Bulletin Express #9 : Hydro semble sur le point de débrancher certains clients "récalcitrants"

HYDRO-QUÉBEC : DES CLIENTS AVEC DE VIEUX COMPTEURS MENACéS DE DÉBRANCHEMENT

Tiré de http://plus.lapresse.ca/screens/7037855a-2cbd-4bd2-955c-db1afd0f967e%7CayMI6Tk8MwNu.html

LOUIS-SAMUEL PERRON - LA PRESSE - 20 mars 2017

Hydro-Québec s'apprête à sévir contre ses clients qui négligent ou refusent de faire remplacer leur compteur électromécanique caduc. Dès la fin du moratoire hivernal sur les débranchements, le 1er avril, ces 372 clients risquent de se retrouver dans le noir. Les 119 000 clients qui disposent toujours d'un vieux compteur pourraient connaître le même sort dans les prochaines années, s'ils ne régularisent pas leur situation.

Depuis le déploiement du projet des compteurs intelligents, dont la facture s'élève à 1 milliard de dollars, plus de 3,8 millions de compteurs de nouvelle génération communicants ont été installés par Hydro-Québec. Aussi, 73 701 foyers ont choisi de payer certains frais pour obtenir un compteur de nouvelle génération, mais non communicant.

Or, 119 000 foyers et commerces n'ont choisi aucune des deux options. En octobre dernier, Hydro-Québec a envoyé des lettres à des clients pour leur signaler leur « obligation de rendre accessible » le compteur afin de le remplacer, rapportait La Presse.

Ainsi, les clients qui refusent ou négligent de rendre accessible le compteur pour son remplacement pourraient devoir payer des frais d'inaccessibilité de 85 $ et des frais de relève de 5 $ par mois. Toutefois, ces clients risquent le débranchement seulement si le sceau de Mesures Canada du compteur échoit - la durée varie de 6 à 10 ans - ou si le compteur devient défectueux. La majorité (83 %) des clients contactés a toutefois choisi d'opter pour le compteur de nouvelle génération.

« [Les clients qui risquent le débranchement] ne sont pas admissibles aux frais d'inaccessibilité, parce que leur sceau fédéral est échu. Ils ne peuvent pas garder leur compteur électromécanique. »

- Marc-Antoine Pouliot, porte-parole d'Hydro-Québec

Hydro-Québec enverra dans les prochains jours des avis d'interruption aux clients visés. « On y va de façon très, très progressive, mais après plusieurs semaines, même mois de communication, on en est rendu dans certains cas à interrompre. Mais on veut absolument régler le plus de cas possible d'ici le 1er avril. Le message est le suivant : appelez-nous pour régulariser la situation », martèle Marc-Antoine Pouliot. Hydro-Québec s'apprête aussi à imposer des frais d'inaccessibilité à certains clients (472) qui ont toujours un compteur électromécanique, mais dont le sceau de Mesures Canada n'est pas échu.

D'ici 2018, Hydro-Québec prévoit avoir communiqué avec tous les clients concernés, dont 50 000 cette année. « On les contacte graduellement, on ne peut pas le faire en un seul bloc, parce qu'on fait un suivi très serré. L'opération le confirme, il y a beaucoup de gens qui avaient seulement négligé de nous rappeler », indique Marc-Antoine Pouliot.

En 2015, 60 236 clients résidentiels d'Hydro-Québec ont subi une interruption de service pour défaut de paiement.




Pour ceux qui l'ignorent encore...

INVITATION : Assemblée de mobilisation en appui aux irréductibles injustement menacés de coupure d'électricité

Tiré d'ICI.

Samedi 8 avril de 10h à 12h CENTRE COMMUNAUTAIRE LAJEUNESSE, 7378 rue Lajeunesse - salle 312, Métro Jean-Talon - stationnements disponibles dans la cour arrière, rue Berri. Depuis quelques semaines, Hydro-Québec menace de couper l'électricité aux nombreux clients pour lesquels l'option de retrait est inapplicable - compteurs groupés dans ou à proximité de leur logement, compteurs de 400 ampères et faibles revenus - et, qui n'ayant d'autre alternative, se trouvent dans l'obligation de résister à l'installation des nouveaux compteurs pour ne pas être exposés aux puissantes ondes électromagnétiques émises par ces appareils. De plus, un nombre important de clients ayant demandé l'option de retrait n'ont toujours pas obtenu l'installation d'un compteur non communicant à leur domicile des mois, voire des années après en avoir fait la demande et subissent entre-temps des ondes électromagnétiques néfastes pour la santé. Hydro-Québec n'offre aucune solution à ses clients laissés pour compte. Au contraire, Hydro-Québec traite ses clients de manière cavalière et pousse l'odieux jusqu'à menacer de couper l'électricité! Que gagnerait notre société d'état à agir de manière brutale en mettant ses menaces à exécution? Ceux qui résistent encore et toujours font preuve de courage mais ne peuvent demeurer isolés. Voilà pourquoi il est important de participer à cette assemblée de mobilisation pour entreprendre de nouvelles actions.




