Le 25 mars 2015

Bulletin express #2


Au sommaire :
Les demandes d'installations de non communicants montent en flèche - Quoi faire si Hydro-Québec traîne pour venir installer un non communicant - Reportage de J.E. sur les bonbonnes au propane ne faisant pas bon ménage avec les compteurs 'intelligents' - Manifestation - Debout contre Hydro-Québec à Montréal le 28 mars 2015 - Soirée d'information sur les compteurs intelligents ce soir, 25 mars, à Sainte-Marie de Beauce - Santé Canada a publié le 13 mars sa "révision" du Code 6.

Ce bulletin est archivé à http://www.cqlpe.ca/Bulletins/BulletinExpress2.htm

ABONNEMENT GRATUIT À CE BULLETIN : Si vous recevez une copie de ce bulletin, et aimeriez vous y abonner, il suffit d'envoyer un courriel à info@cqlpe.ca en inscrivant 'Abonnez-moi au bulletin' comme sujet de votre courriel. Si vous ne désirez plus y être abonné-e, il suffit de le demander à la même adresse de courriel.

Pour accéder aux précédents bulletins, cliquer ICI.

Pour d'autres nouvelles, voir http://www.cqlpe.ca/#DR




Publication du rapport de suivi trimestriel au 31 décembre 2014 - Les demandes d’option de retrait ont triplé et M. Abiad démissionne…


Le rapport de suivi porte sur les mois d’octobre novembre et décembre 2014 a enfin été publié avec deux mois de retard. Nous y apprenons que les demandes d’option de retrait ont presque triplé dans les trois derniers mois, passant de 12 722 à 31 710 demandes, ce qui porte le nombre de demande de retrait à 6000/mois en moyenne, malgré toutes les difficultés rencontrées pour obtenir la communication avec le service à la clientèle qui ont été rapportées au mois de décembre 2015, Hydro-Québec ne faisant rien pour faciliter les démarches auprès de sa clientèle.

Le dernier trimestre a vu le nombre moyen de demandes de retrait passer à 6000 demandes par mois. Cela nous permet d’estimer que le nombre total de 38 000 demandes de retrait aura été atteint au alentour du 31 janvier 2015 (nombre qui sera disponible dans le prochain rapport de suivi couvrant les mois de janvier, février et mars 2015). Ce nombre représente un taux de refus absolu de 1% de la clientèle en regard du nombre total de 3.8 millions de compteurs résidentiels de nouvelle génération à installer. L’atteinte de ce seuil fatidique de 1% coïncide avec la date de démission de M. Georges Abiad, ex-directeur du déploiement des compteurs « intelligents ».

Hydro-Québec ne rapporte toujours pas les milliers d’avis officiels de non consentement parvenus par courrier recommandé, les compteurs installés malgré le refus explicite des clients ( un compteur installé n’est pas nécessairement un compteur accepté…), les milliers de portes demeurées closes et les centaines compteurs barricadés dans ces rapports de suivi à la Régie de l’énergie ce qui porte le taux de refus réel bien au-delà du maigre 1% désormais admis par Hydro-Québec!

SUGGESTION SI HYDRO TARDE À VENIR INSTALLER UN NON COMMUNICANT DEMANDÉ

Si vous avez déjà un compteur communicant (Itron C1SR ou Landis+Gyr) après plus de 6 semaines d'attente, aucun technicien n'est encore venu le remplacer par un non communicant (Itron C1S ou C1NS), et que vos symptômes ou ceux d’un proche deviennent intolérables, il est recommandé d'écrire à Hydro-Québec dans l’espace client de leur formulaire de plainte en ligne et de leur indiquer que vous leur laissez encore 10 jours ouvrables pour venir changer le compteur, car un membre de la famille est très malade suite aux effets des radiofréquences du compteur actuel (avec description des symptômes et tout autre détail pertinent), et précisez que vous faites aussi parvenir une copie conforme de votre plainte à la Régie de l'énergie à greffe@regie-energie.qc.ca, à votre député provincial (voir http://www.assnat.qc.ca/fr/deputes/) et même à votre maire et aussi à refusonscompteurs@gmail.com. Cette méthode a généralement donné de bons résultats.

