Le 30 avril 2015

Bulletin Express #3 - Des nouvelles IMPORTANTES à ne pas ignorer


Bonjour à tous/toutes

Devant l'avalanche aujourd'hui de nouvelles importantes et de développements cruciaux, je me dois de vous alerter sans plus tarder sur tout cela – de plus mon précédent bulletin remonte au 25 mars, alors il est temps que je vous donne signe de vie. Vous trouverez ci-après les plus récentes nouvelles et mes commentaires publiés sur le fil d'actualité de la CQLPE à http://www.cqlpe.ca/#DR – où vous en trouverez de nombreuses autres à la suite de celles-ci. Comme vous le verrez, une de ces nouvelles parues aujourd'hui dans le journal de Montréal concerne un recours collectif que maître Charles O'Brien est en train de préparer avec l'aide d'un groupe de personnes. En principe, je devrais pouvoir vous envoyer ce soir ou demain une IMPORTANTE demande de collaboration, un appel à tous concernant ce projet de recours collectif.

Merci de faire circuler ceci à vos contacts.

Jean Hudon
CQLPE.CA

Ce Bulletin Express #3 est archivé à http://www.cqlpe.ca/Bulletins/BulletinExpress3.htm

ABONNEMENT GRATUIT À CE BULLETIN : Si vous recevez une copie de ce bulletin, et aimeriez vous y abonner, il suffit d'envoyer un courriel à info@cqlpe.ca en inscrivant 'Abonnez-moi au bulletin' comme sujet de votre courriel. Si vous ne désirez plus y être abonné-e, il suffit de le demander à la même adresse de courriel.

Pour accéder aux précédents bulletins, cliquer ICI.




Compteurs intelligents et bonbonnes de propane - Hydro-Québec cache la vérité

(Ce qui est révélé dans cet excellent reportage est proprement scandaleux. La consigne de dissimuler les risques et de carrément mentir aux clients est à l'image du comportement d'Hydro-Québec depuis le tout début dans cette sordide affaire. Si des vies humaines n'étaient pas en danger, on pourrait qualifier tout cela de vaudeville de mauvais goût, mais là, la mauvaise blague a assez duré !! Le gouvernement doit mettre la hache dans ce déploiement et faire réinstaller des compteurs véritablement sécuritaires - des électromécaniques et rien d'autre !)

Divergences entre Hydro-Québec et la Régie du bâtiment du Québec

(Voici le commentaire que j'ai laissé sur cet article: « Une autre bourde monumentale qui va plomber définitivement la possibilité de toute économie de $200 millions sur 20 ans ayant servi de justification pour l'approbation par la Régie de l'énergie de cet immense canard boîteux que sont les compteurs 'intelligents'. Un des principaux avantages que voit Hydro dans cette technologie est la possibilité de fermer et remettre le courant à distance sans devoir payer un employé pour aller le faire sur place. En désactivant pour le moment cette possibilité, et en payant des employés pour aller inspecter les 3 millions de compteurs déjà installés pour s'assurer qu'aucune bonbonne de gaz propane ne se trouve à moins de 10 pieds, le coût total du déploiement des compteurs va exploser, sans compter les frais énormes liés à la gestion par téléphone des innombrables demandes de compteurs non communicants par les clients... Ceci dit, bravo à la Régie du bâtiment pour avoir obligé Hydro à cesser de jouer à l'autruche avec le risque d'incendie et donc le risque de pertes de vies humaines et de pertes matérielles directement attribuables à cette technologie installée à la hâte sans la moindre étude d'impacts indépendante tel que réclamé depuis le début par les opposants. Qui va enfin exiger la démission du Ministre Arcand pour son incompétence frisant le ridicule dans la gestion de cette crise de plus en plus grave ? Et pourquoi récompenser l'incompétence encore moins excusable de Thierry Vandal dans tout cela en lui accordant près d'un demi million de dollars de pension par année à compter du premier mai ? Quand les journalistes vont-ils cesser de mettre des gants blancs dans leurs questions aux responsables de ce gâchis colossal et dans leurs reportages ? La gestion scandaleusement bâclée de l'ensemble de ce dossier des compteurs 'intelligents' n'ira qu'en s'amplifiant, à mesure que les conséquences seront révélées... »)

Un projet de recours collectif pour limiter la pollution des ondes

Le ministre Arcand dans le déni le plus total face aux risques d'incendies engendrés par les compteurs intelligents

(Il faut absolument écouter la vidéo accompagnant cette nouvelle. Arcand refuse toute enquête indépendante et lie politiquement sa crédibilité aux assurances mensongères d'Hydro-Québec. Quand il y aura mort d'homme à cause de ces compteurs, il devra démissionner et sera peut-être même tenu personnellement responsable en justice pour sa négligence à faire réaliser une enquête indépendante.)

Incendies et compteurs intelligents : Hydro-Québec reconnaît avoir reçu des plaintes - pour 10 incendies de compteurs

INVITATION aux citoyens du KRTB le 11 mai : soirée d'information sur les compteurs intelligents

Ondes émises par les compteurs intelligents : Le prix de la protection pour Élizabeth Prata

(Lire aussi sous cet article «Un danger réel, selon un expert de l'université McGill». Paul Héroux se questionne sur la volonté de la Santé publique du Québec de protéger la population... Et Hydro-Québec fait aveuglément confiance à Santé Canada - l'ultra corrompue de l'intérieur telle une pomme pourrie.)

Une tour controversée est finalement retirée - par Télus un «bon citoyen corporatif»

Conférence pour atténuer les champs électromagnétiques à domicile

Un bilan du règne de Thierry Vandal à Hydro-Québec

(Pour voir le reportage de Radio-Canada là-dessus, cliquer ICI.)

Communiqué de C4ST : Des scientifiques et des médecins témoignent au Parlement que l'autisme et le cancer pourraient être liés à l'utilisation des téléphones cellulaires et du sans-fil

Texte soumis par Jean Hudon - de la CQLPE - au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes

(Dans le cadre de l'examen par ce comité du processus de révision biaisé du Code de sécurité 6, toute personne le désirant pouvait soumettre ses observations. La version française est à la suite de la version anglaise. Pour plus de détails - uniquement en anglais - voir http://www.c4st.org/HESA2015. Pour comprendre pourquoi le processus de révision était biaisé, lire Leszczynski: Statements for Hearing on Canadian Safety Code 6 qui est vraiment excellent!)

LIRE LES AUTRES NOUVELLES VIA http://www.cqlpe.ca/#DR




Concernant ma Soumission au Comité de la santé du Parlement canadien mentionnées plus haut, voici la version française.