LES RÉGISSEURS ROZON, PELLETIER ET TURMEL REFUSENT DE PRENDRE LEURS RESPONSABILITÉS

À noter que dans cette Décision du 6 mars dernier la Régie a rejeté la contestation de l'intervenant Sé-AQLPA qui s'était déclaré insatisfait du refus d'Hydro-Québec de répondre à plusieurs demandes de renseignements, notamment celles portant sur les problèmes de surchauffe et d'incendies de ses compteurs intelligents, une situation fort sérieuse sur laquelle, selon nos informations, le Distributeur a fait préparer à l'interne un rapport qui a demandé plus d'un an de travail à un employé et dans lequel ce dernier avait, semble-t-il, estimé qu'environ la moitié des embases des 4,8 millions de clients d'Hydro-Québec seraient potentiellement défectueuses et pourraient donc avec le temps déclencher des incendies ou faire gravement surchauffer le compteur - dont les broches, légèrement plus minces que celles des compteurs électromécaniques, établieraient un mauvais contact avec les mâchoires de l'embase, ce qui génère des micro-arcs électriques et une telle chaleur qu'ils peuvent faire fondre les fils reliant l'embase au boîtier électrique ou faire s'enflammer le compteur communicant ou non communicant.

Les 3 régisseurs ont justifié cette décision irresponsable en affirmant que ces questions « dépassent le cadre d'intervention établi dans la décision D-2016-189 » et qu'elles « ne sont pas en lien avec les sujets relatifs à l'option de retrait et aux compteurs non communicants. » Le même motif avait été invoqué par le Distributeur pour refuser de répondre à toutes les questions soumises par le RAPLIQ. Il est désolant de constater que, pour de simples motifs techniques, les régisseurs se refusent à en savoir plus sur ce problème de sécurité publique extrêmement grave, puisqu'au moins une quinzaine d'incendies résultant de ce problème d'incompatibilité entre les compteurs Landis+Gyr et les embases de la clientièle d'Hydro-Québec ont déjà été rapportés dans les médias et que de nombreux compteurs Landis+Gyr, identiques à ceux achetés par Hydro-Québec, sont la cause de plusieurs décès dans des incendies qu'ils ont déclenché ailleurs en Amérique du Nord. Au moins, ces 3 régisseurs ne pourront prétendre ne pas avoir été informés de cette situation explosive qu'Hydro-Québec veut tout faire pour dissimuler afin de ne pas faire remettre en question son choix désastreux de cette méthode de relève à distance lui ayant coûté plus d'un milliard de dollars et ayant détruit la santé et la qualité de vie de centaines de milliers de Québécois devenus électrosensibles à divers degrés à causes des micro-ondes émises à raison de milliers de puissants pics d'émissions électromagnétiques, 24 heures sur 24 et ayant obligé les assureurs à payer des centaines de milliers de dollars en raison des incendies déclenchés par leurs compteurs électroniques.

VOIR AUSSI LES NOMBREUX AUTRES DÉVELOPPEMENT RÉCENTS à http://www.cqlpe.ca/#DR - y noter entre autres tout ce qui concerne l'arrivée d'ici 2 ou 3 ans de la 5G qui va obliger le déploiement de millions de nouvelles antennes de cellulaires partout en Amérique du Nord et causer d'incalculables torts à la population et à l'environnement.

Vous y noterez aussi...

Soins offerts aux électrohypersensibles, Dr Riina Bray, Université de Toronto
https://maisonsaine.ca/zone-video/soins-offerts-electrohypersensibles-riina-bray.html
Cette experte ontarienne qui a traité des centaines de patients électrosensibles à sa clinique (Ontario Environmental Health Clinic à l'Université de Toronto) est une sommité dans le domaine au Canada. Elle y révèle notamment qu'environ la moitié des Canadiens seront devenus électrosensibles d'ici peu et que de 3 à 5% d'entre eux seront électrohypersensibles.

Si vous n'avez pas encore vu le documentaire ONDES SCIENCES ET MANIGANCES il est disponible en entier via http://espiedsalaterre.org/ondes-sciences-manigances/




Voir aussi tout ce qui concerne la lutte contre les compteurs 'intelligents' à http://www.cqlpe.ca/Lutte.htm

Ne manquez pas d'y lire...

