Bulletin #17 : Micro-ondes de choc



27 octobre 2012

Bonjour

Les exemples de mobilisation citoyenne se multiplient devant la menace grandissante des compteurs 'intelligents'. Vous en trouverez quelques exemples dans ce bulletin. D'autres développements sont en cours. Le choc de la décision de la Régie a ranimé l'ardeur des opposants et a amené de nouvelles personnes à passer à l'action. Cela suffira-t-il à stopper le rouleau compresseur de la machine hydro-québécoise qui va se mettre en branle en janvier ? Difficile à dire pour l'instant...

Par ailleurs, je me vois obligé de vous informer que ceci est le dernier bulletin que je pourrai produire et diffuser avant quelques mois car un important travail de rédaction qui demande toute mon attention m'a été confié par mon employeur.

D'ici à ce que je sois à nouveau disponible pour diffuser des nouvelles, veuillez vous référer à cette page Facebook – http://www.facebook.com/groups/cqlpe/ – pour suivre les développements de cette lutte ou aux sites Web des différents groupes Refuse accessibles via http://www.cqlpe.ca/AutresGroupes.htm si vous désirez vous impliquer.

Noter également que je ne serai pas disponible non plus pour répondre aux courriels envoyés à info@cqlpe.ca. J'espère qu'une autre personne pourra s'en charger sous peu.

Jean Hudon

N'hésitez surtout pas à faire circuler !

Si vous recevez une copie de ce bulletin, et aimeriez vous y abonner, il suffit d'envoyer un courriel à info@cqlpe.ca en inscrivant «Abonnez-moi au bulletin de la Coalition» comme sujet de votre courriel. Si vous ne désirez plus y être abonné-e, il suffit de le demander à la même adresse de courriel.

Ce bulletin est archivé au
http://www.cqlpe.ca/Bulletins/Numero17.htm

Vous pouvez consulter ICI les précédents bulletins.

* * *

IMPORTANT... VICTIMES DU WIFI RECHERCHÉES

SVP veuillez noter qu'un journaliste est présentement à la recherche de parents d'enfants subissant divers symptômes d'électrosensibilité en raison de leur exposition aux émetteurs de WiFi et de routeurs en milieu scolaire. Si vos enfants vous disent éprouver des maux de tête quand ils sont à l'école, ou des acouphènes, des étourdissements, de la difficulté à se concentrer et des pertes de mémoire, des saignements de nez fréquents, des maux de coeur voire même des palpipations cardiaques et des irruptions cutanées, il est tout probable que ce soit causé par les micro-ondes nocives émises par ces appareils et par les ordinateurs portables utilisés en classe et non branchés avec un fil à Internet.

Si votre enfant et vous-mêmes êtes disposés à en témoigner devant une caméra de télé, vous pourriez contribuer ainsi à éveiller le Québec à cette réalité ignorée, niée et cachée. À la différence de l'Ontario où depuis 2010 des milliers de parents exercent des pressions auprès des autorités scolaires pour faire remplacer les connexions Wifi à Internet par des connexions filaires, et ainsi mettre fin à cette grave menace à la santé et aux performances académiques de leurs enfants, [voir Le Wi-Fi dans les écoles est une aberration] rien n'a encore été fait au Québec pour alerter les autorités publiques et les faire sortir de leur torpeur afin que cesse la prolifération des puissantes radiofréquences menaçant la santé de nos enfants, des professeurs, et littéralement de toute la population qui, partout, est exposée à des doses excessives de micro-ondes pulsées, un problème que les 820,000 compteurs Itron électropolluants d'Hydro-Québec et des autres distributeurs d'électricité ne fait qu'aggraver, sans oublier les compteurs 'intelligents' qui sont sur le point d'envahir les foyers des gens de la région de Montréal. Si vous êtes disposé-e à parler au journaliste en question, veuillez écrire à info@cqlpe.ca pour nous en informer.


« Comment se fait-il que lorsque tout juste 15 personnes dans l'ensemble du Canada développent une infection à la bactérie E. coli provenant de la viande de boeuf contaminée, les autorités émettent un rappel à l'échelle nationale des produits incriminés, tandis que lorsque des milliers de Canadiens se plaignent qu'ils tombent malades à cause des micro-ondes émises par les compteurs intelligents installés sur leurs maisons, aucune mesure n'est prise ? Les communiqués de presse suggèrent de se débarrasser de la viande si l'on a le moindre soupçon qu'elle pourrait être contaminée. Pourquoi le même principe de précaution n'est-il pas invoqué relativement aux compteurs intelligents ? »

– Sheridan Wood, Nanaimo BC -- Traduit à partir de Smart meters may be as bad as tainted meat (20 octobre 2012)




UN BEL EXEMPLE DE MOBILISATION CITOYENNE. VOILÀ LE MODÈLE À ÉMULER. DES GROUPES REFUSE DOIVENT ÊTRE RAPIDEMENT FORMÉS DANS TOUS LES AUTRES ARRONDISSEMENTS DE MONTRÉAL ET DE LAVAL ET DANS TOUTES LES VILLES ET VILLAGES VISÉS PAR LA PHASE I DU DÉPLOIEMENT DES COMPTEURS - soit tout ce qui n'est pas en gris sur cette CARTE de la grande région de Montréal. MOBILISONS-NOUS! C'EST LE MEILLEUR MOYEN DE S'ASSURER QUE LE GOUVERNEMENT MINORITAIRE DE PAULINE MAROIS CESSE D'IGNORER LES CRAINTES RÉELLES ET FONDÉES DE LA VASTE MAJORITÉ DES CITOYEN-NES DU QUÉBEC...

Voir aussi la
première page du journal le Mirabel du 2012-10-19 - Croisade contre les compteurs intelligents

Date: 20 Oct 2012
Sujet: Informations et actions
De: Refusons les compteurs (refusonscompteurs@gmail.com)

Montréal - Parc-Extension

Lundi le 29 octobre, 19H00
777 Saint-Roch (coin Champagneur) Montréal, H3N 1L2, Métro Parc.

Conférence bilingue avec Marie-Michelle Poisson de Villeray Refuse, Sylvain Lafrenière, conseiller budgétaire à l'ACEF du Nord de Montréal et R.M. Ruscior, ingénieur. Également au programme: Témoignages de personnes affectées par la venue des compteurs.

Téléchargez, imprimez, photocopiez et diffusez ce tract et cette affiche de promotion

Besoin de volontaires pour la distribution de tracts

Lundi le 22 octobre lors du Rassemblement Citoyen Contre l’Énergie Sale qui aura lieu devant le Hilton Bonaventure. Les volontaires se donnent rendez-vous devant le guichet du métro Bonaventure à 7h45. Prière de confirmer votre présence en écrivant à villerayrefuse@gmail.com

Pendant toute la semaine prochaine, nous avons besoins de volontaires pour distribuer des tracts et poser des affiches dans divers secteurs pour faire la promotion de la conférence du 29 octobre prochain. Les volontaires n’ont qu’à nous écrire à villerayrefuse@gmail.com et nous leur assigneront un secteur à couvrir et nous leur remettront un lot de tracts et d’affiches. Nous prévoyons distribuer les tracts à la sortie des métros.

Accueil lors de la conférence du 29 octobre

Nous avons aussi besoin de volontaires pour préparer la salle et/ou tenir la table d’accueil ( faire signer la pétition, inscrire de nouveaux sympathisants, recueillir les dons, etc. ) SVP confirmer votre disponibilité en écrivant à villerayrefuse@gmail.com.

