo sur l'électropollution
5. Témoignage de M. David Chaput
6. Une publicité anti-compteurs que chacun-e peut placer dans un journal local
7. Mise en garde
8. Le chat sort du sac
9. La Régie de l'énergie du Québec tiendra des audiences publiques en février sur le projet d'Hydro-Québec
10. Début de mobilisation contre les compteurs dans la Vieille Capitale - un exemple à émuler
11. Les factures d'Hydro grimpent et ça ne fait que commencer
12. Les rapines rapaces du lapin que nous pose Vibro-Québec
13. Une solution plus sécuritaire pour la santé et moins coûteuse
14. Texte d'une lettre à l'éditeur du bulletin d'Aylmer
15. Le fédéral se traîne les pieds et nous on tape du pied
16. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'électrosensibilité et le brouillard électromagnétique
17. Les lépreux du 21e siècle
18. Tuera? Tuera pas?
19. L'Europe a plusieurs longueurs d'avance sur nous
20. Quelques ressources utiles - en anglais
21. Reprise de contact avec le Chef Plaintes et réclamations en appels d'Hydro-Québec
22. La désobéissance civile non-violente pour se tenir debout face à l'oppresseur
23. L'industrie nous traite d'hypocondriaques hystériques
24. Le gouvernement ontarien aime bien presser le citron des clients d'Hydro One
25. Wimax, le Wifi sur les stéroïdes
26. Et dans le dossier du gaz de schiste
27. La cerise sur le gâteau

* * *


AJOUT DE DERNIÈRE MINUTE

From: Véronique Riopel (v_riopel11@hotmail.com)
Subject: Dossier compteurs intelligents
Date: 23 Nov 2011

Bonjour!

Premièrement, nous tenons à vous féliciter pour votre initiative. Veuillez SVP continuer à nous acheminer vos courriels quant aux développements du dossier sur les compteurs intelligents.

Nous avons fait circuler la pétition par courriel et nous avons aussi imprimé la pétition et avons commencé à la distribuer dans des commerces de notre région. Nous verrons à récupérer les feuilles et à vous les faire parvenir pour le mois de janvier 2012. Il serait bien de faire un appel à tous spécifique demandant un responsable par région afin que cette personne puisse comme nous voir à distribuer et récupérer les copies de la pétition. De cette façon, nous aurions plus de chances de couvrir une bonne partie du territoire québécois.

Nous allons aussi écrire, ma mère et moi, chacune une lettre à la Régie et nous vous acheminerons une copie de celles-ci. Auparavant, nous tenons à faire parvenir à Hydro-Québec, une lettre de non-consentement aux compteurs intelligents et ma mère songe même à installer une pancarte, près de son compteur, interdisant tout employé d'Hydro-Québec de retirer son compteur mécanique pour raison de santé!

Nous tenions à vous faire part de notre opinion quant aux différentes solutions mises de l'avant. Le fait que je sois électrosensible et que j'aie frôlé la mort en raison de cette condition il y a quelques années m'a malheureusement permis d'expérimenter et de réaliser la pleine nocivité des champs électromagnétiques.

La seule solution acceptable selon nous consiste à maintenir nos compteurs mécaniques, car peu importe le nombre de lectures à distance effectuées, qu'il s'agisse d'une par semaine ou de 6 par jour, les dommages pour la santé seront bel et bien réels.

Nous lisons souvent, parmi les conseils préconisés par médecins et scientifiques, de veiller à s'éloigner d'une personne qui utilise son cellulaire et de limiter soi-même l'utilisation à quelques minutes. Cependant, il suffit qu'un cellulaire soit allumé, sans qu'il en soit fait la moindre utilisation, pour que se déclenchent des symptômes sérieux chez les électrosensibles. Cela revient à dire que l'impact électromagnétique d'un téléphone cellulaire simplement allumé est bien réel.

Je peux en attester personnellement. Lorsque j'étais très électrosensible, le seul fait que quelqu'un ouvre un cellulaire dans le même logement que moi, m'occasionnait de violents chocs électriques douloureux, des convulsions et une paralysie soudaine de mes jambes. Encore aujourd'hui, si quelqu'un se présente chez moi avec un cellulaire allumé sur sa personne, je le ressens de façon désagréable (pression dans mes yeux et/ou maux de tête). Je rencontre de plus en plus de gens électrosensibles qui peuvent affirmer la même chose.

Donc, le fait de diminuer le nombre de prélèvements à distance ne constitue pas une garantie de la fermeture réelle du système en dehors des heures de prélèvements d'autant plus que cette fermeture s'avère peu probable en raison des heures différentes de prélèvements des territoires. Pour qu'un système Wi-Fi de maison cesse d'émettre ses ondes nocives, il doit être débranché du mur. Une fois que nous acceptons la mise en place d'un système de prélèvements à distance nous venons de perdre le contrôle total sur la charge électromagnétique à laquelle nous serons exposés. Nous serions tous à risque d'être exposés 24 heures sur 24 à des ondes réellement très nocives.

Dans un même ordre d'idées, ma mère a récemment écrit une lettre d'opinion dans le cadre de la consultation publique qui vient d'avoir lieu sur le plan d'aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) demandant le maintien de zones blanches (soit des zones sans Wi-Fi). Je vous joins une copie de cette lettre. L'installation de compteurs intelligents à la grandeur de la province signifierait qu'il n'y aurait plus aucune zone blanche et que nous serions tous irrémédiablement prisonniers de ces ondes.

En terminant, ma mère et moi tenons à vous remercier sincèrement pour votre engagement. De notre côté, nous travaillons sur d'autres projets parallèles au vôtre (initiative afin d'empêcher que la ville de Saint-Sauveur devienne complètement Wi-Fi – nous poursuivons dans ce sens pour d'autres municipalités et je commencerai bientôt à interviewer des électrosensibles en vue d'un recueil de témoignages).

Si vous avez besoin d'informations, n'hésitez pas à communiquer avec nous.

Bien à vous,

Véronique Riopel

Francine Lajoie-Riopel

NOTE: Si vous aimeriez nous transmettre votre propre témoignage sur l'effet que la pollution électromagnétique a sur vous, et tout particulièrement si vous avez observé de nouveaux symptômes depuis qu'Hydro-Québec vous a installé un de ses nouveaux compteurs électropolluants, veuillez consulter cette page Web de notre site et/ou nous le faire parvenir à info@cqlpe.ca




1.

Nous avons un casier postal où retourner la pétition

La coalition a maintenant un casier postale où poster les copies signées de la pétition (version pdf à imprimer) soit CQLPE, 300 rue de l'Église, Case postale 1028, St-Narcisse, Qc, G0X 2Y0. Veuillez les retourner avant le 27 janvier prochain.

« Si 4209 signatures ont été amassées dans la ville de Naperville, Chicago sur une population de 145,000 (soit 2 %) on devrait au moins être capable de faire signer 2 % de la population québécoise soit 140,000 ! Est-ce qu'on a le droit de croire que ça peut se faire? Avec votre participation ACTIVE....OUI!!!! Le temps des Fêtes s'en vient. Alors quelle belle occasion de faire signer la pétition papier et en parler avec votre gang! C'est la santé et votre porte-feuille qui est en jeu pour TOUS! (...) Parlez-en autour, référez les gens au site www.cqlpe.ca pour des informations supplémentaires, des affiches et la copie papier de la pétition à imprimer et faire circuler dans vos familles, à votre travail, à l'école, dans vos commerces préférées, etc. (...) Il faut tous travailler ensemble et continuer notre lutte. Il faut inviter les gens à signer la pétition soit en ligne ou sur papier. (...) INFORMATION IMPORTANTE: Pour tout ceux qui ont imprimé la copie papier de la pétition, vous pouvez maintenant la faire parvenir dès qu'elle sera complétée à l'adresse suivante: CQLPE, 300 rue de l'Église, CP 1028, St-Narcisse, Qc, G0X 2Y0. Veuillez la poster avant le 27 janvier 2012. »

- Linda MacCulloch -- Responsable de notre Page Facebook

Note de Jean: En voyant dans un courriel (le 13 novembre dernier) qu'une pétition sur papier contre la fluoration de l'eau potable à Mont-Joli a dépassé les 2700 signatures sur 6 568 habitants, je me suis naturellement dit que comparativement aux 1459 (en ce dimanche 13 novembre) que notre pétition demandant un moratoire relativement au déploiement des compteurs 'intelligents' a atteint, notre campagne fait bien piètre figure pour l'instant et qu'il serait peut-être utile que nous nous fixions un objectif ambitieux (50,000 signatures au 2 février par exemple) afin de nous motiver à faire en sorte que beaucoup plus de gens entendent parler de cette lutte. Considérant le fait que 65% des Québécois selon le sondage (4e question) mené en octobre dernier par Léger Marketing sont en désaccord avec ce projet d'Hydro-Québec par crainte que cela n'exerce une pression à la hausse sur les tarifs d'électricité, le nombre de personnes qui seraient disposées à la signer est en principe très élevé, ce qui rend un tel objectif tout à fait plausible. Néanmoins, même si un tel objectif n'est pas atteint, le fait de s'en fixer un nous poussera à faire beaucoup plus que nous en faisons pour l'instant pour informer et motiver les gens à aller signer cette pétition en ligne ou bien à la signer sur papier. Nous devrions former immédiatement un comité qui serait uniquement chargé de trouver les moyens d'attenidre cet objectif et de brasser large pour aller chercher des appuis de tous côtés à cette pétition. Il y a un train qui passe en ce moment - et jusqu'au 2 février. Il ne faudrait pas le manquer. Une telle occasion ne se représentera PAS...

Qu'en dites-vous?

PS SVP ne comptez pas uniquement sur moi pour organiser cela. Je fais déjà le maximum que je peux faire avec le temps dont je dispose. Soyez proactifs! Vous n'avez pas besoin de la permission de personne.

En Colombie-Britannique il ont une pétition qui a atteint près de 8000 signatures...

Voici les commentaires des 7994 et 7996 personnes à l'avoir signée

Des compteurs contre-productifs...

"There are better ways to save the environment than irradiating human and natural populations. As for energy and cost savings, as sensitivity to wireless becomes increasingly evident and problematic, the human costs of this technology will be ultimately highly expensive, not just for consumers and taxpayers, but for the governments and power authorities who will have to deal with the legal and health costs. Ultimately, counter productive for everyone."

Linda

La vérité finit toujours par triompher...

"Despite resistance from those who still embrace the old paradigm, people all over the world are waking up to the negative results of our current profit-oriented way of organizing societies and attempting to control the resources of our planet. This technology of "smart meters" may seem advanced, but the willingness to create a device that uses "radiation" without concern for its deleterious effects on biological tissue is something that only the willfully ignorant would attempt to enforce. The truth is emerging and no amount of coercion is ever going to prevent it. The simple reality of what is can't be falsified."

- C.




2.

Un objectif ambitieux: 50 000 signatures pour la pétition

Note de Jean: Il est intéressant de savoir, tel que mentionné au http://www.napervillesmartmeterawareness.org/, qu'ils y sont parvenus grâce au travail de 40 volontaires qui ont recueillis ces signatures en 25 jours. Ce qui m'amène à souligner le fait que si l'on se contente de simplement mettre des copies de la pétition en divers endroits sans que personne ne s'occupe de solliciter des signatures, il y a peu de chances que bien des gens s'arrêtent pour la lire et la signer. Ce que ces 40 volontaires ont fait c'est sûrement de se rendre à des mails intérieurs de centres d'achat, des événements sportifs, etc., de s'installer à une table avec quelques affiches (dont un logo de leur campagne scotché sur le devant de la table) et de solliciter les gens qui passent à s'arrêter pour la signer tout en leur expliquant pourquoi il est important de le faire... et de préférence avec des copies d'un dépliant d'information et de l'avertissement en ligne comme celui que nous offrons maintenant pour distribuer aux personnes qui la signe en leur demandant d'en parler aux autres pour qu'ils la signent en ligne et en ayant des copies à leur en remettre pour qu'elles nous aident à recueillir des signatures si elles le désirent.

Si on veut atteindre un objectif de 50 000 signatures (ou 140 000 ce qui serait assez extraordinaires) il va falloir mobiliser des volontaires comme ils l'ont fait (les personnes modérément électrosensibles devraient être les plus motivées à nous aider, et il faut donc en contacter et en inviter à se joindre à nous. Il est possible que des étudiants du Secondaire 5 veuillent le faire aussi dans le cadre d'un projet de bénévolat scolaire. Idem pour des comités de citoyens, des groupes de l'âge d'or, etc. Bref, il faut se retrousser les manches et y mettre l'énergie et le temps nécessaires pour atteindre notre objectif.




3.

Résolution de la ville de St-Colomban en appui à notre pétition

Reçu de José Levesque (levesque.jos@videotron.ca) le 21 novembre 2011

Voici ce que j’ai reçu (voir document en pdf) du directeur de la ville de St-Colomban suite à l’envoi d’une invitation à signer la pétition et quelques bonnes années de discussions sur les technologies sans fil dans la région.

De plus, j’ai discuté avec Mr Dion (directeur du service des plaintes d’Hydro-Québec) ce matin qui m’appelait pour me rassurer qu’Hydro recherchait une solution pour réduire l’exposition des gens au RF, et comme par hasard que bientôt il y aura une rencontre avec le Directeur du projet Compteur intelligent, les gens de l’administration de la municipalité de St-Colomban et les citoyens pour les informer sur le sujet des compteurs intelligents. Il m’avisera de la date de cette rencontre car la municipalité n’a pas encore répondu à cette demande de rencontre.

Mr Dion a admis dans notre discussion que plusieurs personnes électrohypersensibles au Québec étaient dans ma situation et qu'ils voulaient nous faciliter la vie en étudiant diverses méthodes pour effectuer les relevés... mais toujours avec des compteurs intelligents.

Pour St-Colomban, je vous raconterai la suite sous peu, dès que je parlerai avec Mr Panneton (directeur de la municipalité)

Merci
José Levesque
Levesque.jos@videotron.ca
450-432-6820

NOTE de Jean: Ce que José a fait dans sa municipalité devrait servir de modèle pour d'autres actions semblables partout au Québec. On peut constater par la réaction rapide d'Hydro-Québec pour tenter de « contrôler les dommages » que ce genre de prise de position par des conseils municipaux a beaucoup de poids et contribuera significativement à faire pencher l'opinion publique en notre faveur. C'est une stratégie semblable qui a d'ailleurs été adoptée en Colombie-britannique (voir ci-dessous) où 25 municipalités – dont la ville de Victoria, leur capitale, l'équivalent de la ville de Québec! – ont jusqu'ici adopté une résolution du même genre. Il ne faut pas s'imaginer que ça ne demandera que peu d'efforts pour obtenir de tels appuis, mais ça en vaut GRANDEMENT la peine.

Alors faites comme José qui leur a tout simplement envoyé par courriel notre Lettre d'invitation archivée au http://www.cqlpe.ca/InvitationPetition.htm et leur écrivant une lettre d'introduction suggérant de faire voter une résolution d'appui à notre démarche. Mieux encore, vous pourriez en imprimer la version pdf et aller la porter personnellement au secrétaire de votre municipalité ou au maire ou à un conseiller et leur demandant d'en faire dès leur prochain conseil municipal une résolution à l'exemple de la municipalité de St-Colomban - voir au http://www.cqlpe.ca/pdf/ResolutionCompteursSt-Colomban.pdf le libellé exact de leur résolution et apportez-leur en une copie. Agissez sans tarder car c'est maintenant qu'il faut entreprendre cette démarche pour espérer obtenir un résultat avant la fin de décembre...

Tiré de http://citizensforsafetechnology.org/Tally-of-Municipal-Councils-requesting-Smart-Meter-Moratorium-in-BC,25,1354

Tally of Municipal Councils requesting Smart Meter Moratorium in B.C.

Response to B.C. Public Health Act: Bill 23-2008 section 83 (1)

Smart Meter Moratorium Motion Tally List Current Tally: 25

Congratulations and welcome, Richmond, #25!  

A growing number of responsive and proactive B.C. Municipal and City Councils are passing motions for moratoriums on mandatory installation of B.C. Hydro's wireless "Smart" Meters as follows: 

"According to Bill 23-2008 of the British Columbia Public Health Act, section 83

(1) a municipality must take action when it learns of something that could be harmful to its residents. It must notify the Minister of Health or take immediate action. At its June 27 Council meeting, the City of Colwood, B.C. passed a motion to write to the Minister of Health and, due to the potential for wireless smart meters to cause harm or to compromise security, request a moratorium on mandatory installations of wireless meters. The Council also requested that concerned residents be offered safer alternatives at no cost to them."

B.C. Councils who have considered the above request, and voted in favour of it:

1. Alert Bay
2. Central Saanich
3. Colwood  
4. District of Highlands  
5. Invermere
6. Islands Trust (Gulf Islands and Bowen Island)
7. Ladysmith  
8. Lake Cowichan
9. Langley Township
10. Merritt
11. Metchosin
12. Nanaimo
13. New Denver
14. North Cowichan
15. North Saanich
16. Parksville
17. Powell River
18. Qualicum Beach
19. Regional District of Nanaimo
20. Richmond
21. Saanich District
22. Sechelt
23. Silverton
24. Victoria
25. White Rock




4.

Vidéo sur l'électropollution

Is your cell phone killing you? (July 5, 2011)
http://www.youtube.com/watch?v=XAqoC8f-sQE
Résumé de 4 minutes de ce documentaire néozélandais très bien fait (je l'ai vu en entier avant que sa version intégrale de 44 min ne soit retirée de YouTube). Il couvre la plupart des sources de pollution électromagnétique. En dépit du titre, ça ne parle pas que des téléphones cellulaires, ça parle aussi des téléphones sans fil DECT, du Wifi dans les écoles et des antennes de cellulaires, et même des moniteurs pour bébé, des cancers que donnent les lignes à haute tension, etc.. Parfait pour notre approche tous azimuths sur la pollution électromagnétique. Seul manque. Il n'y est pas question des smart meters... C'est un des meilleurs documentaires - et le plus récent - fait là-dessus et il pourrait avoir autant d'impact que le documentaire Gasland (disponible maintenant en version française) en a eu dans le dossier du gaz de schiste. Voir aussi GWEN Towers, Mind Control, ELF Wave Sickness, Tinnitus, Sleep Disorders, Chronic Fatigue et pour savoir ce que sont les "GWEN towers" lire CECI.

Do current cell-phone radiation rates underestimate exposure? (Oct 19, 2011)
http://news.consumerreports.org/health/2011/10/do-current-cell-phone-radiation-rates-underestimate-exposure.html
The Federal Communications Commission’s “safe exposure” limits for low-level radiation absorbed from cell phones operating at their highest possible power level—known as the Specific Absorption Rate (SAR)—“does not adequately protect" most people who use cell phones, especially children who absorb more cell phone radiation than adults, according to an article published online this week in the journal, Electromagnetic Biology and Medicine.The reason: The testing procedure used to certify cell phones’ compliance with SAR limits systematically underestimates radiation exposure levels for most cell phone users, reported the researchers from the Environmental Health Trust, a nonprofit scientific organization, and elsewhere. CLIP




5.

Témoignage de M. David Chaput (david_chaput@hotmail.com) reçu le lundi 14 novembre 2011

Salut

Voici mon témoignage.

J'ai travaillé pendant 2 ans pour Trilliant, une compagnie de Granby qui fabrique des compteurs intelligents. Nous avions des compteurs et des "repeaters" branchés 24h/24h dans nos bureaux.

J'ai dû quitter mon emploi en raison de maux de tête sévères accompagnés d'acouphène et de fatigue.

En parlant avec d'autres employées de Trilliant, j'ai constaté que nous étions 4 dans la même situation avec des acouphènes et des maux de tête, mais le sujet était tabou.

Je n'ai rien à reprocher aux employés de Trilliant qui ont vraiment tenté de m'aider dans mes démarches mais les études ne sont pas là.

Depuis ce temps, je suis ce qui s'écrit sur les Radiofréquences (RF) et je consulte des médecins sans résultats.

Sans surprise, Trilliant a perdu le contrat d'Hydro-Québec, mais c'est du pareil au même peu importe la compagnie qui installe les compteurs.

Nous allons être envahis de RF, à des fréquences différentes et à des forces différentes, mais l'accumulation dans notre environnement a des impacts sur notre vie. Malheureusement nous ne sommes pas en mesure de les comprendre encore.

Lorsque l'on vit avec des acouphènes et des maux de têtes 24h/24h, on se pose des questions sur le sens de la vie, sur notre place sur cette planète et sur le soi-disant progrès technologique.

Nous avons seulement une vie à vivre, mes enfants aussi n'ont qu'une vie à vivre et je ne veux pas qu'ils vivent avec un mal de tête quotidiennement juste parce que notre société, notre génération était trop pressée pour comprendre ce qu'elle faisait avec les technologies qu'elle découvrait.

VOICI LA RÉPONSE QUE NOUS LUI AVONS FAITE:

Bonjour M. Chaput

Je vous remercie énormément de nous avoir fait parvenir votre témoignage qui sera un outil précieux pour sensibiliser les gens aux risques liés à la multiplication des sources de pollution électromagnétique dans nos milieux de vie, et plus particulièrement celle que génère les compteurs intelligents auxquels toute la population québécoise sera bientôt exposée si nous ne parvenons pas à démontrer aux décideurs politiques que la très vaste majorité des gens n'en veulent absolument pas.

Je présume que vous êtes d'accord pour que je mette votre excellent témoignage en ligne sur le site Web de la Coalition Québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique (CQLPE), ce que je vais faire d'ici 24 heures si vous n'émettez pas d'objection à ce sujet. Il apparaîtra tel que vous pouvez le voir ci-après avec votre nom et votre adresse de courriel. Vous noterez également que, pour des fins de clarté, je me suis permis de corriger les quelques fautes qu'il comportait et de remanier légèrement le début d'une phrase.

Si vous désirez rencontrer un médecin capable de vous fournir un diagnostic d'électrosensibilité, grâce auquel votre état sera officiellement reconnu et validé, sachez que nous sommes à identifier quelques médecins au Québec ayant les compétences et les connaissances nécessaires en cette matière et que leur nom et le moyen de les joindre sera en principe rendu disponible d'ici peu via notre site Web.

Je prends enfin la liberté de vous ajouter à la liste d'envoi de notre bulletin afin que vous puissiez demeurer informé des progrès de nos démarches.

Très cordialement.

Jean Hudon
Secrétaire de la CQLPE




6.

Une publicité anti-compteurs que chacun-e peut placer dans un journal local...