Note de Jean : Si vous avez demandé que l'on vous installe un compteur non communicant et que ce n'est pas encore fait, armez-vous de patience! Une cliente s'est fait dire fin janvier 2015 au téléphone par une préposée d'Hydro-Québec, quand elle en a demandé un, que ça pourrait être long avant d'obtenir le remplacement puisque des demandes de retrait datant de novembre 2014 ne sont encore pas réglées... Ça démontre que le nombre de demandes de retrait est très élevé, ou qu'Hydro n'assigne pas les ressources humaines nécessaires pour satisfaire aux demandes de sa clientèle. Si ça presse dans votre cas, en raison de problèmes de santé occasionnés par ces dangereux compteurs, mettre 3 couches de papier d'aluminium pourra en principe régler le problème temporairement – emballez-le complètement et assurez-vous que le papier d'aluminium touche bien au métal de la boîte de l'embase pour que l'énergie des micro-ondes puisse se dissiper au sol via la prise de terre de votre entrée électrique. Ça va couper les ondes de 95% et ça devrait faire cesser les symptômes.

Il est également recommandé par le groupe Canadiens pour une technologie sécuritaire de préciser que vous allez aussi porter plainte auprès du Protecteur du citoyen, ce qui va aider Mme Raymonde St-Germain à enfin obtenir le mandat du gouvernement d'enquêter chez Hydro-Québec - voir Hydro-Québec devrait être assujettie au Protecteur du citoyen ET La Protectrice du citoyen bientôt chez Hydro? Il semblerait que plus du tiers des plaintes (pour divers motifs) que reçoit cet organisme de surveillance concerne Hydro-Québec. Son homologue ontarien a déjà les pleins pouvoirs pour faire enquête chez Hydro One, ce qui a récemment mené à la publication d'un important rapport - voir Toujours autant de plaintes contre Hydro One, dénonce l'ombudsman ET Ontario Ombudsman details 'shocking' billing practices at Hydro One. Il est GRAND TEMPS que le gouvernement Trouillard cesse d'avoir la trouille à ce sujet et donne carte blanche à notre ombudswoman pour qu'elle puisse faire librement son travail.

Il semble aussi, selon ce que l'on m'a rapporté le 13 mars, qu'un installateur de compteurs a admis avoir dû se faire installer un non communicant chez lui à cause d'insomnies causées par un compteur 'intelligent', et que le nombre de demandes de retrait monte en flèche chez Hydro-Québec à cause de ce genre de conséquences subies par de plus en plus de clients. On interdirait aussi aux installateurs de poser des questions pour tenter de comprendre les raisons des nombreuses démissions récentes à la tête d'Hydro-Québec et du projet des compteurs.

De plus, un employé de Vidéotron à révélé à un abonné de ce bulletin que depuis l'installation des compteurs d'Hydro-Québec, des milliers de "routeurs" Internet de Vidéotron "plantaient" régulièrement. D'autres personnes ont rapporté le même problème récurrent. Il semble qu'un recours serait sur le point d'être déposé à Industrie Canada par Vidéotron contre Hydro-Québec en raison des interférences causées par leurs compteurs 'intelligents'...




À voir!

Compteurs intelligents + bonbonnes de gaz = risques d'incendies
Reportage J.E. :   Hydro-Québec installe des compteurs près des bonbonnes à gaz quand c’est un haut risque d’incendie.




Manifestation - Debout contre Hydro-Québec

À Montréal le 28 mars 2015


Les Québécois en ont ASSEZ! Nous avons assez PAYÉ!

Manifestation pacifique, familiale et légale! Le trajet à été divulgué au service de police :

Rassemblement au siège social d'Hydro-Québec ( 75 René Lévesque, Montréal ) à 13h. Nous prendrons René-Lévesque Ouest, Côte du Beaver Hall à gauche et nous ferons des discours à la Régie de l'énergie dans le Square Victoria.

Ensuite Viger ouest, à droite sur University, à gauche sur René-Lévesque ouest, à droite sur Drumond, à droite à St-Catherine, à droite à Berri, à droite à René-Lévesque ouest et nous terminons la marche en face du siège social d'Hydro-Québec.

À proximité des Métros pour faciliter votre déplacement!