Soutien financier

Les dons en argent pour soutenir toutes nos actions (location de la salle, impressions des tracts et des affiches, etc.) sont toujours grandement appréciés. Nous remercions nos généraux donateurs qui nous ont aidé par le passé et nous remercions d’avance ceux qui déciderons de nous aider encore.




Date: 20 Oct 2012
Subject: Option de retrait - Les clients aux prises avec des compteurs multiples à l’intérieur d’un logement sont sans recours!
From: refusonsles compteurs (refusonscompteurs@gmail.com)

Option de retrait - Les clients aux prises avec des compteurs multiples à l’intérieur d’un logement sont sans recours!

« [26] Le Distributeur est conscient que l’Option de retrait ne règlera pas tous les cas de figure qui pourraient se présenter, mais il soumet que l’Option de retrait saura satisfaire la très vaste majorité des clients qui ont des préoccupations avec les Compteurs de Nouvelle Génération. Selon le Distributeur, le cas des compteurs multiples à l’intérieur d’un logement touche très peu de clients. Ainsi, il y a tout au plus 700 cas de compteurs regroupés dans les logements sur les 3,8 millions de clients de la province. » Extrait de la décision de la Régie.

En effet, les demandes de retrait ne pourront se faire que sur une base individuelle; un individu ne pouvant réclamer que le retrait du compteur qui correspond à son abonnement. De plus, un client aux prises avec plusieurs compteurs dans son logement ne pourra bloquer l’accès aux techniciens afin de préserver les anciens compteurs mécaniques sous peine de se voir couper l’électricité. La Régie a aussi endossé un nouveau règlement qui rend les autres résidents de l’immeuble responsables de prendre les recours nécessaires envers un tiers afin de garantir l’accès aux compteurs sous peine de la même sanction.

Hydro-Québec et la Régie se lavent les mains de toutes conséquences financières qui incomberont aux locataires et aux propriétaires qui sont invités à se battre devant les tribunaux ou à assumer avec fatalisme la détérioration de leur qualité de vie ainsi que la perte de valeur de location et de revente des logements lotis de multiples compteurs.

« [34] La Régie est d’accord avec la position du Distributeur. L’emplacement des compteurs, qu’il y en ait un ou plusieurs ne relève pas du Distributeur mais du propriétaire de l’immeuble. Les Conditions de services ne peuvent pas régir les relations contractuelles entre un propriétaire et ses locataires ou entre copropriétaires. La solution à ce problème relève du droit privé et non des Conditions de service. » Extrait de la décision de la Régie.

En terminant, rappelons que tout ce raisonnement est fondé sur le principe fallacieux du « demandeur-payeur », fausse analogie avec le principe de « pollueur-payeur », laissant entendre que le demandeur est cause d’une nuisance dont il devrait assumer la responsabilité alors que dans le cas qui nous occupe, le demandeur doit plutôt se prémunir d’une nuisance dont il n’est nullement la cause mais à laquelle il est exposé en raison de circonstances nouvelles qu’il n’était pas en mesure de prévoir au moment d’emménager dans son logement ou d’acquérir sa propriété.

La décision de la Régie étant sans appel, il incombe désormais à ceux et celles qui ont la malchance d’héberger dans leur logis la totalité des compteurs de leur immeuble de soumettre leur cas particulier à leur conseiller municipal et à leur député provincial qui sont tenus de par leurs fonctions d’intercéder dans l’intérêt de leurs commettants.

Ceci dit, il faut rejeter cette politique individuelle d'option de retrait confinant au « cas par cas » et confortant de ce fait l’égoïsme de clients se croyant moins affectés. L’augmentation de l’électrosmog ambiant généré par l’ensemble du réseau de compteurs communicants par micro-ondes affectera tout le territoire urbanisé du grand Montréal ( phase 1) et il faut donc demeurer solidaires et continuer de contester ce projet insensé de déploiement des Compteurs de Nouvelle Génération dans son ensemble.

Pour lire la décision dans sa version intégrale :

http://internet.regie-energie.qc.ca/Depot/projets/129/Documents/R-3788-2012-A-0030-DEC-DEC-2012_10_05.pdf

Marie-Michelle Poisson

Résidente du quartier Villeray

---

Appel à tous – lancé le 20 octobre

Nous sommes à la recherche de personnes aux prises avec de multiples compteurs et qui seraient prêtes à témoigner devant les médias.

Nous recherchons non seulement des personnes ayant des compteurs groupés dans leur appartement mais aussi des compteurs groupés dans des sous-sols, des garages, des corridors, des commerces, des ateliers, des bureaux, etc. Il peut aussi s'agir de compteurs groupés à l'extérieur qui jouxtent des terrasses privées ou commerciales ou encore une cour de garderie... Toutes des situations de compteurs groupés qui demeurent sans recours en regard de la politique de retrait.

Même si vous ne souhaitez pas témoigner publiquement, nous aimerions beaucoup avoir des photos des compteurs groupés dans différentes situations. Faites-nous parvenir vos photos.

N.B. Il faut prendre un portrait d'ensemble pour bien voir ce qui entoure les compteurs et dans quel contexte ils se situent.

Nous vous remercions de votre collaboration.

Marie-Michelle Poisson
514 271-6908




NE L'OUBLIONS PAS... LES COMPTEURS SONT PLUS DANGEREUX QUE LES CELLULAIRES CAR C'EST LE CORPS EN ENTIER QUI EST EXPOSÉ À LA TORTURE INCESSANTE D'UNE IRRADIATION CHRONIQUE

Les téléphones portables peuvent provoquer des tumeurs cérébrales, selon une décision de justice historique.
http://www.emfacts.com/2012/10/more-on-italian-court-ruling-on-mobile-phone-use-and-brain-tumours/
Extrait: L'homme d'affaires italien Innocente Marcolini, 60 ans, est tombé malade après avoir utilisé un téléphone au travail pour un maximum de six heures par jour pendant 12 ans. Or la Cour suprême de l'Italie à Rome en a attribué le blâme à son téléphone. Des experts ont prédit un déluge de recours en justice de victimes. M. Marcolini a lancé la mise en garde suivante la nuit dernière : « Les gens doivent être informés des risques. » On lui a diagnostiqué une tumeur au cerveau après qu'il se soit plaint de douleurs à la tête et au menton. Et hier, la Cour suprême de son pays a déclaré qu'il y a un « lien de causalité » entre son utilisation fréquente du téléphone et la tumeur. Tel qu'expliqué ICI, « Fait intéressant, les tribunaux italiens ont rejeté les recherches qui avaient été co-financées par l'industrie du cellulaire, y compris l'étude Interphone de l'OMS. Au lieu de cela, les tribunaux se sont fondés sur la recherche épidémiologique menée par Lennart Hardell et ses collègues en Suède qui montre des preuves cohérentes du risque de tumeur cérébrale accrue associé à l'utilisation du téléphone cellulaire. » Lire ICI la nouvelle en anglais et voir aussi 12 conseils élémentaires afin de limiter l’exposition de l’utilisateur aux rayonnements du téléphone mobile.

BlackBerry: Keep Our Phones Away From Your Body (Oct. 15, 2010)
http://swampland.time.com/2010/10/15/blackberry-keep-our-phones-away-from-your-body/
(...) if a phone company is selling you a phone you cannot safely keep within .98 inches of your own body, they maybe should flag it for you before you get to page 17 of the online user manual. (As best I can tell, the “Getting Started Guide” that I got with my AT&T Phone did not contain this warning. Instead, under a section called, “Carry Your Smartphone,” the manual told me to “always put the smartphone in a holster,” without telling me why.) So let my idiocy be a lesson to you all: Don’t trust your cell phone companies to actively take care of you. Read the fine print. And if you are a BlackBerry user, take it out of your pocket.