Message important à tous ceux qui ont encore un compteur électromécanique d'Hydro-Québec et à ceux qui ont commandé un compteur non communicant - par Lanaudière Refuse


Résumé : Cette nouvelle version du message de Jacques et Nicole Blais de Lanaudière Refuse, qui ont fait un travail colossal pour expliquer ce qu'il faut savoir suite aux informations obtenues d'Hydro-Québec le 20 février 2017, rectifie notamment l'idée fausse selon laquelle qu'Hydro n'accorderait pas l'option de retrait - le compteur non communicant - aux clients «récalcitrants», c'est-à-dire refusant l'accès au compteur électromécanique, ayant reçu un avis d'interruption de service ou même s'étant fait couper le courant, et ce, durant une période de 24 mois après l'envoi de l'avis d'interruption de service. En effet, comme on peut le lire dans une réponse à Sé-AQLPA - page 24 de ce document - Hydro-Québec a enfin précisé que la disposition à cet effet dans ses conditions de service concerne uniquement les clients dont le compte est en souffrance - «ayant un historique de recouvrement». Toutefois, l'installation du non communicant, que le client peut donc demander avant qu'Hydro procède à l'interruption de service, lui coûtera 85$ pour le moment et possiblement jusqu'à 140$ à compter de l'été prochain si la Régie de l'énergie accepte qu'Hydro facture ce montant plus élevé qui sera désormais appelé «Frais d'intervention au compteur». De plus, des frais de relève mensuel de 5$/mois lui seront chargés, un montant qui, en principe, baissera à 2.50$/mois après la décision de la Régie l'été prochain (2017). En outre, si une coupure de courant est effectuée pour forcer le client à cesser sa résistance, des frais de 360$ lui seront facturés pour le rétablissement du service, plus 50$ en frais d'interruption - un montant qui augmenterait à 140$ l'été prochain, en sus du 140$ en frais d'installation du non communicant, si la Régie accepte ce que propose Hydro, tel qu'indiqué dans le TABLEAU R-1.10 en page 18 de ce document. Ce bulletin détaillé a été diffusé suite aux réponses - soit tout ce qui est daté du 20/02/2017 dans cette page Web - données par Hydro-Québec aux demandes de renseignements des intervenants dans ce dossier.)




VOUS AVEZ REÇU UNE LETTRE DE MENACES D'HYDRO-QUÉBEC ET VOUS DÉSIREZ SAVOIR QUOI FAIRE ?

De temps à autre, je reçois des courriels de personnes ayant reçu la fameuse lettre de menace (donnant 15 jours pour contacter Hydro-Québec) et me demandant quoi faire. Afin d'éviter que d'autres personnes abonnées à la liste d'envoi de la CQLPE me demandent la même chose, voici ce que je répondrais - à l'heure actuelle.

Je dois d'abord vous dire que je ne peux pas et ne veux pas me substituer à qui que ce soit pour décider de la voie à suivre. C'est à chacun-e, selon sa situation personnelle et sa volonté ou non de ne pas s'en laisser imposer par Hydro-Québec, de prendre ses propres décisions. De plus, je ne veux pas être tenu responsable des éventuelles conséquences que certains pourraient subir en incitant les gens à suivre une direction plutˆt qu'une autre.

Sachez d'abord que les clients ayant refusé de se laisser enlever leur compteur électromécanique peuvent aussi se faire facturer depuis juillet dernier un frais de relève mensuel et un frais d'inaccessibilité au compteur de 85$, mais Hydro-Québec est lent à appliquer cela. On préfère mettre d'abord de la pression pour que les clients récalcitrants cèdent, que les clients négligents régularisent leur situation, et que les clients à l'installation non-conforme apportent les correctifs nécessaires. Si vous recevez les lettres de menaces (soit une première vous donnant 15 jours pour les contacter et une 2e vous donnant 8 jours pour réagir avant l'envoi d'un avis d'interruption de service), appelez au numéro indiqué sans tarder (on ne doit plus les ignorer sinon on risque de se faire couper le courant à partir du 1er avril!).

Tentez d'abord de savoir si la date d'échéance de la certification (par Mesures Canada) de votre compteur électromécanique est rapprochée ou lointaine - ça varie de 6 à 10 ans mais dans les faits Hydro-Québec a pour objectif d'avoir contacté tous les clients "récalcitrants" d'ici la fin de 2018 et de les avoir tous obligé d'ici là à se conformer à sa volonté.

Certains préposés pourraient prétendre que vous devez vous adresser à Mesures Canada pour avoir cette information, mais c'est un mensonge ou c'est dû à une ignorance de leur part. Seul Hydro-Québec dispose de cette information, dans le dossier de chaque client. Si l'on vous dit que date d'échéance n'est pas imminente et que vous souhaitez conserver votre compteur électromécanique le plus longtemps possible quitte à devoir éventuellement payer 140$ en frais d'installation en plus du 85$ en frais d'inaccessibilité que l'on vous exigera immédiatement, vous pouvez obtenir un délai du préposé au téléphone (l'envoi d'une lettre ne servirait strictement à rien, car Hydro-Québec a indiqué à la Régie que le seul moyen de parvenir à une entente de report du changement du compteur électromécanique est par téléphone). Si le report est accepté, l'on vous chargera alors 5$/mois en frais de relève (qui devrait baisser à 2.50$/mois en juin - soit 30$/année) et le frais d'inaccessibilité de 85$.