Pour plus d'information, liste des revendications et covoiturage à partir de différentes régions,
consulter la page FaceBook de Debout contre Hydro-Québec
https://www.facebook.com/Deboutcontrehydroquebec

Plusieurs citoyens opposés au déploiement des compteurs "intelligents" d'Hydro-Québec ont l'intention de participer à cet événement.

Les opposants aux compteurs ont rendez-vous dès 12h 30
coin nord/ouest à l'intersection de la rue St-Urbain et du boul. René-Lévesques (côté Complexe Desjardins)

Apportez vos pancartes et vos banderoles!

Affichettes « Nous Refusons les Compteurs » à imprimer, au choix: compteurs électropolluantscompteurs espions.

Suggestion : une photocopie couleur de votre compteur barricadé (dimension 11' X 17' ) fait une excellente pancarte! (voir photo jointe)

Plusieurs photos de compteurs barricadés sont disponibles dans cette page
https://refusonslescompteurs.wordpress.com/actions/soyez-vigilants/




Soirée d'information sur les compteurs intelligents d'Hydro-Québec à Sainte-Marie de Beauce le 25 mars 2015

Beauce Refuse invite les citoyens de la Beauce et des environs, le 25 mars 2015 à 19 h à la salle Alphonse-Desjardins du Centre Caztel de Sainte-Marie, à venir s'informer des dangers réels des compteurs intelligents qu'Hydro-Québec déploie actuellement.

Nos conférenciers invités : Jocelyne Breton (Lévis Refuse), Luc Forbeaux (Stoneham Refuse) et Claude Lachapelle (Préventionniste en sécurité incendie).

Il sera également présenté une courte vidéo du Dr Paul Héroux, PhD, Directeur du programme de santé au travail du département d'épidémiologie, de la biostatistique et de la santé au travail à l'Université McGill, lequel a fait des recherches depuis des années sur les effets des champs électromagnétiques.

Quand : le mercredi 25 mars 2015 à 19 h
Où : salle Alphonse-Desjardins du Centre Caztel de Sainte-Marie
905, route Saint-Martin, Sainte-Marie de Beauce, Québec, G6E 1E6
Voir trajet via Google Map : http://bit.ly/1LHVwZ6

Beauce Refuse
www.beaucerefuse.com

En collaboration avec Lévis Refuse et Stoneham Refuse




« À la lumière de toute cette lecture, j'ai choisie de demeurer sur ma position de garder mon compteur électro-mécanique. Permettant ainsi, je l'espère, à plus de pas de se faire dans une direction saine pour tout ce qui vit. Même si un coût plus élevé risque d'être encouru, dans l'ici et maintenant, la résistance vaut son pesant. Merci pour ces précieuses informations. »

– Eaudrey C. (en réaction à cet Avis important)




Note de Jean: Santé Canada a finalement publié en douce le 13 mars sa "révision" du Code 6. Comme, il fallait s'y attendre, très peu de choses ont changé, malgré les énormes efforts déployés par des groupes de citoyens inquiets du laxisme abyssal de ce code, et ce sont encore uniquement les effets dits «thermiques» qui sont reconnus. Les années de noirceur au plan scientifique et de domination du lobby des télécommunications se poursuivent... Et Hydro-Québec peut continuer en toute impunité à détruire la santé des Québécois...

Limites d'exposition humaine à l'énergie électromagnétique radioélectrique dans la gamme de fréquences de 3 kHz à 300 GHz http://www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/consult/_2014/safety_code_6-code_securite_6/final_finale-fra.php
(...) La présente révision remplace l'ancienne version du Code de sécurité 6 publiée en 2009. (...) Malgré la publication de nombreuses autres études sur les RF et la santé, les seuls effets nocifs pour la santé établis, dus à l'exposition aux RF dans la gamme de fréquences de 3 kHz à 300 GHz, demeurent associés à l'échauffement des tissus et à la stimulation des nerfs (SN) due à des expositions de courte durée (aiguës). Pour le moment, il n'existe pas de fondement scientifique permettant de poser en principe l'existence de risques nocifs aigus, chroniques et/ou cumulatifs pour la santé attribuables à une exposition à des champs de RF à des niveaux inférieurs aux limites spécifiées dans le Code de sécurité 6. En outre, le manque de preuves de causalité, de vraisemblance biologique et de reproductibilité affaiblit l'hypothèse de l'existence d'autres effets nocifs proposés se produisant à des niveaux inférieurs aux limites spécifiées dans le Code de sécurité 6. On ne dispose donc pas de fondements crédibles pour la présentation de recommandations scientifiquement fondées visant à limiter l'exposition des personnes à des champs de RF de faible intensité. CLIP

