Le 5 mars 2015

Bulletin spécial sur les compteurs pyromanes d'Hydro-Québec


Bonjour

Suite à une série d'articles et d'entrevues aujourd'hui sur les compteurs pyromanes d'Hydro-Québec, je vous fais parvenir ce bulletin spécial présentant la couverture médiatique à ce sujet.

J'attire tout particulièrement votre attention sur l'importante mise à jour que je viens de faire à un précédent bulletin spécial à ce sujet dans lequel je compile régulièrement tous les éléments nouveaux s'ajoutant dans ce dossier. Je vous invite à le consulter à http://www.cqlpe.ca/Bulletins/BulletinSpecialFeu.htm - vous y noterez un commentaire d'un opposant sur l'affirmation de Patrice Lavoie selon laquelle Hydro a toujours récupéré les compteurs après un incendie – une affirmation démentie à la fin de cette entrevue radio par une victime d'incendie (où le compteur électromécanique n'était pas en cause) rapportait que jamais personne d'Hydro-Québec n'était passé récupérer le compteur.

Cette mise à jour se conclut par ceci.

« Je signale enfin que le capitaire des pompiers de Saguenay ayant enquêté sur l'incendie de compteur décrit dans http://ici.radio-canada.ca/regions/saguenay-lac/2014/12/05/006-incendie-compteur-cendre.shtml - m’a confié en décembre dernier avoir contacté des collègues à Montréal qui lui ont affirmé avoir eu connaissance de plusieurs autres incendies liés à des compteurs non rapportés dans les médias. Combien de dizaines de cas non rapportés de compteurs incendiaires y a-t-il ainsi au Québec ? Faudra-t-il mort d’homme avant que le gouvernement Couillard se réveille et, comme le gouvernement de Saskatchewan l’a fait, oblige Hydro-Québec à enlever tous ces dangereux appareils non homologués et non testés pour revenir à une technologie sécuritaire ? »

Et à noter aussi que le mot d'ordre suivant circule parmi les opposants en ce moment :

« Un de nos opposants de l'Estrie a lancé une très bonne idée. Il suggère que chacun des opposants dans son secteur respectif communique avec son service d'incendie pour tenter de savoir si c'est vrai qu'Hydro-Québec prend possession de tous les compteurs (compteurs électromécaniques, compteurs électroniques ou compteurs intelligents) lorsqu'il y a un incendie. Ainsi, nous pourrions vérifier si Hydro dit la vérité... »

J'ai le sentiment que nous approchons d'un seuil critique avec le ras-le-bol croissant des Québécois suite à la surfacturation abusive et maintenant avec les révélations sur les manoeuvres de dissimulation évidentes pratiquées par Hydro-Québec, comme le font d'ailleurs les autres compagnies d'électricité ailleurs dans le monde qui nient systématiquement tout lien - pourtant bien évident ! - entre leurs compteurs'intelligents' et les incendies clairement déclenchés par ces dangereux appareils (plus de 1000 auraient été rapportés en Amérique du Nord seulement - voir de nombreux exemples ICI - et ce n'est sans doute que la pointe de l'iceberg!) et ayant déjà fait plusieurs victimes (comme vous le verrez dans à http://www.cqlpe.ca/Bulletins/BulletinSpecialFeu.htm - et c'était des compteurs en tous points identiques à ceux d'Hydro-Québec qui étaient en cause).

Chose sûre, les Québécois qui s'estiment – de manière parfaitement illusoire – à l'abri des conséquences sur la santé des puissantes salves de micro-ondes pulsées émises jour et nuit par ces appareils aux effets cancérogènes, génotoxiques et neurotoxiques (et signalons que le réputé scientifique Paul Héroux a donné une véritable raclée verbale hier soir à un représentant de l'Institut national de la santé publique du Québec dans une émission de MATV dont l'archive vidéo est disponible ICI, une émission à laquelle participaient aussi en direct Mme Jocelyne Breton de Lévis Refuse les compteurs intelligents, M. Luc Forbeaux de Stoneham Refuse et, en différé, l'ineffable Patrice Pinocchio Lavoie), eh bien ces Québécois encore sceptiques là-dessus auront 2 bonnes raisons irréfutables de prendre les moyens pour ne pas se faire voler leur compteur électromécanique (s'ils l'ont encore), soit ne pas périr avec leur famille dans un incendie déclenché par un des ces compteurs pyromanes ou tout perdre et se retrouver à la rue comme cette victime : L'occupante de la maison mobile qui a passé au feu en novembre dernier, ne comprends pas comment la société d'État peut affirmer hors de toute doute qu'il est impossible que le compteur intelligent ait pris feu, sans qu'il y ait eu d'expertise sur le compteur en question. Josée Rochette a été sauvée de façon in extremis par son chat, qui a péri dans l'incendie de sa résidence. Elle nous a dit avoir tout perdu, en plus de vivre désormais avec un syndrome de stress post-traumatique. » – Tiré de Les compteurs intelligents dans la mire des pompiers de Québec