L'hypersensibilité aux ondes mystifie les scientifiques (26 septembre 2012)
http://www.lapresse.ca/sciences/201209/26/01-4577753-lhypersensibilite-aux-ondes-mystifie-les-scientifiques.php
La recherche scientifique foisonne sur les effets des ondes électromagnétiques produits par la téléphonie mobile ou les systèmes Wifi, mais ne trouve toujours pas d'explication convaincante au syndrome d'intolérance aux champs électromagnétiques. Maux de tête, troubles de la concentration, vertiges, sifflements dans les oreilles : «un pourcentage non négligeable de la population se plaint de symptômes qu'elle relie à l'exposition aux champs électromagnétiques», souligne Gérard Lasfargues, de l'agence de sécurité sanitaire Anses. Mais «d'un point de vue scientifique on n'a pas mis en évidence les mécanismes physiologiques de ce syndrome», indique à l'AFP ce médecin, qui est directeur général adjoint scientifique de l'agence.
(...) «Nous ne sommes pas là pour nier ou non la réalité de ce syndrome. Il y a des gens en souffrance, avec des conséquences importantes sur leur vie sociale et professionnelle (...). Ce qui nous importe c'est que les recherches soient pertinentes et que les préoccupations des malades soient prises en compte dans les recherches», explique-t-il. C'est d'autant plus important que «beaucoup de charlatanisme se développe pour la prise en charge de ces patients», ajoute-t-il. En outre les études scientifiques sont régulièrement rejetées par des malades qui jugent que leur maladie n'est pas correctement étudiée. Le Dr Marc-Vergnes observe : «Pendant 40 ans j'ai vu en consultation de neurologie des personnes tout à fait comparables à ces patients (électro-hypersensibles, ndlr) qu'on ne savait pas étiqueter».




Tiré de http://maisonsaine.ca/psychiatrie-et-compteurs-intelligents/

Psychiatrie et compteurs intelligents

Par André Fauteux - 19 octobre 2012

Je viens d'interviewer deux personnes récemment mises sous garde en psychiatrie pendant neuf jours contre leur gré. Elles avaient émis des propos interprétés comme de la paranoïa sinon des hallucinations et furent jugés dangereuses pour elles-mêmes. C'est qu'elles soupçonnaient que leurs douleurs et autres symptômes étaient causés par les radiofréquences/micro-ondes émises par des antennes, compteurs ou autres appareils sans fil.

« Parlez-moi de vos ondes », dit une psychiatre à l'un d'eux qui s'est plaint au Protecteur du citoyen du Québec. Ce dernier blâma le personnel de l'hôpital qui bafoua ses droits - d'être informé de ses droits, d'effectuer des appels confidentiels, de consentir ou de refuser une évaluation psychiatrique, que les données pertinentes à son cas soient notées à son dossier médical, etc.

Je me demande combien de fois cela se répétera maintenant que la Régie de l'énergie du Québec vient d'autoriser l'installation d'ici 2018 de 3,75 millions de compteurs ''intelligents'' émettant des radiofréquences/micro-ondes. Plusieurs Québécois se plaignent, à l'instar de l'ancienne directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Gro Harlem Brundtland, de symptômes d'électrosensibilité qu'ils attribuent aux ondes émises notamment par les téléphones sans fil et autres Wi-Fi. Certains ont associé leurs symptômes à des compteurs numériques installés depuis 8 ans dans ou à l'extérieur de 800 000 maisons québécoises, dont une vingtaine de milliers de compteurs dits intelligents.

Ces électrosensibles dénoncent l'imposition, par la Régie de l'énergie, de frais annuels de 200 $ à vie aux gens qui refusent l'installation de ces derniers compteurs. Est-ce une nouvelle forme de taxe santé?

L'électrosensibilité est expliquée ici par un professeur de médecine de l'Université de l'Alberta et ici par l'oncologue parisien Dominique Belpomme qui oeuvre avec le prix Nobel de médecine Luc Montagnier et avec le chercheur Philippe Irigaray, l’un des cinq experts internationaux récemment invités par le Fonds de recherche en santé du Québec à sélectionner les meilleurs projets de recherche en prévention des cancers environnementaux.

Dans une publication datée de décembre 2005, l'Organisation mondiale de la santé n'excluait pas que l'hypersensibilité électromagnétique soit d'origine psychiatrique, ce que contestent des centaines voire des milliers de médecins comme le Dr Belpomme. Le professeur de neurologie américain Andrew Marino a cosigné en 2011 une étude sur une collègue médecin électrosensible. Le site britannique Powerwatch explique bien ce syndrome méconnu. L'OMS a maintes fois été accusée d'être en conflit d'intérêts : l'ancien responsable de son programme sur les champs électromagnétiques (CEM) est aujourd'hui consultant pour l'industrie électrique et il avait rédigé les normes de l'OMS sur l'exposition aux CEM en consultant notamment le Dr Michel Plante, médecin à l'emploi d'Hydro-Québec.

S'il est évident que la peur nuit au système immunitaire, il est tout aussi vrai que la pollution (chimique ou électromagnétique) peut déclencher ou aggraver nombre de problèmes de santé, qu'ils soient physiques ou psychologiques.

Pourriez-vous svp commenter cette situation? Que devront faire les citoyens désirant faire valoir leur droit à la santé? Et la société protégera-t-elle leurs médecins qui honorent leur serment d'Hippocrate en évitant de leur nuire volontairement, au risque d'être convoqués devant le comité de discipline du Collège des médecins pour avoir posé un diagnostic d'électrosensibilité non reconnu par l'OMS?

Ça risque de chauffer au Québec, et pas seulement à cause du chauffage électrique présent dans 70% des maisons et qui est responsable du fait que nous affichons les niveaux d'exposition aux champs magnétiques parmi les plus élevés au monde. Selon l'Agence de santé publique du Canada, nous détenons le triste premier rang au pays pour l'incidence du cancer infantile (0-9 ans, et second pour les 10-14 ans), de leucémie lymphocytique aiguë, du cancer du cerveau et du sein. Ces cancers sont tous soupçonnés d'être causés ou exacerbés par les CEM. Des chercheurs de l'Université McGill affirment d'ailleurs observer dans leur laboratoire comment les champs magnétiques favoriseraient la croissance des tumeurs.

Je vous rappelle qu'une cinquantaine d'experts internationaux sur les effets sanitaires des CEM, dont seulement deux médecins québécois, ont récemment dénoncé la désinformation véhiculée par des ingénieurs et universitaires québécois, au sujet de la prétendue innocuité des compteurs intelligents.

J'afficherai vos commentaires sur mon site Web et possiblement dans notre numéro d'hiver 2013.




CHAQUE COMPTEUR EST COMME UNE MINI-ANTENNE DE TÉLÉPHONIE CELLULAIRE

Tiré de http://www.next-up.org/Newsoftheworld/ClustersEmfCem.php

Une nouvelle étude scientifique prouve le lien direct de 4924 décès par cancer avec l’irradiation des antennes relais de téléphonie mobile.

17 Mai 2011

Les irradiations électromagnétiques émises par les antennes relais de téléphonie mobile sont directement liées à l'apparition de certains types de cancers, selon une étude réalisée par des chercheurs brésiliens.