Chers membres du Comité permanent de la santé

Je tiens d'abord à vous remercier de cette occasion de partager avec vous certaines de mes préoccupations concernant le Code de sécurité 6 et ce que je considère être le mépris flagrant pour la santé de millions d'enfants, de femmes et d'hommes dans ce pays, à la fois par l'agence même chargée de veiller à ce que les risques pour la santé des Canadiens sont minimisés et, plus important encore, par l'industrie des télécommunications et les compagnies d'électricité, principales responsables de la création de tels risques relativement à l'exposition du public aux rayonnements électromagnétiques – qui devraient désormais être officiellement considérés non pas comme une cause probable de cancer mais comme étant définitivement cancérogènes pour l'homme. Comme vous pouvez le comprendre, je ne compte pas mâcher mes mots, ni appeller à la simple application de soi-disant mesures de précaution dont le processus d'examen accorde beaucoup de poids aux considérations économiques et politiques. Une telle approche « préventive », lorsque considérée, se termine généralement par n'être rien de plus qu'une action dilatoire employée pour éviter de prendre les mesures requises de toute urgence pour mettre effectivement en œuvre de véritables moyens de protection pour le bénéfice des gens subissant l'attitude de laissez-faire qui prévaut en Amérique du Nord en ce domaine, comme dans la plupart des autres domaines d'activités économiques, où de puissants intérêts aux ressources financières quasi illimitées, de connivence avec des politiciens vénaux ne pensant qu'à leurs seuls intérêts, prennent le pas sur la décence humaine, la morale et la logique pour s'assurer que rien ne modifie vraiment le status quo.

Mon intention ici est de vous mettre sur la sellette en terme de responsabilités politiques, intellectuelles, éthiques et morales en vous mettant au défi, en tant que politiciens et, surtout, comme maris, épouses, pères et mères de vous rendre responsables du bien-être de plus de 35 millions de Canadiens, y compris ceux qui sont le plus chers à votre cœur. Vous avez entendu et lu toutes les preuves nécessaires démontrant le fait que Santé Canada a totalement échoué à jouer son rôle. Je ne vais pas répéter tout cela, car j'ai confiance que vous avez été suffisamment convaincus à présent que les dénonciations de malversation par cette agence sont fondées et, espérons-le, vous ont fait frémir à la pensée de ce qui est en jeu ici. Vous pourriez même avoir réalisé que cet échec était prédéterminé, que les faits, les « cygnes noirs », ainsi que M. Frank Clegg vous les a si astucieusement présentés, ont été simplement ignorés et niés, et que cette agence s'est montrée irrémédiablement incapable de s'élever au-dessus des subterfuges politiques et de l'influence de lobbyistes, lesquels lient littéralement les mains de ceux, au sein de cette agence, dont la conscience pourrait les inciter à prendre l'initiative d'exprimer leurs véritables préoccupations à propos de ce que certains de leurs pairs font au service de leurs propres intérêts, mais qui, et c'est compréhensible, pourraient avoir trop peur de perdre leur emploi et de ruiner leur carrière s'ils osaient s'élever publiquement contre ces comportements. Si de telles pensées vous ont traversé l'esprit, alors nous sommes du même avis. Sinon, je vous encourage à diriger rapidement votre attention sur les causes réelles du déni de la preuve scientifique que nous pouvons tous observer.

Je ne suis pas un expert scientifique, mais en tant que militant ayant consacré plus de 3000 heures de mon temps au cours des trois dernières années pour mener une campagne relativement réussie au Québec visant à ralentir et, espérons-le, à stopper l'invasion de nos maisons par des dispositifs destinés à extraire plus d'argent des clients captifs des compagnies d'électricité, au détriment de la santé, de la sécurité et de la vie privée de tout le monde, je peux vous dire que j'ai développé une certaine expertise sur la litanie de conséquences sur la santé signalées par les victimes de ce cauchemar grandissant pour le million de Canadiens environ - un chiffre très conservateur à moins de 3% de la population totale - éprouvant divers symptômes d'électrosensibilité, dans la plupart des cas sans avoir conscience de ce qui cause leurs tourments quotidiens, parce qu'ils vivent dans un pays où il est plus commode, pour toutes sortes de raisons, de nier l'existence de cette crise plutôt que de lui faire directement face... ce qui est précisément ce que je vous demande d'avoir le courage politique et humain de faire.

Normalement, une fois terminé ce processus d'audience et de collecte de données, vous allez évidemment produire un rapport, qui, tout probablement et fort malheureusement, finira quelque part sur une tablette à ramasser la poussière, ou plus précisément sera écarté par les prochaines tâches urgentes auxquelles vous devrez vous consacrer, et disparaîtra donc dans les limbes électroniques, tandis que chacun d'entre nous se retrouvera pas plus avancé qu'auparavant, face à l'invisibilité médiatique et au déni politique habituels, frustrés par cette autre perte de temps et d'efforts dans notre lutte contre ce défi presque insurmontable. Eh bien, cette fois, vous pourriez - et je prie qu'il en soit ainsi - faire quelque chose de différent pour éviter un tel résultat prévisible. Je ne suis pas qualifié comme vous l'êtes dans l'élaboration et la mise en œuvre d'une stratégie qui aurait une chance raisonnable de réussir dans l'environnement politique toxique auquel nous sommes confrontés en ce moment, à savoir le gouvernement pour les entreprises par les entreprises que nous avons aujourd'hui dans l'ensemble du monde prétendument « libre ». Néanmoins, je vais oser suggérer un geste audacieux que vous pourriez poser afin de mettre en branle des événements susceptibles de réussir à briser l'embâcle politique et corporatif empêchant l'instauration de véritables mesures préventives visant à protéger votre santé, la mienne et celle de chacun en ce qui a trait d'abord à l'exposition aux CEM, et ensuite aussi à d'autres éléments nuisibles polluant notre alimentation et notre environnement en raison de semblables groupes d'intérêt politiquement dominants.