... et ne pas se faire surfacturer et voler tout rond par cette entreprise voyou qui se croit au dessus des lois et à l'abri de toute poursuite...

Il y a de fortes chances aussi qu'ils réagissent enfin, comme ils l'ont fait devant l'avidité cupide de l'ex-ministre de l'éducation, Yves Bolduc, qui tient à empocher une prime de départ de $155,000 à laquelle il n'a aucunement droit puisqu'il a démissionné, devant la rapacité encore plus gourmande de celui qui sera bientôt l'ex-président d'Hydro-Québec, qui va empocher près de un demi million de dollars en indemnité de départ malgré qu'il ait lui aussi donné sa démission - voir DÉMISSION DE THIERRY VANDAL À HYDRO-QUÉBEC - Une indemnité de départ contraire au Code civil – pour aller «relever de nouveaux défis» ailleurs...

Comme le signalait Mme Breton dans un commentaire sous l'article Les exécutants exécutés [Un boulet - Hydro-Québec était devenue un boulet pour le gouvernement Couillard. Un coup de barre était impératif pour l’image même du gouvernement tenu responsable de ses égarements. Des têtes dirigeantes doivent donc quitter parce qu’elles ont trop bien servi leurs maîtres passés. ] du 5 février dernier...

« Ça prend une commission d'enquête publique et réellement indépendante avec des pouvoirs exécutoires. Il y a des têtes qui doivent faire face à la justice pour rendre compte de leurs réponses au trafic d'influence, de leurs mensonges à la population et payer le prix associé à leur manque d'éthique et à leur malhonnêteté intellectuelle. Les folies d'Hydro-Québec nous coûtent notre droit à un niveau de vie décent! Et c'est ce que l'on est en train de voler aux citoyens québécois... Alors qu'eux se graissent encore avec des primes de départ extravagantes. C'est proprement scandaleux! Et ça c'est sans parler des torts irréparables qu'ils sont en train de faire à l'environnement avec tous ces équipements dont la sécurité technologique est plus que douteuse et qui ne répond pas non plus aux principes directeurs de la Loi sur le développement durable. Ça serait intéressant de vérifier qui compose l'actionnariat de Landis+Gyr, d'Itron et d'Eltser... on aurait peut-être des surprises? »

Voir d'ailleurs à ce sujet au bas de ce bulletin (Hydro est juge et partie dans l'homologation des compteurs 'intelligents') l'excellent travail d'enquête réalisé par Mme Breton afin de démontrer à quel point les Québécois se font rouler par l'Hydre-au-Québec...

Bonne lecture... et n'hésitez pas à faire circuler!

Jean Hudon
Co-fondateur et webmestre
Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique
http://www.cqlpe.ca
Membre du comité organisateur de la campagne Je garde mon compteur !
(soutenue par plus de 6609 personnes sur sa pétition de résistance populaire)
http://www.jegardemoncompteur.com

Merci de faire circuler ce bulletin à vos contacts ou à tout le moins de leur recommander de prendre connaissance de sa copie archivée au http://www.cqlpe.ca/Bulletins/BulletinSpecialFeu2.htm

ABONNEMENT GRATUIT À CE BULLETIN : Si vous recevez une copie de ce bulletin, et aimeriez vous y abonner, il suffit d'envoyer un courriel à info@cqlpe.ca en inscrivant 'Abonnez-moi au bulletin' comme sujet de votre courriel. Si vous ne désirez plus y être abonné-e, il suffit de le demander à la même adresse de courriel.

Vous pouvez consulter ICI les précédents bulletins.

* * *

Voici l'entrevue de 17 minutes qu'il faut écouter en premier car c'est un journaliste du FM 93 qui a enquêté là-dessus et qui a révélé le pot aux roses grâce à une copie d'une lettre (disponible ICI) qu'il a reçu dans une enveloppe brune...