Radiofréquences: Santé Canada révise ses lignes directrices (13 mars)
http://www.ledevoir.com/societe/sante/434432/le-gouvernement-federal-revise-ses-lignes-directrices-sur-les-radiofrequences
La nouvelle mouture du document Code de sécurité 6 renferme «des niveaux de référence un peu plus restrictifs». Ottawa — Le ministère fédéral de la Santé a indiqué vendredi que des commentaires de la part du public l’ont poussé à apporter quelques ajustements à ses lignes directrices sur l’exposition aux radiofréquences. L’organisation a révisé ce qu’elle désigne comme le Code de sécurité 6, après avoir pris connaissance d’écrits scientifiques sur les effets des ondes émises par les cellulaires, les appareils Wi-Fi ainsi que les tours de téléphonie et de radiodiffusion. Un groupe d’experts de la Société royale du Canada a approuvé les lignes directrices proposées, mentionnant seulement que le ministère devrait poursuivre la recherche sur les liens possibles entre l’exposition aux radiofréquences et les cas de cancer. Santé Canada avait aussi lancé un processus de consultation de deux mois, une période durant laquelle des membres du public pouvaient offrir leur opinion par rapport aux aspects scientifiques du Code de sécurité 6. Selon un communiqué publié vendredi, la nouvelle mouture de ce document renferme « des niveaux de référence un peu plus restrictifs dans certaines plages de fréquences afin d’assurer des marges de sécurité encore plus vastes en vue de protéger tous les Canadiens, dont les nouveau-nés et les enfants ». En outre, le ministère fédéral de la Santé a souligné que les commentaires formulés par la population l’avaient incité à revoir ses lignes directrices en lien avec les champs magnétiques à basse fréquence qui étaient, de l’avis de certains, trop sévères. L’organisation a précisé les avoir revues à la baisse. Quelques groupes de pression, comme les Canadiens pour une technologie sécuritaire, avaient soutenu que la nouvelle régulation proposée n’était pas suffisamment rigoureuse et qu’elle faisait abstraction d’une partie de la littérature scientifique récente. Le ministère a réfuté ces allégations. Il a reconnu que « certaines études avaient rapporté des effets biologiques ou des impacts sur la santé liés à des champs magnétiques émettant des fréquences inférieures aux limites prévues dans le Code de sécurité 6 ». Cependant, il a ajouté que ces recherches ne sont pas représentatives de « la preuve scientifique prédominante ».

Santé Canada publie de nouvelles limites d'exposition humaine à l'énergie électromagnétique des radiofréquences (Communiqué de presse)
http://www.newswire.ca/fr/story/1501515/sante-canada-publie-de-nouvelles-limites-d-exposition-humaine-a-l-energie-electromagnetique-des-radiofrequences
Les limites canadiennes parmi les limites fondées sur des preuves scientifiques les plus rigoureuses (!!!) au monde. OTTAWA, le 13 mars 2015 /CNW/ - Santé Canada a publié aujourd'hui sa nouvelle version du Code de sécurité 6. Elle contient les lignes directrices élaborées par le Ministère à l'égard des limites d'exposition à l'énergie électromagnétique des radiofréquences (RF), le type d'énergie libérée par divers appareils électroniques comme les téléphones cellulaires et les appareils Wi-Fi, de même que les tours de téléphonie cellulaire et de radiodiffusion. (...) Les limites d'exposition humaine aux champs de RF énoncées dans le Code de sécurité 6 protègent en tout temps tous les groupes d'âges, y compris les nourrissons et les enfants.