Vous vous sentez peut-être maintenant mal à l'aise à l'idée de devoir réellement vous attaquer à la racine de certaines des causes profondes de ce problème, parmi de nombreux autres problèmes critiques auxquels nous sommes tous confrontés, plutôt que de simplement, et inutilement, taillader les branches de ce fléau invahissant qui menace notre mode de vie et, en fait, notre existence même. Eh bien, si tel est le cas, je vous avais prévenu que j'allais vous mettre sur la sellette! Mais, en fait, ce que je souhaite vraiment, c'est que vous soyez à la hauteur des circonstances, que vous mobilisiez toutes vos ressources, et que vous lanciez ce qui pourrait éventuellement faire une énorme différence positive pour ce pays - et vous rendre très fiers d'y avoir pris part. Voici ce que vous pourriez faire. Demandez, avec insistance et détermination, que soit instituée une enquête publique nationale, semblable à la Commission Gomery, mais avec de vrais pouvoirs d'investigation, qui serait lancée dès que possible - ce qui, dans le monde réel sera vraisemblablement après les prochaines élections fédérales - afin d'enquêter sur les conflits d'intérêts et l'influence politique et corporative occulte qui biaisent constamment en faveur des intérêts des grandes sociétés les décisions de Santé Canada et d'autres organismes canadiens réputés ou soupçonnés d'être sous une influence similaire. Nous savons tous qu'une telle calamité ne peut se développer que dans l'ombre de l'omerta politique, loin des projecteurs d'une opinion publique bien informée.

L'influence corruptrice du Pouvoir de l'argent est généralisée et infecte nos institutions démocratiques, qui ont ainsi été détournées sous notre nez, sans que personne ou presque ne le remarque ou ne proteste. Prenez par exemple le simple fait que l'industrie canadienne des télécommunications a embauché un des politiciens les plus rusés du Canada, l'ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, Bernard Lord, afin de défendre ses intérêts chaque fois qu'il y a une menace pesant sur sa marge de profit. Prenez aussi le fait que les ventes aux enchères successives de petits segments du spectre électromagnétique ont rapporté au gouvernement fédéral une manne de plus de 10 milliards de dollars au cours des dernières années, avec toujours plus à venir, ce qui crée inévitablement une dépendance sur cet argent facile contribuant à équilibrer le budget fédéral, et à dissuader les élus de permettre à quiconque de mordre la main qui nourrit le gouvernement. Il faut être en état de mort cérébrale pour ne pas comprendre le lien ici entre l'injection d'une aussi puissante drogue financière et le déni profond et politiquement manipulé de Santé Canada - dont la feuille de vigne du Code 6 est utilisée de manière perverse et sans scrupule par Hydro-Québec, par exemple, pour prétendre que les bambins peuvent dormir en toute sécurité à proximité d'une banque de dizaines de compteurs intelligents dont les puissantes pointes d'émissions de micro-ondes pulsées non moyennées peuvent effectivement atteindre plusieurs millions de microwatts par mètre carré à courte distance, une situation qui, malheureusement, existe bel et bien, car il n'y a pas d'avertissements, pas de mesures de sauvegarde, pas d'organisme de surveillance, pas de mesures de l'exposition, pas d'étude d'impacts ni aucune conscience d'un tel danger immédiat - grâce aux normes de « sécurité » criminellement négligentes défendues bec et ongles par Santé Canada.

Des risques tout aussi révoltants sont monnaie courante d'un océan à l'autre au Canada partout où des dizaines d'antennes de téléphonie cellulaire sont situées trop près de la population, dans certains cas, sur le toit même d'hôpitaux, comme pour l'hôpital Pierre-Boucher à Québec doté de 66 antennes comme vous pouvez le constater au bit.ly/1EbzkA2, là où les malades sont censés être soignés... Pour une personne électrohypersensible au Québec, être transportée d'urgence à un hôpital peut donc s'avérer pire que d'être amenée dans une chambre de torture à Guantanamo. Désolé de recourir à de telles hyperboles, mais pour beaucoup de mes concitoyens, leurs incessantes souffrances est la dure réalité à laquelle ils doivent faire face tous les jours, sans relâche ni refuge contre l'assaut électromagnétique qui, à bien des endroits, selon Alasdair Philips de Powerwatch au Royaume-Uni, est plus de 1000 milliards de fois plus intense aujourd'hui que le bruit de fond naturel dans lequel notre organisme et son système de communication neuronale extrêmement sensible ont évolué au fil des millions d'années. Et c'est sans compter les émetteurs WiFi de force industrielle qui polluent nos écoles à travers le Canada et tuent littéralement des étudiants, puisque 5 d'entre eux jusqu'ici en Ontario ont subi un arrêt cardiaque à l'école sans aucune autre explication apparente que leur exposition continuelle à un tel environnement mortel. De même, avec la bénédiction de Santé Canada, des dizaines de millions de Canadiens sont exposés jour et nuit à de nombreux réseaux WiFi domestiques alimentant leur dépendance à Internet, à la télé et/ou aux jeux vidéos, sans oublier les compteurs, antennes et téléphones portables cancérogènes, et ainsi de suite.

Si tout cela ne peut être qualifié de tragédie nationale et de carnage potentiel risquant de tuer à petit feu des dizaines de milliers de Canadiens au cours prochaines décennies en raison de tumeurs cérébrales causées par le téléphone cellulaire, de cancers du sein causés par les téléphones cellulaires que des millions de femmes inconscientes du danger conservent dans leur soutien-gorge, de la flambée du taux d'infertilité menaçant le potentiel de reproduction de la population à cause des téléphones cellulaires conservés dans les poches de pantalon et des ordinateurs portables avec WiFi activé conservés trop près de milliers de ventres, je me demande ce qui peut l'être ! Alors s'il vous plaît, faites le surcroît d'efforts nécessaire pour porter cette crise à l'attention du public, bottez des derrières chaque fois que la complaisance le justifiera, trouvez un moyen d'appliquer rapidement les nombreuses et excellentes recommandations de Frank Clegg et d'autres, et assurez-vous qu'une enquête publique nationale soit bientôt lancée, qu'une « Commission sur la perversion de la science par l'influence corporative » soit mise sur pied, non pas avec l'objectif final de punir les fautifs, mais dans le but d'abriter le processus de prise de décision à tous les niveaux, dans tous les ministères, de l'influence perturbatrice des entreprises et de leurs sbires, ne pensant qu'à protéger leurs marges de profit au détriment de tout et de tout le monde en ce pays, afin ainsi de sauvegarder notre population et notre environnement contre les conséquences délétères du déni profitable. Si vous suivez votre conscience et votre cœur jusque là où ils vous diront d'aller, je crois que nous nous en porterons tous mieux, et que le Canada connaîtra finalement un avenir meilleur, tout comme, par émulation, le reste du monde.

Merci de votre attention et de votre bonne volonté ... en action.