Dites NON aux compteurs prétendument «intelligents» d'Hydro-Québec ! En Ontario, les tarifs différenciés dans le temps que permettent ces compteurs ont entraîné d'importantes hausses du coût de l'électricité. Partout où ils ont été installés, les gens rapportent subir de graves problèmes de santé : maux de tête, insomnie, acouphène, palpitations cardiaques, etc. Allez au www.cqlpe.ca pour signer une pétition demandant un moratoire sur l'installation prochaine, partout au Québec, de ces dangereux compteurs qui vont nous escroquer et irradier tout le monde avec les micro-ondes très nocives qu'ils émettent.

Say NO to Hydro-Québec's so-called “Smart” meters! In Ontario the time-of-use rate this metering system allows has meant a hefty increase on people's utility bill. Everywhere such meters have been installed, people report serious health effects: headaches, insomnia, tinnitus, heart palpitations, etc. Go through www.cqlpe.ca to sign an online petition asking for a moratorium on the imminent province-wide deployment of these dangerous meters that will bilk us and irradiate everyone with harmful microwave emissions.




7.

Mise en garde...

Le commentaire suivant met en lumière la responsabilité qui incombe à ceux qui veulent nous imposer ces compteurs électropolluants d'en démontrer hors de tout doute l'inocuité. Nous ne souhaitons toutefois pas recommander d'imiter Dave Stetzer. D'une part, si la partie arrière du compteur n'est pas également recouverte de manière à former un lien étanche avec l'avant, les ondes émises risquent d'être concentrées vers l'intérieur de la maison, et d'autre part, comme l'émission JE l'a signalé (voir ICI) « dans les conditions de services d'électricité, l'article 13:2 stipule que le client ne peut entraver le bon fonctionnement des installations d'Hydro-Québec », agir ainsi pourrait constituer un motif suffisant pour envoyer un employé vous couper le courant... quoi que bien sûr s'il advenait qu'un vaste mouvement de résistance populaire amenait des dizaines de milliers de clients à recouvrir ainsi leur compteur de papier d'aluminium, Hydro-Québec se trouverait bien embêté et devrait songer à remettre les compteurs électromécaniques - en espérant qu'ils auront la brillante idée de ne pas tous les envoyer à la casse...

"I have had very good luck wrapping these water meters with aluminum foil. Of course the water utility is upset, but in all cases they come to the house monthly and read the meters. I am not worried, because they would then have to prove in a court of law that the transmitted frequencies from their equipment are safe when there are thousands of documents that say they are not. It would be a can of worms for them. It is better to just read the meter every month."

- Dave Stetzer (dave@stetzerelectric.com) un expert en électropollution du Wisconsin.




8.

Le chat sort du sac...

Note de Jean: Je voudrais attirer votre attention sur la nouvelle suivante (en anglais ci-dessous) qui est d'une grande importance car elle démontre clairement que, tout comme Hydro-Québec le fait avec les Québécois en ce moment, la compagnie Pacific Gas & Electricity (PG&E) de Californie a menti effrontément à ses clients en répétant ad nauseam que leurs compteurs, qui sont pour la majeure partie des compteurs TOUT À FAIT identiques à ceux qu'Hydro-Québec a acheté, soit le modèle Focus AXR-SD de Landis+Gyr [le reste de leurs compteurs étant de marque General Electric (GE) comme on peut le vérifier ICI] émettent des micro-ondes pulsées non pas à peine quelques fois par jour pour envoyer au plus 6 rapports quotidiens de consommation comme Hydro-Québec cherche à nous le faire croire, mais bien en moyenne 10,000 FOIS PAR JOUR, certains d'entre eux pouvant fonctionner jusqu'à plus de 190,000 FOIS par jour. Oui vous avez bien lu! C'est une juge qui a ordonné à PG&E de révéler la vérité à ce sujet. Et ça ne comprend même pas les fois où fonctionnent les émetteurs installés dans nos appareils ménagers (tous les appareils ménagers vendus aujourd'hui -- poêle, réfrigérateur, congélateur, laveuse, sécheuse, lave-vaisselle, chauffe-eau, etc. -- sont équipés d'un émetteur-récepteur à micro-ondes pour communiquer avec ces compteurs) formant le Home Area Network (HAN) fonctionnant avec le Universal Metering Interface du compteur intelligent, ce qui pourra permettre, par exemple et tel qu'expliqué ICI, « de couper à distance avec l’accord des clients l’alimentation de certains équipements, pour éviter les surcharges du réseau en période de pointe. » De plus la puissance d'émission de ces appareils est 2 fois et demi plus forte que celle à laquelle ils sont censés émettre...

Permettez-moi de bien souligner un FAIT CAPITAL. Il ne faut ABSOLUMENT rien croire des mensonges dont les porte-paroles d'Hydro-Québec nous abreuvent depuis le début. Ce n'est que de la poudre aux yeux, de la fausse représentation, et c'est encore pire que l'arnaque du vendeur de voitures usagées qui cherche à vendre un véhicule dont le véritable kilométrage a été trafiqué. Et comprenez bien que s'ils nous ont menti sur ce point capital, il est permis de croire qu'ils nous mentent sur toute la ligne - comme leur prétention maintes fois répétée que ces compteurs ne nous surfactureront pas. Nous avons maintenant la preuve irréfutable que les compteurs FOCUS de Landis+Gyr en réseau maillé vont nous irradier à longueur de journée, sans le moindre répit, si nous les laissons nous installer ce véritable instrument de torture dont les effets cancérogènes (dixit l'OMS) et les conséquences débilitantes pour la santé (tel que rapportées par des milliers de personnes dans le monde) vont graduellement faire de notre existence un cauchemar infernal.

Posez-vous la question suivante... Avez-vous envie d'avoir une mini-antenne de téléphonie cellulaire émettant en moyenne toutes les 8 secondes (60 sec X 60 min X 24 heures = 86,400 secondes divisé par 10,000 = 8.6 secondes) ou 2 fois par seconde dans le pire des scénarios, et avec des pointes de puissance de 2.5 watts, et ce, sur ou à l'intérieur de votre demeure, votre refuge, votre sanctuaire privé où vous êtes censé-e avoir le contrôle de ce à quoi vous êtes exposé-e ?

« On doit se battre pour notre liberté de choix, surtout dans nos maisons! Ça va faire! On sait que les gens en général ne se méfient pas, et aiment la technologie. Il faut quand même avoir la liberté de choisir ce qui se passe dans nos maisons. Il ne faut pas oublier que ''la liberté de l'un s'arrête où commence celle d'autrui" et disons que je me sens de plus en plus lésée dans la mienne... »

- Linda MacCulloch (lmacculloch@globetrotter.net)
Responsable de la page Facebook de la Coalition

À mon humble avis, les journalistes qui, une fois informé-es de ceci, décideraient de priver délibérément les Québécoises et les Québécois de ces informations vitales, seront de facto complices de ce crime (le mot n'est pas trop fort) que le gouvernement de Jean Charest s'apprête à commettre, par société d'État interposée, contre l'ensemble de la population du Québec...

PG&E’s Big Confession (November 3, 2011)
http://emfsafetynetwork.org/?p=6030
From PG&E’s Smart Meter FAQ: SmartMeters™ utilize a low power (1 watt) wireless radio to send customer energy-usage information wirelessly to PG&E for data collection.…. Do electric SmartMeters™ constantly emit RF? PG&E answers: No. SmartMeters™ communicate intermittently, with each RF-signal typically lasting from 2 to 20 milliseconds. These intermittent signals total, on average, 45 seconds per day. For the other 23 hours and 59 minutes of the day, the meter is not transmitting any RF. In a letter to Congresswoman Lynn Woolsey, the FCC writes, “the devices [Smart Meters] normally transmit for less than one second a few times a day and consumers are normally tens of feet or more from the meter face…” All right, enough with the false claims! Just give us some real facts! Recently CPUC administrative law judge Amy Yip-Kikugawa ordered all investor owned utilities (IOU’s ) to answer Smart Meter radio frequency (RF) questions. PG&E’s answers are an astounding confession!  Question 2: How many times in total (average and maximum) is a smart meter scheduled to transmit during a 24-hour period? PG&E says the average number of RF pulses for the electric meter would be about 10,000, per meter, per day and the maximum number over 190,000. 90% of these pulses are for the mesh network maintenance (signals bouncing from homes) and only 6 pulses are for reading the meter data. This doesn’t include Home Area Network transmissions. How about peak power figures? The PG&E electric meter transmits at 900MHz with 1 watt of transmit power. It has an antennae gain 4.0 dBi for a peak level power of 2.5 watts. That’s two and a half times more than their safety data stated. The wireless gas meters transmit between 4 and 5 times a day at 132-794 mW. Answers provided by San Diego Gas and Electric and So Cal Gas were similar, although PG&E electric meters appear to be five times stronger, just like Sage Associates found in their study. CLIP

Landis+Gyr unveils advanced metering contract with PG&E
http://www.electricityforum.com/news/oct08/LandisGyrinksmeteringcontractwithPGE.html
CALIFORNIA Landis+Gyr, the global leader in energy management offering utilities next generation "smart grid" solutions, announced a four-year contract to supply a major portion of the planned deployment of more than 5 million advanced electric meters to California utility Pacific Gas and Electric Company (PG&E). Under the agreement, the San Francisco-based utility plans to deploy next generation Landis+Gyr FOCUS advanced metering infrastructure (AMI) meters to empower residential and small business customers in Northern and Central California to make smarter energy choices, better manage their use of electricity, cut their electricity bills, and help protect the environment. CLIP

UN AUTRE POINT IMPORTANT À SAVOIR, C'EST QUE TEL QU'INDIQUÉ AU TABLE 9-1 DU RAPPORT DE PG&E MÊME LORSQUE L'ÉMETTEUR EST EN POSITION OFF, IL ÉMET TOUT DE MÊME CONSTAMMENT À UN FAIBLE NIVEAU, CE QUI EST INACCEPTABLE POUR LES PERSONNES ÉLECTROSENSIBLES ET CE QUI REND INAPPLICABLE MON SCÉNARIO D'UNE SEULE ÉMISSION PAR SEMAINE: "Electric: Note that PG&E’s electric system communications equipment is installed inside of either of two SmartMeters, one manufactured by GE and the other manufactured by L+G. Both of these meters are tested during meter certification testing and have been shown to emit de minimus RF when the SSN communications radio is turned off." PAR CONSÉQUENT, LA SEULE OPTION DÉSORMAIS ACCEPTABLE À MES YEUX EST LE REJET INTÉGRAL DE TOUT CE PROJET.

UN AUTRE PETIT DÉTAIL SAVOUREUX SUR CES CHARMANTS COMPTEURS ÉLECTROPOLLUANTS...

Maine utility admits smart meters cause interference (November 19, 2011)
http://emfsafetynetwork.org/?p=6362
Utility meters are breaking the Federal Communications Commission (FCC) rule not to interfere with other radio frequency devices. The Portland Press Herald reports the Maine Public Advocate’s office released a statement this week saying: “Smart Meters are interfering with a wide range of household electronic devices, from garage door openers and WiFi devices to security systems.” On Central Maine Power’s FAQ, in answer to the question: “Will the smart meter interfere with my other household appliances such as computer routers, television signal, cordless phones, etc.?” they respond: “Separating interfering devices usually reduces interference, so make sure the wireless device is located as far from the smart meter as possible. Also, adjust the position of the antenna on the device, if possible, and move the wireless device away from any walls that may absorb the signal.” According to the FCC Electronic Code of Federal Regulations: the meters are not supposed to cause interference, and if they do the FCC states, “The operator of a radio frequency device shall be required to cease operating the device upon notification by a Commission representative that the device is causing harmful interference.”Anyone experiencing interference please file a complaint with the FCC!

NON SEULEMENT ILS CAUSENT DES INTERFÉRENCES, MAIS ILS DÉTRUISENT AUSSI LES FEUILLES DES PLANTES... Stratford Smart Meter Killing Shrub - http://www.youtube.com/watch?v=lsuP_WBBr2c

AUTRE CHOSE... COMME ON PEUT LE LIRE DANS “I Want My ‘Smart’ Meter Off, Too!” The Widening Call for Return of Analog Meters (...) "Make sure you ask for—and get—an analog meter, not a “non-transmitting” digital meter, as these have also been linked with health effects. Basically, it is your home and no one has the right to force a device on your home that you don’t want—it’s as simple as that! Don’t give your utility the power over you by asking them if they can please remove the meter—demand that they do so immediately and let them know you will contract with a professional to get the job done if they refuse." C'EST NOTRE DROIT LE PLUS FONDAMENTAL DE POUVOIR REFUSER L'INSTALLATION D'UN COMPTEUR ÉLECTROPOLLUANT. MAIS, À L'EXEMPLE DE CE QUI SE PASSE EN COLOMBIE-BRITANNIQUE, ÇA NE SERA SANS DOUTE PAS FACILE DE RÉSISTER À L'ARROGANCE DÉMESURÉE DES PATRONS DE CE MONOPOLE ÉTATIQUE (Le commentaire suivant se trouve après l'article ci-dessus) :
"Here in BC, where smart meter installation is going full-speed ahead despite growing public protest, we now have at least one case in the past week of BC Hydro removing a homeowner’s recently installed smart meter and replacing it with an old analogue meter after sufficient complaint from the homeowner. Meanwhile, BC residents are essentially waging block-by-block warfare against the Corix installers contracted by BC Hydro to install smart meters on every home. The Corix installers (who are not even qualified electricians) are disregarding posted signs and are aggressive, threatening and intimidating toward occupants who don’t want a meter. Residents are caging, chaining, padlocking and boxing in their analog meters to keep them from being switched out. Plans are afoot to mount a province-wide referendum and possibly a class-action lawsuit. So the goal here is to simply keep the meters off as many homes as possible until these larger strategies have a chance to play out. More info here: http://pigsquash.wordpress.com/2011/10/28/smart-this/ "




9.

La Régie de l'énergie du Québec tiendra des audiences publiques en février sur le projet d'Hydro-Québec

Note de Jean: J'ai appris que, dans une lettre datée du 18 novembre 2011, la Secrétaire de la Régie de l'énergie, Me Véronique Dubois, a informé les intervenants au dossier relatif à la demande d'approbation de la phase 1 du projet Lecture à distance d'Hydro-Québec qu'il y aura une audience orale (examen public de la demande, incluant contre-interrogatoires, présentations orales des intervenants et argumentations) au mois de février 2012.

Je suis heureux de constater que ces audiences publiques auront finalement lieu, mais ce ne sera probablement qu'un simulacre de consultation. Nous avons un petit délai de plus, mais la balle est clairement dans notre camp pour appuyer suffisamment sur les freins en alertant au maximum l'opinion publique – sans toutefois pouvoir trop espérer la collaboration des médias pour faire connaître la pétition, la coalition et nos efforts... – pour stopper ce projet insensé avant que l'irréparable ne soit commis.




10.

Début de mobilisation contre les compteurs dans la Vieille Capitale - un exemple à émuler !

Dans un courriel daté du 7 novembre, Charles-Eugène Bergeron (ceberger@bell.net) qui s'est porté volontaire pour aider à mobiliser des gens en soutien à notre lutte dans la région de Québec, a notamment écrit ce qui suit à l'intention de 13 destinataires - en plus de les encourager à signer notre pétition et à visiter le http://www.cqlpe.ca/ :

« DEMANDE D’AIDE -- Une stratégie privilégiée par la CPLPE est la créatIon de petits comités d’intervention à l’échelle des quartiers, dans les municipalités et des MRC afin de sensibiliser la population aux dangers de l’électro-smog et à la mobiliser pour signer la PÉTITION.

Je ferai quelques démarches auprès de Comités de Quartier dans la région de la capitale nationale.

- Si vous êtes intéressés à coordonner l’action dans votre région, contacter : www.cqlpe.ca
- Si dans la région Capitale nationale, vous seriez intéresséE à vous impliquer, contactez-moi.

Je souhaite n’être que la bougie d’allumage et recruter des leaders qui puissent poursuivre l’action à court et moyen terme. Merci de donner suite et pour votre coopération habituelle, en discutant avec vos C.A, organismes et réseaux d’appartenance respectifs de l’opportunité de prendre position publique à ce sujet et surtout mobiliser vous-mêmes et/ou quelques personnes de votre entourage en appui à cette campagne de la CQLPE. »

Si vous croyez pouvoir jouer un rôle semblable dans votre coin du Québec, faites-le nous savoir par courriel à mailto:info@cqlpe.ca">info@cqlpe.ca ou en téléphonant au 418-272-2931, et inspirez-vous de la démarche de M. Bergeron.




11.

Les factures d'Hydro grimpent et ça ne fait que commencer...

Note de Jean: Comme le suggère ci-après le client qui s'estime floué par Hydro-Québec, le recours collectif pourrait bien être le seul moyen de ne pas subir ce que les Ontariens ont déjà subi...

Et pour expliquer pourquoi Hydro-Québec impose à sa clientèle de telles hausses massues, il faut se reporter à la volonté du gouvernement Charest, exprimée en 2009, de renflouer les coffres de l'État en haussant les tarifs d'Hydro-Québec sur le bloc patrimonial qui, selon Lucien Bouchard, était censé permettre aux Québécois de profiter de leur «héritage collectif» généré par la richesse hydraulique de leur territoire...

La facture d'Hydro va grimper (29 septembre 2009) http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-quebecoise/200909/28/01-906421-la-facture-dhydro-va-grimper.php
(Québec) Oubliez les péages partout au Québec et les droits de scolarité au collégial. Le gouvernement Charest a déjà choisi sa cible pour augmenter ses recettes rapidement : les tarifs d'Hydro-Québec. CLIP

Depuis 4 ans, les Québécois ont subi 6 hausses de tarifs d’Hydro-Québec, faisant ainsi grimper la facture électrique de 16,7 %. Pendant la même période, l’inflation n’aura été que de 8,4 %. Comme Hydro-Québec n'arrivait pas à presser notre citron assez vite au goût de Charest, le subterfuge du passage aux compteur$ intelligent$ et des hausses camouflées qu'ils permettent arrive à point nommé... Et c'est sans compter les autres hausses que notre chère vache à lait gouvernementale nous promet...

Vers une nouvelle hausse des tarifs chez Hydro-Québec (8 juillet 2011)
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2011/07/08/009-hydro-quebec-hausse-tarifs.shtml
Les clients d'Hydro-Québec devront une fois de plus faire les frais du changement des règles comptables de la société d'État. Le passage aux normes internationales d'information financière (IFRS) aura un impact de 1,1 % sur les tarifs d'électricité en 2012, a révélé Hydro-Québec dans un document déposé le mois dernier auprès de la Régie de l'énergie. La facture globale d'électricité des Québécois bondira donc de 109 millions de dollars par année, à moins qu'Hydro ne réduise ses coûts et en transmette les bénéfices à ses clients. Si tel n'est pas le cas, Hydro-Québec pourrait en outre réclamer à la Régie une hausse « ordinaire » de ses tarifs, découlant de l'inflation. Cette augmentation s'ajouterait à l'impact des normes comptables. On en saura plus en août, alors qu'Hydro déposera son dossier tarifaire 2012-2013. La Régie examinera la demande au cours d'audiences publiques qui se tiendront au cours des prochains mois. Dans son plan stratégique 2009-2013, Hydro prévoyait une hausse globale des tarifs de 2,5 % en 2012 et en 2013. C'est sans compter qu'à partir de 2014, le dégel du « bloc patrimonial » d'électricité se traduira par une augmentation générale de 3,7 % des tarifs chaque année, et ce, jusqu'en 2018. CLIP

Tirée de http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2011/11/20111115-081000.html

Hydro-Québec - Sa facture grimpe de 100 $

Héloïse Archambault - Journal de Montréal - 15/11/2011

Après la centaine de clients d'Hydro-Québec qui dénoncent une augmentation de leur facture d'électricité, depuis le changement de leur compteur, voilà qu'un abonné cobaye des compteurs «intelligents» paie aussi plus cher depuis deux mois.

«C'est peut-être une bonne affaire pour Hydro-Québec, les nouveaux compteurs, mais pas pour les consommateurs», déplore Normand Hudon.

Vendredi dernier, le Journal révélait que des dizaines d'abonnés disent payer plus cher d'électricité depuis le remplacement de leur compteur mécanique par la technologie à radiofréquence (RF). Dans certains cas, les clients estiment la hausse jusqu'à 2000 $ par année.

Nouveau compteur, nouveau prix

Or, voilà que l'histoire de Normand Hudon soulève des doutes quant à l'installation de 3,8 millions de compteurs de nouvelle génération partout dans la province, dès l'an prochain.

Résidant de Boucherville, il fait partie du projet pilote de la société d'État. Depuis le 20 juillet dernier, un compteur intelligent mesure sa consommation d'énergie.

Résultat: sa facture d'électricité a augmenté de 100 $ depuis deux mois, alors qu'elle est passée de 250 $ à 350 $.

«C'est impossible à justifier, assure celui qui demeure à cet endroit depuis 27 ans. On a toujours payé le même montant et on n'a rien changé à notre consommation.»

Un compteur plus rapide

Pour cet abonné, il ne fait aucun doute que l'installation du nouveau compteur intelligent cause l'indexation de sa facture.

«C'est comme si le compteur calculait plus vite que celui d'avant, indique-t-il. C'est une fois et demie de plus que ce qu'on était habitués de prendre.»

À juste titre, sa consommation énergétique mensuelle est passée de 1620 kilowattheures (kWh) à 3417 kWh depuis l'installation du nouveau compteur.

Vers un recours collectif?

Normand Hudon a tenté, en vain, d'obtenir des explications auprès d'Hydro-Québec. Pour lui, la multiplication des cas le convainc qu'un recours collectif doit être envisagé.

«Il n'y a pas moyen de parler à personne chez Hydro, et on a toujours tort avec eux de toute façon. Il va falloir qu'on se regroupe, croit-il. Je n'ai pas 1 200 $ de plus à leur donner par année pour rien. Imaginez si tout le monde paie plus cher l'an prochain. Méchante belle passe de cash (d'argent).»

De son côté, Hydro-Québec réitère que le nouveau compteur reflète la consommation énergétique du client et n'a «rien à voir avec des fluctuations sur la facture d'électricité.»

* * *

De plus en plus de cas troublants

GUYLAINE LANGELIER
Laval
Compteur changé en septembre 2009
Coût annuel d'électricité de 2000 $ de plus

GINETTE BRODEUR
Laval
Compteur changé en septembre 2009
Coût annuel d'électricité de 2000 $ de plus

NORMAND HUDON
Boucherville
Compteur intelligent depuis juillet 2011
Sa facture mensuelle passe de 250 $ à 350 $

ANDREW TAYLOR
Terrebonne
Nouveau compteur depuis 1 an
Il devra payer 700 $ de plus par mois au cours des six prochains mois

---

Un petit rappel...