Les compteurs intelligents pourraient avoir provoqué des incendies!
http://www.fm93.com/lecteur/audio/exclusif-les-compteurs-intelligents-pourraient-a-262174.mp3

Tiré de http://www.985fm.ca/regional/nouvelles/les-compteurs-intelligents-dans-la-mire-des-pompie-704511.html

Les compteurs intelligents sont dans la mire des pompiers de Québec

5 mars 2015

QUÉBEC - Des employés d'Hydro-Québec ont récemment récupéré des compteurs intelligents sur les lieux d'incendies survenus sur le territoire de la Ville de Québec. Une pratique qui ne fait pas l'affaire des enquêteurs du Commissariat aux incendies.

Dans une missive envoyée à tous les membres de l'État-Major du Service de protection des incendies, et dont le FM93 a obtenu copie, le directeur adjoint aux affaires stratégiques et administratives invite les sapeurs à s'assurer que les employés d'Hydro-Québec ne quittent pas les lieux sans avoir rencontré préalablement un enquêteur.

Dans tous les cas, il explique que les compteurs devront être photographiés avant d'être rapatriés par la société d'État.

Robert Laperle indique que l'analyse d'une scène d'incendie peut démontrer que le compteur de nouvelle génération d'Hydro-Québec peut être au centre du foyer d'incendie, même si cela ne signifie pas nécessairement qu'il en soit la cause. Il conclut que seule une expertise approfondie pourra le déterminer hors de tout doute.

En vertu de la Loi sur la sécurité incendie, le Commissariat aux incendies, peut dans les 24 heures suivant la fin de l'incendie, «inspecter les lieux incendiés et examiner ou saisir tout document ou tout objet qui s'y trouve et qui, selon lui, peut contribuer à établir le point d'origine, les causes probables ou les circonstances immédiates de l'incendie.»

En résumé, le Commissariat se réserve le droit de saisir les compteurs intelligents pour les faire analyser.

Le nouveau chef du Service de protection des incendies de Québec, Christian Paradis, a refusé de commenter, mentionnant que le dossier est «extrêmement sensible». Il nous a cependant confirmé que des expertises sont en cours, mais qu'actuellement il ne possédait aucune information permettant d'affirmer qu'un compteur intelligent aurait pris feu.

Cas suspect près de l'aéroport

Le FM93 a également appris qu'un compteur intelligent est suspecté à la suite d'un incendie qui a complètement ravagé une maison mobile, et qui aurait pu coûter la vie à ses deux occupants.

L'incendie en question s'est produit le 16 novembre dernier au 1471, rue Villon dans le secteur Chauveau.

L'enquête du Commissariat aux incendies ne peut être complétée, puisqu'il manque un élément qui permettrait de faire avancer l'enquête. En fait, l'enquêteur au dossier n'a pas le compteur, qui a été récupéré par Hydro-Québec. Le Commissariat aux incendies refuse écarter cette hypothèse sans que le compteur n'ait été expertisé.

Par ailleurs, un voisin de la maison mobile, qui a été déclarée perte totale, nous a dit avoir eu la visite d'employés d'Hydro-Québec au début du mois de février. Il affirme que ces employés sont allés inspecter le compteur intelligent installé sur sa résidence, et ceux sur les maisons mobiles avoisinantes.

Nous avons contacté les occupants de la résidence incendiée, et nous sommes toujours en attente d'un retour d'appel de leur part.

Hydro-Québec sur la défensive

D'autres cas suspects ont été répertoriés dans la province, mais à chaque fois le porte-parole d'Hydro-Québec, Patrice Lavoie, a expliqué qu'il était «pratiquement impossible» qu'un compteur prenne feu. Il rejette la faute sur l'installation ou le socle appartenant au client.

Questionné sur le cas particulier de la rue Villon, M. Lavoie nous a dit d'emblée, sans même savoir s'il y avait eu une expertise, que le compteur n'est pas en cause.

On nous a confirmé que de retirer le compteur est une «procédure habituelle» lors d'un incendie, et qu'aucune expertise n'a été réalisé sur le compteur en question.

Le compteur a été installé le 10 octobre 2014, soit un peu plus d'un mois avant l'incendie qui a complètement détruit la maison mobile.