Jean Hudon
Co-fondateur de la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique
www.cqlpe.ca

Note: Pour découvrir quels sont les pouvoirs normalement attribués au niveau fédéral à un juge menant une enquête publique nationale, voir http://mapleleafweb.com/features/public-inquiries-canada#public





«L'analyse sanguine recommandée de faire avant et après la mise en fonction de la tour cellulaire de SADL est le FSC (Formule Sanguine Complète/hématologie) à réclamer à votre médecin de famille en spécifiant que vous subissez un important changement dans votre environnement, que vous avez besoin de vous rassurer et au besoin, avoir une preuve médicale... Se rappelant que dans d'autres pays, les antennes de ce genre sont installées à 3 km de toute habitation, ce n'est pas pour rien ! Cette analyse sanguine est la seule manière de constater l'impact physiologique de l’arrivée d'une tour cellulaire industrielle à proximité de notre lieu de vie dont l'analyse comparative avant/après pourrait servir de preuve concernant le danger des ondes sur la santé humaine. »

– Martine Léonard (martineleonard01@gmail.com) le 22 avril 2015 - Voir ICI le formulaire de mise en demeure préparé pour les personnes de Ste-Anne-des-Lacs désirant aviser Bell Canada des démarches entreprises pour y contrecarrer l'implantation d'une tour de cellulaire.





Voici quelques autres nouvelles plus anciennes qui pourraient vous intéresser...

Compteurs intelligents à Wendake : Hydro-Québec se bute à un mur (15 avril 2015) http://www.journaldequebec.com/2015/04/15/wendake-proteste-hydro-quebec-se-bute-a-un-mur
Près d’une centaine de personnes se sont déplacés mercredi soir à Wendake pour crier leur mécontentement à Hydro-Québec, qui veut procéder à l’installation prochaine des compteurs intelligents sur le territoire. Pendant deux heures trente, les Hurons-Wendats ont écouté les arguments des représentants de la société d’État. Malgré les efforts de Daniel Butler, chef processus mesurage chez Hydro-Québec, les citoyens majoritairement en désaccord n’ont pas changé d’idée. À plusieurs reprises, ce dernier a pointé du doigt les médias dans ce dossier controversé. «J’aimerais juste comprendre pourquoi aujourd’hui les gens s’inquiètent de ce phénomène là?», s’est exclamé M. Butler. Référendum exigé - «On doit faire un référendum», a exigé Carole Picard. Un autre membre de la communauté a même parlé d’une séance de «bourrage de crâne» à la fin de la rencontre. «J’en veux pas sur ma nation», a affirmé Vincent Lévesque sous les applaudissements au début de la période de questions. «Nous sommes une nation civilisée, nous sommes capables d’écouter mais nous avons le pouvoir de refuser», a confié un autre. Message clair - Pour le grand chef Konrad Sioui, le message est très clair : les gens refusent l’installation sur la réserve. «Les gens sont contre même après avoir reçu les explications. Il y a des doutes et des appréhensions. On va amener ça au conseil. Le référendum n’est pas exclu», a-t-i commenté. À Kanesatake, les membres de la réserve refusent catégoriquement l’installation des compteurs intelligents sur leur territoire. Konrad Sioui a d’ailleurs discuté du sujet avec son homologue Serge Simon. «Nous ne sommes pas assujettis à la dictature d’Hydro-Québec», a notamment soutenu le grand chef Simon. Selon les règles en vigueur, un propriétaire doit payer un montant supplémentaire de 5 $ par mois ou 60 $ par année pour conserver leur ancien compteur. Un frais initial de 15 $ s’ajoute.

4 témoignages de passants sur les compteurs 'intelligents'
http://youtu.be/KMJLEYupm7s
Ces témoignages sont tirés de l'émission Mise à Jour Cap-de-la-Madeleine du 25 mars 2015 que l'on peut visionner en entier à http://bit.ly/1NcioAG

Compteurs intelligents non compatible avec les systèmes bi-énergie

Voici un truc pour ceux qui ont la BI-ÉNERGIE qui est imcompatible avec les nouveaux Compteurs dit Intelligents le fait que la sonde soit défectueuse car elle déclenche à -7° C aux plus haut tarifs alors qu'elle devrait se déclencher à - 17° C. METTEZ une source de chaleur pour que ça soit toujours au dessus de -7° C pour éviter la sur-tarification ... Ampoule, truc garder l'eau chaude à la mangeoire des oiseaux hiihi (Une Fille a Écrit) Oufff ! J'ai une amie qui travaille au service à la clientèle d'Hydro-Québec et elle m'a dit récemment que les nouveaux compteurs intelligents ne sont pas compatibles avec les systèmes bi-énergie et que la sonde était souvent défectueuse car elle déclenchait à -7 degrés au plus haut tarif alors qu'elle devrait déclenchée normalement à - 12 degrés. Hydro-Québec a dit aux employés de ne pas parler de ce problème.

Portable à haute dose, un danger pour la santé ? - ARTE Documentaire (52 min) https://youtu.be/mPAYn8YyhyY
Près de sept milliards de téléphones portables et smartphones sont utilisés de par le monde, dont 700 000 en Europe. Ces chiffres ne cessent de croître. Accessoires indispensables à la vie moderne, ces appareils de plus en plus polyvalents ne nous quittent plus. Sont-ils aussi inoffensifs que l'assurent fabricants et opérateurs ? Les ondes électromagnétiques qu'ils produisent pourraient nuire à notre santé. Maux de tête, troubles du sommeil : si les personnes électro-hypersensibles présentent des symptômes sans ambiguïté, qu'en est-il du commun des mortels ? Une étude française récente a révélé un lien entre utilisation intensive des portables et tumeurs cérébrales. D'autres annoncent que ces appareils pourraient altérer, à long terme, notre patrimoine génétique. Depuis des années, la communauté scientifique reste pourtant divisée sur ce sujet, dont les enjeux dépassent de loin les questions sanitaires. Cette enquête tente de démêler le vrai du faux, en interrogeant neurobiologistes, cancérologues, ingénieurs en téléphonie ou comités de vigilance du monde entier, tout en pointant les conflits d'intérêts qui obscurcissent les résultats des recherches. Si la question reste en suspens, une baisse des rayonnements, des améliorations techniques et des recherches complémentaires pourraient contribuer à minimiser les risques pour les générations à venir.

Résolution de l'Association médicale de Californie réclamant une réévaluation des limites d'exposition permises
http://www.parentsforsafetechnology.org/california-medical-association-resolution-on-wireless.html
(Extrait: "Whereas peer reviewed research has demonstrated adverse biological effects of wireless EMF including single and double stranded DNA breaks, creation of reactive oxygen species, immune dysfunction, cognitive processing effects, stress protein synthesis in the brain, altered brain development, sleep and memory disturbances, ADHD, abnormal behavior, sperm dysfunction, and brain tumors; and Whereas there is a long latency period of years to decades to study and identify adverse health effects such as brain cancer, neurodegenerative damage and autism (...) thus current standards are inadequate to protect public health (...) the CMA supports efforts to implement microwave safety exposure limits to levels that do not cause human or environmental harm based on scientific research.")