Un syndicat d'Hydro-Québec inquiet du passage aux compteurs électroniques (19 juillet 2011) http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2011/07/19/013-hydro-quebec-compteurs-syndicats.shtml
D'ici cinq ans, Hydro-Québec veut remplacer les 3,8 millions de compteurs électromécaniques actuels par des compteurs de nouvelle génération qui permettront la lecture de la consommation à distance.Du coup, quelque 800 emplois, principalement de releveurs, seront abolis. Certains seront réaffectés au sein de la société, alors que d'autres prendront leur retraite.La présidente de la section locale 2000 du Syndicat canadien de la fonction publique, Ginette Paul, doute que le projet soit aussi rentable que le soutient Hydro-Québec. Et dans le contexte économique actuel, ce n'est pas le temps de supprimer des emplois, estime le syndicat.« Ce n'est pas responsable de la part de la société d'État de dépenser un milliard de dollars pour éliminer des emplois. » — Ginette Paul, représentante syndicaleLes clients pourraient d'ailleurs faire les frais de ce changement technologique, a dit la représentante syndicale, lors d'un point de presse à Montréal, mardi.Pour bloquer le projet d'Hydro-Québec, le syndicat demande à la Régie de l'énergie de tenir des audiences publiques et de se prononcer sur la question.

Voir la VIDÉO (au lien ci-dessus) - Le syndicat doute de la rentabilité économique du projet et réclame des audiences publiques, rapporte Isabelle Girard.

QUESTION: Qu'arrive-t-il avec cette demande d'avoir des audiences publiques sur toute cette affaire? Il serait grand temps de revenir sur cette demande et d'insister pour qu'il y en ait...




12.

Les rapines rapaces du lapin que nous pose Vibro-Québec...

Tiré de
http://argent.canoe.ca/lca/affaires/quebec/archives/2011/11/20111111-072129.html

Compteurs d'Hydro: des abonnés étonnés de leurs factures

Héloïse Archambault - Le Journal de Montréal - 11 novembre 2011

Des abonnés d'Hydro-Québec dénoncent l'augmentation draconienne de leur facture d'électricité après l'installation d'un nouveau compteur.

"C'est un cauchemar, on ne peut pas avoir consommé tout ça, déplore Guylaine Langelier. Notre compteur capote."

Plusieurs abonnés d'Hydro-Québec constatent que leur facture d'électricité a fait un bond inexplicable au cours des derniers mois. Dans tous les cas, leur compteur mécanique a été remplacé par la technologie de radiofréquence (RF), qui permet une lecture à distance.

En août dernier, la Montréalaise, Geneviève Raymond, a reçu une facture qu'elle n'est pas prête d'oublier : 1 676 $ à payer sur-le-champ.

"C'est incompréhensible"

"Ils ont changé mon compteur, et tout d'un coup, je me retrouve avec une facture comme quoi je n'ai pas assez payé depuis deux ans, raconte-t-elle. C'est incompréhensible."

Pour acquitter ce montant, la femme, qui demeure dans un appartement de cinq pièces, devra payer 330 $ d'électricité par mois durant six mois.

Par ailleurs, l'histoire de Guylaine Langelier est étrangement similaire. Depuis l'installation de son compteur RF, en septembre 2009, cette résidante de Laval note une augmentation importante de sa facture.

Au cours des 12 derniers mois, elle dit avoir payé 5 000 $ d'électricité, soit 2 000 $ de plus qu'en 2009.
"L'an dernier, ils m'ont envoyé une facture de 2000 $ à payer immédiatement. Quand j'ai vu ça, je me suis mise à pleurer, confie-t-elle. C'est rendu que je fais des plus gros paiements pour compenser les hausses imprévisibles."

Selon Hydro-Québec, la consommation moyenne annuelle (électricité et chauffage) est de 26 484 kilowattheures (kWh). Guylaine Langelier a consommé 32 960 kWh, depuis un an, un chiffre qu'elle ne s'explique pas.

"On a un bungalow ordinaire, on fait attention et on n'a rien changé à notre consommation, plaide-t-elle. C'est sûr que c'est lié au nouveau compteur."

"Tout est normal"

Même son de cloche du côté d'Alain Bélisle, qui ne comprend pas son compte d'électricité, depuis le début de l'année. Entre mai et juillet dernier, sa facture était de 457 $, soit 190 $ de plus que pour la même période, l'an dernier.

"J'ai appelé Hydro-Québec pour ma facture, ils m'ont dit que tout était normal. On m'a même dit de faire venir un électricien, dénonce Guylaine Langelier. Pourquoi je paierais ? Je sais que c'est mon compteur."

"J'ai les deux mains liées, avoue Geneviève Raymond. J'ai l'impression que c'est erroné, mais je ne peux rien faire."

Hydro-Québec défend ses compteurs

La hausse de la facture d'électricité de ces clients est uniquement liée à une augmentation de leur consommation d'énergie, selon Hydro- Québec.

"Les compteurs RF fonctionnent parfaitement, indique le porte-parole de la société d'État, Patrice Lavoie. S'ils paient plus cher, c'est parce qu'ils consomment davantage."

Nouveau compteur

Par ailleurs, Alain Bélisle, déplore le fait qu'Hydro-Québec a procédé au changement de son compteur sans l'avertir.

"Je l'ai appris par une employée d'Hydro qui passait dans la rue pour prendre la lecture des compteurs de mes voisins, raconte-t-il. Ils auraient pu nous le dire."

À cet égard, Hydro-Québec assure qu'elle informe ses abonnés lors d'un changement de compteur.

---

Voir aussi...

Les factures gonflées se multiplient (12/11/2011)
http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2011/11/20111112-085903.html
Des dizaines d'abonnés d'Hydro-Québec dénoncent la hausse injustifiée de leur facture d'électricité, après le changement de leur compteur. «Ça me révolte, ça n'a pas de sens», rage Micheline Malo Laporte, qui devra payer une facture additionnelle de 750$ au cours des six prochains mois.Hier, le Journal dévoilait que trois abonnés d'Hydro-Québec ont subi des hausses de compte d'électricité à la suite du remplacement de leur compteur mécanique par la technologie à radiofréquence (RF). Il ne s'agit toutefois pas des nouveaux compteurs intelligents qui seront déployés dans la province dans les prochaines années. À la suite de la parution de cet article, plus de 50 autres clients de la société d'État ont communiqué avec le Journal pour dénoncer une situation semblable, un peu partout au Québec. Pour l'un de ces clients, la facture annuelle a même subi une hausse de 2000$. «C'est impossible, ce n'est pas ma consommation», assure Ginette Brodeur, qui a un nouveau compteur, depuis février dernier. Trois fois plus cher - Cette résidante de Longueuil a reçu une bien mauvaise surprise récemment, alors qu'elle apprenait que son compte d'électricité lui coûtera désormais 30% plus cher, soit 130$ plutôt que 103$. «Je n'ai rien changé à mes habitudes, je ne consomme presque pas! jure-t-elle. Je fais tout pour épargner. Comment ça peut augmenter autant?» Résidant de Terrebonne, Andrew Taylor, dit vivre une situation semblable. Au cours des six prochains mois, il devra acquitter des paiements d'électricité de 700$ pour compenser une hausse de consommation depuis un an. «Comment je suis supposé payer ça? questionne-t-il. Je ne suis pas millionnaire. Je capote.»

(...) La hausse de la facture d'électricité n'est pas liée à un changement de compteur, maintient Hydro-Québec. Selon le porte-parole de la société d'État, Patrice Lavoie, l'augmentation de la facturation s'explique de deux manières principales: les variations de température et une hausse dans la consommation d'énergie. D'ailleurs, plusieurs abonnés affirment qu'Hydro-Québec a souligné la rigueur du dernier hiver pour expliquer les indexations. Sous la recommandation d'Hydro-Québec, Ginette Brodeur a fait appel à un électricien pour assurer que son système électrique était branché correctement. «Il m'a dit que tout était beau, que ce n'est pas le compteur le problème, raconte-t-elle. Selon lui, il faut que je continue de me battre pour ma facture, parce que quelque chose cloche.» Une bataille qu'elle ne croit toutefois pas pouvoir gagner. «Ça fait quatre fois que j'appelle et que ça ne donne rien, dit-elle. Qu'est-ce que je peux faire de plus?» Micheline Malo Laporte, qui a aussi tenté d'obtenir des explications sur sa facturation, déplore l'attitude de la société d'État. «On m'a dit de faire attention à mon utilisation sur un ton un peu arrogant, dit-elle. Sur qui je peux compter pour me faire aider? C'est David contre Goliath. On ne peut rien faire.»




13.

Une solution plus sécuritaire pour la santé et moins coûteuse...

Hydro-Joliette aura ses compteurs intelligents (20 Octobre 2011)
http://www.laction.com/Actualités/MRC%20Joliette/2011-10-20/article-2781996/HydroJoliette-aura-ses-compteurs-intelligents/1
Un projet préliminaire prévoit un essai dans 150 domiciles - Très critiqués par les syndicats, les «compteurs intelligents» ne seront pas installés à Joliette. Toutefois, Hydro-Joliette prévoit quand même l'installation de nouveaux compteurs qui peuvent être lus à courte distance. Robert Parent, directeur d'Hydro-Joliette, aurait bien aimé installer les nouveaux compteurs qu'Hydro-Québec veut installer. «Mais c'était beaucoup trop cher considérant le territoire que nous desservons», explique-t-il. Problèmes d'accessibilité - Malgré tout, «certains compteurs sont si mal placés que les lecteurs doivent enfiler des raquettes en hiver, ou entrer dans les domiciles pour effecteur leur travail», déplore le directeur. La solution? Remplacer les lecteurs existants par de nouveaux appareils munis d'une commande de lecture à distance courte. «C'est une technologie qui existe depuis près de 20 ans, d'où la possibilité de les obtenir pour un prix qui convient mieux à notre situation», affirme M. Parent. Pas de coupures de postes - Le directeur ne voit que des avantages en perspective pour ces nouveaux joujoux qui promettent de régler les problèmes d'accessibilité en plus de préserver tous les emplois pour les personnes affectées à cette tâche. «Les lecteurs doivent encore se déplacer sur les lieux, car la lecture ne peut se faire que sur de courtes distances; soit dans le camion ou sur le porche d'entrée». Ces nouveaux compteurs seront achetés suite à un appel d'offres qui n'a pas encore été lancé. On prévoit un essai préliminaire en 2012 sur 150 domiciles sélectionnés au centre-ville de Joliette, pour un coût évalué à 30 000$. Si l'essai s'avère concluant, Hydro-Joliette procédera au changement pour ses 8500 abonnés. Aucune coupure de service n'est prévue, outre quelques secondes au moment du changement à domicile. «C'est aussi rapide que brancher un grille-pain», dit M. Parent.

C'EST LA 2E FOIS SEULEMENT QU'UN MÉDIA FAIT ÉCHO À CE SONDAGE DE LÉGER MARKETING

Deux Québécois sur trois n'appuient pas le projet d'Hydro-Québec (28 Octobre 2011)
http://www.lecourriersud.com/Societe/2011-10-28/article-2786004/Deux-Quebecois-sur-trois-nappuient-pas-le-projet-dHydro-Quebec/1
Selon un sondage réalisé par la firme Léger Marketing pour le compte du Syndicat des employé-e-s de techniques professionnelles et de bureau d'Hydro-Québec (SCFP-2000), 65 % des Québécois sont en désaccord avec le projet d'Hydro-Québec de remplacer les 3,8 millions de compteurs par un modèle faisant la lecture à distance. CLIP




14.

Texte d'une lettre à l'éditeur du bulletin d'Aylmer

From: Sharon Déoux (sdeoux@primus.ca)
Subject: Text of Letter to the Editor of the Aylmer Bulletin
Date: 15 Nov 2011

Dear Jean,

It occurred to me that you might like to see what I said in my letter to the Editor of the Aylmer Bulletin.  He just wrote to me saying that it would appear in the next edition.

Dear Mr. Ryan:

Because I suffer from electromagnetic sensitivity, I am very concerned about Hydro-Québec's intention to install so-called "smart" meters on all the homes and businesses in the Province, starting next year. The powers that be have apparently not heard that, last May, the World Health Organization classified radiofrequency radiation as a possible cancer-causing agent.

We can expect that the mesh of radiofrequency radiation that will be emitted by H-Q's system of meters will greatly add to the already high level of radiofrequency and microwave radiation in our environment, which could seriously harm everyone's health, in particular that of infants and children.

If, like me, you are concerned about the possible health consequences of Hydro-Québec's plan, you can sign a petition requesting a moratorium on the website of the National Assembly: https://www.assnat.qc.ca/en/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-2209/index.html

For additional information, you can consult the website of the Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique (www.cqlpe.ca), which is still being developed.

Sharon Déoux




15.

Le fédéral se traîne les pieds et nous on tape du pied...

Tiré de http://www.aqlpa.com/actualites/communiques/295-lapplication-du-principe-de-precaution-est-reclamee-pour-les-antennes-relais-de-telephonie-a-montreal.html

L’APPLICATION DU PRINCIPE DE PRÉCAUTION EST RÉCLAMÉE
POUR LES ANTENNES RELAIS DE TÉLÉPHONIE À MONTRÉAL
et
LE GOUVERNEMENT CANADIEN DOIT DONNER SUITE AUX RECOMMANDATIONS DU RAPPORT
DU COMITÉ PERMANENT DE LA SANTÉ CONCERNANT L’IMPACT SUR LA SANTÉ DES MICRO-ONDES
PROVENANT DES TECHNOLOGIES SANS FIL
(Rapport de décembre 2010)

Montréal, le 14 novembre 2011 - Les organismes Sauvons nos enfants des micro-ondes (SEMO), l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) et Option consommateurs (Oc) exigent du gouvernement canadien qu’il donne suite aux recommandations du Rapport du Comité permanent de la santé concernant l’impact sur la santé des micro-ondes des technologies sans fil. Rappelons que la ministre de la Santé, Mme Leona Aglukkaq, avait 90 jours pour répondre à compter du dépôt du rapport du Comité, qui a eu lieu en décembre 2010.

Les cinq recommandations faites par le Comité permanent de la santé doivent être mises en place afin d’assurer une protection pour la population. Ces recommandations découlaient de l’analyse de la preuve des effets biologiques soumise par des experts scientifiques internationaux lors de leur témoignage devant le Comité en avril et octobre 2010.

En plus, dans le cadre d’une consultation publique sur le déploiement des antennes relais de téléphonie cellulaire tenue à Montréal au cours du mois d’octobre, plusieurs organisations dont le SEMO, l’AQLPA, Option consommateurs et même la Commission scolaire de Montréal (CSDM) ont demandé l’application de Principe de précaution tant que l’incertitude demeure sur les risques à la santé des radiofréquences de télécommunication. « On demande aussi qu’une surveillance du niveau d’exposition soit faite pour qu’on puisse mieux répartir les antennes et qu’au bout du compte on puisse comparer le paysage électromagnétique de Montréal aux niveaux tolérés à Paris et dans plusieurs pays » ajoute François Therrien de SEMO.

Tout le pouvoir est à Ottawa
Toutefois, les consultations publiques municipales, comme celles tenues à Montréal, n’ont aucun autre pouvoir que de légiférer sur l’esthétisme et l’intégration urbaine des antennes. Les municipalités ne peuvent réglementer les aspects sanitaires lors du déploiement des antennes relais, puisque ce pouvoir revient à Santé Canada et à Industrie Canada. Pour les signataires du présent communiqué, le laxisme des lois de ces deux ministères par rapport aux micro-ondes doit être soulevé en Chambre et la ministre de la Santé doit répondre aux recommandations du rapport de décembre 2010, sans quoi les préoccupations des citoyens ne seraient pas prises au sérieux par le gouvernement en place.

Au cours de la dernière année, en attendant la réponse du Gouvernement au rapport du Comité permanent de la santé, l’OMS a déclaré les radios-fréquences (micro-ondes) comme étant «peut-être cancérigènes» (31 mai) et Santé Canada a émis un avertissement pour limiter l’utilisation du cellulaire par les jeunes de moins de 18 ans, étant donné les risques pour leur santé (4 octobre) . Le 12 novembre 2010, un article publié par le Conseil national de recherche du Canada faisait état d’une revue de la littérature réalisée par le Biologiste Henry Lai et Blake Levitt sur les problèmes de santé des populations vivant à proximité des antennes relais cellulaires. Les auteurs concluaient à des effets biologiques néfastes pour la santé causés par des radiations à faible intensité et recommandaient d’appliquer le Principe de Précaution lors de l’implantation des antennes relais.

Ces avertissements sont sérieux et crédibles. L’OMS, Santé Canada, le rapport du Comité permanent de la santé et des études indépendantes démontrent que la norme canadienne basée sur la protection des effets thermiques des micro-ondes est insuffisante pour protéger contre des effets biologiques néfastes pour la santé. Le gouvernement fédéral doit réagir pour protéger la population.

---

Annexe:

Cinq recommandations du rapport du Comité permanent de la santé :

1. Que le gouvernement du Canada envisage de fournir des fonds aux Instituts de recherche en santé du Canada pour appuyer la recherche à long terme sur les effets possibles sur la santé de l’exposition au rayonnement électromagnétique.

2. Que Santé Canada demande que le Conseil des académies canadiennes, ou un autre organisme indépendant compétent, évalue la documentation scientifique canadienne et internationale sur les effets possibles sur la santé de l’exposition prolongée et de courte durée au rayonnement électromagnétique de radiofréquences, évaluation qui comprendrait une étude sur l’électrohypersensibilité ainsi qu’une comparaison des politiques publiques sur l’exposition au rayonnement électromagnétique de radiofréquences en vigueur dans d’autres pays, et fasse rapport de ses conclusions.

3. Que Santé Canada et Industrie Canada élaborent un programme exhaustif de sensibilisation aux risques de l’exposition au rayonnement électromagnétique de radiofréquences en vertu duquel Santé Canada donnerait accès, en toute transparence, à toutes les études et analyses qu’il aurait menées sur les effets sur la santé humaine du rayonnement électromagnétique de radiofréquences, et fassent la promotion de l’utilisation sécuritaire des technologies sans fil.

4. Que Santé Canada et Industrie Canada se proposent pour offrir de l’information, dont des séances de sensibilisation sur l’exposition au rayonnement électromagnétique de radiofréquences.

5. Que Santé Canada veille à ce qu’il existe un processus pour recevoir les plaintes sur les réactions négatives aux appareils émetteurs de rayonnement électromagnétique, et y donner suite.

---

Mémoire de l'AQLPA - Appel aux principes de prévention et de précaution
Consultation publique pour examiner un règlement encadrant l'installation d'antennes de télécommunication à Montréal - CE MÉMOIRE QUI MÉRITE D'ÊTRE LU - QUELQUES BREFS EXTRAITS CI-DESSOUS
http://ocpm.qc.ca/sites/default/files/pdf/P52/8a10.pdf

(...) Il s’avère évident pour nous que le cumul des ondes provenant de plusieurs sources, à des intensités qui varient dans le temps et dans l’espace, peut expliquer la sensibilité, l’hypersensibilité et l’avènement de plusieurs maux de santé chez les citoyens sensibles aux rayonnements. Pour l’AQLPA, il n’y a pas de doute sur le fait que les ondes peuvent avoir des incidences sur la santé humaine si elles sont trop intenses et en trop grand nombre dans un périmètre donné et sur une échelle prolongée.

(...) Distance entre l’antenne et les individus
Le présent règlement prévoit des critères à respecter pour tous les types d’installation. L’AQLPA considère que le critère de distance de 300 mètres proposé par le Rapport BioInitiative risque d’être inapplicable en milieu urbain, mais que le critère de 100 mètres proposé en France pourrait convenir à Montréal. L’AQLPA propose qu’une distance de 100 mètres entre les antennes et les zones sensibles soit respectée par la Ville de Montréal et par les compagnies de télécommunication.

Or, dans la présente version du règlement, davantage axé sur l’esthétisme que sur la santé publique, on propose timidement de ne pas positionner une antenne, par exemple, « ...devant une fenêtre d’une habitation ou un balcon... ». L’AQLPA considère d’une part qu’il ne devrait pas y avoir d’antenne à moins de 100 mètres de tout lieu où dorment, vivent ou travaillent des individus sur plusieurs heures par jour. D’autre part, l’AQLPA considère qu’il devrait être possible pour un individu de refuser qu’une antenne soit installée à moins de 100 mètres de chez elle. De la même manière, un individu qui habite dans un édifice à appartements où sont déjà accrochées des antennes devrait pouvoir demander leur retrait pour des motifs de santé ou de prévention/précaution.

De plus, les antennes situées dans des zones sensibles doivent respecter les normes proposées par le Rapport BioInitiative, soit de 1000 mw/m2 (ou 0.6 v/m).

Ces distances et intensités doivent être rigoureusement respectées dans le cas des garderies, CPE, écoles, hôpitaux et CHSLD, car les personnes qui y vivent sont plus sensibles que la moyenne. Si ces types d’établissement souhaitent un bon service Internet haute vitesse, ils peuvent simplement continuer à utiliser les fils pour se connecter. L’option « sans fil » est attrayante, mais reste une option qui n’est pas indispensable.

OMS: http://www.iarc.fr/fr/media-centre/pr/2011/pdfs/pr208_F.pdf

Santé Canada: Les avertissements de Santé Canada sur les cellulaires doivent être clairs et diffusés largement
Henry Lai: http://carolhughes.npd.ca/post/les-avertissements-de-sante-canada-sur-les-cellulaires-doivent-etre-clairs-et-diffuses-largement

Antennes relais cellulaires: les preuves d'effets biologiques s'accumulent | Pierre Asselin | Science et technologie http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/science/201011/12/01-4342185-antennes-relais-cellulaires-les-preuves-deffets-biologiques-saccumulent.php

---

Articles connexes:

Projet de règlement pour encadrer l'installation d'antennes - Montréal oublie les craintes pour la santé, déplore la CSDM (12 octobre 2011)
http://www.ledevoir.com/politique/montreal/333408/projet-de-reglement-pour-encadrer-l-installation-d-antennes-montreal-oublie-les-craintes-pour-la-sante-deplore-la-csdm
La prolifération d'antennes de télécommunications en milieu urbain soulève des préoccupations de nature esthétique pour la Ville de Montréal, mais les risques potentiels des ondes électromagnétiques sur la santé de la population inquiètent bien davantage les citoyens, estime la commission scolaire de Montréal (CSDM).

À l'occasion des consultations publiques sur le projet de règlement de la Ville visant à mieux encadrer l'installation d'antennes à Montréal, le commissaire scolaire Jean-Denis Dufort a déploré hier que la Ville ne fasse aucune mention des problèmes de santé que peuvent représenter les micro-ondes. Au cours des dernières années, des antennes de télécommunications ont été installées dans des clochers d'église. Or, ces églises sont souvent situées à proximité d'écoles, a signalé M. Dufort.