Si l'on vous indique que la date d'échéance est imminente ou dépassée, ou si Hydro estime que votre compteur actuel est défectueux, tel qu'indiqué dans cet article du 20 mars de La Presse, vous ne serez pas admissible aux frais d'inaccessibilité, et vous vous exposerez à recevoir un avis d'interruption de service - et le cas échant, si vous n'avez pas obtempéré avant la fin des 8 jours débutant à compter de la date indiquée sur l'avis (et il est possible qu'en raison de délai dans la poste, vous receviez cet avis après la fin du délai de 8 jours - qui sont des jours de calendrier et non des jours ouvrables), Hydro-Québec sera alors en droit d'envoyer un équipe vous débrancher au poteau, et pour avoir à nouveau le service vous devrez alors débourser 360$ en frais d'intervention au réseau (de rebranchement), plus 85$ (ou possiblement 140$ si approuvé par la Régie en juin) en frais d'intervention au compteur (d'installation), plus un frais d'interruption de 50$ (ou possiblement 140$ si approuvé par la Régie en juin), pour obtenir un compteur non communicant, si tel est votre choix. Hydro a assuré que lorsque le compte n'est pas en souffrance, tous les clients ont le droit de demander un non communicant - alors ASSUREZ-VOUS de toujours payer votre dû à Hydro-Québec pour ne pas vous retrouver privé durant 24 mois de la possibilité de choisir l'option de retrait (demander un compteur non communicant).

Pour récapituler ces frais, allez voir le tableau disponible en page 18 de ce document déposé par Hydro-Québec à la Régie.

Dans vos échanges avec le ou la préposé(e), je recommande de demeurer poli et courtois, tout en étant ferme sur ce que vous désirez. Une attitude agressive ne vous mènera nulle part.

Si vous devez accepter le non communicant, voir les recommandations à ce sujet dans le bulletin #58 à afin de vous assurer que votre embase est sécuritaire - et notez bien la précision suivante, au sujet de l'inspection de votre embase, apportée à la copie archivée après son envoi le 2 mars dernier... (...) faites-le vous-même si vous croyez pouvoir le faire (par une inspection visuelle seulement - SANS TOUCHER aux mâchoires du haut qui demeurent sous haute tension. Les pinces doivent serrer suffisamment et ne pas présenter d'entraves - marque de brûlures, vert de gris, etc - à la bonne circulation de l'électricité).

Rappelons que le non-communicant n'émet rien, puisqu'il n'a PAS de module de communication. Mais comme tout appareil doté d'un module d'alimentation à découpage, il est possible qu'il génère de l'électricité sale (hautes fréquences transitoires parasitant les fils électriques dans les murs d'une demeure). Dans bien des secteurs, l'onde électrique est de toute manière contaminée par tous les appareils (compteurs 'intelligents' et autres appareils électroniques fonctionnant sur le 12 volt et nécessitant donc un adaptateur d'alimentation à découpage) et il est donc préférable en ce cas, si l'on éprouve des symptômes liés aux champs électromagnétiques s'irradiant des murs jusqu'à près de 2 mètres de distance, de se procurer des filtres Greenwave conçus pour pallier à ce problème.

Si vous décidez de poursuivre la résistance coûte que coûte, ne manquez pas de participer à l'assemblée de mobilisation en appui aux irréductibles injustement menacés de coupure d'électricité organisée le 8 avril prochain (détails plus haut dans ce bulletin) par Marie-Michelle Poisson, fondatrice du regroupement Refusons les compteurs) afin de savoir si la mobilisation et la solidarité seront encore au rendez-vous pour soutenir les clients soumis aux menaces d'Hydro-Québec.

Voilà ! À bon entendeur, salut...

Jean Hudon

Webmestre - www.cqlpe.ca

Ce Bulletin Express #9 est archivé à http://www.cqlpe.ca/Bulletins/BulletinExpress9.htm

Si vous recevez une copie via une autre personne de ce bulletin, et aimeriez vous y abonner, il suffit d'envoyer un courriel à info@cqlpe.ca en inscrivant 'Abonnez-moi au bulletin' comme sujet de votre courriel. Si vous ne désirez plus y être abonné-e, il suffit de le demander à la même adresse de courriel.

Pour accéder aux précédents bulletins, aller à http://www.cqlpe.ca/Bulletin.htm