Étude sur des rats : Une exposition chronique à des champs électromagnétiques provoque la dégénération neuronale du système auditif
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25836770

Note de Jean: Voici le commentaire laissé en réaction à l'article – il n'a pas été publié et encore une fois la liberté d'information est brimée au Québec à cause de la censure scandaleuse pratiquée par Radio-Canada: Les nouveaux compteurs d'Hydro-Québec inquiètent toujours en Abitibi-Témiscamingue : « Si plus de 100,000 clients de Pinocchio-Québec ont jugé bon jusqu'ici de prendre les moyens nécessaires pour ne pas laisser Hydro leur enlever leur compteur à roulette sécuritaire (pas de risque d'incendie, de surfacturation abusive, de devenir électrosensible), c'est parce qu'il y a de TRÈS bonnes raisons de se méfier comme la peste de ces appareils élecTROPolluants, incendiaires et arnaqueurs. Pour ceux que ça ne dérange pas de se faire extorquer pour se protéger de ça, il y a toujours le droit de retrait (15$ d'installation si on le demande avant la date limite sur la lettre d'Hydro, plus 5$/mois à vie pour 3 visites par année d'un releveur) que des dizaines de milliers de clients ont réclamé jusqu'ici. Pour vous faire votre propre idée, voir cqlpe.ca, jegardemoncompteur.com et refusons.ca. Si vous aimez les contes de fée à la sauce mielleuse, allez à compteurs.hydroquebec.com et continuez à vous laisser endormir. Si vous êtes conscients et solidaires, dites-le à vos amis et voisins qu'il ne faut pas croire un mot de ce que dit Hydro-Québec sur les compteurs et informez-les de leur droit à ne PAS se laisser imposer ces dangereux appareils. »




« Je dois mentionner que vos témoignages sont extrêmement perturbants. Je me mets à la place d'un parent qui vient d'entendre les propos que vous avez tenus tout juste après les représentants de Santé Canada et d'Industrie Canada, qui nous ont assuré qu'il n'y avait aucun problème. Santé Canada a récemment transmis une fiche de renseignements au comité. Elle a été modifiée il y a moins de deux semaines, à savoir le 13 mars. Elle semble indiquer que le Code de sécurité 6 protège très bien les Canadiens. Je dois donc dire que cela est extrêmement perturbant. Ma première question s'adresse à la Dre Sears. En un mot, vous affirmez que Santé Canada doit reprendre de zéro son examen des données scientifiques. Il doit mettre un plus grand nombre de données à la disposition du public, et il doit recueillir des données détaillées sur le cancer, vu que les renseignements auxquels vous aviez auparavant accès ne sont plus disponibles, sauf à l'échelon provincial. Il s'agit d'une conclusion très troublante. Le fait que l'information ne soit pas divulguée au public est également inquiétant. »

– Murray Rankin, député du NPD en réaction aux témoignages de 2 médecins, les Dr Meg Sears et Martin Blank appelés à faire part de leurs observations sur le processus de révision du Code de sécurité 6 à l'occasion de l'examen le 24 mars dernier par le Comité permanent de la santé de la Chambre des Communes des failles dénoncées dans ce processus. Tiré de cette transcription où vous pourrez lire les témoignages de ces 2 médecins intègres (non corrompus). De plus, vivement recommandés à votre attention : Le code de sécurité 6 est sous investigation par le Comité permanent de la santé de la Chambre des communes ET Lettre de Canadians for Safe Technology à Rona Ambrose dénonçant vivement la révision «bidon» du Code 6 de Santé Canada dont vous pouvez obtenir une traduction sommaire en utilisant https://translate.google.com/

Voici quelques éléments clés de cette lettre de Frank Clegg (ancien pdg de Microsoft Canada et fondateur du groupe Canadiens pour une technologie sécuritaire) :

• Santé Canada admet que les études montrent des dommages à des niveaux inférieurs aux limites du Code de sécurité 6.

• Santé Canada ne tient pas compte de la recherche scientifique ; son examen est tendancieux et mène à des conclusions erronées.

• Santé Canada n'a pas tenu compte des recommandations faites en 2010 par le Comité permanent de la santé d'informer de manière proactive les Canadiens sur les effets nocifs de l'exposition aux radiofréquences et aux champs électromagnétiques.

• Santé Canada reconnaît qu'il n'existe aucune étude concernant les effets cumulatifs de plusieurs dispositifs émettant des rayonnements sans fil.

• Santé Canada et Industrie Canada n'ont pas tenu compte des recommandations du Comité permanent de la santé qui leur demandait en 2010 de « fournir des informations, y compris des séances d'information sur l'exposition aux radiofréquences et aux rayonnements électromagnétiques ».

• Dans sa « Fiche documentaire », comparant le Canada par rapport aux autres pays, Santé Canada omet les pays représentant plus de 1,2 milliard de personnes où les seuils de sécurité autorisés sont inférieurs à ceux du Code de sécurité 6.

• Les déclarations de Santé Canada au Comité permanent de la santé (HESA) sont contredites pas celles faites sous serment par un de ses scientifiques devant la Cour supérieure du Québec le 13 février 2013.

• Santé Canada n'a pas tenu compte de la recommandation du Comité permanent de la Santé en 2010 de « s’assurer qu'il y a un processus mis en place pour recevoir et répondre aux rapports quant aux réactions indésirables face aux dispositifs émettant des rayonnements électromagnétiques ».

• Santé Canada résiste à la demande de créer une base de données que les médecins pourront consulter regroupant tous les types de causes et d'effets possibles concernant les nouveaux cancers parmi la population.

• Des experts scientifiques réclament la création d'une catégorie spéciale pour les femmes enceintes.

À NOTER
: La deuxième réunion de ce comité aura lieu le 23 avril prochain puis, il fera ses recommandations qui seront, espérons-le, reprises sans déformation par les médias afin de mettre de la pression sur Santé Canada pour qu'elle reprenne rapidement à zéro sa révision du Code 6 et émette entre-temps des avertissements aux Canadiens pour qu'ils se protègent contre une exposition abusive aux transmissions sans fil de toute provenance. Toute personne désireuse de soumettre une lettre d'observations (qui doit obligatoirement être en français et en anglais) dans le cadre de son investigation du processus bâclé et biaisé de révision du Code 6 par Santé Canada (mise en ligne ICI le 16 mars) peut le faire avant le 28 avril en l'envoyant par courriel à andrew.chaplin@parl.gc.ca - Voir aussi à ce sujet Radiofréquences: Santé Canada révise ses lignes directrices ET What Health Canada doesn't say about cellphones.