«Les élèves de ces écoles sont donc exposés, jour après jour, et pendant de nombreuses années, à un rayonnement constant provenant de ces antennes. Malgré le discours ambiant, il n'existe pas de consensus scientifique sur les effets biologiques, autres que thermiques, d'une exposition prolongée aux ondes provenant des antennes de télécommunications, et ce, particulièrement chez les enfants. Nous invitons donc la Ville de Montréal à faire preuve de prudence», a expliqué M. Dufort aux commissaires de l'Office de consultation publique de Montréal, chargé d'examiner le projet de règlement de la Ville.

La semaine dernière, le comité exécutif de la CSDM a d'ailleurs adopté une résolution demandant à la Ville d'appliquer un principe de précaution en imposant des niveaux d'exposition inférieurs aux recommandations de Santé Canada lors de l'installation d'antennes à proximité des écoles et des garderies.

«Ce n'est pas la couleur ni la forme des antennes ni leur localisation qui posent problème, mais le niveau de radiation qu'elles font subir à ceux qui vivent dans leur voisinage», a pour sa part fait remarquer François Therrien, porte-parole du collectif SEMO (Sauvons nos enfants des micro-ondes).

Selon lui, les risques liés aux micro-ondes des téléphones portables et des antennes-relais sur la santé humaine ne font plus de doutes. Le rapport scientifique du Bioinitiative Working Group publié en 2007 démontre que ces ondes ont des effets néfastes sur les fonctions immunitaires et le système nerveux et qu'elles peuvent être à l'origine de cancers, a fait valoir M. Therrien. Le SEMO réclame donc des normes de protection supérieures près des écoles, des garderies, des hôpitaux et des résidences pour personnes âgées.
CLIP

Règlement encadrant l'installation d'antennes de télécommunication à Montréal : La consultation est terminée mais un questionnaire en ligne est toujours disponible
http://www.newswire.ca/fr/story/863129/reglement-encadrant-l-installation-d-antennes-de-telecommunication-a-montreal-la-consultation-est-terminee-mais-un-questionnaire-en-ligne-est-toujours
MONTRÉAL, le 21 oct. 2011 /CNW Telbec/ - C'est hier soir que se terminait l'audition des mémoires par l'Office de consultation publique de Montréal sur un projet de règlement visant à encadrer l'installation des antennes de télécommunication. Une vingtaine d'intervenants se sont fait entendre, tant des citoyens que des représentants du milieu associatif que des entreprises du domaine des télécommunications. Ces dernières ont présenté leur position lors de la dernière séance tenue hier dans le quartier Côte-des-Neiges. La commission commencera l'analyse de toute l'information et des opinions colligées dans la consultation pour rédiger son rapport. Elle rappelle cependant que les montréalais sont toujours invités à participer à un court quiz sur les antennes et à répondre à un questionnaire sur le site internet de l'Office au http://www.ocpm.qc.ca/antennes. Il s'agit là d'une façon originale de tester ses connaissances sur cette question et de participer à ce débat sur l'implantation d'antennes à Montréal et d'exprimer une opinion dont la commission de l'Office tiendra compte. Ce questionnaire demeurera disponible en ligne pour une dizaine de jours.Toute l'information disponible sur ce projet peut se trouver aux bureaux de l'Office au 1550, rue Metcalfe, bureau 1414 et à la Direction du greffe à l'Hôtel de Ville au 275, rue Notre-Dame Est. Cette documentation est aussi disponible sur le site internet de l'Office au www.ocpm.qc.ca.
À noter: Leur Quiz « Évaluez votre connaissance des antennes de télécommunication à Montréal » est encore disponible au http://ocpm.qc.ca/quiz-antennes

Consultations sur les tours d'antennes : les citoyens préoccupés par leur santé (18 octobre 2011)
http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2011/10/18/002-consultations-antennes-cellulaires.shtml

Les micro-ondes, dangereuses pour la santé? (14 novembre 2011)
UNE EXCELLENTE ENTREVUE AVEC ANDRÉ BÉLISLE À NE PAS MANQUER!
http://www.radio-canada.ca/emissions/desautels/2011-2012/chronique.asp?idChronique=185395&autoPlay
Des organismes relancent le débat sur les risques des micro-ondes pour la santé. Ils demandent au gouvernement Harper de donner suite au rapport que le Comité permanent de la santé de la Chambre des communes a remis il y a un an. Michel Désautels en parle avec André Bélisle, président de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique.

VOICI (ci-après) UN AUTRE BEL EXEMPLE DE L'ATTITUDE POUR LE MOINS CAVALIÈRE DE L'INDUSTRIE DE LA TÉLÉPHONIE CELLULAIRE. C'EST LE 'FREE-FOR-ALL', LE FAR-WEST EN CE DOMAINE. C'EST SURTOUT UNE VÉRITABLE INJURE AUX PRINCIPES DÉMOCRATIQUES LES PLUS FONDAMENTAUX ET AU DROIT À UN ENVIRONNEMENT SAIN ENCHÂSSÉ DANS LA CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE DU QUÉBEC
« 46.1. Toute personne a droit, dans la mesure et suivant les normes prévues par la loi, de vivre dans un environnement sain et respectueux de la biodiversité. » UN DROIT BIEN SYMBOLIQUE COMME ON PEUT LE CONSTATER! JUSQU'ICI, LE GOUVERNEMENT CANADIEN, VIA INDUSTRIE CANADA, N'A FAIT QUE PROTÉGER LES OPÉRATEURS DE TÉLÉPHONIE CELLULAIRE AU DÉTRIMENT DE LA SANTÉ DE L'ENSEMBLE DES CANADIENS. ET LE GOUVERNEMENT QUÉBÉCOIS EST TOTALEMENT SILENCIEUX SUR LA QUESTION. LES REDEVANCES PAYÉES PAR CETTE INDUSTRIE MULTI-MILLIARDAIRE SONT-ELLES TROP JUTEUSES POUR QUE L'ON OSE FREINER SON EXPANSION DÉBRIDÉE?

Châteauguay - Des installations d’antennes de Public Mobile inquiètent (10/11/2011)
http://fr.canoe.ca/infos/regional/archives/2011/11/20111110-162025.html
CHÂTEAUGUAY – L’installation de nouvelles antennes de télécommunications par la compagnie Public Mobile dans la région de Châteauguay dérange les autorités municipales de Châteauguay et Mercier qui voient pousser des antennes sans être avisés. La mairesse de Châteauguay, Nathalie Simon, déplore qu’une antenne ait été installée sur la rue Principale sans qu’il y ait eu demande de permis à la Ville. « On se demande s'il y en n'a pas d'autres ailleurs », a indiqué la mairesse Nathalie Simon lors de l'assemblée de son conseil lundi dernier.« C'est choquant que les entreprises dessinent leur réseau sans consulter les villes », a-t-elle souligné, précisant que la municipalité est « en communication » avec Public Mobile pour résoudre le problème. Le même scénario s’est produit à Mercier, la ville voisine. Une antenne de la compagnie de téléphonie a été érigée récemment derrière l'Hôpital vétérinaire de Mercier et le centre commercial Aux portes de Mercier sans que la Ville n'ait été avisée, a affirmé le conseiller Louis Cimon. Ce dernier a déploré cette action. « On s'était battu avec la compagnie Rogers pour qu'ils n'installent pas de tour à cet endroit. Ils [Public Mobile] ont monté leur antenne en une journée », a précisé M. Cimon. L'an dernier, des citoyens et des élus de Mercier s'étaient opposés au projet de la compagnie Rogers d'implanter une tour de 42 mètres tout près de l'Hôpital vétérinaire à Mercier. Après discussions, l'entreprise avait finalement accepté d'installer sa tour sur un autre site situé plus loin du secteur résidentiel.

Des résidants sont inquiets également quant aux risques pour la santé. « Je m'oppose aux tours de télécommunications en zone résidentielle. Je suis infirmière et je suis persuadée que les ondes cellulaires affectent les enfants », a dit Marta Perez, une résidante du secteur à l’origine d’une pétition contre l'initiative. Tout est légal dit Public Mobile - Public Mobile a indiqué dans un courriel qu'elle développe son réseau dans la région de Châteauguay « en stricte conformité avec les règlements d'Industrie Canada relatifs aux systèmes d'antennes de radiocommunications et de radiodiffusion ». L'entreprise a indiqué qu'à douze mètres de hauteur, les tours installées n'étaient pas visées par la même réglementation que celles de 15 mètres et plus. « Ça a peut-être créé une confusion avec la Ville », a indiqué au téléphone Lisa Papas, directrice des communications de la corporation. Des rencontres avec la Ville sont en cours, a-t-elle confirmé. Sur le site d'Industrie Canada, on y apprend que les « nouveaux systèmes d'antennes, y compris les tours, pylônes ou autres bâtis d'antenne, de moins 15 mètres au-dessus du sol » ne sont pas soumis au processus de consultation auprès de la ville et du public. Industrie Canada a ajouté qu'il est « prudent pour les promoteurs de consulter l'autorité responsable de l'utilisation du sol et le public ».

Gov't accused of dragging feet on radiation recommendations (NOVEMBER 14, 2011)
http://www.torontosun.com/2011/11/14/govt-accused-of-dragging-feet-on-radiation-recommendations
OTTAWA - Microwave radiation advocacy groups are crying foul, saying the government hasn't acted on recommendations made by a parliamentary committee before the last election.Three Quebec-based organizations - Save Our Children from Microwaves, the Quebec Association of Fight Against Air Pollution and Option Consommateurs - held a press conference in Ottawa Monday to call for the government to implement advice issued by the Standing Committee on Health on microwave radiation.In Dec. 2010, the committee suggested the government should consider providing funding for long-term studies on the radiation emitted by wireless devices. It also called for an independent group to take stock of the scientific literature available on the technology, and for Health Canada to develop an awareness program and to develop a plan for adverse reaction reports.Health Minister Leona Aglukkaq had 90 days to respond to the suggestions, but she did not do so before the election.The minister's director of communications says the health committee will now have to consider whether it wants to retable the recommendations in the new session of Parliament.NDP MP Carole Hughes was a member of the committee and says the government needs to act now."It is obvious that we have a government in place that is more interested in industry than it is in the well-being of Canadians," Hughes said. "I think it is better to be safe than sorry."Hughes said Canada needs to apply the precautionary principle until more information becomes available.The World Health Organization says the radiation emitted by all wireless devices could possibly be carcinogenic but more research is needed.




16.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'électrosensibilité et le brouillard électromagnétique...


Voici quelques-uns des articles publiés dans La maison du 21e siècle, un excellent magazine québécois qui mérite d'être davantage reconnu et plus largement diffusé. Si vous aimeriez être tenu informé-e de tout ce qu'il faut savoir pour vivre dans un environnement sain, demandez un numéro d'essai gratuit au http://21esiecle.qc.ca/numéro-dessai-gratuit

Ces articles concernent la pollution électromagnétique et ses conséquences sur la santé humaine.

L’intolérance électromagnétique élucidée (novembre 2011)
http://www.21esiecle.qc.ca/files/SICEM.pdf
Des chercheurs français viennent de démontrer que les champs électromagnétiques (CEM) modifient sensiblement la physiologie du sang et du cerveau des personnes électrosensibles et que l’impact sur ces marqueurs biologiques augmente et diminue selon l’intensité de l’exposition. «Nous savons avec certitude que l’hypersensibilité électromagnétique n’est pas psychosomatique», nous a confirmé l’oncologue Dominique Belpomme en entrevue téléphonique. « Les CEM provoquent des effets majeurs dans le cerveau. Le plus important d’entre eux est l’ouverture de la barrière hémato-encéphalique. Cela permet au mercure, aux organochlorés et à d’autres polluants de pénétrer dans le cerveau, où ils causent diverses maladies neuro-dégénératives.»
(...) L’équipe du Dr Belpomme a mis au point une méthode diagnostique basée sur des tests sanguins et un électroencéphalogramme spécial (échographie Doppler pulsée) qui permet de visualiser les flux sanguins. « Ces patients ont avec certitude des troubles de vascularisation cérébrale, affirme l’oncologue. En outre, les tests biologiques réalisés démontrent que 30 % d’entre eux ont des taux élevés d’histamine, 50 % ont trop de protéines de stress, la plupart ont un taux de mélatonine (hormone anticancer) trop bas, et 30 % ont des niveaux d’anticorps et de protéines qui indiquent un choc thermique et témoignent d’une souffrance cérébrale.» Il ajoute que la moitié de ses patients sont également hypersensibles aux produits chimiques, les deux syndromes partageant les mêmes anomalies cérébrales. CLIP

Les champs magnétiques élevés souvent dus au non respect du Code de l'électricité
http://www.21esiecle.qc.ca/les-champs-magnétiques-élevés-souvent-dus-au-non-respect-du-code-de-lélectricité
Des champs magnétiques importants circulent dans des milliers de maisons via l'entrée d'eau métallique sur laquelle est obligatoirement faite la mise à la terre de l'entrée électrique. On appelle « courant résiduel » ou « courant de fuite » la partie du courant de retour d’un circuit électrique qui emprunte ainsi un circuit ou un chemin autre que le conducteur neutre prévu à cet effet. « Les courants de fuite sont principalement attribuables à des non-conformités au Code. Ces courants de fuite sont la principale source de champs magnétiques à l’intérieur d’une habitation. Leur élimination irait dans le sens d’une politique de réduction des champs à des niveaux aussi bas que possible dans les zones occupées par la population », affirme Andrew Michrowski dans le numéro d'octobre 2011 du magazine Électricité Québec, publié par la Corporation des maîtres électriciens du Québec. Cet article reprend le protocole développé par M. Michrowski de la Société planétaire pour l'assainissement de l'énergie afin d'éviter ce problème. La première leçon : toujours respecter les exigences du Code de l'électricité et faire inspecter son installation électrique afin de détecter les erreurs de câblage pouvant générer des champs électriques et magnétiques élevés. - Voir aussi Les champs électromagnétiques dans les maisons canadiennes

Les Québécois, champions des cancers liés à l'électrosmog – Un dossier très complet à lire absoluement
http://www.21esiecle.qc.ca/files/CEM%20urgence.pdf
Il y a urgence car nous serions l'un des peuples les plus exposés aux champs magnétiques de 60 Hertz. Heureusement, nous pouvons réduire notre exposition au moyen de plusieurs mesures abordables qui permettent d’atténuer les symptômes d’électrosensibilité et prévenir, voire de contribuer à guérir, les maladies. - Voir aussi ELECTROSMOG: NOS TRES HAUTS TAUX DE CANCERS INQUIETENT LES EXPERTS Le Québec affiche les plus hauts taux canadiens d'incidence de trois cancers liés à la surexposition aux champs magnétiques. Cinq experts internationaux recommandent au gouvernement du Québec d'appliquer le principe de précaution en la matière.

Hypersensibilités environnementales : deux solitudes médicales
http://www.21esiecle.qc.ca/scm
Québec refuse de reconnaître une cause toxicologique aux hypersensibilités aux produits chimiques et aux champs électromagnétiques. Si l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’a pas écarté la thèse d’une origine psychologique, cette notion serait massivement contredite par la littérature scientifique, affirment des centaines d’experts pour qui la réduction de l’exposition aux polluants est le facteur clé permettant d’améliorer la santé des personnes atteintes. Ce dialogue de sourds fera de plus en plus de bruit au Québec, alors que des personnalités tels le toxicologue Albert Nantel et le député et médecin Amir Khadir s’affrontent sur cette question. Et si la solution résidait dans l’adoption d’une véritable médecine intégrative qui interviendrait sur tous les déterminants de la santé?
(...) La controverse sur les hypersensibilités environnementales intéresse au plus haut point le député de Québec Solidaire Amir Khadir, qui est aussi médecin spécialiste en microbiologie-infectiologie. Celui-ci fut, avec le médecin ontarien John Molot, l’un des conférenciers invités par l’Association pour la santé environnementale du Québec (ASEQ) lors d’une marche en faveur de la reconnaissance des hypersensibilités, tenue à Montréal le 28 mai dernier. Selon lui, les hypersensibilités déboulonnent le modèle toxicologique, vieux de 100 ans, selon lequel la toxicité d’une substance dépend de la dose d’exposition. « Le corollaire est qu’en deçà d’une certaine dose, tout toxique peut être inoffensif, dit-il. Il faut remettre ça en question, car on constate qu’il n’y a pas de relation linéaire entre la dose et les effets. » C’est la même chose avec les expositions électromagnétiques, ajoute-t?il : à certaines doses et fréquences, on a constaté qu’il n’y avait pas d’effets. Mais comme les radiations ont un effet cumulatif, chaque dose contribue à remplir le vase qui risque de déborder un jour. CLIP

Electricité: les 14 plus grands réseaux au monde poussent les smarts grids (2 novembre 2011)
http://www.romandie.com/news/n/_Electricite_les_14_plus_grands_reseaux_au_monde_poussent_les_smarts_grids021120111111.asp
PARIS - Les 14 plus grands réseaux d'électricité au monde se sont engagés mercredi à investir 700 milliards de dollars (508 milliards d'euros) dans les dix ans à venir pour faire notamment émerger des réseaux intelligents qui doivent permettre des économies d'énergie. Cet investissement doit être garanti par les autorités de régulation de l'ensemble des pays impliqués afin d'établir une structure stable, fiable et durable, ont demandé les Very Large Power Grid Operators (VLPGO) dans un communiqué. Ces smart grids, terme chapeau pour désigner les réseaux électriques du futur plus informatisés, doivent permettre de réduire la consommation et les pertes d'électricité en facilitant l'intégration d'énergies propres intermittentes (éolien, solaire...), et en mesurant mieux la demande des consommateurs par exemple avec des compteurs communicants. Les membres de l'organisation Very Large Power Grid Operators (VLPGO) transportent plus de 70% de l'électricité consommée mondialement par près de 3 milliards de personnes dans 13 pays (Etats-Unis, Japon, Royaume-Uni, Chine, Inde, Brésil, Russie, Corée du Sud, Afrique du Sud, Italie, Espagne, Belgique et France). Outre leur objectif d'investissement, les dirigeants des 14 réseaux se sont accordés sur une vision commune quant à l'importance des réseaux intelligents pour permettre la transition vers une société sans carbone, indique la VLPGO dans un communiqué. La VLPGO sera présidée en 2012 par Dominique Maillard, le président du directoire de Réseau de Transport d'Electricité (RTE), la filiale d'EDF en charge du réseau français à haute tension, indique-t-elle par ailleurs. Si l'émergence des réseaux intelligents est souhaitée dans la chasse au gaspillage et aux émission de CO2, le niveau d'investissements en centaines de milliards qu'ils nécessitent suscite des interrogations sur leur modèle économique, sur fond de coup de frein économique mondial.

Urine et antennes relais : étude scientifique comparative en temps réel sur des riverains avant et après l’installation d’antennes relais (18 nov 2011)
http://www.next-up.org/Newsoftheworld/2011.php#1
Conclusions : Mise en évidence de changements significatifs des marqueurs (hormones de stress, épinéphrine, norépinéphrine, dopamine, adrénaline, noradrénaline, phényléthylamine -PEA) et des neurotransmetteurs sous l’influence des irradiations des antennes relais. La preuve est apportée que les radiations modifient les processus du métabolisme humain et perturbent les mitoses cellulaires, cela nécessite une augmentation de la capacité de réparation du corps par rapport à un état de stress chronique.

ETUDE : effets non thermiques et mécanismes d'interraction entre les champs électromagnétiques et la matière vivante - 2010
http://www.robindestoits.org/attachment/308249/
CONCLUSION: Dans le cadre de tests de provocation qui les exposent à des appareils émettant des ondes électromagnétiques, l’étude de la VRC orthostatique peut fournir des tests pour diagnostiquer certaines personnes souffrant d’EHS. Cette étude est la première à mettre en évidence le fait que des modifications immédiates et spectaculaires interviennent à la fois dans le rythme cardiaque (RC) et la variabilité du RC (VRC), par suite d’une exposition aux micro-ondes à des niveaux bien inférieurs (0,5%) à ceux correspondant aux directives fédérales en vigueur au Canada et aux États-Unis (1000 microW/cm2 = 61 V/m).

Une fraction de plus en plus importante de la population se plaint d’être sensible à des appareils émettant de l’énergie électromagnétique. Hallberg et Oberfeld1 font état d’une prédominance de l’électrohypersensibilité (EHS). En constante augmentation, l’EHS ne concernait 3 qu’à peine 2% de la population avant 1997, mais est supposée concerner environ 10% de la population autour de 2004, pour affecter 50% de la population autour de 2017. Le phénomène est-il dû à une augmentation réelle de l’EHS ou bien à un intérêt médiatique plus important ? c’est ce que nous ignorons. Quoi qu’il en soit, cataloguer l’EHS comme un trouble psychosomatique ou bien en attribuer les symptômes au vieillissement et/ou au stress n’apporte aucune solution au problème posé par l’existence d’une population de plus en plus importante, en particulier les personnes de moins de 60 ans qui souffrent simultanément de fatigue, de troubles du sommeil, de douleurs chroniques, de la peau, des yeux, des oreilles, de problèmes cardio-vasculaires et d’équilibre, de troubles de l’humeur et de dysfonctionnement cognitif, ni au fait que ces symptômes semblent s’aggraver quand les personnes sont soumises à des appareils émettant des champs électromagnétiques2-7. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a organisé un séminaire international sur l’hypersensibilité aux CEM et le groupe de travail qui s’est réuni à Prague en 2004 a défini l’EHS comme suit8 :

« … Un phénomène selon lequel des individus ressentent des effets négatifs sur leur santé quand ils utilisent ou quand ils sont à proximité d’appareils émettant des champs électriques, magnétiques ou électromagnétiques (CEM)… Quelle qu’en soit la cause, l’EHS est réelle et parfois invalidante pour les personnes touchées… Les taux d’exposition subis appartiennent généralement à des ordres de grandeurs très inférieurs aux seuils recommandés par les normes internationales. » L’OMS poursuit en affirmant que : « L’EHS est caractérisée par divers symptômes non spécifiques que les individus touchés attribuent à l’exposition aux CEM. Parmi les symptômes les plus fréquemment cités, on peut mentionner des symptômes dermatologiques (rougeurs, picotements et sensations de brûlure), des symptômes neurasthéniques et végétatifs (fatigue, lassitude, difficultés de concentration, vertiges, nausées, palpitations cardiaques et troubles digestifs). Cet ensemble de symptômes ne fait partie d’aucun syndrome connu. » Les études de provocation (où les individus sont exposés à une certaine dose d’énergie électromagnétique et où leurs symptômes sont notés), comme les études d’amélioration (où l’exposition est réduite), peuvent donner des indications sur la source d’énergie responsable des agressions et sur le type et la vitesse de réaction. CLIP




17.

Les lépreux du 21e siècle...