A Belo Horizonte, la troisième plus grande ville du pays, une étude a établi un lien direct entre les décès par cancers et la présence de champs proches d’antennes relais de téléphonique mobile, a rapporté Science Hoje site, le portail des nouvelles de la Société brésilienne pour le progrès des sciences (Sociedad para el Progreso Brasileña de la Ciencia.) La recherche a été menée par des scientifiques à l'Université Fédérale de Minas Gerais (UFMG), de l’état du sud-est du Brésil dont la capitale est Belo Horizonte.

Federal University of Minas Gerais (UFMG) Belo Horizonte - Brésil

Les résultats donnent un avertissement dans un pays où, selon les dernières données disponibles, au moins une personne a un téléphone mobile dans 82 % des résidences. Selon l'ingénieur Adilza Condessa Dode, Ph.D., chercheur à UFMG et coordinateur de l'étude, l'exposition répétée aux rayonnements électromagnétiques des utilisateurs de téléphones cellulaires, ainsi que ceux d’autres dispositifs comme les antennes relais ne sont pas aussi sûrs comme indiqué par d'autres recherches. Selon l'étude, plus de 80 pour cent des gens qui meurent à Belo Horizonte par des types spécifiques de cancers vivent à moins de 500 mètres des 300 sites identifiés d’antennes relais de téléphonie mobile. Les scientifiques ont réalisé des clusters chiffrés et ont découvert qu’entre 1996 et 2006 sont décédés à Belo Horizonte un total de 4924 victimes de types de cancers qui peuvent être causés par les rayonnements électromagnétiques, telles que les tumeurs de la prostate, du sein, du poumon, des reins et du foie. Après avoir réalisé la cartographie de près de 300 sites d’antennes relais répartis sur la ville, les chercheurs ont réalisé la transposition des lieux de vie des personnes décédées d’un cancer et ils ont constaté que 80 % de celles-ci vivaient à moins de 500 mètres de l'un de ces sites d’antennes relais. Selon des estimations citées par les chercheurs, le niveau d’irradiation en rayonnement dans presque les 300 sites d’antennes relais était considéré comme maximal en vertu du droit brésilien de 2009.

"Ces niveaux sont trop élevés et dangereux pour la santé humaine. En plus si vous résidez directement dans le faisceau d’une antenne relais, la dose d’irradiation en champ électromagnétique sera maximale", a déclaré le chercheur Adilza Condessa Dode. Le chercheur affirme que les antennes des téléphones mobiles sont elles-mêmes également dangereuses. "La puissance d’irradiation émise par le téléphone mobile qui est continue se trouve aggravée par la position de l’antenne omnidirectionnelle qui est dirigée en grande partie vers le cerveau de l'utilisateur", a-t-elle dit. L'ingénieur a déclaré que la législation fixant des limites d'émission pour la puissance d’irradiation du rayonnement électromagnétique n'est pas fondée sur des critères de santé, mais uniquement sur ceux de l'industrie, ceux économiques et technologiques. Adilza Condessa Dode a cité des pays comme la Suisse et l'Italie, qui ont des lois plus restrictives et elle a suggéré que chaque municipalité brésilienne devrait fixer des limites qu'elles jugent appropriées. "C'est une précaution. Je pense que nous allons réussir qu'avec la mobilisation sociale et ne pas attendre en vain une modification de la loi " elle a rajouté. Jusqu'à ce que la législation ne garantit pas la santé de la population. L’ingénieur a suggéré aux consommateurs d'utiliser les téléphones mobiles seulement pour les appels d'urgence et de donner la préférence à la messagerie texte plutôt que de parler avec leurs téléphones mobiles. Le chercheur Adilza Condessa Dode a également vivement recommandé l'utilisation d'un kit oreillettes afin de maintenir la source irradiante loin de toute partie du corps, et d'interdire l'utilisation de téléphones mobiles par les enfants, ainsi que dans des endroits comme les écoles et les hôpitaux.

PDF : 12 conseils élémentaires afin de limiter l’exposition de l’utilisateur aux rayonnements du téléphone mobile.

Source




Un très important développement vient de survenir en France... Voici la présentation d'un projet de loi qui constitue une véritable révolution car, une fois adopté, il obligera les opérateurs de téléphonie cellulaire à limiter la puissance de leurs antennes de façon à ce que personne dans son voisinage ne soit exposé à une puissance de fréquences d'émissions excédant 6 volts/mètre, ce qui est environ 10 fois plus faible que ce que la norme actuelle permet – ce qui, selon l'expérience des autres pays européens ayant des normes de puissance maximale comprises entre 3 et 6 volts/mètre, ne nuit aucunement aux capacités de couverture des différents opérateurs. C'est le maire de chaque municipalité qui sera désormais responsable de faire exécuter des mesures sans préavis à l'opérateur et de faire désactiver aux frais du propriétaire tout émetteur excédant la nouvelle norme. Tous les résidents des logements où des mesures seront réalisées seront informés des résultats. La transparence absolue sera exigée au moyen de cartes afin que chaque citoyen sache où se trouvent les antennes autour de son lieu de résidence. Plus aucune antenne ne pourra être autorisée à proximité d'une école, d'une garderie, d'un hôpital ou d'un centre d'hébergement pour personnes âgées dépendantes. IL EST PLUS QUE TEMPS que le Québec mette fin à l'absence de tout encadrement réglementaire prudent et suive l'exemple de la France et de nombreux autres pays européens en cette matière.

Tiré de http://www.robindestoits.org/Proposition-de-loi-relative-a-la-regulation-de-l-installation-des-antennes-relais-de-telephonie-mobile-Jean-David-Ciot_a1812.html

"Proposition de loi relative à la régulation de l’installation des antennes relais de téléphonie mobile" - Jean-David Ciot (PS) - Oct 2012

VERSION PROVISOIRE

Exposé des motifs

Mesdames, Messieurs,

En matière de télécommunication, la dernière décennie a vu, dans les pays développés, se généraliser l’usage de la téléphonie mobile. La France compte ainsi 69,5 millions de cartes SIM mises en services au premier trimestre 2012, contre seulement 5,7 millions de clients mobiles en 1997. Cette évolution technologique a profondément modifié le quotidien des Français, à tel point que le portable exerce un rôle indispensable tant pour le confort domestique, que pour les relations professionnelles.

Néanmoins, ce processus très rapide s’est largement affranchi des contraintes juridiques, bénéficiant d’une réglementation peu précise et contraignante. De ce fait, l’installation, sur le territoire national, des 157 000 antennes relais GSM ou UMTS actuellement recensées, s’est effectuée en dehors de toute politique de régulation orientée par l’Etat, ce dernier ayant jugé préférable de laisser les opérateurs négocier au cas par cas avec les propriétaires immobiliers.

Or ce flou normatif peut se révéler préjudiciable pour la santé des populations. En effet, l’impact des ondes électromagnétiques sur les organismes vivants est encore largement méconnu, de telle sorte qu’aucune conclusion scientifique définitive ne peut aujourd’hui être établie. Certaines recherches permettent néanmoins d’alerter l’opinion sur le fait que les individus résidant à proximité d’antennes relais peuvent davantage souffrir de divers troubles physiques (absence de sommeil, dépression, maux de tête ou nausées) et de pathologies cancéreuses. L’Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.) a ainsi été amenée à conclure, en 2011, que les téléphones portables sont « peut être cancérigènes pour l’homme », au même titre que la laine de verre ou les vapeurs d’essence.

Par conséquent, l’existence d’expertises contradictoires autour d’un risque potentiel doit inciter à la prudence. Si la loi n’a pas vocation à trancher les controverses scientifiques, elle se doit de mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la protection sanitaire immédiate de nos concitoyens. Par conséquent, il apparaît raisonnable de se référer à l’application du « principe de précaution », tel qu’inscrit dans la Charte de l’environnement, intégrée en 2004 dans le bloc de constitutionnalité du droit français, pour encadrer les procédures d’autorisation d’implantation des antennes relais.