Alerte de Santé Publique : une étude démontre qu’une partie des nouvelles générations est frappée de démence numérique
http://ekladata.com/prevoem26.id.st/perso/docs/Demence_numerique_27_06_2013.pdf
Alors que la démence est une maladie qui affecte généralement les personnes âgées, un nouveau type de condition cognitive affecte maintenant les individus dans leur adolescence, un trouble appelé "démence numérique" résultant directement d’une addiction aux nouvelles technologies sans fil. La démence numérique se caractérise par la détérioration de la fonction cérébrale à la suite de l'utilisation abusive de technologies numériques, tels que les jeux numériques, les nouveaux téléphones dits "intelligents", etc . CLIP

Effets nocifs des Ondes des téléphones portables sur le sang !
http://telwifi.ch/img/cms/articles/De_couverte%20DonSang.pdf
Les globules rouges du sang humain sont particulièrement sensibles à une polarisation électromagnétique provoquée par les ondes des téléphones portables. Ainsi si l’on prend une goutte de sang, au bout du doigt de la main opposée à celle tenant l’appareil d’un sujet humain-adulte (NON exposé aux ondes depuis + de 3 heures) on s’aperçoit que les globules rouges de son sang circulant sont bien indépendants les uns des autres. (...) Au bout de 10 minutes [de conversation sur un téléphone portable], re-prélèvement analogue, passage au microscope, photo.. (fig 3) qui montre de façon indiscutable que les globules rouges du sang se sont agglutinés. Ceci diminue leur surface d’échange-transport-d’oxygène, d’où fatigue, et surtout, cela augmenterait les risques de thrombose, voire d’AVC &/ou d’infarctus, etc.. Selon le registre des hospitalisations pour AVC de Dijon (France) les cas d’AVC sont passés de 8 pour 100.000 habitants en 2003 à 18 cas pour 100.000 habitants en 2011, soit plus de 100% d’augmentation, surtout chez les jeunes.

Téléphone portable et cancer du cerveau : le risque confirmé
http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/05/13/22339-telephone-portable-cancer-cerveau-risque-confirme
Des chercheurs de l'université de Bordeaux ont montré un risque de tumeur cérébrale accru pour les gros utilisateurs. Un argument de plus en faveur d'une utilisation prudente. Le risque de gliome, un type de cancer du cerveau particulièrement agressif, serait doublé chez les utilisateurs intensifs de téléphone portable. Voilà une information qui risque fort de raviver l'interminable débat sur l'impact du téléphone portable sur la santé. L'étude publiée par le Dr Gaëlle Coureau et ses collègues de l'université de Bordeaux dans une revue de référence, Occupational & Environmental Medicine, montre en effet que l'utilisation intensive d'un téléphone portable est plus souvent retrouvée parmi des malades ayant eu un cancer du cerveau, type gliome, ou, de façon statistiquement moins nette, un méningiome. CLIP

Autism Risk from EMF Exposure Even Greater Problem Than Cancer Risk, says Andrew Goldsworthy BSc, PhD, retired biologist with Imperial College, London
http://electromagnetichealth.org/electromagnetic-health-blog/autism-risk/
In the attached essay, “How Electromagnetically Induced Cell Leakage May Cause Autism”, Dr. Goldsworthy explains the potential mechanism for autism from exposure to ambient Wi-Fi.“…Weak electromagnetic fields can have a greater effect than strong ones and thus prolonged exposure to weak fields (where cells are maintained in the unstable condition for longer) is potentially more damaging than relatively brief exposure to much stronger ones”. CLIP

Cancer du cerveau et téléphone portable : un lien officiellement reconnu (24 octobre 2012)
http://www.topsante.com/medecine/cancers/cancer-du-cerveau/prevenir/cancer-du-cerveau-et-telephone-portable-un-lien-officiellement-reconnu-23519
La Cour de cassation italienne vient de reconnaître un rapport entre tumeur du cerveau et utilisation intensive du téléphone portable. Un véritable pavé dans la mare pour ce sujet très controversé! Un cadre supérieur atteint d’un cancer du cerveau vient d’obtenir gain de cause dans un procès qui l’opposait à son entreprise, en Italie. Selon lui, sa tumeur résulte de l’utilisation intensive de son téléphone portable, dans le cadre professionnel, pendant 12 ans. Débat relancé sur les portables ? Après avoir examiné les arguments scientifiques présentés par l’accusation, la cour a validé la requête du plaignant. Le cancer du cerveau de cet employé a été reconnu comme maladie professionnelle et il recevra désormais une pension d’invalidité. CLIP





Note de Jean : Voici le commentaire que j'ai fait le 31 mars en réaction à Pas de compteurs intelligents à Kanesatake (où il a été approuvé et publié avec 109 autres commentaires!!) et que j'ai fais suivre à Serge Otsi Simon, chef du Conseil de bande de Kanesatake... Dans cette version-ci, j'inclus avec chacun des points négatifs énumérés un lien intégré vers des éléments de preuve à explorer pour en savoir plus.

« Compteurs 'intelligents' : Liste des points positifs et négatifs :
Positifs : Strictement aucun pour le client.
Négatifs : Risques multiples pour la santé - Risques d’incendie - Risques d’explosion/propane - Pas de certification CSA/UL - Surfacturation abusive - Risques avérés de piratage et de vol de données personnelles - Dispositifs de surveillance - Risques démontrés d’interférences avec divers appareils - Durée de vie très courte/coûts de remplacement élevés - Augmentation de l’électrosmog - Source de hautes fréquences transitoires - Accélération de la corrosion.

Quoiqu'en disent les sceptiques qui défendent l'indéfendable, et peu importe les bobards éculés que répète le Pinocchio officiel d'Hydro-Québec chaque fois qu'il «part sa cassette», les faits parlent d'eux-mêmes – quand on veut bien se sortir la tête du sable. Tous ces FAITS se vérifient via refusons.ca, cqlpe.ca et jegardemoncompteur.com. Si vous aimez les contes de fée à la sauce mielleuse, allez à compteurs.hydroquebec.com et continuez à vous laisser endormir.

À la différence de certains moutons habitués à se laisser manger la laine sur le dos sans rien dire, les Premières Nations, qui en ont entendu d'autres depuis des siècles, savent reconnaître un mensonge quand elles en entendent un.