Tiré de http://www.cqlpe.ca/TemoignagesRecus.htm

Les pestiférés des temps modernes

16 Septembre 2011

C'est le titre d'un livre électronique par Gunilla Ladberg offert gratuitement par l'entremise de l'Association Romande Alerte (www.alerte.ch)

Ce livre traite d'adultes et d'enfants qui, intolérants à l'électricité et aux radiations émises par le développement des nouvelles technologies de communication sans fil, doivent abandonner leurs maisons, leurs lieux de travail et leurs écoles.

Ces être-là sont contraints de fuir et de s'isoler la plupart du temps dans des endroits reculés ou dans la forêt. Leurs témoignages de vie relatés à l'auteur constituent la partie principale de ce livre bouleversant.

Ces personnes pourtant ne représentent que la pointe de l'iceberg. D'autres, en très grand nombre, traversent leur quotidien discrètement en supportant leurs symptômes courageusement et en essayant d'éviter les trop fortes doses de rayonnement. D'autres encore, nombreuses elles aussi, ne sont même pas encore conscientes que leurs symptômes pourraient être liés aux radiations électromagnétiques.

C'est ce qui est arrivé à Elisabeth alors qu'elle venait d'entreprendre un nouveau job. "J'effectuais une formation de graphiste et je travaillais sur un PC. C'était génial! C'était vraiment ce vers quoi je voulais m'orienter. Pourtant, après trois semaines, j'ai été totalement anéantie. J'ai été prise de vertiges, j'ai eu des problèmes cardiaques, des irritations cutanées et oculaires, des maux de tête et j'ai éprouvé une grande fatigue. Je ne parvenais plus du tout à me concentrer."

Maria est électrosensible depuis fort longtemps. "C'est un peu comme si on était des lépreux mais eux, au moins, à l'époque, bénéficiaient d'une île et ils étaient des malades avérés."

Les récits du vécu de ces gens doivent être mis à disposition du grand public. Nous, les "encore" bien-portants, avons une dette envers eux si durement touchés dans leur santé et leur vie quotidienne. Le sujet nous concerne tous. Les électrosensibles sont des êtres humains comme vous et moi. La seule chose qui nous distingue d'eux: eux doivent fuir; ce n'est qu'une question de chance et rien d'autre.

Gunilla Ladberg est enseignante Ph.D, éducatrice et auteur de livres techniques. Elle a écrit une vingtaine de livres de référence dans le domaine de l'éducation, le développement du langage et la psychologie, et elle a travaillé quatre ans comme enseignante dans l'éducation des adultes. Plus récemment, elle s'est engagée pour que les lumières soient faites sur les dangers de la téléphonie mobile. Tel en témoigne son nouveau livre "Ett vackert fängelse". Il a paru en 2008 dans sa propre maison d'édition, Gunilla Ladberg Pedagogik & Språk, www.ladberg.se.

Pour donner voix aux témoignages de ce livre, la détentrice du copyright en a autorisé la diffusion électronique gratuite et sans limite. Par contre, sans autorisation préalable de l'auteur, il n'est pas permis de modifier ou d'éditer le contenu du livre. Vous êtes encouragés à distribuer ce livre à toute personne qui ignore encore l'existence de cette problématique.

Le terme «électrosensible» utilisé dans ce livre est en effet un peu dépassé. Aujourd'hui nos médecins préfèrent qualifier cette maladie d'intolérance électromagnétique. Cette maladie n'est toujours pas officiellement reconnue en Belgique et nous espérons que ce livre contribuera à une meilleure compréhension des victimes des temps modernes. Bonne lecture!

Télécharger ce livre électronique en pdf.

Ce livre est également disponible en anglais ici ("Forced to Disconnect")

---

Dépliant fort utile...

L'électrosensibilité - Qu'est-ce que c'est ?

L'association française Robin des Toits a publié un excellent dépliant avec des informations simples et complètes sur le problème de l'électrosensibilité. Nous vous conseillons vivement de le diffuser à tout personne intéressée et surtout à ceux qui sont exposés aux rayonnements électromagnétiques et qui ne prennent pas le temps de s'informer sur les dangers qu'ils encourent.

Vous pouvez lire le contenu de ce dépliant en cliquant sur "Lire la suite" ou en téléchargeant le document original en pdf.

NOTE: Une version adaptée au Québec sera disponible sous peu.




18.

Tuera? Tuera pas?...

Tiré de http://www.alerte.ch/etudes/4-presentation/93-mobile-et-cancer-une-bombe-sanitaire-a-retardement.html

Mobile et Cancer: Une bombe sanitaire à retardement

Cet article, publié sur Santé log (www.santelog.com) le 10 novembre 2011 porte sur le récent rapport de MobileWise basé sur 200 études scientifiques. « La santé de nos enfants est en danger ».

Ne le laisse pas détruire ton cerveau : « Don't let it go to your head ». C'est ce que disent les experts de ce MobileWise report qui passe en revue les données de plus de 200 études scientifiques associant l'utilisation du téléphone mobile avec des problèmes de santé graves. De très nombreuses preuves ont été occultées, révèle le rapport : « La santé de nos enfants est en danger, face à l'inaction des politiques de santé publiques mises en face d'un nombre croissant de preuves sur les risques du mobile pour la santé ».

Alors que faut-il croire ? Nous nous sommes récemment fait l'écho d'autres études scientifiques dédramatisant voire niant ces risques sanitaires, la dernière en date ayant été publiée fin octobre dernier par le prestigieux British Medical Journal, suivant de près une étude du Journal of the National Cancer Institute qui concluait en juillet dernier, à l'absence de preuves scientifiques. Et qui est MobileWise ? MobileWise est une organisation caritative britannique qui veut sensibiliser sur les questions de santé liées aux mobiles. Il n'empêche que le rapport comprend un examen des données sur les risques des téléphones mobiles à ce jour, qui, s'il n'est pas systématique n'en reste pas moins l'un des plus complet, et que plusieurs experts scientifiques, de la neurochirurgie à la science de l'environnement, ont contribué à ce rapport. Et que dit l'OMS ? L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a adopté une approche de précaution et récemment classé les téléphones mobiles comme «un facteur cancérigène possible».

Le rapport avertit que la santé des enfants est mise en péril par l'échec du gouvernement et les compagnies de téléphone pour répondre à la masse croissante de preuves liant l'utilisation du téléphone mobile avec risques pour la santé. Des experts médicaux et MobileWise demandent au gouvernement et à l'industrie de communiquer maintenant à l'aide d'avertissements et de conseils afin de réduire les risques sur la santé liés à l'utilisation des mobiles.

De nombreuses preuves occultées: Les risques possibles identifiés comprennent les tumeurs au cerveau, la baisse de fertilité, les dommages à l'ADN, l'atteinte de la barrière hémato-encéphalique qui protège notre cerveau et la surproduction de mélatonine, ainsi que d'autres effets biologiques soupçonnés de jouer un rôle dans le développement du cancer. Approuvé par un certain nombre d'éminents médecins et scientifiques, le rapport souligne le nombre croissant de preuves jusqu'ici occultées dans le débat sur ces risques.

Ce rapport montre aussi que le cerveau des enfants est plus sensible que « prévu » aux effets des rayonnements des téléphones mobiles car toujours en développement, plus petit, avec une conductivité supérieure des tissus. « Le cerveau des enfants absorbe jusqu'au double d'énergie par rapport à celui d'un adulte lors d'un appel, et cette énergie peut se concentrer dans certaines régions du cerveau de l'enfant, allant jusqu'à tripler l'absorption dans ces régions.» Les enfants doivent donc être informés sur la façon de limiter leur exposition, minimum d'appels, utilisation des casques et maintien du téléphone à distance.
Finalement, si les National Health Services britanniques parlent de « limites à ce rapport qui n'est pas un examen systématique de la littérature », les institutions dont le NHS comme les scientifiques s'accordent sur l'urgence de recherches supplémentaires, en particulier sur les effets du mobile sur la Santé de l'Enfant, domaine dans lequel les données restent encore limitées.

Sources: MobileWise reportMobile phone health risks: the case for action to protect children, OMS Electromagnetic fields and public health: mobile phones

---

Voir aussi...

Liste de 346 études sur l'influence des champs électromagnétiques sur la santé
http://www.alerte.ch/images/stories/documents/etudes/articles_scientifiques_emfacts.pdf

Les champs électromagnétiques et la santé – 900 études scientifiques indépendantes
http://www.alerte.ch/images/stories/documents/etudes/EMF_and_Health_Over_900_Studies.pdf

De graves inquiétudes de Santé Publique sont soulevées à propos de l’exposition aux champs électromagnétiques (CEMs) des lignes à haute tension et des téléphones cellulaires (31 août 2007)
http://www.alerte.ch/images/stories/documents/etudes/albany_university_report.pdf
Àvoir également Communiqué de Presse du Bioinitiative Working Group (31 Août 2007)

Résumé du rapport international 'Bioinitiative' publié le 31-08-2007
http://www.alerte.ch/images/stories/documents/etudes/les_preuves_scientifiques_definitives_des_dangers_pour_la_sante_de_la_telephonie_mobile.pdf
Les preuves scientifiques définitives des dangers pour la santé de la téléphonie mobile (téléphone portable, antenne-relais, WiFi, Wimax, Bluetooth, DECT...) : le Rapport BIOINITIATIVE -- Ce rapport récapitulatif passe en revue plus de 1500 travaux publiés. Il constitue une première sur ce sujet, car il est rédigé sous l’égide du mot PREUVE. Scientifique, bien entendu. Le verdict de la science libre, sans lien financier ou public, est définitif. SUR LE PLAN SCIENTIFIQUE, IL N’Y A PLUS DE DÉBAT. LA TOXICITÉ de la téléphonie mobile EST UN FAIT ÉTABLI.

ÉTUDE : effets non thermiques et mécanismes d'interraction entre les champs électromagnétiques et la matière vivante - 2010
http://www.robindestoits.org/attachment/308249/




19.

L'Europe a plusieurs longueurs d'avance sur nous...

315 ONG signent une lettre au commissaire européen de la Santé Dalli sur les risques sanitaires des champs électromagnétiques (15 Novembre 2011)
http://www.teslabel.be/politique/204-315-ong-signent-une-lettre-au-commissaire-dalli-sur-les-risques-sanitaires-des-champs-electromagnetiques
A l'heure de l'ouverture de la conférence européenne controversée sur l'évaluation des risques des champs électromagnétiques (CEM) pour la santé, 315 ONG (organisations non gouvernementales), des euro-parlementaires de 10 pays, représentant 4 groupes politiques, 52 scientifiques et des médecins aussi bien que nombre d'avocats et d'autres parties prenantes d'intérêt public ont signé la lettre ouverte au commissaire Dalli en annexe appelant à une évaluation impartiale sur des risques pour la santé des CEM. Les 315 ONG sont localisées en Europe, Amérique du Nord et du Sud, Australie, Afrique du Sud et au Japon- IEMFA (International EMF Alliance) (représentant 67 ONG) - HEAL (Health & Environment Alliance) (représentant 70 ONG) - WECF (Women in Europe for a common future) (représentant 100 ONG) - PAN-EUROPE (Pesticide Action Network) (représentant 31 ONG) - RES Réseau Environnement Santé, France (représentant 21 ONG)- 26 autres ONG, y compris le BUND (Amis de la Terre, Allemagne) avec 480 000 membres. C'est aussi ce que rappellera l'action de protestation de ce mercredi 16 novembre à l'extérieur du bâtiment où se tient la conférence dont sont exclus un très grand nombre de scientifiques et d'experts indépendants. CLIP

Manifestation le 16 novembre à Bruxelles http://www.teslabel.be/activites-et-appels/197-manifestation-le-16-novembre-a-bruxelles
Le 16 novembre 2011, des citoyens venus de toute l'Europe viendront manifester à Bruxelles, devant le bâtiment Charlemagne où se tiendra la conférence de l'Union Européenne sur "les ondes et la santé". Aucun scientifique indépendant de l'industrie et ayant mis en évidence des effets néfastes n'a été invité à s'exprimer lors de cette grand-messe industrielle camouflée en débat de société. (PDF 2 pages ici) Le téléphone cellulaire n'est pas la seule source de rayonnements électromagnétiques dans notre société. Depuis quelques années nous sommes bombardés en permanence de micro-ondes pulsées issues des antennes relais (GSM, 2G, 3G UMTS, WIMAX... ), téléphones sans fil DECT, babyphones sans fil, Internet sans fil (WiFi/WLAN), satellites, etc. Comme si cela ne suffisait pas, les gouvernements de toute l'Europe sont en train d'autoriser à l'industrie télécom d'encore augmenter l'exposition aux ondes électromagnétiques par de nouvelles sources telles que le réseau 4G LTE (impliquant des nouvelles antennes-relais partout, qui s'ajoutent aux antennes 3G, et avec des débits beaucoup plus importants), les compteurs (d'eau, d'électricité, calorimètres etc.) dits "intelligents" càd émetteurs, Galileo (30 satellites émetteurs supplémentaires qui viennent s'ajouter aux 20 du GPS)...

Or il y a un lien direct entre l'augmentation actuelle des maladies chroniques (Alzheimer, TDAH, fibromyalgie, fatigue chronique, insomnies, allergies, etc) et l'augmentation exponentielle de l'électrosmog ces 10 dernières années. Des milliers de professeurs, de médecins et de scientifiques ont averti les politiques plusieurs fois que l'exposition actuelle aux rayonnements électromagnétiques est une menace directe pour la santé publique, et qu'ils doivent impérativement établir de nouvelles limites d'exposition biologiquement acceptables. Les politiques doivent réaliser que la santé publique est primordiale, et qu'ils doivent donc agir d'urgence. Voilà pourquoi nous devons manifester tous ensemble ! Nous demandons de baisser la pollution électromagnétique, et protestons:

*) contre l'absence à la conférence de l'Union Européenne des 16 et 17 novembre, de scientifiques ayant des points de vue divergents de l'actuelle position laxiste européenne. En effet, aucun des scientifiques dont les recherches ont prouvé des effets nocifs des rayonnement électromagnétiques ne sont invités à s'exprimer lors de cette conférence, comme L. Hardell, H. Lai, M. Kundi, F. Adlkofer, G. Oberfeld, O. Johansson, M. Havas, etc. (détails de la conférence sur http://www.onetec.be/EMF2011) [et voir 2011 International Scientific Conference on EMF and Health: Conflict of Interests];
*) contre l'attitude et les législations laxistes des gouvernements, qui ne tiennent pas compte de l'existence d'effets non thermiques toxiques des champs électromagnétiques ;
*) contre l'absence de reconnaissance de l'hypersensibilité électromagnétique comme handicap (à part quelque peu en Suède et en Espagne)
*) contre l'ingérence des industriels télécom dans la recherche. Les études sponsorisées par l'industrie télécom concluent neuf fois plus souvent à l'absence d'effets biologiques que les études indépendantes non financées par l'industrie. Pure coincidence ?




20.

Quelques ressources utiles - en anglais

SMART METERS -- Resources by TURN (The Utility Reform Network - en Californie) http://www.turn.org/article.php?list=type&type=160
Smart meters are a dumb idea. In short, they're expensive, don't help you save energy and put your privacy at risk.

Hazardous Meters By the EMF Safety Network
http://emfsafetynetwork.org/?page_id=872
Media reviews and consumers report numerous complaints prior to or following installation of Smart Meters for a variety of reasons.

Smart Meter Health Complaints
http://emfsafetynetwork.org/?page_id=2292

THIRTEEN FATAL FLAWS OF SMART METER TECHNOLOGY
http://emfsafetynetwork.org/wp-content/uploads/2009/11/13-Fatal-Flaws.pdf

Stop Smart Meters (in BC)
http://www.stopsmartmetersbc.ca/
LOTS of material such as...

20 Reasons “Smart” Meters are NOT Smart
http://emrabc.ca/wp-content/uploads/2011/06/20_Reasons_Smart_Meters_Are_NOT_Smart_FLYER.pdf

Powerwatch
http://www.powerwatch.org.uk/
Powerwatch is a small non-profit independent organisation with a central role in the UK Electromagnetic Field and Microwave Radiation health debate. Their pdf documents are a useful resources on many topics.

Citizens for Safe Technology
http://citizensforsafetechnology.org/
"International" and "Canadian" News and Developments offer breaking news, current events and links to information that will keep you up-to-date about the issue of wireless technologies.

Assessment of Radiofrequency Microwave Radiation Emissions from Smart Meters
http://sagereports.com/smart-meter-rf/

The Smart Grid and Privacy
http://epic.org/privacy/smartgrid/smartgrid.html

Why Stop Smart Meters?
http://stopsmartmeters.org/why-stop-smart-meters/
Utilities across the country are installing so-called ‘smart’ meters. As a result, bills are skyrocketing, health and safety violations are being reported, and privacy in our homes is being violated. Do we really need wireless smart meters? Decide for yourself: CLIP

BANNING SMART METERS… (July 18, 2011)
http://ppjg.wordpress.com/2011/07/18/banning-smart-meters/
Ten counties in California have banned Smart Meters. These wireless meters on every home and building will emit huge pulses of microwave radio frequency radiation as often as every few seconds throughout the day and night, seven days a week. Our FCC exposure standards only cover short-term thermal (heating) effects; they do not cover long-term accumulative exposure, nor do they cover biological impacts.And that’s just the indoor part. All transmitters inside your home or office will communicate with a Smart Meter attached to the outside of each building. That meter, in turn, will transmit at an even higher frequency to a central hub installed in local neighborhoods. In what are called “mesh networks,” signals can also be bounced from house-meter to house-meter before reaching the final hub. So exposures will not just be from your own meter, but accumulating from possibly 100-to-500 of your neighbors’ as well. The scientific evidence for biological impacts from microwave radiation, known for decades (remember the Moscow embassy) continues to grow with impacts such as DNA damage, increased risk of cancers and tumors, cellular stress, decreased melatonin, decreased sperm, cognitive difficulties and brain-wave alteration, heart rhythm disturbances, red blood cell clumping, and impacts on wildlife including to bees. Wireless radio-frequency radiation from smart meters can cause medical devices to stop working. Medical implants such as pacemakers and deep-brain stimulators used to control the shaking of Parkinson’s disease can be turned off by the radio frequency interference (RFI) caused by the signal. These signals are reported in published studies to interfere with critical care equipment, ventilators, pain pumps, wireless insulin pumps and other medical devices.

Reports from those who have had meters installed include heart palpitations, dizziness, inability to fall asleep, memory problems and cognitive disturbances, flu-like symptoms, worsening of existing health problems, abrupt depression, agitation, headaches, hearing problems. Here’s why people, communities and governments around the world are rejecting smart meters: - Radiofrequency interference causing malfunctioning of wireless equipment such as Wi-Fi and Netflix - Radiofrequency interference causing malfunctioning of medical equipment such as pacemakers and wireless insulin pumps - Radio-frequency spikes, causing appliances to break - Health effects like migraines, nausea, vomiting, muscle spasms, heart palpitations and sleeplessness caused by intense bursts of radiation. Excessive billing - Interception of personal identity information - Smart meters cause arcing, interfere with Ground Fault Interruptors (GFIs) and have been implicated in fires, especially in homes with older wiring. If your meter has an FCC number on its face, you are under surveillance! These meters are not only immensely dangerous to your health, they represent a a direct threat to in-home privacy and can monitor everything from when you are awake and when you sleep. These meters can detect how many people are in your home and what appliances you are using and the frequency with which you use them.

Smart Choices About Smart Meters: Critical Issues to Consider in Deciding Whether to Opt Out
http://smartmetersafety.com/2011/09/14/smart-choices-about-smart-meters-critical-issues-to-consider-in-deciding-whether-to-opt-out/
Here’s why people, communities and governments around the world are rejecting smart meters: - Radiofrequency interference causing malfunctioning of wireless equipment such as Wi-Fi and Netflix - Radiofrequency interference causing malfunctioning of medical equipment such as pacemakers and wireless insulin pumps - Radiofrequency spikes causing appliances to break - Health effects like migraines, nausea, vomiting, muscle spasms, heart palpitations and sleeplessness caused by intense bursts of radiofrequency radiation that has just been classified as a “possible carcinogen” by the World Health Organization — in the same category as lead, engine exhaust and DDT - Cybersecurity breachesExcessive billing - Interception of personal identity information - Electrical fires. Here’s a more in-depth look at the problems associated with wireless smart meters... CLIP Click HERE for a printable informational flyer

Dr Devra Davis Nobel co-laureate: "If the cellphone were a drug, it would be banned" (3 July 2011)
http://www.next-up.org/pdf/Dr_Devra_Davis_If_the_cellphone_were_a_drug_it_would_be_banned_26_08_2011.pdf
Once carrying three cell phones with her, Nobel Prize-winning oncologist Devra Davis gave up using them after conducting a study over the dangers of these devices. She says we allow our brain cells to die every time we speak on the phone and stresses that if the cell phone were a drug, it would be banned because it entered our lives without having been tested.Highlighting that people face a big problem due to cell phones, the American oncologist suggests there are ways to ease the negative effects of our mobile telephones. The simplest precaution is to keep the cell phone far from our bodies and use an earpiece while using them.Davis has waged a campaign to fight against the harms of radiation-spreading cell phones and recently wrote a book regarding the matter called “Disconnect.” “The truth about cell phone radiation, what the industry has done to hide it, how to protect your family,” reads the cover of the book.The professor was in Turkey last week for a conference regarding the harms of the cell phones. In an exclusive interview with Today’s Zaman, she says she wrote “Disconnect” in order to get people to use cell phones properly. “There is a misperception that if something is being sold, it is safe to buy it. This is wrong. I used to carry three cell phones with me, but after conducting a study about its harms, I gave that up. Sometimes, if I see a cell phone in my grandchild’s hand, I get upset. The microwave radiation between a cell phone and cell tower that is emitted when we do not use it is very harmful. The body and the brain absorb half of this microwave radiation. While we are speaking on the phone, because of the microwave radiation, our brain cells begin to die,” she says. CLIP

Smart meter foes file to put issue to voters (November 16, 2011) http://triblocal.com/naperville/2011/11/16/smart-meter-foes-file-to-put-issue-to-voters/
The Naperville Smart Meter Awareness Group turned in a petition with thousands of signatures Tuesday in an effort to get a referendum regarding the utility upgrade on the ballot.The group — which opposes the city’s planned smart meter roll out for health, security and privacy reasons — had 4,209 signatures by their count Tuesday afternoon, when they presented them to the city clerk’s office. The referendum would be non-binding — meaning the city has no obligation to act on the results — and would be placed on the primary ballot in March. The yes-or-no question specifically asks whether or not the city should halt the program altogether. (...) Councilman Doug Krause, who initially voted in support of the project, said he has changed his mind, in many ways because of the questions the Smart Meter Awareness Group has raised.“The way this whole thing has been hatched has been a disservice to the community,” he said, adding that he is concerned about the security of the data that will be kept by the city, as well as health hazards that the wireless technology could present.Krause also said he personally would vote in favor of the referendum. CLIP

EMF-Omega-News (19 November 2011)
http://www.buergerwelle.de/en/news/newsletter/newsletter_20111119.html
Unexplained increases in brain cancer in nations with longer term cellphone use - The ongoing mystery of the magnetosensing cows - Cell phone radiation and institutional corruption addressed - How the Telecom Industry Seeks to Confuse About the Dangers of Cell Phones - Smart Meters Raise Privacy, Health Concerns - Why risk your health with a mobile phone? - Sprowston residents angry about new mobile phone mast - People people thwarts mast plans - Frankie Boyle wins phone mast fight - Residents get council to reject cellphone tower - Anger in Bedworth over new phone mast - DoT gets PAC call: Monitor harmful radiation - News from Mast Sanity

Vous pouvez aussi vous abonner au bulletin anglais (très complet) diffusé 3 à 4 fois par semaine par Martin Weatherall. Il suffit de le lui demander au martinwea@rogers.com ou de consulter régulièrement son blogue au http://weepnews.blogspot.com/




21.