Compteurs retirés en Ontario et en Saskatchewan

Ailleurs au pays, les autorités ont exigé que des compteurs de nouvelle génération soient retirés après que des incendies aient été répertoriés. C'est le cas en Saskatchewan, où pas moins de 105 000 compteurs ont été remplacés après que huit compteurs aient pris feu. En Ontario, l'Office de la sécurité des installations électriques a ordonné le retrait de plus de 5000 compteurs puisqu'ils pourraient surchauffer et causer un incendie.

Hydro-Québec rappelle que la technologie utilisée au Québec n'est pas la même que celle des compteurs installés en Ontario et en Saskatchewan.

Voir/écouter aussi...

Un compteur intelligent en cause dans un incendie? (5 mars 2015)
http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2015/03/05/004-incendie-chauveau-compteur.shtml
Le propriétaire d'une maison qui a été la proie des flammes à Québec est convaincu que le compteur intelligent installé par Hydro-Québec pourrait être la cause de l'incendie survenu en novembre dernier dans le secteur Chauveau. Claude Martel affirme que le compteur de dernière génération avait été installé une semaine avant le sinistre. Dès le lendemain de l'incendie, les équipes d'Hydro-Québec étaient déjà sur place pour récupérer ce qui restait de l'appareil. Selon lui, tout pointe vers le compteur intelligent pour expliquer le sinistre. Le feu venait de l'extérieur et d'après ce que lui a dit un représentant du Service de protection contre l'incendie de Québec (SPIQ), sa maison n'est pas en cause. « Mon feeling est à 100 % que c'est eux autres [Hydro-Québec]. Je ne peux pas dire si c'est le « meter » intelligent ou celui qui l'a posé, mais tu ne peux pas mettre le feu dans une maison vite de même », a-t-il affirmé.

Le Service de protection contre l'incendie de Québec n'a pas apprécié voir disparaître le fameux compteur aussi rapidement après l'incendie sur la rue Villon. Afin de récupérer l'appareil aux fins de l'enquête, le SPIQ a adressé une demande formelle à Hydro-Québec dont le FM93 a obtenu copie. Cet imbroglio a fait en sorte qu'une directive a été expédiée à tous les employés du SPIQ, leur rappelant de ne laisser personne quitter les lieux d'un incendie avec un élément de l'enquête. C'est d'ailleurs le FM93 qui a rapporté que des employés d'Hydro-Québec ont récupéré le compteur en question sans en aviser les pompiers. Or, le SPIQ doit avoir en sa possession le compteur afin de compléter son enquête sur les causes de l'incendie. France Voiselle, la porte-parole du SPIQ, rappelle que tout incendie est considéré comme une scène de crime tant que l'enquête n'a pas été conclue. Ainsi, ajoute-t-elle, aucun élément de cette scène ne doit être retiré.

« Les enquêteurs ne sont pas capables de terminer leur enquête parce qu'il leur manque un élément de preuve qui est le compteur », confirme France Voiselle. Le SPIQ soutient que des représentants d'Hydro-Québec ont retiré les compteurs intelligents sur des lieux d'incendie à plusieurs reprises à Québec sans l'approbation de l'enquêteur au dossier. Cette façon de procéder est à revoir, martèle le SPIQ, car seul l'enquêteur peut exclure formellement le compteur des causes potentielles d'un sinistre. Le SPIQ affirme toutefois que le seul cas à éclaircir jusqu'à maintenant est l'incendie de la maison de Claude Martel.

(...) Le porte-parole d'Hydro-Québec, Patrice Lavoie, assure que la société d'État procédera à des vérifications pour déterminer si le compteur aurait dû rester sur les lieux du sinistre plus longtemps après l'incendie. Il affirme toutefois que puisque l'incendie de la maison de Claude Martel a eu lieu il y a plusieurs mois, le compteur pourrait bien ne jamais être retrouvé. Il mentionne que la société d'État fera des vérifications pour tenter de le localiser. « Le compteur, lorsqu'on le reçoit, c'est sûr qu'on ne le garde pas ad vitam aeternam. CLIP

Hydro-Québec collaborera avec les enquêteurs (5 mars 2015)
http://www.journaldequebec.com/2015/03/05/les-pompiers-de-quebec-ne-veulent-plus-que-les-employes-dhydro-quebec-quittent-avec-les-compteurs-intelligents-apres-un-feu
Hydro-Québec se dit prête à collaborer avec les enquêteurs du Service de protection contre l’incendie de la Ville de Québec pour qu’ils puissent analyser les compteurs intelligents après un sinistre, mais ces derniers sont toujours en attente dudit compteur, possiblement impliqué dans l’incendie d’une maison mobile, en novembre dernier. CLIP