Seul gros bémol : le recours à l'intimidation, ce qui est inutile, contre-productif et franchement dépassé. Les 100,000 clients d'Hydro et PLUS, qui ont refusé jusqu'ici d'ouvrir la porte aux installateurs ou qui ont barricadé leur compteur, l'ont compris. Hydro ne peut nous imposer ces dangereux appareils qu'avec notre passivité. Exprimons donc notre choix ferme et éclairé de ne PAS y consentir, et réclamons le maintien du seul système sécuritaire – les compteurs à roulette – auquel nous avons toujours consenti. »




Tiré de http://www.journalacces.ca/Actualite/2015-04-21/article-4119338/Lettre-ouverte%3A-Les-antennes-bel-et-bien-dangereuses/1

Lettre ouverte: Les antennes bel et bien dangereuses

Publié le 21 avril 2015

J'interviewe des dizaines d'experts internationaux au sujet des risques sanitaires de l'exposition chronique aux champs électromagnétiques (CEM) depuis 25 ans. Pour répondre au conseiller de Sainte-Anne-des-Lacs Sylvain Charron, qui affirme n'avoir jamais «vu de protocoles de recherche» sur les effets des radiofréquences émises par les antennes relais de téléphonie mobile, je l'invite à faire ses devoirs et à visiter les sites bioinitiative.org, powerwatch.org.uk et surtout emf-portal.de qui répertorie quelque 21000 études scientifiques sur les effets des CEM publiées depuis plus de 50 ans.

Il devrait particulièrement lire la résolution 1815 du Conseil d'Europe1 sur le «danger potentiel» des CEM, adoptée en 2011, ainsi que le rapport du comité interministériel indien2 sur les CEM, publié en 2012.

Ce rapport a incité l'Inde à réduire de 90% sa limite d'exposition aux radiofréquences qui était identique à celle en vigueur dans certains pays, dont le Canada. Cette décision radicale faisait suite au jugement rendu en 2013 par la Cour suprême de l'Inde3 confirmant la décision de l'État du Rajasthan de retirer toutes les antennes relais, qu'il estime «dangereuses pour la vie», à proximité des écoles, hôpitaux et terrains de jeux. Malgré l'absence de preuves concluantes (de cause à effet) de leur dangerosité, le comité interministériel a recommandé l'application du principe de précaution, car bon nombre d'études suggèrent qu'à long terme ces antennes pourraient effectivement présenter une grave menace pour la santé publique. Ce rapport interministériel mentionne notamment que:

• « Le coeur et le cerveau sont régulés par des signaux bioélectriques internes. Les expositions environnementales aux CEM peuvent interagir avec des processus biologiques fondamentaux et parfois causer des inconforts rapportés dans la littérature... Contrairement à celles des téléphones mobiles, les émissions des antennes sont continues et plus puissantes à proximité.

• Les gens exposés de façon chronique aux faibles émissions d'antennes et d'appareils sans fil ont affirmé ressentir plusieurs symptômes non spécifiques durant et après l'usage, notamment une sensation de brûlure et de picotement de la peau crânienne, de la fatigue, des problèmes de sommeil, des étourdissements, des bourdonnements dans les oreilles, des problèmes de concentration, de mémoire et de digestion, des maux de tête, des palpitations cardiaques, etc.» Le rapport ajoute que des chercheurs français (Santini et al., 2002) ont observé de tels symptômes chez des Parisiens vivant jusqu'à 300 mètres des antennes relais (en face - et non derrière - du faisceau qui est directionnel).

D'ailleurs, l'oncologue parisien Dominique Belpomme, qui traite plus de 1 200 patients devenus intolérants aux CEM à force de surexposition, m'a expliqué que ces symptômes n'ont rien à voir avec une quelconque peur des ondes (effet nocebo). Dans le cadre d'une étude en cours, des tests de sang et d'urine ainsi que des échographies cérébrales ont révélé des indices certains d'atteintes cérébrales chez ses patients: baisse de la mélatonine, hausse de l'histamine, de protéines de choc thermique et d'anticorps, hypoxie et hypoperfusion cérébrale et ouverture de la barrière hématoencéphalique.

Enfin, le rapport indien cite diverses études ayant relevé une incidence des cas de cancer ou des décès causés par tumeurs cancéreuses plus élevée que la moyenne chez les gens vivant pendant plusieurs années jusqu'à 500 mètres de stations de base de téléphonie cellulaire. L'étude de 2011 portant sur la troisième ville brésilienne parmi les plus populeuses, Belo Horizonte4, démontre que de 1996 à 2006, les cas de décès par cancer étaient presque trois fois moindre à l'extérieur de la zone des 500 mètres, où les mesures de radiofréquences étaient les plus basses.

Bref, l'érection de telles tours et antennes en milieu habité est irresponsable et l'opposition des citoyens inquiets est justifiée. Comme Santé Canada refuse d'appliquer le principe de précaution en la matière, les municipalités devraient légiférer pour protéger la santé publique, pouvoir que leur reconnaît la Cour suprême du Canada en matière d'herbicides (Spraytech c. Hudson, 2001).

1. next-up.org/parlement_europeen.php

2. http://www.dot.gov.in/sites/default/files/1.IMC%20Report_0.pdf

3. LIEN NON FONCTIONNEL

4. next-up.org/Newsoftheworld/Database_CEM_EMF.php

André Fauteux, éditeur

Magazine La Maison du 21e siècle www.maisonsaine.ca




Feu d’origine électrique à D’Alembert (30 mars 2015)
http://www.lafrontiere.ca/2015/03/30/feu-dorigine-electrique-a-dalembert

Un incendie a totalement ravagé un garage de la compagnie Orbit Garant dans le quartier D’Alembert à Rouyn-Noranda, dans la nuit du 27 au 28 mars.

Le garage ne servait que d’entrepôt et n’était que très peu fréquenté. Il est impossible de connaitre les causes exactes de l’incendie pour le moment, l’affaire étant toujours l'objet d'une enquête.
«C’est un détecteur de chaleur qui a déclenché l’alerte. Quand les gars sont arrivés sur place, le feu était bien pris. L'incendie semble s’être déclaré dans l’entrée électrique principale», a expliqué Richard Lefebvre, directeur du service de Sécurité incendie de Rouyn-Noranda.

Un nouveau compteur intelligent d’Hydro-Québec venait d’y être installé.

«Comme nous l'avons mentionné à de multiples reprises, le compteur ne peut être mis en cause lors d’incendies. Dans les rares cas qui ont été signalés ici et ailleurs dans le monde et où un tel incident est survenu, les expertises ont démontré que l’embase du client, c’est-à-dire le support destiné à recevoir le compteur, présentait une défectuosité. Lorsque survient un bris d’embase dans le cadre du remplacement du compteur, l’installateur fait appel à un maître électricien afin de rendre conforme l’installation», a expliqué Nathalie Vachon, conseillère stratégique médias, chez Hydro-Québec.