Note de Jean: Oui, vous avez bien lu... Un bébé naissant peut continuer à être exposé 24 heures sur 24 à un niveau de radiation électromagnétique de 6 millions de microwatts par mètre carré pour le cellulaire et les compteurs 'intelligents' (10, 50 ou 100 compteurs groupés, peu importe!) et 10 millions pour le WiFi. Quand la logique la plus élémentaire est noyée dans un océan de mensonges soigneusement emballés dans une croyance aveugle en sa propre réthorique rigoureusement débile, on atteint le summum de la stupidité, de la turpitude et de la malhonnêteté humaines... Et remarquez bien: c'est le Ministère qui a élaboré ces directives, ce qui donne à penser qu'il y a eu une forte influence politique – comme c'est le cas depuis le tout début de ce processus de pseudo révision – ayant contrôlé le tout d'une main de fer.

Ondes et santé : Santé Canada émet de nouvelles limites d’exposition (16/03/2015) http://www.directioninformatique.com/ondes-et-sante-sante-canada-emet-de-nouvelles-limites-dexposition/34460
(...) En 2013, un groupe d’intérêt, le Canadians for Safe Technology, avait exigé la démission d’un expert d’un comité d’étude de la Société royale du Canada, John Moulder, en raison de ses relations de consultant auprès de l’industrie américaine et de ses potentiels conflits d’intérêts avec l’examen de sécurité au Canada. De plus, un président du comité, Daniel Krewski, avait démissionné. (...) En 2011, l’Organisation mondiale de la santé avait placé les radiations des tours de téléphonie cellulaire, des téléphones mobiles et du Wi-Fi parmi les cancérigènes possibles.

New to the issue Canadians are facing re wireless radiation and Safety Code 6?
http://www.c4st.org/images/documents/Summary-of-Situation-May-24th-2014.pdf
(...) 4. Is Safety Code 6 up to date with new technology and rapidly increasing usage?No. Health Canada currently believes that the levels specified in SC6 are below the threshold for any potential danger, despite more and more recent evidence that empirically demonstrates that this is not the case, and that SC6 should be updated to modern standards. This matter is increasingly important because Industry Canada also uses SC6 to regulate radiation emissions from cell towers. Exposure limits in Italy, Switzerland, China and Russia are 100 times more stringent than those of Canada’s SC6.

(...) 5. What is the problem with the Safety Code 6 review?This report is biased. In spring 2013, the RSC announced the appointees to the panel that would review Health Canada’s work on SC6. C4ST spoke out against the choice of appointees, as many of them have clear ties to the telecommunications sector and have received research funding from companies in the industry. (...) Since the report was published, two of the Report's official peer reviewers have stepped forward to say something is amiss. It has been revealed that the Royal Society concluded that its "survey of the evidence" supports the notion that wireless radiation is safe, only because the panel did not consider the science that shows it is not. Definitive evidence that cell towers, cell phones, smart meters, Wi-Fi and cordless phones can cause harm to humans has been swept aside at the highest level of scientific oversight in Canada. The two scientists breaking their silence are eminent scholars in the fields of human cellular biology and the environmental causes of cancer in our society.

(...) 6. What is C4ST doing about this?C4ST is disappointed with the results, as well as the overall process, of the RSC’s year- long review of Safety Code 6. This RSC panel did not approach the issue through an objective lens, and ignored the strong evidence indicating that wireless radiation emitting devices and towers should be subject to a much stronger Safety Code 6. CLIP

WHAT IS SAFETY CODE 6?
http://www.c4st.org/safety-code-6
Did you know... Exposure limits in China, Russia and India are 100 times more stringent than those of Canada's SC6.SC6 only takes into account thermal affects from non-ionizing radiation, not the biological effects the research and evidence is pointing to being a major problem. The SC6 levels designated as “Safe” were based on science tested in the 1980's on a 220lb mannequin. There is no consideration or distinction for the developing brains and cells of children, weak, or the elderly. Industry Canada receives in excess of $400 Million/yr in licensing fees from the telecom industry. Industry Canada does not measure the output of the cellular towers they approve based on Safety Code 6. (...) Towers under 15m in height do not require any approval from Industry Canada. Under the Radio Telecommunications Act, Industry Canada can overrule every level of government in their decisions re cell tower placementIndustry Canada will not accept concerns re Health Issues/Effects as a basis for discussion around the placement of cell towers and antennae. CLIP

LA PROTECTION FACTICE DU CODE 6
http://www.jegardemoncompteur.com/code6.html