Voir les nombreux commentaires sous cet article dont celui-ci de Mme Jocelyne Breton:

« Lévis Refuse les compteurs appuie totalement les pompiers de Québec dans leur démarche. Comment se fait-il qu'Hydro-Québec puisse ramasser légalement une pièce à conviction dans une enquête avant qu'elle ne soit examinée par les enquêteurs incendie? Il est nécessaire aussi de savoir si la même pratique était appliquée avec les anciens compteurs analogiques? Et contrairement à ce que prétend le porte parole d'Hydro-Québec, le compteur Landys +Gyr installé partout au Québec fonctionne avec la même technologie que les compteurs intelligents des marques concurrentes. Ce sont les mêmes composants fait de la même matière première. Par ailleurs, ces compteurs ont déjà été impliqués directement dans des incendies aux États-Unis à tout le moins. C'est un fait reconnu par les experts des autorités d'enquêtes locales. Encore une fois... Hydro-Québec "brille de tous ses feux" par ses méthodes "obscures" de traiter le dossier intelligent et de toute évidence, elle récupère les preuves pour être certaine que l'enquête n'aboutira pas. Si notre société d'État était équipée d'un nez, il s'allongerait sur des kilomètres... Vivement qu'une commission d'enquête publique et indépendante voie le jour pour étudier et dénoncer les agissements de cette société d'État dont le fonctionnement bafoue toues les règles de la démocratie. »

EXCLUSIF: Les compteurs intelligents, cible des pompiers? http://quebec.radiox.com/emission/le_show_du_matin/article/exclusifles_compteurs_intelligentscible_des_pompiers
Martin Busutil nous raconte que les compteurs intelligents installés par Hydro Québec suscitent des questions de la part des pompiers de Québec. Peuvent-ils être responsables d'incendies, comme en Saskatechewan l'été dernier?

Sites d'incendie: Hydro trop pressée de récupérer ses compteurs intelligents?
http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/quebec/archives/2015/03/20150305-125616.html
(...) Selon le propriétaire, Claude Martel, le compteur intelligent avait été installé environ une semaine avant l'incendie et les flammes faisaient rage à l'extérieur de la résidence. «C'est le chat qui nous a réveillés. Ma blonde est allée dans la cuisine et elle a vu que le feu était pris à l'extérieur de la maison. Elle a crié, je me suis réveillé et je me suis dépêché à défoncer la porte arrière pour sortir.»Dès le lendemain, des gens d'Hydro-Québec venaient récupérer le compteur intelligent.«Ils sont partis avec les fils, tout ce qui avait rapport avec le compteur intelligent et le fil qui s'en va dans le poteau en arrière.» Et cela ne fait vraiment pas l'affaire du Service de protection contre l'incendie de la Ville de Québec. «Un site d'incendie, c'est comme une scène de crime. Aucun élément de preuve ne peut être prélevé tant que l'enquête n'est pas terminée», précise la porte-parole, France Voiselle. CLIP

Les compteurs intelligents préoccupent les pompiers de Québec
http://www.quebechebdo.com/Actualites/2015-03-05/article-4066559/Les-compteurs-intelligents-preoccupent-les-pompiers-de-Quebec/1
(...) «Dans les dernières semaines, des techniciens de la société d'État [Hydro-Québec] se sont présentés sur les lieux d'interventions et ont récupéré des compteurs intelligents. Dans ces circonstances, l'enquêteur du commissariat doit voir et photographier ledit compteur avant que les employés d'Hydro-Québec quittent les lieux avec ce dernier», peut-on lire dans la note interne, reproduite sur le site Web du FM93.La note se conclut ainsi. «L'analyse d'une scène d'incendie peut démontrer que le compteur intelligent d'Hydro-Québec peut être au centre du secteur d'origine de l'incendie. Par contre, cela ne signifie pas nécessairement qu'il en soit la cause. Seule une expertise approfondie de ce compteur pourra déterminer s'il est en cause dans un incendie.»France Voiselle, porte-parole du Service de protection contre l'incendie, indique pour sa part que «personne ne doit partir avec des éléments de preuve». CLIP

* * *

From: Jocelyne Breton (Jocelyne.d.breton@gmail.com)
Date: 2 Jan 2015
Subject: Hydro est juge et partie dans l'homologation des compteurs 'intelligents'

Bonjour à tous,

Voilà un résumé des précisions reçues par courriel lors de nos échanges avec un gestionnaire occupant de hautes fonctions à Électricité & Gaz d'Industrie Canada concernant le fonctionnement de Mesures Canada. Vous pourrez donc publier sur vos sites les questions posées et les réponses obtenues, et tirer les conclusions qui en découlent :

À la question : Est-ce que Mesure Canada admet toujours la légitimité, la validité du mécanisme et l'exactitude des mesures prises par les compteurs électromécaniques (à roulette) qu'Hydro-Québec tente de retirer partout dans la province de Québec?