Il apparaît également indispensable d’assurer l’égalité de tous devant les risques technologiques, les pratiques en usage privilégiant la concentration d’antennes sur les toits des Habitations à Loyer Modéré. Les opérateurs sélectionnent en effet ce type d’habitat qui présente l’avantage d’être géré par un interlocuteur (le bailleur social) unique. La conséquence en est que ce sont les populations à faible revenus qui sont prioritairement exposées aux émissions électromagnétiques.

Cette proposition de loi se propose donc de renforcer le cadre juridique régissant l’installation des antennes relais, sans pour autant affaiblir la dynamique de développement de la téléphonie mobile. Quatre points sont ainsi visés par ce texte.

Il s’agit en premier lieu de revoir à la baisse les seuils maximum autorisés d’émissions électromagnétiques, à l’aune des pratiques en vigueur dans les autres pays européens. La France autorise actuellement des fréquences d’émission oscillant entre 41 et 61 volts/mètre, alors que nombre de nos voisins ont adopté des normes comprises entre 3 et 6 volts/mètre, sans que cela ne nuise pour autant aux capacités de couverture des différents opérateurs. Par mesure de prévention, le seuil maximal autorisé sera abaissé à 6 volts/mètre, et les modalités de contrôle de l’application de cette norme seront précisées. Le texte stipule également que les établissements accueillant des personnes fragilisées (crèches, maisons de retraite…) seront préservées de toute installation environnante.

La question de l’information de la population sur les localisations d’implantations, ainsi que les volumes d’émissions auxquels elle est exposée selon les lieux d’habitation, nécessite également de meilleurs développements. Jusqu’à présent, aucune publicité n’est donnée aux choix d’installation des antennes relais, et de nombreux citoyens ignorent vivre à proximité de l’une d’entre elles. La réalisation de mesures à l’extérieur et à l’intérieur des habitations dans les zones exposées n’est également pas prévue dans les textes en vigueur, ce qu’il convient de corriger.

En outre, cette proposition de loi s’attache à remettre le maire au centre du processus de décision, dans un contexte où son rôle est fortement minoré. Le Conseil d’Etat a en effet jugé, en octobre 2011, que seules les autorités de l’Etat sont compétentes pour réglementer l’implantation des antennes relais de téléphonie mobile. Il s’agit par conséquent d’octroyer aux maires une police spéciale en la matière, au regard de ses compétences de proximité et de sa légitimité locale.

Enfin, ce texte estime que le débat sur les antennes relais, au vu des incertitudes qui l’entourent, mérite d’être porté non seulement par les décideurs et les opérateurs, mais également par tous les citoyens. Il s’agit de promouvoir une forme de gouvernance participative, par la création de commissions d’information et de suivi ouvertes aux associations de défense des intérêts des populations.

Il devient désormais indispensable, pour le législateur, de pallier les carences du droit relatif à l’encadrement de l’implantation des antennes relais. Les collectifs citoyens qui se sont multipliés ces dernières années témoignent de l’inquiétude des populations quant aux conséquences des pollutions électromagnétiques sur leur bien-être. Cet enjeu de santé publique doit recevoir une réponse rapide de la part des institutions de la République.

Tel est l’objet de la proposition de loi que nous vous proposons d’adopter

Article 1er

L’article L. 34-9-1 du code des postes et des communications électroniques est rédigé de la façon suivante :
« Article L. 34-9-1

« Le champ électromagnétique émis par un équipement utilisé dans les réseaux de communications électroniques, ou par une installation mentionnée à l’article L. 33-3 lorsque le public y est exposé, ne peut être supérieur à 0,6 volt par mètre.

« A l’initiative du maire de la commune sur le territoire de laquelle l’équipement est installé, le respect de ce seuil est vérifié sur place, annuellement, sans préavis et aux frais de son propriétaire, par des organismes répondant à des exigences de qualité fixées par décret.

« Le résultat des mesures est transmis, par les organismes mentionnés au deuxième alinéa, au maire, à l’Agence nationale des fréquences qui en assure la mise à disposition du public notamment sous forme cartographique, à l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, ainsi qu’à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

« Lorsque la mesure est réalisée dans les locaux d’habitation, les résultats sont transmis à leurs propriétaires et à leurs occupants. Ces résultats doivent mentionner le nom du bureau de contrôle. Tout occupant d’un logement peut avoir accès, auprès de l’Agence nationale des fréquences, à l’ensemble des mesures réalisées dans le logement.

« Lorsque la mesure fait apparaître un dépassement du seuil autorisé, le maire fait procéder à la désactivation de l’équipement aux frais de son propriétaire. »

Article 2
Il est inséré après l’article L. 34-9-2 du code des postes et des communications électroniques les articles suivants :

« Article L. 34-9-3

« Aucune antenne relais de téléphonie mobile n’est installée à proximité d’un établissement scolaire, d’un établissement d’accueil d’enfants de moins de six ans, d’un établissement hospitalier et d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Le périmètre au sein duquel s’exerce cette interdiction est défini par décret en Conseil d’Etat après avis de l’Agence nationale de sécurité alimentaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

« Article L. 34-9-4

« Dans chaque commune, une commission d’information et de suivi sur les antennes relais examine annuellement les résultats des mesures réalisées en application de l’article L. 34-9-1. Ses séances sont publiques. Ses conclusions sont présentées au conseil municipal.

« La commission d’information et de suivi sur les antennes relais, présidée par le maire, se compose d’élus municipaux, de représentants des exploitants des réseaux, de membres des services de l’Etat concernés et de représentants d’associations oeuvrant dans le champ de la protection de l’environnement et de la santé. Ses membres exercent leurs fonctions à titre gratuit.

Article 3

Au premier alinéa de l’article L. 33-3 du code des postes et des communications électroniques, le mot « librement » est substitué par les mots : « après autorisation du maire sur présentation de la décision d’accord de l’Agence nationale des fréquences mentionnée au quatrième alinéa de l’article L. 43. »

Article 4

Il est inséré, après le premier alinéa de l’article L. 123-1 du code de l’urbanisme, l’alinéa suivant :
« Un schéma de répartition des antennes relais lui est annexé. Ce document recense l’ensemble des implantations existantes sur la commune, et indique les projets d’installation envisagés. »

AntennesrelaisJDCiotVersionprovisoire.pdf  (175.26 Ko)




Note de Jean: Après avoir proposé ce qui suit à une personne de Montréal qui manifestait de l'intérêt pour sensibiliser les parents et les garderies aux risques pour la santé des appareils de tous genres émettant des micro-ondes...

Bonsoir

Superbe idée de sensibiliser les parents et garderies via le magazine Naître et grandir! Mettez-moi en Cc de ce que vous leur enverrez.

Les moniteurs pour bébé sont un des nombreux risques importants à souligner.

Il en est question dans notre brochure

Internet sans fil, téléphones et moniteurs pour bébé sans fil... Quels sont les risques pour votre santé ?
http://www.cqlpe.ca/pdf/RisquesSante.pdf

L'utilisation d'un ordinateur portable avec Wifi activé, placé sur les genoux d'une femme enceinte est extrêmement dangereuse pour le foetus car le liquide amniotique contribue à amplifier les radiations émises.