Elle ajoute qu’en ce qui concerne l’incendie de D’Alembert, Hydro-Québec a communiqué avec le directeur du service de la Sécurité incendie de la ville afin lui offrir sa collaboration. À cause de l’importance du brasier, le compteur aurait fondu, ce qui est possible compte tenu de ses composantes en plastique. Hydro-Québec récupérera les quelques pièces qui ont résisté aux flammes lorsque le service d’incendie l’autorisera. «C’est le Services des incendies de la ville qui a la responsabilité de déterminer la cause du sinistre. Plusieurs causes peuvent expliquer ces incendies, mais souvent le tout est lié à des défectuosités de l’installation du client, mais pas aux compteurs», a conclu Mme Vachon.

LES COMMENTAIRES...

Philippulus :

« Belle tentative de la "Conseillère stratégique média"... (Vous pourriez préciser que vous avez mis à jour votre article pour y ajouter ses précisions alors que vous n'arriviez pas à avoir leurs commentaires). Donc le feu prend au niveau du compteur, mais non non non, ce n'est pas le compteur qui est en cause. C'est le SUPPORT du compteur, support qui ne pose aucun problème depuis des années et qui n'a pas été détecté comme étant défectueux quand le technicien d'Hydro est venu changer le compteur il y a une semaine ?!
On doit en conclure quoi? L'embase s'est brisée toute seule juste après le passage du technicien? L'installation du nouveau compteur a brisé l'embase?

Faut arrêter de nous prendre pour des caves à un moment. La bâtiment ne servait qu'à du stockage, n'était même pas vraiment chauffée et personne n'y met les pieds pendant l'Hiver. Et pouf... "l'embase" (métallique?) du compteur prend feu. On parle pas d'étincelles ou de surchauffe sur du bois. On parle d'un feu assez fort pour pogner dans une structure de tôle.

Bravo :)

---

Jean-Félix :

Vous avez tout à fait raison. De plus, je trouve incroyable que la représentante affirme catégoriquement que "... le compteur ne peut être mis en cause lors d’incendies." Wow ! On dirait qu'elle nous lit un mémo interne qui lui aurait été adressé. Pour Hydro, c'est tout décidé d'avance, avant même d'avoir les résultats de l'enquête: Impossible que le compteur soit responsable !

Est-ce que les pompiers ont réussi à récupérer le compteur?

---

lafrontiere Modo :

Non, il aurait entièrement fondu

---

Jean Hudon:

Je salue les commentaires éclairés des gens qui ont bien compris l'ÉNORMITÉ des mensonges et de la malhonnêteté intellectuelle de la porte-parole d'Hydro-Québec, bien consciente qu'elle va perdre son emploi si elle ose admettre, même indirectement, une quelconque responsabilité de son employeur dans ces incendies qui ne cessent d'éclater depuis que ces compteurs pyromanes sont déployés - voir de nombreux exemples à http://www.cqlpe.ca/Bulletins/BulletinSpecialFeu.htm qui ne représentent que la pointe de l'iceberg, car la plupart des incendies provoqués par des compteurs 'Intelligents' ne sont jamais rapportés dans les médias. Après 8 incendies déclenchés par des compteurs 'intelligents' en Saskatchewan, et AVANT que ces appareils extraordinairement mal conçus n'y causent des pertes de vie humaine (ce qui est hélas déjà le cas à maints endroits aux États-Unis), le gouvernement de cette province a ordonnée à SaskPower de cesser le déploiement des 400,000 compteurs 'intelligents' encore à installer et de retirer rapidement les 105,000 déjà déployés - voir la nouvelle à http://bit.ly/1knSigT. On a depuis longtemps dépassé le cap des 8 incendies liés à ces dangereux appareils au Québec et il n'y a toujours pas d'enquête, ni de la part d'Hydro qui récupère rapidement et fait disparaître ses compteurs incriminants après chaque incendie, ni de la part du gouvernement Trouillard qui fait dans ses culottes à la seule pensée de devoir confronter cette puissante société d'État dont la loi constitutive met ses dirigeants à l'abri de toute poursuite judiciaire.

Pour l'instant, les citoyens sont laissés à eux-mêmes pour se protéger face à cette dictature coloniale qui se fout ROYALEMENT • que des gens meurent éventuellement dans un incendie CLAIREMENT causé par leurs compteurs ; • que des milliers de Québécois se fassent extorquer des sommes faramineuses à cause de compteurs mesurant de l'électricité fantôme (http://bit.ly/1DqajUA) ; • et voient leur santé se détériorer constamment à cause des radiations pulsées cancérogènes, génotoxiques et neurotoxiques dégagées par le puissant émetteur de leurs compteurs élecTROPolluants (http://bit.ly/1gEqnTM) en dépit des assurances trompeuses de Santé Canada (http://bit.ly/1pYivBh) – sans compter les inévitables atteintes à la vie privée qu'ils permettent (http://bit.ly/1GhFbFR), les interférences avec les démarreurs à distance (http://bit.ly/1xK34Vd) et divers autres appareils (http://bit.ly/1xK34Vd), dont les routeurs de Vidéotron qui plantent sans arrêt depuis l'arrivée de ces compteurs (http://bit.ly/1DwkNAd), et aussi le risque d'explosion pour les clients possédant une bonbonne de propane située trop proche d'un compteur (http://bit.ly/1EkeOgn).

Je pourrais continuer ainsi encore longtemps, "but you get the picture". L'imposition cavalière de cette technologie est la pire décision jamais prise par cette entreprise qui a déjà une longue liste d'erreurs hallucinantes à son passif. Pas surprenant que dans un récent sondage Léger (http://bit.ly/1HjZQaE) sur les entreprises les plus admirées du Québec, Hydro-Québec se soit retrouvée au 245e rang sur 249 entreprises, car malgré ses bons états de service au chapitre de la livraison d'une électricité propre, bon marché quand on se compare aux autres, et de la célérité légendaire de ses techniciens pour réparer les pannes, les Québécois en sont venus à détester cette héritière de la magnifique vision de René Lévesque qui, comme on dit, doit se retourner dans sa tombe en voyant ce qu'elle est devenue. Je souhaite à ses dirigeants, et aux gouvernements successifs qui la manipulent à distance, d'apprendre enfin les leçons à tirer de ces erreurs, de remettre au premier plan la protection et la satisfaction de sa clientèle et ainsi de regagner le respect et la confiance de tous les Québécois-es.