Réponse :

Tous les compteurs électromécaniques (compteurs à roulette) utilisés par Hydro-Québec ont obtenu l’approbation de Mesures Canada. Ils sont donc toujours approuvés.

Mesures Canada admet la légitimité, la validité du mécanisme et l’exactitude des mesures prises par ces compteurs électromécaniques, et cela est basé sur le certificat de vérification de chacun de ces compteurs qu’Hydro-Québec peut vous fournir.

À la question : Pouvez-vous me dire quel est le processus exact suivi pour qu'Hydro-Québec puisse obtenir un certificat de vérification de chacun de ses compteurs? Est-ce que Mesure Canada procède elle-même aux tests et à l'approbation des instruments de mesure ou bien est-ce fait par un organisme accrédité?

Réponse :

Hydro-Québec est un organisme accrédité par Mesures Canada et est autorisé à utiliser les méthodes prescrites par Mesure Canada pour effectuer l’inspection des compteurs d’électricité.

À la question : Comment fonctionne le processus d'accréditation des instruments de mesure?

Réponse : Le processus suivi par Hydro-Québec est très rigoureux et est conforme aux exigences de Mesures Canada.

Les compteurs sont assujettis aux essais prescrits dans la norme S-E-02, bref la précision pour chacun des essais doit être à l’intérieur de ± 1% d’erreur.

Norme S-E-02 : http://www.ic.gc.ca/eic/site/mc-mc.nsf/fra/lm00171.html

La méthode d’inspection peut être au choix du fournisseur accrédité et en conformité avec les méthodes de certification des compteurs de Mesures Canada :

· Inspection à 100% des compteurs

· Inspection par plan d’échantillonnage d’acceptation (norme S-S-04)

· Inspection par plan d’échantillonnage de conformité (norme S-S-06)

À la question : Est-ce que nous comprenons bien, dans ce cas, qu'Hydro-Québec est en mesure de faire lui-même la vérification de chacun de ses compteurs et d'en approuver la certification en appliquant les normes édictées par Mesure Canada? Et si tel est le cas, y a-t-il une forme de reddition de compte, de supervision, de vérification ou de contre expertise sur des échantillonnages avec Mesure Canada?

Réponse :
Hydro-Québec est un organisme accrédité par Mesures Canada, cette accréditation est assujettie à un audit de surveillance annuelle ainsi qu’à des audits de produits.

Les normes supportant cette approche sont la S-A-01 et le Bulletin A-1 pour les audits de produits.

S-A-01 : http://www.ic.gc.ca/eic/site/mc-mc.nsf/fra/lm00432.html

Bulletin A-1 : http://www.ic.gc.ca/eic/site/mc-mc.nsf/fra/lm00458.html

Nous pensons que cette information pourra s'avérer utile, surtout pour les gens qui veulent contester l'exactitude de leur facture puisque les tests ne sont pas corroborés par un organisme totalement indépendant. Le processus d'accréditation d'organismes établi par Mesures Canada ne semble pas prévoir de mesures restrictives quand à l'admissibilité d'un organisme potentiellement placé en situation de conflit d'intérêts. Or, c'est manifestement le cas avec Hydro-Québec qui se retrouve ni plus ni moins juge et partie dans un processus d'accréditation d'appareils qu'il utilise pour facturer sa clientèle! Cette situation, à elle seule, nous permet de douter sérieusement du niveau de rigueur intellectuelle des deux organismes. D'autant que nous ignorons tout des risques existants que les résultats de ces tests soient faussés, volontairement ou non, sans qu'aucune instance réellement indépendante ne puisse questionner les procédures et la rigueur des processus.

Nous profitons de l'occasion pour souhaiter à tous une Bonne et Heureuse Année 2015, en espérant que nous pourrons enfin river son clou à Hydro-Québec dans ce dossier... et dans bien d'autres par la suite.

Meilleures salutations!

Jocelyne Breton
Lévis Refuse les compteurs intelligents