Voir à partir de 6 min 30 secondes dans

http://www.youtube.com/watch?v=FPbcGK0OeSo

VOIR surtout la photo à 7 min 32 sec

Les parents qui ont des problèmes d'infertilité sont souvent trop exposés aux micro-ondes qui fragmentent l'ADN des spermatozoïdes et des ovules et rendent infertiles.

Il faut absolument écouter cette vidéo en entier.

Googlez laptop computer on pregnant woman et vous trouverez pleins d'infos en anglais - cliquez aussi sur images (dans la colonne de gauche) après avoir googlé ces mots

Il y a des centaines de photos de femmes enceintes avec un ordi sur la bedaine. :-(

Et bien sûr aucune garderie ne devrait avoir de WiFi allumé à proximité, ou d'antennes de cellulaire à moins d'un kilomètre ou de gens utilisant leur cellulaire près des enfants.

Les parents à la maison DOIVENT apprendre à ne PAS laisser le WiFi allumé 24 heures sur 24... surtout si l'émetteur est près du lit du bébé ou de jeunes enfants. Ils doivent se brancher à Internet avec un fil et désactiver la fonction Wifi de tous leurs ordis.

Lire les explications à ce sujet dans Un article powertrippant dans le dernier bulletin

Vous aurez accès à BEAUCOUP plus d'info via le http://www.cqlpe.ca/InformezVous.htm

Et bien sûr il y a l'énorme problème du WiFi dans les écoles

Voir...

La technologie sans fil est déconseillée dans les écoles http://www.journaldequebec.com/2012/10/05/la-technologie-sans-fil-est-deconseillee

et surtout...

Une menace sérieuse pèse sur la santé des élèves au Québec
http://www.cqlpe.ca/WifiDanger.htm

J'aimerais bien si ça vous intéresse vous confier le dossier de la sensibilisation au sein de la CQLPE pour tout ce qui touche à la menace que posent les micro-ondes pour les bébés et les jeunes enfants.

Je ne veux pas dire de tout mettre cela sur vos épaules bien sûr, mais personne encore parmi les citoyens et groupes impliqués ne s'occupe activement de cette question - puisque toute l'énergie va à notre campagne contre les compteurs. Je m'efforce bien de faire circuler de l'info sur cela - et sur plein d'autres sujets connexes - mais cela serait bien d'avoir une personne et éventuellement un groupe de personnes activement engagées pour accroître la sensibilisation face à cette problématique. En Ontario des groupes de parents se sont formés et luttent activement pour faire sortir le WiFi des écoles (quelques écoles privées ont accepté mais les écoles publiques ne le peuvent car le gouvernement ontarien et Santé Canada continuent à défendre les intérêts de l'industrie du sans fil envers et contre tout.

Dans la ville de Québec, Dominique Brillon (dominiquebrillon@videotron.ca) veut aussi faire de la sensibilisation à ce sujet à l'école de son fils. Vous pourriez la contacter.

À vous de voir si vous voulez aller plus loin que d'envoyer simplement des commentaires à des magazines qui n'y feront sans doute jamais écho dans ce qu'ils publient par crainte de perdre les revenus publicitaires des compagnies de cellulaire - par exemple.

À plus!

Jean

... cette personne m'a répondu qu'elle était en effet désireuse de s'impliquer... ce qui lui a valu la longue lettre suivante de ma part...

Bonjour

Je suis ravi de lire que tu désires t'impliquer au niveau des garderies en milieu familiale et des Centres de la petite enfance. C'est certainement un domaine qui a été totalement négligé jusqu'ici en terme d'examen des risques auxquels les tout jeunes enfants sont exposés en cas de présence de routeurs et de Wifi. Je ne saurais dire toutefois s'il est possible que de si jeunes enfants comprennent vraiment qu'une chose qu'ils ne voient pas puisse représenter un danger pour eux et je vois mal aussi comment nous pourrions obtenir la collaboration des personnes chargées de s'occuper d'eux pour leur en parler - car pour plusieurs ce sera aller à l'encontre des convictions d'inocuité des parents et du laisser-faire et du je-m'enfoutisme caractérisant les accros du sans fil... qui effectivement est devenu une véritable drogue et une plaie sociale.

Par contre, je trouve bien sûr important de sensibiliser leurs parents, ce qui sera un beau défi compte tenu du fait que la plupart ont un cellulaire et ne se gênent pas pour s'en servir n'importe où, comme dans leur voiture sans réaliser, dans la plupart des cas, que ces appareils doivent alors augmenter considérablement l'intensité de leurs émissions pour que le signal puisse surmonter l'obstacle de l'habitacle métallique de la voiture – ce qui a donc pour effet d'exposer les utilisateurs et leurs enfants dans la voiture à des niveaux dangereux de radiations électromagnétiques.

Par où commencer ?

Il me semble qu'il faudrait préparer un mode d'emploi du parent conscientieux et prudent qui sait quoi faire pour limiter au minimum l'exposition de ses enfants aux effets insidieux et durables des champs électromagnétiques. Ce «mode d'emploi» - ou il faudrait parler plutôt d'un «mode d'évitement» devrait se décliner en plusieurs formats : de simples images chocs [style publicité du ministère des transport pour conscientiser les jeunes conducteurs aux risques de la vitesse en voiture] capables de faire comprendre en moins de 5 secondes avec un message percutant à l'appui combien il est stupide et dangereux de laisser un un jeune enfant utiliser un cellulaire.

Puis il faudrait préparer une brochure pdf en ligne, énumérant, avec textes concis et images à l'appui, les divers dangers liés à la prolifération d'appareils sans fil autour de nous et les mauvaises habitudes à éviter avec données probantes à l'appui. Il faudrait aussi idéalement créer une vidéo Youtube avec des interviews de quelques experts et des données scientifiques explicites dénonçant sans ambiguité la menace. Bien sûr, il faudrait aussi une page Facebook spécialisée sur cette question, animée et suivie régulièrement pour répondre aux questions et fournir des ressources additionnelles. J'ai vu qu'il y a un site web anglais sur la question créé et, semble-t-il, animé par des enfants et des adolescents présentant les infos sur un mode accessible et compréhensible aux jeunes. Ce serait aussi une voie à explorer lorsque les ressources humaines et financières nécessaires seront disponibles pour cela.

Mais surtout, il faut contrer le barrage publicitaire des compagnies de cellulaire et démontrer qu'il n'est pas cool du tout d'utiliser constamment un cellulaire pour texter en moyenne 140 fois par jour (selon L'Actualité) dans le cas des adolescentes au Québec. Je sais que tu veux te concentrer sur ce qui menace les plus jeunes - sans oublier les fétus dont l'ADN est rompu par l'exposition au Wifi de l'ordi portable de sa mère et par les puissants signaux émis toutes les 2 secondes par le cellulaire en mode veille (On) qu'elle porte sur elle, sans compter les fois où elle fait de longues conversations avec – mais on ne peut pas négliger de s'attaquer au principal problème, soit le mauvais exemple donné aux plus jeunes par leurs grands frères et grandes soeurs qui passent des heures à pitonner des âneries sur ce joujou dangereux. Toutes les campagnes de sensibilisation que nous pourrions faire dans le but de conscientiser les parents des bébés et jeunes enfants ne serviront pas à grand chose si rien n'est fait pour stopper l'exemple contagieux que les ados donnent aux plus jeunes.

Mais avant tout cela, il faudrait assembler de documentation de références bien étoffée sur tout ce qui entoure la question - si tu explores http://www.cqlpe.ca/InformezVous.htm et http://www.cqlpe.ca/Ressources.htm tu trouveras sans doute beaucoup d'infos utiles) afin de pouvoir faire reposer sur du solide les divers aspects de la campagne de sensibilisation.