Reprise de contact avec le Chef Plaintes et réclamations en appels d'Hydro-Québec

Correspondance envoyée le 11 novembre 2011

Bonjour M. Dion

Il y a un bon moment que je n'ai pas pris contact avec vous et les choses ont bien évolué depuis que l'on s'est parlé cet été. Comme vous le savez sans doute, j'ai rédigé une pétition mise en ligne la semaine passée sur le site de l'Assemblée nationale du Québec, qui a déjà été signée (en ce 11 novembre) par plus de 1300 personnes. J'ai contribué activement à la formation d'une Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique et créé un site Web au http://www.cqlpe.ca/ (où de plus en plus de matériel est rendu disponible), en plus de soumettre certaines observations écrites maintenant disponibles sur le site Web de la Régie de l'énergie du Québec.

Voici ce que j'écrivais ce jeudi soir à plusieurs collaborateurs/trices impliqué-e-s à divers degrés dans ce dossier, et ce, à la suite d'une conversation téléphonique ce jeudi avec Mme Brigitte Blais responsable des communications de l'AQLPA... Je crois que cela pourrait vous intéresser et j'accueillerai avec grand plaisir tout commentaire que vous aimeriez formuler...

Je lui ai mentionné que, comme je l'ai suggéré (en italique ci-dessous) dans mes observations écrites à la Régie ...

« C'est en vertu de ce Principe de précaution que la Régie de l'énergie doit exiger d'Hydro-Québec qu'elle certifie que le compteur Landis+Gyr peut être utilisé de telle manière que ce risque soit pratiquement éliminé, ce que permettrait un abaissement de leur puissance d'émission sous le seuil mentionné plus haut, et à défaut de pouvoir s'y conformer, de programmer ces compteurs pour que leur émetteur-récepteur ne se mette en marche qu'une seule fois par semaine, au lieu de plusieurs fois par jour, durant une période de la journée où les gens risquent moins d'être présents à leur demeure, comme l'après-midi, ce qui serait à mon humble avis un compromis acceptable. »

De mon point de vue, Hydro-Québec pourrait être effectivement autorisée à poursuivre son déploiement de ces compteurs pourvu que la Régie l'oblige dans sa décision finale à ne les faire fonctionner qu'une fois par semaine (sur une base rotative, en relevant par exemple chaque jour un secteur différent d'une ville, d'une région, ou de l'ensemble Québec), ce qui est techniquement tout à fait possible puisque ce compteur Focus AXR-SD peut emmagasiner dans une mémoire tampon (d'une capacité de plus de 500 "log entries" selon ce qui est indiqué à l'avant-dernière page de ce document pdf) toutes les données de consommation électrique recueillies durant une période d'un mois, et à les programmer (configuration des paramètres à distance ou optiquement lors de leur installation) pour que l'émetteur demeure éteint le reste du temps, alors que le receveur demeurerait en état de veille afin de pouvoir recevoir au besoin une commande d'interruption ou de rétablissement de service. De tels paramètres seraient, à mon avis, acceptables à la plupart des opposants qui craignent les conséquences sur leur santé d'un fonctionnement ininterrompu des émetteurs de ces compteurs tel qu'observé ailleurs et tel que bien illustré dans cette vidéo : Richmond BC Smart Meter - Constant Microwave Emissions

Si les responsables de ce projet chez Hydro-Québec sont sincères lorsqu'ils affirment à la Régie ne pas avoir l'intention de mettre en place une tarification semblable au projet pilote Heure Juste [qui s'est avéré être un lamentable échec l'an dernier alors que même les clients qui s'étaient portés volontaires pour tenter de modifier leurs habitudes de consommation électrique n'y étaient parvenus que dans une infime proportion], ils devraient donc en principe, une fois tous les compteurs intelligents installés, ne pas s'objecter à une seule relève hebdomadaire de la consommation au lieu de multiples relèves quotidiennes.

De toute façon, Hydro-Québec conserverait au besoin la possibilité d'appliquer une tarification plus élevée aux heures de plus forte consommation électrique, car les données transmises chaque semaine leur permettraient tout de même de connaître la quantité d'électricité utilisée durant les heures à tarification plus élevée. Ce qu'une relève hebdomadaire ne permettrait pas, c'est la possibilité de connaître la demande électrique totale en temps réel sur l'ensemble du réseau afin de pouvoir gérer en mode Smart Grid la production des centrales – ce qui pourrait s'avérer précieux en hiver lorsque le niveau d'eau est bas derrière les barrages – afin de pouvoir turbiner le plus finement possible en fonction de la demande réelle, ce qui peut sans doute déjà être réalisé en ce moment, mais avec moins de précision.

J'ai aussi évoqué avec Brigitte une autre option, soit celle d'un branchement filaire (par le réseau de fibre optique déjà déployé au Québec par les fournisseurs de service cablé et par voie de ligne téléphonique, un système déjà utilisé par plus de 30 000 abonnés d'Hydro) au lieu de transmissions sans fil. Mais cela obligerait probablement Hydro-Québec à rompre son contrat avec Landis+Gyr, ce qui pourrait constituer un prétexte à refuser cette 2e option puisque, selon leur bonne vieille habitude, les responsables d'Hydro-Québec se sont sans doute mis dans une quasi impossibilité contractuelle de pouvoir le faire sans devoir payer de lourdes compensations pour rupture de contrat tel qu'illustré dans la vidéo suivante... (le sujet débute à 7 minutes dans cette vidéo) Maîtres Chez Nous 21ième siècle Le Gaz naturel du Québec - Partie 1 où l'on nous rappelle qu'Hydro devra payer en tout $3 milliards d'ici 2020 à Trans-Canada Energy en pénalités compensatoires pour conserver inactive, depuis la fin de 2007, la centrale au gaz naturel de Bécancourt en raison des surplus actuels d'électricité au Québec...

Par conséquent, il existerait au moins 2 scénarios à mon sens plausibles dans lesquels Hydro-Québec pourrait utiliser ces compteurs d'une manière qui soit acceptable en terme de minimisation des impacts potentiels sur la santé humaine, tout en atteignant les 3 principaux objectifs visés par l'adoption de cette nouvelle technologie, soit l'élimination à terme des releveurs de compteurs et des nombreuses difficultés liées à l'accès aux compteurs situés à l'intérieur des logements, la possibilité d'interrompre et de rétablir à distance le service, et l'établissement du profil exact de la consommation électrique, heure par heure et saison par saison, de chaque foyer québécois.

Toutefois, ceux qui prévoient qu'Hydro-Québec finira par adopter une tarification de type Heure juste comme en Ontario, ce que seule cette technologie rend possible, ne seront pas plus rassurés, et c'est sans parler ...

1) des risques de dérapages au niveau de la facture finale réelle pour Hydro-Québec de toute cette aventure, comparativement au maintien du système actuel, compte tenu de la durée de vie inférieure de cette technologie (selon la fiche de spécifications - avant-dernière page de ce document pdf - de ce compteur, sa durée de vie est de 20 ans et plus, alors que selon la notice explicative d'Hydro-Québec pour la figure 3 de ce document disponible sur le site de la Régie, elle n'est que de 15 années);

2) des doutes quant à ses capacités de bien fonctionner lors des grosses vagues de froid;

3) de l'incertitude quant à l'inviolabilité de la méthode d'encryptage face au cyber crime (‘Smart’ meters have security holes - Flaws could allow hackers to tamper with power grid, researchers say) et aux cyber attaques (CNN VIDEO: 'SMART GRID' MAY BE VULNERABLE TO HACKERS - A security firm warns how easy it is to hack into a smart grid with an electrical background and $500 worth of equipment - Study Shows Greater Security Concerns for Smart Meters). Après tout, si les ordinateurs contrôlant les drones du Pentagon ont pu être infectés par un virus récemment, comment peut-on être totalement assuré qu'un virus informatique ne viendra pas un jour contaminer tout le système de relève des compteurs et ne déclenche des pannes incontrôlables...);

4) des risques avérés d'interférences avec certains appareils médicaux, des implants (pacemakers) – voir BANNING SMART METERS… "Wireless radio-frequency radiation from smart meters can cause medical devices to stop working. Medical implants such as pacemakers and deep-brain stimulators used to control the shaking of Parkinson’s disease can be turned off by the radio frequency interference (RFI) caused by the signal. These signals are reported in published studies to interfere with critical care equipment, ventilators, pain pumps, wireless insulin pumps and other medical devices." – ou des systèmes WiFi résidentiels – voir Smart Choices About Smart Meters: Critical Issues to Consider in Deciding Whether to Opt Out "Radiofrequency interference causing malfunctioning of wireless equipment such as Wi-Fi and Netflix"

5) du risque de défaillances en cascade des compteurs en cas de surtension électrique importante (ce qui est l'une des causes possibles des nombreux incendies observés dans plusieurs pays où ils sont déjà installés - voir par exemple Vacuum shop fire raises SmartMeter questions ET Local 2 Investigates Smart Meter Fires HOUSTON -- Local 2 Investigates looked into fires sparked by the installation of new smart meters on every home and business across Houston. It's a danger homeowners called us about when they were stuck with no electricity and major damage to their homes.) et ce malgré le fait qu'ils aient été dûment approuvés par Underwriters Laboratories (bien qu'étrangement sur cette photo on ne voit pas le fameux label UL, peut-être parce que la série AXR-SD du compteur Focus n'a pas encore été certifiée??) qui ont fait subir toute une batterie de tests (voir page 25 de ce document pdf) au modèle Focus AX dernier cri dont les performances annoncées semblent tout de même fiables... du moins sur papier !

Vous me pardonnerez ce long compte-rendu avec divers liens à l'appui (et je pourrais en fournir des tas d'autres!) mais en plus de vouloir informer Brigitte sur ces divers aspects abordés lors de notre conversation, je vais envoyer une copie de tout ceci à M. Jean-Luc Dion, l'ingénieur responsable du service des plaintes d'Hydro-Québec qui a communiqué avec moi par téléphone - à ma demande - cet été et qui s'est dit disposé à répondre à d'autres questions si j'en avais. Comme j'en connais maintenant davantage sur ce dossier qu'au moment où je lui ai d'abord parlé, il serait intéressant de voir ce qu'il pourra m'offrir comme commentaire – s'il répond à mon courriel – à l'égard de ce qui précède. À tout le moins, il pourra faire suivre ce courriel aux groupe d'ingénieurs responsables de ce projet... ce qui leur donnera peut-être des idées pour accroître l'acceptabilité sociale de ces compteurs « de nouvelle génération ».

Il y aurait enfin, une dernière option à ne pas négliger. Renoncer à cette technologie pour le moment et attendre encore quelques années afin de voir d'abord comment les choses vont évoluer ailleurs. En profiter pour faire réaliser quelques études d'impacts sérieuses et indépendantes à la lumière des répercussions observées ailleurs. C'est en essence l'option à l'origine du moratoire demandé dans notre pétition. Reculer pour mieux sauter – si tel est le choix éclairé et librement consenti que la population québécoise - et non seulement les pontes d'Hydro-Québec! – accepterait de faire, en sachant clairement où cela va nous mener, et combien ça va réellement nous coûter!...

Voilà! En espérant que ces quelques idées trouveront un terreau fertile où germer et prendre forme.

À bientôt!

Jean

Et le 21 novembre M. Dion m'a répondu ceci :

Bonjour M Hudon,

J'ai bien pris connaissance de votre courriel.

Hydro-Québec analyse certaines pistes de solution actuellement... J'attends certaines réponses avant de vous répondre adéquatement.

Merci de votre compréhension.

Jean-Luc Dion
Chef Plaintes et réclamations en appels
Bureau de règlement et condition de services
Direction Stratégies & développement
7300 Choquette, RC St-Hyacinthe QC, J2S 7L1

---

PS de Jean: Voir aussi ce que le chef de l'opposition dit en Colombie-Britannique au sujet de ce à quoi serviront véritablement et inévitablement ces compteurs...

Conservatives call on province to end ‘ill-advised’ smart meter program (Nov 17th, 2011)
http://www.stopsmartmetersbc.ca/html/?p=1924
VANCOUVER — BC Conservative leader John Cummins warns that the BC Liberals smart meter program will punish families after its intended time-of-use billing becomes a reality.Energy and Mines Minister Rich Coleman has said that the government has no plans at this time to implement a time-of-use rate structure as part of its controversial $1-billion smart meter program, which is said to be a more environmentally sustainable initiative for B.C.’s aging grid. But BC Conservative leader John Cummins isn’t convinced. “The smart meter initiative goes beyond simple monitoring of consumption,” he said in a statement today. “It is clearly the intention of this Liberal government and BC Hydro to announce higher billing charges at peak periods after the election. People are going to be punished for performing normal, everyday tasks that they cannot do at other times because they go to work or school.” Time-of-use rate structures are being implemented in other places in Canada and the U.S. where smart meters have been installed. The structure would charge ratepayers more during periods the meter determines is their peak periods, part of an overall effort to get ratepayers to reduce their electricity consumption. CLIP




22.

La désobéissance civile non-violente pour se tenir debout face à l'oppresseur...

Date: 18 Nov 2011
De: Francois Drouin (etoilesfilantes@gmail.com)
Objet: Proposition

Bonjour!

Je réside en Estrie, plus précisément à North Hatley, et je suis en train de travailler à créer un atelier/réunion sur le thème de la désobéissance civile, en lien avec les compteurs électropolluants (c'est le nom que ma compagne a trouvé) d'Hydro-Québec.

Je trouve les idées de lettres et de pétition très pertinentes. À mon avis, cependant, il faudra davantage de pression sur les autorités pour qu'elles donnent un droit de refus ou qu'elles permettent à ceux qui viennent de se faire poser un compteur électropolluant de le remplacer par un compteur mécanique.

Mes idées d'action vont dans la même veine que celles réalisées par de multiples citoyens ailleurs, notamment en Californie. Nous devons bloquer l'accès à nos compteurs pour empêcher leur remplacement. C'est assez simple en plus. Je vous envoie, en pièces jointes, des photos de notre compteur et de la boîte qui le recouvre; impossible d'y accéder sans casser la boîte mais le compteur demeure lisible pour qu'Hydro-Québec nous charge l'électricité (n'hésitez pas à diffuser nos images sur votre site web). Nous sommes même prêt à faire le relevage nous-mêmes s'il le faut.

Je prévois d'autres actions (non-violentes bien entendu) et j'aimerais créer un premier groupe de désobéissance civile dans ma région sous peu. Plusieurs personnes que je connais (facilement une quinzaine) seraient d'après moi prêt à agir dans ce dossier, en faisant des occupations des "sit-in" dans les locaux d'Hydro-Québec par exemple. Je suis aussi prêt à me déplacer ailleurs pour donner des ateliers sur la désobéissance civile aux citoyens qui le souhaitent, sous forme de contribution volontaire.

Croyez-vous que je pourrais avoir un rôle pertinent au sein de la Coalition? En passant, mes expériences passées proviennent de mon implication dans le mouvement étudiant. J'ai notamment été actif au sein de la Fédération étudiante collégiale du Québec, comme Coordonnateur des relations et des communications.

Au plaisir!

François Drouin
North Hatley
819 794-0190

P.S. Je pensais partir un blog sur la question des compteurs électropolluants mais je suis heureux de voir que ce ne sera pas nécessaire. Félicitations pour ce beau travail!

Note de Jean: Je suis très heureux de l'aide qu'il va nous apporter. Il n'y a vraiment pas lieu de s'inquiéter relativement à sa proposition de recourir à de la désobéissance civile pour mettre du sable dans l'engrenage d'Hydro-Québec, car ça se fera dans la plus complète légalité. Je lui ai demandé d'écrire un compte-rendu de notre conversation et de clarifier la nature de la désobéissance civile, tant sur le plan historique (Thoreau, Gandhi, Martin Luther King) que sur celui des actions qu'il se propose de lancer, dont la formation qu'il veut offrir. Si vous voulez voir la binette de François et la démarche originale que lui et sa compagne ont entreprise, voir ICI - c'est un allié de taille dans notre lutte et à long terme!

En passant, cette idée de blogue est excellente et je t'encourage à la réaliser, car nous n'en avons pas sur cqlpe.ca. Je serais ravi que tu en sois le modérateur. Alors lance-le en utilisant le logo de notre campagne et en le liant avec cqlpe.ca et je le mettrai en lien directement sur la page d'accueil du site de la coalition. Ainsi les gens pourront s'exprimer librement - mais poliment - et amener encore plus d'eau à notre moulin.

Date: 22 Nov 2011
Subject: Entrée en scène
From: Francois Drouin (etoilesfilantes@gmail.com)

Bonjour à toutes et tous,

Bien heureux de me joindre à vous dans cette lutte qui s'annonce épique, c'est le moins qu'on puisse dire.

Jean vous a mentionné certains points de notre conversation de dimanche soir passé.

J'ai cru comprendre que certains s'inquiétaient de mon approche alors je vais préciser ici ma pensée et les actions que j'entrevois.

Tout d'abord, la question de la désobéissance civile. Le terme peut faire peur, j'en conviens. Malheureusement, les actions militantes sont parfois la cible des autorités (qui placent des agitateurs pour discréditer l'action entreprise) et parfois victimes de certains éléments incontrolables dans leurs propres rangs qui ne comprennent pas que lancer une roche dans une vitrine de magasin n'aide en rien leur cause.

Cela me ramène à la première règle édictée par Gandhi lors d'une action de désobéissance civile : que chaque participant soit exempt de toute colère. La base de l'action ne doit pas être une attitude intérieure revancharde, chargée d'émotions négatives, mais plutôt l'affirmation de sa dignité humaine. Cela peut sembler banal, mais pour moi ça ne l'est pas. C'est le coeur de l'implication que je propose et je vais beaucoup insister là-dessus dans l'atelier que je vais donner prochainement dans ma région.

Gandhi a d'ailleurs fait une déclaration qui s'applique très bien à notre situation car nous sommes peu, pour l'instant, à militer dans ce dossier : « Un individu conscient et debout est bien plus dangereux pour le pouvoir en place que 10 000 individus endormis et inconscients. »

Je vais contredire Jean en disant que la désobéissance civile que je propose est illégale. Je m'explique. Lorsque Rosa Parks, en 1955, refuse de laisser sa place à un passager blanc dans un autobus, elle contrevient à une loi. Cependant, celle-ci est moralement injuste du point de vue de l'égalité entre les blancs et les noirs. A-t-elle été illégale? Oui, mais son action n'était pas criminelle, au sens où elle n'était pas cachée et moralement inacceptable. Elle n'agissait pas pour son propre profit uniquement mais pour l'intérêt général de sa communauté. Lorsqu'il y a désobéissance civile, il faut toujours se demander si l'action entreprise est justifiable du point des droits de l'homme, qui ont préséance sur une loi ou un règlement injuste.

Comme certains l'ont mentionné, mettre des grillages ou une boîte (allez voir ceci pour avoir des exemples de qui se fait ailleurs: http://stopsmartmeters.org/2011/04/28/defend-your-analog-meter-part-ii/ - http://www.stopsmartmetersbc.ca/html/?page_id=2001) serait tout à fait défendable devant un juge en regard des risques pour la santé. D'ailleurs, il faudrait au plus tôt trouver un ou des avocats susceptibles de représenter les citoyens dans ce dossier. À mon avis, tôt ou tard, il va y avoir des luttes légales à mener.

Pour la question de la coupure de courant, c'est certain que s'il y a seulement une personne qui défend son compteur, elle a de grandes chances de se faire couper. Quoique aux États-Unis, à ma connaissance, personne ne s'est fait couper le courant. Mais imaginez seulement 1000 personnes qui défendent leur compteur. Ça peut sembler infime mais ça serait très difficilement défendable médiatiquement de la part d'Hydro-Québec de couper tous ces gens qui ont un argumentaire commun. N'aillons pas trop peur des conséquences de nos gestes. Comme quelqu'un aux États-Unis le mentionnait, qu'est-ce qui est le pire, passer quelques heures en prison puis être relâché ou être pris avec les compteurs pour le reste de notre vie? Il faisait cette déclaration en lien avec un sit-in dans les locaux de la compagnie d'électricité, qui avait eu une bon écho dans les médias.

Ce qui doit guider toutes nos actions, à mon avis, se résume ainsi :

Aucune violence (physique, verbale, etc) autant vis-à-vis des personnes que des objets.

Alors, dans un cas de sit-in, ou de 'stand-up' comme Jean le proposait dans notre conversation, si Hydro-Québec appelle la police pour qu'on s'en aille et qu'on refuse de partir, il se peut que l'on soit amené au poste pour refus d'obtempérer. Est-ce si grave ? Pas vraiment, dans la mesure où l'on ne se bat pas avec eux. La désobéissance civile se fait par résistance passive, le plus bel exemple étant celui de Gandhi où les gens acceptaient de se faire frapper sans répliquer. Ces images ont fait le tour du monde. Cependant, pas d'inquiétudes ici, je ne crois pas que nous en arrivions là dans notre lutte !

Comme je le disais à Jean, je compte organiser un atelier dans ma région (North Hatley-Estrie) sur le thème des compteurs électropolluants et de de la désobéissance civile. J'aimerais bien que l'idée fasse des petits ailleurs, je suis prêt à me déplacer jusqu'à Québec ou Montréal. Le principe est d'allumer des feux mais de procéder par gradation, comme toute bonne stratégie de pression. Je vais d'ailleurs tenter d'en développer une même si ce sera difficile car il aurait fallu s'y prendre plus tôt. Nous sommes un peu obligés de tirer dans toutes les directions car il est minuit moins une.