Pouvoir obtenir la collaboration des responsables de plusieurs établissements scolaires où des émetteurs WiFi et des routers sont installés afin de leur faire distribuer à tous les élèves un court questionnaire qu'ils devront remplir en compagnie de leurs parents serait un atout précieux afin de pouvoir commencer à documenter le degré de prévalence de symptômes typiquement associés à l'allergie aux micro-ondes communément appelé électrosensibilité. Le questionnaire ne demanderait pas à l'enfant ou au parent de s'identifier, et ce, afin de conserver l'anonymat, ce qui serait de nature à faciliter la décision d'y répondre. Mais le simple fait de demander aux parents de cocher dans la longue liste de symptômes possibles ceux que leurs enfants pourraient rapporter éprouver durant la semaine à l'école, ainsi que la fréquence de ces symptômes, sera un moyen direct et efficace de révéler pour plusieurs l'ampleur des risques encourus à laisser leurs enfants s'exposer à toute cette pollution électromagnétique. Un court dépliant d'accompagnement expliquerait en termes simples le but de la démarche, résumerait l'essentiel à savoir à ce sujet et fournirait une adresse de site Web pour en savoir beaucoup plus.

Le même type de dépliant pourrait être adapté aux parents de garderies et de CPE à qui nous demanderions de le remettre aux parents lors de l'inscription de leur(s) enfant(s) à la garderie en leur demandant de le rapporter rempli dès que possible.

Il faudra s'attendre à une résistance obstinée de tous les intervenants aussi bien au gouvernement qu'au niveau des CPE, tant est profond et tenace le conditionnement de la plupart des gens et des responsables institutionnels relativement à l'idée de l'innocuité des technologies sans fil.

Le fait que la Direction de la Santé publique du Québec et Santé Canada entretiennent sciemment une attitude de déni absolu face aux risques dénoncés par des scientifiques réputés et non corrompus dans de nombreux pays, et plus particulièrement en Europe, ne nous rend pas la tâche facile, loin de là, car au Québec plus qu'ailleurs la plupart des gens ont une confiance aveugle et quasi religieuse envers les autorités sanitaires et leur médecin qui, à mon sens, ont remplacé le clergé et les prêtres. Après tout, c'est au Québec que le taux de vaccination de la population pour le pétard mouillé que fut la grippe H1N1 a été le plus élevé au monde. La menace d'aller en enfer a été remplacée - je caricature bien sûr – par la menace de mourir d'un quelconque virus, et tout ce que disent les autorités en matière de santé est, pour beaucoup de gens encore, parole d'évangile et un parfait éteignoir de tout sens critique. On gobe tout quoi.

Nous avons affaire à un contexte culturel et social qui fait de notre croisade une entreprise qui suscite l'incompréhension et/ou l'indifférence chez bien des gens non encore affectés par le mal des micro-ondes. La capacité de déni de l'être humain ne connaît pas de limites lorsque des propos remettent en question les « péchés mignons » que l'on peut avoir. Changer un habitude qui, de par sa nature même, est profondément enracinée dans le subconscient, demande beaucoup de temps et de persuasion – et trop souvent hélas de douloureuses épreuves...

J'espère que cet examen lucide de la réalité avec laquelle nous devons composer ne t'a pas découragée. Il est normal de craindre de ne pas être à la hauteur si l'on ne s'attaque pas d'abord à la première marche. Tenter de monter trop haut dès le départ, c'est effectivement courir le risque de se casser la marboulette. Tout voyage commence par un premier pas, ce que tu as déjà fait en répondant favorablement à ma proposition, et la persévérance finit toujours par nous mener là où nous désirons aller. Mais il faut évidemment avoir bien préparé ses baggages avant de partir à l'aventure. 

Je serais donc tenté de te demander ce que tu as déjà dans les tiens en terme de connaissance de ce vaste dossier. Je crois qu'il serait bien que l'on se parle au téléphone cette semaine. D'autres personnes de la CQLPE et des groupes Refuse en lisant ceci auront peut-être aussi envie de te parler pour te faire part de leur vision, de leurs conseils et de leurs espoirs face à la démarche que tu entreprends.

Avant tout il faut savoir que ce sont notre désir d'aider notre prochain et le sentiment d'apporter une contribution utile à la société qui nous animent. Bien sûr pour plusieurs personnes déjà électrosensibles – l'es-tu ? – il y a aussi l'instinct de survie qui entre enjeu, et celui de vouloir protéger les personnes qui nous sont chères. Mais il importe surtout de ne pas se prendre trop au sérieux et de « voyager » léger sans laisser trop d'attachements émotionnels ou de craintes inutiles nous entraver, afin que le bout de chemin de vie que nous ferons ensemble soit émaillé autant de moments heureux et du plaisir de nouvelles rencontres, que du sentiment profond de faire ce pour quoi la vie nous a préparé-e. C'est en tout cas ainsi pour moi.

Au plaisir de se parler prochainement – quand tu le voudras – afin d'échanger et de planifier ensemble la suite des choses.

Bien amicalement

Jean


PS Voici un court exemple d'info utile à connaître...
Prudence avec le cellulaire (7 décembre 2010) http://naitreetgrandir.com/fr/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=20101208-cellulaire-trouble-comportement-enfant
Une récente étude parue dans le Journal of Epidemiology and Community Health1 vous poussera peut-être à redoubler de prudence quant à l’utilisation d’un téléphone cellulaire chez votre jeune enfant et durant la grossesse. Ainsi, en étant exposé à ce type d’appareil durant la grossesse, un enfant aurait 40 % plus de risques d’avoir des problèmes de comportement lorsqu’il aura 7 ans. Ce taux s’élève même à 50 % si l’enfant utilise un téléphone cellulaire à un jeune âge. Quant aux enfants qui ont utilisé un tel téléphone, mais sans y avoir été exposés durant la grossesse, 20 % d’entre eux présentaient des problèmes de ce genre. Sous forme d’un sondage, les habitudes de 29 000 femmes et enfants ont fourni des détails quant à leur mode de vie, leur alimentation et leur milieu. Certains scientifiques demeurent toutefois sceptiques quant aux résultats de cette étude californienne. Selon eux, des facteurs liés au mode de vie pourraient être plus fortement en cause que le téléphone cellulaire.
Équipe Naître et grandir
1 Cell phone use and behavioural problems in young children, Divan HA, Kheifets L, Obel C, et al. J Epidemiol Community Health (2010) http://press.psprings.co.uk/jech/december/jech115402.pdf

DOSSIER DU WIFI, DES ROUTEURS ET DES CELLULAIRES DANS LES ÉCOLES. ÇA PRESSE DE S'EN OCCUPER !

Experts warn schools over potentially hazardous Wi-Fi microwaves (Oct 18, 2012) http://www.maltatoday.com.mt/en/magazinedetails/magazine/health/Experts-warn-schools-over-potentially-hazardous-Wi-Fi-microwaves-20121018
Are multiple routers inside schools blanketing children with microwave radiation? Some experts at a University of Malta conference on electromagnetic radiation believe so, and have called for a drastic reduction in exposure. Governments worldwide may be ignoring research that proves a correlation between Wi-Fi microwave radiation and poor health, in order to safeguard the interests of industrial giants, physicist Magda Havas told a conference in Malta of experts that presented findings on the effects of electromagnetic fields from mobile phones and antennae, and Wi-Fi boxes.

(...) Havas, adamant that Wi-Fi radiation is a possible human carcinogen, compared the wireless internet routers to microwave ovens. "While Wi-Fi routers use a much lower intensity of radiation, the radiation of routers is not contained and consists of pulsed waves which are constantly ongoing, unlike a microwave oven which is contained and temporary. "Students are exposed to microwave radiation for 1,200 hours a year, 12,000 hours after 10 years. Metal objects on the body, such as braces, are likely to increase radiation exposure near a router," Havas said.

(...) A six-year-old girl experienced a 'musical heart', headaches and dizziness only while at school. A 12-year-old boy experience tachycardia. A 12-year-old girl experienced nausea, vomiting, no fever, insomnia, blurred vision and tachycardia only at school. A 13-year-old boy experienced heart pounding, insomnia and headaches but symptoms abated when he moved. CLIP

Note de Jean: Si vous avez lu le dossier spécial Faut-il interdire le cellulaire à l'école ? du magazine l'Actualité d'octobre – « Plus de la moitié des élèves du secondaire ont maintenant dans leur poche ce petit appareil qui leur permet de communiquer, échanger de l’information, s’amuser, prendre des photos… et parfois tricher ! Faut-il s’en inquiéter ? Comment l’école doit-elle s’adapter ? » voir aussi leur sondage où l'on constate que seulement 17% des répondants sont en faveur de le permettre sans aucune restriction ET voir aussi Pour ou contre le cellulaire à l’école où l'on constate que dans la plupart des autres pays du monde mentionnés, le cellulaire est strictement interdit aux élèves à l'école – vous avez dû être comme moi consterné de voir que l'on y fait la promotion du cellulaire sans jamais mentionner le moindre risque pour la santé des enfants. Ce magazine a la désastreuse habitude depuis quelque temps de soutenir les plus dangereux produits - comme les OGMs qu'il soutient sans réserve – des grandes entreprises, ce qui trahit selon moi le contrôle qu'exerce Rogers Communications – qui possède L'Actualité et le Macleans depuis 1990 – sur le contenu éditorial de ces magazines... une triste réalité qu'il faudrait vivement dénoncer. Combien d'élèves devenus électrosensibles sans le savoir ignorent totalement la cause des graves symptômes qu'ils subissent parce que nos médias et les autorités sanitaires gouvernementales négligent totalement de s'occuper de cette menace ? Le Québec est devenu le paradis de la pollution électomagnétique... Et bien sûr, il ne faut pas oublier la présence, à proximité de nombreuses écoles et sur le toit de très nombreux hôpitaux, de puissantes antennes du cellulaire qui partout en Europe déclenchent une résistance féroce des parents et responsables municipaux de la santé et de la sécurité publique alors qu'au Québec, un mutisme quasi total règne à ce sujet à l'exception des vaillants efforts déployés depuis 3 ans par le Collectif Sauvons nos enfants des micro-ondes qui s'est beaucoup occupé du dossier des antennes, hélas sans résultat concret jusqu'ici.

No wi-fi for our schools or town
http://www.thisissouthwales.co.uk/wi-fi-schools-town/story-17094178-detail/story.html
We should remember how asbestos was once considered to be harmless. Tobacco is another example – have we not learned these lessons from the past? One of the first towns to put wi-fi in their town centre was Glastonbury in 2008. The council recently voted to remove it.

Radio Frequencies and the rise in Autism - Extrait de W.E.E.P. News 20 octobre 2012 http://weepnews.blogspot.ca/2012/10/mobile-phones-can-cause-brain-tumours.html
Dr. Robert Kane suggests a link between exposure to radio frequencies and the rise in autism in his paper "A Possible Association Between Fetal/neonatal Exposure to Radiofrequency Electromagnetic Radiation and the Increased Incidence of Autism Spectrum Disorders". There are reasons to believe that Dr. Kane might be correct. The fact that mercury is out of vaccines and the rate is continuing to increase and has increased more or less in parallel to the increasing rate of exposure to high frequencies and emf is suggestive. As is the fact that the Amish Community has not experienced a similar increase in the rate of autism, according to this news story which blames vaccines for the difference - the Amish don't vaccinate. Prenatal and Postnatal Exposure to Cell Phone Use and Behavioral Problems in Children by Divan HA, Kheifets L, Obel C, Olsen J and published in Epidemiology on May 7, 2008 also links high frequency exposure pre and postnatally with learning difficulties. CLIP

Wi-Fi warning presented (October 19, 2012)
http://www.pqbnews.com/news/174968191.html
Wireless technology is doing permanent damage to our children and to us, and school staff need to educate themselves before purchasing more of the equipment. This was the stark message delivered by two people making presentations at the last board of education meeting, Jeanette Pongratz-Doyle and Christel Martin. “You’re putting your kids in a microwave oven and you’re putting yourselves in a microwave oven,” said Martin, as she demonstrated what she said happens to a healthy cell once exposed to electromagnetic radiation with a prop. She said reports have shown the technology unzips DNA making it irreparable, it also nukes girls’ ovaries and interferes with calcium metabolism. Pongratz-Doyle said every parent has a right to know what Wi-Fi is doing to their children including chronic fatigue, increasing allergies, loss of fertility, cancer and possibly autism. Secretary Treasurer Erica Bailey then presented some research she gathered by contacting a number of school boards around the province and surveying them on their use of Wi-Fi technology. Of the surveys she got back all said they had Wi-Fi at schools. CLIP

Physician group adds weight to warnings of Wi-Fi in schools (October 5, 2012)
http://www.stcatharinesstandard.ca/2012/10/05/physician-group-adds-weight-to-warnings-of-wi-fi-in-schools
OTTAWA - Schools should not install wireless Internet systems because the technology is linked to learning disabilities, headaches and immune system deficiencies, according to an international association of physicians. The American Academy of Environmental Medicine, which is holding a conference on the brain and nervous system this week in Florida, says safer alternatives should be used instead of Wi-Fi. "Adverse health effects from wireless radio frequency fields, such as learning disabilities, altered immune responses, and headaches, clearly exist and are well documented in the scientific literature," the academy said in a statement on its website. "Safer technology, such as use of hard-wiring, is strongly recommended in schools." The American Academy of Pediatrics has also called for a review of government safety limits for electromagnetic radiation because of the growing number of wireless devices that are part of children's lives. CLIP

---

Genetic Roulette - The Gamble of our Lives (Oct 8, 2012)
À VOIR! UN AUTRE DOSSIER URGENT QUE LE GOUVERNEMENT DOIT CESSER D'IGNORER. LA POPULATION AMÉRICAINE QUI CONSOMME LES MÊMES ALIMENTS BOURRÉS D'OGMs QUE LES CANADIENS SOUFFRE DE PLUS EN PLUS DES MÊMES PROBLÈMES DE SANTÉ AFFECTANT LES ANIMAUX DE LABORATOIRE NOURRIS AUX OGMs
https://www.youtube.com/watch?v=wnlTYFKBg18
Are you and your family on the wrong side of a bet? When the US government ignored repeated warnings by its own scientists and allowed untested genetically modified (GM) crops into our environment and food supply, it was a gamble of unprecedented proportions. The health of all living things and all future generations were put at risk by an infant technology. After two decades, physicians and scientists have uncovered a grave trend. The same serious health problems found in lab animals, livestock, and pets that have been fed GM foods are now on the rise in the US population. And when people and animals stop eating genetically modified organisms (GMOs), their health improves. This seminal documentary provides compelling evidence to help explain the deteriorating health of Americans, especially among children, and offers a recipe for protecting ourselves and our future. More information can be found at: http://geneticroulettemovie.com and http://responsibletechnology.org