Autre sujet maintenant, le blog: Je vais voir ce que je peux faire, cependant ça peut devenir extrêmement prenant de tenir un blog, je ne suis pas convaincu d'avoir le temps. Je préfère en général me concentrer sur un aspect (dans ce cas-ci la désobéissance civile et les actions possibles) plutôt que de m'éparpiller et de disperser mes forces.

Finalement, concernant le site web de la coalition, il faudrait s'inspirer de http://stopsmartmeters.org/ c'est à dire...

1. Avoir des onglets sur lesquels les gens peuvent cliquer
2. Avoir un onglet "Actions que vous pouvez réaliser" pour que ceux qui veulent agir puissent rapidement prendre connaissance des possibilités qui s'offrent à eux
3. Avoir un onglet "Quels sont les problèmes des compteurs électropolluants" pour énumérer tous les problèmes (santé, vie privée, facture possiblement à la hausse, etc.)
4. Dans la page principale du site avoir une formule choc pour attirer l'attention. En parlant avec Jean, j'avais suggéré quelque chose comme: Avec les nouveaux compteurs "intelligents" d'Hydro-Québec, sommes-nous encore Maîtres chez nous ? Un petit paragraphe sur la nationalisation de l'hydro-électricité pendant les années 60 serait très évocateur pour les baby-boomers. Très ironique dans ce contexte que ce soit Hydro-Québec qui veuille nous imposer quelque chose dans notre foyer ! Alors lancer ce message dans la population toucherait à la réputation d'Hydro-Québec, à son image de marque. Je crois que nous devons aussi aller dans cette direction.

Salutations engagées!

François Drouin
North Hatley




23.

L'industrie nous traite d'hypocondriaques hystériques...

Tiré de : http://www.healthy.net/scr/Column.aspx?Id=890

Wireless Technology: Something In The Air

By Tony Edwards

WDDTY has already covered the dangers of mobile-phone technology (vol 15 no 5) as well as the issue of sensitivity to electric fields in general (vol 16 no 1). But the latest worry is the greater potential problem of the new wireless gadgetry now being brought into our lives—both at home, at work and everywhere we look.

Suddenly, the whole world seems to be going wireless. It started with mobile phones, then landline phones went wireless, and now broadband, laptops and bluetooth devices are following suit. We’re told it’s inevitable by the electronics industry. But has it considered the potential health hazards—or for that matter, have we?

“Day by day, I hear of more and more microwave applications, all of which are increasing the electro-smog that surrounds us,” says Alasdair Philips of the UK health-lobby group Powerwatch.

One telling piece of evidence for this is what happened to wireless car keys. Since remote car keys first came on the scene about 10 years ago, manufacturers have had to increase their power output by a massive 40 times to enable the signal to cut through the increasingly dense microwave smog around us, says Philips.

The other evidence is that microwave pollution can affect some people badly. Two years ago, Sarah Dacre was a successful high-powered executive, running a 70-strong TV production company, until she was struck down by a host of debilitating symptoms, including dizziness, loss of balance, chronic Candida, numbness in the arms, side and legs, and deteriorating eyesight. After months of false diagnoses--and in a state of near-total collapse--Sarah finally found the answer. “At the office, I was working all day with a laptop on my knees, and constantly using either a cordless phone or a mobile. One of the clues to what was causing the problem was that my symptoms were mainly right-sided--where I held the phones. I now can’t go anywhere near a computer or mobile phone without extreme care”.

Another sufferer is 35-year-old Roy Warne, who had to give up his job as a furniture salesman after his company installed a new wireless computer system. Now unable to work, he can’t get anywhere near his own laptop. “When I want to use the computer, I have it on in one room and sit in the hallway looking at the screen through binoculars,” he says.

Norway’s first female Prime Minister, and later Director-General of the World Health Organization, 65-year-old Gro Harlem Brundtland first suffered headaches from mobile phones, but now she finds that cordless phones and laptops cause her even worse problems. “If I hold a laptop to read what’s on the screen, it feels like I get an electric shock through my arms,” she says, “and I get an instant reaction if I touch a cordless phone.”

Although much of the evidence so far is anecdotal, even the official UK Health Protection Agency (incorporating the cautious National Radiological Protection Board) has acknowledged in a 45-page report (November 2005) that electrosensitivity (ES) is a genuine health condition. One convincing argument is that everyone reports the same cluster of neurological and physiological problems.

Nevertheless, the medical profession has tended to ignore ES sufferers, aided and abetted by an electronics industry anxious to protect its patch. That’s why most of the clinical evidence on wireless technology has come from case histories collected by a burgeoning number of self-help and lobby groups both in the UK and across the globe.

One of the most active UK groups is ElectroSensitvity-UK. Its technical consultant is Dr. John Rogers, a retired microwave-research scientist who himself suffers from ES.

Rogers points out that many of the so-called ‘wireless’ technologies (or Wi-Fi, for ‘wireless fidelity’) use microwaves like those used in radar. Wi-Fi frequencies (2.45–5.3 GHz) are chosen for their high transmission efficiency. But these frequencies are highly ‘bioactive’, says Rogers.

Problem products

What are the wireless dangers lurking in our homes? In pole position, according to ES experts, are cordless phones, especially those called DECT (digital electronic cordless telephone). They enable the phone to be used anywhere in the house, but at a price. ES campaigners say that having a DECT phone is like having an Orange or Vodafone mobile mast plonked slap-bang in the middle of your living room.

Just like a phone mast, DECT phones transmit 24/7, even when they’re not being used. Like masts, they also transmit a pulsed signal—suspected of being more dangerous than continuous radiowaves, for example. “These pulse rates mimic the body’s own endogenous nerve signalling rates, thus potentially interfering with normal functioning,” says Philips.

Added to that, like masts, DECT phones always operate at peak power, something even mobiles don’t do, having been designed to reduce power to the minimum when close to a mast (which is, incidentally, why rural mobile users receive higher doses of radiation that city-dwellers).

DECT phone emissions have a power of about 6 volts per metre (V/m) within a few feet of the base unit. That’s well within the official safety guidelines in the UK—but not in Austria, Switzerland, Sweden, China, Italy or Russia. Indeed, the city of Salzburg decreed a maximum exposure of 0.6 V/m after a scientist discovered cellular effects with emissions as low as 0.1 V/m (Electromagn Biol Med, 2003; 22: S161–9).

Likewise, in an open letter to the Bavarian Prime Minister in July 2005, a group of doctors urged a reduction of safety levels to even lower—to 0.06 V/m—after over 300 patients reported a range of health problems down to that level of exposure.

The concern over DECT phones has revived fears concerning an older piece of wireless technology—baby alarms, which have now also gone digital. Although not as powerful as DECT phones, they are potentially far more dangerous. They’re often mounted close to a baby’s head, and a baby’s brain is even more vulnerable than an adult’s.

Next on the list of domestic hazards are wireless broadband and wireless laptops. These also use the 2.45–5.3 GHz microwave frequencies, pulsed to obtain a range of up to 90 metres. Official figures of their power outputs are hard to come by, but ES groups have measured 1–3 V/m.

As radiation drops off rapidly with distance, the biggest worry is laptops, often used close to the body. What’s more, laptops seem to radiate downwards: outputs similar to those from DECT phones have been recorded from the underside of laptops. One case on Electro-Sensitivity-UK’s files is of a man who developed a penile tumour that may have been caused by a laptop, believes Dr Rogers.

Where’s the evidence?

The electronics industry, however, backed by the UK and US governments, continues to argue that any health risks from wireless are largely imaginary, fostered by hysterical hypochondriacs. Most electrical engineers and doctors agree with London University’s risk-expert Professor John Adams, who mocks ES as “an example of the modern disease of ‘compulsive risk assessment psychosis’--otherwise known as crap.”

Yet, in countries like Sweden, doctors recognize ES as a widespread condition that affects up to 3 per cent of the population (Johanssson O, Liu P-Y. ‘Electrosensitivity, electrosupersensitivity and screen dermatitis: preliminary observations from ongoing studies in the human skin’, in Simunic D, ed. Proceedings of the COST 244: Biomedical Effects of Electromagnetic Fields, 1995: 52–7).

Part of the reason for professional scepticism is the lack of an explanation for why it happens.

The core of the problem may be that orthodox science still doesn’t recognize that body cells communicate electromagnetically—the orthodox view is that it’s all chemistry. Yet, 30 years ago, Dr Robert Becker showed that the body produces tiny electro-magnetic fields to regulate the immune system in general, and self-healing in particular (Becker RO, Selden G. The Body Electric. William Morrow, 1987).

This discovery was later confirmed and extended by scientists such as Fritz-Albert Popp and Jacques Benveniste, giving us at least a theoretical basis for even relatively small artificial electrical fields having a potentially disruptive effect on the body.

However, precisely how they might do harm isn’t yet known. “The generally received opinion is that microwaves act as stressors of the immune system, particularly in vulnerable people,” says Alasdair Philips. Support for this comes from Professor Kjell Mild, of Örebro University, who has found that ES sufferers also tend to have allergic conditions or chemical sensitivity (Bioelectromagnetics, 2001; 22: 457–62). In fact, it turns out that up to 75 per cent of ES sufferers are chemically sensitive.

But many ES campaigners contend that we are all victims of microwave pollution—it’s just that we either haven’t noticed the symptoms, mistake them for something else or have particularly strong immune systems.

Growing evidence suggests they may be right. Although Wi-Fi technology is relatively new, we’ve had over a decade of experience with mobile phones and mast transmitters. Like Wi-Fi, mobiles and masts use pulsed digital microwaves. In the last five years, a cascade of studies and reports has catalogued some increasingly disturbing effects on health.

Cancer

An international review of nine studies found a 3.5-fold increased risk of acoustic neuromas (brain tumours near the ear) and 4.2-fold greater risk for uveal melanoma (cancer of the eye) in mobile users (J Toxicol Environ Health B Crit Rev, 2004; 7: 351–84). A German study found that long-term use (more than 10 years) of mobile phones more than doubled the risk of a glioma (tumours of the brain and spinal cord) (Am J Epidemiol, 2006; 163: 512–20).

However, some studies have shown no cancer effect at all--although most of these were funded by the mobile industry, according to a Powerwatch analysis.

An EU project called Reflex—involving 12 labs across Europe—tested the effect of mobile-phone radiation on isolated cells. Although the final report played down the findings, the small print revealed that significant DNA breaks were seen in human and animal cells at exposures far below official radiation limits (European Union. Risk Evaluation of Potential Environmental Hazards From Low Frequency Electromagnetic Field Exposure Using Sensitive in vitro Methods. December 2004).

This confirms nearly 30 years of research by Professor Henry Lai, of the University of Washington, showing damage by electro-magnetic fields to rat DNA, particularly in the brain (Environ Health Perspect, 2004; 112: 687–94).

“I have seen a lot of DNA damage, which is a concern because DNA mutation is a cause of cancer,” says Lai.

Brain damage

Study after study has shown that mobile-phone radiation has measurable effects on brain function. Swedish scientists have found “highly significant” evidence for neuronal damage in the cortex, hippocampus and basal ganglia in rat brains—though these results may not apply to humans.

They believe “weak pulsed microwaves” cause a “significant pathological” breaching of the blood–brain barrier, allowing potential toxins to enter the brain (Environ Health Perspect, 2003; 111: 881–3).

Similar findings were reported by Dr George Carlo, who ran a $25m research programme for six years for the US mobile-phone industry and reported a 50-per-cent greater risk of acoustic neuroma with cellphone use for six years or more (Carlo G, Schram M. Cell Phones: Invisible Hazards in the Wireless Age. Avalon Publishing Group, 2000).

Other rat studies have found significant changes related to brain growth and development, and widespread brain-cell “oxidative damage” due to mobile-phone radiation (Electromagn Biol Med, 2006; 25: 61–70; Clin Chim Acta, 2004; 340: 153–62).

In humans, mobile phone radiation—particularly pulsed radiation can alter brain potentials, blood flow and brain-wave patterns (Eur J Appl Physiol, 2000; 81: 18–27; J Sleep Res, 2002; 11: 289–95). Pulsed radiation can impair cognitive processing on hearing tests and slow down reaction times (Acta Neurol Scand, 2004; 110: 46–52; Bioelectromagnetics, 2006; 27: 119–26). Significant drops in melatonin have shown up, too, after just half-an-hour of mobile use (Int J Radiat Biol, 2002; 78: 1029–36)—which could explain some of the symptoms of ES such as poor sleep. Melatonin is key in the regulation of both the endocrine system and the ‘body clock’.

Few of these adverse findings have received much publicity. “There are fortunes being made from mobile phones—not only by the mobile companies, but also by government,” says Philips. “Apart from the selling of the 3G mobile licences for over £20bn, the UK government also makes billions a year on mobile phone taxes alone.”

Future lawsuits?

What can you do about Wi-Fi? Happily, there are a number of technological and lifestyle solutions that ES sufferers say work. Or you can simply turn your back on wireless technology—although for those who need to earn a living, that’s increasingly becoming impractical.

There’s no escape from microwaves in any case. Only the very remotest parts of the UK remain untouched by ‘microwave pollution’. Many schools, public buildings, towns and cities are now geared up to provide Internet and telephone access wherever we go.

This has prompted an increasing number of experts to call for a halt to the wireless revolution—at least until the health risks are better understood. Says Dr George Carlo, “Based on exposures in 1990s, we’re looking at 30 to 50,000 new cases of brain and eye cancer today; by 2010, we’re anticipating 300,000 to 500,000 cases per year directly attributable to mobile phone use.”

US and UK insurance companies will not insure mobile-phone companies against any future lawsuit--a sign of things to come.

---

Related article:

How ‘Smart’ is Brain Cancer?
http://onthelevelblog.com/2010/07/17/how-smart-is-brain-cancer/
(...) When I first heard the scare stories about smart meters, I have to admit I was sceptical. Surely the government wouldn’t allow the widespread installation of a technology with uncertain health effects in places where we live, work and sleep? Surely any reported illnesses related to cell phones, wifi, or indeed the new smart meters were simply paranoid delusions. Surely the smart meter scare belonged in the dusty file next to UFO’s and reptilian shapeshifters running the government.Not so fast. The more I looked into the issue, the more concerned I became. The industry says that the electromagnetic radiation emitted by cell phones, wifi, and smart meters is absolutely safe. They point to Federal Communications Commission (FCC) regulations that place an upper limit on the amount of radiation that can be absorbed by human beings over the course of a half hour (the so-called Specific Absorption Rate). Essentially this is a measurement of how much human flesh heats up in response to a given amount of radiation. ‘If it doesn’t heat you, it doesn’t hurt you,’ as the saying goes.

(...) Having a regular smart meter on your house is bad enough. But it gets worse. You may not even be aware that you have a ‘repeater’ meter on your house that collects data from up to 1000 adjacent houses, and sends it to PG&E, emitting higher levels of electromagnetic radiation nearly constantly.The wireless industry tells us that EMF is perfectly safe (based on industry funded studies) and that this justifies an unlimited expansion of electromagnetic radiation throughout our communities. Other voices (who aren’t profiting from the expansion of cell phone technology) argue that this uncertainty is reason to tread cautiously. They point out that the government once insisted that asbestos and smoking were safe, leading to the suffering and deaths of thousands.

(...) While countries like the US, Canada, Great Britain, Germany, Japan, and others (presumably where industry has significant influence over government policy) do not consider any potential effects beyond the heating of our flesh, other countries such as Russia, Switzerland, Italy and Hungary take a more precautionary approach- setting permitted levels of electromagnetic radiation far lower. These countries agree that the jury is still out on the question of electromagnetic health impacts, and that our cell phones might very well might be having serious impacts on our the living cells within our bodies.This is not really that radical an idea, after all. Considering that each part of the human body - particularly the heart - emits electromagnetic radiation throughout the body as a way of regulating basic life support systems, doesn’t it make sense to tread a little cautiously here?

(...) At the start of the 2nd decade of the 21st century, we have become simians constantly bombarded by electrosmog. Drinking in tap water of pharmaceutical traces, subject to lead, mercury, asbestos, as well as millions of chemical combinations we don’t even know about, electrosmog from wifi and cell phone towers, toxic air pollution, and petrochemical residues on our food and in our water. I knew something wasn’t quite right with everything- I just couldn’t put my finger on it. That sense of dread. That sense that something is deeply awry. According to Nathaniel Rich of Harper’s Magazine: The existence of killer waves would, however, explain a lot. We’d have a much more comprehensive understanding of how and why we get cancer, for starters. We’d also understand why we sometimes get headaches after using a cell phone for a long period of time; why it seems like we know a surprisingly large number of young people with unusual cancers; why we struggle to remember incidental facts; why we used to be able to do the Sunday crossword but can now make it only through Friday; why our children have so much difficulty sitting still and reading books and speaking in complete sentences; why we get sad for no reason; why sometimes, when we look at our loved ones, for a bizarre split second we don’t recognize them; why it can seem that our lives are guided by some dark, implacable force; and why, when we sit up straight in the middle of the night and can’t go back to sleep, we feel a dizzying sense of panic at the hopelessness of it all. I began to think about the times I was on my cell phone- (especially when I was on the train when the cell emits high levels of radiation in order to find the next tower) when I felt a warming, and a sort of pressure building behind my temple. Things started to fall into place. Enough is enough. How could I have been so blind? CLIP




24.

Le gouvernement ontarien aime bien presser le citron des clients d'Hydro One...

SAVIEZ-VOUS QUE LES CLIENTS D'HYDRO ONE EN ONTARIO ONT DÛ PAYER $200 POUR L'INSTALLATION DE CHACUN DE LEURS COMPTEURS INTELLIGENTS? IL EST INCOMPÉRHENSIBLE QU'IL N'Y AIT PAS EU UNE RÉVOLTE CONTRE UN TEL ABUS. SANS COMPTER QUE LEUR FACTURE D'ÉLECTRICITÉ A AUGMENTÉ EN MOYENNE DE 150% APRÈS L'INSTALLATION DE CES COMPTEURS VOLEURS. C'EST CE QUI S'EN VIENT ICI!

Coming Soon – Yet Another Dalton McGuinty Tax Grab (September 1st, 2011)
http://larryscott.ca/feature/coming-soon-–-yet-another-dalton-mcguinty-tax-grab/
TORONTO — Today Ontario PC Leader Tim Hudak was joined by Ontario PC candidates Mike Yen and Karlene Nation to expose Dalton “The Tax Man” McGuinty’s latest attempt to sneak in a new tax on Ontario families. A review of the 2010 Ontario Public Accounts reveals that McGuinty’s Minister of Energy has quietly approved charging Ontario families a new “smart meter service fee”. This new tax is being charged to cover the costs of the “Smart Metering Entity” that runs the smart meters which themselves are nothing more than government-sponsored tax machines. The new Smart Meter Tax will be applied on top of the current costs of the smart meter scheme – which already charges families $200 per household to install, and drives up family hydro rates by 150%. One of Dalton McGuinty’s energy bureaucracies is already budgeting to collect this tax which will cost Ontario families at least $132 million dollars over four years.

(...) Buried on a footnote on page 1-102, of volume 2a of the 2010 Ontario Public Accounts is a revelation that Dalton McGuinty’s Minister of Energy quietly approved a request from the Independent Electricity Systems Operator to apply to the Ontario Energy Board for a new tax called Smart Meter Service Fees. Page 13 of the Independent Electricity System Operator’s 2011-2013 Business Plan confirms that the Dalton McGuinty Liberals are already budgeting to collect $33 million per year in Smart Meter Service Fees beginning in 2012. Over the next four years, this would cost Ontario families $132 million to run the smart meter super computer. This new Smart Meter Tax will be applied to smart meter hydro bills above and beyond the higher costs of ‘time of use pricing’. Already under Dalton McGuinty, hydro rates have gone up 84 percent and 150 percent for homes with a smart meter, not to mention the $1 billion ($200 per household) price tag that came with installing smart meters.

Pour avoir une idée de l'état du déploiment de ces compteurs électropolluants aux États-Unis, voir ce qui suit:

Utility-Scale Smart Meter Deployments, Plans & Proposals - September 2011
http://www.edisonfoundation.net/IEE/issueBriefs/SmartMeter_Rollouts_0911.pdf
This map and table summarize current smart meter installations, as well as planned deployments and proposals, by investor-owned utilities, large public power utilities, and some rural electric cooperatives. IEE estimates that approximately 65 million smart meters will be deployed by 2015, representing 54% of U.S. households. As of September 2011, 27 million smart meters have been installed. CLIP - Voir aussi Smart Grid Spending Will Top $45 Billion by 2015




25.

Wimax, le Wifi sur les stéroïdes*...

*Une expression précédemment utilisée dans un autre contexte

Tiré de http://www.lemeraudeplus.com/antennes-wimax-des-craintes-de-cancer/

ANTENNES WIMAX : DES CRAINTES DE CANCER

Par André Fauteux (printemps 2010)

En activant son nouveau système WiMax, en février 2006, le petit village suédois de Götene n’a pas seulement hérité d’Internet haute vitesse. Quelques heures après la mise en service d’antennes émettrices de radiofréquences (RF), dont des micro-ondes, l’urgence de l’hôpital local a reçu plusieurs appels de résidants. Ceux-ci se plaignaient de nombreux symptômes, variant de maux de tête à des difficultés respiratoires en passant par de l’arythmie cardiaque et la vision embrouillée. Dans ce petit village d’à peine 5 000 âmes, au moins cinq résidants hypersensibles à la pollution électromagnétique ont dû déménager pour retrouver leur santé.

C’est entre autres pourquoi des citoyens de Sutton s’opposent à l’érection de 45 antennes-relais WiMax dans leur municipalité régionale de comté (MRC) de Brome-Missisquoi. Ce projet de la MRC vise à desservir une partie des 20 % des immeubles de son territoire qui n’ont pas accès à Internet haute vitesse par câble ou par une ligne téléphonique.

WiMax en bref

WiMax (Worldwide Interoperability for Microwave Access) est une famille de normes adoptées depuis 2001. Elles définissent la transmission de données à haut débit — jusqu’à 10 mégabits par seconde — à l’aide d’ondes à large bande de fréquences (surtout de 2 à 66 gigahertz) pouvant voyager sur quelques dizaines de kilomètres, explique-t-on dans Wikipédia.WiMax comprend la norme Wi-Fi, protocole de diffusion jusqu’à 300 mètres sur la fréquence 2,4 gigahertz.

Le droit démocratique inaliénable qu’est devenu l’accès rapide à Internet se heurte donc aux droits à l’intégrité physique et psychique. « Les montagnes nous protègent actuellement des émissions des antennes de cellulaires, mais si la MRC va de l’avant, je serai obligée de déménager je ne sais où, car le réseau WiMax couvrirait 80 % du territoire de la MRC », déplore Suzanne Cazelais, résidante de Sutton atteinte d’électrohypersensibilité.

Ce syndrome affecte aujourd’hui 3 % des gens de façon sévère, estime Magda Havas, professeure et chercheuse sur les effets biologiques des champs électromagnétiques à l’Université Trent, en Ontario. Celle-ci affirme que les radiations WiMax sont très puissantes et qu’il a été démontré que de faibles expositions à de telles micro-ondes peuvent provoquer divers symptômes et même des cancers. Elle recommande plutôt d’investir dans la fibre optique, une solution plus dispendieuse.

Débat sur les risques

« Le cellulaire qu’on a sur notre oreille émet dix fois plus de radiations que les tours WiMax », a fait valoir le promoteur des antennes, Jean-Pierre Beaumier, vice-président de XIT Telecom, au quotidien La Voix de l’Est. Aussi ces tours exposeraient-elles les citoyens à des radiations moins puissantes que celles émises par les connexions Wi-Fi utilisées à la maison.

Subventionné à 90 %, le réseau WiMax de Brome-Missisquoi coûtera 1,6 million de dollars et le projet ira de l’avant d’ici l’été, prévoit le directeur général de la MRC, Robert Desmarais. Madame Cazelais déplore que ce dernier ait refusé d’évaluer les risques sanitaires possibles. La MRC se fie à l’avis de Santé Canada. Ce ministère fédéral ne s’est prononcé que sur les antennes de cellulaires, aucune étude scientifique n’ayant encore été publiée sur les effets biologiques des radiations WiMax. « Les chercheurs s'entendent pour dire que l'énergie RF qui provient des tours de téléphonie cellulaire est trop faible pour entraîner des effets indésirables sur la santé des humains », affirme-t-on sur le site de Santé Canada. Une affirmation trompeuse : en 2005, le conseiller scientifique du gouvernement britannique, sir William Stewart, déclarait que selon quatre études sérieuses, les gens qui vivent jusqu’à 400 mètres de ces mêmes tours affichaient des taux de diverses maladies, dont le cancer, plus élevés que la moyenne.

---

Voir aussi...

Telus annonce son nouveau réseau filaire haute vitesse Fusion (15 novembre 2011)
http://www.branchez-vous.com/techno/blogues/materiel/2011/11/telus_annonce_s.html
NOTE: Cela démontre qu'il existe une excellente alternative au WIMAX pour obtenir, entre autres, l'accès Internet très haute vitesse en zone rurale, et ce, sur les bonnes vieilles lignes téléphoniques grâce à de nouveaux protocoles de compression ultra-efficaces.

TELEPHONIE MOBILE ET SANS-FILS Histoire et Mobiles - TROUSSE POUR ACTION http://www.robindestoits.org/attachment/242130/
Un document assez complet touchant de nombreux aspects où l'on peut notamment lire ... (...) La valeur des limites d’exposition à 0,6 V/m s’applique exclusivement à la téléphonie mobile et ne concerne pas les réseaux WIFI et WIMAX. La solution par WIFI et WIMAX n’a que des caractères négatifs :- elle est inutile – En raison de l’importance de la couverture par réseau filaire, à ce jour 98% du territoire est couvert,- elle est très inférieure techniquement car elle ne permet que l’accès haut débit alors que le présent et l’avenir sont au TRES haut débit. En d’autres termes, sous prétexte de réduire la fracture numérique, on la pérennise en mettant en place un accès Internet à deux vitesses et comportant des risques sanitaires. N.B. : il est à noter qu’aucune de ces technologies sans fil n’a fait l’objet d’étude d’impact sanitaire préalablement à leur mise sur le marché. Sous prétexte du « manque de recul » , la population est traitée en cobaye. Le WiFi et le WIMAX affectent particulièrement les victimes de l’EHS. Ils ont un effet promoteur/déclencheur de l’EHS. Il existe un accord général, qui englobe les installateurs de réseaux WIFI et WIMAX, sur le fait que dans un délai proche, au plus tard 2012, la fibre optique sera la seule solution techniquement fiable pour la distribution du très haut débit. En lien avec les diverses prises de position officielles on constate que les décisions publiques desuppression du WIFI et du WIMAX sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus importantes. Exemple : le projet de dorsale numérique de la région PACA, qui comportait 400 émetteurs WIMAX, a été annulé. Bien qu’il ait été précédemment voté. Le WIMAX est à ce jour abandonné dans 1 Région et 6 Départements. Le tout filaire est à ce jour décidé dans 1 Région et 2 Départements. CLIP

Contre le Wimax
http://www.robindestoits.org/Contre-le-Wimax_r100.html
Dans cette rubrique: -"> De quoi s'agit-il ? -"> Des risques sanitaires importants -"> Une problématique technique et économique -"> Des victoires -- De quoi s'agit il ? Le Wimax (World Interoperability for Microwave Acces) est une technologie sans fil permettant l’accès internet en haut débit. Cette technologie utilise une bande de fréquence large allant de 3,5 à 66GHz. Pour rappel la téléphonie mobile utilise des fréquences comprises entre 0.9GHz et 2.1Ghz. Le Wimax permet un accès à internet en haut débit, entre 1 et 10 Mb/s, soit un débit comparable à la technologie filaire ADSL mais bien inférieur à ce que permet la fibre optique (">100Mb/s). Comme pour la téléphonie mobile les ondes émises par les antennes Wimax sont des ondes pulsées en ELF (extrêmement basses fréquences).

Pour en savoir plus lire Ce qu'il faut savoir: Quel est le danger des ondes type téléphonie mobile ? ... Par exemple:

(...) Selon l'Afom (Association Française des Opérateurs Mobiles) "Les antennes-relais ont une puissance d’émission de l’ordre de 20 Watts, soit en moyenne 1000 fois inférieure à celle des émetteurs de radio ou de télévision." Cela est totalement faux. C'est une intoxication pure et simple. Tout d'abord, les ondes de la téléphonie mobile ont une structure beaucoup plus agressive que celle de la radio et de la télévision (jusqu'au SECAM) car il s'agit de micro ondes pulsées en extrêmement basses fréquences. Du reste, lorsque les opérateurs parlent de puissance, ils ne parlent pas de la puissance reçue par le public mais de la puissance de l'émetteur, par exemple 40W. Or, une antenne relais de 40W concentre l'énergie de manière horizontale et cette puissance est capable d'atteindre 150W sur certains points chauds, c'est à dire plus de 6V/m de puissance reçue, soit plus de 10 fois la limite maximale préconisée par les scientifiques indépendants (0,6 V/m). Autrement dit, ce n'est pas la puissance nominale qui compte mais, comme tous les électriciens le savent, la puissance reçue, c'est à dire la puissance avec gain.

(...) Il est important également de savoir que les ondes de la radio télévision sont des ondes continues à 800Mhz maximum mais que les ondes de la téléphonie mobile commencent à 900Mhz, dans la gamme des micro-ondes et qu'elles sont pulsées. De plus, les signaux portés sont des ondes d'extrêmement basses fréquences (ELF), ce qui induit une triple toxicité, à la fois par les micro-ondes, puis par résonance avec les fréquences ultra basses du cerveau et enfin et surtout par les pulsations, qui induisent une attaque physiologique au niveau moléculaire et cellulaire (en désorganisant les processus physiologiques primaires et en détruisant les structures biochimiques, comme vu plus haut). Ainsi, les ondes de la radio et de la télévision n'ont vraiment rien à voir avec les ondes de la téléphonie mobile, ni en type d'ondes, ni en fréquence, ni en intensité. Et ce type d'ondes ne se retrouve non plus dans aucune autre technologie ni dans la nature. Toute comparaison avec les ondes du soleil (bien plus élevées en fréquence) , de la télévision ou autre relève soit de la méconnaissance, soit de la déformation des faits.




26.

Et dans le dossier du gaz de schiste...

Note de Jean: Même si ce dossier peut sembler ne pas être directement lié à celui de la pollution électromagnétique, il l'est pourtant car dans les deux cas, nous avons affaire à un gouvernement qui se fout éperdument des conséquences sur notre santé et notre qualité de vie de ses choix stratégiques, qui cherche à imposer ces choix sans la moindre consultation des principaux intéressés, et qui le fait en abreuvant la population de désinformation soigneusement fabriquée pour conditionner (endormir) les gens en leur faisant croire que nul danger ne les menace et que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes capitalistes. Bref, la même fourberie pugnace prévaut dans les deux cas et suscite le même sentiment de révolte une fois que l'on a bien compris ce qui nous pend au bout du nez... Heureusement, depuis le Suroît notamment, nous avons réalisé le pouvoir que nous avons collectivement de forcer ceux qui sont censés nous représenter et défendre nos intérêts à respecter la volonté populaire. Les irréductibles Québécois savent désormais tenir tête à ceux qui osent défier leur pouvoir souverain... À nous de tirer parti de l'expérience acquise dans la lutte contre les gaz de schiste pour sensibiliser et mobiliser nos concitoyens afin que nous soyons enfin vraiment maîtres chez nous.

Tiré de http://www.cyberpresse.ca/environnement/dossiers/gaz-de-schiste/201111/11/01-4466761-levaluation-environnementale-va-passer-a-cote-de-risques-enormes.php

L'évaluation environnementale va passer à côté de «risques énormes»

11 novembre 2011

L'Évaluation environnementale stratégique (EES) sur le gaz de schiste va passer à côté des principales questions et de «risques énormes» qui concernent le public, affirme l'ingénieur en géologie appliquée Marc Durand, au moment où s'amorce la période de consultation sur le plan de travail de cette évaluation.
Parmi les 80 études proposées par le comité de l'EES il y a deux semaines, figurent «beaucoup trop celles qui seront utiles à l'industrie dans son cadre opérationnel», dit M. Durand.

Ce professeur à la retraite de l'UQAM est intervenu à maintes reprises dans le dossier du gaz de schiste depuis le début de l'année.

Il souligne qu'aucune étude proposée par le comité de l'EES ne porte sur l'amélioration des connaissances des nappes d'eau souterraines, alors que c'est l'une des priorités déterminées par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

«Idée saugrenue»

Au contraire, l'EES compte plutôt étudier la possibilité d'injecter les eaux usées de l'industrie dans des puits profonds, comme cela se fait aux États-Unis, une «idée saugrenue au Québec», en raison des mêmes lacunes dans les connaissances des eaux souterraines, écrit M. Durand dans une opinion rendue publique sur son compte Facebook.

Il ajoute qu'aucune étude ne permettra de savoir dans quel état l'industrie laissera le sous-sol à long terme, après l'abandon des puits. Cette question peut être difficile à résoudre, mais elle est cruciale parce qu'elle pose un «risque énorme», estime M. Durand, dont l'opinion à ce sujet est fortement contestée par l'industrie.
Il cite des chiffres de l'industrie qui montrent que des puits de gaz «classiques» abandonnés fuient dans une forte proportion, «jusqu'à 60% des puits pour la tranche datant de 25 ans et plus». «On a toutes les raisons de croire que ce sera encore pire pour les puits de gaz de schiste, dit M. Durand en entrevue à La Presse. L'industrie n'a pas d'étude là-dessus parce qu'il n'y a pas encore de puits de gaz de schiste abandonné. Je sais qu'on va me reprocher de ne pas citer d'étude là-dessus, mais il n'y en a pas. Mais il me semble que ce serait à l'industrie de faire la preuve que sa technique est sûre.»

Préoccupation partagée

Cette préoccupation est partagée par le Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste au Québec, un regroupement de 153 universitaires.

«Le suivi à long terme des puits fracturés après la fermeture est très sommairement évoqué mais ne se retrouve pas comme projet de connaissance à acquérir, déplore le Collectif. Les puits de gaz de schiste ne sont aucunement comparables aux anciens puits. Ces nouveaux puits sont construits avec une combinaison nouvelle de quatre technologies et, de plus, 80% du méthane est laissé en place. Tout cela suppose des structures devant résister des siècles à des pressions de méthane encore en place après l'abandon.»

---

Articles et informations connexes...

Gaz de schiste : des Québécois reviennent inquiets d'une visite en Pennsylvanie (17 octobre 2011)
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/environnement/2011/10/17/001-gaz_de_schiste-delegation_quebecoise-pennsylvanie_effets.shtml
Une délégation de citoyens et d'élus municipaux de la vallée du Saint-Laurent ont vu leurs craintes confirmées cette fin de semaine après une série de visites de puits de gaz de schiste en Pennsylvanie.
(...) En conférence de presse lundi, des citoyens qui ont participé au voyage ont demandé au gouvernement du Québec, après ce qu'ils ont vu en Pennsylvanie, d'imposer un moratoire d'au moins 20 ans sur l'exploitation des gaz de schiste dans la province. Après avoir constaté dans certaines villes de Pennsylvanie un impact important sur la pollution de l'eau potable et des infiltrations de gaz dans les résidences voisines des puits, ces citoyens redoutent plus que jamais le développement de cette industrie dans leur région. La contamination des nappes d'eau souterraines les inquiètent également. « Parce que c'est une communauté rurale, ils dépendent tous des puits [artésiens]. Et quand les puits sont contaminés, ils n'ont plus d'eau potable », a raconté un des citoyens qui ont visité la Pennsylvanie. « En ce moment, il y a des gens qui sont en train de se faire empoisonner en Pennsylvanie. C'est quelque chose qui ne devrait pas se produire, mais qui se produit pourtant. Si on ne se réveille pas, si on ne fait pas attention, ça pourrait arriver ici aussi. » — une citoyenne qui a participé au voyage en Pennsylvanie. CLIP

Pour demeurer informé-e sur les plus récents développements, prenez la peine de visiter
http://www.regroupementgazdeschiste.com
Voir aussi http://mobilisationgazdeschiste.blogspot.com/ et SURTOUT http://gazdeschiste.com/ qui rassemble automatiquement toutes les nouvelles sur le gaz de schiste en provenance des médias traditionnels et des médias sociaux et citoyens comme...

Les opposants aux gaz de schiste joignent les indignés (14 novembre 2011)
http://www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/actualites/201111/14/01-4467530-les-opposants-aux-gaz-de-schiste-joignent-les-indignes.php
Les occupants du carré Victoria à Montréal et de la place de l'Université-du-Québec à Québec ont vu leur troupe se gonfler, samedi après-midi, alors que des représentants de plusieurs comités de vigilance sur les gaz de schiste de la vallée du Saint-Laurent se sont joints à eux dans leur manifestation. CLIP

Livre: Gaz de schiste: l’information est le nerf de la guerre (15/11/2011)
http://fr.canoe.ca/infos/environnement/archives/2011/11/20111114-143538.html
(...) Dressant le portrait de la situation au Québec, mais offrant aussi une mise en contexte économique et politique, le livre des deux journalistes est une mise en commun d’informations ayant comme objectif de «simplifier le sujet» selon Julien McEvoy. L’ouvrage documenté propose aussi un détour dans la vie de ceux qui vivent près d'un puits, présentant ainsi un visage humain dans une surabondance de renseignements. «L’impuissance des municipalités est assez effarante», a constaté Julien McEvoy. Philippe-Vincent Foisy appuie cette observation en proposant l’octroi de plus de pouvoir aux villes et villages, lui-même surpris par les façons dont «les gens se sont sentis dépossédés, volés, mais comment ils se sont révoltés aussi». L’impuissance de la population face aux industries gazières est un terme récurrent dans le livre de Philippe-Vincent Foisy et Julien McEvoy qui proposent des pistes de solution pour amener la réflexion ailleurs, plus loin qu’un simple face-à-face pour ou contre l’exploitation du gaz de schiste. De quelles façons peut-on améliorer la gestion des ressources naturelles au Québec, par exemple, se questionnent-ils. «Si on veut avoir un débat de société, il faudrait au moins que les gens s’informent», a conclu Philippe-Vincent Foisy. Le scandale du gaz de schiste de Philippe-Vincent Foisy et Julien McEvoy sera disponible en librairie le 17 novembre CLIP - Voir aussi http://www.faitsetcauses.com/?p=1688 ET http://www.pieuvre.ca/2011/11/17/scandale-schiste/

Le scandale du gaz de schiste - Philippe-Vincent Foisy / Julien McEvoy (27 oct. 2011)
http://www.youtube.com/watch?v=jslgrRpuUYg
Tout aurait dû bien se passer. Le gaz de schiste se trouve en abondance dans le sous-sol du Québec, et l'en extraire n'est qu'une formalité pour les multinationales dont c'est la spécialité. L'Eldorado énergétique nous tend les bras ! Mais le gouvernement Charest, dont d'anciens éminents collaborateurs travaillent d'ailleurs pour les gazières, est troublé : qu'est-ce qui pique donc ces citoyens qui se rebiffent en nombre ? Peut-être le fait que l'aventure, en plus d'être polluante, semble bien loin de pouvoir générer pour le Québec les revenus promis.Les journalistes Philippe-Vincent Foisy et Julien McEvoy livrent ici une enquête essentielle sur le dossier du gaz de schiste en éclairant les problèmes écologiques, politiques et éthiques qui suscitent à bon droit le mécontentement populaire.

Commission d’examen sur l’industrie des gaz de schiste
http://mcn21.org/publications/bape-parallele/article/commission-d-examen-sur-l
RAPPORT D’ENQUÊTE ET D’AUDIENCE PUBLIQUE DU BUREAU PARALLÈLE D’AUDIENCES PUBLIQUES SUR L’ENVIRONNEMENT
(...) Au terme de ses travaux, la Commission d’enquête parallèle conclut que les activités proposées par l’industrie ne respectent pas les principes du développement durable tels qu’énoncés dans la Loi québécoise sur le développement durable, ne répondent à aucun besoin énergétique au Québec et vont même à l’encontre des orientations énergétiques annoncées par le Québec. (...) La Commission parallèle enjoint donc le gouvernement de décréter un moratoire immédiat sur toutes les activités de cette industrie et d’entreprendre une évaluation globale des tenants et aboutissants de cette filière énergétique en y appliquant tous les principes de sa Loi sur le développement durable.

Du même site, voir aussi la Déclaration Maîtres chez Nous et les nombreux appuis récoltés comme...

Québec solidaire appuie la Déclaration Maîtres chez-nous (4 mars 2011)
http://mcn21.org/publications/declaration-maitres-chez-nous/article/quebec-solidaire-appuie-la
Présente à la conférence de presse organisée par le groupe MCN21, Françoise David, présidente et porte-parole de Québec solidaire a signé la Déclaration Maîtres chez-nous. « Le gouvernement du Québec est en train de brader à vil prix un patrimoine inestimable : les ressources énergétiques du Québec. Le peuple québécois n’a pas voté pour ça ! », affirme Madame David. « Québec solidaire continue de réclamer un moratoire sur l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste de même que sur l’exploration pétrolière dans le golfe du St-Laurent. Nous avons le devoir de nous demander s’il s’agit là de la bonne façon d’assurer la sécurité énergétique du Québec. Ne devrions-nous pas aller plutôt dans le sens du développement des énergies renouvelables ? Il y a là une question fondamentale qui exige un large débat public ; le gouvernement québécois ne peut s’y soustraire », conclut la présidente de Québec solidaire.




27.

La cerise sur le gâteau...

Note de Jean : Après avoir récemment regardé une magnifique vidéo de la terre vue de l'espace...

Earth | Time Lapse View from Space, Fly Over | NASA, ISS (uploaded in full HD on Nov 12, 2011)
http://vimeo.com/32001208

... je suis tombé sur l'article suivant...

Mystery 'City' Caught On Stunning Time-Lapse Video From Space Revealed To Be Massive Midwest Oil Field (16 novembre 2011)

... où j'ai découvert que l'énorme quantité de lumière visible de l'espace la nuit dans l'état américain du Dakota du Nord était la conséquence du brûlage de quantités phénoménales de gaz résultant de milliers de forages réalisés depuis moins de 2 ans, avec fracturation hydraulique comme pour le gaz de schiste, afin de libérer du pétrole emprisonné dans le gisement pétrolifère Bakken d'une superficie de 200,000 milles carrés!

Pour mieux comprendre la catastrophe écologique sans précédent qui s'y produit lire...

New Drilling Method Opens Vast U.S. Oil Fields (February 10, 2011)
http://www.foxnews.com/us/2011/02/10/new-drilling-method-opens-vast-oil-fields/
Du pétrole sale comme celui des sables bitumineux - Une nouvelle bombe de carbone qui menace la biosphère - un désastre à propos duquel aucun groupe écologique ne semble encore s'intéresser... Et il y aurait là jusqu'à 24 milliards de barils de pétrole (Continental: Bakken's giant scope underappreciated - Feb. 16, 2011)

Pour avoir une idée de la frénésie qui s'est emparée de l'industrie pétrolière américaine depuis 2 ans voir...

Bakken Shale Drilling Activity 2010
http://www.youtube.com/watch?v=_3lbgX0DVjI
Regarder les premières 15 secondes puis sauter vers la fin... C'est du véritable terrorisme environnemental...

Puis regardez comment l'industrie se débarrasse des eaux de forage contaminées...

CAUGHT ON TAPE! Chemical Dumping in the Bakken Area--North Dakota
http://www.youtube.com/watch?v=fvNAGlhyK9g

Puis lire State takes precautions for worst-case (August 16, 2011) et What about Wildlife? (August 18, 2011)

Après cela, vous comprendrez encore mieux pourquoi il faut à tout prix empêcher l'industrie pétrolière de venir saccager la vallée du St-Laurent ainsi que le golfe du St-Laurent. Tout comme il faut également se tenir debout face à l'industrie mondiale des télécommunications sans fil dont les revenus annuels avaient atteint les 1,4 trilliard de dollars en 2007 (selon le CRTC) et devraient atteindre les $2.7 trilliards en 2013 (selon ce rapport de l'industrie), et ce, même si ce colossal pouvoir financier permet à cette industrie de se payer une influence démesurée sur nos politiciens et nos gouvernements qui bénéficient directement des retombées fiscales et de la vente des droits d'utilisation des fréquences dont elle se sert. Un véritable combat de Lilliputiens contre un géant... que nous réussirons néanmoins à terrasser!

"QUAND EN AUREZ VOUS ASSEZ" et "QU'EST-CE QU'ON ATTEND" http://www.youtube.com/watch?v=Nm8ZflTSCYY
L’ATSA est un organisme à but non lucratif fondé en 1998 par les artistes Pierre Allard et Annie Roy. Ils créent dans l’espace public des œuvres et événements transdisciplinaires sous forme d’interventions, d’installations, de performances ou de mises en scène réalistes motivées par le désir d’interpeller la population envers des causes sociales, environnementales et patrimoniales cruciales et préoccupantes. L’ATSA mise sur sa qualité artistique, un imaginaire ludique et percutant, une visibilité médiatique et un discours basé sur une documentation bien fondée, afin de rassembler le public et les médias et d’encourager le plus grand nombre à jouer son rôle citoyen et à participer activement au mieux-être de la société. Plus de détails via http://atsa.qc.ca/


Retour à la page d’accueil de ce site